Navigation – Plan du site
Articles

De la prolifération des études au projet sans auteur

Essai sur les projets urbains dunkerquois et sur la ville visible et invisible
From the proliferation of studies to the author-less project. An essay on urban projects at Dunkerque and on the visible and invisible city
Maryvonne Prévot et Christophe Leclercq
p. 283-292

Résumés

A travers l’analyse iconographique d’études d’urbanisme issues de trois projets dunkerquois étalés dans le temps (Livre blanc, 1970 ; Neptune, 1992 ; Grand Large, 2008) cette contribution interroge les notions d’auteur, d’identité et de pratiques des urbanistes sous trois angles complémentaires: celui de la prolifération et de la dépréciation économique des études, celui du glissement sémantique du contenu du projet dont ces études sont les médiateurs, celui, enfin, de la dialectique du visible et de l’invisible. Dans ce mouvement qui va de la conception à la communication, l’espace collectif - fait d’opinions et de controverses - aurait été abandonné au profit de l’espace mental, espace du désir, irréductiblement individuel. La question de l’auteur du projet urbain occupe une place centrale dans ce processus. En se dissimulant, sciemment et inconsciemment, l’auteur accoucherait en effet non plus tant d’un projet que d’un mytheappropriable et consommable par tous.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Les 31e rencontres de la FNAU à Brest, programmées du 19 au 21 octobre 2010, s’intitulaient : « Vil (...)

1Notre propos s’inscrit à la croisée des travaux sur l’analyse de la production, de l’usage et de la circulation des visualisations de l’espace urbain (Lussault, 1995, 1998, 2003 ; Söderström, 2000) et des questions d’auteur et d’identité des urbanistes soulevées dans l’enquête dirigée par Véronique Biau (Biau, Tapie, 2009) sur la qualification et les modèles professionnels. Les études d’urbanisme sur lesquelles nous appuierons notre propos sont les documents qui servent à l’exposition publique du projet, par laquelle il est présenté, négocié, avalisé et diffusé. Ces documents synthétiques sont, en principe, l’aboutissement des multiples études techniques qui l’ont anticipé mais dont la diffusion est nulle, en général, compte tenu de la difficulté à les appréhender. En effet, la représentation visuelle du territoire dans les études d’urbanisme traduit la recherche d’un équilibre complexe entre expertise et politique auquel les urbanistes prennent part. Depuis vingt ans, ils ont ainsi accompagné et mis en scène la production de territoires qui ne seraient plus tant la résultante et l’expression d’usages sociaux qu’une image de ces derniers : « (...) il faut raconter, mobiliser, rendre compte de concepts plutôt que de décrire une éventuelle réalité. Le projet ‘institue’ la ville à travers le débat et dans le développement progressif d’un récit et d’une iconographie de la ville ‘désirée’»1 (Fourny, Micoud, 2002, p. 40).

  • 2 Cette contribution est l’une des étapes de la réflexion engagée par le programme de recherche pluri (...)

2Si l’urbanisme est vraiment devenu une démarche dans laquelle le processus – négocié – importe autant sinon plus que le résultat lui-même, il faut s’interroger, dans notre contexte démocratique et libéral, sur la finalité réelle du projet d’urbanisme, sur l’acte créateur et la notion d’auteur qui y sont attachés. Ou bien la notion d’auteur y est sur-affirmée, jusqu’à produire le néologisme de « starchitecte » indifféremment utilisé pour l’urbanisme ou pour l’architecture, ou bien elle semble effacée. La sociohistoire des agences d’urbanisme qui prend forme depuis quelques années (Ecrement, 2004 ; Prévot, 2007, 2008a, 2008b ; Prévot et Leclercq, 2010)2, rejoint sur ce point les observations faites par Gilles Bentayou dans sa thèse (2007, p. 54-55) sur le caractère trop souvent anonyme et donc « muet » des études d’urbanisme : sur les dates, les commanditaires, les nombreuses versions et leurs variantes ainsi que sur leurs auteurs ou contributeurs réels. À travers l’analyse iconographique d’études issues de trois projets dunkerquois étalés dans le temps (Livre blanc, 1970 ; Neptune, 1992 ; Grand Large, 2008), nous souhaitons aborder à notre tour les notions d’auteur, d’identité et de pratiques des urbanistes sous trois angles successifs : celui de la prolifération et de la dépréciation économique des études, celui du glissement sémantique du contenu du projet dont ces études sont les médiateurs, celui, enfin, de la dialectique du visible et de l’invisible.

Les études d’urbanisme : un matériau proliférant mais économiquement déprécié

La prolifération comme conséquence d’une évolution politique, institutionnelle, structurelle

  • 3 Aménagement et urbanisme dès sa naissance en 1968, espaces verts en 1973, déchetteries de l’agglomé (...)

3En quarante années, les études d’urbanisme se sont multipliées, sous l’impulsion conjointe de la décentralisation et de la prise de conscience environnementale au sens large, qu’elle soit scientifique, paysagère ou patrimoniale. Leur prolifération semble étroitement corrélée à la complexité croissante de la gouvernance urbaine locale, ne fût-ce que parce qu’elle s’est découverte et construite sur et par cette compétence urbanistique. En effet, la promotion de l’urbanisme au sein de l’action locale – qu’elle soit municipale ou intercommunale (Desage, 2005) – dès la fin des années 1960, n’a eu de cesse de conférer à l’espace un statut d’objet majeur sur lequel les élus affirment leur empire (Lussault, 1998 ; Busquet, 2007). Ainsi, la Communauté urbaine de Dunkerque (CUD) s’est-elle affirmée depuis sa création – et davantage depuis la loi Chevènement de 1999 - en tant que maître d’ouvrage des études d’urbanisme par une prise de compétences progressive3. Dans le même temps, la construction de l’intercommunalité a souvent eu comme contrepartie de permettre à chaque commune membre – ou presque – de développer ses propres projets.

  • 4 Le Scot Flandres Dunkerque, élaboré par l’agence d’urbanisme et de développement de la région Fland (...)
  • 5 Rapport « Flandres-Dunkerque, SCOT et coopération transfrontalière » élaboré pour la rencontre FNAU (...)
  • 6 Loi n°2005-809.
  • 7 On pense à ces « maires-bâtisseurs » qui, dans les années 1980-1990, à l’instar de Georges Frèche a (...)
  • 8 « Les workshops (autour du projet Neptune) revêtent un rôle fédérateur permettant d’une part une in (...)

