Navigation – Plan du site

L’urbanisme et ses études : territoires et usages sociaux des savoirs urbains

Bilel Benbouzid et Gilles Bentayou
p. 267-272

Résumés

Ce texte constitue l’éditorial du dossier consacré aux études d’urbanisme. L’étude apparaît comme une activité grandement hétérogène, dont la diversité des contours comme des attendus rend vaine toute volonté d’approche hégémonique. La réflexion sur ce que peut apporter « l’étude des études » à la connaissance des politiques urbaines conduit à mettre en évidence ici trois principaux registres de questionnement abordés par ce dossier. Le premier concerne la régulation sociale, économique et organisationnelle, des études. Le second s’attache aux différentes modalités par lesquelles les études appréhendent et représentent un fait ou un phénomène afin de le constituer en objet de l’action à venir. Enfin, aborder les études ne peut faire l’économie d’une analyse fine des multiples transactions et des jeux d’appropriation ou d’instrumentation dont les études sont l’enjeu.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 À commencer par celui où exerce l’un des deux coordonnateurs du présent dossier : le Certu (Centre (...)

1Le lecteur féru de dictionnaires touchant à l’urbain ou aux sciences de l’espace (Merlin et Choay, 2009 ; Lévy et Lussault, 2003) serait bien en peine de trouver une définition, même large, de l’étude appliquée aux domaines de l’aménagement ou de la gestion urbaine. Seule l’étude d’impact, objet d’une réglementation précise, a le privilège d’une notice. Ainsi, sans doute faut-il, « quitter les amphithéâtres et les laboratoires de recherche et regarder du côté des bureaux d’études » si l’on veut saisir concrètement le statut du savoir dans le secteur de l’urbanisme et de l’aménagement (Paquot, 2000, p.8). L’étude est en effet au cœur d’une grande diversité de professions (Claude, 2006), et constitue la raison d’être de plusieurs organismes intervenant dans les politiques urbaines et l’aménagement de l’espace : agences d’urbanisme, bureaux ou centres d’études divers, publics ou privés, services centraux ou locaux de l’État1, etc. Mais la multiplicité des situations de production d’études rend cet objet difficilement saisissable. De plus, telle qu’elle se donne à voir, l’étude s’incarne dans un matériau disparate dans ses dénominations. Études d’impact, études de dangers, études de sécurité publique sont ainsi des points d’étapes obligatoires en prélude à des opérations d’aménagement (infrastructures, espaces publics) ou encore à la définition de limitations du droit à construire dans certains secteurs. Tout connaisseur des transports routiers ou urbains connaît les études de trafic permettant de dimensionner une offre. Les politiques de réhabilitation des quartiers anciens se sont accompagnées à la fin des années 1970 de la production de volumineuses « études préalables » et « études de réalisation ». L’étude est un matériau composite qui délaisse parfois d’ailleurs le terme d’étude au profit d’autres appellations, « diagnostic » (urbain), « référentiel » (foncier) ou « plan de référence » par exemple.

2Le flou relatif de cette notion d’étude d’urbanisme était-il suffisant pour justifier un dossier sur ce thème ? Illustrer cette variété des contenus et des situations, ou encore la pluralité des approches problématiques possibles de l’étude, aurait constitué un objectif bien faible. Trois raisons plaidaient pour que nous sollicitions, à l’occasion d’un dossier de Géocarrefour, une réflexion plus ambitieuse de l’étude d’urbanisme comme objet de connaissance.

  • 2 Journée qui s’est tenue à l’ENS Lettres et sciences humaines de Lyon, le 23 octobre 2009.
  • 3 Citons pour mémoire le volumineux numéro consacré au projet urbain et à la « Nouvelle culture de l’ (...)

