Navigation – Plan du site
Articles

Postface : Pour une description du monde des études

Viviane Claude
p. 333-339

Résumés

Revenir quelque peu en arrière, sans ‘faire’ de l’histoire, permet de pointer des enjeux de connaissance concernant le monde urbain, au passé puis au présent. C’est particulièrement important pour ce qui a trait au monde des études, monde tout aussi insaisissable aujourd’hui que dans la période de « pré-décentralisation ». Cette note vise à étayer l’hypothèse que ce monde reste largement à décrire avant de tenter d’en faire un objet de connaissances. On s’intéresse ici aux récurrences qui parsèment deux débats particuliers des années 1970-80, récurrences que l’actualité nous met encore sous les yeux sans que l’on ait, au regard du passé, tous les outils disponibles pour les penser. Du même coup, ce qui est « en creux » ou non percevable dans les années 1970-85, permettrait de relire d’une autre façon les articles réunis dans ce numéro.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Les termes « étude » ou « étudier » sont rares dans le texte de loi de 1919 (complété en 1924). On (...)

1Ce numéro de Géocarrefour est consacré aux études touchant le monde urbain, tel qu’on l’entend en France depuis cinquante ans. On ne discutera pas ici du départ à faire ou non, entre « études urbaines », vieilles de plus d’un siècle (Montigny, 1992) et « études d’urbanisme », probablement des compagnes des élans planificateurs. À ce titre, on peut, pour la France, rappeler deux leviers législatifs, celui de la loi de 1919 qui appelle à de multiples approches (sociales, économiques, esthétiques, hygiéniques, archéologiques...) et des « prévisions » pour la réalisation des plans d’aménagement d’embellissement et d’extension1, puis le levier de 1967 (Loi d’Orientation Foncière). Compte tenu de l’objet de cette contribution, on ne se hasardera pas à formuler des distinctions, les contributions à ce numéro n’y étant guère sensibles et les matériaux réunis ne le permettant pas.

2L’univers des études, du fait de la multiplicité des objets, des savoirs et savoir-faire mobilisés est difficile à cerner et à identifier dans leurs raisons d’être. Si l’histoire de la recherche urbaine l’a regardé de loin (Amiot, 1986), est-ce aujourd’hui un objet de connaissance ? À la différence de l’univers anglo-saxon, où l’usage du terme « études » vient désigner des champs de recherche (cultural studies, urban studies, gender studies...), une sorte de ligne de démarcation apparaît s’être installée entre études et recherches. Si ces dernières font l’objet de controverses, de débats publics ou d’évaluation entre pairs, les premières sont laissées à l’appréciation de ceux qui les suscitent, au respect des prescriptions de la loi et aux lois du marché (avec le fameux « moins disant »).

  • 2  On s’appuiera aussi sur les travaux des deux coordinateurs de ce numéro (Bentayou, Benbouzid, 2009 (...)

3Pourquoi passer par la description pour cerner l’univers des études ? Ces dernières, on peut le constater, participent de ces instruments devenus nécessaires à la production/transformation de l’espace physique et social, tout en restant dans les coulisses. Le vocabulaire courant ou le sens commun invite à penser que « l’étude » a à voir, et en même temps n’a rien à voir, avec la décision, la conception, l’action publique ou la mise en œuvre concrète. Quelques chercheurs ont, par le passé, proposé de distinguer leurs activités de celles des producteurs d’études. Plus récemment, d’autres points de vue ont cherché à dépasser ces différences voire à faire de l’activité d’études un objet de recherche en tant que tel (Bentayou, 20072). Ce qui nous intéressera ici c’est que, dans les années 1970-80 (pré-décentralisation en France avec sa floraison de débats avec des camps affirmés), un territoire critique s’est constitué autour de questions lourdes et lancinantes : les études servent-elles à quelque chose ? Quelles relations y a-t-il entre travail d’étude et travail de recherche ? Les produits des études passent-ils dans l’espace public ?