4À cet égard, les chiffres du Document d’orientation générale (DOG) du SCOT de Flandre-Dunkerque de 2007 sont éloquents4. En matière de logements neufs, il prévoit une production de 1 200 logements par an pendant 10 ans répartis à proportion de 700/750 pour la CUD, sur les 16 communes urbaines ou suburbaines – incluses les constructions neuves qui remplacent les démolitions. Il en prévoit aussi 400/450 en secteur rural. Certes, il faudrait examiner les choses, commune par commune, pour évaluer avec précision le nombre d’études induit par ce volume global et pour connaître leur répartition (périmètres ANRU, ZAC en extensions neuves et éco-quartiers, lotissements, implantations diffuses, initiatives publiques et privées...). Mais, en dehors du logement, le DOG ajoute 36 zones d’activités (ZAE) pour une surface totale de 1 600 ha disséminés sur tout le territoire – hors activités portuaires. Il dénombre encore les espaces naturels protégés qui, eux aussi, nécessitent de multiples études techniques et paysagères, soit 28 zones pour 3 000 ha. Enfin, l’enjeu transfrontalier rajoute sa propre complexité et donc ses propres études environnementales, économiques et sociales5, Par comparaison, le SDAU de la région Flandre-Dunkerque de 1974, sensiblement sur le même périmètre, comptabilisait en tout et pour tout 20 zones – anciennes ZUP et ZAC, activités et logements confondus, également hors activités portuaires.Par ailleurs, la loi du 20 juillet2005 relative aux concessions d’aménagement6 constitue un tournant dans la pratique de l’urbanisme et une cause supplémentaire de prolifération des études par la mise en concurrence des aménageurs – parapublics et privés - après une procédure de publicité. Cette mise en concurrence implique en effet que les candidats proposent une offre sur une opération d’urbanisme, dont les contours doivent être préalablement délimités par la collectivité par des études de faisabilité ou pré opérationnelles. Chacune de ces études, rappelons-le, émane initialement d’une volonté politique qui donne l’impulsion, arbitre et se manifeste tout au long du projet, notamment dans le cadre des comités de pilotage. L’urbanisme contemporain témoigne d’ailleurs d’une forte imprégnationdu discours par le politique. On attend de la ville qu’elle résolve tous les enjeux sociétaux du moment.Support proclamé du changement social par une partie de la gauche dès les années 1960, l’espace urbain est devenu, tant pour les élus de droite que de gauche, le support de leur stratégie politique (Phliponneau, 1976 ; Busquet, 2007), bien au-delà d’être seulement un instrument du pouvoir. En retour, cette idéologie spatialiste explique cette urbanisation des discours politiques qu’Henri Lefebvre appelait de ses vœux bien que lui-même, trop attaché aux marges de manœuvre des habitants et usagers, n’ait pas été conquis par cette idéologie démiurgique (Lefebvre, 1970, p. 134). Le projet d’urbanisme semble donc incarner toutes les vertus et virtualités du développement territorial. Il agit alors comme un « mythe rationnel » (Hatchuel, 1998) fédérant a priori l’ensemble de ses acteurs, à partir d’un récit :« qui s’organise autour de points forts qui instituent autant de possibles : unité, équité, solidarité, centralité, sécurité, proximité, accessibilité aux services, démocratie locale, identité, intercommunalité, citoyenneté, développement durable. Ces notions sont au fondement d’une croyance supposée partagée par tous, qui unit les acteurs dans une projection dans l’avenir» (Ratouis et Segaud, 2000, p.16-17). Et pourtant, la gouvernance complexe du projet contemporain peut donner l’impression qu’il se fait en définitive par lui-même, par la prolifération des études et des diagnostics, par la pluridisciplinarité, par l’hyper-adaptabilité qu’on en attend, par la chronologie débordante, et sans plus de pilote apparent tant les comités de pilotage sont complexes eux-mêmes, voire multiples (Prat, 2007). Le projet d’urbanisme paraît ainsi acquérir une forme d’autonomie, comme s’il était un organisme doté d’une vie propre, tendant à oblitérer ses repères chronologiques - historiques et politiques - et déresponsabilisant du même coup, pour partie, le politique, en diluant une responsabilité qu’il ne veut pas - ou plus 7 - assumer seul (Prat, 2007, p. 31-32)8. Paradoxalement, on exige souvent une « signature » - Henri Ciriani, Richard Rogers, Nicolas Michelin puis Joan Busquets pour ne citer que les décennies les plus récentes à Dunkerque - comme une garantie indéfiniment répétée. Les urbanistes (souvent architectes-urbanistes) deviennent alors cautions de ces projets qui sont devenus autant des projets de gouvernance que des projets d’urbanisme.

Dépréciation économique des études et standardisation des productions

  • 9 Voir Un nouvel art de ville. Le projet urbain de Lille publié en 2005 ou, tout récemment, Ville3000 (...)
  • 10 Le Moniteur du 20 février 2009.
  • 11 Les Cahiers de la profession, N°37 – 1er trimestre 2010 – « Le dumping, une balle dans le pied de l (...)
  • 12 Ordonnance n°86-1243 du 1er décembre 1986 relative à la liberté des prix et de la concurrence.
  • 13 L’urbanisme et le paysage représentent en moyenne nationale une activité déterminante pour 27 % des (...)

