Navigation – Plan du site
Comptes-rendus d'ouvrages

Armelle Choplin, Nouakchott. Au carrefour de la Mauritanie et du monde

Eric Verdeil
p. 67-68
Référence(s) :

CHOPLIN A., 2009, Nouakchott. Au carrefour de la Mauritanie et du monde, Karthala, 366p.

Texte intégral

1Les villes africaines sortent depuis quelques années de leur ghetto africaniste qui les faisaient voir comme des villes à part pour devenir au contraire des laboratoires où étudier, loin des compartimentages disciplinaires eux-mêmes héritiers d’une science colonialiste, les grandes inflexions contemporaines de l’urbain. Ainsi, l’étude des effets spatiaux de la mondialisation est-elle renouvelée par des travaux qui portent sur Windhoek, Lomé ou encore, pourquoi pas même si cela peut apparaître comme paradoxal de prime abord, Nouakchott. Nouakchott, une ville de nomades bâtie sur une dune bordant l’Océan Atlantique, une ville sans histoire et sans qualité. Bref, une ville des plus ordinaires. Armelle Choplin y voit, dans cet ouvrage plein d’audace et de curiosité, « un carrefour de la Mauritanie et du monde ». Issu d’une thèse soutenue en 2006 qui comparait initialement, autre signe d’audace, Nouakchott et Khartoum, ce livre est complété par de nouvelles enquêtes et réorganisé pour les besoins de l’édition.

  • 1 Je déplore l’usage de cet anglicisme à la mode mais pourtant bien peu clair qu’on devrait n’utilise (...)

2Comme toutes les villes du Sud, Nouakchott est traversée aujourd’hui par de nouveaux courants d’idées, d’images, d’hommes et de biens qui transforment profondément ce que l’auteure appelle sa « fabrique urbaine »1. La mondialisation ne se limite pas en effet aux manifestations de la métropolisation et de la concentration économique mais implique de saisir les circulations diverses qui l’animent, au-delà de la seule économie.

3L’originalité de Nouakchott est double : elle tient d’une part à sa position de ville-charnière entre deux ensembles géopolitiques et culturels, l’Afrique de l’Ouest et plus largement l’Afrique sud-saharienne et le Maghreb et au-delà le monde arabe. Et elle lui vient d’autre part de son statut de capitale nouvelle, créée à partir de presque rien en 1955 au moment où la Mauritanie reçut un statut politique distinct de celui du Sénégal, préparant son indépendance en 1960 et l’avènement d’une nouvelle nation composée de populations diverses, Maures arabophones et Noirs de diverses ethnies (Halpulaar’en, Peuls, Soninkés en particulier).

4Cette double tension traverse tout le livre en même temps qu’elle est retravaillée par l’entrée dans la mondialisation. L’exposé part d’un tableau historique de la fondation de la ville (qui compte aujourd’hui 800.000 habitants) et d’une présentation des contrastes dans son paysage urbain (centre-ville moderne et périphéries pauvres essentiellement non planifiées). La première partie revient sur le projet idéologique de l’élite maure au pouvoir, qui a visé, après une première période consensuelle, à ancrer le pays et, en premier lieu, sa capitale, dans le monde arabe par une politique manipulant les symboles et les identités. Ainsi, la grande majorité des toponymes dans la ville renvoient-ils à des lieux ou des personnes du monde arabe. Cette politique a eu pour contrepartie une dévalorisation des références culturelles négro-africaines, ce qui a culminé en 1989 dans les incidents ethniques de part et d’autre du fleuve Sénégal. A Nouakchott, la population négro-africaine a été victime de brutalités et, bien que le sujet reste tabou, près de 200 victimes auraient été à déplorer lors de ces événements. De nombreux maures réfugiés du Sénégal ont gonflé la population de la ville. Les pratiques résidentielles portent toujours la marque de ces événements, les quartiers étant peu mixtes du point de vue ethnique. Au-delà de ces politiques de facto ségrégatives, l’Etat est bien en peine, hors du quartier Capitale, au centre-ville, d’imposer sa marque dans l’organisation de l’espace urbain. Les périphéries à la paupérisation accrue apparaissent hors de contrôle et sont le lieu de diverses pratiques d’appropriation du sol et de construction populaire bien décrites par l’auteure.

