Navigation – Plan du site
Articles

Bricoler l’hospitalité publique : réflexions autour du relogement des Roms roumains à Montreuil

Tinkering with public hospitality: reflections on the rehousing of Romanian Roma at Montreuil
Norah Benarrosh-Orsoni
p. 55-64

Résumés

Cet article analyse la mise en place d’un dispositif de relogement pour des familles roms roumaines dans la ville de Montreuil (93). Dans cette ancienne ville ouvrière en pleine mutation, le projet a été amorcé sur fond de conflit de légitimité entre l’ancien et le nouveau maire récemment élu, et l’accueil des Roms a ouvert dans le débat politique local la question des conditions et des limites de l’ « hospitalité publique ». L’article retrace les étapes de la création de la Maîtrise d’œuvre urbaine et sociale (MOUS) où les familles ont été relogées, des premiers « bricolages » entre la mairie et le comité de soutien, jusqu’à la progressive normalisation du dispositif. Dans le même temps, l’analyse des communications officielles de la mairie montre comment celle-ci, en recourant à l’argument de l’ancrage local des Roms, a tenté de faire de ces étrangers indésirables des bénéficiaires légitimes de l’action publique locale.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Chez Fassin, Morice & Quiminal (1997), Gotman (2011, 2004a et b), Montandon (2004) par exemple.
  • 2  Comme le souligne Gotman (2001), sans pour autant l’invalider.

1Dans sa dimension première, l’hospitalité partageait avec le don une qualité de mouvement vers l’autre, de lien social à l’état naissant impliquant un sacrifice (Montandon, 2004) et une réciprocité. L’exercice de l’hospitalité dont il est question dans ce texte est appréhendé non dans le sens d’une attitude ou d’une obligation charitable (Perrot, 2004), mais bien dans sa dimension anthropologique de lien social, de service du non seulement aux proches mais aussi aux étrangers et aux voyageurs. Hier obligation collective, l’accueil des étrangers a peu à peu été saisi par le droit, institutionnalisé, quittant dès lors la sphère du don pour entrer dans celle de l’Etat et de l’échange marchand (Gotman, 2004a, p. 99). L’accueil des populations locales vulnérables, mais également des étrangers pauvres s’est ainsi transformé en « hospitalité publique », qui peut être définie comme « l’ensemble des pratiques codifiées qui visent à assurer l’accueil et la protection des hôtes en fonction de leur statut présumé tout en éloignant les indésirables » (Legros, 2010, p. 34). Cette démarche complexe et paradoxale est, pour les étrangers, souvent l’occasion d’un tri entre les arrivants. Elle est également soumise à conditions : l’hôte peut la reprendre à tout moment, sous réserve de bonne conduite des populations accueillies, c’est-à-dire de respect des règles édictées au moment de leur arrivée dans le « dispositif d’accueil ». Expression consacrée, la notion d’hospitalité publique est aujourd’hui mobilisée par les textes de loi mais aussi par les sciences sociales1, même si son usage est parfois controversé2. En effet, contrairement à l’hospitalité d’hier ou à celle encore aujourd’hui pratiquée dans le cadre privé, la réciprocité est de fait inaccessible aux bénéficiaires des dispositifs d’accueil institutionnels.

  • 3  Attaches conditionnées notamment par les restrictions de séjour en Europe des citoyens roumains ju (...)

2Le dispositif qui nous intéresse ici a été créé dans la ville de Montreuil (93) en 2009 pour accueillir une centaine de familles Roms roumaines établies dans la commune depuis une dizaine d’années. Originaires d’un réseau de petits bourgs situés au nord de la ville d’Arad, dans une région proche des frontières hongroise et serbe, ces Roms ont pris la route des pays de l’Ouest dès la chute du régime communiste, faisant jouer un réseau migratoire fondé sur la famille proche, toujours entourée de la communauté ethnique inter-villageoise. Après plusieurs séjours en Allemagne et en Belgique au début des années 1990, plusieurs familles ont trouvé à la fin de la décennie un point d’ancrage stable dans de petites villes françaises, tout en conservant des attaches concrètes dans leurs villages d’origine3. Au fil des circulations entre la Roumanie et la France s’est développé un réseau migratoire qui a servi de support à la circulation de l’information pour les migrants potentiels, puis à l’arrivée de parents et d’alliés. C’est ainsi qu’une partie de ces Roms a fait de Montreuil le lieu d’élection de leur émigration économique en multipliant, au gré des expulsions, les installations dans des maisons squattées.

  • 4  Les différents lieux mentionnés dans le texte sont référencés sur le plan de la ville.
  • 5  Communiqué de Presse municipal, 18 avril 2003.
  • 6  Verts Contact, 26 avril 2003.

3En septembre 2001, l’installation d’environs 150 d’entre eux dans un grand bâtiment de la rue Paul Doumer4 a rendu plus visible leur présence dans la ville. En 2002, une première tentative d’expulsion du squat par les forces de l’ordre a été à l’origine de la création du comité de soutien aux Roms de Montreuil, qui a dès lors milité pour la création d’un dispositif de relogement. Depuis 2003 et l’évacuation du bâtiment, J.-P. Brard, alors maire, a toujours affirmé l’impossibilité d’une solution au niveau local, et qu’il ne tolèrerait pas l’occupation illégale par les Roms d’un bâtiment municipal5… annonçant et justifiant ainsi les nombreuses expulsions dont ces familles ont ensuite été l’objet. Au même moment, les Verts de Montreuil se déclaraient favorables à une solution de relogement à l’échelle régionale pour les Roms roumains présents6. Plus tard, le relogement pérenne et l’intégration de ces familles figurait au programme de Montreuil Vraiment, la liste conduite par D. Voynet (Verts) en 2008, dans un point plus large consacré à la lutte contre le « logement indigne », autre problème de taille dans la commune.

  • 7  Maire-adjoint dès 1971, il est élu Maire de Montreuil en 1984 puis député de Seine-Saint-Denis en (...)

4La victoire de D. Voynet aux élections municipales de mars 2008 et la défaite de J.-P. Brard7 après 24 ans de pouvoir, a marqué une rupture certaine dans la vie et l’identité politique montreuilloise, et notamment en ce qui concernait le traitement du problème des nombreux squats occupés par les Roms. Un an et demi après le changement municipal, la promesse des Verts a abouti à la création d’une Maîtrise d’oeuvre urbaine et sociale (MOUS), devenue aujourd’hui le principal remède aux « bidonvilles roms » en région parisienne. Le dispositif MOUS permet notamment de prendre en charge l’accompagnement social sur la base d’un cofinancement Etat-collectivités locales.

  • 8  Le thème du lien entre communisme municipal et immigration mériterait d’être ici approfondi et nou (...)

5En France, «  l’habitat représente un bon analyseur de la position des immigrés dans les politiques publiques » (Simon, 1999, p. 7), et il n’est pas anodin que le succès des Verts aux élections municipales de 2008  –s’accompagne d’un changement de position de la Ville quant  quant au problème du mal-logement des familles roms. Au lendemain de la seconde guerre mondiale, les maires communistes de la banlieue parisienne avaient en effet été parmi les premiers à « défendre » leurs communes « contre l’installation jugée trop importante des populations pauvres et immigrées (Masclet, 2005, p. 12). Ils s’opposaient notamment à la lmultiplication des foyers pour immigrés, en réclamant  une répartition « équitable » des établissements entre les différentes villes8 de la banlieue (Ibid.).

  • 9  La MOUS compte aussi deux maisons où vivent des familles appartenant à un autre groupe Rom, mais i (...)
  • 10  Créée en 1975, l’association  travaille dans le secteur de la prévention spécialisée auprès des je (...)
  • 11  Extrait du « projet d’accompagnement social des familles de la MOUS à Montreuil » de l’Association (...)
  • 12  Fondée dans les années 60, l’entreprise gère entre autres un foyer de jeunes travailleurs, un cent (...)
  • 13  A Aubervilliers, Saint-Denis, Saint-Ouen, Bagnolet, où interviennent l’ALJ 93, le Pact Arim et dan (...)