4Décrire est une tâche que les sciences humaines et sociales discutent depuis plusieurs années. Ses modalités supposent un cadre d’hypothèses, voire un cadre théorique permettant d’enregistrer, de donner un sens à ce qui est vu, lu, entendu… (Ackermann, 1985 ; Enquête 1998 ; Blundo et Olivier de Sardan, 2003). Fouilles archéologiques ou autopsie ne sauraient se pratiquer sans de telles références ; faute de quoi « on ne voit rien ». On devra se contenter ici de suggérer une telle description, à partir de ce qui ressort de deux terrains de recherche portant sur les années 1970-85 : celui des débats sur « l’utilité » des études et leur rapport avec le travail scientifique (« le territoire de la critique ») et celui des disputes autour des vices et vertus des études de transport en commun en site propre (« les études de transport : un champ chahuté »). Ces deux terrains ne fournissent que des points de repères ; ils sont susceptibles d’engager une description du système général de production des études. Si l’observation de l’actualité en renouvelle certains termes, elle en suscite de nouveaux (« perspectives »).

5En invitant à produire la carte de ce territoire des études, on est vite obligé d’en établir la légende. Ce qui motive ce propos, c’est, plus largement ou à côté, de cerner ce qui fait le travail dans la production d’études, sachant que celles-ci s’inscrivent, comme les recherches, dans des champs pré-structurés par des formations, des savoirs, des professions, des statuts, des organisations ou des expériences qui ne se mêlent pas toujours ; les études offrant à cet égard des eaux peut-être plus troubles que les recherches. Ainsi, le monde des transports urbains est, depuis le début des années 1960, bien distinct de celui qui touche à l’urbanisme ou encore au bâtiment. Entre ces trois domaines, la division du travail et des cadres de l’action publique a été extrême et peut s’expliquer, même si le monde de l’urbanisme se distingue des deux autres champs (transports et bâtiment), par son caractère éminemment flou. Ce n’est pas sans conséquence à la fois pour ce qui a trait aux compétences et regards croisés entre « Hommes (femmes) d’études » et « Hommes (femmes) de recherches », leur légitimité, comme ce qui a trait à leur éventuelle circulation entre l’un ou l’autre de ces domaines (ou l’une ou l’autre structure). Ces perméabilités ou non perméabilités, et les trajectoires professionnelles qui les accompagnent, touchent les capacités d’argumentation et de négociation (« traduction », « hybridation », etc.) dans les configurations de travail des uns et des autres. Les lieux et conditions d’interface seraient particulièrement intéressants à examiner ; à cet égard, la vertu d’un thème en vogue comme celui du développement durable ou les opérations menées sur les espaces publics autour des tramways semblent remettre en question ces frontières professionnelles et plus largement la division du travail, de la même façon que ce fut le cas, dans les années 1980, autour de l’éphémère « génie urbain » ou dans les débuts de la Politique de la Ville promise à un autre avenir... Mais, avant d’identifier ce qui fait les métiers, encore faut-il avoir sous les yeux le paysage concret de ce sur quoi ils sont légitimement amenés à s’exercer.

Le territoire de la critique

  • 3  Le CERAT a été créé en 1963 au sein de l’IEP de Grenoble. Le répertoire distingue les « organismes (...)

6A la fin des années 1960, décennie marquée par une créativité institutionnelle exceptionnelle, où et par qui sont fabriquées les études ? Le Centre d’Études et de Recherche sur l’Administration Économique et l’Aménagement du Territoire de Grenoble a réalisé une enquête, qui fut probablement laborieuse et délicate, sur les « organismes d’études urbaines » (CERAT, 1971, pp. 695-728). Près de 150 structures sont classées dans un « Répertoire d’adresses »3 ; mais sans parler du défaut d’informations sur ce qui a trait à leurs domaines de compétences, il s’avère alors impossible, pour beaucoup de ces structures, de les classer selon une définition juridique claire (structures publiques, semi-publiques, privées). Par exemple la forme « Association loi 1901 » ne dit pas grand chose de leur domaine d’activités ou de leur place dans la production scientifique : les agences d’urbanisme en relèvent tout comme l’Institut de sociologie urbaine (Henri Lefebvre). Reste que, tant du côté de l’Etat que des structures privées, les activités d’études mobilisent des centaines – voire des milliers – de personnes (Regazzola, 1988, Claude 1994).