5La multiplication des projets d’urbanisme - avec la place croissante qu’ils prennent dans le discours politique local9 - inciterait à croire que les études sont considérées et rémunérées d’autant. La circulaire de la Direction générale de l’urbanisme, de l’habitat et de la construction (DGHUC) du 21 avril 2007 assure que : « l’investissement intellectuel effectué en amont au travers d’une étude de qualité permet de mieux cerner l’ensemble des enjeux d’un territoire d’intervention ». On ne dispose d’aucune statistique officielle sur les sites de l’INSEE, des ministères des Finances ou de l’Environnement (MEEDDM). Il est donc difficile d’avoir une vision objective de cette question. Toutefois, le ressenti professionnel est unanime quant à la dépréciation économique des études d’urbanisme : le président de l’Office professionnel de qualification des urbanistes (OPQU) - Louis Canizarès - s’est manifesté à ce sujet10. L’Ordre des architectes (CNOA) l’a fait à plusieurs reprises11, le Conseil français des urbanistes (CFDU) également. Tous dénoncent la mise en concurrence de principe et le critère systématique du moins-disant, la dilution des opérations dans le temps, l’extensibilité constante des missions. Dans son dossier rédactionnel n°176, la revue D’A pointe aussi le manque de rigueur méthodologique du maître d’ouvrage et ses doutes, parfois, quant à la nécessité de conduire jusqu’à leur terme toutes les études techniques préalables, surtout s’il ne dispose que d’un délai d’étude trop court et d’un budget d’emblée insuffisant. Par souci d’équilibrer les responsabilités, D’Arevient sur la faible maîtrise qu’ont les professionnels du coût de leur propre fonctionnement, par méconnaissance de la comptabilité analytique. Elle insiste sur le rôle déstabilisateur des pouvoirs publics, notamment le ministère des Finances, à l’exemple de l’ordonnance de décembre 1986 qui a entraîné l’interdiction de publication des barèmes12. Au final, cette baisse de la rémunération entraînerait un nivellement par le bas des prestations et de leur qualité. Au risque du discrédit. Antoine Grumbach, interrogé par D’A, affirme que l’étude de projet urbain n’est plus rentable et que seule la maîtrise d’œuvre qui peut s’ensuivre éventuellement, en compenserait les pertes. Si c’est exact, voilà qui contribue à exclure du jeu tous les prestataires qui n’ont pas cette compétence de la maîtrise d’œuvre au seul profit des architectes et des paysagistes qui se voient ainsi replacés au centre du dispositif ; du moins, les agences suffisamment structurées pour mener de front les deux activités13. Ariella Masboungi, (Bailleul, 2008, p. 116), évoque pour sa part l’uniformité des images des projets urbains, pour la plupart produites par les mêmes agences – non plus d’urbanisme mais de communication. Cette uniformité ne procéderait-elle pas d’un processus de standardisation consécutif à cette rémunération de plus en plus réduite ? L’uniformité des images ne révèlerait-elle pas l’uniformité de la projection ? Non seulement les images seraient semblables mais les projets aussi qui, peu à peu, se banaliseraient au point de devenir, d’une certaine façon, « anonymes » ?

L’iconographie des projets et le déplacement de l’ambition du projet urbain : les cas du Livre Blanc –Dunkerque 2000 et des projets Neptune et Grand-Large

  • 14 Nous utilisons aussi notre expérience de plasticien, d’architecte et d’urbaniste, puisque nous avon (...)

6Pour observer l’évolution de ces images et de leur utilisation, nous avons interrogé trois projets dunkerquois étalés dans le temps : le Livre Blanc-Dunkerque 2000 paru en 1970, le projet Neptune (1992) et Grand Large (2008). Nous procéderons à une analyse iconographique de ces documents et de l’utilisation qui en est faite. Au demeurant, la sémiologie de l’urbanisme et de l’image en urbanisme reste un domaine à explorer, ce que Roland Barthes appelait déjà de ses vœux (Barthes, 1985)14.

7La succession des études qui ont jalonné l’histoire urbaine de Dunkerque depuis ce Livre Blanc démontre que son développement s’est inscrit dans une relative continuité, à laquelle ni le projet Neptune, ni le projet Grand Large n’ont échappé par-delà les générations d’urbanistes, les conceptions successives du projet urbain, les conjonctures économiques ou les portages politiques. Ce développement a été somme toute conforme à l’« esquisse Est-Ouest concentrée », soit le premier des quatre scenarii (fig. 1a) proposés dans cet ouvrage. Dans cette logique, la ville a poursuivi avec constance (fig. 1b) sa reconquête du port (Neptune) et son ouverture vers la mer (Grand Large). Pourtant ces projets représentent bien, l’un après l’autre, trois approches radicalement différentes de l’urbanisme en termes d’échelle, de montage d’opération ou de management. Et l’écriture respective de chacun d’eux en rend compte.

Le livre blanc « Dunkerque 2000 »

  • 15 La ville-centre - Dunkerque - étant tenue par l’UDR Claude Prouvoyeur, Albert Denvers, à la tête de (...)
  • 16 Localisé en centre-ville, ce projet qui mixait tertiaire, résidences et commerces est l’un des mult (...)
  • 17 Elle assemble dans un carré 17 images ayant trait à la modernité ou à l’environnement. Quatre d’ent (...)

8Le Livre blanc – Dunkerque 2000 – première commande de la Communauté urbaine de Dunkerque à l’Agence d’urbanisme (AGUR) - est un document de format carré de 21 cm de côté (figure 1). Imprimé à plusieurs milliers d’exemplaires, il inaugure la réflexion locale, décentralisée, du développement urbain avant la lettre. Il a hérité des Trente glorieuses son postulat industriel et il affiche une prospective des plus optimistes. Mû par des convictions politiques qui l’opposent à la fois à l’Etat centralisé et à la droite locale15, il prétend équilibrer économie et social, industrie et environnement. Son propos est résolument pédagogique. L’ouvrage se décomposepour moitié en textes et tableaux accessibles mais exigeants et, pour l’autre moitié, en cartes, en schémas et photos, le tout étroitement imbriqué. On y manipule volontiers toutes les échelles, depuis l’Europe jusqu’au projet « Agora » 16 en centre-ville, en passant par la France et la Région Nord. À sa manière, c’est une « leçon de choses » autant qu’un projet. On pense ici à l’exposé d’un maître d’école – Albert Denvers qui préface l’ouvrage n’était-il pas instituteur ? - qui n’hésite pas à recourir à toutes les ressources de l’iconographie moderne ; d’où ces photos monochrome posées sur fond de couleur, d’où cette signalétique chromatique par chapitre qui fait encore référence au procédé sérigraphique. Seule la couverture (fig. 1c), réalisée par des élèves de seconde du Lycée technique de Coudekerke-Branche, est en quadrichromie17. La cartographie joue un rôle essentiel. Elle atteste du territoire en lequel la collectivité se reconnaît car cette cartographie est aussi celle de l’enfance et de l’éducation. Pour lui faire écho et pour compléter cette appropriation – tant celle de l’espace que celle de l’histoire et de l’héritage social - on y a inséré des photographies des « gens », de leurs paysages, industriel, agricole, maritime. Tous ces « arguments » tels qu’ils sont mis en œuvre avec clarté et souci d’objectivité favorisent grandement l’adhésion au projet, voire même l’anticipent en quelque sorte, alors même que le Livre Blanc ne prétendait qu’initier le débat.