6Comme tout dispositif d’accueil institutionnel, le projet créé à Montreuil a en même temps défini le public bénéficiaire et tracé les limites de l’hospitalité publique, excluant de fait un certain nombre de prétendants non légitimes : entre 350 et 400 Roms sont inscrits dans la MOUS, mais au moins 200 autres Roms roumains « hors-MOUS » sont également établis à Montreuil, dans des conditions matérielles et résidentielles très variables, des plus précaires aux plus stables. La MOUS de Montreuil a la particularité de se diviser en deux sites principaux9, équipés de caravanes, et gérés par deux opérateurs dont les politiques sont aussi opposées que leurs visions respectives de l’insertion. Sur le terrain de la rue Pierre de Montreuil (fig. 1), habité depuis juillet 2008, c’est l’association Rues et Cités10, d’implantation ancienne dans la ville, qui assure le suivi social des familles. Les travailleurs sociaux de l’association affirment clairement que les Roms n’ont pas besoin d’être « pris en charge » et que leur travail auprès d’eux ne consiste donc pas à « les « éduquer » ou les « responsabiliser » mais [à] leur autoriser un accès au droit commun afin qu’ils aient la possibilité de s’en saisir »11. La Cité Myriam, association membre des Cités du Secours Catholique, assure depuis début 2011 la gestion locative du terrain ainsi que l’accompagnement des familles vers un relogement pérenne, dans le parc public ou privé. Sur le terrain de la rue de la Montagne Pierreuse, habité depuis janvier 2010, c’est l’ALJ 9312 (Association Logement Jeunes 93) qui a été recrutée – sous la pression de la préfecture ? sur la volonté de l’élu en charge du projet ? différentes versions circulent – pour assurer la gestion locative, la médiation et l’accompagnement social. Le site est gardienné jour et nuit, les occupants munis de cartes individuelles avec photo, les heures de visites diurnes sont limitées et chaque visiteur doit laisser à l’entrée son nom et celui de la personne qu’il vient voir. Enfin, l’hébergement sur le site de tout parent ou ami est strictement interdit dans le règlement établi par le gestionnaire. Depuis ses débuts, l’action de relogement de l’ALJ 93 s’inscrit dans une optique plus large de résorption des bidonvilles, qui ne nécessite pas de connaissance spécifique du public bénéficiaire. A l’opposé, l’association Rues et Cités s’inscrit dans une démarche très locale et même volontairement « modeste ». Sur les six MOUS existantes en Seine-Saint-Denis13, le terrain de la rue Pierre de Montreuil est le seul où l’ALJ 93 n’intervient pas du tout.

7A partir d’une recherche menée auprès des Roms concernés par la MOUS et de l’ancien comité de soutien depuis 2006, et de différents types d’archives publiques et personnelles, nous revenons ici sur la mise en place de ce dispositif d’accueil, pour voir quel rôle ont joué le contexte de transition politique ainsi que les discours des acteurs politiques locaux dans le projet et sa progressive normalisation.

Mutations politiques et sociales

Une ville coupée en deux ?

8Ignorant la carte administrative qui divise Montreuil en six secteurs, la ville des habitants est divisée en deux : le Bas-Montreuil, où se trouvent la Mairie et les équipement du centre-ville, et le Haut-Montreuil, « délimité par cette frontière autoroutière qui isole le nord-est de Montreuil du reste de la ville, et tout particulièrement de son centre » (Delacroix, 2009, p. 114), dont le quartier de la Boissière est le plus emblématique. Les déséquilibres entre les deux parties de la ville sont multiples. Dans le Bas-Montreuil, où sont installées de nombreuses entreprises du secteur tertiaire, la pression immobilière est très forte, tandis que la disponibilité foncière est grande dans le Haut-Montreuil, du fait de la présence des anciens sites horticoles – en particulier les « Murs à Pêches » - mais aussi de la désindustrialisation. Le déséquilibre s’incarne également dans la répartition des équipements culturels, principalement situés dans le Bas-Montreuil, et des équipements sportifs, installés dans le Haut-Montreuil.

Carte 1 : Plan de Montreuil

Carte 1 : Plan de Montreuil
  • 14  Les ouvriers ne représentent plus qu’un quart de la population en 1999 (Delacroix, 2009).
  • 15  Loi Vaillant de 2002, qui impose la création de conseils de quartiers dans les villes de plus de 8 (...)

9Montreuil, ancienne ville ouvrière14, a vu arriver de Paris de nouveaux habitants de la classe moyenne – cadres, professions intellectuelles – s’installant surtout dans le centre-ville. L’évolution de la population a nécessairement modifié l’offre commerciale et culturelle, « symboles d’un autre mode de vie que celui des habitants traditionnels de Montreuil » (Delacroix, 2009, p. 118). Les conséquences du phénomène de gentrification n’ont fait que renforcer le sentiment d’abandon des habitants du Haut-Montreuil, où vit 35,7% de la population. C’est donc avant tout pour se réconcilier avec son électorat populaire que J.-P. Brard a entamé, après sa réélection en 1995, une territorialisation de la politique municipale. Le territoire communal est dès lors divisé en six secteurs et 14 quartiers, auxquels sont rattachés un élu et un adjoint au maire qui tiennent des permanences régulières. Des conseils de quartiers mensuels sont également organisés par quelques habitants.Si la tendance à l’action participative est aujourd’hui largement développée en France, et même institutionnalisée depuis le début des années 200015, sa pratique à  Montreuil est depuis lors mise en valeur comme une « marque de fabrique » locale, et l’équipe de J.-P. Brard n’hésitait pas à rappeler que la municipalité n’a pas attendu la loi pour mettre en place ces conseils. Mais, malgré les efforts parallèles du maire pour implanter un parc d’entreprises dans le Bas-Montreuil et constituer ainsi une réserve économique censée servir de « levier pour mener à bien sa politique sociale à destination de la population du Haut-Montreuil » (Delacroix, 2009, p. 115), il ne parvient pas  à endiguer les conséquences de la crise industrielle ; le taux de chômage s’élève à 20% en 2006 et la désaffection entre le maire historique et les Montreuillois se creuse.

10Dans le même temps que Montreuil cessait d’être une « ville ouvrière », la municipalité, entretenant la mémoire des migrations successives, a peu à peu recomposé une identité locale fondée sur le mythe d’une « ville monde » et d’une « terre d’accueil ». Cette « tradition » d’accueil des étrangers est devenue, par glissement dans les discours des élus, le propre de l’identité de la ville, pour finalement en arriver à fonder « une unité locale non plus sur une identité politique de classe mais sur une identité symbolique d’autochtone » (Palomarès, 2010)… ce qui, nous allons le voir, se répercute largement dans le traitement de la présence prolongée des familles Roms roumaines.

La difficile passation des pouvoirs

11Dans le paysage politique montreuillois post-électoral, l’accueil des Roms a fini par s’imposer comme l’un des symboles de la passation des pouvoirs entre l’ancien et le nouveau maire. La présentation de l’arène politique locale et de quelques enjeux qui lui sont propres permet de mieux comprendre comment les Roms ont été inscrits sur l’agenda politique par les différents acteurs.

  • 16  Ils accusent d’ailleurs D.Voynet, qui habite dans la commune depuis 2003 seulement, de ne pas être (...)

