Navigation – Plan du site
Articles

L’action publique locale au défi de l’habitat des Roms à Florence (Italie) : en finir avec les campi nomadi. Variété et fragilité des expériences (années 1990 - 2000)

Local public-sector action and the challenge of housing Roma people in Florence (Italy): ending the campi nomadi.  Diversity and fragility of experiments in the 1990s and 2000s
David Frantz

Résumés

L'objet de cet article est de montrer comment, à Florence, l’action publique locale a permis de mettre en œuvre une politique d’insertion des Roms par l’habitat, et comment elle est remise en cause par la suite. C’est par l’expérimentation que les institutions locales ont cherché des solutions alternatives à la ségrégation spatiale et aux mauvaises conditions de vie des Roms : la construction de nouveaux “villages” permanents et temporaires, l’accès au logement social, un programme d’accompagnement et de redistribution régionale (Progetto Rom Toscana). Dans les années 2000 cependant, le nouveau contexte – immigration, tournant sécuritaire et xénophobe – remet en cause des alternatives qui ont profité aux Roms des Balkans mais pas aux Roms de Roumanie. Ces expériences témoignent en particulier des aléas et des capacités de l'action publique locale en vue de l'insertion de populations marginalisées.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Le nombre de Tsiganes en Italie est estimé entre 90 000 et 120 000 personnes, voire entre 120 et 1 (...)

1En Italie, l'actualité de ces dernières années a rendu compte d’une hostilité diffuse à l'égard des populations tsiganes1. Cette présence accrue repose sur une immigration en provenance des pays balkaniques dans les années 1990 puis de Roumanie dans les années 2000 (Campani, 1997 ; Sigona, 2008 ; Bejzak, Jenkins, 2011). Les recherches sur les Tsiganes ont largement rendu compte des discriminations qu’ils subissent ainsi que de leurs conditions de vie particulièrement difficiles, les pouvoirs publics ayant une responsabilité avérée dans cette situation (ERRC, 2000 ; ECRI, 2006 ; Sigona, 2002, 2008 ; Sigona, Monasta, 2006 ; AA.VV., 2007). Des phénomènes de ségrégation sociale et spatiale relèguent les Roms à la périphérie des villes et dans les interstices urbains, générant des formes d'habitat spontané (bidonvilles).

2Le plus souvent, les pouvoirs publics n’ont pas toléré ces nouvelles formes d’habitat et d’occupation spatiale générées par des populations en situation de précarité économique et juridique. La question principale a été de savoir comment “traiter” ces populations, entre le rejet (expulsions, destructions de campements), l’assignation et l’insertion. Le constat de leur présence permanente, et de la vacuité des expulsions récurrentes, a fini par s’imposer, obligeant les institutions à rechercher des solutions notamment en termes d’habitat.

3Les dispositifs spatiaux d’insertion témoignent de la volonté de contrôle des Roms par les pouvoirs publics. En France par exemple, les “villages d’insertion” dans des communes du nord de la région parisienne sont des dispositifs spatiaux de contrôle et de contrainte qui ont contribué au renforcement du processus de marginalisation (Nacu, 2010 ; Legros, 2010). En Italie, les critiques émises sur les campi nomadi ont abouti à leur remise en cause en tant qu’obstacle à l’insertion des familles : l’action publique à l’échelle locale a montré une variété de réponses apportées par des communes italiennes (Vitale, 2009).

4L’objet de cet article est d’analyser la capacité de l’action publique locale en termes de résorption des difficultés d’habitat des Roms dans un contexte local, Florence en Toscane. Il s’agit de montrer la variété des expériences mises en place mais aussi leur fragilité. Dans un premier temps, la présentation de la situation des Roms à Florence montre l’influence du contexte migratoire international et de la situation politique nationale dans la mutation du comportement des institutions locales à leur égard. Dans un deuxième temps, nous témoignerons des alternatives expérimentées dans cette ville, révélant les tâtonnements de l’action publique locale. Dans un troisième et dernier temps, nous soulèverons les difficultés et les limites de ces initiatives.

5Les informations sur lesquelles se base cette recherche sont issues de visites de terrain et de témoignages recueillis auprès de personnes-ressources de la sphère du tiers-secteur à la fin des années 1990 et au début des années 2005 et 2010 dans le cadre d’un travail de thèse. Nous avons insisté sur le rôle de deux principales organisations. La première est l’A.R.C.I. (Associazione Ricreativa e Culturale Italiana), mouvement de sociabilité de gauche2. La seconde est la Fondazione Michelucci, qui est une fondation locale d’architectes et sociologues impliqués dans « les études et la recherche dans le domaine de l'urbanisme et de l'architecture moderne et contemporaine, en particulier sur les problèmes des structures sociales, hôpitaux, prisons et écoles »3. La Fondation a un rapport de collaboration avec la Région Toscane - avec un protocole qui spécifie ses domaines de travail - en particulier par le biais d'observatoires (sur les Tsiganes, sur les prisons, sur l'habitat précaire); elle répond aussi à des appels d'offres provenant de Mairies. La pertinence de cette approche repose sur le rôle central de ces deux acteurs locaux dans l’expérimentation et la mise en place de programmes d’insertion par l’habitat des Roms à Florence.

Les Roms à Florence

Un contexte d'immigration

6La question des Tsiganes à Florence a pris de l’ampleur avec l'importance de l'immigration en Italie de populations en provenance d’Europe orientale à partir de la fin des années 1980. Certes, la présence de Roms et Sintis dans la Péninsule est désormais ancienne (XIVè-XVè siècles), témoignant déjà d’une diversité de groupes, origines, localisations régionales, pratiques économiques et spatiales (Lapov, 2005 ; Liégeois, 2007). Traditionnellement, ce sont les Sintis qui sont présents en Toscane (Marcetti, Mori, Solimano, 1994). Dans cette région, les Roms correspondent à deux populations étrangères différentes dont les caractéristiques d’arrivée, de présence et d’accueil doivent être distinguées, même si leur condition juridique est très proche.

7Dans un premier temps, à partir de la fin des années 1980 et jusque dans les années 1990, l’immigration concerne des familles de Roms des Balkans qui se sont expatriées en raison des difficultés économiques en Yougoslavie puis des discriminations croissantes, des guerres et des épurations ethniques dans cette région, avec un pic avec la guerre du Kosovo en 1999 (Bejzak, Jenkins, 2011). Réfugiés en Italie, ils ont pu se déplacer ou bien être déplacés d’une région à l’autre durant plusieurs années avant de se stabiliser à Florence. Diverses explications peuvent être données sur le choix de cette ville, parmi lesquelles semblent se cumuler l’effet d’agrégation familiale, les opportunités de terrain d’accueil et l’effet attractif d’une ville moyenne mais touristique. Il faut également tenir compte de la mobilité de ces populations : d’une part les associations présentes sur le terrain constatent des flux sans toujours en percevoir les cadences ni les provenances et destinations, et d’autre part des réseaux trans-nationaux représentent une ressource dans la mobilité de certaines familles.

8Dans un deuxième temps, surtout à partir du milieu des années 2000, c'est en provenance de Roumanie qu'a eu lieu l'immigration de populations roms. Elle se situe dans le cadre de la nouvelle position de ce pays (avec la Bulgarie) dans l’Union européenne, suite à l’abolition des visas en 2002 et l’adhésion en 2007. Ces pays ne font cependant pas encore partie de l’espace Schengen, limitant ainsi leur liberté de circulation sur le territoire de l’U.E. . Qu’ils soient Roms ou non-Roms, il s’agit pour ces migrants roumains d’une immigration économique mais dont les modalités de mobilité internationale peuvent mêler objectif d’installation définitive et pendularité avec le pays de provenance (Diminescu, 2002 ; Marušiakova, Popov, 2008).

Représentations et catégories locales

9En Italie, l’hostilité et la discrimination à l’égard des Roms reposent sur deux phénomènes qui se sont associés à partir des années 1990. Il s'agit d'un amalgame entre l’héritage historique en terme de représentation des Tsiganes de la part de la population et des institutions italiennes (Marta, 2000), et l'immigration de Roms étrangers de surcroît extra-comunitari. A leurs dépens, les Tsiganes ont ainsi été placés dans le débat national sur l’immigration et l’acceptation de celle-ci, et ont fini par représenter la figure de l'immigré pauvre et porteur de toutes les perditions.