5La deuxième partie porte sur l’entrée dans la mondialisation et ses effets. Un premier volet a trait à la gestion urbaine, où interviennent, comme dans de nombreuses villes du Sud, bailleurs de fonds et ONG. La libéralisation foncière provoque l’apparition de nouvelles formes urbaines et induit une impressionnante spéculation. Un deuxième volet analyse divers visages de la mondialisation : la concentration des investissements à Nouakchott, la circulation des migrants et l’émergence de nouvelles formes d’expression culturelle internationalisées. Sans être un véritable hub migratoire, qui se localiserait plutôt à Nouadhibou, Nouakchott offre une chambre d’écho aux cultures africaines, en particulier la sénégalaise, tout en s’ouvrant au hip-hop et au rap. La montée d’une contestation islamiste est vue comme un signe d’exaspération face à l’accentuation récente des écarts de richesse dans une ville où les différences sociales restaient jusque là discrètes.

6L’originalité de ce travail est évidente sur plusieurs plans. En premier lieu, il convient de saluer la richesse des enquêtes, aussi bien dans la documentation officielle (notamment sur les questions d’urbanisme) que par la passation de questionnaires ou par les entretiens informels dans toutes les couches de la société et dans tous les recoins de cette gigantesque ville. L’auteure s’est fondue dans cette ville et en restitue avec passion les multiples facettes. Le travail photographique, mis à disposition dans un cahier central en couleur, est particulièrement intéressant, notamment par l’utilisation de photographies aériennes prises par cerfs-volants qui permettent de détailler à grande échelle et en temps réel la structuration du paysage urbain (Choplin, Bosselut, Broquère et Nancy, 2009). On regrettera simplement que la dimension démographique soit abordée de manière trop brève.

7Le livre témoigne par ailleurs de la fécondité du décloisonnement scientifique opéré par l’auteure, qui puise tant du côté des travaux des géographes africanistes (sur la décentralisation et ses enjeux ou sur les cultures urbaines par exemple) que des spécialistes de l’urbain dans le monde arabe (mutations du paysage urbain, recomposition de l’action publique avec l’intervention d’acteurs privés étrangers). Armelle Choplin resitue par ailleurs ses résultats par rapport aux travaux de quelques auteurs anglophones, comme David Harvey. En revanche, la référence à Mike Davis aurait pu être plus critique tant les dernières publications de ce dernier versent dans le lieu commun journalistique.

8Une petite remarque critique et deux points de discussion émergent à la lecture de l’ouvrage. La structuration de la deuxième partie, et notamment le chapitre final (de près de 90 pages!) laisse un peu à désirer et conduit à des juxtapositions ou des développements à l’utilité discutable, comme sur les transports routiers en Mauritanie ou l’analyse détaillée de la trajectoire de développement de Nouadhibou, l’autre grande ville aujourd’hui en voie de marginalisation du pays.

9La politique en ville, en particulier dans son lien avec  la production de l’espace urbain constitue un des thèmes structurants du livre. L’étude des élections successives depuis les prémisses de la démocratisation du pays en 2001, révèle que la ville constitue, notamment dans ses périphéries, un lieu de contestation politique. Pour autant, le lecteur a du mal à faire le lien entre les péripéties politiques au niveau national et la politique en ville. Tout au long du livre, l’auteure est fortement engagée et critique les politiques urbaines menées par les gouvernements successifs, notamment leur biais ethnique « bîdan » (en faveur des Maures à peau claire). Elle dénonce notamment l’élite du pays. Mais cette élite reste largement anonyme et on saisit mal ses contours sociologiques. On aurait également aimé mieux comprendre les clivages qui, certainement, la traversent et qui expliquent peut-être les soubresauts auxquels on assiste (retour à la démocratie, coups d’Etat et retour des militaires, etc.) Par exemple, l’introduction de la décentralisation et d’une entité dénommée la Communauté urbaine de Nouakchott se traduit par l’élection d’un président élu en 2005 appartenant apparemment à l’opposition. Mais on comprend mal les relations entre le gouvernement et cet organisme. La politique urbaine qu’il mène entre-t-elle en conflit avec le gouvernement ou partage-t-il son biais « bîdan »?