3La première raison est que l’étude reste très rarement appréhendée comme un objet à part entière. Les présentations faites à l’occasion d’une journée de séminaire organisée sur ce thème fin 2009 par Bilel Benbouzid2 avaient souligné cette même tendance. Ainsi, faire porter un temps l’analyse sur l’étude en tant qu’objet d’enquête en soi, capable d’apporter un éclairage renouvelé sur la connaissance de l’action urbaine, valait sans doute d’être entrepris. La deuxième raison tient au fait que les travaux qui se sont focalisés par le passé sur les études, avec une posture tantôt analytique, tantôt prescriptive, s’inscrivent pour l’essentiel dans le contexte de décentralisation du début des années 1980. Les évolutions politico-administratives généraient alors de légitimes questions sur les conséquences à attendre en matière de processus de décision sur les questions urbaines. La recherche dirigée par Jean-Marc Offner portant sur le rôle des études dans la création de la ligne C du métro lyonnais concluait ainsi à une utilité des études « proche de zéro » dès lors qu’on les appréhendait dans leur logique interne, mais à une efficacité certaine dans leur relation avec le système de pouvoir du fait de leur capacité donner une cohérence à l’action en positionnant les acteurs et leurs prérogatives, en « construisant un schéma rationnel de l’avancement des projets » (IRT, 1983). Trente ans plus tard, on peut tenir pour acquis dans les politiques urbaines contemporaines le pluralisme des scènes décisionnelles. Mais alors que les thèmes de la décision et du pouvoir local ont disparu des intitulés de colloques et de publications, faut-il pour autant abandonner toute intention de réinterroger la manière dont les divers savoirs sur l’urbain entrent – ou pas – en ligne de compte dans les choix d’aménagement et de structuration des territoires urbains ? Enfin, la troisième raison qui plaidait pour ce choix éditorial tient au fait que le thème des études s’inscrit dans la continuité d’un chantier ouvert à intervalles réguliers par Géocarrefour sur l’évolution de l’aménagement des villes, de ses méthodes et de ses démarches3.

  • 4 L’exercice est régulièrement entrepris par ailleurs. Un récent numéro de la revue lyonnaise Tracés (...)
  • 5 Les articles du présent dossier sont signalés par un astérisque.

4Le présent dossier a été voulu pluridisciplinaire. Les études dans l’urbanisme ou l’aménagement peuvent mobiliser à des fins d’action publique des savoirs parfois proches de certains enseignés à l’université. Faire porter le regard sur les études permettait justement, en s’attachant à un objet particulier au cœur de la pratique de l’urbanisme, d’éviter le regard endogène d’une discipline sur ses objets de prédilection4 et de laisser par exemple les politistes se saisir des études sur les transports urbains (Huré, 2010*5), ou encore le géographe et l’ethnologue traiter d’études liées à la prévention des risques d’inondation (Jacquinod, Langumier, 2010*). Aucune des contributions présentées n’affiche de surcroît de cadre interprétatif fortement affilié à telle ou telle discipline. Une historienne (Maryvonne Prévot), des politistes (Hélène Balazard, Maxime Huré), des géographes (Florence Jacquinod, Emmanuel Martinais) ou une géographe-urbaniste (Pascale Philifert), un architecte (Christophe Leclercq) ou un ethnologue (Julien Langumier), les auteurs de ce numéro ont chacun mobilisé des cadres diversifiés pour s’attacher à différentes facettes d’un même objet, l’étude. Contexte de la commande d’étude, contenus et représentations mobilisés par l’étude, appropriations et usages stratégiques de l’étude, aucune contribution ici présente ne se restreint à une seule de ces facettes des études. On peut toutefois revenir sur chacun de ces trois aspects comme autant de « chemins de traverse » possibles pour aborder le présent dossier.

