Navigation – Plan du site
Articles

Soigner et démanteler

Mobilité forcée, politiques sanitaires et trajectoires individuelles dans les « campi nomadi » de Rome
Caring and evicting: forced mobility, health policies and individual trajectories in Rome’s ‘campi nomadi’
Lorenzo Alunni

Résumés

Les politiques sécuritaires qui visent les résidents des campi nomadi de Rome (Italie) sont à l’origine de déplacements forcés affectant les interventions sanitaires spécifiques menées dans ces mêmes espaces urbains. Les parcours thérapeutiques et les dynamiques de fréquentation des structures de santé publique par les Roms et les Sintis concernés sont en conséquence transformés, voire interrompus, par le démantèlement des campi et le déplacement de leurs habitants. Cette thématique est abordée à travers l’analyse ethnographique d’une trajectoire biographique qui met en évidence les interactions entre les dimensions spatiales du corps et les politiques publiques.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1En concluant son ouvrage L’espace politique de la santé (1996), Didier Fassin soulignait la nécessité de passer d’une généalogie des dimensions politiques de la santé à sa topographie, c’est-à-dire à la localisation précise de ses enjeux et de ses frontières. Les conditions de cette opération résident dans une incessante redéfinition de cet espace, pensé comme rapport entre le corps physique et le corps social, et sa « reterritorialisation », soitla prise en compte de la dimension territoriale des politiques de santé publiqueet de leurs effets sur la vie des individus.

  • 2  Selon Laurent Mucchielli (2008) la "frénésie sécuritaire" qui animerait les pouvoirs publics compo (...)
  • 3  Pour un panorama des politiques locales à l’égard des Roms et Sintis en Italie voir Vitale, 2009.
  • 4  Au cours du texte, les sujets concernés sont appelés « Rom » (ethnonyme pourtant problématique), c (...)
  • 5  Par « biomédecine » je me réfère au corpus officiel et institutionnalisé des savoirs sur le corps, (...)
  • 6  Selon Giorgio Agamben (1997, 2003), l’état d’exception correspond à la fois à la suspension (consi (...)

2Dans le sillage des travaux de D. Fassin,cet article vise à analyser les effets conjugués, sur les processus médicaux, des politiques sécuritaires2 telles que regroupement, déplacement et fichage personnel, qui sont engagées dans les campi nomadi3, où résident de facto de nombreux Roms4, et des politiques sanitaires visant les habitants de ces espaces urbains particuliers. Les déplacements forcés auxquels sont soumis les résidents des campi nomadi provoquent en effet l’interruption des parcours thérapeutiques biomédicaux5.Il s’agit donc d’étudier les relations qui, dans ce contexte, s’établissent entre le corps malade, les politiques d’intervention biomédicale d’urgence (tout en remettant en question la notion d’urgence car l’exceptionnalité, au sens de Giorgio Agamben6 est, comme on le verra, au cœur des politiques de santé visant ordinairement les habitants des campi nomadi), et les déplacements dans l’espace urbain, qui sont déterminés directement ou indirectement par les politiques de sécurité. De la même manière, le cas présenté interroge la « question rom » dans le contexte actuel, marqué par l’affirmation du régime de la compassion. Comme le montre Didier Fassin (2010), la souffrance et la maladie sont devenues des éléments majeurs dans la détermination de l’accès aux droits, notamment en ce qui concerne, en particulier mais pas seulement, les étrangers en situation irrégulièreet les demandeurs d’asile.Dans le cas présent, ces réalités corporelles apparaissent dans leur dimension spatiale du fait, en particulier, des déplacements forcés que subissent les habitants des campi voués à la démolition.

3Les réflexions suivantes consistent principalement en l’analyse du parcours sanitaire de Nina, une femme Rom d’origine bosniaque, qui résidait au Casilino 900, l’un des principaux campi nomadi de l’agglomération romaine, jusqu’à ce que ce dernier soit démantelé en janvier 2010. Aussi l’histoire de Nina me semble-t-elle exemplaire de la façon dont l’articulation entre politiques sanitaires et sécuritaires s’inscrit dans l’espace au travers de l’expérience individuelle des patients.

  • 7  Il s'agit d'un camion type mobilhome (ou motorhome). Il est appelé « camper sanitaire » (« camper (...)
  • 8  Opera Nomadi est une organisation créée en 1963.Ses objectifs principaux sont « la reconnaissance (...)
  • 9  Dans d'autres campi, les associations et les coopératives sociales qui ont obtenu la gestion des s (...)

4La reconstitution du parcours de Nina a été rendue possible grâce à un travail ethnographique de dix mois que j’ai mené en tant qu’observateur dans le « camper sanitaire »7, un service de soin géré par l’ASL Roma B (Azienda Sanitaria Locale, la division locale de l’institution de santé publique), en collaboration avec Opera Nomadi Lazio8. Mis en place dans le cadre de projets sanitaires conçus spécifiquement pour les campi nomadi par les ASL9, le camper constitue une sorte de cabinet médical mobile, dont le personnel est composé d’un médecin, d’une infirmière et d’un « médiateur culturel » qui s’occupe de la conduite du véhicule (nommé conducteur dans cet article). Cette unité opère depuis onze ans dans les campi nomadi – réguliers et irréguliers – qui se trouvent dans la zone de compétence de l’ASL RM B (le sud et sud-est de Rome, où se trouvent le plus grand nombre de Roms). Stationnant à l’entrée des campi, relativement neutre et invisible dans le paysage, le camper n’a jamais suscité d’opposition ou de résistance de la part des habitants qui se sont toujours sentis libres de recourir, ou non, aux services de l’unité médicale. De toute évidence, cette dernière remplissait bien d’autres fonctions que celle d’un simple cabinet médical. Je chercherai à montrer en effet son importante contribution à la construction d’un état d’exception du campo nomadi dont il sera question, tout en mettant en question la dimension d’« intervention d’urgence ».

5Si les études au sujet des politiques de santé visant les Roms cherchent souvent à suggérer des procédures ou des outils pertinents, notamment en ce qui concerne la médiation avec les populations-cibles parfois rétives, ou supposées comme telles, aux soins proposés (Trevisan, 1996, 2004), mon objectif est en revanche de construire un instrument analytique capable de rendre compte des relations entre le corporel et le politique dans leur dimension spatiale. Dans le cadre de cet article, je chercherai en particulier à montrer que l’analyse des questions liées à la maladie et à la santé ne peut se faire indépendamment d’un examen minutieux de l’offre urbaine de services (par exemple la dislocation des sites sanitaires et la division territoriale des aires de compétence des différentes unités médicales) et des jeux de pouvoir qui, d’une certaine manière, conditionnent l’offre de soins et, par conséquent, les parcours thérapeutiques.