  • 4  Sur la vertu heuristique des circulations et de leur description, voir P.-Y. Saunier, 2004. 

7Si dès 1965, la DATAR s’en inquiète en tentant d’opérer des « classements » (Weill, 1965), les études commencent à faire question au milieu des années 1970. Pour preuve certaines manifestations où des échanges se tiennent, ayant donné lieu à publications : séminaires, colloques, groupes de réflexion, etc. Ces échanges ne sont pas confidentiels. Publiés, ils ont des impacts ; ils touchent un public d’autant plus large que les contributeurs ne sont pas tous chercheurs. À défaut de suivre chaque participant dans de tels échanges, à défaut aussi de savoir ce qu’il en est de sa trajectoire – ou encore à défaut de pouvoir reconstituer la bibliothèque ou les archives professionnelles, de reconstituer les réseaux d’interconnaissance –, on peut au moins repérer quelques indices sur des positions, des circulations d’expériences, de pratiques, d’analyses de la part de chacun de ces protagonistes et participants à de tels échanges4. Par ailleurs, ces publications réunissent des contributeurs d’origine et statut différents, soit dans la configuration la plus large : des élus, des fonctionnaires de l’État (tous ministères confondus), des agents des collectivités locales, des chercheurs, des personnels de bureaux d’études parapublics et privés.

8Les éclairages proposés portent sur deux colloques/séminaires tenus à l’échelle nationale (en France) et qui font l’objet de publications en 1979 et 1985 ; ainsi que sur un ouvrage paru en 1982.

  • 5  Sous la houlette du GRAL : Groupement de Recherches coordonnées sur l’Administration Locale/Paris  (...)

9En décembre 1978, se tient à Bordeaux un colloque organisé par des chercheurs sur le thème « Les collectivités locales et la recherche », où le mot recherche est pris au sens le plus large (Bouinot, Mauriac et Thoenig, 1979)5. Comme en témoignent bien des propos, ce colloque prend acte des changements provoqués par les élections municipales de 1977 dans les configurations politiques locales, certains participants espérant qu’au sortir de ces élections, il sera fait davantage appel à la « matière grise ». Les contributeurs sont nombreux et d’origine variée. Les exposés ou comptes-rendus de groupes de travail préparatoires sont signés d’élus, de chercheurs, d’hommes et de femmes employés dans des bureaux d’études, de fonctionnaires de l’Etat, de fonctionnaires municipaux. Tous les domaines qui touchent à la vie locale sont abordés : les transports urbains, le marché foncier, les politiques sociales des communes, les politiques culturelles, la programmation des équipements collectifs. On relève aussi plusieurs sujets transversaux dans les exposés à caractère général ou dans les témoignages sur des cas locaux. Sont particulièrement instructifs, certains débats tenus autour des trois thèmes au programme, soit :

  • « les relations entre recherche et études » (sic : la première au singulier, les secondes au pluriel) ;

  • « les rapports entre instances d’études et instances de décision » ;

  • « le rôle de médiation des études ».

10Les caractéristiques du contexte sont rappelées. Les collectivités locales se trouvent « en position dominée » par rapport à l’État : les disparités en termes de capacités d’études sont grandes tant pour ce qui concerne le personnel (nombre et compétences) que pour les ressources financières. Une formule attire l’attention : il y a déjà un « marché des études », au sens d’une rencontre entre demandes et offres, et au sens d’une concurrence entre producteurs d’études. Si en 1978, certains contributeurs soulignent la « fonction active des études dans les négociations entre acteurs », d’autres sont plus sceptiques. Il est question « d’inflation », « d’étude-alibi » ou encore de « rapports laissés dans les tiroirs ». Autre aspect de ces débats : pour certains, la distinction entre « recherche » et « études » ne serait claire qu’au regard de la capacité qu’auraient les secondes à permettre de « prendre une décision ».