Le marché et la régulation sociale de l’étude

5L’article de Pascale Philifert (2010*) livre un aperçu précieux de l’évolution du marché des études au Maroc, de l’indépendance à nos jours. Marqué par l’influence des coopérants français alors que la question urbaine émerge au cours des années 1960, le marché des études se diversifie rapidement sous le double effet de la multiplication des institutions commanditaires et de la spécialisation des sujets traités. La reprise en main de la planification spatiale dans les grandes villes par le pouvoir central au cours des années 1985-1995 se double d’une approche sécuritaire des questions urbaines, et cantonne les communautés urbaines nouvellement élues à un rôle de second plan. La décentralisation qui s’opère ensuite, et depuis maintenant une quinzaine d’années, induit une nette diversification, voire un foisonnement, des études, et voit émerger une multitude de bureaux d’études locaux. L’article montre le passage d’un régime de production des études auparavant concentré et vertical à une organisation en réseau, les bureaux d’études spécialisés collaborant avec le milieu universitaire local ou avec les agences et bureaux d’études étrangers.

  • 6 Pour une perspective d’analyse socioéconomique de l’organisation du marché dans le secteur de l’arc (...)

6Maryvonne Prévot et Christophe Leclercq (Prévot, Leclercq, 2010*) reviennent sur l’organisation problématique du marché des études du projet architectural et urbain dans le cas français. Face à un processus de dépréciation économique et pratique des études, les architectes-urbanistes tentent de s’organiser et de plaider dans leurs revues professionnelles pour revaloriser cette activité. L’article montre en filigrane combien le marché des études ne peut fonctionner comme les autres marchés de produits substituables ; il ne peut renvoyer à la production d’une expertise standardisée pour ses commanditaires (collectivités locales notamment). Il s’agit davantage d’un « marché des singularités » dont le régime de coordination entre clients et prestataires fonctionne essentiellement sur la base des réseaux interpersonnels et d’une coordination professionnelle problématique. Autrement dit, pour reprendre la distinction de Lucien Karpik entre économie conventionnelle et « économie de la qualité » (Karpik, 2007), ce marché serait moins régulé par les prix que par la confiance en la réputation des « signatures »6. Or le rôle joué par ces signatures dans les dispositifs de jugement de la qualité architecturale et urbaine, leur surexposition (la « starchitecture ») ou à l’inverse leur invisibilisation concourent à cette standardisation des études et des visualisations soulignée par plusieurs travaux sur les projets urbains contemporains (Bailleul, 2008). Effet pervers ?… ou conséquence quasi-logique du primat des stratégies de communication urbaine dans le contexte de compétition entre villes ?

7L’exemple du Vélo’v lyonnais ou de son équivalent à Bruxelles, abordé par Maxime Huré (2010*), livre une toute autre approche d’une question pourtant similaire : celle du poids des acteurs privés, contractualisant avec la puissance publique, dans la fabrication et la circulation des savoirs urbains. Les acteurs privés dont il est question dans son article sont les grands groupes de l’affichage publicitaire, JCDecaux ou son concurrent Clear Channel, dont on sait le rôle joué dans la montée en puissance des dispositifs de vélos en « libre-service » dans les villes européennes. Les débats sur ces dispositifs soulèvent de manière récurrente des questions relatives à l’évaluation de la qualité du service rendu, à la distribution et à la maintenance des bornes de location des vélos et à la justice sociale dans l’accessibilité entre villes-centres et périphéries. L’auteur insiste sur la privatisation récente de certains savoirs et études sur la pratique du vélo, qui fait suite à une phase où les collectivités s’étaient elles-mêmes approprié une connaissance et une expertise née de mouvements associatifs.

Sélectionner, organiser, démontrer : l’étude comme instrument de représentation

8Plusieurs articles de ce dossier invitent à aborder ensuite les différentes modalités par lesquelles les études dont ils traitent représentent un phénomène, un fait, un processus. Sélectionner les éléments de connaissance, les organiser, les mettre en forme au service d’une démonstration, constituent des éléments structurants des études. Elles mettent ainsi en mots, en chiffres ou en images un objet ou un fait à partir desquels vont se déployer par la suite des intérêts divers.

