Navigation – Plan du site
Comptes rendus d'ouvrages

Mona Harb, Le Hezbollah à Beyrouth (1985 – 2005)

Fabrice Balanche
p. 238
Référence(s) :

HARB M., 2010, Le Hezbollah à Beyrouth (1985 – 2005). De la banlieue à la ville, Paris/Beyrouth, Karthala/IFPO, 300 p.

Texte intégral

1A travers le prisme de la plupart des médias occidentaux, le Hezbollah est un mouvement terroriste inféodé à la république islamique iranienne qui n’a d’autre souhait que de détruire l’Etat d’Israël. Difficile dans ces conditions d’écrire une note sur l’excellent ouvrage de Mona Harb à propos de l’action publique du Hezbollah au Liban sans être taxé de sympathie pour ce mouvement. Cependant, si je me réfère au dernier ouvrage de Pascal Boniface, Les intellectuels faussaires, le rôle d’un chercheur n’est-il pas d’aller contre les idées reçues et d’apporter une réelle expertise scientifique sur un sujet controversé ? Certes, le Hezbollah est un parti politique islamique au fonctionnement théocratique et il n’hésite pas à recourir à la violence, mais nous ne pouvons pas lui dénier l’importance et la qualité de son action publique ; sans doute une des principales raisons pour lesquelles le Hezbollah est devenu au fil des années l’acteur majeur de la politique libanaise. Pour plus de clarté, les lecteurs devraient lire au préalable le Liban contemporain de Georges Corm, pour replacer le sujet de Mona Harb dans son contexte historique et politique. Car, si cet ouvrage couvre essentiellement la période 1985 – 2005, il est fondamental pour comprendre l’évolution politique du Liban dans les années qui suivent le retrait syrien du Liban, en avril 2005, notamment la chute du gouvernement de Saad Hariri, en janvier 2011, et l’arrivée au pouvoir d’une nouvelle majorité dominée par le Hezbollah qui marque l’aboutissement du processus d’intégration politique du Parti de Dieu dans la politique libanaise. . Vingt ans après la fin de la guerre civile libanaise, il a réussi à marginaliser son rival Amal et à apparaître comme l’émanation de la communauté chiite. Son alliance électorale avec le Courant Patriotique Libre de Michel Aoun lui permet de briser l’isolement communautaire et son image de parti inféodé à l’Iran ne servant que la politique extérieure de la puissance régionale chiite. Les Israéliens ont pensé naïvement qu’ils pourraient venir facilement à bout du Hezbollah en 2006 en lançant une attaque meurtrière et destructrice contre le Liban. Il s’agissait de réitérer le scénario de 1982 lorsque les Israéliens ont chassé l’OLP du Liban. Pensaient-ils que le Hezbollah était lui aussi déconnecté de la population, une armée d’occupation financée de l’extérieur ? D’une part le Hezbollah a réussi à bloquer l’offensive israélienne et à infliger de nombreuses pertes à Tsahal, d’autre part il a pris en charge la réparation des dégâts causés par les bombardements israéliens. La guerre de l’été 2006 a renforcé le Hezbollah tant sur le plan symbolique que de son efficacité en matière d’action publique. Car le Hezbollah n’est pas une simple milice qui s’est transformée en parti politique après la guerre civile, c’est aussi un acteur public grâce à ses institutions sociales et économiques des plus efficaces. Certes, il n’est pas le seul au Liban, toutes les communautés possèdent leur propre système de solidarité, mais celui du Hezbollah est de loin le plus performant et le moins personnalisé. Nous sommes face à des institutions et non à des notables qui redistribuent les deniers publics et au passage se servent : à la différence du mouvement Amal qui instrumentalise les ressources publiques et en profite pour enrichir ses cadres, le Hezbollah possède ses propres ressources, ce qui le rend indépendant de l’Etat et beaucoup moins sujet à la corruption. Il a acquis une double légitimation gestionnaire et socio-religieuse qui lui a assuré d’ailleurs une large victoire lors des élections municipales dans le Sud Liban et surtout dans la banlieue sud de Beyrouth.