10A Florence, deux périodes doivent cependant être distinguées. Pour les Roms des Balkans arrivés dans les années 1980 et 1990, les institutions locales ont d’abord hésité entre répression (expulsion des terrains, destruction des campements) et tolérance, puis ont abouti à la mise en place progressive d’une politique d’insertion. Pour les Roms de Roumanie en revanche, arrivés à partir du milieu des années 2000, la fermeture des autorités locales a été en phase avec le contexte national, la répression étant à la hauteur de l’impréparation de l’action publique locale à l’égard de cette immigration plus nombreuse et plus difficile à contrôler. De fait, une distinction entre les deux populations roms a été opérée : présents depuis plusieurs années dans les programmes d’insertion, les Roms des Balkans sont devenus les Roms “historiques” et “légitimes” aux yeux des pouvoirs locaux au détriment des Roms de Roumanie.

11Entre nomadisme et sédentarité, le type d'installation fait aussi partie du processus de catégorisation des Tsiganes. Le campo nomadi représente la référence et l'instrument mobilisé par l’action publique, enfermant ces populations dans une catégorie à forte capacité performative (Sigona, 2003, 2005a, 2005b). Dans les faits, tant les Roms des Balkans que de Roumanie étaient sédentaires parfois depuis plusieurs générations dans leur pays d’origine : paradoxalement, c'est la recherche d'une stabilisation mise à mal par les difficultés économiques et les évacuations qui a pu engendrer un nomadisme forcé sur le territoire italien. L’appellation de « nomadi » est ainsi largement obsolète même si elle est encore utilisée dans le langage courant ou dans celui des institutions italiennes. Si le terme de campo nomadi est un cliché témoignant de la méconnaissance de la condition de ces Roms, il peut cependant être utilisé pour renvoyer à l'image dégradée de l'habitat spontané des campements et installations spontanées qui sont illégaux [abusivi]. D’après nos observations, c’est l’expression campo rom qui est le plus souvent utilisée par les associations, les Roms eux-mêmes et toute personne connaissant leur situation et leur pratique de l’espace.

  • 4  Ce type d'installation est encore désigné comme un campo nomadi par leurs opposants politiques (dr (...)

12Pour décrire la situation des installations de Roms à Florence, leur variété pose problème à les nommer de manière précise. Le campo rom peut désigner le premier stade - le campo nomadi ou abusivo - comme le deuxième, le campo légal, reconnu officiellement par la Mairie ou la Région. On verra que le stade suivant des “villages” renvoie à deux types d'installation différents : au “village” permanent en dur et en petites unités qui est le stade suprême, mais aussi au grand “village” temporaire qui est une amélioration précaire du campo rom légalisé4.

Habitants des marges urbaines

13Florence est devenue le pôle majeur de concentration des Roms des Balkans dans la région. Avec plusieurs centaines de personnes, cette présence est toutefois modeste en comparaison d'autres villes italiennes comme Rome ou Naples où les Roms se comptent en milliers et les camps en dizaines (Sigona, 2002, 2008). La carte 1 localise les différents types d'installation de Roms. Les campi rom sont localisés dans la périphérie occidentale, la zone la plus dégradée de la ville, sur des terrains de faible valeur foncière et environnementale ou non encore mis en valeur par la rente urbaine.

Carte 1 : Localisation des différents types d'installations roms dans la commune de Florence (réal. D.F.)

Carte 1 : Localisation des différents types d'installations roms dans la commune de Florence (réal. D.F.)

14Le premier de ces camps officiels, l’Olmatello, avait été ouvert à l’automne 1987 dans la périphérie ouest de la ville, coincé entre une voie ferrée et une grande voie de circulation (viale XI Agosto). Cette localisation résulte de la protestation des habitants d’un quartier voisin (Castello) où les Roms avaient tenté de s’installer dans un premier temps. Les Roms de l’Olmatello proviennent surtout du Kosovo, et secondairement de Macédoine et de Serbie méridionale, avec une majorité de familles musulmanes xoraxanè. Ce camp comptait plus de 300 personnes à la fin des années 1990, établies dans des caravanes et des containers installés par la Mairie aménagés parfois dans une stratégie d'extension de l'espace domestique (auvents, vérandas) selon la cohésion et les ressources des familles. La concentration spatiale de populations en graves difficultés économiques a été propice à la dégradation de l’habitat, de la vie sociale (ennui, alcoolisme) et des relations avec l’extérieur (petite délinquance). Les témoignages nostalgiques des premières familles installées rapportent la satisfaction d’avoir trouvé un endroit stable et équipé, où des services étaient à disposition, où l’espace était suffisant pour la coexistence entre les familles avant le surpeuplement et la dégradation des conditions de vie (Lapov, 2005).

15Apparu en 1988, le Poderaccio est l'autre camp rom devenu officiel, sur la rive gauche de l’Arno. Il est implanté sur une ancienne décharge, dans une zone inondable proche du fleuve, entre des terrains vagues, des gravières et des casses de ferrailleurs. Au moment de notre première visite en 1998, il était surpeuplé et avait encore une forme de bidonville avec cabanes, vieux fourgons et caravanes souvent en ruines. L'espace privé est en général une seule pièce où gisent des matelas juxtaposés. On note par-ci par-là des peintures, des décorations, des rideaux fleuris qui veulent donner une touche de goût à la misère régnante. Bien nettoyée, une baracca sert de mosquée, à côté de celle du bar. Des antennes paraboliques émergent des toits de bric et de broc afin de capter les émissions yougoslaves. Il y a une seule entrée, côté est, avec portail métallique et baraque du gardien ; les voitures n'entrent pas à l'intérieur. La cohabitation entre Roms de provenances différentes est parfois difficile : les Kosovars et les Macédoniens cohabitent mais ne se mélangent pas pour autant.

16A la fin des années 1990, alors que le Poderaccio avait été reconnu par les autorités, deux petits camps spontanés se trouvaient à proximité, le Campo Masini et Le Draghe de part et d’autre du fleuve. Les rives du fleuve, entre ce qui n’est plus la ville et pas encore la campagne, constituent un espace d’invisibilisation pour des populations mobiles mais sans autorisation de séjour. Une division sociale peut ainsi être établie suivant les types de campi rom : aux camps spontanés correspondent les familles en situation de plus grande précarité en raison de leur arrivée récente, alors que les Roms déjà plus stabilisés, présents depuis quelques années font partie des camps devenus officiels. Quoi qu’il en soit, les familles qui sont les plus organisées, qui disposent de ressources et de réseaux ne restent pas dans les camps de Florence et choisissent des destinations à l’étranger (surtout vers l'Allemagne).

17Dans la durée, la reconnaissance officielle des camps les plus importants a été de paire avec la chasse aux petits campements spontanés (Le Draghe, Olmatellino, Campo Masini). De la part des autorités, la stratégie adoptée a conduit de fait au regroupement des Roms dans les camps officiels du Poderaccio et de l’Olmatello. Pour les associations d’aide aux Roms, ces regroupements étaient positifs pour les populations sur le plan de leur propre sécurité et afin de pouvoir mieux leur venir en aide, la dispersion rendant difficile la connaissance des situations personnelles et familiales, occasionnant une plus grande vulnérabilité. Pour les Roms, cette prise en charge (relative) a pu permettre d’améliorer les conditions de vie (eau courante et potable, électricité, assainissement) et d'accompagnement social (santé, aides juridiques, à la scolarisation, à l'insertion professionnelle). L’officialisation des camps présente ainsi des avantages en terme de contrôle et de gestion des populations roms pour deux acteurs aux finalités le plus souvent antagoniques, l'encadrement et le contrôle pour les pouvoirs publics et la solidarité pour les associations. Des dispositifs tels que l'enceinte autour des camps, le portail avec le gardien à l’entrée ou encore le contrôle des flux renvoient à la thématique de la surveillance de ces populations indésirables. Attitude de défense et de protection de la ville, la dispersion de ces populations sur le territoire de la commune devait être circonscrite : elles n’avaient d’autre solution que d’aller s’installer dans les camps, quand la police municipale ne les y amenait pas elle-même, contribuant à une concentration des familles roms et à leur cohabitation forcée.