9Dans les dispositifs techniques et administratifs de gestion et de maîtrise des risques industriels, l’étude de dangers fournit un cadre standardisé permettant aux services de l’État et aux industriels concernés de se doter d’une compréhension rationalisée des aléas pouvant survenir. « L’arbre des causes » présenté par Emmanuel Martinais (2010*) constitue à ce titre un puissant instrument de ce processus de mise en cohérence des dangers. Offrant de visualiser des enchaînements successifs d’événements pouvant entraîner une catastrophe majeure, ce diagramme ouvre plusieurs possibilités d’actions précises au travers de multiples dispositifs de sécurité à mettre en place pour enrayer les chaînes causales ou au moins en amoindrir les effets les plus graves. L’adhésion des services gestionnaires et des industriels concernés à cette forme particulière de transcription et de mise en ordre des données ne se comprend pleinement que si l’on mesure le travail préalable de sélection qu’elle opère. Car, comme le rappelle l’auteur, « l’univers des accidents est constitué de bien trop de possibilités pour pouvoir être tout entier contenu dans une démarche d’évaluation qui consiste à fixer une image parlante et crédible des risques en présence » (Martinais, 2010*, p. 294).

10Maryvonne Prévot et Christophe Leclercq (2010*) s’attachent à la manière dont le projet architectural et urbain représente la ville telle qu’elle est et telle qu’on souhaite la voir advenir. Trois projets dunkerquois, trois époques différentes, conduisent les auteurs à se demander si, malgré la diversité flagrante des choix iconographiques, la ville réelle n’aurait pas pour partie disparu dans ces études. Cette perspective nous renvoie à l’idée d’une étude qui est aussi, dans son étymologie, une esquisse, une proposition provisoire qui procède donc de l’inachèvement, bien qu’elle ait acquis ses lettres de noblesse comme genre en soi dans le monde de l’art. Utilisant le trait à main levée, aux contours comme « tremblés » et inscrits en surimpression d’images estompées du réel, ou bien mettant en scène un jeu subtil de transparence et de porosité des images de synthèse, l’iconographie de ces projets procèderait ainsi d’un processus croisé de visibilisation et d’invisibilisation : de la ville réelle, d’abord, des auteurs des images ensuite, de ceux qui président aux destinées du projet urbain enfin. Comme l’écrivait Louis Marin, la représentation est « énonciation puissante d’une absence » (Marin, 1993, p. 10), et les auteurs s’interrogent pour conclure sur l’effacement des logiques sociales, collectives et donc contradictoires, qui s’opère ainsi dans l’imagerie du projet urbain contemporain.

11L’image est également au cœur de l’article de Florence Jacquinod et Julien Langumier (2010*) sur la prévention des risques d’inondation. Dans l’étude de détermination des zones submergées en cas de crue majeure d’un fleuve, la visualisation en 3D joue un rôle particulier que la seule carte ne peut tenir. Animée, proposant un parcours pré-établi ou permettant de revenir en arrière et de s’attarder sur telle ou telle portion de territoire, cette représentation particulière est pour ses utilisateurs une forme recevable et convaincante de figuration du danger, là où la carte suscite la controverse. La force de sidération de la visualisation 3D, qui permet de voir l’inondation inscrite dans le territoire que l’image propose de survoler, contribue ainsi à renouveler les rapports qui se nouent entre producteurs et destinataires de l’étude et des représentations qu’elle mobilise.

  • 7 Ainsi que le proposait Charles Booth lorsqu’il étudiait à la fin du XIXe siècle, et en ce même lieu (...)

