Navigation – Plan du site
Articles

Géovisualisations 3D en action dans l’aménagement du territoire

Stratégies et usages de l’outil à l’occasion de l’étude d’un Plan de Prévention des Risques Inondations
The use of 3D geo-referenced representations in territorial planning. Strategies and uses of this tool in the study of a Prevention Plan for Flood Risks
Florence Jacquinod et Julien Langumier
p. 303-311

Résumés

Pour contribuer à l’analyse de la place des études d’urbanisme dans les processus d’aménagement du territoire, nous traitons dans cet article du rôle de représentations 3D géoréférencées dans la procédure d’élaboration d’un Plan de prévention des risques inondation (PPRi). Nous mobilisons pour cela deux approches théoriques contrastées pour rendre compte de deux échelles d’appréhension de l’usage de l’outil 3D en situation. La première se concentre sur les stratégies développées par les acteurs et l’instrumentalisation de la représentation 3D dans les rapports de force sur la scène locale du risque. La seconde s’intéresse, de manière plus circonscrite, aux interactions entre les acteurs et la géovisualisation 3D à partir des fonctions d’inscription et de traduction attachées à cet objet intermédiaire, qui structure les échanges sur le risque d’inondation. Le retour réflexif sur les choix méthodologiques privilégiant telle ou telle focale d’observation permet de proposer une articulation pragmatique de ces deux approches à partir de l’unité du matériau d’enquête.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Nous employons ici le terme générique de « géovisualisation », dans la lignée des travaux de A. M. (...)
  • 2 Pour préserver l’anonymat des acteurs apparaissant dans les observations de terrain, nous ne précis (...)

1Les travaux récents sur le rôle du visuel en urbanisme (Söderström, 2000), en aménagement (Lussault, 2003) et en architecture (Houdart, 2006) ont montré l’importance des images et autres iconographies dans ces différents domaines. Le développement technologique démultipliant les possibilités offertes dans le domaine des géovisualisations1 a suscité un débat qui s’est principalement cristallisé entre discours « visualistes » ou « antivisualistes », issus de positions irréconciliables sur le rôle de la vue et des documents visuels dans l’activité de connaissance (voir pour une présentation de ces doctrines en urbanisme O. Söderström (2000) ou C. Troger (2007) à propos de l’histoire de la perspective). Sans préjuger de l’utilité ou de la dangerosité de ces représentations, notre posture de recherche sur la mobilisation de géovisualisations 3D dans le cadre de l’élaboration du Plan de prévention des risques d’inondations (PPRi) dans une commune concernée par les crues du fleuve Rhône2, explore deux hypothèses contrastées sur le plan théorique, qui peuvent se révéler au final complémentaires d’un point de vue méthodologique.

2La première consiste à étudier ces représentations comme un renouvellement de la cartographie et du recours au visuel en aménagement considérés comme des « dispositifs de gouvernement » (Lascoumes, 2007). À ce titre, M. Lussault (2003) dénombre trois pouvoirs de l’image, quant à l’efficacité pragmatique du visuel en aménagement : il permet de maîtriser la complexité de l’espace en la « réduisant » sur un support, il jouit d’un « effet de vérité » lié à l’implicite des choix de son auteur et il peut faire exister une virtualité projetée (un espace tel qu’il est envisagé par un projet d’aménagement). Dans le domaine plus précis de la prévention des risques, les travaux de J-P. Le Bourhis (2007) et E. Martinais (2007) retracent, respectivement pour les inondations et les risques industriels, comment les outils cartographiques, en tant que moyen de définir le risque à travers la détermination de périmètres tels que les zones inondables ou les zones de danger, sont devenus des supports incontournables des documents réglementaires. Pour J.-P. Le Bourhis (2007, p. 86), la force, l’autorité et le crédit de la carte reposent sur la « proclamation publique du problème par sa figuration, la prétention à l’objectivité par exclusion des interventions politiques locales, le cadre juridique donnant au document l’autorité de la chose légale ». Dans une telle dynamique d’imposition du support cartographique, les auteurs analysent, de manière convergente pour les risques d’inondation ou les risques industriels, les confrontations entre l’Etat et les collectivités locales au sujet des contraintes imposées à l’urbanisation à partir des négociations établies autour de ce support commun. Dans quelle mesure le recours à des représentations 3D influe-t-il sur le système d’acteurs ?

3La seconde hypothèse revient à considérer ces géovisualisations 3D, non pas comme des produits finis servant des stratégies, mais comme des objets intermédiaires tenant divers rôles dans la pratique des aménageurs, tant lors de leur fabrication que lors de leurs utilisations. O. Söderström (2000), dans son analyse du travail des urbanistes, met en valeur le rôle de médiateur rempli par les représentations graphiques, sur la base des mécanismes étudiés en sociologie des sciences. B. Latour et S. Woolgar (2006), en étudiant dès 1979 la production scientifique dans un laboratoire de neuroendocrinologie, ont montré l’importance des objets permettant l’inscription, c’est-à-dire de fixer sur un support quelconque (feuille de papier, modèle 3D, brouillon, échantillons ou autre) une donnée, un résultat d’expériences, une analyse ou une information, afin de l’avoir sous les yeux, de la manier, d’en discuter ou de la communiquer. Cette inscription est à la fois le résultat d’une manipulation (mesure, expérience, analyse de données) et une preuve appelée à soutenir une thèse donnée et destinée à être diffusée auprès d’autres acteurs. La sociologie de l’acteur-réseau propose d’étudier comment les différentes inscriptions articulent les phases de travail et comment elles permettent la circulation des éléments qu’elles contiennent (Akrich, Callon et Latour, 2006). Dans cette optique, suivre et observer les inscriptions vise à mettre à jour les interactions entre les acteurs et ces objets. En effet, D. Vinck, sur la base de ses travaux sur les inscriptions dans les milieux scientifiques et industriels, souligne que les objets intermédiaires peuvent ne jouer qu’un rôle transitoire, au gré de l’action et de la manière dont ils sont mobilisés par les acteurs. Il est donc difficile de postuler un seul usage possible des géovisualisations 3D dans des situations intersubjectives. En étudiant la fabrication de géovisualisations 3D et leur mobilisation par les services de l’Etat lors d’une réunion avec des élus, par quels mécanismes ces géovisualisations influent-elles sur le cours de l’action ?