  • 5  “Regolamento campi sosta nomadi Poderaccio e Olmatello”, délibération du Conseil communal n. 843/9 (...)
  • 6  Même pour des cabanes...
  • 7  Le Quartiere est une « circonscription décentralisée municipale », dotée d’un Conseil de Quartier (...)

18A partir de 1997, la rédaction d'un Règlement destiné à gérer les camps officiels du Poderaccio et de l'Olmatello témoigne de la volonté de la Mairie d'encadrer l'installation, la présence et les flux des familles roms5. Ce Règlement indique une série de droits (sanitaires, sociaux, scolaires) et de devoirs des occupants [assegnatari] (entretien du logement6 et de l'emplacement, paiement des charges, scolarisation des enfants, vie commune). Il instaure un Comité de Gestion qui est l'instance de concertation et de décision à l'intérieur du camp (art. 9), dont la mission est d'organiser la mise en place des droits et de surveiller l'effectivité des devoirs (art. 10). Son président est le Président du Conseil du Quartiere7 ou un des Conseillers ; le Comité est composé de représentants de divers services et d'associations opératrices ainsi que de représentants de Roms (4 maximum). Dans la réalité, l'animation du Comité de Gestion dépend des divers acteurs impliqués. De plus, l'accueil et les présences (invités) sont contrôlés par un service de d'entrée [Servizio di Portierato] sous l'autorité du Comité de Gestion (art. 13 à 17) ; toute personne résidant dans le camp est munie d'une carte d'identification avec photographie et renseignements d'état civil. L'usage de l'espace interne du camp est ainsi encadré de manière formelle, sous la responsabilité du Président du Quartier et du Maire, avec risque de sanctions (art. 19). Par ailleurs, l'admission dans le camp officiel permet aux Roms de bénéficier du droit de résidence (art. 20), ouvrant ainsi l'accès à une série de droits (permis de séjour, contrat de travail) dont la possibilité de demander un logement social auprès de la Mairie.

19Si la reconnaissance officielle des lieux d’installation des Roms des Balkans a été un préalable à une amélioration de leurs conditions de vie, la stratégie des autorités à l’égard des Roms en provenance de Roumanie a été toute autre. L’absence de politique locale d’accueil pour ces nouveaux venus, l’importance des flux et le contexte politique et médiatique national ont constitué des conditions hostiles à leur installation. Ils n’ont pu recourir qu’à des formes d’habitat spontané (abris de fortune) éparpillées en micro-installations dans les interstices urbains, les friches urbaines et industrielles des communes de la périphérie occidentale de Florence (Osmannorro et ancien hôpital Luzzi à Sesto Fiorentino, à Campi Bisenzio), dans tous les espaces abandonnés permettant une invisibilité de leur présence (Solimano, 2007; Lattarulo, Solimano, 2008 ; Tosi Cambini, 2009).

Les pouvoirs locaux à la recherche d’alternatives

20A Florence, la recherche d’alternatives aux bidonvilles et aux campi nomadi en tant qu’espaces de production et de reproduction de la marginalité sociale a été au centre des préoccupations du tiers secteur. En finir avec les camps a impliqué d’expérimenter diverses formes d’habitat contribuant à l’amélioration des conditions de vie des Roms mais aussi à interroger les catégories sociales et spatiales de l’action publique (Lascoumes, Le Galès, 2010). La programmation de la disparition des camps aussi bien officiels qu’illégaux s'est orientée dans trois directions : la construction de “nouveaux villages” d’abord permanents puis temporaires, l'insertion dans le logement social, et la mise en place du programme régional Progetto Rom Toscana, lequel consiste à redistribuer des familles des camps illégaux de Florence vers d’autres communes de Toscane.

Sortir les Roms des camps

  • 8  Sur la difficulté des autorités italiennes à reconnaître juridiquement les Roms d’ex-Yougoslavie p (...)
  • 9  L’héritage “rouge” de la Toscane (Caciagli, 1995, 2001) semble se percevoir dans la mobilisation d (...)

21Les Roms des Balkans étant des réfugiés (juridiquement reconnus ou non) sans possibilité de retour8, le caractère inéluctable de leur présence sur le territoire de Florence s'est progressivement imposé. L’enkystement de situations sanitaires et sociales dégradées, l'image contrariée du “décor urbain” d’une ville historique et de rang touristique international comme Florence (Tabucchi, 1999), ainsi que le rôle du tiers secteur et des organisations politiques de base qui, au-delà du caritatif, ont avancé que l’action publique était centrale pour sortir les Roms de la relégation sociale et spatiale9, ont constitué différents éléments structurels contribuant à la prise de conscience des pouvoirs publics locaux. Des drames – incendies (intégral pour le Campo Masini en juin 2003), décès d’enfants – ont aussi poussé les autorités à résoudre le problème du surpeuplement des campi.

22La nature des différents acteurs engagés dans cette action publique permet aussi de comprendre l’importance de cette politique à Florence. Parmi les acteurs institutionnels, l’attitude de la Mairie (toujours de gauche) a dépendu des équipes successives, mais elle s'est révélée un acteur incontournable. La circonscription décentralisée de la Mairie, le Quartiere, a la charge de la supervision de la situation des camps avec la gestion des services locaux et la politique participative avec les habitants. Même de couleur politique identique, cette bicéphalie des instances municipales rend compte parfois de positions contradictoires entre une Mairie ambivalente qui voudrait occulter les problèmes posés par l’habitat des Roms, et des militants de terrain qui poussent aux actions de solidarité et aux programmes d’insertion.

  • 10  Ordre chronologique d’adoption des lois régionales : Vénétie (1984), Latium (1985), Province auton (...)
  • 11  L.R. 17/1988 intitulée “Interventi a tutela dell’Etnia Rom”, L.R. 73/1995 et 2/2000 “Interventi pe (...)

23Autre acteur institutionnel central, la Région représente l’organe politique par lequel les droits des Roms et des Sintis ont été reconnus en Italie10. Trois lois régionales ont successivement été promulguées (1988, 1995, 2000)11, témoignant de l'évolution de la perception des installations de Roms. Alors que la loi régionale de 1988 prenait surtout en compte le droit au nomadisme et les possibilités de stationnement (les campi sosta) dans une perspective culturaliste (Picker, 2011), les lois de 1995 et surtout de 2000 ont envisagé réellement de « dépasser les camps » et ont mis en avant la possibilité d’envisager une diversité de solutions de logement en fonction des opportunités locales. En effet, l'évolution des termes employés - « campi di transito » et « campi per sedentarizzati » en 1988, « aree attrezzate [terrains aménagés] residenziali » et « per il transito » en 1995, « residenzialità » et « transito » en 2000 - gomme progressivement toute référence à l’idée de campo et donne de plus en plus d'importance à l’installation permanente des Roms ainsi qu’à la variété des formes d’habitat possibles (Tosi, 2000). Egalement, les nouvelles lois sont de moins en moins “disciplinaires” en termes de normes d’emplacement et de sanctions. Leur rôle était de confirmer ex ante les réalisations successives en matière d’expériences d’habitat pour les Roms.

24Dans sa diversité, la sphère du tiers secteur est fondamentale, autant parce que les associations sont les acteurs de terrain pour le fonctionnement des programmes de solidarité (p.ex. accueils dans plusieurs écoles pour éviter la concentration, transports par scuola-bus, atelier de couture pour les femmes dans un groupe de quartier, etc.) mais aussi parce qu’elles ont poussé les pouvoirs publics à voir au-delà de la coercition et du caritatif. Il faut souligner tout de même que les moyens des associations de terrain sont assez limités. Dans notre étude, nous avons choisi de focaliser notre attention sur l’A.R.C.I. et la Fondazione Michelucci car elles ont eu un rôle prépondérant en ce qui concerne les alternatives aux campi nomadi. Grâce à son expérience de terrain et aux connaissances acquises avec l'observatoire sur les Tsiganes [osservatorio rom], la Fondazione Michelucci a largement contribué à la rédaction des deux lois de 1995 et de 2000, surtout les parties concernant le dépassement des camps et les caractéristiques des zones résidentielles.

  • 12  Par exemple, un Tavolo Rom a été organisé au début des années 2000 afin d’interpeller les pouvoirs (...)

