Navigation – Plan du site
Comptes rendus d’ouvrages

Eric Charmes, La ville émiettée

Anne-Sophie Clémençon
p. 114
Référence(s) :

CHARMES E., 2011, La ville émiettée - Essai sur la clubbisation de la vie urbaine, Paris, PUF, Collection La ville en débat, 288 p.

Texte intégral

1Eric Charmes vient de publier, aux éditions PUF, La ville émiettée, essai sur la clubbisation de la vie urbaine. Après un doctorat en urbanisme et aménagement à l’Ecole nationale des Ponts et Chaussées en 2000 et une habilitation à diriger les recherches en urbanisme à l’Institut d’études politiques de Paris en 2009, il est le nouveau et jeune directeur du laboratoire RIVES à l’Ecole nationale des Travaux publics de l’Etat dans l’agglomération lyonnaise. Ses travaux portent sur les dynamiques de territorialisation résidentielle et sur les réseaux viaires. Dans ce récent ouvrage, Eric Charmes est un chercheur comme on les aime, qui défend des positions affirmées, aussi bien scientifiquement qu’éthiquement. Il aborde la question du périurbain avec une entrée à la fois originale et personnelle, celle de la « clubbisation », néologisme dont il reconnaît lui-même, avec élégance, l’inélégance, et qui va être défini ci-dessous. Mais il ne s’en tient pas à l’analyse d’un phénomène urbain, il réfléchit aussi au problème de la redistribution des ressources pour créer une solidarité à l’échelle des aires urbaines et il propose de penser en termes de coopération plutôt que de guerre des territoires.

  • 1  Voir également Géocarrefour 76/4, 2001, Quel périurbain aujourd’hui ?

2Son objet d’étude est donc le périurbain, que l’on peut décrire de façon simple comme étant un territoire géographiquement distinct d’une ville, auquel on accède en traversant une zone « rurale », « verte » pourrait-on dire, mais qui, pourtant, n’est pas autonome économiquement puisqu’il dépend de cette aire urbaine1. Il le définit lui-même ainsi : « …la plupart des petites villes, des villages et bourgs des campagnes ont été intégrés dans l’orbite d’une grande ville ou d’une métropole proche. La vie quotidienne des gens qui habitent [là…] ne s’organise pas dans un espace rural, mais bien dans un espace urbain. Ils habitent un village mais travaillent dans une grande métropole. Ce sont des périurbains. Loin de l’étalement urbain dont on parle souvent, la périurbanisation peut être décrite comme un émiettement de la ville » (p. 3). Eric Charmes choisit de braquer le projecteur sur le périurbain pour plusieurs raisons. C’est un phénomène de très grande envergure qui existe dans toutes les périphéries des grandes villes, mais qui reste mal connu. C’est là que « les transformations du rapport au lieu sont les plus nettes ». Enfin, la France présente la particularité d’avoir un nombre très important de communes, qui morcellent ainsi le territoire et permettent de mettre particulièrement en lumière ces processus. L’idée originale de l’auteur est de voir si les communes périurbaines françaises ne fonctionneraient pas comme des clubs résidentiels. « Les habitants des communes ne se comportent pas en citoyens mais en consommateurs : ils vivent dans une municipalité non pas en tant que membres d’une communauté politique, mais en tant que membres d’un club fondé sur la jouissance partagée d’un ensemble de biens et de services. […] C’est ainsi que les communes périurbaines perdent leur attachement à la sphère politique pour se rapprocher de la sphère économique et pour devenir de véritables clubs. C’est ce que nous appellerons la « clubbisation » ». Le chercheur observe celle-ci dans l’ensemble des classes sociales du périurbain qui, toutes, essayent de préserver leur cadre de vie. Cependant, les classes supérieures ont accès aux ressources les plus attrayantes et aux outils les plus efficaces. Le phénomène est particulièrement visible dans les communes résidentielles dont la zone agglomérée est égale ou supérieure à quelques milliers d’habitants. Ces communes fonctionnent comme un outil de sélection sociale extrêmement puissant qui s’ajoute à celui qu’effectuent déjà, en amont, le marché immobilier et la mobilité résidentielle. Les outils utilisés par ces communes à ces fins sont nombreux, la limitation des logements sociaux et des transports en commun, la gestion des équipements publics, mais les principaux sont la carte scolaire et les règlements d’urbanisme. Grâce à l’argument de la protection du paysage, ces derniers permettent de repousser les classes sociales inférieures avec, par exemple, des notions telles que la taille minimale des parcelles.