6La tranche de vie de Nina, dont il est question ici, se déroule avant, pendant et après le déplacement forcé faisant suite au démantèlement du campo nomadi où elle habitait. Si cette période est marquée par des ruptures majeures, notamment en ce qui concerne les lieux de vie, les migraines fortes et persistantes dont souffre Nina constituent en quelque sorte un principe de continuité.

« C’est plus la mienne cette tête-là »

7Dans cette première partie du texte, je décris les événements qui ont changé radicalement la quotidienneté de Nina et provoqué la fermeture du campo où elle résidait. Comme on le verra, la maladie qui affecte Nina, le système de santé publique (d’urgence et non) et les politiques nationales et locales envers les Roms, sont des éléments déterminants dans l’histoire de Nina. Le récit du développement de ces trois lignes thématiques, par rapport au cas présenté, se déplie en raison de la dimension spatiale qui en est un point de convergence, et non seulement théorique.

8Agée d’une soixantaine d’années, veuve, Nina, habite le campo Casilino 900 qui est souvent présenté par les médias comme étant le plus grand camp d’Europe, avec une population comprise entre 700 et 800 personnes. Elle s’y est installée dès son arrivée de Bosnie, il y a environ vingt ans.Avant que le campo ne soit démantelé, Nina faisait partie des usagers les plus assidus du« camper sanitaire ».

9Pour Nina, l’arrivée du camper sanitaire dans « son » campo constituait en effet l’un des rares événements suffisamment importants pour qu’elle veuille bieninterrompe ses occupations domestiques. Elle venait toujours prendre son tour dans la file d’attente devant le camper. C’était sa migraine, de plus en plus forte, qui l’amenait à traverser le bidonville pour rejoindre l’unité médicale. Manifestement, la régularité et l’ancienneté des relations établies avec le personnel soignant avaient permis de faire tomber la méfiance, qui se traduit communément par le recours à différentes techniques de distanciation, vis-à-vis des gadje (Piasere, 1999).

  • 10  Le texte complet sur le site des Ministère de l’Intérieur: http://www.interno.it/mininterno/site/i (...)
  • 11  L’état d’urgence a été introduit dans la législation italienne en février 1992. La loi concernait (...)

10Alors que ses migraines s’intensifiaient, de grandes manœuvres politiques se jouaient au-dessus de la tête de Nina sans que celle-ci ne soit vraiment au courant. Ne lui parvenaient que les nouvelles confuses qu’elle recevait par la vox populi, avec les déformations que cela implique. Cet état de fait ne dura pas longtemps cependant. En mai 2008, le ministère de l’Intérieur a, en effet, promulgué de nouvelles lois sur la sécurité : le Pacchetto sicurezza10, concrétisant ainsi les promesses de Silvio Berlusconi, alors en campagne électorale. En outre, l’« état d’urgence Rom »11 (« emergenza Rom »)  est déclaré dans les Régions du Latium, de la Campanie et de la Lombardie. Un « Préfet extraordinaire » pour la question Rom est alors nommé. Il possède des pouvoirs exceptionnels en matière d’ordre public, comme la possibilité de prendre de décisions normalement réservées au maire. En juillet 2008, les règles générales pour l’ « emergenza Rom » sont diffusées. Les points les plus remarquables sont le fichage personnel et le déplacement des Roms résidants dans les campi dans d’autres campi autorisés. En février 2009, un nouveau règlement pour ces aires (par exemple avec l’introduction de la vidéosurveillance, des gardes à l’entrée et de la fermeture des portes à 22h) est adopté par la Mairie de Rome. Puis le Piano nomadi (« Plan nomades ») est présenté à la Presse le 1er juillet 2009. Il prévoit la fermeture de l’ensemble des campi irréguliers (soit plus de quatre-vingt terrains), ainsi que la restructuration des campi autorisés et la création future d’une « structure de transit ». Alorsque Nina se plaint de migraines de plus en plus aigües, dans l’espace public, on parle beaucoup du démantèlement du Casilino 900. Un énième renvoi de l’évacuation– cette fois à janvier – était annoncé par la presse, mais l’opération était alors considérée par tous comme certaine.

11Bien sûr, Nina a fini par être au courant des projets de déplacement qui la concernent personnellement. Elle reste cependant accaparée par ses problèmes de santé. Refusant d’ « obéir » aux ordres du médecin qui la somme de procéder à des examens médicaux, son état de santé s’est encore détérioré. À l’occasion d’une de ses visites au camper, alors que Nina monte dans le camion, l’infirmière lui demande comment elle va. Nina surprend toute l’équipe en prenant la tête entre ses mains, en la secouant et en déclarant, les yeux fermés : « C’est plus la mienne cette tête-là ».

12Cet épisode est significatif pour deux raisons : d’un côté, parce que Nina recourt désormais à la métaphore de la séparation corporelle et de la perte (Pizza, 2005 ; Quaranta, 2006) ; d’un autre côté, parce que l’équipe médicale qui, jusqu’alors, ne prenait pas vraiment au sérieux les doléances exprimées sur le ton de la plaisanterie et de l’insistance par Nina, est alors très préoccupée par son cas. La manière dont Nina a choisi de communiquer son désespoir lié à ses migraines apparaît ainsi comme un tournant majeur. Désormais, le pathos de son rapport avec le personnel du camper sanitaire se place à un niveau différent. Précédemment, les manières « plaisantes » de Nina et son insistance (attitudes qui réduisaient manifestement sa crédibilité aux yeux du personnel du camper) étaient perçues avec une distance réservée, bien que ses symptômes ne pussent être complètement ignorés. Mais, à partir de ce moment précis, la méfiance tombe.