4L’articulation de ces deux approches renvoie par un jeu de miroirs ce que chacune d’elle explicite et laisse dans l’ombre. L’hypothèse d’un gouvernement par les instruments explicite peu la façon dont les acteurs manipulent concrètement les études, cartes et autres supports réputés techniques pour s’intéresser principalement aux dynamiques des relations de pouvoir et des rapports de force. L’attention portée sur la manipulation et l’utilisation des objets intermédiaires rend compte de la multiplicité des appropriations et des usages sur une scène définie localement, sans pouvoir toujours suivre les décisions, prises à un niveau plus global, qui viennent par moment imposer et figer des représentations. Le choix méthodologique qui conjugue ces deux perspectives s’appuie sur des données de terrain issues d’une expérimentation dans l’élaboration des PPRi qui introduit des géovisualisations 3D pour représenter les zones inondables. Après avoir présenté l’inscription de la recherche dans un contexte opérationnel, deux observations de l’utilisation de ces représentations au cours d’une même réunion seront analysées comme instruments de gouvernement dans un système d’acteurs et objets intermédiaires manipulés dans de multiples interactions.

Répondre à une commande gestionnaire : support sensible et cartographie réglementaire de l’inondation

5La constitution d’un terrain d’enquête pour appréhender la place des études dans les dynamiques d’aménagement confronte le chercheur à la difficulté de se positionner comme un observateur extérieur. Les lieux et les moments de la fabrication, de la présentation et de la discussion des études en aménagement correspondent en effet à des scènes relativement fermées et réduites aux protagonistes directs. Dans le champ de la prévention des risques, l’élaboration du PPRi repose sur un travail technique réalisé par les services de l’Etat, des réunions restreintes avec les municipalités concernées et des procédures d’enquête publique avec les populations, à l’origine d’une « scène locale du risque » (Decrop, Dourlens et Vidal-Naquet, 1997) peu ouverte à un enquêteur étranger. Face à cette difficulté, l’alternative consiste alors pour le chercheur à assumer un rôle dans l’étude pour avoir accès à de tels terrains en s’inscrivant pour une part dans la recherche-action. Cette « politique de l’enquête » (Bensa et Fassin, 2008 ; Cefaï, 2010) est d’autant plus pertinente que les études renvoient tout autant à l’analyse de situations précises qu’à la traduction et l’importation de résultats de recherche pour lesquelles le chercheur peut être une personne ressource. Dans notre cas, les comptes-rendus présentés dans cet article ont été réalisés à partir d’observations directes, que nous avons réalisées depuis nos rôles respectifs dans cette recherche-action : celui de commanditaire des géovisualisations 3D en charge notamment du suivi de l’élaboration des PPRi sur le linéaire rhodanien, et celui de chargé d’études, responsable de la production des modélisations en trois dimensions. Le protocole de recherche est caractérisé par une implication opérationnelle des deux chercheurs, sous des responsabilités différentes. L’analyse repose donc sur la pluralité des points de vue de ce que chacun observe en fonction du rôle qu’il joue dans l’action, et des éléments théoriques qu’il mobilise. Le manque de recul que l’on peut reprocher à un chercheur devenu acteur sur son terrain d’enquête tend ici à être corrigé par le croisement de deux focales d’observation. Plutôt que de proposer une lecture univoque d’un outil à travers la seule analyse de ses effets ou la caractérisation de ses usages, il s’agit de problématiser aussi les choix méthodologiques privilégiant tel ou tel mode d’observation dans la constitution du matériau d’enquête.

6L’expérimentation de géovisualisations 3 D dans l’élaboration des PPRi résulte d’une part des possibilités offertes par ces nouveaux modes de représentation en aménagement et d’autre part de l’évolution de la politique publique de prévention des risques.

7Sur le premier point, des géographes ont déjà souligné en France et en Suisse la pluralité des fonctions remplies par les documents visuels en aménagement et la nécessité de chercher à mieux les comprendre (Lardon et al., 2001 ; Debarbieux et Vanier, 2002 ; Debarbieux et Lardon, 2003 et Debarbieux, 2004 par exemple). Néanmoins, si les recherches sont nombreuses sur les défis technologiques que posent ces modélisations, elles sont plus rares sur la question de leurs usages, en particulier dans le domaine de l’aménagement du territoire. Bien que S. M. Ervin insiste dès 2001 (Ervin, 2001, p. 61) sur l’importance de disposer de retours opérationnels sur les utilisations des géovisualisations 3D, des travaux de synthèse plus récents (Dykes, MacEachren et Kraak, 2005 ; p. 700 ; Riedjik et al., 2006, p. 11) attirent l’attention sur l’absence d’analyses sur ces questions et sur l’importance de développer une approche des usages de ces géovisualisations dans l’action. Cette question des usages fait écho aux préoccupations soulevées par la cartographie critique à propos de l’utilisation des cartes pour influencer, voire manipuler les gens auxquels elles sont destinées (Harley 1989 et 1990 ; Wood, 1992). Ces travaux conduisent à étudier de près la fabrication et l’utilisation des représentations spatiales.