3Le livre se décline en cinq chapitres. Le premier constitue une excellente synthèse des travaux récents publiés en français et en anglais sur le périurbain depuis 1999. Ce gros chapitre est donc indispensable pour toute personne qui désire aborder ce sujet.  Le chapitre 2 est lui aussi essentiel puisqu’il concerne le cœur de la recherche : la clubbisation. Le chapitre 3 est consacré à l’un des équipements publics les plus importants, l’école, qui se trouve être aussi l’un des outils essentiels de la sélection sociale avec le détournement de la carte scolaire. Le chapitre 4 traite du gouvernement de ces aires urbaines, depuis l’échelle de la commune à celle de l’Etat, et questionne la notion de solidarité. Enfin, le chapitre 5, pour mieux faire émerger la clubbisation du périurbain, aborde le passé de ces communes avant la périurbanisation.

4On l’aura compris à la lecture des lignes qui précèdent, nous avons apprécié ce livre qui ouvre un champ de connaissance important. Ce n’est pas une raison, pourtant, pour ne pas le critiquer, au sens noble et constructif du terme et pour ne pas pointer les quelques aspects qui nous ont paru moins convaincants. Le titre, par exemple, La ville émiettée, fait suite à une longue tradition de titres proches, qui figurent d’ailleurs dans la bibliographie du livre : La ville éparpillée de Bauer et Roux en 1976, La banlieue en morceaux de Fourcault en 2000, Emiettement urbain de Castel en 2007… Outre le fait qu’il est peu original donc peu mémorisable, il ne rend pas réellement compte du sujet qui est la périurbanisation et ses relations avec la démocratie et les solidarités sociales.

5La façon dont le livre est construit, c’est-à-dire dans une découverte progressive qui correspond à l’avancement de la recherche, introduit une légère confusion quant à la notion centrale de clubbisation. On a l’impression, au cours de la lecture, que la clubbisation est inhérente au périurbain et à lui seul. Il faut attendre la conclusion pour avoir la confirmation de ce que l’on préssentait : sous d’autres appellations, cette puissante trieuse sociale existe partout : dans les banlieues chic, les centres gentrifiés… et, à d’autres échelles, la rue, les entrées d’immeubles… De même que la clubbisation au sens large existe partout, on se demande, à la lecture de l’ouvrage, si la périurbanisation n’a pas gagné l’ensemble des territoires ruraux français. La question n’est pas posée telle quelle par E. Charmes, mais beaucoup d’éléments de réponse sont fournis, en particulier la critique des méthodes d’analyse de l’INSEE qui contribuent à minorer le phénomène de la périurbanisation. Ces deux questions gagneraient à être posées clairement d’emblée.

6Enfin, les questions environnementales sont singulièrement absentes du cœur du sujet, même si elles arrivent ponctuellement de façon périphérique. Il n’y a pas de recherche ou de synthèse des recherches existantes sur l’empreinte écologique du périurbain, en particulier sur la mobilité à laquelle il est associé. Le rôle de la voiture individuelle est sous-estimé dans la mise en place comme dans le fonctionnement du périurbain. C’est pourtant elle, grande consommatrice d’énergies fossiles, qui génère les infrastructures routières, lesquelles permettent la mobilité résidentielle, laquelle entraîne à son tour une plus-value foncière et immobilière à 30, voire 50 km des centres. Avec le dépassement du pic pétrolier, que beaucoup d’experts situent autour de 2006, et la fin des carburants bon marché, les questions liées au périurbain doivent être posées en des termes nouveaux : étalement urbain ou densification ? préservation des terres maraîchères pour assurer l’alimentation de l’aire urbaine en produits frais locaux, qui sont donc en concurrence avec l’urbanisation ? choix de modes de transports qui génèrent des types d’urbanisme différents ?  Le cout social peut lui aussi être très lourd. Avec la montée du prix de l’essence, certains foyers se retrouvent endettés, contraints de supprimer une de leurs deux voitures, et prisonniers de ce système. Ce type de connaissance est donc indispensable, y compris pour penser, au sein d’une aire urbaine, la répartition des solidarités entre le centre-ville, les banlieues et les espaces  périurbains. Ces quelques réserves sont, malgré tout, peu importantes au regard des apports importants de ce livre sur un sujet essentiel encore mal connu. Un incontournable, donc.

Haut de page

Notes

1  Voir également Géocarrefour 76/4, 2001, Quel périurbain aujourd’hui ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne-Sophie Clémençon, « Eric Charmes, La ville émiettée », Géocarrefour, Vol. 87/2 | 2012, 114.

Référence électronique

Anne-Sophie Clémençon, « Eric Charmes, La ville émiettée », Géocarrefour [En ligne], Vol. 87/2 | 2012, mis en ligne le 18 juillet 2012, consulté le 10 décembre 2016. URL : http://geocarrefour.revues.org/8208

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page