12La victoire de D. Voynet en 2008 a été parfois été qualifiée de « tsunami politique », dans la mesure où les communistes perdaient à Montreuil l’un des bastions historiques de la « banlieue rouge » (Delacroix, 2009).Les membres de l’équipe de J.-P. Brard, qui se présentent comme fins connaisseurs de Montreuil et de ses habitants, proches du peuple, à l’écoute de la parole des « vrais » Montreuillois16, ont tout de suite interprété le vote pour D. Voynet comme celui des « bobos » du Bas-Montreuil, tandis que cette dernière expliquait sa victoire par une large adhésion populaire. Pourtant, bien plus qu’au vote massif des nouveaux citadins riches, la victoire de D. Voynet semble surtout due à la forte abstention dans les quartiers ouvriers du Haut-Montreuil, qui composaient jusqu’alors l’électorat traditionnel de J.-P. Brard (Delacroix, 2009). Depuis, comme l’explique M. Vermande dans son analyse du dispositif de relogement des Roms, « il n’y a pas d’opposition à Montreuil, mais des « minorités politiques », car il n’y a pas de droite. Sans « rival commun », la gauche montreuilloise semble particulièrement désunie. […] La passation de pouvoir a été très difficile, voire jamais vraiment effectuée » (2010, p. 27). La scène politique officielle de Montreuil se divise donc en deux grandes tendances, davantage opposées que favorables à l’un ou l’autre des deux personnages principaux.

13Trois ans après l’élection de D. Voynet, la question de la prise en charge des Roms est devenue l’objet de différends répétés entre les deux tendances municipales, qui s’expriment notamment lors des conseils municipaux, en particulier autour du vote des attributions budgétaires à la MOUS. Dans ce schéma presque manichéen, au-delà des mesures concrètes prises par la majorité municipale, la question de la présence des Roms dans la ville « semble cristalliser le conflit entre ces deux personnalités » (Vermande, 2010, p. 28). De la même manière que toute opposition politique entre elles est ramenée au conflit autour des Roms, la question de la « MOUS Rom » est souvent assimilée par ses détracteurs à la figure de Dominique Voynet, et il n’est pas rare d’entendre parler des « Roms-de-Voynet ».

Montreuil et les Roms

14La relation des Roms à la ville de Montreuil est une « histoire sans archives » (Jaulin, 2000), qui remonte à la fin de la Seconde Guerre Mondiale. Les familles Roms arrivées d’Europe de l’Est à cette époque s’installaient surtout dans le Haut-Montreuil, sur « les terres de culture abandonnées et les zones horticoles interdites de construction. A la Boissière, à la Noue, derrière le parc Montreau, à proximité des anciens murs à pêches… » (Jaulin, 2000, p. 73). Ces mêmes interstices urbains, que nous évoquions plus haut, ont abrité certains campements de migrants roumains ces dernières années et plus récemment, les deux terrains choisis par la mairie pour la MOUS. Si beaucoup de familles roms arrivées dans les années 1940 se sont plus tard installées dans d’autres communes du département, certaines habitent toujours dans à la Boissière ou dans le quartier Nouvelle-France, jouxtant presque les terrains occupés par les bénéficiaires de la MOUS. Aujourd’hui français et fondus dans le tissu social de la ville, ces Roms étaient ceux que l’on appelait les « Roms de Montreuil », jusqu’à ce que le  titre leur soit disputé par les Roms roumains plus visibles dans la ville.

  • 17  Edité par la majorité municipale et reflétant la politique menée par celle-ci, Montreuil Dépêche H (...)
  • 18 « A part une fois où je suis partie en vacances, je n’ai jamais quitté Montreuil »

15Reprenant à son compte le mythe de Montreuil « ville monde » développé sous Brard, la nouvelle équipe municipale s’empare aujourd’hui de ce lien historique entre Montreuil et les Roms, espérant légitimer son programme controversé de relogement. Les auteurs du journal local Tous Montreuil17, s’ils laissent régulièrement passer des approximations de taille dans leurs articles, ne laissent cependant jamais au hasard la composition de leur discours sur les actions de la mairie envers les Roms. C’est ainsi que, à l’annonce de l’officialisation de la MOUS en juin 2009, les Roms français de Montreuil, à travers le portrait de « Lulu et Indiana, Manouches montreuilloises », sont brandis comme des modèles de sympathie, de sociabilité et finalement, d’intégration locale. Les auteurs, en insistant sur l’identité montreuilloise revendiquée par les deux femmes, sur leur attachement au territoire de la commune, sur leur sédentarité qui va finalement de pair avec leur citadinité exemplaire18, tentent de réhabiliter l’image des Tsiganes, espérant ouvrir la voie à l’intégration des Roms roumains dans l’opinion publique de la ville.

  • 19  Le SEDIF a toujours mis en avant, pour expliquer son opposition au projet, les dangers de pollutio (...)

16S’en tenir au discours municipal serait pourtant occulter que les relations entre « anciens » et « nouveaux » Roms montreuillois ne sont ni très développées, ni très sereines.En février 2009, la mairie a tenté de créer un nouveau site d’accueil pour une partie des Roms, sur un terrain de la Boissière appartenant au Syndicat des Eaux d’Ile de France (SEDIF), mis à la disposition de la mairie depuis vingt ans. Le SEDIF s’est tout de suite montré hostile au projet et pour empêcher l’installation des caravanes et de leurs occupants roms, a fait ériger un mur à l’entrée du terrain19. Dans ce quartier très populaire, les familles roms et manouches françaises étaient, comme bon nombre de riverains, très opposées à l’arrivée de ces nouveaux voisins gênants. Les graffitis racistes se sont multipliés dans le quartier et, au cours des réunions d’information convoquées par la mairie, certains proposaient d’installer les Roms dans le Bas-Montreuil, « où se trouve l’électorat de Mme Voynet ! ». Depuis la création de la MOUS, quelques incidents ont eu lieu entre les deux communautés, qui s’évitent mutuellement malgré leur voisinage direct.

Figure 1 : Terrain de la rue Pierre-de-Montreuil, 2009

Figure 1 : Terrain de la rue Pierre-de-Montreuil, 2009

La création du dispositif d’accueil

La tentative locale

Proposer l’alternative montreuilloise

17Crééen 2002 à la suite de la tentative d’expulsion du squat de la rue Paul Doumer, le comité de soutien aux Roms de Montreuil se rassemble d’abord autour de quelques militants du DAL, puis principalement autour de syndicalistes et militants montreuillois, de voisins et de quelques instituteurs d’écoles où sont scolarisés des enfants roms. Ses membres s’attèlent d’abord à scolariser les enfants qui ne le sont pas, puis entament un travail de publicisation de la situation des Roms dans la ville et la région parisienne. Très actif jusqu’en 2006, le comité luttait notamment contre la politique d’expulsions systématiques menée par le maire d’alors. Las de constater que tout leur travail « volait en éclats à chaque expulsion » et que le maire restait sourd à toutes leurs demandes de dialogue, ils finissent par dissoudre le comité de soutien. Avec l’arrivée de nouveaux membres, souvent des Montreuillois voisins de maisons ou de terrains squattés par des Roms, le comité reprend fin 2006 des réunions régulières, où l’on évoque déjà la possibilité d’un programme de relogement à Montreuil. Mais au moment de la passation de pouvoirs en 2008, seules quelques personnes accompagnent la formation du projet de MOUS. Parmi les membres de l’ancien comité de soutien, plusieurs faisaient partie du réseau des Verts de Montreuil, et l’équipe municipale qui arrive avec D. Voynet compte dans ses rangs plusieurs personnes ayant fait un passage, plus ou moins long, par le comité de soutien aux Roms. Du fait de cette inter-connaissance, et alors que tous les Roms vivent toujours en squats (fig. 2), il n’est pas rare que les soutiens négocient personnellement avec l’un des élus, par mail ou par téléphone, pour éviter une expulsion ou accélérer une démarche administrative pour les Roms.