  • 6  La Société d’Études de Mathématiques Appliquées a été créée en 1959 par le polytechnicien Jacques (...)

11À ce colloque de Bordeaux fait suite la parution d’un ouvrage de large diffusion (aux Presses Universitaires de France) : le Guide pour la gestion des études dans les collectivités locales (Bouinot et Le Lamer, 1982). Il est constitué d’articles de synthèse – écrits, certains un peu avant, d’autres un peu après, les élections présidentielles de 1981 – sur ce que sont alors les « études d’urbanisme », « Études d’organisation et d’informatique », la coordination des « études techniques », etc. On y relève une analyse juridique circonstanciée sur la règlementation des marchés d’études, ainsi que plusieurs témoignages revenant sur la valeur, l’utilité, l’intérêt des études. Certaines critiques, exprimées en 1978 à Bordeaux sont reprises, émanant d’un Préfet, d’un Trésorier Payeur Général, d’un chef de bureau en Administration Centrale, d’un responsable d’un bureau d’études ayant pignon sur rue (la SEMA6) comme du Secrétaire général de la ville de Lyon. Rappelant les incitations/obligations de l’État au lancement d’études dès la fin des années 1960 et à la logique de composition des « intérêts » qu’elle a posée et entretenue (« il fallait consommer les crédits »), ce Secrétaire général utilise des termes comme : « pléthore », « stérilité », « rejet »...

12Ce Guide n’est pas l’issue d’une rencontre, comme ce fut le cas pour le colloque de 1978 à Bordeaux. Il est conçu à l’intention des agents des collectivités locales. Il se présente comme un manuel, avec l’audience qui en est espérée, réunissant des retours d’expériences (pour utiliser une formule des années 2000). Certains témoignages relèvent du réquisitoire : les soupçons planent à la fois sur l’utilité sociale et politique des études (qu’en faire ?) et sur les intérêts qui se composent pour en produire toujours davantage dans des cercles étroits et confidentiels, liant plusieurs parties, en particulier les services de l’État et les bureaux d’études privés. Deux contributions de ce Guide signalent, discrètement, l’étroitesse des liens établis entre ces bureaux et les élus locaux, voire les partis politiques...

  • 7  De Michel Anselme, cofondateur du CERFISE (Centre d’Études, de Recherches et de Formations Institu (...)

13Troisième repère : en 1985, une équipe relevant du CNRS, le CRESAL (Centre de Recherches et d’Études Sociologiques Appliquées de la Loire, descendant d’« Économie et humanisme ») organise une table ronde intitulée « Transfert des connaissances en sciences sociales et décision » (CRESAL, 1985). Entre le titre initial de la table ronde proposé par les organisateurs et le titre des actes publiés (Situations d’expertise et socialisation des savoirs), on relève un déplacement : le mot « décision » disparaît au profit de celui d’« expertise ». Au-delà de cette remarque d’apparence anodine, cette table ronde est une occasion de confronter des positions. On relève par exemple, celle d’Armel Huet, sociologue ancré dans l’espace local rennais, dénonçant la confusion entre « recherche » et « étude », et militant pour que soit installée une « frontière épistémologique » ente l’une et l’autre. « Ce n’est pas du rôle des scientifiques de répondre à des questions dont ils n’ont pas le contrôle », écrit-il (ibid. pp.235-245). Dans une tout autre posture, se trouve le sociologue Michel Anselme, l’un des précurseurs des « maîtrises d’œuvre urbaine et sociale » : il fait part de la place qu’il a prise avec son équipe comme « tiers » dans des opérations de réhabilitation de grands ensembles marseillais (ibid. pp. 71-80). Partant d’une position de chercheur « engagé dans le changement », son travail s’installe dans l’expérimentation, terme et pratique qui sont alors en voie de prendre place dans les politiques publiques7, telles les premières opérations de la future Politique de la Ville. Ce renouvellement des façons de faire troublent l’ordre ancien des choses, notamment la relation à « la » décision. Il en sera de même dans les recherches actions du programme « L’eau dans la ville » ou des opérations ultérieures, comme celles de la RATP, portées Isaac Joseph.