8Ces interrogations sont d’autant plus pertinentes dans le cas des géovisualisations 3D qu’il n’existe pas à l’heure actuelle de pratiques sémiologiques établies qui guideraient ou uniformiseraient leur production. Ces représentations mêlent des données hétéroclites, dont les modes de représentation varient sensiblement selon la technologie employée. L’agencement des divers éléments qu’elles contiennent dépend donc des acteurs qui les produisent. Le réalisme prêté aux géovisualisations ne doit pas faire oublier le fait qu’il n’existe pas de manière unique et évidente de représenter un territoire à l’aide de données géographiques abstraites. Par exemple, dans le cadre de notre étude, sont figurés la représentation du relief, une image aérienne, des données cartographiant l’aléa hydraulique, des données sur les bâtiments, les ouvrages hydrauliques, la végétation, et les limites administratives. Pour chacune de ces données, il a fallu choisir un mode de représentation (certaines données sont représentées par de la géométrie simplifiée, comme il est courant de le faire sur une carte, alors que des photos prises sur le terrain sont utilisées pour figurer d’autres éléments, comme la végétation). Ainsi, les modèles 3D mobilisés pour l’élaboration des PPRi sont le résultat d’un travail collectif au cours duquel les aménageurs s’approprient ce nouvel outil, l’utilisant aussi comme support de réflexion et d’analyse. De plus, les réactions à la présentation d’un tel document visuel sont difficilement prévisibles : son efficacité dépend à la fois des informations qu’il contient et de la manière dont elles sont représentées, du contexte dans lequel il sera présenté et inclus dans la stratégie des acteurs et de la manière dont ses « destinataires » se l’approprieront et seront en mesure de le mobiliser à leur tour.

  • 3 La politique de prévention des risques : une compétence partagée, colloque du Ministère de l’Ecolog (...)
  • 4 Loi n° 95-101 du 2 février 1995 relative au renforcement de la protection de l’environnement.
  • 5 Comme le reflète la constitution et les échanges d’un groupe de travail rassemblant collectivités, (...)
  • 6 Risque inondation. Quels défis pour la recherche en appui à l’action publique ?, 3-4 juin 2009, CEM (...)
  • 7  Images et films réalisés en 2009. Crédits : image F. Jacquinod, données IGN et CNR.

9Sur le second point, la politique de prévention des risques naturels a, jusqu’au début des années 2000, consacré le PPR comme l’outil central pour réglementer l’usage des sols au titre des risques mais aussi pour participer à l’information des populations. La promotion de l’outil par le Ministère de l’environnement et du développement durable s’est traduite dans des objectifs quantitatifs, comme le montre le colloque organisé en 2008, autour de la célébration du 5 000e PPR approuvé3 depuis la loi de 19954. Cependant, à cette même période, l’outil PPR cristallise des critiques croissantes de la part des élus des collectivités5 mais aussi du monde de la recherche6. Le principe de la « maîtrise de l’urbanisation en zone inondable » n’est pas tant décrié que la méthode et la forme du document. Le PPRi qui se présente sous la forme d’une carte au 1/5 000ème est souvent jugé archaïque, trop régalien, peu transparent, parfois peu précis, difficilement lisible et compréhensible. Dans ce contexte, la recherche de nouveaux modes de représentation correspond à une tentative de réhabilitation de cet outil, de valorisation du document, à travers notamment l’attention apportée à sa mise en forme. L’enjeu d’un PPRi est en effet de plus en plus lié à son acceptation locale plutôt qu’à des finesses techniques. Cette contestation de la forme actualise sans doute les travaux cités en introduction sur la cartographie du risque qui, au regard du temps long nécessaire à l’imposition de la carte, considéraient à juste titre que celle-ci trouvait au moins une part de son succès et son pouvoir dans « l’évidence de la perception » (Martinais, 2007, p. 6). Dans un tel contexte, l’objectif appliqué du projet est de produire des documents plus facilement recevables par un public profane et de tester les réactions à ces nouveaux outils au regard des tensions systématiques qui se nouent entre l’Etat et les collectivités locales à l’occasion de l’élaboration des PPRi. Dans notre étude, la représentation 3D du risque d’inondation intervient au début de la démarche de présentation de l’aléa de référence à la municipalité, sous forme de zones inondables dont on visualise l’étendue et les hauteurs d’eau (fig. 1)7. La traduction réglementaire sur le droit du sol revient par la suite à la cartographie en deux dimensions. Mais ce premier temps reste un moment réputé sensible, tant pour la collectivité qui redoute qu’un zonage excessif ne vienne tomber comme un couperet sur les projets locaux, que pour les services de l’Etat qui craignent toujours une contestation en bloc de la détermination du risque.

Figure 1 : Les géovisualisations 3D réalisées pour la présentation de l’aléa.

Le film est visible à l'adresse http://geocarrefour.revues.org/​8092

  • 8  Loi n° 2004-811 du 13 août 2004 de modernisation de la sécurité civile.
  • 9  Sur ce point, l’appel à projets Inondation du Rhône. Développer la mémoire, sensibiliser les popul (...)

10Le recours à une image 3D géoréférencée doit permettre de délivrer une information aussi fiable et rigoureuse que possible, tout en s’appuyant sur un support qui permet une visualisation s’approchant de l’appréhension sensible du territoire. En ce sens, le second objectif de la commande est de disposer d’un outil plus convaincant pour aboutir à l’acceptation du PPR dans un contexte où les documents techniques et réglementaires sont appelés à ne plus être élaborés « en chambre » mais à faire l’objet d’une plus large concertation. Le leitmotiv de la politique de prévention des risques qui scandait le PPR défini dans la loi de 1995 : « L’Etat dit le risque, la collectivité prévient le risque » a laissé la place, à partir de la loi de 2004 sur la modernisation de la sécurité civile8, à un autre mot d’ordre: « Donner à tous les moyens d’être acteurs face au risque ». Les enjeux d’aménagement du territoire portés par la puissance publique se sont ainsi transformés en un appel à une mobilisation des citoyens et des individus pour faire face à des crises majeures. Dès lors, les actions d’information et de concertation se retrouvent centrales pour donner aux populations les capacités d’être parties prenantes de la politique publique. Le document réglementaire du PPR doit s’appuyer sur des supports capables de sensibiliser, d’interpeller le grand public, y compris en mobilisant le registre des émotions dans la conduite de politiques locales de prévention des inondations9.