18

Figure 2 : Squat rom à Montreuil, 2007

Figure 2 : Squat rom à Montreuil, 2007

19Dès l’accession à la mairie de la nouvelle équipe, le projet de relogement se met en marche de façon très informelle au début, sous la direction d’Alain Monteagle, élu Vert en charge de la question des Roms. A partir de mai 2008, l’élu et quelques membres de l’ancien comité de soutien se rencontrent régulièrement pour mettre en commun leurs idées et tenter de poser les bases d’un projet d’insertion. Ils défrichent le sujet et les soutiens des Roms se penchent activement sur les précédentes expériences de relogement. L’une d’elles en particulier, étend ses recherches, rencontre les comités de soutien des villes où un projet a été lancé. Elle se rend à Saint-Maur, à Bagnolet, et même à Nantes, et rédige pour chaque projet un rapport décrivant ses qualités et ses écueils, qu’elle transmet aux soutiens et à l’élu pour nourrir les grandes lignes du projet montreuillois.

20Elus et soutiens conviennent ensemble que le projet de relogement concernera le groupe de familles qui vit alors depuis un an dans une ancienne imprimerie squattée située rue Dombasle, derrière la Mairie, soit une centaine de personnes. Quelques mois après le début des discussions informelles, en juillet 2008, l’imprimerie brûle, précipitant la concrétisation du projet. Alors que rien n’est encore prêt, l’heure n’est plus à imaginer le projet, mais à reloger en urgence toutes les familles. Les occupants du squat s’installent durant l’été sur deux terrains municipaux, rue Saint-Just et rue Pierre de Montreuil, qui, un an plus tard, deviennent de fait les deux sites de la MOUS de Montreuil. En janvier 2010, les habitants de la rue Saint-Just quittent le terrain insalubre et surpeuplé, et déménagent sur un nouveau terrain, situé rue de la Montagne Pierreuse. Un autre groupe d’une quarantaine de personnes, installées dans un squat du Bas-Montreuil, Place de la Fraternité, intègre également la MOUS. Bien qu’arrivés plus récemment à Montreuil, ces familles sont entourées parun  groupe de voisins solidaires qui les a aidées à s’installer dans le squat, à inscrire leurs enfants à l’école, à accéder aux démarches administratives et finalement au dispositif de relogement.

  • 20  Soit, comme nous l’avons évoqué plus haut, l’ALJ 93, le Pact Arim ou Adoma. Pour une analyse des d (...)

21Aux premières évocations du projet, aucune mention n’est faite d’un partenariat au niveau étatique, d’une quelconque implication de la préfecture. Les premières suggestions d’Alain Monteagle mentionnent une liste d’élus qui pourraient être intéressés, quelques associations ainsi que Médecins du Monde. Le projet est finalement élaboré avec l’association Rues et Cités, retenue pour son travail ancienneté dans la ville, et notamment pour son travail de longue date auprès du public Rom. Autrement dit, aucun des opérateurs privilégiés par les mairies et la préfecture dans les autres villes du département20 n’a au départ été sollicité par les élus. Au même moment est créé un « comité de pilotage » réunissant la mairie, Rues et Cités, les soutiens et deux représentants des Roms.

22Dès le début, la mairie de Montreuil affiche la volonté de réaliser un projet original, de « réaliser ‘bien autre chose’ que les ‘villages d’insertion’ de l’ALJ 93 » (Vermande, 2010) critiqués pour la sélection des bénéficiaires, opérée après un rapide « diagnostic social » censé évaluer la volonté et les capacités d’intégration de chaque famille.

  • 21  L’ancienne SONACOTRA (Société Nationale de Construction pour les Travailleurs Algériens) créée en (...)

23En septembre 2008, l’élu chargé du dossier annonce ainsi aux soutiens réunis à la mairie : « l’originalité du projet est le rôle qu’auront les citoyens et les voisins dans la MOUS et l’intégration des Roms ». Et s’il mentionne la possibilité de faire appel à ADOMA21 pour la construction de petites unités qui relogeraient les Roms du squat de la Place de la Fraternité, c’est uniquement, précise-t-il, parce que « l’avantage avec ADOMA c’est qu’ils payent toutes les constructions qu’on leur demande. Mais c’est nous qui fixons les conditions d’exploitation. Eux ne font que des suggestions »… affirmations qui sont, soit dit en passant, loin de correspondre aux pratiques concrètes de l’entreprise.

La brèche de l’hospitalité

24Mais rapidement, avec l’avancée du projet, le comité de pilotage local et informel disparaît de l’agenda municipal. En effet, entre septembre 2008 et juin 2009, pendant la période de « Pré-MOUS », de nouveaux partenaires s’imposent à la mairie, notamment du fait que la préfecture entre en jeu, qui finance en partie le projet. Les soutiens sont donc écartés de toute participation officielle, perdent le rôle que les élus leur avaient promis, et sont largement déçus de la tournure que prend le projet. Cependant, même après l’officialisation de la MOUS et l’arrivée de nouveaux partenaires, les soutiens obtiennent d’A. Monteagle un rendez-vous mensuel au cours duquel ils sont, plus ou moins clairement, tenus au courant des avancées du projet. Lors de ces réunions, l’élu se garde pourtant de répondre aux questions trop précises, contourne celles qui l’embarrassent, tout en faisant mine de mettre les soutiens dans la confidence de certaines décisions.

25D’un côté, la MOUS naît officiellement en juin 2009 et le comité de pilotage local est remplacé par un comité de pilotage politique qui réunit la mairie, la préfecture et les opérateurs recrutés – Rues et Cités et ALJ 93. De l’autre, les réunions mensuelles du comité de soutien en présence de l’élu se poursuivent, ainsi qu’une réunion hebdomadaire à la mairie, où les « Roms de la MOUS » sont conviés à aborder avec les élus les points qui leur posent problème, quant à leur situation individuelle ou à la vie quotidienne sur l’un des sites. En dépit de l’évincement des soutiens du processus décisionnel, le projet continue à être géré, lors de ces réunions, comme un bricolage informel où d’après les élus, chaque individu – Roms, élus et soutiens – devrait mettre toute sa bonne volonté pour que l’addition des efforts de chacun permette d’aboutir à l’insertion des Roms, malgré les obstacles institutionnels à tous les niveaux.

26Après la tentative avortée d’installer les occupants de la rue Saint-Just sur le terrain du SEDIF en février 2009, la mairie annonce aux soutiens que le déménagement aura lieu en janvier 2010, sur un terrain municipal, toujours dans le quartier de la Boissière. Craignant que l’hostilité des riverains ne mette encore à mal le projet, un élu demande aux soutiens, lors d’une rencontre en octobre 2009, de « venir en masse » à la réunion d’information prévue dans l’école du quartier, afin que la mairie ne soit pas seule à défendre ce projet : face à l’accueil glacial réservé à la MOUS dans la plupart des réunions, les élus ont besoin de la présence des soutiens, et le disent clairement. Au cours de cette même réunion, un autre élu évoque le cas d’une famille rom du même groupe installée dans une maison squattée depuis trois ans, qui ne fait pas encore partie de la MOUS. Mais les soutiens se sont assurés qu’elle ne serait pas oubliée des élus dans leur projet d’insertion et, alors que la maison vient d’être détruite par un incendie de plus, ils s’emploient à faire pression sur la mairie pour qu’une solution de relogement rapide et adaptée soit trouvée. Deux semaines après l’incendie, l’élu a enfin trouvé un pavillon vide, propriété de la mairie. Mais l’employé du service logement, qui se charge de l’attribution du pavillon, explique qu’il refuse de payer l’installation du compteur EDF. En retour de ses maints efforts personnels, et pour accélérer le relogement de la famille, l’élu demande donc au comité de soutien de s’impliquer lui aussi : « La ville prend des engagements pour la MOUS, alors la ville peut demander quelque chose ! Le pavillon sera vendu ensuite, alors pour la mairie, peu importe qu’il ait eu des améliorations ou pas. Il faudrait aussi acheter un bac de douche … ». Puis, alors que les soutiens s’étonnent de cette requête inhabituelle de la part d’une mairie : « Nous on défend des milliers de familles, vous une seule ! ». Dans le même temps, et comme pour confirmer son engagement personnel envers cette famille – à qui il ne doit rien, puisqu’elle ne fait pas partie de la MOUS –, l’élu assure que « ce pavillon, [il l’a] quasiment arraché ! », qu’il a passé « chaque heure » depuis l’incendie à rechercher une solution, et qu’il va mettre le dossier de cette famille « en priorité du contingent préfectoral pour les logements sociaux ». Les élus s’appliquent donc à démontrer aux soutiens qu’ils défendent ce projet dans une position quasi-militante, et qu’ils doivent lutter contre l’inertie des institutions et l’hostilité de l’opinion publique.