25Enfin, les Roms ont parfois développé des formes variées d'organisation, de représentation et de médiation. Ce peut être des associations (Amalipe Romano sur la culture et la langue rom, ADM pour la défense des minorités), des représentants religieux comme l’Imam du Poderaccio) (Speziale, 2005), ou, plus fréquemment encore des personnalités marquantes, souvent des chefs de famille, au sein des campi et autres lieux de vie. En revanche, il faut souligner l’absence d’unité politique – allant de pair avec les divisions familiales et de provenance géographique – même si des mobilisations ont parfois eu lieu12.

Un “village” permanent : Il Guarlone

26Situé à la périphérie orientale de Florence, le “village” Il Guarlone est formé d’un groupe de six maisons de petites dimensions construites en dur (cf figure 1). Proche du modèle pavillonnaire, le projet du Guarlone est aux antipodes de ce qu’a pu être un campo nomadi avec ses médiocres conditions de vie et d’habitat et ses dispositifs de contrôle.

Figure 1 : Le “village” Il Guarlone (réal. D.F.)

Au milieu des champs, les pavillons sont organisés autour d'une placette centrale ; les habitants ont peu à peu auto-organisé leur espace de proximité (terrasses).

27Chronologiquement, c’est la construction de ce “village” permanent qui a contribué à convaincre les institutions locales et les Florentins que les Roms étaient capables de vivre autrement que dans un camp et qu'une alternative était possible à un tel type d'installation. Il Guarlone est le fruit d'une commande de la Mairie de Florence faite à la Fondazione Michelucci en 1993 afin de faire des propositions concrètes pour résoudre le problème de ces camps présents sur le territoire communal. Cette volonté politique locale s’est appuyée sur la loi régionale 73/1995. La Fondation en a été le maître d'ouvrage, la Mairie de Florence le maître d'oeuvre avec le service d'urbanisme pour le choix de la localisation et le service technique pour l'exécution ; les travaux ont été réalisés à la suite d'un appel d'offre public. Le choix d'un terrain communal (4 200 m2) repose sur la nécessité de faire baisser les coûts de construction.

  • 13  De fait, c'est la famille de l'imam - macédonien - du Poderaccio qui a été choisie, ce qui a engen (...)

28Le “village” loge une trentaine de personnes d’une famille élargie de Roms macédoniens provenant du camp du Poderaccio. Cette famille a été choisie en fonction de garanties juridiques et économiques suffisantes par les services sociaux de la Mairie13. Les habitants sont locataires, les maisons étant de propriété communale, mais les loyers sont très “sociaux”. Ils y appliquent une gestion indépendante - gaz, eau et électricité sont à leur charge - et ont aménagé eux-mêmes les dépendances.

  • 14  Cf les témoignages in Tabucchi, 1999, p. 59-64
  • 15  « Afin de ne pas affronter des problèmes de réglementations et de créer un précédent qui pourrait (...)

29Entre le projet d’étude, les différentes formes de médiation et le parcours administratif, le “village” rom du Guarlone a mis plusieurs années – d’avril 1995 à septembre 1998 - à pouvoir se concrétiser (Mori, Spagli, 1998, p. 106-113). En outre, le projet d'origine prévoyait la construction d'un deuxième “village”, mais la mobilisation hostile des habitants du quartier ainsi que de l'opposition politique au début de la construction ont restreint l'ambition de la Mairie14, frilosité qui a contribué aussi à l'abandon du projet d'auto-construction dont le principe est pourtant promu par la loi régionale15. Cependant, il faut souligner la tolérance de la Mairie à propos des modifications apportées par les habitants pour l'aménagement intérieur des logements, des espaces communs, ou l'enclos les espaces verts.

30De fait, l'expérience du “village” rom du Guarlone, en tant que projet d'installation permanente, est unique à Florence. Maître d’ouvrage du projet, la Fondazione Michelucci en fait le bilan suivant : « A distance de plusieurs années, la réussite de cette expérience reste fortement symbolique : en effet, les expériences analogues restent minimes, et il y a beaucoup plus de projets qui ont échoué. Pour au moins deux raisons : la rareté des terrains libres ; les conflits importants liés à la localisation de ces interventions » (Solimano, 2007, p. 3).

Un “village” temporaire : le Nuovo Poderaccio

  • 16  Délibération de la Giunta Municipale n°889 du 25.09.2001 “Sistemazione delle aree in località Pode (...)
  • 17  Cf La Repubblica - Firenze, “Addio Poderaccio, nasce il villaggio”, 17 luglio 2004.

31Bien que de conception, d’ampleur et de destination différente, on appelle aussi “(nouveau) village” le lotissement de 80 maisonnettes préfabriquées en bois du Nuovo Poderaccio, sur le site de l'ancien campo nomadi du Poderaccio (cf photo 1). La Mairie de Florence en est cette fois l’unique maître d'oeuvre16. Les maisonnettes de 45 à 60 m2 sont organisées suivant un plan en damier, les ruelles sont asphaltées, les services essentiels installés. Une première phase de construction - le Poderaccio 1 ou Poderaccio basso - a permis à partir de l'année 2002 la construction de 49 logements (plus la mosquée) livrés aux habitants de l'ancien campo en juillet 200417, puis une seconde phase - Poderaccio 2 ou Poderaccio alto - de 30 logements (délivrés en novembre 2005) pour les occupants de l'ancien campo illégal Masini qui se trouve à proximité et qui a été détruit par un incendie (juin 2003).

Photo 1 : Les maisonnettes préfabriquées en bois du Nuovo Poderaccio (cliché D.F. - février 2010)

Photo 1 : Les maisonnettes préfabriquées en bois du Nuovo Poderaccio (cliché D.F. - février 2010)
  • 18  En 2007, le Poderaccio 1 compte 295 habitants et le Poderaccio 2 177 (Solimano, 2007, p. 13).
  • 19  Les divers témoignages recueillis rapportent une plus grande réserve à l’égard des Roms de la part (...)

32A Florence, le Nuovo Poderaccio représente une expérience de logements “de masse” pouvant accueillir plusieurs centaines de personnes18, ce qui représente un saut quantitatif par rapport à l’échelle restreinte du Guarlone. La mobilisation des Conseillers du Quartiere 4 face à la situation désastreuse du Poderaccio et du Campo Masini, a poussé la Mairie à trouver une solution d'urgence. Les maisonnettes préfabriquées ne sont pas programmées pour durer plus de dix ans, et il est prévu qu’elles soient détruites au fur et à mesure que les familles seront relogées dans les logements sociaux suivant le programme d'insertion de la Mairie. En outre, le choix de la construction ex-novo sur le même site (périphérie, propriété municipale) repose à la fois sur l'urgence d'une nouvelle installation assainie ainsi que sur l'évitement des délais de construction et de l'hostilité d'une partie de la population florentine comme dans le cas du Guarlone19.

  • 20  La Fondazione Michelucci a refusé d'être partenaire de ce projet en raison de désaccords avec la M (...)

33Conformément au principe de participation mis en avant par la loi régionale, l'affectation des familles dans ce “nouveau village” a été décidée en concertation avec les habitants avec l'aide du Comité de Gestion du camp. Ce nouvel habitat représente une amélioration indéniable pour les familles roms, tant pour leurs espaces communs que privatifs. De plus, bien des stigmates du camp sont effacés, comme les dispositifs de contrôle (enceinte, gardien). Certaines lacunes d'infrastructures, comme l'insuffisance de la taille des logements et le surpeuplement, rappellent le caractère provisoire de ce “village” même si les conditions de sécurité et de dignité se sont grandement améliorées. Sur ce projet, le rôle de la Mairie de Florence est central, d'abord en tant que maître d’oeuvre et de gestion de la nouvelle installation20, et ensuite dans le programme d’affectation des familles de ce “village” temporaire dans les logements sociaux de la commune.

L'insertion dans le logement social

  • 21  L’art. 38.6 de la Loi n°40/1998 “Disciplina dell'immigrazione e norme sulla condizione dello stran (...)