Les géovisualisations 3D comme instrument STRATEGIQUE POUR  la gestion du risque d’inondation

  • 10  L’aléa de référence est défini réglementairement comme le débit de la crue de 1856 modélisé aux co (...)
  • 11  Promulgation du décret-loi du 30/10/1935 et de son décret d’application du 20/10/1937 instituant l (...)

11Lors de la réunion au cours de laquelle les services de l’Etat présentent à la municipalité l’aléa de référence10 du Rhône, l’observation de la mise en situation de l’outil est d’abord attentive aux stratégies des acteurs, aux jeux développés grâce ou en marge de la représentation 3D. Le PPR en cours d’élaboration s’inscrit dans une histoire réglementaire qui remonte au début du 20e siècle. Initialement, l’objectif était de préserver le libre écoulement des eaux et les champs d’expansion de crue à travers les Plan des surfaces submersibles (PSS)11 couvrant l’ensemble du linéaire rhodanien. Mais à partir des années 1990, il s’agit de prévenir le risque d’inondation par la mise en place de PPRi communaux. Les éléments de référence et les documents réglementaires ont par conséquent changé de nombreuses fois, ouvrant les possibilités de contestation. Pour s’inscrire dans une relative continuité par rapport aux supports cartographiques utilisées habituellement, des films de survol de la maquette numérique 3D ont d’abord été projetés avant de revenir à une discussion basée sur la cartographie en deux dimensions, seul document papier distribué aux participants de la réunion.

12Rassemblant une dizaine d’élus, un représentant associatif, les services de l’Etat et deux chercheurs de l’Université de Saint-Étienne, la réunion est ouverte par le maire à l’adresse de ces derniers : « Nous espérons que le bon sens viendra au secours de la science. Nous espérons que vous venez mettre fin à une attente de tant d’années. Il faut savoir à quelle sauce nous allons être mangés ». Conformément aux principes de l’élaboration des PPR, les services de l’Etat rappellent la méthode qui permet de définir l’aléa de référence : la projection horizontale de la ligne d’eau du fleuve en lit mineur sur le terrain naturel qui dessine une enveloppe inondable dont le périmètre est discuté au regard des documents réglementaires antérieurs et des récentes crues. Un élu demande également à ce qu’on prenne en compte les travaux en projets. La fin de non recevoir des services de l’Etat contribue à faire monter le ton.

13Le Maire interrompt ce début de réunion houleux en demandant à voir l’aléa de référence. Le film est projeté dans un silence teinté de curiosité et d’une certaine surprise. Après un premier passage, les élus demandent à revenir sur le film. Vingt minutes sont alors consacrées à des arrêts sur image qui permettent à tout un chacun de reconnaître les lieux et de vérifier la cohérence de la hauteur d’eau représentée. Après ce temps presque ludique qui semble avoir remis tout le monde de bonne humeur, la discussion se poursuit sur la base de la cartographie en 2D en vue d’une validation.

14A la fin de la réunion, le Maire rappelle que sa commune est résignée et raisonnable et faisant référence à la représentation 3D : « On n’a même pas envie de protester. On accepte même ce qu’on n’arrivait pas à imaginer.»

  • 12  Il explique : « Il n’y a rien que l’homme soit capable de vraiment dominer : tout est tout de suit (...)
  • 13  Pour M. Lussault, d’un point de vue stratégique, l’iconographie expose en effet « sans relâche un (...)

15Pour les services déconcentrés de l’État, l’enjeu au cours de ce type de réunion est bien que la discussion reste autant que possible focalisée sur les images 3D ou la carte de l’aléa qui constituent un « monde aplati » pour reprendre l’expression de B. Latour12 ou un « idéal type »13 du territoire inondable. Dès lors que la discussion se détache de ce support pour élaborer des discours qui prennent en compte d’autres enjeux et dynamiques territoriales, le débat sort de cette vision sélective, réductrice et orientée sur l’inondation et amène une critique possible des contraintes liées à la prévention du risque. Dans le cas présent, tout au long de la réunion, les données cartographiques et notamment les images 3D constituent des références non discutées, si bien que les échanges tournent à l’avantage des services de l’Etat en charge du PPRi. En ce sens, la force des géovisualisations 3D repose à la fois sur la capacité à figurer un territoire de manière géoréférencée et sur la crédibilité des documents visuels dans un processus de négociation.

16La représentation en trois dimensions questionne également les résultats des travaux sur la cartographie du risque à l’aune de ce qui serait amené à évoluer depuis le 2D vers le 3D. L’image 3D géoréférencée permet de dissocier deux aspects qui restaient mêlés quand seule était disponible la cartographie 2D, à savoir l’information technique renseignant l’exposition d’une parcelle au risque et la mise en scène du territoire inondable. E. Martinais explique à propos des Plans de prévention des risques technologiques que « le support cartographique fournit en effet une image parlante du risque qui lui confère de ce point de vue un degré de réalité difficilement contestable. Dans bien des cas, il est en effet possible de constater que l’effet de vérité de la carte l’emporte sur l’incertitude ou l’imprécision du tracé des périmètres » (Martinais, 2007, p. 9). Sur ce point, M. Lussault pose l’hypothèse suivante : « Alors que le discours est frappé du sceau de la subjectivité de l’énonciateur et de ce fait ne constitue qu’un avis, plus ou moins autorisé, certes, mais toujours ressenti comme contingent de la personne, l’icône, à l’énonciateur anonyme – et même transparent jusqu’à paraître absent -, exposerait la vérité du point de vue surplombant qui transcende toutes les opinions » (Lussault, 2003, p. 53). La représentation 3D semble placer à son comble « l’effet de vérité » de la carte en proposant sur un mode « réaliste » une image qui traduit le scénario d’une inondation, qui rend visible la présence de l’eau, qui permet même un survol virtuel du territoire sous la forme d’un film. En ce sens, la fiction proposée par la représentation 3D va bien au-delà de ce que permet la cartographie classique. D’ailleurs, certains techniciens attachés à leur expertise en hydraulique ne reconnaissent pas l’intérêt de cet outil nouveau : « ça n’apporte rien sur le plan hydraulique. C’est juste de la communication… ». Cette remarque, entendue à plusieurs reprises, traduit bien dès lors que la 3D est souvent considérée pour sa fonction de mise en scène alors que la cartographie 2D est toujours considérée comme le support de l’expertise technique nécessitant une lecture avertie.