Figure 1 : Le Livre blanc – Dunkerque 2000 –

Figure 1 : Le Livre blanc – Dunkerque 2000 –

Neptune

  • 18 Entretien de Michel Delebarre : « La méthode proposée par RRP a conduit à un plan sans cesse mis à (...)
  • 19 Cf. infra p. 6.
  • 20 Louguet, 1999, op. cit., p. 24- 25.

9Le master-plan du projet Neptune (fig. 2) a été envisagé, à l’aube des années 1990, dans une relation inter-quartiers et une redéfinition de la centralité urbaine. Il relève d’une constellation d’interventions de dimensions extraordinairement variables et discontinues, à la manière d’un puzzle18. Et, quoique conçu en amont (1989), il a fait l’objet d’une patiente pédagogie et adaptation à travers les workshops qui ont suivi19. Pour tous les documents, l’agence Richard Rogers & Partners (RRP, ici Mike Davis) a adopté le principe d’un dessin à « main levée » au « tremblé » légèrement accentué, tant pour la cartographie que les croquis sous forme de perspectives. Cette forme d’écriture, pour une des agences cataloguées high-tech, ne doit pas surprendre. Elle se conçoit précisément comme le contre-pied d’une approche technicienne. Ce type de rendu prétend signifier la fragile émergence de la pensée, la plus grande distance vis-à-vis du réel et la « pré-figuration », en amont de tout formalisme. Il témoigne que le projet est éminemment d’ordre conceptuel et le dessin à main levée se veut le plus court chemin entre le cerveau et le réel. Cette écriture est très conforme aux attentes énoncées en amont de la commande passée à RRP : celle d’une « idée de ville », ou celle d’un concepteur qui agisse comme un « révélateur du site »20. En effet, ce dessin à main levée a une autre implication, essentielle : il procède d’un travail sur calque, c’est-à-dire qu’il procède de la superposition de couches successives, de sorte que le dessin final, épuré, en noir et blanc ou à peine coloré (le plan de masse) rend ainsi compte du « substrat » du projet - les parcellaires, les réseaux, les existants… - mais aussi les photographies dont sont tirés les croquis d’ambiance ou les vues cavalières. Une sorte de palimpseste inversé. Ce dessin atteste ainsi du réel et de tous ses tracés, de sorte que ceux-ci peuvent à tout instant être convoqués à nouveau. Cette écriture a aussi pour particularité de ramener à une même « surface conceptuelle » les représentations de l’« espace perçu » (les perspectives, les croquis d’ambiance…) et celles de l’ « espace conçu » (toutes les vues abstraites, soit les plans, les schémas fonctionnels, les organigrammes, les vues isométriques ou obliques, les coupes, éclatés, écorchés…). La maquette, quant à elle, a certainement fait question. Il était difficile de lui trouver l’équivalent du dessin tremblé, alors le choix a été fait d’utiliser des matières translucides pour les bâtis, et des demi-teintes pour les matières du sol et l’eau. Hors cette maquette, il est vraisemblable que l’ensemble de la production graphique a été faite en interne, à l’agence RRP, sans recourir aux illustrateurs extérieurs. Ce qui renforce, si besoin était, la dimension proprement conceptuelle du projet Neptune, sans intermédiaires ni supports commerciaux. On peut enfin souligner l’aspect fédérateur de ce graphisme, comme étant le plus petit dénominateur commun d’une multitude d’interlocuteurs aux cultures et aux usages très divers, promoteurs privés et services publics.

Figure 2 : Le master-plan du projet Neptune

Figure 2 : Le master-plan du projet Neptune

Grand-Large21

  • 21 Nous avons pris appui sur la succession des images présentées sur le site de la CUD (http://www.com (...)
  • 22 Les pignons des immeubles collectifs donnant sur la digue.
  • 23 En juin 2010.
  • 24 Nexity George-V, Palm Promotion et Beci mais aussi la SA d’HLM Cottage des Flandres et la Maison fl (...)
  • 25 «  l’espace urbain représenté par ces images peut être considéré comme un ‘produit’ qu’il s’agit de (...)
  • 26 En fait, c’est cette dernière technique qui a inspiré la conception des logiciels informatiques tra (...)
  • 27 Titre d’un chapitre du document « 2008, l’état de la vie en ville » produit par l’observatoire Veol (...)