34L’accès au logement social représente une solution d’insertion des Roms mise en avant par les associations et la Mairie de Florence à partir de la fin des années 1990. Il est établi dans l'article 2 de la Loi régionale n°2/2000 “Interventi per i popoli Rom e Sinti”, suite à la Loi nationale n°40/1998 sur l'immigration dite Loi Turco/Napolitano21. A Florence, il doit à terme conclure la fin des campi rom à la fois illégaux et officiels sur le territoire de la commune ainsi que du “village” temporaire du Nuovo Poderaccio.

  • 22  L’égalité de traitement stipulée dans la Loi sur l'immigration n°40/1998 ne permet pas de prendre (...)

35Pour avoir accès au logement social, les familles roms ont dû inscrire leur demande et être enregistrées sur des listes d'attribution [graduatorie] selon leur situation familiale et sociale22. Des appartements ont ainsi été attribués à des familles de l'Olmatello puis du Nuovo Poderaccio. En tout, au milieu des années 2000, 55 familles soit 321 personnes ont pu intégrer un logement social (Solimano, 2007, p. 16).

  • 23  D’après Beudò (2006, p. 112), en décembre 2003, les logements sociaux représentent 5 % du total de (...)

36En outre, le contexte de crise permanente du logement en Italie contribue au faible nombre de logements sociaux en comparaison d'autres pays européens (Lévy-Vroelant, Tutin, 2010). Conformément à la division sociale de l'espace florentin, les familles roms sont surtout logées dans les quartiers de logements sociaux de la périphérie urbaine23 : Le Torri-Cintoia et Le Piagge dans la périphérie occidentale, Sorgane au sud-est (Beudò, 2006). De surcroît, les deux quartiers ouest sont situés à faible distance des campi rom, ce qui est important pour la proximité spatiale des relations familiales : « La relation avec le camp est motivée exclusivement par les relations parentales avec les familles qui y sont restées vivre, mais dans l'imaginaire et le vécu [des Roms] cela reste comme un lieu corrompu, dont on reste marqué » (Ibid., p 119). De fait, vu leur configuration interne et leur faible taille pour les familles, les logements sociaux peuvent remettre en cause les formes de sociabilité existantes au sein des campi : une période d'adaptation est parfois nécessaire pour « un retour à la normalité » (Ibid., p. 120). Les problèmes rencontrés par les Roms dans leur nouvel environnement urbain deviennent ceux des habitants des périphéries populaires (pauvreté urbanistique, manque de services publics, carence des services sociaux, concentration des problèmes sociaux, etc.).

Le Progetto Rom Toscana

  • 24  Protocollo di Intesa per la costituzione di un Sistema di solidarietà territoriale tra Regione Tos (...)
  • 25  Prot. n.4624/50 - d.P.C.M. recante Misure relative alla conclusione degli interventi di protezione (...)

37Le Progetto Rom Toscana est un autre programme d’accès aux logements à des familles roms, complémentaire de l’insertion dans le logement social de Florence (Scioscia, 2009). Il a été formalisé en 2004 par un Protocole d'accord pour un « système de solidarité » entre la Région Toscane et différentes instances territoriales24, afin que la Région aide financièrement les communes qui accueillent de familles de Roms venues de Florence. Il consiste en effet à redistribuer sur le territoire régional des familles des camps illégaux de la capitale régionale. Dans ce Projet, l’A.R.C.I.-Toscana est chargée de la gestion, de l’attribution et du suivi des familles par le biais de l’association Accoglienza Toscana. L’ARCI avait déjà prouvé son engagement et son efficacité lors du programme Azione Comune qui avait eu pour but à la fin des années 1990 d’accueillir en Toscane des réfugiés du Kosovo25. En outre, c’est par son réseau d’adhérents-militants dans toute la région que l’association trouve des logements disponibles pour accueillir des familles roms.

38En 2007, 147 personnes étaient engagées dans le Projet d'insertion, soit 24 familles roms, la majeure partie étant déjà autonomes et sorties du programme. Ces familles suivent un accompagnement étalé sur deux ans avec suivi régulier dans différents domaines – emploi, scolarisation, aide juridique, soutien sanitaire – avec des formes accompagnées mais temporaires de paiement des loyers, le tout étant formalisé par la signature d’un « contrat social » visant à intégrer les familles dans la démarche (Scioscia, 2009). Le but du Projet est que les familles accèdent progressivement à l’autonomie.

39Le thème de la redistribution régionale peut s’apparenter à une dispersion des familles roms. La concentration des Roms à Florence représente en effet un problème public et de “sécurité” pour la Mairie de Florence : la dispersion régionale des familles permettrait de diluer les problèmes et éviterait qu’une seule commune supporte la majeure partie des responsabilités de l’action publique. Lors d’une interview (2010), R. Ermanni, responsable du Progetto Rom Toscana auprès de l'ARCI, nous a délivré une réponse pragmatique. Premièrement, il est d’après lui légitime pour les pouvoirs publics de chercher à éviter la concentration territoriale des problèmes publics, l’enkystement spatial des problèmes sociaux ayant un effet auto-cumulatif en terme de dégradation des situations. Deuxièmement, la dispersion régionale ne présente pas un obstacle insurmontable pour la structure des familles, leur capacité d'adaptation de même que l’accompagnement des opérateurs sur le terrain permettant de surmonter des situations nouvelles. De plus, le cadre consultatif-participatif dans lequel sont prises les décisions est censé apporter leur consentement. Troisièmement, la dispersion dans les communes de Toscane repose sur trois avantages qui renvoient aux caractéristiques de l’économie régionale : sur le plan professionnel, le faible niveau de qualification requis par les offres d’emploi dans ces petites communes – agriculture, transport, livraison – correspond au profil professionnel des Roms ; sur le plan démographique, les villages des campagnes dépeuplées permettent des opportunités de logements vacants présentant de surcroît des loyers moins chers et plus accessibles qu’en ville et a fortiori à Florence.

  • 26  Les témoignages de l’A.R.C.I. nous ont rapporté un seul échec important, concernant le refus du Pr (...)

40Dans les communes, un certain nombre de difficultés ont été rencontrées pour installer des familles roms. Des manifestations d’hostilité, de la part de groupes politiques ou de voisinages, ont pu avoir lieu. Pour R. Ermanni, « le comportement des municipalités a été identique à celui des gens. Au début, beaucoup de préjugés, absence de volonté d’insertion dans leur commune, beaucoup de méfiance. Et à la fin, dans deux communes, l’inscription des enfants à l’école a permis de ne pas la fermer. Cela a montré qu’il y avait quelque chose de positif dans cette présence. Quand il y a eu de fortes oppositions, elles ont évolué par la suite ». Pour les familles roms, l’adaptation à un cadre de vie différent du campo dont elles n’étaient pas sorties parfois depuis de nombreuses années, a parfois représenté une épreuve : l’apprentissage de codes sociaux amenant à l’autonomie – payer un loyer, une facture, sortir des logiques d’assistance et de charité – a représenté une des missions d’accompagnement des travailleurs sociaux26. Le Progetto Rom Toscana étant déclaré officiellement terminé au début de l’année 2010, une investigation supplémentaire permettrait d’évaluer la qualité et la pérennité de cette forme d’insertion, notamment dans le nouveau contexte de crise économique.

Les limites de l’action publique locale

41Les expériences du “village” permanent du Guarlone, puis des “lotissements” temporaires du Nuovo Poderaccio, de l’attribution des logements sociaux à Florence et du Progetto Rom Toscana, témoignent de la recherche d’alternatives à la logique des campi comme processus de marginalisation des Roms. La diversité des dispositifs d’action publique montre un espace-laboratoire où, à des degrés divers, la Mairie, la Région et le tiers secteur expérimentent une pluralité de voies d’insertion par l’habitat d’une population accédant au droit commun. Des fragilités existent cependant, surtout à partir du tournant sécuritaire de 2007 et du refus d’accueillir les Roms de Roumanie.

Fragilité des programmes engagés

42La mobilisation de l’action publique, et au premier chef celle des acteurs institutionnels, a été tardive et tâtonnante, témoignant du travail inhérent à l’expérimentation, voire aussi de la force d’inertie de la sphère politique locale. L’attribution des logements sociaux a lieu au compte-goutte, en raison de la pénurie structurelle d’un tel parc, générant parfois des déceptions et tensions à l'égard des personnels associatifs et institutionnels. La vitesse d’insertion – en 2011 le camp officiel de l’Olmatello n’est pas encore entièrement démantelé et le Nuovo Poderaccio l’est encore moins – est un indicateur des limites de l’action publique. Le temps long de l’action publique locale est en contradiction avec l’urgence et les difficultés sociales des populations précarisées.