17La géovisualisation 3D et la cartographie 2D doivent également être mises en parallèle au regard du contexte particulier de la gestion du risque inondation. La connaissance hydrologique et hydraulique qui permet de déterminer l’ampleur des crues et leur durée de retour repose sur un savoir relativement empirique constitué par la chronique des inondations historiques. J.-P. Le Bourhis rappelle sur ce point que les « techniciens apparaissent en définitive comme des empiristes convaincus et font toujours prévaloir l’observation et le constat sur les modélisations théoriques. Le calcul ne sert souvent alors que pour généraliser une observation et vérifier que les hypothèses qui fondent une estimation sont valides » (Le Bourhis, 2004, p. 237). De fait, à la différence d’autres risques qui relèvent d’une plus grande complexité scientifique, ne serait-ce que pour les mesurer, la connaissance des phénomènes d’inondation se joue sur un terrain où experts et profanes ont voix au chapitre dès lors qu’ils se réfèrent à des événements observés par le passé. Le droit d’entrée dans la controverse technique est relativement faible ce qui explique les discussions nombreuses entre acteurs locaux et techniciens sur le choix des crues de référence. Sur ce point, la représentation 3D, qui dessine les grands traits d’un paysage inondé, correspond davantage à l’observation par le regard, à l’appréhension profane d’une inondation, alors que la cartographie 2D reste dans une métrologie plus abstraite du phénomène.

Les géovisualisations 3D comme objets intermédiaires d’inscription et d’échanges entre acteurs

18L’analyse de l’insertion de géovisualisations 3D dans la stratégie développée par les services de l’Etat pourrait laisser croire à un pouvoir de conviction intrinsèque à l’outil, ou, du moins, à une instrumentalisation de la représentation 3D au profit de l’approbation la plus large possible du PPR. Mais cette analyse, attentive aux déplacements des rapports de force dans le système d’acteurs, nous renseigne peu sur les usages et les manipulations de l’outil. L’enjeu est alors de rendre compte, par une description de type ethnographique (Vinck, 1999, p. 203-226), de la multiplicité des rôles remplis par les géovisualisations 3D. Une telle description permet de donner corps aux pouvoirs supposés du visuel en essayant d’observer ses ressorts dans l’action. Il nous semble, comme l’écrit O. Söderström (1996, p. 113), qu’« une approche pragmatique peut offrir le moyen de dépasser, d’un côté, une simple critique du visuel et, de l’autre, une fascination excessive pour le pouvoir des visualisations ».

  • 14  Le socle des géovisualisations 3D est ici un lever terrain spécifiquement réalisé par l’IGN dans l (...)

19La réalisation des maquettes numériques et des films de survol a nécessité un travail de préparation au cours duquel les services de l’État ont mobilisé l’outil pour d’abord confirmer et compléter leur connaissance de l’aléa hydraulique. Par rapport aux cartographies en deux dimensions, les géovisualisations 3D permettent de positionner sur un socle représentant le relief du territoire à la fois des éléments qui décrivent l’occupation du sol et l’aléa hydraulique (c’est-à-dire la hauteur d’eau en chaque point du terrain, calculée à partir d’un modèle hydraulique simulant la crue prise comme référence pour l’élaboration du PPRi). Le fait de pouvoir visualiser conjointement sur une même portion de territoire ces différents éléments (aléa, topographie, ouvrages hydrauliques, bâtiments, routes) permet aux techniciens à la fois de jauger la justesse de la représentation en 3D et de réfléchir sur l’aléa. La lecture simultanée de l’aléa et de la topographie14 permet de lier facilement les hauteurs d’eau de l’aléa avec les conditions d’écoulement sur le terrain (fig. 2). Ainsi, lors d’une des réunions de préparation, ayant repéré une poche d’eau représentant l’aléa sur une zone à la topographie complexe, des techniciens en charge de la détermination de l’aléa ont demandé qu’un zoom sur la zone soit réalisé.

Figure 2 :  Illustration de la représentation conjointe du relief et de l’aléa de référence

Figure 2 :  Illustration de la représentation conjointe du relief et de l’aléa de référence

20Les géovisualisations 3D deviennent des supports de travail sur telle ou telle portion du territoire. Les techniciens mobilisent les informations représentées dans le modèle 3D et y projettent leur propre connaissance du terrain pour combiner ces deux sources d’informations. Cet usage périphérique (et non anticipé) d’un outil de communication confirme la pluralité des rôles remplis par les représentations visuelles mobilisées au cours d’un projet. Le compte-rendu de la présentation de l’aléa aux élus permet de compléter l’analyse, en étudiant la manière dont les élus, qui ont des objectifs différents de ceux des techniciens, vont interagir avec l’outil 3D.

21Un grand écran, au centre du mur situé face aux participants, permet de projeter des documents, dont les géovisualisations 3D. Le responsable du service en charge de l’élaboration du PPRi propose de procéder en deux temps : l’explication de la genèse de l’aléa retenu pour le PPRi puis la visualisation de cet aléa, notamment sous forme de géovisualisations 3D. Les premières discussions portent sur la manière dont l’aléa a été calculé, sur l’intégration de futurs travaux qui modifieraient l’aléa sur la commune et sur la gestion de la crue de 2003.