10Grand-Large, dans la continuité de Neptune, fait retour au concept de quartier dans une optique de mixité et de développement durable, avec un partenariat privé prépondérant (fig. 3). On a constaté, du côté de Neptune, une multiplication des documents graphiques, également partagés entre les deux modes de l’ « espace conçu » et de l’ « espace perçu ». Qu’en est-il du Grand-Large dont la genèse a accompagné l’essor d’internet ? On s’attendrait à une profusion d’images - sur les sites dunkerquois à tout le moins. Or, il n’en est rien. Ne persiste plus que l’image des « gables »22, pour le coup reproduite à l’infini. À force de redondance, elle suffit à « signer » le projet et à fixer l’imaginaire collectif au point de cristalliser seule l’identité du lieu et du projet ; un projet dont on n’est pas assuré à terme de reconnaître la singularité parmi tous les soi-disant « éco quartiers » qui se multiplient et surgissent les uns après les autres, y compris sur des sites industrialo-portuaires reconquis proches du contexte dunkerquois (Le Havre, Brest, Lorient…). On comprend certes que la référence du gable se rapporte à cette origine portuaire mais elle ne cessera pas de s’en éloigner à mesure que les années passeront jusqu’à en devenir autonome pour ne plus signifier, un jour, que le quartier « Grand Large ». Ainsi, il nous apparaît que la présentation graphique du projet – complète - n’est déjà plus visible que sur le site de l’agence A/NM/A23. Encore le « plan-guide » n’y figure-t-il plus. Outre l’aménageur S3D, les investisseurs privés24 ont joué un rôle prépondérant dans ce projet. Lui ont-ils communiqué leurs propres codes de l’iconographie commerciale et immobilière, très séductrice et très encline à insister sur l’espace perçu sans souci de l’espace conçu ? Cette iconographie a-t-elle correspondu, par ailleurs, à une forme plus politique de la communication du projet, en termes de « marketing urbain » (Dumont, Devisme, 2006)25 ? Sur le site de l’agence A/NM/A, pas de texte, pas de cartes, pas de plans, pas de schémas. Rien qu’une approche « sensible » et une succession d’images qui fait récit : en six plans, on y découvre le site depuis le grand large et le ciel à la manière d’un oiseau de mer qui aborderait le continent, alors qu’en toute logique, notre approche réelle, physique, se fera exactement à l’inverse, par voie de terre. Cette iconographie commerciale n’est pas nouvelle et elle ne procède pas strictement de l’ère informatique. Elle n’est pas en soi « moderne ». Elle existait déjà, dans les années 1970 avec le savoir-faire traditionnel des illustrateurs : le dessin de perspective aux instruments, la gouache - avant l’acrylique - l’aquarelle, et surtout l’aérographe qui s’était répandu dès les années 196026. Mais ces illustrations ont d’autres vertus : les objets et les êtres qui y prennent place ne se heurtent jamais les uns aux autres. Nous revient en mémoire l’expression de Michel Corajoud (2010) évoquant la « porosité » à propos du paysage. Ce dernier explique que les végétaux s’interpénètrent alors que les objets d’architecture sont pleins, opaques, durs les uns aux autres. Cette porosité n’est pas que formelle ou visuelle, elle est aussi vitale, les végétaux ont tout à voir les uns avec les autres tout au long de leur vie, tandis que les objets de l’homme, architecturaux, luttent les uns contre les autres et, au mieux, s’ignorent. La porosité dans ces illustrations peut y être très prononcée, par la transparence, ou la réflexion (le verre, l’eau…), par la lumière, la brume ou l’atmosphère. Parfois, elle va encore plus loin (ce qui n’est pas le cas ici), et c’est alors là un procédé purement graphique, elle affecte certains objets, les arbres, voire certaines constructions ; mais le plus souvent, elle affecte les corps mobiles qui occupent l’espace : les voitures et les personnes. La transparence des personnages et des objets mobiles procède ainsi d’une analogie avec l’imaginaire du spectateur tandis qu’il parcourt l’illustration du regard et s’y projette pour y élaborer son récit. À ce stade, nous pensons à la formule de Veolia : « Un devenir flou, un idéal clair »27. A contrario, les dernières images présentées sur le site du Grand Large (fig. 3e et 3f) se font trop minérales. Elles deviennent claustrophobes. Elles ne favorisent plus l’adhésion. Elles sont contre-productives, à moins que le propos n’ait été d’instaurer une dialectique de la liberté (le ciel, le large) et de la sécurité (le cœur d’îlot, le jardin d’enfants).

Figure 3 : Le projet Grand Large

Figure 3 : Le projet Grand Large

Lorsque l’auteur et la ville réelle se dissimulent au regard

De la ville invisible

11Dans les trois projets examinés, en dépit de la diversité de leurs registres iconographiques, se dégage l’impression que la ville réelle a pour partie disparu. Tous trois articulent présence et absence, révélation et dissimulation. Ils requièrent d’être lus « en creux » - en « réserve » selon le terme utilisé en imprimerie - en « négatif » précisément pour y découvrir ce qu’ils évacuent et/ou ne montrent pas, par nécessité de sérier le réel aux fins de l’organiser (Söderström, op. cit., p. 65). Par là même on voit aussi transparaître l’attitude didactique de leurs concepteurs et, au-delà, leur perception de l’« autorité »/ « auteurité ». Sous sa référence cartographique et géographique, le Livre Blanc occulte l’hétérogénéité réelle du territoire dunkerquois à laquelle il tente précisément de répondre. De même, sa démarche volontiers pédagogique, voire scolaire, masque mal une gouvernance qui est restée directive, hiérarchique et verticale – encore fondée sur le zoning et qui s’inscrit dans le long terme. Les quatre scenarii ne sont pas de réelles alternatives mais plutôt quatre déclinaisons d’un seul et même développement industriel et productiviste. En revanche Neptune, lui, efface complètement le zoning et réduit les échéances (3 phases). Il unifie et se resserre sur l’urbain dunkerquois. Or, d’une part ce tissu est extrêmement disparate et d’autre part, la stratégie urbaine est faite d’une multitude d’opérations « discrètes » au sens mathématique du terme, « disjointes ». Ainsi, est-ce l’écriture même du projet qui donne l’illusion d’une homogénéité, et qui recouvre tout d’un même voile et d’un même trait. Indissociable des workshops, cette écriture « en attente », conceptuelle, fait oublier que l’ensemble du projet - graphiques et maquette, master-plan, phases - était déjà formalisé avant même qu’ils n’aient lieu. L’attitude d’humilité du « scribe » est donc en partie feinte. Celui qui tient le stylet détient le pouvoir réel – ici, le pouvoir d’expertise et d’unité par le discours sinon par la « vision ».

12Quant au Grand Large, le champ spatial est encore plus resserré et le phasage a complètement disparu. Le projecteur n’éclaire plus que le quartier et plonge le reste de la ville dans la pénombre ou l’indistinct. Il s’agit là cette fois d’une invisibilité par effet de « contre-jour ». Si on reprend les images évoquées plus haut, on accède d’ailleurs au Grand Large sans même traverser la banlieue dunkerquoise. Mais il y a plus : comme dans une salle obscure, où l’écran nous accapare totalement, les plans fixes se succèdent tels que notre cerveau les articule les uns avec les autres pour produire du mouvement, puis du récit ; un récit onirique qui évacue toute autre réalité mesurée, mesurable, sociale, économique, politique de la ville : le « collectif » est évincé au profit d’une expérience poétique, irréductiblement personnelle.