13Durant cette période, l’affluence au camper est beaucoup plus élevée que les jours précédents. Plus remarquable encore est le changement d’attitude des patients à l’égard du personnel sanitaire, notamment en ce qui concerne les indications fournies au sujet des hôpitaux, des centres médicaux et des thérapies. Chaque fois que la possibilité d’une intervention des forces de l’ordre se fait plus concrète, la prévision des parcours thérapeutiques se fait plus compliquée pour l’unité médicale, surtout si les soins prescrits nécessitent de se rendre dans d’autres structures que le camper. La localisation d’un hôpital ou d’un centre médical semble ainsi primer sur les autres paramètres, tels que les caractéristiques des structures (par exemple les spécialistes qui opèrent et le volume d’affluence des patients) et le type d’accueil habituellement réservé aux Roms. Cela se traduit notamment par le fait qu’en plus de s’enquérir, comme c’était le cas habituellement, de l’état de santé, le personnel sanitaire demande désormais aux patients s’ils ont des nouvelles à propos de leur future demeure, c’est-à-dire après le démantèlement. Nina ne fait pas exception. Plusieurs fois, elle a répondu aux membres de l’unité médicale qu’elle n’en savait rien, ou plutôt qu’elle avait entendu dire que les habitants seraient tous conduits au commissariat de police, puis dans une sorte de hangar où ils devront déposer leurs affaires. De fait, les rumeursde ce genre sont nombreuses à circuler dans le campo.

14C’est à ce moment précis que, pendant les visites, Nina commence à ne plus cacher ses préoccupations concernant l’accès aux soins après son déménagement. Jusqu’alors, le camper n’était visiblement pour elle qu’une source de réconfort. Désormais, l’idée qu’elle ne pourra peut-être plus bénéficier des visites du camper la préoccupe autant que l’accès aux services médicaux et hospitaliers.

15Alors que les négociations et les manœuvres politiques à proposdu démantèlement avancent, les migraines de Nina sont ininterrompues. Elle a commencé à accepter l’idée de se soumettre aux examens médicaux à partir du moment où la possibilité du déplacement se concrétisait (par exemple lorsque, sur le terrain, le personnel de la Croix-Rouge a commencé à rédiger les listes d’ordre de départ des résidents). Le choix de Nina montre bien à quel point la conscience de l’imminence du démantèlement du campo coïncidait avec l’idée que, par la suite, se faire soigner allait être beaucoup plus compliqué, surtout en l’absence de l’équipe du camper.

  • 12  Examen radiographique qui, en Italie, est appelé TAC (Tomografia Assiale Computerizzata).

16À partir du moment où elle accepte de faire une scanographie12, tout en respectant le rendez-vous que le personnel a pris pour elle, elle demande régulièrement combien de jours elle doit encore attendre pour sa visite. Elle demande aussi à être avertie avant l’examen, de telle manière, qu’elle puisse prendre une douche et se préparer comme il faut, car elle ne peut pas « aller à l’hôpital comme ça », explique-t-elle.

17De plus, le médecin et l’infirmière recommandent à Nina de se reposer et surtout d’éviter les travaux lourds et fatigants. Par exemple, l’infirmière lui demande de ne pas s’occuper personnellement des corvées de bois de chauffage. Nina rétorque en déclarant qu’il n’y a personne pour le faire à sa place et qu’elle risque de mourir de froid si elle ne s’en occupe pas. Entendant cela, le médecin lui demande si son fils ne peut pas s’en charger. On apprend alors que ce dernier, accusé de meurtre, est en prison depuis plusieurs mois. Le docteur, apprenant la nouvelle, gronde affectueusement Nina pour ne l’avoir pas informé auparavant. Il affirme que mieux connaître sa situation, également sur le plan familial, est important pour construire des parcours thérapeutiques efficaces.

18Nina a un autre fils mais jusqu’alors, seul le personnel du camper était au courant de sa situation. En effet, pendant la période des visites préalables au démantèlement, ce dernier vivait auCasilino 900, sous une forte dépendance pharmacologique. Avec un fils en prison pour tentative de meurtreet un autre libre, mais en condition de pharmacodépendance, à qui Nina peut-elle se confier ?

19Le jour précédant la scanographie, le camper se rend à l’entrée du Casilino 900 pour appeler Nina et vérifier sur les documents qu’on lui avait remis l’exactitude de l’heure et du lieu précis où il faudra l’accompagner pour la scanographie. Rendez-vous est pris pour le lendemain. Se pose alors le problème du transport de Nina jusqu’à l’hôpital, car celui-ci est situé à plusieurs kilomètres du Campo. Le personnel du camper a décidé que Nina sera conduite jusqu’à l’arrêt du tram le plus proche à l’entrée du campo Casilino 900 : à elle de se débrouiller ensuite. Cette décision n’est pas prise en raison d’une volonté d’autonomisation de la patiente, mais parce que le conducteur du camper (qui est, rappelons-le, égalementemployé en tant que médiateur culturel) n’a pas le droit de transporter de patients pour des raisons d’assurance. Il décide donc de ne pas prendre le risque de conduire Nina jusqu’à l’hôpital.

20Le lendemain, le camper se rend, comme convenu, à Casilino 900, mais des voisins de Nina annoncent au personnel que cette dernière est partie seule à l’hôpital. Cette nouvelle inattendue préoccupe le personnel de l’unité médicale. Le médecin et les autres décident alors d’aller au Policlinico, tout en espérant que Nina a trouvé la bonne ligne de tram et l’arrêt correspondantà l’hôpital. Ils découvrent bientôt que Nina est bien arrivée à l’hôpital et qu’elle s’est déjà renseignée sur la direction à prendre pour se rendre dans le secteur des examens radiologiques. Cela n’était pourtant pas facile, y compris pour le personnel du camper, étant donnée la complexité du plan du site. « Elle est très éveillée », a ainsi déclaré le conducteur. L’aptitude de Nina à se débrouiller toute seulesuscite même une forme de suspicion de la part des personnes présentes à l’égard de Nina. Le médecin se demande si Nina n’a pas auparavant profité de l’assistance du camper sanitaire, alors qu’elle aurait pu « se débrouiller toute seule », selon la formule utilisée par le conducteur. D’un autre coté, ces interprétations montrent que l’équipe comprend ces résistances au soin et à la mobilité vers l’hôpital comme étant motivées aussi par une tension avec l’institution-santé, plus que par un manque effectif de compétences.