22Le maire demande à voir l’aléa pour savoir « ce qui nous attend ici ». Les services de l’Etat expliquent le cadre dans lequel l’expérimentation 3D a été menée, puis présentent les différents éléments qui composent le modèle, notamment les codes couleurs utilisés pour la représentation de l’aléa (bleu clair pour les hauteurs d’eau inférieures à un mètre et bleu foncé pour les hauteurs supérieures à un mètre). Le maire s’inquiète de voir beaucoup de bleu foncé sur la vue générale du territoire. Un premier film est lancé en mentionnant l’endroit d’où le survol de la maquette commence. Les élus se repèrent plus ou moins et discutent entre eux pour essayer de se retrouver dans la modélisation. Pour le maire, l’altitude relativement haute du survol rend la lecture difficile. Une pause est réalisée dans la lecture du film. Le maire dit que la commune est résignée mais qu’il y a des enjeux sur lesquels il va falloir se pencher. Le film est relancé. Un des élus de la commune, qui semble bien se situer dans la maquette, sort un pointeur lumineux et commence à montrer des points de repères pour que tout le monde puisse se localiser. Le film est relancé et d’autres arrêts sont demandés. Les participants comprennent mieux ce qui est représenté, c’est-à-dire les hauteurs d’eau calculées en cas de crues sur la commune et commentent l’outil « quelque part, vous faites une extrapolation de ce qui peut arriver ». Avec l’aide des indications de l’élu, qui utilise abondamment son pointeur pour montrer les différentes habitations qu’il nomme, les participants commencent à bien se repérer dans la maquette. Aux abords d’un lotissement où se situent des enjeux forts pour la commune, le film est de nouveau arrêté pour pouvoir regarder l’aléa plus en détail. Les participants localisent rapidement des points de repère (une salle des fêtes et une infrastructure routière). Le technicien en charge du PPRi précise que, sur cette zone, il y a des endroits où les hauteurs d’eau sont inférieures à 50cm (ce qui n’est pas visible avec le code couleur utilisé pour cette présentation). Le film est régulièrement arrêté pour voir si telle ou telle maison est dans la zone inondée par la crue de référence. Les participants mobilisent leur connaissance de l’enveloppe de la crue de 1856 pour comparer avec l’aléa qui leur est présenté aujourd’hui. Cela leur permet de s’approprier cette donnée de l’aléa, en l’associant à des lieux qui leur sont familiers (cimetière, lotissement). Globalement, les géovisualisations 3D semblent confirmer une bonne partie des connaissances des élus, ce qui renforce la crédibilité de la représentation.

23Un autre film est lancé. Les services de l’Etat attirent l’attention sur la représentation des digues, qui servent de points de repère aux participants qui les reconnaissent aisément. De nouveau, les élus repèrent les bâtiments (la ferme de l’un des élus notamment) et les infrastructures qui sont hors d’eau et ceux qui sont dans les zones inondables. Des élus sont surpris de voir que certaines fermes sont dans des zones inondables.

24L’ensemble des participants semblent avoir bien compris l’aléa. La réunion continue par l’examen rapide de la cartographie de l’aléa en 2D, puis reprend sur les zones sur lesquels les enjeux sont importants.

25Cette observation met en avant les difficultés de repérage et la nécessité d’un temps d’appropriation pour le déchiffrage des informations figurées dans les géovisualisations 3D. Elle montre aussi que ces informations sont acceptées et comprises lorsqu’elles sont liées à des éléments déjà connus, mais aussi grâce aux discussions qui accompagnent leur monstration. En particulier, la présence d’un élu ayant réussi à se repérer rapidement dans le modèle et qui a ensuite aidé les autres personnes présentes à se retrouver dans la géovisualisation a joué un rôle important dans leur compréhension du modèle. De même, les indications données au départ par les services de l’Etat sur la réalisation de la maquette 3D par des universitaires et le contenu technique sont des éléments qui viennent nuancer l’idée d’une utilisation du visuel comme élément qui doit paraître objectif parce que sans énonciateur. Une fois qu’ils se sont approprié ce qu’ils voyaient, les élus ont utilisé les géovisualisations 3D pour confirmer ou infirmer l’idée qu’ils se faisaient de l’aléa sur leur territoire. La satisfaction des élus à la fin de la projection des films peut sans doute être expliquée en partie par cette bonne compréhension de l’aléa qu’ils avaient demandé à connaître au début de la réunion. Si l‘aléa n’a pas été contesté lors de cette réunion, il serait excessif d’affirmer que le recours à une géovisualisation 3D écarte de facto la critique. Au contraire, en permettant une compréhension plus complète de l’aléa, cette représentation 3D faciliterait la discussion des éléments présentés, si un désaccord existait sur une zone.

26Cette expérimentation montre qu’une représentation ne peut être réduite à l’intention de son auteur : en situation de négociation, les acteurs présents peuvent la mobiliser de manière divergente. En ce sens, les objets intermédiaires peuvent être considérés comme des acteurs à même de participer à l’évolution des pratiques et des rapports de force, sans que l’on puisse prédire leur influence dans le cours d’une négociation. Sur ce point, D. Vinck (1999 et 2009) a développé deux notions pour rendre compte des processus dont les objets intermédiaires sont le support dans les réseaux de coopération scientifique : la représentation et la traduction. La représentation renvoie à ce qui est inscrit dans l’objet, notamment comment son auteur y inscrit ce qu’il souhaite transmettre, en l’occurrence ici les services de l’Etat qui représentent les hauteurs d’eau de l’aléa de référence. La notion de traduction rend compte des diverses manières dont l’objet va influer sur un projet en cours, notamment, dans le cas étudié ici, en permettant aux techniciens comme aux élus de faire le lien entre différents registres de connaissance. Elle permet de souligner plus précisément comment les élus intègrent les informations contenues dans les représentations spatiales à un registre de connaissance qui leur est propre.