De l’invisibilité des auteurs eux-mêmes et de son utilité

13Lorsque Michel Lussault (1995, p. 192-193), s’appuyant sur Régis Debray (1992), évoque l’« invisibilité » dans le projet d’urbanisme, il désigne celle des usagers et des habitants. Le projet dessinerait une ville « idéale » conçue par les architectes-urbanistes comme une pure construction intellectuelle d’où toute potentialité de désordre et toute utilisation déviante seraient évacuées. Or, cette invisibilité est peut-être tout autant celle des auteurs eux-mêmes. Derrière la pédagogie du maître d’école, sous l’écriture conceptuelle du scribe, par l’illusion onirique du metteur en scène, ils se dissimulent et se font oublier. Sciemment et inconsciemment. Sciemment dans la mesure où c’est un procédé tactique pour accréditer l’idée que le projet est bien le fait d’une décision collective. C’est l’autonomie apparente que nous évoquions précédemment, le principe de la signature collective, signe de la pluridisciplinarité et de la concertation. Mais c’est aussi inconscient parce que les architectes-urbanistes n’ont que peu ou pas de distance avec leur propre pratique. Pour eux, « dessiner » relève d’un habitus (Lussault, 1995), d’une pratique « naturelle ». Dès lors, cette invisibilité est aussi celle des concepteurs vis-à-vis d’eux-mêmes, vis-à-vis de leurs propres automatismes. C’est d’autant plus problématique que leur « métier », avec ses procédés plastiques, est étroitement dépendant de la culture iconographique ambiante qui évolue et se renouvelle sans cesse. À travers elle, concepteurs et publics sont en résonance. L’individu, qui découvre le projet, le poursuit sans difficulté et le complète en lui-même, imprégné qu’il est par l’imaginaire collectif. Ainsi, le consensus est-il plus vite atteint, mais autour du non-dit précisément et, par conséquent, autour d’une forme d’« invisibilité » faite de valeurs communes mais non énoncées. Dans tous les cas, le projet apparaît sans auteur et c’est le prix de son appropriation par une collectivité faite d’individualités. Cela revient à dire que la fabrique de la ville relèverait d’un processus comparable à ce qu’Howard Becker décrit dans Les mondes de l’art (Becker, 2006), qu’elle serait donc un projet sans auteur ou plutôt une œuvre collective d’art contemporain (Rossi, 2001).

Conclusion

  • 28 Notons que le Grand Prix de l’urbanisme est décerné à un individu.

14Au terme de notre lecture, à travers l’exemple dunkerquois, il apparaît que la complexification de la gouvernance urbaine, y compris par ses réformes les plus récentes, a bien été un facteur de prolifération des études d’urbanisme, même si cette prolifération s’apparente plutôt à une fragmentation spatiale doublée d’un resserrement significatif des échelles : à travers les trois projets que nous avons analysés, on est ainsi passé du territoire à la ville, puis de la ville au quartier. Par ailleurs, l’enquête dirigée par Véronique Biau sur la qualification et les modèles professionnels des urbanistes a fait ressortir une ligne de partage entre ceux qui voient le travail de l’urbaniste comme fondamentalement collectif, relevant de bureaux, de services ou d’agences de techniciens et d’experts, dans un rapport de partenariat avec les acteurs politiques et économiques et de responsabilité à l’égard des citoyens, et ceux qui revendiquent, au sein des études et des projets, une dimension individuelle28 relevant de la propriété intellectuelle et artistique. Encore fallait-il s’interroger plus avant sur les conditions – politiques, économiques, professionnelles - d’exercice de cette « auteurité ». Car nous avons d’abord établi un lien entre la prolifération des études, leur rémunération réduite et la standardisation, l’uniformisation consécutive des projets et de leurs images. Certes, on peut y voir là le signe d’une adaptation pragmatique à des moyens de plus en plus limités des opérateurs publics ou privés, mais on y perçoit aussi que la réflexion urbaine sur le long terme – théorique et sociale – est évincée au profit d’un montage concret et rapide d’opérations immobilières et que s’est opéré un glissement de la conception au profit de la communication. Dans ce glissement, l’espace collectif –fait d’opinions et de controverses - est abandonné au profit de la sphère individuelle, espace mental et du désir, lui-même imprégné par l’imaginaire collectif ambiant et les media. L’analyse, exemplifiée en trois temps, a révélé combien ce n’est pas tant un projet d’urbanisme qu’un mythe qui est alors produit. Pour autant, si le Livre Blanc et le projet Neptune s’apparentent encore à des « mythes rationnels » argumentés par des textes ou issus de la maïeutique des workshopspar laquelle RRP a paru vouloir s’effacer au profit d’une production collective, Grand Large relève pleinement du mythe au sens où Barthes le définit : « En passant de l’histoire à la nature, le mythe fait une économie : il abolit la complexité des actes humains, leur donne la simplicité de l’essence, il supprime toute dialectique, toute remontée au-delà du visible immédiat, il organise un monde sans contradiction parce que sans profondeur, un monde étalé dans l’évidence, il fonde une clarté heureuse » (Barthes,1957, p. 231) . Dès lors, les urbanistes doivent-ils s’effacer derrière les graphistes et les illustrateurs qui signent les images ? Ou bien doivent-ils reconsidérer, dans le cadre de leurs formations initiale et continue, leurs outils et leurs habitusendonnant toute leur place à une sémiologie de la ville et une sémiologie du discours sur la ville ?

Haut de page

Bibliographie

BAILLEUL H., 2008, Les nouvelles formes de la communication autour des projets urbains : modalités, impacts, enjeux pour un débat participatif, Métropoles, n°3, Varia, 36 p.

BARTHES R., 1957, Mythologies, Paris, Seuil, coll. Points, 270 p.

BARTHES R., 1985, L’aventure sémiologique, Paris, Seuil, coll. Points, Essais, 364 p.

BECKER H., 2006, Les mondes de l’art, Paris, Champs/Flammarion, 380 p.

BENTAYOU G., 2007, Ce qu’ils disent de la ville. Savoirs experts et représentations des acteurs de la rénovation/réhabilitation du troisième arrondissement de Lyon (1960-2000), thèse d’urbanisme sous la direction de Georges GAY, Université de Saint-Etienne, 2 tomes.