27Ces réunions laissent aux soutiens et aux observateurs extérieurs l’impression d’un projet très local, d’un bricolage fondé sur des volontés individuelles d’élus et de citoyens. Mais il ne s’agit pas pour autant d’une faiblesse ou d’un désordre, car le bricolage, de même que l’instabilité, s’avèrent être des caractéristiques constitutives de l’exercice de l’hospitalité. Exercice qui implique en effet, pour faire une place à l’Autre chez soi, « une brèche dans le système » de fonctionnement de l’accueillant (Gotman, 2001). Jusque récemment, les élus attendaient des soutiens un engagement personnel dans le travail de préparation de la MOUS, à la mesure et en échange du leur, condition de réussite du projet. Si les hôtes et les acteurs qui les entourent sont ainsi mis « en dette réciproque » par cette générosité initiale, aux motivations politiques, c’est peut-être que durant cette phase de « bricolage » de l’hospitalité municipale, les élus l’envisageaient d’une certaine façon comme « relevant de la sphère du don » (Gotman, 2004a). D’où les sollicitations inattendues de ces derniers, qui demandent aux soutiens de donner, ou plutôt de se donner, quand ceux-ci auraient finalement préféré avoir affaire à un dispositif institutionnalisé, impersonnel et surtout efficace.

Registres de justification de l’action

Territoire

28Pour les nouveaux élus, il s’agit dès le début de mettre fin à l’« errance » des Roms de squat en squat, de trouver une solution stable pour ces familles bien connues dans la ville parce que présentes pour la plupart depuis dix ans.

  • 22  Réunion du comité de soutien, septembre 2008.

29Avant l’incendie du squat de la rue Dombasle en juillet 2008, pendant la période de réflexion sur le dispositif d’accueil à venir, une liste est établie par une voisine solidaire, pour en recenser les habitants et tenter de poser une limite numérique au projet. Mais les élus assurent qu’aucune sélection sur critères d’« intégrabilité » ne sera réalisée parmi les familles déjà présentes. Si le principe de non sélection a pu sembler des plus évidents aux soutiens, cette décision est également liée à l’opérateur retenu pour mener le projet avec la mairie : l’association Rues et Cités a toujours refusé d’effectuer cette sélection a priori, estimant que son travail consistait avant tout à accompagner ces habitants de Montreuil dans leur accès au droit commun. C’est d’ailleurs en suivant ce même principe que l’élu expose l’originalité du projet d’insertion de Montreuil : « On veut partir d’une réalité de quartier, et pas des Roms. D’une réalité urbaine, d’un ancrage dans la ville »22. Le critère d’ancienneté sur le territoire communal figure par ailleurs sur l’un des premiers documents officiels de la MOUS. Mais si le fait d’insister sur l’ancrage des Roms dans la ville permet aux élus de légitimer leur action auprès des électeurs – qui ne sont dès lors plus des « intrus », mais des Montreuillois à part entière – l’argument de leur ancrage n’est ni une invention, ni un travestissement de la réalité : qu’il s’agisse de leur village d’origine ou de leur ville de destination, la référence au territoire est omniprésente dans les représentations identitaires des Roms concernés. Depuis que la migration est commune à tous, les jeunes adultes qui ont grandi à l’étranger se vantent d’être « Scoţiana » (Ecossaise), « Neamţo » (Allemand) ou « Francezo » (Français). Et dans le minibus qui revient de Roumanie, certains annoncent : « amaro Montreuil ! » (notre Montreuil !), alors que l’on sort du périphérique pour entrer dans la ville. Chaque groupe rom est ancré dans une localité, peut-être pas pour toujours – mais aujourd’hui, quel citadin français se projette avec certitude, au-delà de cinq ou dix ans, dans la même ville ? –, mais tant qu’il existe, cet ancrage fait sens.

Urgence humanitaire

30V. Guiraudon (2006) note que les politiques d’intégration des immigrés sont très souvent « réactives et élaborées en fonction des circonstances », dans l’urgence, parfois à la suite d’événements qui suscitent l’émotion du public et favorisent donc son adhésion potentielle pour des motifs humanitaires. Plusieurs de ces programmes, de certaines cités de transit des années 1960 jusqu’aux six « MOUS rom » de Seine-Saint-Denis, ont en effet été mises en places pour réagir à des situations d’urgence, parfois sanitaire et souvent urbanistique (Legros, 2010b). La moitié des villages d’insertion fait ainsi suite à un incendie survenu dans le squat ou le terrain occupé par les Roms. Ces dispositifs s’inscrivent donc, en apparence, dans un traitement humanitaire de la question de la migration économique ; les décisions prises par les municipalités qui s’y engagent sont justifiées auprès du public par la nécessité humanitaire, par l’urgence sanitaire dans laquelle se trouvent les victimes.

31A Montreuil toutefois, une volonté politique était manifestement présente avant l’incendie qui a précipité le relogement des Roms, ce qui n’a pas empêché les élus d’adapter leur discours au public visé. C’est ainsi que dans les premiers temps de la MOUS, certains élus n’hésitent pas à justifier face aux soutiens ce qu’ils appellent une « tactique politique », s’ils estiment qu’elle joue en faveur du projet. Lorsqu’en 2009, un voisin du squat de la Place de la Fraternité se plaint que le journal local ne parle que des Roms installés rue Saint-Just et rue Pierre de Montreuil, l’élu lui répond que « c’est de la stratégie. On veut partir de l’incendie pour rassembler les votes. C’est de la tactique politique. Il faut susciter la solidarité ». Il y a bien eu volonté politique des Verts de prendre position sur le problème de l’habitat insalubre des Roms en « prenant en main » le problème, plutôt que de le renvoyer aux communes voisines ou aux instances politiques supérieures. Cependant, mettre en avant des motifs humanitaires pour justifier l’action sociale d’une mairie envers une population immigrée, c’est prendre moins de risques politiques, mais surtout tenter de rallier l’opinion publique locale à son projet. A Montreuil, c’est un pari d’autant plus difficilement tenable que, nous allons le voir, les oppositions à la MOUS sont aussi nombreuses que diverses.

L’hospitalité sous tension

32Les critiques de la MOUS sont formulées par divers acteurs de la scène politique montreuilloise. Du côté municipal, les articles du journal local sont rédigés dans le souci d’anticiper les critiques sur les risques d’appel d’air ainsi que sur le sérieux du projet d’insertion, qui ne se font pas attendre. Les rédacteurs du journal s’attachent donc à rappeler les limites de la MOUS en termes de capacité d’accueil, en même temps qu’ils vantent les qualités respectives des opérateurs recrutés. Dans le même temps, on assiste à une normalisation progressive de la MOUS mais également du discours municipal sur la question, dont témoignent la presse, les réunions et échanges de mails entre les différents acteurs depuis 2008.

Communication et concertation

  • 23  « L’équipe de Dominique Voynet refuse d’entendre et de prendre en compte la parole des habitants, (...)