12Plus diverses sont les modalités de représentation à l’œuvre dans les dispositifs étudiés par Hélène Balazard (2010*) dans l’East End londonien contemporain. London Citizens, alliance éclectique de plus de 150 associations, syndicats, facultés et églises diverses, y a mené depuis une douzaine d’années une campagne sur le thème du « revenu décent » (le Living Wage). Cette communauté d’action et de mobilisation citoyenne, singularité anglo-saxonne inspirée des principes du community organizing, a cherché à mettre au jour le problème – alors absent des agendas politiques – posé par l’essor d’un salariat précaire et sous-payé, catégorie qui n’est pas sans rappeler celle, française, des « travailleurs pauvres ». Caractériser ce Living Wage et lui donner une valeur a d’abord été l’objet d’une étude socio-économique prenant pour modèle une famille virtuelle à partir de laquelle a été calculé le revenu nécessaire au logement, à la nourriture, à l’éducation des enfants, à l’impôt et à l’assurance maladie. La cartographie de ces travailleurs pauvres a été établie ensuite par une deuxième étude (Mapping Low Pay in East London), qui fut aussi l’occasion pour les animateurs de la campagne de rencontrer plusieurs de ces salariés précaires, de les informer, de favoriser aussi leur prise de conscience quant aux possibilités d’action. Ces analyses économiques ou géographiques ont ensuite fait place, dans la campagne pour le Living Wage, à d’importantes opérations de sensibilisation de l’opinion publique au cours desquelles il fut largement fait appel aux témoignages de ces travailleurs pauvres. Aux dispositifs savants d’appréhension de cette forme particulière de précarité urbaine se sont donc ajouté des dispositifs recourant à la présentation de figures singulières, comme s’il s’était agi, par ces récits et témoignages, de donner corps à ce problème public, de « donner de la vie aux statistiques » et à la carte, en quelque sorte7.

Négocier, mobiliser : jeux pluriels autour de l’étude

13Le propre de ces diverses représentations produites par les études est donc de se trouver au cœur de multiples transactions et appropriations, dont elles sont au fond indissociables. L’article de Florence Jacquinod et Julien Langumier sur le statut de la visualisation 3D dans la prévention des risques d’inondation montre que ce n’est pas seulement en termes de jeux de pouvoir autour de l’imposition d’une commune conception du danger qu’il est possible d’aborder le statut de ce medium. Ils invitent aussi à une description fine, fondée sur l’observation ethnographique, de la pluralité des appropriations auxquelles il donne lieu en situation de négociation entre services de l’État et collectivités locales.

14De même, à partir de l’étude de dangers dans le cas des installations industrielles, étude qui permet une représentation simplifiée de chaque possibilité accidentelle (probabilité d’occurrence, fiabilité des barrières, vitesse de réalisation et effets sur le voisinage), Emmanuel Martinais met en évidence les négociations qui s’opèrent entre les protagonistes de la prévention des risques. Car cette sélection préalable de processus virtuels dont les exemples réels « ont toujours plus d’imagination que ceux qui cherchent à les prévoir » (comme le dit l’un des enquêtés), tout comme les coûts induits par les mesures palliatives ou les contraintes liées à l’urbanisation, sont autant de facteurs qui permettent justement d’ouvrir un espace de transactions possibles sur des dispositifs de maîtrise des dangers. Mais, s’il s’agit bien de représenter les intérêts de ceux qui pourraient être victimes d’un accident en comptabilisant au bout du compte le nombre de personnes potentiellement exposées afin d’évaluer la gravité du phénomène, l’auteur s’attache plutôt à montrer qu’au moment de cette négociation, la démonstration des situations à risque s’opère à travers l’articulation des intérêts des industriels et des services de l’État (et de ceux-ci seulement). L’étude apparaît ainsi comme un instrument de pouvoir pour ceux qui en maîtrisent la production et l’évaluation.