Conclusion

27 « Étudier les études » en aménagement et urbanisme ne doit pas conduire à réifier ces dernières comme des objets autonomes que des analyses de contenu feraient parler d’elles-mêmes. L’explicitation réflexive des focales d’observation permet d’articuler les approches considérant la géovisualisation 3D comme un instrument de gouvernement ou comme un objet d’inscription et de lecture, suivant que l’on s’intéresse aux effets sur l’équilibre des forces d’un système d’acteurs ou la pluralité des usages et des compréhensions de l’outil. L’analyse duale de cet outil de représentation et de ses usages nous amène à formuler une nouvelle hypothèse sur l’articulation de ces deux approches.

28L’analyse fine des multiples usages possibles de l’outil défend, en effet, l’idée que la seule observation des interactions avec l’utilisateur ne permet pas de déterminer si un usage va prendre le dessus sur un autre. L’observation des déplacements des rapports de force dans un jeu d’acteurs identifie au contraire comment l’utilisation d’un instrument est orientée pour servir une stratégie sans réellement appréhender le mécanisme d’appropriation du dispositif technique. Ces deux visions peuvent être pensées dans une interaction dynamique selon laquelle la multiplicité des usages possibles constitue une ressource dans laquelle les acteurs viennent puiser et sélectionner une utilisation pour servir leurs stratégies en situation. Dans un contexte donné, l’attention portée aux déplacements du système d’acteurs viendrait refermer momentanément l’analyse ouverte des appropriations multiples de l’outil. Notre contribution s’inscrit d’abord dans l’enjeu méthodologique de l’élaboration de protocoles d’enquête qui permettent d’appréhender quasi simultanément les micro-interactions avec l’outil et les effets de son utilisation dans les relations de pouvoir entre les acteurs.

Haut de page

Bibliographie

Akrich M., Callon M., Latour B., 2006, Sociologie de la traduction - Textes fondateurs, Paris, Presses de l’École des mines, 304 p.

BENSA A. et FASSIN D. (éd.), 2008, Les politiques de l’enquête. Épreuves ethnographiques, Paris, La Découverte, 304 p.

CEFAÏ D. (éd.), 2010, L’engagement ethnographique, Paris, Éditions de l’EHESS, 640 p.

DECROP G., DOURLENS C., VIDAL-NAQUET P.-A., 1997, Les scènes locales de risque, Grenoble, CERPE, Futur Antérieur, 236 p.

DEBARBIEUX B. et VANIER M. (éd.), 2002, Ces territorialités qui se dessinent, La Tour d’Aigues, Editions de l’Aube – Datar, 268 p.

DEBARBIEUX B. et LARDON S. (éd.), 2003, Les figures du projet territorial, La Tour d’Aigues, Editions de l’Aube – Datar, 270 p.

DEBARBIEUX B., 2004, Les problématiques de l’image et de la représentation en géographie, Les concepts de la géographie humaine, Paris, Armand Colin, 333 p.

DYKES J., MACEACHREN A. M. et KRAAK M-J. (éd.), 2005, Exploring geovisualization, Amsterdam, Elsevier, 710 p.

ERVIN S. M., 2001, Digital Landscape Modeling and Visualization: A Research Agenda, Landscape and Urban Planning, vol. 54, p. 49-62.

HARLEY J. B., 1989, Deconstructing the Map, Cartographica, vol. 26, n° 2, p. 1-20.

HARLEY J. B., 1990, Cartography, Ethics, and Social Theory, Cartographica, vol. 27, n° 2, p. 1-23.

HOUDART S., 2006, Des multiples manières d’être réel. Les représentations en perspective dans le projet d’architecture, Terrain, n° 46, p. 107-122.

LANGUMIER J. (dir.), 2010, L’inondation dans les paysages du Rhône. Pour une mémoire contemporaine des risques de crue, Bruxelles, La Maison d’à côté.

LARDON S., MAUREL P. et PIVETEAU V., 2001, Représentations spatiales et développement territorial, Paris, Hermès science, 438 p.

LASCOUMES P. (dir.), 2007, Gouverner par les cartes, Genèses, n°68, p. 2-3.

LATOUR B., 1985, Les ‘Vues’ de l’Esprit : une introduction à l’anthropologie des sciences et des techniques, Culture Technique, vol. 14, p. 5-29.

LATOUR B. et WOOLGAR S., 2006, La vie de laboratoire : la production des faits scientifiques, Paris, la Découverte, 300 p.

LE BOURHIS J-P., 2007, Du savoir cartographique au pouvoir bureaucratique. Les cartes des zones inondables dans la politique des risques (1970-2000), Genèses, n° 68, p. 75-96.

LUSSAULT M., 2003, L’espace avec les images, in DEBARBIEUX B. et LARDON S. (dir.), Les figures du projet territorial, La Tour d’Aigues, Editions de l’Aube – DATAR.

MACEACHREN A. M., 1998, VISUALIZATION - Cartography for the 21st century, groupe Geovisualization de l’association internationale de cartographie, URL : http://www.geovista.psu.edu/sites/icavis/icavis/poland1.html.

MACEACHREN A. M. et KRAAK M-J., 2001, Research Challenges in Geovisualization, Cartography and Geographic Information Science, vol. 28, n° 1, p. 3-12.

MARTINAIS E., 2007, La cartographie au service de l’action publique. L’exemple de la gestion des risques industriels, EspacesTemps.net, Textuel, 13.11.2007,
http://www.espacestemps.net/document3643.html.

RIEDJIK A. et al., 2006, Virtual Netherlands. Geo-visualizations for interactive spatial planning and decision making : from Wow to impact., Amsterdam, Vrije Universiteit, URL : http://www.feweb.vu.nl/gis/research/lucas/publications/docs/riedijk_vandevelde_2006_virtualnetherlands.pdf.