33Pour les grandes orientations que prend la Ville, les Montreuillois ont l’habitude d’être consultés à travers les permanences des élus et les conseils de quartier. La concertation tient également une grande place dans les communications officielles de la mairie, notamment à travers le journal local Tous Montreuil. Cette pratique d’une politique « très locale » est restée centrale jusqu’à aujourd’hui, et c’est précisément l’absence de concertation préalable et de communication qui fonde la plupart des critiques de la MOUS formulées par les habitants des quartiers. Cette critique est récurrente dans les tribunes rédigées par les minorités politiques23, les pétitions de riverains et les quelques réunions organisées par la mairie. Les riverains, dans le Haut comme dans le Bas-Montreuil, s’organisent en collectifs et développent une communication publique par le biais de tracts et de pétitions. Ils se plaignent notamment de n’être consultés qu’en façade, puisque les réunions sont convoquées alors que les décisions sont déjà prises, et reprochent à la mairie de poursuivre ce projet alors qu’il est décrié de toutes parts.

34Dans le journal local, rares sont les annonces de réunions de concertation ou d’information dans les quartiers concernés par l’installation des Roms, et elles sont plutôt diffusées aux riverains par courrier. Par ailleurs, les articles sur la MOUS paraissent principalement quand a lieu un événement : l’échec de l’installation sur le terrain du SEDIF et l’officialisation de la MOUS en 2009, la décision d’héberger d’autres « familles roms en errance » dans une maison de quartier en 2010… C’est dans le n°13 de Tous Montreuil, en mai 2009, qu’apparaît pour la première fois le terme de MOUS, qui n’est cependant ni introduit par un texte spécifique, ni explicité pour le lecteur. Il faut attendre le n°42 d’octobre 2010 pour voir un encart consacré à une définition bien sommaire des dispositifs MOUS en général. Pourtant, on retrouve dans presque chaque article sur la question la mention en quelques lignes des dangers de l’intolérance des riverains face à la venue des Roms dans leur quartier. Les articles mentionnent peu d’ailleurs les manifestations d’hostilité des comités de riverains – tracts, pétitions, lettres de plainte ou de menace à la mairie et à la préfecture… Faut-il y voir une volonté de ne pas mettre trop en relief les réactions négatives générées par la MOUS, de créer le consensus en développant davantage les aspects positifs du projet ?

Nouvelles mobilisations militantes

35Des critiques d’une autre nature touchent la MOUS de Montreuil. Elles sont portées par des militants montreuillois, pour la plupart eux-mêmes squatteurs, qui soulignent le fait que la mairie se dédouane de toute solidarité envers les Roms arrivés plus récemment au motif qu’elle a déjà ses 350 roms officiels. Pour les Roms arrivés après la création de la MOUS et n’ayant pas de lien familial ou géographique avec le groupe pris en charge, la vie en squat continue et avec elle, les expulsions successives, quelques arrestations souvent accompagnées de la délivrance d’OQTF (Obligation de Quitter le Territoire Français). D’après certains militants, l’existence de la MOUS justifierait le renouveau des expulsions systématiques des autres Roms de Montreuil. Et quand la mairie assure que celles-ci sont uniquement l’initiative de la préfecture ou des propriétaires privés, les militants restent convaincus que la mairie n’y est pas étrangère et lui demandent, pour prouver l’engagement politique dont elle se réclame, de retirer ses plaintes ou de faire pression sur les autorités pour mettre fin aux expulsions.

36C’est sur ce modèle que s’est déroulée « l’affaire du Salon du Livre », en novembre 2009. Un grand nombre de familles et d’individus, parmi lesquels plusieurs familles roms, occupait un terrain vague donnant sur la rue de Paris, artère principale de la ville, en face du palais des congrès où se tient chaque année le salon du livre de la jeunesse. L’expulsion du lieu a été ordonnée quelques jours avant le début de cet événement fort médiatique : un « hasard » de calendrier qui a conduit les militants comme les voisins à affirmer que la mairie a poussé le propriétaire à demander l’expulsion, quand celle-ci assure que les terrains privés ne sont pas de son ressort. Pendant plusieurs semaines, les familles dorment à la rue, tentent de camper dans un parc, en sont repoussées par la police. Quelques élus se présentent et se désolent de ne pouvoir rien faire. Les Roms retournent camper aux portes du terrain qu’ils occupaient initialement, avant d’en être à nouveau évacués par un arrêté municipal de désinfection de la rue, qui n’aurait, d’après son signataire, aucun rapport avec la présence prolongée des familles sur le trottoir. Les Roms et leurs soutiens occupent la mairie, les négociations échouent une fois de plus.

  • 24  Voir la « Déclaration pour la création à Montreuil d’une plate forme unitaire de solidarité et de (...)
  • 25  Précisions apportées par Martin Olivera, ethnologue, formateur et coordinateur sur  les questions (...)

37Pendant ces semaines de lutte, plusieurs tracts et affiches sont produits par les Montreuillois mobilisés aux côtés des Roms, dénonçant unanimement l’inertie de la mairie qui, de son côté, justifie son impuissance à agir en évoquant précisément l’existence de la MOUS. Dans le courant du mois de décembre, les Roms et leurs soutiens militants décident de l’ouverture d’un squat avenue du Président Wilson, dans le centre-ville, qui règle temporairement l’urgence du logement… jusqu’aux expulsions généralisées de l’été 2010 qui ont aussi touché cette maison. Une mobilisation de plus grande ampleur a alors vu le jour à Montreuil, dénonçant la politique « anti-Roms et anti-immigrés » du gouvernement24. Plusieurs associations de la ville promettent de se relayer toutes les deux semaines pour héberger dans leurs locaux la quarantaine de personnes expulsée du squat. Les mesures prises par la mairie pour les reloger de façon pérenne, au début de l’hiver, l’ont finalement été dans la plus grande discrétion, et aucune publicité n’a été faite à l’installation des familles dans un hangar municipal situé une fois de plus à la Boissière, pourtant officialisée par une convention d’occupation. Deux ans après l’officialisation de la MOUS, on compte à Montreuil une centaine de Roms qui, bien qu’exclus du projet principal, sont installés avec l’accord de la mairie dans des bâtiments municipaux ou sur des terrains disposant de conventions d’occupation25.

Vers la normalisation du dispositif

  • 26  La plupart des MOUS appliquent un loyer qui correspond à peu près à un euro par jour et par carava (...)

38Dès l’inauguration de la MOUS à la mairie en juin 2009, le dispositif est officialisé. Dans un mouvement propre à toute institutionnalisation de l’hospitalité, la préfecture s’impose comme un partenaire central et les bénéficiaires sont désormais des locataires26. Suivant la même logique, les soutiens ne sont plus invités à prendre part au comité de pilotage politique nouvellement crée et se plaignent, autant que les riverains des deux terrains, du manque de transparence de la mairie. Les Roms concernés, qui ne sont guère plus informés que les riverains ou les membres du comité de soutien, se tournent vers ces derniers et vers les travailleurs sociaux pour tenter de savoir quand ils obtiendront une plus grande caravane, une autorisation de travail, un vrai logement, etc.

  • 27  J.-P. Brard affirmait en effet que « le problème des Roms de Roumanie ne peut pas être réglé à Mon (...)
  • 28  « Nous prenons notre part de responsabilité, notamment à travers la Maîtrise d’œuvre urbaine et so (...)