21De fait, cette séquence de l’histoire de Nina est importante pour ce qui concerne une autre des thématiques soulevées par la recherche, à savoir la perception topographique qu’ont les habitants des campi nomadi des structures sanitaires. La question de l’emplacement des dites structures prend alors toute sa valeur. En particulier, lors de la construction des parcours thérapeutiques, le médecin prend systématiquement en compte les capacités effectives de transport des patients, ce qui s’explique notamment par le fait que les personnes fréquentant le camper sont en majorité des femmes et des enfants. Il s’agit alors de savoir si dans la famille, le mari ou un proche peut faire office de conducteur. En ce qui concerne les patients habituels, le médecin et l’infirmière connaissent déjà les différentes situations et leurs implications, surtout pour le cas des personnes âgées et des femmes dont le mari se trouve en prison ou en incapacité de conduire (pour des problèmes de dépendance, par exemple). Il s’agit en outre de savoir si les personnes jugent l’accueil satisfaisant en fonction des expériences passées qu’il s’agisse des patients eux-mêmes, de membres de leur famille, ou de connaissances. Les compétences spatiales concernant les questions de santé se forment et s’articulent donc autour des conditions d’accueil et de reconnaissance des droits sanitaires auxquels peuvent prétendre les habitants d’un campo nomadi. Ces conditions influencent directement les marges de manœuvre du médecin pour construire un parcours thérapeutique efficace.

22Arrivés à l’hôpital, avant que la responsable du guichet pour la réservation et le paiement des visites ne se soit occupée de Nina, le médecin et l’infirmière se sont rendus au guichet. Quand ils ont présenté la situation problématique de Nina, le fonctionnaire leur a conseillé de procurer à cette dernière une “carte de chômeur”, de façon à ce que, dans le futur, elle n’ait plus à payer les services sanitaires. L’infirmière a alors répondu que Nina n’a aucun document en sa possession et que sa situation est particulière. À ces arguments, le fonctionnaire a répondu « Alors pourquoi ne reste-t-elle pas chez elle, dans son pays ? ».

23Pendant les opérations de préparation à l’examen, Nina était effectivement effrayée. Jusqu’au dernier moment, l’infirmière est restée à côté d’elle en lui tenant la main. Quand Nina est entrée dans la salle de la scanographie, le contact visuel avec l’infirmière a été maintenu entre les deux personnes au travers de la vitre donnant sur la salle. On a alors procédé à l’examen.

24Au moment de quitter l’hôpital, Nina se trouvait dans un état d’étourdissement, soit à cause de la substance qui lui avait été injectée pour la scanographie, soit en raison de l’expérience traumatisante que pouvait représenter l’examen. Aussile conducteur a-t-il exceptionnellement accepté de ramener cette dernière au campo avec le camper. Le médecin commente : « Tu vois ? Il a un cœur, lui aussi c’est un être humain ».

La rencontre entre Nina et la politique : le démantèlement du camp

25Dans la deuxième partie du récit de l’histoire de Nina, nous allons voir comment sa situation va évoluer à la suite d’un triple et radical tournant : le diagnostic de sa maladie, l’évacuation de « son » campo et son changement d’avis concernant l’intervention chirurgicale sensée mettre un terme à ses souffrances.

26Nina s’est finalement résignée à l’idéede se soumettre à la scanographie. Elle a confié son corps à la médecine institutionnelle. C’est cette même biomédecine qui, quelques jours plus tard, lui présente les résultats de la scanographie : Nina a un cancer bénin au cerveau, mais il s’agit d’une bénignité qui n’est pas pour autant rassurante, si l’on considère la position de la tumeur. Si l’on n’intervient pas rapidement, la tumeur risque de se développer. Les conséquences pourraient s’avérer fatales. Le diagnostic correspond donc à ce que le médecin suspectait et la nouvelle a été perçue par le personnel du camper avec une certaine inquiétude. L’équipe entière est désormais bien consciente de la gravité de la situation et des difficultés qu’il y a à faire soigner Nina.

27Le 19 janvier 2010, débute enfin la fermeture du campo Casilino 900. Le camper arrive au campo et, sur le parking qui se trouve à l’entrée, le personnel trouve de nombreuses ambulances, le bus de la Croix-Rouge, la Police Municipale et les Carabinieri. Gianni Alemanno, le Maire de Rome (ancien membre du parti de droite nationaliste Alleanza Nazionale et aujourd’hui l’un des principaux leaders de la coalition de centre-droite, dirigé par Silvio Berlusconi),qui est également présent, prononce un discours. Une fois ce dernier terminé, les représentants institutionnels, les journalistes et les forces de l’ordre quittent les lieux. Plusieurs patients s’approchent alors du camper et demandent si l’unité médicale continuera de se rendre dans les campi où ils seront envoyés. Tous voudraient être rassurés sur ce point car ils estiment que le médecin connaît désormais leur situation mieux que quiconque. Ils ne peuvent absolument pas concevoir de consulter un autre médecin car ils ne lui feraient pas confiance. Ils l’affirment d’ailleurs haut et fort. Une femme argumente en disant que, lorsqu’on va s’inscrire au registre de la santé publique, il est demandé quel médecin on préfère consulter, or c’est bien le médecin du camper qu’elle veut. Un des patients habituels affirme directement : “Si je ne l’ai pas lui, je meurs”. Quand ils évoquent le déménagement à venir, la possibilité d’accéder au camper sanitaire est donc bien au centre des préoccupations des habitants du campo.

  • 13  Le travail ethnographique montre qu’en cas d’intervention chirurgicale, la famille du malade prend (...)

28En général, les narrations qui précédaient immédiatement le démantèlement exprimaient l’acquisition d’une conscience différente des états de santé des sujets, des problèmes et de leur gravité et de l’importance du rôle du camper sanitaire, dont le personnel connaît leurs situations personnelles. Lorsque la présence du Maire et de la presse l’a rendu définitivement concrète, Nina parle de cette nouvelle conscience du déplacement à travers son moyen d’expression le plus efficace, à savoir sa situation symptomatologique,  qui est présentée d’une manière de plus en plus emphatique. Pourtant, le même jour où Nina montre à nouveau les résultats de l’examen, elle déclare qu’elle ne pourra pas être opérée jusqu’au retour de son fils, qui est en prison et qui “se fiche de sa mère”, selon l’opinion de l’infirmière13.

  • 14  En général, les regroupements territoriaux du Casilino 900 sont le fait de familles apparentées ma (...)