SÖDERSTRÖM O., 1996, Sélectionner et projeter, in Penser/figurer : l’espace comme langage dans les sciences sociales, EspacesTemps numéro spécial 62/63, p. 104-113.

SÖDERSTRÖM O., 2000, Des images pour agir. Le visuel en urbanisme, Lausanne, Payot, 140 p.

TROGER C., 2007, De la perspective. Pour une histoire de l’image projective, Paris, Librairie Scientifique et Technique Albert Blanchard, 144 p.

VINCK D., 1999, Ingénieurs au quotidien - Ethnographie de l’activité de conception et d’innovation, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 232 p.

VINCK D., 2009, De l’objet intermédiaire à l’objet-frontière - Vers la prise en compte du travail d’équipement, Revue d’anthropologie des connaissances, vol. 3, n° 1, p. 51-72.

WOOD D., 1992, The Power of Maps, London, The Guilford Press, 248 p.

Haut de page

Notes

1 Nous employons ici le terme générique de « géovisualisation », dans la lignée des travaux de A. M. MacEachren et M-J. Kraak (voir notamment MacEachren, 1998 et MacEachren et Kraak, 2001) qui utilisent ce terme pour traiter des nouvelles formes de représentations géoréférencées (c’est-à-dire localisées dans l’espace sur une portion du globe terrestre) et de leurs apports par rapport à la cartographie traditionnelle.

2 Pour préserver l’anonymat des acteurs apparaissant dans les observations de terrain, nous ne précisons pas le nom de la commune concernée. Cette expérimentation a été conduite dans le cadre d’un partenariat entre le Centre de recherche en environnement et aménagement (CRENAM) et les services de l’Etat. La sélection des illustrations ainsi que le montage vidéo correspand également au respect de l’anonymat du terrain d’étude (vues à grande échelle aux dépens des représentations du territoire à petite échelle).

3 La politique de prévention des risques : une compétence partagée, colloque du Ministère de l’Ecologie du Développement et de l’Aménagement Durables, 30 janvier 2008, Muséum national d’Histoire naturelle, Paris.

4 Loi n° 95-101 du 2 février 1995 relative au renforcement de la protection de l’environnement.

5 Comme le reflète la constitution et les échanges d’un groupe de travail rassemblant collectivités, associations et services de l’Etat autour de la mise en place d’une plus large concertation au cours de l’élaboration des PPR – Groupe de travail, PPR et concertation, 2007-2008. Cf. également la circulaire du 3 juillet 2007 relative à la consultation des acteurs, la concertation avec la population et l’association des collectivités territoriales dans les PPR.

6 Risque inondation. Quels défis pour la recherche en appui à l’action publique ?, 3-4 juin 2009, CEMAGREF, Lyon.

7  Images et films réalisés en 2009. Crédits : image F. Jacquinod, données IGN et CNR.

8  Loi n° 2004-811 du 13 août 2004 de modernisation de la sécurité civile.

9  Sur ce point, l’appel à projets Inondation du Rhône. Développer la mémoire, sensibiliser les populations, lancé dans le cadre du volet Inondation du Plan Rhône en 2008 est exemplaire des nouvelles démarches de sensibilisation à travers des projets culturels et artistiques sur une question traitée d’habitude dans des termes techniques (Langumier, 2010 et www.memoiredurisque.

10  L’aléa de référence est défini réglementairement comme le débit de la crue de 1856 modélisé aux conditions actuelles d’écoulement.

11  Promulgation du décret-loi du 30/10/1935 et de son décret d’application du 20/10/1937 instituant les Plans des Surfaces Submersibles (PSS).

12  Il explique : « Il n’y a rien que l’homme soit capable de vraiment dominer : tout est tout de suite trop grand ou trop petit pour lui, trop mélangé ou trop composé de couches successives qui dissimulent au regard ce qu’il voudrait observer. Si ! Pourtant, une chose et une seule se domine du regard : c’est une feuille de papier étalée sur une table ou punaisée sur un mur. L’histoire des sciences et des techniques est pour une large part celle des ruses permettant d’amener le monde sur cette surface de papier. » (Latour, 1985, p. 26)

13  Pour M. Lussault, d’un point de vue stratégique, l’iconographie expose en effet « sans relâche un monde parfait, épuré, clairement ordonnancé, immuable, censé manifester tout à la fois la réussite du geste politique et l’assurance que le territoire d’action sortira conforté et grandi de cette intervention » (Lussault, 2003, p. 55).

14  Le socle des géovisualisations 3D est ici un lever terrain spécifiquement réalisé par l’IGN dans le cadre du volet « Inondations » du Plan Rhône qui décrit la topographie de manière précise sur tout le linéaire rhodanien (Base de données topographiques Rhône finalisée en 2010).

Haut de page

Table des illustrations

URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8163/img-1.png
Fichier image/png, 1,4M
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8163/img-2.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Figure 2 :  Illustration de la représentation conjointe du relief et de l’aléa de référence
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8163/img-3.png
Fichier image/png, 957k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Florence Jacquinod et Julien Langumier, « Géovisualisations 3D en action dans l’aménagement du territoire », Géocarrefour, Vol. 85/4 | 2010, 303-311.

Référence électronique

Florence Jacquinod et Julien Langumier, « Géovisualisations 3D en action dans l’aménagement du territoire », Géocarrefour [En ligne], Vol. 85/4 | 2010, mis en ligne le 13 juillet 2011, consulté le 25 septembre 2016. URL : http://geocarrefour.revues.org/8163 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.8163

Haut de page

Auteurs

Florence Jacquinod

chargée de recherches CNRS UMR EVS-ISTHME, Université de Saint-Etienne, 6 rue basse des rives, F-42023 Saint-Etienne cedex 02 jacquinod@gmail.com

Julien Langumier

chercheur associé au laboratoire RIVES et à l’UMR EVS 22 rue bouteille 69001 Lyon. langumier@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page