BIAU V., 2009, Les urbanistes en quête d’identité : qualification et modèles professionnels, in BIAU V., TAPIE G. (dir.), La fabrication de la Ville. Métiers et organisation, Marseille, Parenthèses, coll. Eupalinos, 218 p.

BUSQUET G., 2007, Idéologie urbaine et pensée politique dans la France de la période 1958-1981, thèse sous la direction de Jean-Pierre Frey, IUP-Créteil-Paris XII.

CORAJOUD M., 2010, Le paysage, c’est l’endroit où le ciel et la terre se touchent, Paris, Le Moniteur/Actes Sud, 272 p.

D’Architecture, 2008, Rémunération des études : un dangereux discrédit, n°176, 24 p.

DEBRAY R., 1992, Vie et mort de l’image, Paris, Gallimard, 526 p.

DESAGE F., 2005, Le « consensus » communautaire contre l’intégration intercommunale. Séquences et dynamiques d’institutionnalisation de la Communauté urbaine de Lille (1964-2003), thèse de science politique, Lille 2.

DUMONT M., DEVISME L., 2006, Les métamorphoses du marketing urbain, EspacesTemps.net: http://espacestemps.net/document1831.html

ECREMENT B (coord.), 2004, Les agences d’urbanisme. Repères et témoignages, Dossiers DGUHC/CDU, 212 p.

FOURNY M-C., MICOUD A., 2002, Représentations et nouvelles territorialités : à la recherche du territoire perdu, in DEBARBIEUX B., VANIER M. (dir), Ces territorialités qui se dessinent, La Tour d’Aigues, éditions de L’Aube, p. 31-53.

HATCHUEL A., 1998, Comment penser l’action collective, Annales littéraires de Franche-Comté, vol. 12, vol. 653, série AIΩN, n°12, p.177-202.

LEFEBVRE H., 1970, La révolution urbaine, Paris, Gallimard, 250 p.

LOUGUET P. (dir), 1999, Dunkerque en projet : Neptune 1989-1999,Roubaix, éditions Archives d’architecture du Nord, 128 p.

LUSSAULT M., 1995, La ville clarifiée. Essai d’analyse de quelques usages carto-iconographiques en œuvre dans le projet urbain, in CAMBREZY L., DE MAXIMY F (dir), La cartographie en débat. Représenter pour convaincre,Paris, Orstom-Karthala, p. 157-193.

LUSSAULT M., 1998, Images (de la ville) et politique (urbaine), Image et politique, vol. 73, 1/98, p. 45-53.

LUSSAULT M., 2003, L’espace et les images, in DEBARBIEUX, B. et LARDON, S., (dir), Les figures du projet territorial, L’Aube/Datar, coll. « Bibliothèque des territoires », p. 39-59.

PHLIPONNEAU M., 1976, Changer la vie, changer la ville, La Baule, Editions Breiz, 376 p.

PRAT P., février 2007, Gouverner les politiques urbaines : le maire en action. Le cas de Michel Delebarre à Dunkerque, Cahier européen n°2/07 du Centre d’études européennes de Sciences Po, Pôle Ville/Métropolis/Cosmopolis, Paris, 44 p.

PREVOT M. (coord.), 2007-2, Les agences d’urbanisme : l’innovation, l’expérimentation et leurs limites, n° spécial de la revue Territoire en Mouvement revue de géographie et d’aménagement des Universités du Nord, Picardie, Bourgogne, Leuven (KU), soutenue par le CNRS. Numéro publié avec le soutien financier du PUCA.

PREVOT M., SIMARD P., 2008, L’expertise des agences au miroir de la recherche, Annales de la recherche urbaine, n° 104, p. 84-94.

PREVOT M. et alii, 2008, Les agences d’urbanisme : perspectives de recherche et premiers résultats autour d’un nouvel objet, Métropolesn°3 (http://metropoles.revues.org), p. 1-26.

PREVOT M., LECLERCQ C., 2010, La ZAC du Courghain à Grande-Synthe : espace-témoin ou discours-témoin ? , Lieux Communs n° 13, LAUA, Nantes, p. 94-114.

RATOUIS O., 2005, L’autonomisation de l’expertise dans l’urbanisme français d’après-guerre, Dunkerque, Histoire Urbaine n°14, p. 9-27.

RATOUIS O., SEGAUD M, 2000, Vers une maîtrise d’ouvrage territoriale ? Les projets urbains du littoral Nord-Pas-de-Calais entre aménagement et développement, rapportPUCA/METL, 160 p.

ROSEMBERG M., 2000, Le marketing urbain en question : production d’espace et de discours dans quatre projets de villes, Paris, Anthropos/Economica, 184 p.

ROSSI A., 2001, L’architecture de la ville, Paris, In Folio, 252 p.

SÖDESTRÖM O., 2000, Des images pour agir. Le visuel en urbanisme, Lausanne, Payot, 140 p.

Haut de page

Notes

1 Les 31e rencontres de la FNAU à Brest, programmées du 19 au 21 octobre 2010, s’intitulaient : « Ville désirée ville durable un projet à partager ».

2 Cette contribution est l’une des étapes de la réflexion engagée par le programme de recherche pluridisciplinaire « Christiana. De l’urbanisme au développement. Les militants d’origine chrétienne dans la fabrique de la Ville des années 1960 à nos jours. France/Belgique », MESHS (USR 3385)/CPER Nord-Pas-de-Calais 2009-2010, coordonné par Maryvonne Prévot. (www.meshs.fr)

3 Aménagement et urbanisme dès sa naissance en 1968, espaces verts en 1973, déchetteries de l’agglomération en 2000, développement économique, accueil de gens du voyage, cimetière, fourrière et assainissement en 2003 etc.

4 Le Scot Flandres Dunkerque, élaboré par l’agence d’urbanisme et de développement de la région Flandre Dunkerque (AGUR) a été approuvé le 13 juillet 2007.

5 Rapport « Flandres-Dunkerque, SCOT et coopération transfrontalière » élaboré pour la rencontre FNAU/SCOT des 22 et 23 septembre 2010 à Perpignan.

6 Loi n°2005-809.

7 On pense à ces « maires-bâtisseurs » qui, dans les années 1980-1990, à l’instar de Georges Frèche avec Ricardo Bofill à Montpellier, ont, au contraire, sur-affirmé leur prééminence et leur ego par les grandes opérations d’urbanisme (Rosemberg, 2000).