43En outre, la politique d'insertion des Roms en Toscane et à Florence en particulier interroge la capacité des institutions à pérenniser des programmes et à les étendre transversalement entre niveaux institutionnels et en direction d’autres populations également touchées par des problèmes de logement. Comme en fait le constat R. Ermanni (ARCI) en 2010, « il y a des choses positives, mais elles ne sont pas systématiques, elles ne sont pas systématisées. […] Il y a une réalisation, puis on s’arrête, on repart du début, sans mettre en place un système. Il n’y a pas de continuité dans les modalités, dans les techniques, dans la méthodologie ». Dans ce sens, si trois lois régionales (1988, 1995, 2000) entendent appuyer les initiatives locales en matière d’habitat des Roms, elles n’ont cependant jamais eu de valeur contraignante, l’acteur politique majeur restant la Mairie. Cette fragmentation des niveaux de l’action publique a engendré une grande disparité et une grande fragilité des initiatives locales, les communes impliquées étant en plus peu nombreuses, quand elles ne sont pas abandonnées face à leurs problèmes ou tout simplement méconnaissent ou ignorent les lois régionales. Parfois, des projets d’installations de familles roms ont généré localement des conflits, à fond xénophobe et/ou de type NYMBY (Mori, Spagli, 1998).

44Egalement, la sélection des familles roms en fonction de certains critères – revenus financiers, capacités d’autonomie, maîtrise de la langue, scolarisation des enfants, taille de la famille, etc. – suivant les programmes d'insertion pose question. En effet, les familles destinées à partir de Florence dans le cadre du Progetto Rom Toscana portent de plus lourds handicaps en matière économique, scolaire, etc., qui seraient susceptibles de présenter des difficultés d’adaptation pour la vie dans les logements sociaux en ville. En général, ce sont en effet les familles qui témoignent des plus fortes capacités d’autonomie qui sont dirigées vers le logement social. De plus, si la question de l’habitat est importante en terme d’insertion sociale, il faut garder à l’esprit que d’autres facteurs de marginalisation ne doivent pas être négligés, comme trouver un emploi déclaré ou obtenir un titre de séjour pour les Roms étrangers en particulier. L’obtention d’un logement social de la part de la Mairie de Florence ne fait pas sortir pour autant le Rom étranger de la précarité, ni de l’hypothèse qu’il soit expulsé du logement par défaut de paiement du loyer. Si le titre de séjour est obligatoire pour obtenir un logement social, il est par définition temporaire, et le plus souvent tous les membres de la famille n’en sont pas dotés.

Le tournant de 2007 et la remise en cause de la politique d'accueil et d'insertion

  • 27  Cela a aussi été le cas à Pise, où le programme Città Sottili a été remis en cause (Bontempelli, 2 (...)

45Les alternatives aux campi rom ont émergé à une période où seuls les Roms des Balkans étaient présents. L’afflux de Roms de Roumanie - avec des pics en 2005 et 2007 à Florence - a représenté une situation inédite montrant les limites de l’action publique locale ainsi que son incapacité à s’adapter à un contexte dont les catégories en jeu n'étaient pourtant pas nouvelles. Cette nouvelle vague d’immigration, plus importante que la précédente, l’exacerbation du climat d’intolérance et de xénophobie à l’échelle locale ainsi que l’impréparation des pouvoirs publics à l’égard des nouveaux venus, ont contribué à la fermeture explicite des programmes d'insertion vis-à-vis des nouveaux arrivants27.

46En outre, destiner la politique d’insertion élaborée pour les Roms des Balkans aux Roms de Roumanie s'est révélé inadapté à ces derniers. Les associations rapportent que les Roms de Roumanie sont des populations présentant des handicaps plus importants que les Roms des Balkans auparavant soutenus (pauvreté, analphabétisme). A ce titre, nos interlocuteurs réguliers de l'ARCI et de la Caritas nous ont semblé désemparés face aux difficultés de communication, à l'incompréhension des comportements et des mobilités de ces groupes, et finalement à l'ampleur de leur propre impuissance face à des populations sur lesquelles elles n'avaient pas prise. Par exemple, les Roms roumains refusent les dispositifs de prise en charge, comme les centres d'accueil pour immigrés, et leur stratégie de mobilité dans la région et suivant leurs opportunités dépasse l'expérience des associations qui tentent de leur porter assistance. La dispersion des installations précaires dans les communes autour de Florence ainsi que les stratégies de dissimulation ou de camouflage représentent des formes d’adaptation vraiment différentes des regroupements spatiaux des Roms des Balkans en campi.

47L'attitude des communes, même celles qui avaient développé des programmes d'insertion en faveur des Roms, s'est résumée au numerus clausus des Roms déjà pris en charge, les Roms de Roumanie en étant exclus : « Pour les Roms roumains, rien n’a jamais été fait par les administrations, lesquelles disaient : “nous on s’occupe de nos Roms. On les a installés, on a fait des ‘villages’, on les a mis dans des logements, mais pour ceux de Roumanie, on ne peut rien faire”. Et ils ont, en quelque sorte, fermé les yeux » (témoignage ARCI, 2010). Les communes ne sont intervenues ni sur le plan de l'habitat ni sur le plan sanitaire, ce qui traduit un choix politique clair du refus qui est suffisamment nouveau en Toscane pour être souligné : « Le changement de mentalité a touché aussi des régions rouges. Certaines municipalités qui ont été courageuses par le passé, aujourd’hui le sont beaucoup moins. Il peut donc arriver que des villes qui avaient pensé à des projets importants sur l’intégration des Roms, reviennent en arrière, ou bien prennent des initiatives de plus faible portée, sans élan positif ni conviction. […] Une phase historique est en train de se conclure » (ibid.).

Conclusion

48La question des campi nomadi, et plus largement de l'accueil de Roms a fortiori étrangers, représente un problème public dont la responsabilité a dû être assumée par les institutions locales. Florence représente un espace-laboratoire où ont été élaborées et mises en place des alternatives aux campi : le “village” permanent à échelle familiale, le “nouveau village” temporaire pour des centaines de personnes, l’insertion dans le logement social communal, la redistribution régionale accompagnée dans des logements privés. Il s'agit d’expériences complémentaires voire successives témoignant de la recherche de solutions variées pour les populations roms mais aussi en fonction des capacités de l’action publique locale. Ces expérimentations témoignent non seulement des capacités de proposition et d’action, notamment du tiers secteur, mais aussi des aléas, tâtonnements, avancées ou reculades - « un pas en avant, deux pas en arrière » (Solimano, 2009) - des pouvoirs publics locaux. Elles interrogent en outre les catégories instrumentalisables par l’action publique, et l’efficience et la pérennité des alternatives interpellent la capacité de l’action publique locale à survivre à des dynamiques antagonistes qui se situent à des échelles plus globales. Pour le cas de Florence, l’impréparation et le refus d’une action publique renouvelée ou de plus grande ampleur à l’égard de nouvelles populations roms (les Roumains) ont, sous l’influence du climat politique national, remis en cause les initiatives locales d’insertion de populations marginalisées.

Haut de page

Bibliographie

AA.VV., 2007, I diritti fondamentali di Rom e Sinti, Atti del seminario, 19 giugno 2007, Presidenza del Consiglio dei Ministri, Dipartimento per i Diritti e le Pari Opportunità, Roma, 90 p.

BEJZAK A., JENKINS K., 2011, Un nomadismo forzato... di guerra in guerra... Racconti dal Kosovo all'Italia, Edizioni ArcheoAres, Terni, 139 p.

BEUDÒ M., 2006, Porte aperte. Le famiglie immigrate nell’edilizia sociale a Firenze, La Nuova Città, 8, n°11-12, p. 111-129.

BONTEMPELLI S., 2006, La tribu dei gagè. Comunità Rom e politiche di accoglienza a Pisa (1988‑2005), in M. SANFILIPPO (a cura di), I campi per stranieri in Italia Studi Emigrazione, anno XLIII, dic., n°164, p. 947-967.