10Les nouvelles politiques foncières sont l’un des lieux où un antagonisme entre ces deux instances est mis en lumière. On perçoit alors clairement comment le gouvernement (et non la communauté urbaine) instrumentalise à son profit l’intervention de la Banque mondiale dans la restructuration d’un bidonville. Il semble aussi que la communauté urbaine et son président s’opposent aux abus constatés dans la distribution ou la revente de parcelles loties, outil majeur de clientélisme. Mais les moyens de cette intervention et ses enjeux politiques pour le pouvoir du président de la CUN n’apparaissent pas clairement.

11De plus, on aurait aimé que l’auteure aille plus loin dans l’analyse des effets des interventions foncières dans leur double dimension : restructuration des bidonvilles et zones squattées, ouverture de nouveaux terrains à l’urbanisation et spéculation. Ces deux volets sont en effet juxtaposés dans l’analyse et auraient pu être davantage articulés. L’auteure, qui présente plusieurs cas de petits spéculateurs, a tendance à voir la spéculation foncière comme une nouvelle ressource pour les habitants, y compris parmi les plus pauvres dont beaucoup entrent dans ce jeu. Mais les effets structurels de cette politique ressortent moins clairement. Les travaux de Alain Durand Lasserve, pourtant cités ici mais non utilisés sur ce point, soulignent bien l’effet d’éviction des pauvres lors des politiques de régulation foncière et de distribution de parcelles. Il semble qu’il en aille de même à Nouakchott, avec une aggravation des contrastes sociaux présentée dans la première partie, mais cette dernière n’est pas clairement reliée à ces politiques.

12Ces éléments de débat ne font que souligner la richesse des analyses proposées dans cet ouvrage original et ambitieux. Il constitue une référence incontournable pour comprendre la Mauritanie actuelle et participe d’un renouvellement du regard sur les villes du Sud dans la mondialisation.

[1] Je déplore l’usage de cet anglicisme à la mode mais pourtant bien peu clair qu’on devrait n’utiliser qu’avec circonspection- notamment à cause du décalage qui existe avec son équivalent anglais urban fabric, qui signifie « tissu urbain » alors que fabrique urbaine désigne plutôt les modalités de la production urbaine, notamment les jeux d’acteurs qui y sont impliqués.

Haut de page

Bibliographie

CHOPLIN A., BOSSELUT B., BROQUÈRE M., NANCY S., « La ville du Sud en temps réel ». EchoGéo [En ligne]. 10 juillet 2009, Numéro 9, Disponible sur : < http://echogeo.revues.org/11305 > (consulté le 18 août 2011)

Haut de page

Notes

1 Je déplore l’usage de cet anglicisme à la mode mais pourtant bien peu clair qu’on devrait n’utiliser qu’avec circonspection- notamment à cause du décalage qui existe avec son équivalent anglais urban fabric, qui signifie « tissu urbain » alors que fabrique urbaine désigne plutôt les modalités de la production urbaine, notamment les jeux d’acteurs qui y sont impliqués.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Eric Verdeil, « Armelle Choplin, Nouakchott. Au carrefour de la Mauritanie et du monde », Géocarrefour, Vol. 87/1 | 2012, 67-68.

Référence électronique

Eric Verdeil, « Armelle Choplin, Nouakchott. Au carrefour de la Mauritanie et du monde », Géocarrefour [En ligne], Vol. 87/1 | 2012, mis en ligne le 11 avril 2014, consulté le 26 juin 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/8199

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page