39La position officielle de Dominique Voynet à propos de l’accueil des Roms arrivés après la création de la MOUS tient en deux arguments principaux, dans la lignée de ceux brandis par les autorités en général. Et malgré leurs politiques distinctes, les discours de l’ancienne et de la nouvelle équipe municipale recourent au même argumentaire lorsqu’il s’agit des étrangers « indésirables »27 : d’une part, c’est l’Etat – ou l’Europe, ou le département, en fonction de qui parle… - qui est responsable des solutions à trouver aux problèmes qui se posent28. Ce mécanisme est à l’œuvre à tous les niveaux des institutions, qui se déclarent successivement non compétentes et renvoient le « dossier » à l’institution supérieure. Qu’il s’agisse de justifier un refus d’agir ou de déplorer le manque de moyen pour agir davantage, la mairie de Montreuil n’a de cesse de renvoyer la responsabilité aux communes voisines qui doivent « prendre leur part », à l’Etat qui doit fournir plus de moyens, à l’Union Européenne qui doit faire pression sur les Etats passifs.

  • 29  Ainsi cet édito de D. Voynet (novembre 2009) à propos des Roms « hors-MOUS » qui squattaient la fr (...)
  • 30  Montreuil compte en effet environs 6000 demandeurs en attente de logements sociaux.

40D’autre part, on ne peut pas privilégier les nouveaux arrivants au détriment des autochtones ou des demandeurs de longue date, l’urgence de la misère n’étant pas un coupe-file valable dans ce genre de situations29. En affirmant la primauté des demandeurs de logement social dans les préoccupations municipales, il s’agit d’abord pour D. Voynet de contrer la principale critique des élus de la minorité et de certains Montreuillois, et de ne pas avoir l’air de privilégier des étrangers au détriment des demandeurs considérés comme légitimes30 : la population nationale et les étrangers en situation régulière. Et si certains riverains n’hésitent d’ailleurs pas à utiliser l’argument des « Roms français », vrais Montreuillois pour l’occasion, injustement laissés pour compte, c’est que ce constat désigne en même temps les Roms roumains comme étrangers, bénéficiaires non légitimes de l’action publique locale.Dans ce jeu de ping-pong rhétorique, la mairie distille à son tour des informations censées rétablir la légitimité des Roms « de la MOUS » à bénéficier du dispositif d’insertion, en s’appuyant, on l’a vu, sur un ancrage territorial dont différentes échelles peuvent être mobilisées : « Plus de la moitié des adultes vivent en France depuis plus de six ans, et un grand nombre depuis plus de dix ans », précisait un des élus lors du « Bilan d’étape de la MOUS » en septembre 2010.

Conclusion

41Dans l’arène politique de Montreuil, la citadinité et l’appartenance au territoire local fondent une grande partie des débats. La distinction entre les anciens montreuillois – le « peuple », que devrait incarner l’électorat du maire sortant – et les nouveaux arrivés – les « bobos » du Bas-Montreuil qui auraient voté pour les Verts – est une ligne de fracture souvent mobilisée. Et les différents éléments d’analyse mis en relief ici montrent que la question de l’appartenance locale est omniprésente dans le traitement de l’accueil des Roms à Montreuil.

42La création du projet d’insertion des Roms roumains avait comme objectif, pour les soutiens comme pour les élus, de résoudre un problème local, concernant des bénéficiaires locaux – les Roms roumains d’ici –, par des mesures très locales. Les détracteurs de la MOUS – minorité municipale et certains riverains – expriment clairement que seuls les autochtones et les étrangers légitimes peuvent prétendre bénéficier de l’hospitalité et de l’argent publics. C’est dans un mouvement de légitimation de leurs nouveaux hôtes que l’on peut interpréter la tentative de la mairie de constituer les Roms bénéficiaires de la MOUS en autochtones, qui auraient « adopté » la ville comme lieu d’appartenance, voire d’origine.

43Dans le même temps, la mairie doit répondre aux pressions d’un électorat largement sous tension, qui demande à ce que soient régulièrement rappelées les frontières de la communauté citadine, mais également à celles du milieu associatif qui, à l’automne 2010, exige qu’elle trouve des solutions d’accueil pérennes pour les familles roms expulsées pendant l’été. Or la mairie ne pouvait pas accueillir une fois de plus les Roms par la grande porte. En refusant publiquement et de façon répétée de prendre plus que « sa part », en excluant les autres Roms « hors-MOUS » de son cadre d’action, tout en élaborant, au cas par cas et à reculons, des solutions de relogement hors du dispositif officiel, la mairie de Montreuil n’a fait qu’appliquer un principe propre à la notion d’hospitalité. Car pour légitimer les hôtes comme membres, même temporaires, de la communauté locale aux yeux des autres membres, il faut aussi en définir les non-membres, les étrangers, tracer les frontières du partage et donc de l’hospitalité municipale. La lisière se trouve toujours dans le champ du territoire, puisque c’est d’abord l’arrivée plus récente de ces Roms roumains, donc leur étrangéité, qui les exclut de la bienveillance municipale.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

BERNARDOT M., 2008, Loger les immigrés. La SONACOTRA 1956-2006, Paris, Editions du Croquant.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

DELACROIX C., 2009, « La chute de Montreuil la Rouge », in Hérodote, « France, enjeux territoriaux », numéro 135.
DOI : 10.3917/her.135.0110

FASSIN D., MORICE A., QUIMINAL C., 1997, Les lois de l’inhospitalité. Les politiques de l’immigration à l’épreuve des sans-papiers, Paris, La Découverte.

GOTMAN A., 2001, Le sens de l’hospitalité. Essai sur les fondements sociaux de l’accueil de l’autre, Paris., PUF

GOTMAN A., 2004a, « France contemporaine. Un bricolage postmoderne », in Montandon A. (dir.), Le livre de l’hospitalité. Accueil de l’étranger dans l’histoire et les cultures, Paris, Bayard.

GOTMAN A., 2004b, L’hospitalité façonnée par le droit : la loi Besson sur l’accueil et l’habitat des gens du voyage, in GOTMAN A. (dir.), Villes et hospitalité. Les municipalités et leurs « étrangers » , Paris, MSH.

GUIRAUDON V., 2006, L’intégration des immigrés ou la politique de l’esquive, réformer sans changer de modèle ?, in CULPEPPER P., HALL P., PALLIER B. (dir.) La France en mutation, 1980-2005, Paris, Presses de Sciences-Po.

JAULIN B., 2000, Les Roms de Montreuil, Paris, Autrement.

LEGROS O., 2010a, Les "villages d’insertion" : un tournant dans les politiques en direction des migrants roms en région parisienne ?, Asylon(s), n° 8, Radicalisation des frontières et promotion de la diversité, url de référence : http://www.reseau-terra.eu/article947.html.

LEGROS O., 2010b , Les pouvoirs publics et les grands « bidonvilles roms » au nord de Paris (Aubervilliers, Saint-Denis, Saint-Ouen). Réflexions sur la dimension spatiale des politiques de régulation de la grande précarite en milieu urbain, EspacesTemps.net, Textuel, 27.09.2010.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

MASCLET O., 2005, Du « bastion » au « ghetto ». Le communisme municipal en butte à l’immigration, Actes de la recherche en sciences sociales, n°159, p.10-25.
DOI : 10.3917/arss.159.0010

PETONNET C., 1985, On est tous dans le brouillard. Ethnologie des banlieues, Paris, Editions du CTHS.

PERROT D., 2004, Don. Hospitalité et réciprocité, in MONTANDON A. (dir.), Le livre de l’hospitalité. Accueil de l’étranger dans l’histoire et les cultures, Paris, Bayard.

PALOMARES E., 2010, De la « ville ouvrière » à la « ville monde », la figure de l’étranger à Montreuil, Les entretiens de Montreuil, http://blogs.mediapart.fr .

SIMON P., 1999, La gestion politique des immigrés : la diversion par la réforme urbaine, Sociétés contemporaines, n°33-34, p.5-13.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

TRICART J.-P., 1977, Genèse d’un dispositif d’assistance : les « cités de transit », Revue Française de Sociologie, 18-4, p.601-624.
DOI : 10.2307/3320888

VERMANDE M., Intégrer ou expulser les « Roms » : lorsqu’une population devient « problème ». Les paradoxes du dispositif d’insertion montreuillois. Mémoire de M2, Université Lumière Lyon 2, 2010.