CACIAGLI M., 1995, La destinée de la “subculture rouge” dans le Centre-Nord de l’Italie, Politix, n°30, p. 45-60.

CACIAGLI M., 2001, Toscanes rouges : du PSI au PCI, du PCI au PDS, in CEFAÏ D. (dir), Cultures politiques, PUF, Paris, p. 299-316.

CAHN C, GUILD E., 2008, Recent Migration of Roma in Europe, OSCE High Commissioner on National Minorities, 86 p.

CAMPANI G., 1997, Flux migratoires des Balkans en Italie, Hommes et Migrations, “Migrants, réfugiés, tsiganes, d’Est en Ouest”, n°1205, p. 28-41.

DIMINESCU D., 2002, Stratégies roumaines, Plein Droit, n°55, “Parcours, filières et trajectoires”, décembre, 7 p.

E.C.R.I. – Commission européenne contre le racisme et l'intolérance, 2006, Troisième rapport sur l’Italie. Adopté le 16 décembre 2005, Conseil de l’Europe, 93 p.

E.R.R.C. – European Roma Rights Center, 2000, Il paese dei campi. La segregazione razziale dei Rom in Italia, coll. I libri di Carta, Napoli, Carta, 110 p.

LAPOV Z., 2005, Vaćaré romané? Diversità a confronto: percorsi sulle identità Rom, Milano, Franco Angeli, 208 p.

LASCOUMES P., LE GALÈS P., 2010 (1è éd. 2007), Sociologie de l’action publique, Paris, Armand Colin, 128 p.

LATTARULO G., SOLIMANO N. (coord.), 2008, Immigrazione e abitare precario in Toscana. Indagine su due aree critiche. Rapporto 2007, Firenze, Regione Toscana – Fondazione Michelucci, 58 p.

LEGROS O., 2010, Les pouvoirs publics et les grands “bidonvilles roms” au nord de Paris (Aubervilliers, Saint-Denis, Saint-Ouen) EspacesTemps.net, Textuel, 27.09.2010, 23 p.

LÉVY-VROELANT C., TUTIN C. (dir), 2010, Le logement social en Europe au début du XXIè siècle. La révision générale, P.U.R., Rennes, 250 p.

LIÉGEOIS J.-P., 2007, Roms en Europe, Editions du Conseil de l’Europe, Strasbourg, 314 p.

MARCETTI C., MORI T., SOLIMANO N. (dir), 1993, Zingari in Toscana, Architettura vissuta - Quaderni della Fondazione G. Michelucci, Firenze, Angelo Pontecorboli ed.

MARTA (2000), Le politiche per i rom e sinti in Italia, in AA.VV., Rom e Sinti : un’integrazione possibile. Italia ed Europa a confronto, Napoli, 23-24 giugno 2000, atti del convegno, Commissione per le politiche di integrazione degli immigrati, p. 43-49.

MARUŠIAKOVA E., POPOV V., 2008, Les migrations des Roms balkaniques en Europe occidentale : mobilités passées et présentes, Balkanologie, vol. XI, n°1-2, déc., 18 p.

MORI T., SPAGLI V., 1998, Le decisioni, i conflitti, gli esiti. La Legge Regionale 73/95 per la realizzazione di aree per l’abitazione di Rom e Sinti, in MARCETTI C., SOLIMANO N. (coord.), Immigrazione, convivenza urbana, conflitti locali, Fondazione Michelucci – Regione Toscana, Firenze, p. 102-140.

NACU A., 2010, Les Roms migrants en région parisienne : les dispositifs d’une marginalisation, Revue européenne des migrations internationales, vol. 26, n°1, p. 141-160.

PICKER G., 2012 (à paraître), Eredità emarginate. Immaginazione politica e segregazione dei rom a Firenze, in BOSCHETTI L., VITALE T. (a cura di), Processi di categorizzazione ed effetti di segregazione : rom e sinti fra politica, politiche e potere dei luoghi, Franco Angeli, Milano, 16 p.

SCHIAVONE G., 2000, I rom e il diritto d’asilo : il caso italiano negli anni’90, in AA.VV., Rom e Sinti : un’integrazione possibile. Italia ed Europa a confronto, Napoli, 23-24 giugno 2000, atti del convegno, Commissione per le politiche di integrazione degli immigrati, p. 135-143.

SCIOSCIA M., 2009, L’integrazione fra politiche. Immaginare un futuro fra memoria e presente, in VITALE T. (a cura di), Politiche possibili. Abitare le città con i rom e i sinti, Roma, Carocci, p. 155-160.

SIGONA N., 2002, Figli del ghetto. Gli Italiani, i campi nomadi e l’invenzione degli zingari, Civezzano, Nonluoghi Libere Edizioni, 94 p.

SIGONA N., 2003, How Can a “Nomad” be a “Refugee” ? : Kosovo Roma and Labelling Policy in Italy, Sociology, vol. 37, n°1, p. 69-79.

SIGONA N., 2005a, I confini del “problema zingaro”. Le politiche dei campi nomadi in Italia, in CAPONIO T., COLOMBO A. (a cura di), Stranieri in Italia. Migrazione globali, integrazioni locali, Bologna, Il Mulino, p. 267-293.

SIGONA N., 2005b, Locating “The Gipsy Problem”. The Roma in Italy : Stereotyping, Labelling and “Nomad Camps”, Journal of Ethnic and Migration Studies, vol. 31, n°4, July, p. 741-756.

SIGONA N. (ed), 2008, The ‘latest’ public enemy : Romanian Roma in Italy, Firenze, OsservAzione, 64 p.

SIGONA N., MONASTA L., 2006, Imperfect citizenship. Research into patterns of racial discrimination against Roma and Sinti in Italy, Osservazione, 43 p.

SOLIMANO N. (coord.), 2007, Rom e Sinti in Toscana. Tra superamento dei campi e nuove baraccopoli, Firenze, Regione Toscana – Fondazione Michelucci, 33 p.

SOLIMANO N., 2009, Case, casette, baracche e roulotte, in VITALE T. (a cura di), Politiche possibili. Abitare le città con i rom e i sinti, Roma, Carocci, p. 255-264.

SPEZIALE F., 2005, Adapting mystic identity to italian mainstream islam : the case of a muslim rom community in Florence, Balkanologie IX, 1-2, déc., p. 195-211.

TABUCCHI A., 1999, Gli Zingari e il Rinascimento. Vivere da Rom a Firenze, Milano, Librerie Feltrinelli, 76 p.

TOSI A., 2000, Abitazioni e insediamenti zingari : oltre i campi nomadi, inAA.VV., Rom e Sinti : un’integrazione possibile. Italia ed Europa a confronto, Napoli, 23-24 giugno 2000, atti del convegno, Commissione per le politiche di integrazione degli immigrati, p. 51-59.

TOSI CAMBINI S. (a cura di), 2009, L’abitare di rom e sinti in Toscana. Rapporto 2009, Firenze, Fondazione Michelucci, 43 p.

VITALE T. (a cura di), 2009, Politiche possibili. Abitare le città con i rom e i sinti, Roma, Carocci, 300 p.

WILLIAMS P., 2011, L’ethnologie des Tsiganes, in STEWART M., WILLIAMS P. (dir), Des Tsiganes en Europe, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, p. 9-31.

Haut de page

Notes

1  Le nombre de Tsiganes en Italie est estimé entre 90 000 et 120 000 personnes, voire entre 120 et 160 000 (Cahn, Guild, 2008, p 31), ce qui représente une proportion très faible (0,2 %) par rapport à la population italienne. La dénomination de ces populations étant toujours l'objet de débats (Williams, 2011), nous entendons par Tsiganes l'ensemble des Roms, Sintis et Caminanti italiens et étrangers ; ce sont précisément les Roms des Balkans et de Roumanie qui sont l'objet de notre étude.

2  Revendiquant l'héritage du mutualisme ouvrier et de la Résistance italienne, l'A.R.C.I. a été fondée en 1958 à Florence pour fédérer les diverses organisations de sociabilité de tradition ouvrière et socialiste (Sociétés d’aide mutuelle [Società di mutuo soccorso], Maisons du Peuple [Case del Popolo], etc.). Historiquement, l’A.R.C.I. a eu un rapport très étroit avec le Parti Communiste Italien et les autres partis de gauche. Ses activités concernent le vaste champ de la sociabilité, de la culture et de la solidarité.