29Deux jours plus tard, les démolitions sont engagées. Les forces de police et la Croix-Rouge sont présentes sur le terrain. Au moment où le camper arrive sur le terrain, deux bulldozers commencent leur travail. Ils avancent depuis l’entrée du campo, en direction du nord, détruisant baraques et caravanes en quelques secondes. Avant que les bulldozers n’aient tout rasé, les membres de l’unité médicale font un tour rapide. Ils rencontrent alors, dans la partie la plus éloignée de l’entrée, des personnes qui n’ont jamais eu recours aux services du camper sanitaire. Quelqu’un leur demande pourquoi le camper n’est jamais parvenu dans ce secteur. Le conducteur répond que cela n’est pas possible, car la route accidentée aurait endommagé le véhicule. Les habitants estiment quant à eux que le camper, qui stationne à l’entrée du terrain, était trop éloigné pour qu’ils puissent s’y rendre.La question de la perception topographique des services sanitaires se pose donc aussi à l’échelle micro, tout en reproduisant les dynamiques de déplacement vers les structures de soins même dans l’espace du campo et de sa fragmentation interne. Des paramètres spatiaux tels que les regroupements par pays d’origine14, qui marquent le partage entre différentes parties du campo, influencent et font parfois obstacle au déploiement des services fournis à l’intérieur du campo. En effet, si le camper sanitaire s’installe dans un secteur du campo occupé par l’un des groupes, les autres éprouvent quelques réticences à s’y rendre pour consulter le médecin. En outre, il apparaît nettement que certains groupes, comme celui des Bosniaques auquel appartient Nina ont construit des relations plus étroites avec le personnel du camper que d’autres groupes. Bien entendu, les personnes en question comptent conserver ce privilège après leur déménagement. Le fait que Nina demandera aux autorités de rester parmi les Bosniaques participe de cette « stratégie » qui vise à maintenir la relation établie avec la structure sanitaire. Dans l’ensemble, ces dynamiques restent invisibles aux yeux du personnel sanitaire, ce qui empêche d’envisager des solutions adéquates pour diriger les patients.

30Revenons aux opérations de démantèlement : l’unité se place comme à son habitude à l’entrée du campo. Pendant que les bulldozers font leur travail, les premiers patients arrivent au camper. Une femme, assez âgée, demande un document certifiant qu’elle ne peut déménager en raison de sa santé précaire pendant au moins un mois. L’infirmière lui explique que le camper ne peut pas délivrer ce genre de document et qu’en outre, il n’a pas à se mêler des affaires de la Police et de la Préfecture. Cela n’est qu’un des nombreux épisodes qui témoignent du niveau de tension lors de cette journée de démantèlement, tension alors perceptible dans les comportements et les demandes des patients lors des visites. Nombreux sont, de fait, ceux qui demandent des médicaments plus qu’à la normale. Par exemple, un homme se présente avec une pression artérielle très haute, ce qui d’habitude, n’arrive jamais. Un autre demande avec insistance à l’infirmière de téléphoner à un assistant social car, quand il sera déplacé, il lui faudra trouver un logement adapté à son état de santé (il a une leucémie lymphatique chronique). Au moment où l’infirmière lui indique que l’appel sera fait le lundi suivant (à cause des contingences d’organisation du travail), il lui rappelle qu’il sera chassé du campo le même jour, ou le lendemain. Enfin, plusieurs personnes continuent à demander si le médecin du camper ira également dans les campi où ils vont déménager.

31Même si l’unité est entourée par les bulldozers qui démolissent les logements de ces mêmes patients, les visites restent régulières. Se présentent aussi des personnes qui, normalement, ne fréquentent pas le camper. Les visites étaient clairement déterminées parl’événement en cours. Cela se concrétise par le fait que les patients recourent volontiers à une rhétorique hyperbolique concernant les différents types de maladies, réelles ou supposées.Les référencesaux états d’anxiété pathologique pour laquelle des médicaments spécifiques étaient demandés, se font de plus en plus fréquentes et emphatiques. Tous les patients établissaient de surcroît un lien systématique entre leurs problèmes de santé, les conditions de vie dans le campo et les interventions des forces de police et de la Croix-Rouge. D’autres personnes se rendaient quant à elles au camper uniquement pour parler de l’événement.

32Bien entendu, Nina n’échappe pas à la règle. Ses discours sur la maladiesont désormais inextricablement liés à ce qu’elle imagine êtreson destin de déplacée. Elle affirme qu’elle ne sait pas encore où elle sera envoyée. Elle a peur d’être abandonnée et de ne pouvoir accéder aux soins médicaux, ce dont elle a impérativement besoin.

  • 15  Aulin est un puissant anti-inflammatoire dont l’usage est découragé à cause de sa « violence » thé (...)

33Pendant les visites suivantes, le démantèlement continue. Plusieurs patients demandent au médecin qu’il écrive pour eux la posologie des médicaments qu’il leur indique. Auparavant, cette demande était rarement exprimée. L’insécurité, la peur et la précarité recouvrent tous les aspects de la quotidienneté. Le médecin avait précédemment réfléchi avec le personnel du camper à la nécessité d’être moins rigide, d’être plus à l’écoute des patients pendant le démantèlement. Plusieurs personnes demandent par exemple la prescription de plusieurs boîtes d’Aulin15, ce qui est accepté à titre exceptionnel. Les demandes en lien avec le démantèlement se font nombreuses. Des patients sollicitent de la part du personnel du camper une médiation auprès des institutions, cela afin d’influencer la décision de leurs transferts vers le type de logement qu’ils souhaitent. D’autres demandent avec insistance un certificat médical attestant de leurs difficultés physiques. Commentant l’information qu’elle vient d’avoir au sujet de son déménagement sur le campo de Via Salone (qui compte déjà de nombreux résidents, très en lien les uns avec les autres, comme c’était le cas au Casilino 900), une patiente affirme : « Moi, à Salone, j’y vais même pas morte ». Cette patiente ne sera pas la seule car les résistances de ce type sont nombreuses.

34En de tels moments, le camper remplit assurément un rôle d’advocacy et de médiateur. L’exemple, déjà évoqué, de la dame âgée qui demande un certificat médical au Médecin est édifiant à ce sujet. La compilation de toutes les maladies et inconforts physiques qui sont les siens, et la caution apportée par la signature du médecin sont, de toute évidence, une ressource pour la négociation du logement. Le certificat en poche, elle espère en effet pouvoir négocié avec le coordinateur du démantèlement, l’attributiond’une maison ou d’un container pour elle toute seule.