14La distinction entre « la » recherche et « les » études ne fait pas toujours enjeu. En 1970, un rapport sur « Les idéologies des études urbaines », ne pose pas de distinguo ; il s’agit d’analyser ce qui est alors produit sur l’habitat selon la grille de « l’idéologie ». Les sources précises de l’enquête ne sont pas fournies, seul le critère de l’origine institutionnelle étant retenu : la quarantaine d’études analysées émanent pour deux tiers de « bureaux d’études » publics et privés ou « d’indépendants », et pour le dernier tiers de « l’Université et du CNRS » (CEP, 1970). Dix ans plus tard, le sociologue lyonnais Bernard Ganne fait paraître dans Économie et Humanisme un article dont l’intitulé attire l’attention : « Les avatars des études urbaines » ; il s’agit d’une contribution à une généalogie de ce qui est désigné aujourd’hui par « recherche urbaine » (Ganne, 1980). Il est vrai que dans le même temps, nombre de femmes et hommes d’études ont franchi le pas devenant chercheurs ou enseignants-chercheurs.

Les études sur les Transports en Commun en Site Propre (TCSP) : un champ chahuté8

  • 8  Cette partie reprend des éléments de ma contribution (Les études : décider, gouverner ou attendre. (...)

15De façon générale, l’étude ne fait donc pas l’objet d’une appellation contrôlée. Qu’en est-il du domaine particulier des TCSP qui pourrait paraître davantage structuré ? Les ingénieurs-économistes en contrôlent les frontières et en nourrissent le champ, par leurs apports en connaissances (calcul économique) et le groupe professionnel qu’ils ont constitué depuis la fin des années 1950. Dans ce domaine, des structures publiques de recherche et d’études existent et la Délégation Générale à la Recherche Scientifique et Technique lance en 1971 un vaste programme (Action Thématique Programmée) sur « La socio-économie des transports ». Les polémiques paraissent plus confidentielles ; elles n’en sont pas moins vives.

  • 9  Polytechnicien, ingénieur des Ponts et Chaussées (et titulaire d’un Master of Sciences de l’Univer (...)

16En 1978, au colloque de Bordeaux (précité), Samir Naessany, ingénieur des Ponts et Chaussées, alors adjoint au chef de la Division Infrastructure et Transports (Direction Régionale de l’Équipement de l’Ile-de-France)9 introduit le thème des transports urbains, à partir des témoignages qu’il a pris soin de recueillir. Ses observations critiques sont d’autant plus intéressantes, qu’elles émanent du principal animateur d’un groupe de réflexions, dont il sera question plus bas. Trois points de son bref exposé attirent l’attention (Bouinot, Mauriac et Thoenig, 1979, p. 56-57).

17En premier lieu, S. Naessany note ironiquement (?) que « dans le domaine des transports urbains, les études et recherches portent aussi bien sur la technologie des roues de tramway que sur l’établissement de vastes bilans socio-économiques au contenu politique. Il y a des études financières, juridiques et techniques : lorsqu’on parle d’une étude de transports urbains, tout cela est noyé et aucun aspect n’est séparable de l’autre ». Il note ensuite : « Constatation surprenante : le relatif échec de la grande idée de la planification, de l’étude pourtant globale touchant au milieu urbain. Trois témoignages mentionnent spontanément l’échec du SDAU en matière de transport – soit que le SDAU n’en parle pas, soit qu’il est dépassé sur ce point – et d’un certain retour vers des études plus sectorielles : on ne regarde que l’aspect transports urbains, ou l’aspect foncier... Pourquoi ces vastes études ont-elles failli ? »

18Enfin, troisième point qu’il relève : « Le monde des études et le monde administratif et politique sont étroitement imbriqués » ; les besoins en études proviennent de « la complexité des choix », de la « multiplicité des intervenants » et du fait que « les transports urbains touchent de très près à la vie politique locale », suscitant des propos tels que : « “Une étude est en cours sur ce point…”, ou “les études ont montré que…”, propos suivis d’un verdict sans appel ». D’où le constat dressé par S. Naessany d’un « certain pouvoir d’études ».