2L’ouvrage de Mona Harb porte sur l’action publique du Hezbollah dans la banlieue sud de Beyrouth : « dahiyeh ». Il s’agit d’un travail de sciences politiques avec une entrée spatiale, ce qui lui donne une valeur ajoutée par rapport aux autres ouvrages sur le Hezbollah car il s’appuie sur des exemples précis et concrets. L’analyse du projet Waad (« promesse ») à propos de la reconstruction de la banlieue sud, après l’offensive israélienne de 2006, est des plus intéressantes. Elle prouve que le Hezbollah est devenu un acteur public incontournable capable de se substituer complètement à un Etat défaillant. La politique de reconstruction est également un symbole de la contre société Hezbollah face à celle suivie par Rafic Hariri pour le centre ville de Beyrouth : « Le centre ville de Beyrouth, désormais renommé Solidere, fonctionne largement comme un club privé exclusif et sécurisé auquel ont accès les plus nantis de ce monde » (p.255). Mona Harb revient également sur la confrontation entre le Hezbollah et Rafic Hariri à propos du projet Elyssar, dans la première moitié des années 1990, qui consistait à créer un projet immobilier de luxe sur le littoral de la banlieue sud, en plein territoire chiite avec une logique comparable à celle qui a prévalu au centre ville. La comparaison à dix ans d’intervalle entre les deux projets immobiliers montre parfaitement, d’une part que le pragmatisme domine au sein du Hezbollah, ce qui est le propre d’un véritable parti politique de gouvernement et non d’une secte d’opposition systématique, et d’autre part qu’il a considérablement renforcé son pouvoir d’intervention sur le terrain. Le Hezbollah n’est plus dans une simple position de négociation mais d’imposition de son projet et c’est désormais l’Etat qui négocie avec lui en 2006.

3Le livre de Mona Harb est structuré en quatre parties. Le premier chapitre « Mobilisations sociales et politiques des chiites : du Jebel Amil à la Dahiyeh » retrace la transition socio-spatiale de la communauté chiite. A l’origine concentrée dans le Sud Liban (Jebel Amil) et dans le nord de la Bekaa, soumise à des grands propriétaires terriens (zouama), elle s’est depuis fortement urbanisée et émancipée des anciens notables. Le mouvement des déshérités de l’Imam Sader qui a donné naissance au mouvement Amal, le parti politique de Nabih Berry, et au mouvement du Sayyid Muhammad Hussein Fadlallah, association religieuse et caritative, ont largement contribué à cette rupture politique et préparé le terrain au Hezbollah. Ce dernier est apparu en 1982, à la suite de l’invasion israélienne du Liban et grâce au soutien de l’Iran. Au début, il regroupe les déçus du mouvement Amal, jugé trop timoré face à l’occupation israélienne du Sud Liban. Il s’affirme immédiatement comme le mouvement de la résistance islamique « contre Israël, l’oppresseur ultime, celui qui occupe le Liban-Sud et la Béqaa ouest, mais aussi contre tous ceux qui assistent Israël dans ses plans : Etats, groupes, individus, à l’intérieur et à l’extérieur du Liban » (p. 59). Le Hezbollah supplante rapidement le mouvement Amal dans l’action militaire, mais il est bridé sur le plan politique par la Syrie qui souhaite maintenir un équilibre entre les deux mouvements chiites. Il investit la banlieue sud de Beyrouth où se concentre l’exode rural des chiites libanais qui devient progressivement son fief territorial. Le deuxième chapitre : « Les organisations du Hezbollah : une action holistique et rationalisée » est consacré à la structure du Hezbollah et à son système d’action publique. Plusieurs ouvrages ont décrit l’organisation du Hezbollah, mais Mona Harb, par sa connaissance du terrain, nous donne des informations inédites, notamment sur « la jeunesse de la base sociale du parti de Dieu » (p.93). Le voisinage et la parentèle sont les deux principaux canaux de recrutement des membres du Hezbollah aujourd’hui. Il constitue ainsi une grande famille solidaire résistante aux tentatives d’infiltration et de scission. Les organisations satellites du Hezbollah fournissent les mêmes services que l’Etat : éducation, santé, crédit, services urbains, etc. pour un coût inférieur et une qualité supérieure. Il peut ainsi fidéliser sa clientèle sur le long terme car, face aux carences de l’Etat libanais, le Hezbollah assure à la population chiite le minimum de services sociaux. Grâce à son réseau éducatif il embrigade la jeunesse et forme les futurs « résistants, membres, et cadres du parti et de ses organisations satellites » (p.111). La gestion des municipalités de la banlieue sud lui donne l’occasion d’allier modernité et pratiques socio-religieuses. Le troisième chapitre : « La production est le maintien d’une société Hezbollah » examine la construction des référentiels de l’action du Hezbollah à travers les stratégies de mobilisation collective. Celle-ci est marquée par la wilâyat al-faqîh, textuellement le « gouvernement du clergé », qui exige un engagement politique de chaque chiite pratiquant (p.143) à travers la résistance (al muqâwama) : « Le Hezbollah est une force politique et sociale qui a une stratégie de résistance et de services. La politique de distribution des services soutient la résistance des gens et permet de partager leurs soucis quotidiens ». Pour véhiculer cette idéologie, le Hezbollah dispose de moyens de propagande des plus efficaces telle que la chaîne de télévision al-Manar, une des plus regardée dans le monde arabe après al-Jeziraa. Elle possède une logistique remarquable qui lui a permis d’émettre sans interruption durant la guerre de 2006, malgré la destruction de son siège par les bombardements israéliens en juillet 2006, ce qui apparaît comme un minimum pour la voix du « parti de la résistance ». Le Hezbollah marque le paysage par son imagerie, notamment l’affichage omniprésent des martyrs de la résistance, comparable à ce qu’on trouve en Iran. Les fêtes religieuses, telle l’Achoura, et laïques, tel l’anniversaire de la libération du Sud Liban, sont l’occasion de manifestations grandioses qui permettent au peuple hezbollah de communier et en même temps de montrer sa force. Le Hezbollah a réussi à créer dans la communauté chiite un sentiment de conscience collective « générateur de fierté et d’orgueil » (p. 188) chez ces anciens « déshérités ». Un phénomène que nous retrouvons également dans la communauté alaouite de Syrie, « Les oubliés de l’histoire » (Jacques Weulersses), depuis que la famille Assad a pris le pouvoir et vengé des siècles d’humiliation. Le dernier chapitre : « Le Hezbollah et l’Etat : logiques de l’échange politique » interroge les conséquences de la participation du Hezbollah au système politique libanais depuis 1992. Après une analyse des élections libanaises, Mona Harb s’appuie sur les exemples d’Elyssar et de Waad, que nous avons évoqués précédemment, pour expliquer les rapports entre le Hezbollah et les deux autres pôles de pouvoir que sont les familles et les institutions publiques, dominées, jusqu’en janvier 2011 par Hariri et ses alliés. Le Hezbollah a prouvé qu’il peut protéger le territoire et ses habitants de l’appétit des promoteurs immobiliers haririens et qu’il est capable d’offrir des services à la population. Ces actions lui donnent une légitimité politique incontestable dans la communauté chiite mais également au niveau national. Le mouvement Amal n’a d’autre choix que de s’allier au Hezbollah s’il veut continuer à exister au plan national ; quant au mouvement de Michel Aoun, sans cette alliance il n’aurait pu s’imposer sur le plan national également. Mona Harb conclut sur l’action publique communautarisée : en effet, le Hezbollah constitue un parfait exemple de « délégation de service public » né dans le cadre d’une guerre civile mais qui a perduré et s’est même renforcé après la guerre. Le phénomène est original, lié à une société libanaise très communautarisée mais il peut apparaître dans d’autres pays où l’Etat central s’affaiblit, comme en Irak.