35D’une certaine façon, Nina adopte la même stratégie, ce qui lui réussit, puisqu’elle a été l’une des dernières personnes des habitants du campo à avoir été être transférée vers un autre terrain, cela en raison de ses problèmes de santé. Elle est en outre parvenue à obtenir un relogement « parmi les Bosniaques ». En définitive, le corps malade a constitué la dernière ressource pour se voir reconnaître des droits, droits qui, dans le cas de Nina, concernent dans le même mouvement l’accès à la santé et l’emplacement dans la ville, les deux étant étroitement liés, comme on a pu le constater.

Une quotidienneté brisée

36Au bout du compte, c’est seulement lors du démantèlement du campo Casilino, lequel constitue à la fois une rupture dans le suivi sanitaire et un événement traumatisant, que la richesse des rapports entre les habitants et le personnel du camper, construite au cours de onze ans de services sur le terrain, apparaît au grand jour. L’observation du moment extraordinaire que représente le démantèlement du campo permet, en effet, de mettre en évidence le conflit entre, d’un côté, de la mission originelle du camper, à savoir l’orientation des patients qu’il s’agit, de surcroît d’autonomiser et, de l’autre, de la nécessité d’apporter des réponses dans des situations d’urgence sur le plan médical. Le fait de continuer les visites au campo au moment du démantèlement constitue sans nul doute une mise à l’épreuve.

37Le 9 février 2010, le démantèlement du Casilino 900 n’est toujours pas terminé. Le personnel du camper continue donc ses visites, bien que les résidents encore présents soient très peu nombreux. Sur le parking à l’entrée, les gens s’affairent, qu’il s’agisse des habitants sur le départ, de policiers ou du personnel de la Croix Rouge. Chaque fois que quelqu’un demande (ce qui arrive souvent) la raison pour laquelle le camper n’effectuera pas de visite dans les campi où seront relogés les anciens résidents du Casilino 900 (qui se trouvent hors du territoire d’intervention de l’ASL RM B et donc du camper), le Médecin réplique : « Si c’est ce que vous voulez, vous devez poser la question à ceux qui commandent ».

38Sur le parking se trouve Nina. Elle annonce au personnel du camper qu’on a décidé de la transférer dans un campo nommé Camping River, en bordure du fleuve Tibre, aux confins de la banlieue nord de la ville (environ 30 km du Casilino 900). Elle semble assez satisfaite de cette solution, car elle sera relogée parmi les Kosovars, qu’elle connaît (même s’il ne s’agit pas des Bosniaques, comme elle l’aurait souhaité au départ). Dès qu’elle arrive sur son nouveau lieu de résidence, Nina parle de sa maladie aux employées de l’ASL locale qui se rendent sur le terrain régulièrement. Bien que les médecins considèrent l’opération comme étant urgente, elle affirme qu’elle ne se soumettra pas à l’opération si elle ne peut pas, au préalable, parler à son fils qui est en prison. Le règlement de la prison stipule que, pour certaines catégories de détenus (ceux qui sont dans l’attente de jugement et pour certains types de crimes), les communications avec l’extérieur sont complètement interdites. Le directeur de la prison fait toutefois une entorse au règlement à la demande de l’ASL de référence du nouveau campo. Un mois environ après le démantèlement du Casilino 900, une communication téléphonique avec son fils est concédée à Nina.

39Mais les choses ne se passent pas comme prévu : mère et fils se parlent certes, maisce dernier dit à sa mère qu’elle ne doit pas accepter l’opération car, si elle meurt, il n’aura pas eu la possibilité de la voir une dernière fois. C’est là le seul argument qu’elle présente au personnel sanitaire.

  • 16  Dans sa revue des études sur les conditions sanitaires des Roms, Paola Trevisan (2004) constate qu (...)

40Nina se soumet sans hésiter au bon vouloir de son fils. Elle affirme qu’au fond, elle « vit pour ses fils » et que cela suffit à justifier son choix de refuser l’opération. Cette nouvelle étonne le personnel du camper sanitaire, qui l’apprend indirectement lors d’une réunion des organisations sanitaires s’occupantdes Roms. Ce changement d’avis fait l’objet d’une interprétation culturaliste par le personnel sanitaire qui estime que les priorités de Nina ont changé après son déménagement. « Je vis pour mon fils », déclare-t-elle à qui veut l’entendre, ce que le personnel médical, interprète comme étant une attitude typiquement rom16. Comme si ces éléments soit disant culturelsfournissaient à Nina, dans le contexte du démantèlement, des ressources identitaires pour penser et redéfinir son propre rôle, en fonction de considérations singulières car attribuées à la culture rom, qui ne seraient mises en avant que lorsqu’elles peuvent s’avérer efficaces, en l’occurrencedans une situation d’urgence.

  • 17  Dans le même ordre d’idées, Alexandra Nacu (2010) montre que, comme dans les campi nomadi,les stra (...)

41Mais, à ce propos, plus que les facteurs culturels qui semblent intervenir dans le choix de Nina, on a besoin d’analyser les raisons qui se trouvent derrière la principale des critiques adressée aux interventions médicales de ce type. Il s’agit des « approches qui gâtent »,à savoir les attitudes d’intervention qui ne correspondent pas à une volonté d’« éducation et orientation sanitaire » à long terme. D’ailleurs, plusieurs études ont mis en évidence l’importance de la dimension de « childishness » dans l’ensemble des politiques sociales menées envers les Roms (Gay y Blasco, 1999), c’est-à-dire un traitement entre paternalisme et sévérité envers des individus qu’on n’estime pas capables de vivre dans la société en autonomie et sans aide. Considérées dans un contexte d’exception tel un campo nomadi, les « approches qui gâtent » sont à lire comme des dispositifs qui participent des dynamiques de maintien dans le même état d’exception17.

42Lors d’une autre réunion des opérateurs sociaux de l’agglomération intervenant au près des Roms, la représentante de l’ASL (médecin elle aussi) qui travaille dans sur le nouveau lieu d’habitation de Nina, affirme justement que les derniers arrivés (ceux du Casilino 900) sont « très gâtés ». Ils ont, dit-elle sur un ton péremptoire, « seulement des prétentions et veulent que tous les services leur soient fournis in loco ». L’accusation est à peu près explicite : ils ont été « gâtés » par le camper sanitaire. L’assistanat des Roms est au cœur de la critique, ce qui crée une certaine tension dans l’assemblée. Assistant à la réunion, le personnel du camper se trouve dans l’obligation de contre-argumenter. Le conducteur-médiateur culturel proclame que l’intervention d’urgence, telle que celle effectuée par le camper, est la seule pertinente, car l’autonomie des personnes est inenvisageable étant donné la précarité des conditions de vie. L’autonomie, dit-il, peut être obtenue seulement à travers de vraies décisions politiques et non à travers la mise en question de l’activité d’une simple unité d’assistance sanitaire.Mais ses mots reflètent à nouveau un procédé logique qui tend à occulter tout ce qui fait que la fonction du camper et les facteurs politiques qui en permettent l’existence sont prises dans des relations beaucoup plus réciproquement fonctionnels que ce que les phrases prononcées par l’équipe le laissent croire.