  • 10  Dès le début des années 1960, André Laure a été l’un des promoteurs actifs du renouvellement des p (...)
  • 11  S. Naessany en est le coordinateur. Un sujet traité par le GRETU a servi de thème au livre de Brun (...)

19Ce regard interne à l’administration de l’Équipement n’est pas un fait isolé, ni réservé aux agents de ce ministère. Le GRETU (Groupe de Réflexion sur l’Économie des Transports Urbains), constitué durant l’été 1973, réunit des hommes appartenant au même sérail. Patronné par le Directeur des Transports Terrestres du ministère des Transports (Claude Collet) et le Directeur Régional de l’Equipement de la Région Ile-de-France (André Laure10), « avec le conseil méthodologique du Centre de gestion scientifique de l’Ecole Nationale Supérieure des Mines de Paris », ce groupe (dont les contributeurs restent anonymes, devoir de réserve oblige !) fait paraître en 1980 quelques résultats de ses travaux (GRETU, 1980)11. On a tout lieu de penser qu’ils ont été, dès avant 1980, diffusés dans les réseaux professionnels concernés.

20Placé sous le patronage de hauts fonctionnaires, ce livre est remarquable par sa liberté de ton et par les controverses qu’il installe (une publication dont on ne peut imaginer qu’elle ne fut pas, de diverses manières, « contrôlée », sortie en librairie fin 1980 – aux Éditions CUJAS –, quelques mois avant les élections présidentielles). Il reprend les comptes-rendus de réunions tenues entre janvier 1974 et septembre 1978, et les synthèses qui ont été produites en ces occasions. L’ouvrage est organisé autour des trois thèmes abordés par le groupe et intitulés successivement : « Les études et les décisions » (thème abordé en janvier 1974), « Les études et les négociations » (en mars 1975) et « Les études et les institutions » (en septembre 1978). Sont ainsi rendus publiques, des critiques et des doutes de ces hauts fonctionnaires du ministère de l’Équipement auxquels sont associés d’autres ingénieurs. Ce livre est un « manifeste » qui met en cause tant des positions conquises ou acquises par certains services de l’Etat, que des manières de conduire des projets de transport, notamment le « confinement », dans lequel les débats se tiennent et les décisions sont élaborées (Bigey, 1993, p.10). Les critiques viennent de toutes parts. Mais le GRETU n’en reste pas là. Il s’agit pour ces spécialistes des transports, souvent hauts-fonctionnaires, de « réhabiliter » les activités d’études. Leurs propositions ne sont pas loin de l’utopie technicienne ; car, à leurs yeux, les études restent un moyen « irremplaçable » pour « éclairer les choix ».

21Des études qu’il a pu examiner, le GRETU souligne le caractère souvent peu « probant », la faiblesse des moyens (financements et personnel) qui y sont consacrés, l’impossibilité pour les « parties prenantes » d’avoir accès à des moyens d’études leur permettant d’être « à armes égales » (GRETU, 1980, p. 6-7). Concernant le thème « Études et décisions », et sur la base d’exemples précis, le groupe relève des « insuffisances », conteste les catégories adoptées (« la demande/offre de transport », « les lois de comportement des usagers », « les relations avantages/coûts »...) et s’inquiète de la « pauvreté » du dialogue entre demandeurs et auteurs d’études. Sur le thème « Études et négociations », le groupe développe une hypothèse audacieuse : « Les études en matière d’économie des transports urbains devraient être explicitement reconnues comme des moyens de “plaidoyer” au service de thèses antagonistes et non plus comme des moyens de recherche d’une vérité qui s’imposerait à tous. Dans ces conditions, tous les intérêts en cause devraient pouvoir disposer de moyens d’études équitablement accessibles » (ibid. p. 39), ceci pour ne pas se laisser prendre par la forme « magique » des études (ibid. p. 50).