4A la lecture de cet ouvrage, nous ne pouvons nous empêcher de faire un parallèle avec le Parti communiste français de l’après guerre et son action publique dans la banlieue rouge parisienne. Tout comme le Hezbollah, il était le parti de la résistance, constituait une contre société par rapport à un modèle consumériste et exerçait une action sur l’urbanisme et dans le social qui contribuaient à légitimer le « communisme municipal ». Malgré le déclin du pouvoir d’attraction du modèle soviétique dès les années 1970 et la chute de l’URSS en 1991, le communisme municipal s’est maintenu. La légitimation locale permet de surmonter les déconvenues géopolitiques. Que l’Iran réduise son soutien, que l’axe pro-iranien (ou « croissant chiite ») soit coupé par un basculement de la Syrie dans le camp occidental, le Hezbollah perdurera au Liban. Ce sont des études de terrain comme celle de Mona Harb qui nous font prendre conscience de la futilité des raisonnements géopolitiques qui considèrent l’espace comme un simple échiquier et comme quantité négligeable l’inscription des acteurs dans la réalité socio-spatiale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabrice Balanche, « Mona Harb, Le Hezbollah à Beyrouth (1985 – 2005) », Géocarrefour, vol. 88/3 | 2013, 238.

Référence électronique

Fabrice Balanche, « Mona Harb, Le Hezbollah à Beyrouth (1985 – 2005) », Géocarrefour [En ligne], vol. 88/3 | 2013, mis en ligne le 12 juin 2014, consulté le 30 juin 2016. URL : http://geocarrefour.revues.org/8196

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page