8 « Les workshops (autour du projet Neptune) revêtent un rôle fédérateur permettant d’une part une interconnaissance entre les acteurs, un affichage des ambitions du projet et leur adhésion à la démarche. Il ne s’agit pas en effet de discuter sur le bien fondé des opérations décidées, mais plutôt de faire en sorte que les interventions ponctuelles s’articulent entre elles et que les acteurs coopèrent dans leur mise en œuvre. On peut dire que c’est par cette instance que le projet prend corps pour les acteurs impliqués dans sa réalisation. Ce qui est de plus présenté parfois comme un impératif de partenariat et de travail concerté semble participer de la même logique que l’inscription sur le temps long et le refus de la programmation. Il pourrait en effet s’agir pour les élus de mutualiser les ressources et les capacités des acteurs mais aussi de partager le blâme ou du moins de l’éviter en créant des instances collégiales, implicitement dirigées par les élus qui conservent le monopole de la décision ».

9 Voir Un nouvel art de ville. Le projet urbain de Lille publié en 2005 ou, tout récemment, Ville3000 : Imaginer de nouveaux quartiers à vivre à Lille publiéen juin 2010.

10 Le Moniteur du 20 février 2009.

11 Les Cahiers de la profession, N°37 – 1er trimestre 2010 – « Le dumping, une balle dans le pied de l’architecte », op.cit., p. 6 et « Les objectifs de la commission dumping », op.cit., p. 7.

12 Ordonnance n°86-1243 du 1er décembre 1986 relative à la liberté des prix et de la concurrence.

13 L’urbanisme et le paysage représentent en moyenne nationale une activité déterminante pour 27 % des agences d’architecture (Les Cahiers de la profession, n°37, 1er trimestre 2010, p. 14).

14 Nous utilisons aussi notre expérience de plasticien, d’architecte et d’urbaniste, puisque nous avons été amené à produire de telles images et dossiers, y compris dans le contexte particulier de Neptune et des workshops.

15 La ville-centre - Dunkerque - étant tenue par l’UDR Claude Prouvoyeur, Albert Denvers, à la tête de la CUD, s’appuie sur les communes périphériques.

16 Localisé en centre-ville, ce projet qui mixait tertiaire, résidences et commerces est l’un des multiples projets sans suite qui ont jalonné l’histoire de Dunkerque.

17 Elle assemble dans un carré 17 images ayant trait à la modernité ou à l’environnement. Quatre d’entre elles sont empruntées à « 2001, l’Odyssée de l’espace » (Stanley Kubrick, 1968) dont la figure du cosmonaute et le cerveau de l’ordinateur Hal. L’avion supersonique Concorde y décolle aussi. Sous le cosmonaute, une image de sable et de roche est extraite de la première partie de 2001, qui met en scène les hommes-singes. Industrie, science-fiction, nature, agriculture et folklore y sont ainsi associés.

18 Entretien de Michel Delebarre : « La méthode proposée par RRP a conduit à un plan sans cesse mis à jour, qui sert de guide adapté en permanence au projet ; le talent de l’architecte ne s’y manifeste pas par un geste spectaculaire mais par l’ordonnancement progressif des pièces d’un puzzle ». (Louguet, 1999, p. 69)

19 Cf. infra p. 6.

20 Louguet, 1999, op. cit., p. 24- 25.

21 Nous avons pris appui sur la succession des images présentées sur le site de la CUD (http://www.communaute-urbaine-dunkerque.fr/fr/linstitution/salle-de-presse/les-archives-2000-2005/index.html) et surtout celui de l’agence A/NM/A (Agence Nicolas Michelin & Associés), soit les 6 vues présentées sur le site http://www.anma.fr/FR/projet/LogementsZACduGrand - Artefactory en est le perspectiviste et l’aménageur la SEM S3D.

22 Les pignons des immeubles collectifs donnant sur la digue.

23 En juin 2010.

24 Nexity George-V, Palm Promotion et Beci mais aussi la SA d’HLM Cottage des Flandres et la Maison flamande.

25 «  l’espace urbain représenté par ces images peut être considéré comme un ‘produit’ qu’il s’agit de valoriser et de commercialiser. L’image 3D devient un outil du marketing urbain et de la valorisation de l’espace futur à destination d’acteurs économiques ou de futurs habitants » (Bailleul, op. cit. p.115).

26 En fait, c’est cette dernière technique qui a inspiré la conception des logiciels informatiques traitant du graphisme. Fait notable, sur le site du projet Grand-Large, les illustrateurs sont nommés et désignés comme étant les auteurs de ces images.

27 Titre d’un chapitre du document « 2008, l’état de la vie en ville » produit par l’observatoire Veolia des modes de vie urbains.

28 Notons que le Grand Prix de l’urbanisme est décerné à un individu.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Le Livre blanc – Dunkerque 2000 –
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8151/img-1.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Figure 2 : Le master-plan du projet Neptune
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8151/img-2.png
Fichier image/png, 1,3M
Titre Figure 3 : Le projet Grand Large
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8151/img-3.png
Fichier image/png, 536k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maryvonne Prévot et Christophe Leclercq, « De la prolifération des études au projet sans auteur », Géocarrefour, Vol. 85/4 | 2010, 283-292.

Référence électronique

Maryvonne Prévot et Christophe Leclercq, « De la prolifération des études au projet sans auteur », Géocarrefour [En ligne], Vol. 85/4 | 2010, mis en ligne le 05 octobre 2011, consulté le 25 juin 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/8151 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.8151

Haut de page

Auteurs

Maryvonne Prévot

Laboratoire Territoires, Villes, Environnement et société (TVES EA 4477) Laboratoire Architecture Conception Territoire Histoire (LACTH) de l’Ecole nationale supérieure d’architecture et de paysage de Lille Maryvonne.Prevot@univ-lille1.fr

Christophe Leclercq

Architecte DPLG Institut d’aménagement et d’urbanisme de Lille1. Laboratoire TVES EA 4477 UFR de géographie et Aménagement, Boulevard Paul Langevin, 59655 Villeneuve d’Ascq Cedex c.leclercq@cegetel.net

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page