  • 12  À la suite, on peut lire ceci (p.47) : « Les hommes d’études ne sont généralement pas informés des (...)

22Dans l’idéal, les hommes d’études devraient donc faire fonction « d’avocats-conseil »12. On ne peut manquer de faire, ici, le lien avec l’advocacy planning très en vogue dans les années 1960 aux Etats-Unis (Davidoff, 1965), pays où nombre d’Ingénieurs des Ponts et Chaussées – mais aussi d’ingénieurs issus d’autres écoles – se sont rendus dans ces mêmes années (voyages d’études, formation spécialisée, apprentissage des méthodes de la Rationalisation des Choix Budgétaires).

  • 13  SETRA : Service d’Études Techniques des Routes et Autoroutes (créé en 1967) ;  CETUR : Centre d’Ét (...)
  • 14  OCOTRAM : Office de COordination des TRAnsports de Marseille. Sur cet organisme aux origines singu (...)

23Sur le thème des « Études et négociations », le groupe fait part de ses propositions en diffusant une plaquette auprès de « diverses personnalités et notamment aux maires de toutes les villes françaises de plus de 100 000 habitants ». Un seul retour est publié, celui du maire de Strasbourg, P. Pflimlin, ancien Président du Conseil : « Il serait raisonnable, écrit celui-ci, de donner une information accessible sur tous les projets qui amèneront une modification importante du cadre de vie, ce qui exigerait notamment une modification profonde des procédures d’enquête publique qui parfois ressemblent à des parodies » (GRETU, 1980 pp. 142-143). Sur le dernier thème « Études et institutions », le GRETU s’appuie sur son bilan des « fonctions défaillantes » pour imaginer des « remèdes » (ibid. p. 69). Après avoir fait le tour des compétences existantes au sein du Ministère de l’Équipement (SETRA, CETUR, CETE, IAURP13) ou placées sous son aile (les agences d’urbanisme) ou un peu plus loin (OCOTRAM à Marseille14) le Groupe propose l’installation d’une « Académie des transports urbains », ... et même d’un « Parlement des villes » à l’instar du Städtetag allemand ou de son équivalent néerlandais.

24On retiendra enfin l’exposé de Michel Bigey devant le GRETU en 1976. Il y expose le cas d’une « étude plaidoyer » à partir d’un cas fictif (« Neufchâteau »), qui défend les projets de tramway (ibid. p. 114). Sont ainsi mises en cause les études des services de l’Etat (SETRA) qui « sous couleur de vérité scientifique, imposent un cadre de pensée particulièrement rigide », le bureau d’études SOFRETU se présentant comme seul capable « d’apporter des éclairages différents » de ceux des services de l’Etat et des bureaux d’études privés qui leur sont plus ou moins liés. M. Bigey insiste sur les liens « vigoureux » qu’il faut établir entre transports et urbanisme. Surtout il « ne cache pas qu’une volonté politique très affirmée est nécessaire pour mettre en œuvre un système de transport en commun en site propre et au sol ». Cette étude-plaidoyer portant sur un cas imaginaire fit probablement le tour de France.

  • 15  IRT : Institut de Recherche des Transports (créé en 1970) devenu en 1985 INRETS : Institut Nationa (...)
  • 16  Hervé Chaine, ingénieur civil des Ponts et Chaussées – le « civil » est à souligner – et docteur d (...)
  • 17  Dans les années 1980, nombre de chercheurs de tous horizons se sont intéressés au monde des profes (...)