Haut de page

Notes

1  Chez Fassin, Morice & Quiminal (1997), Gotman (2011, 2004a et b), Montandon (2004) par exemple.

2  Comme le souligne Gotman (2001), sans pour autant l’invalider.

3  Attaches conditionnées notamment par les restrictions de séjour en Europe des citoyens roumains jusqu’en 2007, puis facilitées par l’entrée du pays dans l’Union Européenne.

4  Les différents lieux mentionnés dans le texte sont référencés sur le plan de la ville.

5  Communiqué de Presse municipal, 18 avril 2003.

6  Verts Contact, 26 avril 2003.

7  Maire-adjoint dès 1971, il est élu Maire de Montreuil en 1984 puis député de Seine-Saint-Denis en 1988. Il quitte le PCF en 1996, et se maintient ensuite au pouvoir sans étiquette politique officielle, tout en restant « proche du parti ».

8  Le thème du lien entre communisme municipal et immigration mériterait d’être ici approfondi et nous renvoyons, pour l’exemple de Gennevilliers, à l’article d’Olivier Masclet (2005).

9  La MOUS compte aussi deux maisons où vivent des familles appartenant à un autre groupe Rom, mais il en sera question ici de manière seulement périphérique dans la mesure où elles sont très peu mentionnées dans le débat public et où elles n’ont pas été inclues dans notre recherche.

10  Créée en 1975, l’association  travaille dans le secteur de la prévention spécialisée auprès des jeunes, et compte une équipe d’éducateurs de rue.

11  Extrait du « projet d’accompagnement social des familles de la MOUS à Montreuil » de l’Association Rues et Cités, début 2009.

12  Fondée dans les années 60, l’entreprise gère entre autres un foyer de jeunes travailleurs, un centre international de séjour et se donne pour mission d’accompagner « ses usagers dans leur accession à l'autonomie et à la maturité et participe de leur ouverture à l'échange et à la citoyenneté » (source : www.alj93.fr).

13  A Aubervilliers, Saint-Denis, Saint-Ouen, Bagnolet, où interviennent l’ALJ 93, le Pact Arim et dans une moindre mesure ADOMA, ainsi que deux sites à Montreuil.

14  Les ouvriers ne représentent plus qu’un quart de la population en 1999 (Delacroix, 2009).

15  Loi Vaillant de 2002, qui impose la création de conseils de quartiers dans les villes de plus de 80000 habitants.

16  Ils accusent d’ailleurs D.Voynet, qui habite dans la commune depuis 2003 seulement, de ne pas être une vraie montreuilloise.

17  Edité par la majorité municipale et reflétant la politique menée par celle-ci, Montreuil Dépêche Hebdo a changé de nom fin 2008, peu après l’élection de Dominique Voynet pour devenir Tous Montreuil.

18 « A part une fois où je suis partie en vacances, je n’ai jamais quitté Montreuil »

19  Le SEDIF a toujours mis en avant, pour expliquer son opposition au projet, les dangers de pollution que représenterait l’installation des familles à proximité des réserves d’eau qui desservent tout l’Est parisien. Mais pour les Verts, la position du président du SEDIF, A. Santini, n’est pas étrangère au conflit qui l’opposait alors à D. Voynet , et ils déclarent ironiquement sur leur site internet qu’ « il est évidemment impensable qu’il s’agisse là d’un signal du Président du Sedif et de la société Véolia, donné au détriment des Roms, dans le but de faire payer à la Maire de Montreuil, sa position constante en faveur du retour en Régie publique d’un gros contrat de gestion de l’eau francilien ».

20  Soit, comme nous l’avons évoqué plus haut, l’ALJ 93, le Pact Arim ou Adoma. Pour une analyse des dispositifs MOUS de Seine-Saint-Denis où interviennent ces acteurs « traditionnels », se référer aux travaux d’O. Legros (2010 a et b).

21  L’ancienne SONACOTRA (Société Nationale de Construction pour les Travailleurs Algériens) créée en 1956, a changé de nom en 2007 pour devenir ADOMA et « tenter de tourner la page de la gestion de l’immigration » (Bernardot, 2008 : 20). La SONACOTRA a géré des foyers de travailleurs immigrés, des centres d’accueil, cités de transit et « villages modulaires » pour ouvriers étrangers, avant de constituer des filiales HLM et de diversifier son offre de logements. Aujourd’hui, ADOMA, propose divers type d’hébergements pour accueillir différents profils de populations exclues, gérant notamment des aires d’accueil de Gens du Voyage et des « villages d’insertion » hébergeant des familles Roms.

22  Réunion du comité de soutien, septembre 2008.

23  « L’équipe de Dominique Voynet refuse d’entendre et de prendre en compte la parole des habitants, des forces vives de la ville (…), des employés communaux ou encore des conseils de quartier »… « La mairie reste sourde aux appels à l’écoute, au dialogue et à la concertation ». « Madame Voynet, entendez-vous la colère qui gronde ? » Tribune du groupe Gauche Unie et Citoyenne, Tous Montreuil n°25, 18 décembre 2009.

24  Voir la « Déclaration pour la création à Montreuil d’une plate forme unitaire de solidarité et de protection pour les Rroms», mise en ligne sur les sites internet de la mairie de Montreuil et du réseau Romeurope.

25  Précisions apportées par Martin Olivera, ethnologue, formateur et coordinateur sur  les questions relatives aux Roms/Tsiganes en Seine Saint Denis dans l’association Rues et Cités. Pour ce qui concerne la situation des Roms « hors-MOUS », voir également le projet mené par l’association Ecodrom, www.ecodrom.org.

26  La plupart des MOUS appliquent un loyer qui correspond à peu près à un euro par jour et par caravane.

27  J.-P. Brard affirmait en effet que « le problème des Roms de Roumanie ne peut pas être réglé à Montreuil, il doit l’être au niveau européen. […] Nous n’accepterons jamais qu’un bâtiment municipal soit occupé illégalement », Montreuil Dépêche Hebdo, 25 juin 2003.

28  « Nous prenons notre part de responsabilité, notamment à travers la Maîtrise d’œuvre urbaine et sociale. Il faut que l’Etat et les autres villes prennent les leurs ». Dominique Voynet, Tous Montreuil N°27, février 2010.

29  Ainsi cet édito de D. Voynet (novembre 2009) à propos des Roms « hors-MOUS » qui squattaient la friche située face au palais des congrès : « Il faut agir, bien sûr. Mais comment le faire sans attiser le sentiment d’injustice qui s’emparerait de ceux qui attendent, parfois depuis des années, un logement décent ? ».

30  Montreuil compte en effet environs 6000 demandeurs en attente de logements sociaux.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1 : Plan de Montreuil
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8261/img-1.png
Fichier image/png, 738k
Titre Figure 1 : Terrain de la rue Pierre-de-Montreuil, 2009
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8261/img-2.png
Fichier image/png, 174k
Titre Figure 2 : Squat rom à Montreuil, 2007
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8261/img-3.png
Fichier image/png, 203k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Norah Benarrosh-Orsoni, « Bricoler l’hospitalité publique : réflexions autour du relogement des Roms roumains à Montreuil », Géocarrefour, Vol. 86/1 | 2011, 55-64.

Référence électronique

Norah Benarrosh-Orsoni, « Bricoler l’hospitalité publique : réflexions autour du relogement des Roms roumains à Montreuil », Géocarrefour [En ligne], Vol. 86/1 | 2011, mis en ligne le 16 novembre 2011, consulté le 25 juin 2016. URL : http://geocarrefour.revues.org/8261 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.8261

Haut de page

Auteur

Norah Benarrosh-Orsoni

Université Paris Ouest Nanterre la Défense, 200 avenue de la République, 92001 Nanterre norah.ben@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page