Conclusion

43L’histoire de Nina montre à quel point, quand il s’agit des Roms, les conditions d’accès aux soins sont déterminées par les logiques sécuritaires et, par conséquent, par l’état d’exception qui est le leur, lorsqu’ils résident dans un campo nomadi. De fait, les politiques sanitaires sont différentes dans cet espace particulier ; ce sont des politiques spécifiques ou dédiées, et fortement territorialisées. Aussi, en s’installant, sous la contrainte des autorités, dans un autre campo que celui du Casilino 900 où elle résidait jusqu’alors, Nina ne fait-elle que passer d’une forme d’assistance d’urgence à une autre, calquée sur le même modèle. Dans le même ordre d’idées, le traitement de faveur dont bénéficie Nina en raison de la gravité de sa maladie, paraît la seule façon pour l’unité médicale de ne pas l’abandonner à son sort. Et il faut bien avouer que des « Nina abandonnées », il y en a beaucoup, aussi bien au Casilino 900 que dans les autres campi nomadi. Néanmoins, rien n’y fait : Nina reste soumise au régime de l’assistance d’urgence. Le traitement de faveur dont elle jouit ne fait d’ailleurs que conforter cette situation pour le moins précaire.

44Un autre paradoxe révélé par l’histoire de Nina réside dans le fait que le régime d’assistance a fini par être intégré par les habitants du campo, qui souhaitent vivement pouvoir bénéficier des services du camper après leur déménagement. Pour cette raison, le démantèlement suivi du transfert vers de nouveaux lieux d’habitation constitue un bouleversement, tant pour le personnel du camper que pour les patients d’ailleurs. Bien qu’annoncé de longue date, cet événement reste marqué du sceau de l’exceptionnalité. Il participe néanmoins aux modes habituels et routiniers de gestion des individus et des groupes en dehors de la population « normalisée » (Foucault, 1975). C’est, d’une certaine manière, un « incident nécessaire » contribuant au maintien des situations de marginalité. La chose est habituelle en ce qui concerne les Roms qui sont incessamment soumis à des efforts de normalisation en même temps qu’ils font l’objet de fortes attentions sécuritaires de la part des autorités.

45Dans ce contexte particulier, seules la maladie et la souffrance semblent permettre aux Roms habitant les campi de faire valoir les droits à la santé et au logement.

46Les Roms des campi nomadi se trouvent en définitive dans une situation où seule une intervention sanitaire d’urgence (et donc nécessairement d’assistanat) semble possible. Les parcours thérapeutiques apparaissent alors comme des dispositifs extrêmement vulnérables, susceptibles d’être interrompus à tout moment à cause de politiques sécuritaires telles que les déplacements forcés. Si le corps malade souffrantest la seule source de droit pour les habitants du campo, l’interruption des parcours thérapeutiques provoquée par les déplacements forcés oriente l’intervention médicale vers deux possibilités : soit l’absence de soins, soit l’assistance d’urgence, avec un niveau de qualité moindre qu’auparavant. L’accès au droit commun permettrait, à long terme, de briser ce cercle vicieux. Un tel changement dans les politiques en direction des Roms des campi nomadi relève assurément du choix politique.

Haut de page

Bibliographie

Agamben G., 1997, Homosacer I, Le pouvoir souverain et la vie nue, Paris, Seuil, 213 p. [1995]

Agamben G., 2003, Homo sacer. II, 1, État d'exception, Paris, Seuil, 251 p. [2003]

COSSÉE C., 2010, L’impossible neutralité des sciences sociales face aux catégorisations militantes, ‘Tsiganes’, ‘Gens de voyage’, ‘Rroms’ et autres ethnonymes, Migrations et societés n. 128, p. 159-176.

COLSON E., 2004, Displacement, inVincent J. et Nugent D. (éds.), A companion to the Anthropology of Politics, Blackwell publishing, 500 p.

DUMONT M., 2008, La géographie. Lire et comprendre les espaces habités, Paris, Armand Colin, 124 p.

Fassin D., 1996, L’espace politique de la santé. Essai de généalogie, Paris, Presses Universitaires de France, 324 p.

Fassin D., 2006, La biopolitique n’est pas une politique de la vie, Sociologie et sociétés, vol. 38, n° 2, p. 35-48.

FASSIN D., 2010, La raison humanitaire, Paris, Seuil/Gallimard – Hautes Etudes, 358 p.

FOUCAULT M., 2004, Sécurité, territoire, population : Cours au Collège de France (1977-1978), édité par François Ewald, Alessandro Fontana et Michel Senellart, Paris, Seuil/Gallimard – Hautes Etudes, XI-435 p.

Foucault M., 1975, Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, Gallimard, 360 p.

FOUCAULTM., 1976, Histoire de la sexualité. 1. La volonté de savoir,Paris, Gallimard, 211 p.

Gay y Blasco P.,1999, Gypsies in Madrid. Sex gender and the performance of identity, London, Berg, XVI-198 p.

NACU A., 2010, Les Roms migrants en région parisienne : les dispositifs d'une marginalisation, Revue Européenne des Migrations Internationales, vol. 26, n°1, p. 141-160.

Piasere L., 1999, Un mondo di mondi. Antropologia delle culture rom, Napoli, L’ancora del Mediterraneo, 240 p.

PIZZA G., 2005, Antropologia medica. Politiche, pratiche e saperi del corpo, Roma, Carocci, 308 p.

QUARANTA I., 2006, Antropologia medica. I testi fondamentali, Milano, Cortina, 323 p.

TREVISAN P. 2004, La “salute” dei rom: una questione piuttosto ingarbugliata: Riflessioni antropologiche sulla letteratura medica riguardante gli zingari, La Ricerca Folklorica, N°50, octobre, p. 53-73.

TREVISAN P., 1996, Fra medici e Santi: itinerari terapeutici in una comunità di Roma Croati, in PIASERE L. (dir.), Italia Romanì vol. 1, Roma, Cisu.