15Nettement moins codifiées sont les nouvelles études et démarches stratégiques mises en œuvre par les agences urbaines dans le Maroc contemporain. Pascale Philifert (2010*) montre comment ces agences urbaines, créées depuis la décennie 1980 pour la plus ancienne (Casablanca), se renouvellent à travers de nouvelles démarches, les projets de territoire, dont les méthodes et thèmes de prédilection s’inspirent des cadres de référence promus en France depuis la fin des années 1990. La mobilisation de ces cadres de référence (légitimes aux yeux des urbanistes) apparaît alors comme une ressource de premier plan dans ce marché des études devenu largement concurrentiel. L’auteur montre en effet que les projets de territoire mis en œuvre par les agences urbaines, dans un contexte où les compétences comme les moyens financiers font défaut, se trouvent au cœur de négociations politiques complexes entre pouvoir central, services déconcentrés et élus locaux.

16Ces transactions autour des études prennent des allures de concurrence dans le cas des dispositifs lyonnais ou bruxellois de gestion des vélos en libre-service (Huré, 2010*). La relation entre pouvoirs publics et acteurs privés est ici fort éloignée des images convenues de la coopération ou du partenariat, tant est vif le jeu de d’appropriation ou d’instrumentation réciproque des savoirs que ces acteurs produisent ou des études qu’ils commandent. Face à une mainmise des opérateurs privés sur des données brutes dont ils sont les seuls détenteurs et qu’ils utilisent à des fins avant tout commerciales, les collectivités ont recours à des contre-expertises visant à restaurer leur capacité de donneurs d’ordre. La privatisation des savoirs dont parle Maxime Huré a ainsi pour corollaire une sollicitation accrue des études et une intense circulation des savoirs sur les usages des vélos en libre-service, sur fond de concurrence entre collectivités, associations d’usagers, étudiants et universités, et bureaux d’études privés.

17La contribution d’Hélène Balazard sur la campagne pour un revenu décent londonien apporte un éclairage différent sur ces mécanismes dont les études sont le support. La production d’études successives a été pour l’association London Citizens le moteur d’une mobilisation croissante d’acteurs et de ressources afin de définir la faisabilité de nouvelles politiques salariales. Revendiquant une approche pragmatique pour donner aux habitants les moyens de façonner davantage l’agenda politique et de demander des comptes aux élites économiques de leur territoire, London Citizens a permis de toucher les employeurs privés (ceux du quartier d’affaires de Canary Wharf) ou publics (universités, hôpitaux). Après diverses actions de sensibilisation, ceux d’entre eux optant pour une politique salariale fondée sur le Living Wage se voient aujourd’hui récompenser par un prix (le Living Wage Employer Award). En un peu plus de douze ans, le thème du salaire décent a pris corps dans l’agenda politique londonien, et même au sein de la campagne pour les élections nationales de mai 2010. La succession des études menées sous l’égide de London Citizens a permis de créer un processus de sensibilisation progressif, mêlant les initiateurs des études (les militants, associations, églises, syndicats), les auteurs ou prestataires (salariés ou militants, mais aussi universitaires), les sujets (les travailleurs à bas salaire) et les destinataires (les employeurs). La dynamique de production d’études est ici indissociable de la fabrication d’un espace public structuré par une longue chaîne de références nouvelles, jusqu’alors absentes des débats politiques.

Conclusion

18Au final, par la diversité des contributions présentées, c’est l’image d’une étude « dans tous ses états » qu’inspire ce dossier… Mais ces textes se rejoignent tous pour témoigner de l’équilibre subtil qui doit être trouvé entre analyse du contenu des études et analyse de leurs usages. Car ces deux postures, que les auteurs ont tous tâché, à leur manière, de tenir ensemble, renvoient à des compétences scientifiques et à des démarches d’enquête différentes. Elles trouvent aussi leurs limites dans la spécialisation et la sophistication de certains savoirs urbains, autant que dans la difficulté à enquêter sur un matériau condamné à « rester dans les coulisses », comme le rappelle Viviane Claude (2010*) dans la dernière contribution. Si l’étude peut être l’objet de prescriptions ou de réglementations au plan national (y compris en vue d’en réguler la commande), si les groupes d’experts qu’elle mobilise peuvent eux aussi s’inscrire dans des réseaux de compétence ou d’échanges nationaux voire transnationaux, cette idée des coulisses renvoie bel et bien aux scènes locales, aux configurations concrètes et situées dans lesquelles ces études s’insèrent.