3  http://www.michelucci.it/sezioni/fondazione

4  Ce type d'installation est encore désigné comme un campo nomadi par leurs opposants politiques (droite) ainsi que les médias.

5  “Regolamento campi sosta nomadi Poderaccio e Olmatello”, délibération du Conseil communal n. 843/97 du 5.05.1997.

6  Même pour des cabanes...

7  Le Quartiere est une « circonscription décentralisée municipale », dotée d’un Conseil de Quartier dont les Conseillers sont élus au suffrage universel direct, d’un Président de Quartier et de Commissions thématiques. Institués pour les communes de plus de 100 000 habitants, les Quartieri sont définis par l’article 17 du décret législatif du 18 août 2000 n°267 “Testo unico delle leggi sull’ordinamento degli enti locali” (T.U.E.L.) comme des « organes de participation, de consultation et de gestion des services de base, ainsi que d’exercice des fonctions déléguées par la Mairie ». D'autres appellations existent pour d’autres villes (p.ex. les Municipi à Rome). A Florence, les Quartieri ont été mis en place en 1976, la même année que la loi nationale (L. 278/76) ; au début au nombre de 14, ils ont été ramenés dans les années 2000 à 5. Le camp de l’Olmatello est sur le territoire du Quartiere 5 et celui du Poderaccio du Quartiere 4. Le Président du Quartier préside le comité de gestion du camp rom officiel qui se trouve sur son territoire.

8  Sur la difficulté des autorités italiennes à reconnaître juridiquement les Roms d’ex-Yougoslavie puis du Kosovo comme des réfugiés, cf Schiavone (2000).

9  L’héritage “rouge” de la Toscane (Caciagli, 1995, 2001) semble se percevoir dans la mobilisation des associations et dans les relations – même si elles peuvent être tendues - entre les différents niveaux politiques locaux. D’autres héritages peuvent aussi être interpellés, comme l’importance multi-séculaire des Misericordie à Florence en particulier, ou l’aura de fortes personnalités de l’humanisme chrétien dans la seconde moitié du XXè siècle (La Pira, Don Milani, etc.). En outre, c’est à Florence qu’a eu lieu le premier Forum Social Européen, en 2002.

10  Ordre chronologique d’adoption des lois régionales : Vénétie (1984), Latium (1985), Province autonome de Trente (1985), Sardaigne (1988), Frioul-Vénétie Julienne (1988), Emilie Romagne (1988), Toscane (1988), Lombardie (1989), Ombrie (1990), Ligurie (1992), Piémont (1993), Marches (1994).

11  L.R. 17/1988 intitulée “Interventi a tutela dell’Etnia Rom”, L.R. 73/1995 et 2/2000 “Interventi per i popoli Rom e Sinti”.

12  Par exemple, un Tavolo Rom a été organisé au début des années 2000 afin d’interpeller les pouvoirs publics sur la situation de surpeuplement des campi, aboutissant à l’émergence du Nuovo Poderaccio deux ans plus tard. Il s’agit d’une sorte de réunion d’interpellation à l’initiative des Roms, à laquelle participent les adjoints de la Mairie concernés ainsi que divers organismes institutionnels et associatifs impliqués dans les campi. En mars 2005, un autre Tovolo Rom a eu lieu.

13  De fait, c'est la famille de l'imam - macédonien - du Poderaccio qui a été choisie, ce qui a engendré des tensions au sein du camp - surtout de la part des Kosovars - même si l'imam a préféré y rester (cf Speziale, 2005, p. 206). Les garanties fournies par cette famille (travail des adultes, enfants scolarisés) constituaient une condition importante d'installation dans un Quartiere géré par l'opposition de droite (Fondazione Michelucci). L’interprétation donnée par ERRC (2000, p. 82) sur cet épisode nous semble trop rapide.

14  Cf les témoignages in Tabucchi, 1999, p. 59-64

15  « Afin de ne pas affronter des problèmes de réglementations et de créer un précédent qui pourrait être utilisé par d'autres », d'après la Fondazione Michelucci.

16  Délibération de la Giunta Municipale n°889 du 25.09.2001 “Sistemazione delle aree in località Poderaccio al fine di realizzare residenze temporanee per l'etnia Rom”, modifiée lors de la délibération de la G.M. n°332 du 30.04.2002 .

17  Cf La Repubblica - Firenze, “Addio Poderaccio, nasce il villaggio”, 17 luglio 2004.

18  En 2007, le Poderaccio 1 compte 295 habitants et le Poderaccio 2 177 (Solimano, 2007, p. 13).

19  Les divers témoignages recueillis rapportent une plus grande réserve à l’égard des Roms de la part de la Mairie dans les années 2000 (Giunta Domenici, DS-PD, 1999-2009) que dans la seconde moitié des années 1990 (Giunta Primicerio, Indépendant, 1995-1999). L’abandon de l’alternative du “village” permanent et le choix du “village” temporaire peuvent être interprétés comme une politique plus timorée à l’égard des Roms, sujet électoralement plus sensible - au-delà des personnalités politiques – dans les années 2000 (Solimano, 2009).

20  La Fondazione Michelucci a refusé d'être partenaire de ce projet en raison de désaccords avec la Mairie (permanence du site, incrédulité à propos du caractère temporaire de l'installation).

21  L’art. 38.6 de la Loi n°40/1998 “Disciplina dell'immigrazione e norme sulla condizione dello straniero”, dite Loi Turco/Napolitano, stipule que les étrangers dont les conditions de séjour sont en règle « ont le droit d'accéder, à conditions égales avec les personnes de nationalité italienne, aux logements sociaux [...] ».

22  L’égalité de traitement stipulée dans la Loi sur l'immigration n°40/1998 ne permet pas de prendre en compte l'appartenance rom (qui n'est d'ailleurs pas une catégorie juridique). La situation familiale et sociale, et surtout le lieu de vie (le camp), sont des indices objectifs suffisants.

23  D’après Beudò (2006, p. 112), en décembre 2003, les logements sociaux représentent 5 % du total des logements de la commune (7 100 logements), et accueillent 5 % de la population florentine (18 000 personnes). 7% des locataires sont immigrés, ce qui correspond à la proportion de la population immigrée officielle dans la commune.

24  Protocollo di Intesa per la costituzione di un Sistema di solidarietà territoriale tra Regione Toscana, ANCI Regionale [Association Nationale des Communes Italiennes], URPT [Provinces de Toscane], UNCEM [Communautés de Montagne], Comune di Firenze

25  Prot. n.4624/50 - d.P.C.M. recante Misure relative alla conclusione degli interventi di protezione temporanea assicurati agli stranieri presenti sul territorio nazionale con permesso di soggiorno rilasciato ai sensi del d.P.C.M. del 12 maggio 1999, prorogato con d.P.C.M. del 30 dicembre 1999.

26  Les témoignages de l’A.R.C.I. nous ont rapporté un seul échec important, concernant le refus du Projet par une famille élargie à la structure patriarcale particulièrement forte et qui est repartie dans l’habitat spontané.

27  Cela a aussi été le cas à Pise, où le programme Città Sottili a été remis en cause (Bontempelli, 2006).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1 : Localisation des différents types d'installations roms dans la commune de Florence (réal. D.F.)
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8251/img-1.png
Fichier image/png, 123k
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8251/img-2.png
Fichier image/png, 14k
Titre Photo 1 : Les maisonnettes préfabriquées en bois du Nuovo Poderaccio (cliché D.F. - février 2010)
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8251/img-3.png
Fichier image/png, 172k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

David Frantz, « L’action publique locale au défi de l’habitat des Roms à Florence (Italie) : en finir avec les campi nomadi. Variété et fragilité des expériences (années 1990 - 2000) », Géocarrefour [En ligne], Vol. 86/1 | 2011, mis en ligne le 13 janvier 2012, consulté le 29 mai 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/8251 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.8251

Haut de page

Auteur

David Frantz

ESO-Caen MRSH Université de Caen Esplanade de la Paix 14 032 Caen Cedex david.frantz@unicaen.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page