VITALE T, 2009 (éd.), Politiche possibili, Abitare le città con i rom e i sinti, Rome, Carocci, 300 p.

Haut de page

Notes

1  Doctorant en Ethnologie et Anthropologie sociale, en cotutelle avec l’Université Paris Ouest-Nanterre-La-Défense.

2  Selon Laurent Mucchielli (2008) la "frénésie sécuritaire" qui animerait les pouvoirs publics comporte plusieurs opérations : la dramatisation (au plan de la communication), la criminalisation (du point de vue juridique), la déshumanisation  des sujets, la disciplinarisation (par la mise en place de procédures et de dispositifs de contrôle), et la désocialisation (occultation systématique des originales politiques et sociales de la criminalité). Le cas actuel de l'intervention à l'égard des Roms à Rome et en Italie me semble rentrer dans ce cadre, « la lutte contre l’insécurité deve[nant] moins un problème qu'une solution pour les pouvoirs publics : le moyen d'afficher leur détermination et de montrer qu'ils agissent » (Mucchielli, 2008, p.8).

3  Pour un panorama des politiques locales à l’égard des Roms et Sintis en Italie voir Vitale, 2009.

4  Au cours du texte, les sujets concernés sont appelés « Rom » (ethnonyme pourtant problématique), car c’est ainsi que le personnel sanitaire protagoniste de l’ethnographie le fait (Cossée, 2010). Cependant, ce terme ne rend pas compte de la complexité des identités présentes dans les campi où l’unité sanitaire en question opère.

5  Par « biomédecine » je me réfère au corpus officiel et institutionnalisé des savoirs sur le corps, ainsi que des pratiques de soin et prévention, en distinction des médecines dites populaires et alternatives (Pizza, 2005). Dans ce texte, le parcours thérapeutique correspond à l’ensemble des actions et dispositifs qui sont envisagés par les individus et par les systèmes de soin.

6  Selon Giorgio Agamben (1997, 2003), l’état d’exception correspond à la fois à la suspension (considérée comme étant provisoire et extraordinaire) des droits et à un paradigme original du droit et du gouvernement, justement fondé sur la suspension des droits. Toujours selon le philosophe, l’affirmation de l’état d’exception dans les régimes politiques actuels constitue  une expression inattendue et structurante de la relation entre droit et violence, à la jonction entre démocratie et absolutisme.

7  Il s'agit d'un camion type mobilhome (ou motorhome). Il est appelé « camper sanitaire » (« camper sanitario ») par l’équipe médicale et par les Roms du campo.

8  Opera Nomadi est une organisation créée en 1963.Ses objectifs principaux sont « la reconnaissance et l’implication active des populations Roms et Sintis dans la vie culturelle, sociale et économique, à travers des outils de soutien et de promotion » (http://www.operanomadimilano.org/chi/chi.htm, consulté en juillet 2011). Opera Nomadi Lazio est la section qui intervient dans le Latium et, par conséquent, à Rome.

9  Dans d'autres campi, les associations et les coopératives sociales qui ont obtenu la gestion des services sociaux peuvent également organiser des interventions sanitaires occasionnelles, sur le modèle du camper sanitaire.

10  Le texte complet sur le site des Ministère de l’Intérieur: http://www.interno.it/mininterno/site/it/sezioni/servizi/legislazione/sicurezza/0993_2008_05_27_decreto_legge_23_maggio_2008.html . Parmi les « nouveautés », on retiendra en particulier : de nouvelles mesures contre l’immigration clandestine (par exemple, confiscation des appartements loués aux sans papiers) ; la lutte contre les mariages « blancs » ; l’introduction du crime d’immigration clandestine ; la lutte contre l’emploi de mineurs dans la mendicité ; l’introduction d’une banque de données génétiques.

11  L’état d’urgence a été introduit dans la législation italienne en février 1992. La loi concernait alors les catastrophes naturelles nécessitant l’intervention exceptionnelle des pouvoirs publics. Cette forme particulière de gouvernement, qui rappelle de toute évidence l’état d’exception théorisé par Agamben, à ensuite été appliquée à d’autres domaines comme la « question rom ».

12  Examen radiographique qui, en Italie, est appelé TAC (Tomografia Assiale Computerizzata).

13  Le travail ethnographique montre qu’en cas d’intervention chirurgicale, la famille du malade prend les décisions importantes, y compris celle de procéder, ou non, à l’opération.  C’est encore la famille qui assure la médiation entre les médecins et le malade. Considéré comme étant faible et fragile, ce dernier est jugé incapable d’évaluer correctement la situation (Trevisan, 1996). La condition préalable de la présence du fils – qui devait paraître à Nina comme l’argument le plus efficace pour négocier sa distance avec les chirurgiens – rentre manifestement dans ce cadre, même si les raisons de son choix n’ont pas été vraiment explicitées.

14  En général, les regroupements territoriaux du Casilino 900 sont le fait de familles apparentées mais, quand ils s’adressent à des observateurs extérieurs, les habitants des campo mettent en avant l’appartenance nationale. Bien que nombreux en Italie, les Roms roumains ne se sont pas installés au Casilino 900.

15  Aulin est un puissant anti-inflammatoire dont l’usage est découragé à cause de sa « violence » thérapeutique et des usages alternatifs et illégaux découverts dans certains campi.

16  Dans sa revue des études sur les conditions sanitaires des Roms, Paola Trevisan (2004) constate que le diagnostic du médecin gadjo sur le malade rom peut faire l’objet de diverses interprétations. Le diagnostic peut ainsi être assimilé à une sorte de défi. On peut également attribuer au médecin (gadjo) le pouvoir d’insuffler une maladie dans le corps du malade (rom), par le truchement de la parole, de la désignation de la maladie.

17  Dans le même ordre d’idées, Alexandra Nacu (2010) montre que, comme dans les campi nomadi,les stratégies institutionnelles maintiennent les migrants roms en région parisienne dans l’errance. Une fois de plus, l’état d’exception (Agamben, 2003) est un élément central au cœur des pratiques institutionnelles visant les Roms.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lorenzo Alunni, « Soigner et démanteler », Géocarrefour [En ligne], Vol. 86/1 | 2011, mis en ligne le 13 janvier 2012, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/8236 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.8236

Haut de page

Auteur

Lorenzo Alunni

Università degli Studi di Perugia1, Dipartimento Uomo e territorio, Via della Pernice, 6, 06123 Perugialorenzo.alunni@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • Revues.org