19Que l’étude soit un matériau riche pour comprendre les politiques urbaines et en éclairer des aspects d’ordinaire peu considérés, soit. Encore faut-il se donner un minimum de repères pour en entreprendre la description. C’est, pour conclure le présent dossier, ce que propose ce dernier texte par un regard rétrospectif sur les débats qui ont animé le milieu professionnel de l’étude. Viviane Claude se livre à l’exercice sur deux « terrains » qu’elle connaît bien : les débats, autour des années 1970, sur les liens entre recherches et études en matière d’aménagement et d’urbanisme ; ceux portant, au cours de la même période, sur la pertinence et l’utilité des études dans le champ des transports collectifs urbains. Le détour par ces deux moments historiques est l’occasion pour l’auteur de proposer des perspectives actuelles sur les études d’urbanisme, autour du thème de la représentation, ou des intersections possibles (souhaitables ?) entre études et débat public. Il a aussi pour mérite de rappeler aux chercheurs comme aux professionnels de l’étude (prestataires, commanditaires) l’antériorité et la vivacité des questionnements, scientifiques autant qu’éthiques, sur les raisons et les usages de cette forme de connaissance particulière.

Haut de page

Bibliographie

BAILLEUL H., 2008, Les nouvelles formes de la communication autour des projets urbains : modalités, impacts, enjeux pour un débat participatif, Métropoles [En ligne], 3, 2008, mis en ligne le 22 septembre 2008.

BALAZARD H., 2010, La production d’études comme instrument de mobilisation dans le cadre de la campagne pour un « revenu décent londonien », Géocarrefour, 85/4, p. 273-281.

Claude V., 2006, Faire la ville. Les métiers de l’urbanisme au XXe siècle, Marseille, Parenthèses, 253 p.

CLAUDE V., 2010, Postface : pour une description du monde des études urbaines, Géocarrefour, 85/4, p. 333-339.

Huré M., 2010, Une privatisation des savoirs urbains ? Les grands groupes privés dans la production d’études des projets de vélos en libre service à Lyon et Bruxelles, Géocarrefour, 85/4, p. 313-321.

IRT (Institut de recherche des transports), 1983, Études et décisions. La ligne C du métro lyonnais, rapport IRT n° 63, Arcueil, 1983, 102 p.

Jacquinod F., Langumier J., 2010, Géovisualisation 3D en action dans l’aménagement du territoire. Stratégies et usages de l’outil à l’occasion de l’étude d’un Plan de prévention des risques inondations, Géocarrefour, 85/4, p. 303-311.

Karpik L., 2007, L’économie des singularités, Paris, Gallimard, Bibliothèque des sciences humaines, 373 p.

Lévy J., Lussault M. (dir.), 2003, Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin, 1034 p.

Marin L., 1993, Des pouvoirs de l’image. Gloses, Paris, Seuil, 265 p.

Martinais E., 2010, Les fonctions sociales et politiques de l’étude de dangers dans le domaine des risques industriels, Géocarrefour, 85/4, p. 293-301.

May N., 2000, Production des services et relation de service : quelques perspectives d’analyse, Cahiers du Ramau, 1, p. 59-83.

Merlin P., Choay F. (dir.), 2009, Dictionnaire de l’urbanisme et de l’aménagement, Paris, PUF, 961 p.

PAQUOT Th., 2000, Études urbaines ou « science » de la ville et des territoires ?, in Paquot Th., Lussault M. & Body-Gendrot S. (dir.), La ville et l’urbain. L’état des savoirs, Paris, La Découverte, p. 5-17.

Philifert P., 2010, Maroc : des études urbaines saisies par le changement ?, Géocarrefour, 85/4, p. 323-331.

Piriou O., 2006, La face cachée de la sociologie. À la découverte des sociologues praticiens, Paris, Belin, 267 p.

Prévot M., Leclercq Ch., 2010, De la prolifération des études au projet sans auteur. Essai sur les projets urbains dunkerquois et sur la ville visible et invisible, Géocarrefour, 85/4, p. 283-292.

Revue Tracés, hors-série n° 9 (2009) et n° 10 (2010), « À quoi servent les sciences humaines » (I et II).

SCHERRER F., 2010, Le contrepoint des études urbaines et de l’urbanisme : ou comment se détacher de l’évidence de leur utilité sociale, Tracés, hors-série n° 10, 2010, p. 187-195.

Topalov Ch., 2004, Raconter ou compter ? L’enquête de Charles Booth sur l’East End de Londres (1886-1889), Mil neuf cent, n°22, p. 107-132.

Haut de page

Notes

1 À commencer par celui où exerce l’un des deux coordonnateurs du présent dossier : le Certu (Centre d’études sur les réseaux, les transports, l’urbanisme et les constructions publiques), service central du ministère de l’Écologie.

2 Journée qui s’est tenue à l’ENS Lettres et sciences humaines de Lyon, le 23 octobre 2009.

3 Citons pour mémoire le volumineux numéro consacré au projet urbain et à la « Nouvelle culture de l’aménagement des villes » dirigé en 1997 par François Tomas (vol. 72/2) ou, plus récemment, les dossiers consacrés aux espaces publics (vol. 76/1, 2001 et vol. 77/3, 2002), au patrimoine (vol. 79/3, 2004) ou encore aux rapports public/privé dans la régulation des espaces urbains (vol. 81/2, 2006).

4 L’exercice est régulièrement entrepris par ailleurs. Un récent numéro de la revue lyonnaise Tracés posait ainsi, à l’occasion d’un hors-série (n°10, 2010), la question « à quoi sert la géographie ? ». Cette même revue avait l’année précédente ouvert ses pages à une réflexion – récurrente, et pourtant toujours actuelle – sur l’utilité des sciences humaines (Tracés, hors-série n°9, 2009). La sociologie n’est pas en reste de contributions réflexives quant à son utilité sociale ou à ses usages, dans l’entreprise ou dans les politiques publiques, ou encore quant à ce qui constitue la « face cachée », pour reprendre l’expression d’Odile Piriou (2006), d’une discipline académique.

5 Les articles du présent dossier sont signalés par un astérisque.

6 Pour une perspective d’analyse socioéconomique de l’organisation du marché dans le secteur de l’architecture : N. May, 2000.

7 Ainsi que le proposait Charles Booth lorsqu’il étudiait à la fin du XIXe siècle, et en ce même lieu, la pauvreté urbaine londonienne (Topalov, 2004).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bilel Benbouzid et Gilles Bentayou, « L’urbanisme et ses études : territoires et usages sociaux des savoirs urbains », Géocarrefour, Vol. 85/4 | 2010, 267-272.

Référence électronique

Bilel Benbouzid et Gilles Bentayou, « L’urbanisme et ses études : territoires et usages sociaux des savoirs urbains », Géocarrefour [En ligne], Vol. 85/4 | 2010, mis en ligne le 06 septembre 2011, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/8113

Haut de page

Auteurs

Bilel Benbouzid

ENTPE Laboratoire RIVES, 3 Rue Maurice Audin 69120 Vaulx-en-Velin Bilel.BENBOUZID@entpe.fr

Gilles Bentayou

Certu (Centre d’études sur les réseaux, les transports, l’urbanisme et les constructions publiques), 9 rue Juliette Récamier 69456 Lyon Cedex 06 FRANCE gilles.bentayou@free.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • Revues.org