25Du côté des travaux de recherche, la polémique à propos du prolongement de la ligne C du métro lyonnais a marqué le début des années 1980. « À quoi servent les études ? », se demandent les chercheurs travaillant pour le compte de l’IRT, devenu INRETS (Bonamy, Brachet, Offner, 1982)15. Question à laquelle un ingénieur de la SEMALY répond, en prenant distance par rapport au modèle d’analyse proposé (s’appuyant sur la « Critique de la décision » de Lucien Sfez), et en partant des faits qu’il a enregistrés et de l’importance qu’il accorde à « l’évolution du contexte » (Chaine, 1982)16. Polémique instructive en ceci que, sur un cas concret, se confrontent deux façons de voir la fonction des études et des tables de négociations autour d’un projet. Cette polémique ne porte pas sur la phase initiale (« on ne sait rien, tout est possible »), mais sur le développement d’un réseau qui est déjà physiquement et institutionnellement inscrit dans l’espace local (« on en sait suffisamment pour que tout ne soit pas possible ») 17.

Perspectives...

26Dans cette reprise de débats vieux de plus de trente ans, on a surtout relevé des points de fixation, des mises en question et en cause. Point de vue partial – rappeler l’espace critique qui s’est constitué - et partiel – retenir les publications -, qui laisse dans l’ombre la production ordinaire et ceux qui, sans voix, soit sollicitent des études, soit y répondent, soit encore les découvrent (à ce titre, il conviendrait de reprendre les archives des dites « luttes urbaines »). En dépit de ces évidentes limites, que retirer de ces matériaux pour investiguer plus avant le monde des études aujourd’hui ?

27D’abord, s’il fallait aux chercheurs conduire une enquête dans la lignée de ce que le CERAT a réalisé il y a quarante ans, ils seraient dans la peine, du fait de la multiplication des « organismes d’études », de l’élargissement de leur implantation au-delà des frontières, de leurs réseaux, des effets de regroupements et de concurrence, du caractère confidentiel de leurs expériences concrètes (il y a des brevets), du degré et des formes de spécialisation. Qui plus est, en France, la décentralisation a complètement modifié le paysage, la configuration des « donneurs d’ordre », comme la place des fonctions d’études dans les services des collectivités locales et de leurs divers délégataires.

28Ensuite, l’existence d’un « marché des études » est un fait évident. Mais qu’en est-il de ses « lois », « régulations », de son poids financier et des personnels qui en dépendent ? Quelles sont les relations qui s’installent aujourd’hui entre un commanditaire et un prestataire, un commanditaire et des prestataires, voire les relations entre prestataires (ce qui a été appelé jusqu’en décembre 2010 « marché de définition ») ? Ce triangle paraît particulièrement instructif, en ceci que négociation se conjugue avec apprentissage ; une attente est formulée qui se transforme en demande, celle-ci recueille une (ou des) réponse(s), sous la forme de « prestations intellectuelles », éventuellement concurrentes et le jeu des questions/réponses provoque des accords/désaccords, des alliances, des controverses, etc. Dans ce processus, on repèrera des « phases » avec des moteurs ou des freins, mais aussi, si on y prend garde, des acteurs/agents qui d’une façon ou d’une autre participent à ce qu’il faut bien appeler et au sens plein du mot, un travail.

  • 18  A ce titre, on pourrait s’intéresser à la distance/proximité qu’il y a entre le « diagnostic en ma (...)

29À ces premières questions, on peut en ajouter deux. La première : en quoi ces « objets » que sont les études font avancer une situation ou les formes de l’action, en quoi sont-ils capables de les accélérer, les orienter, les suspendre ou... tout faire sombrer ? La seconde : qu’est ce que ce travail de « pilotage » des études dans les collectivités locales, ou plus concrètement : qui rédige un appel d’offres, avec quelles attentes, à l’issue de quelles discussions, au nom de quelles obligations ? Ceci appelle des compléments : comment le plus modeste des bureaux d’études, ou le bureau le plus intégré dans un conglomérat y répond ou en quoi leurs expériences passées vont les aider à soumettre par exemple une « note méthodologique » et à convaincre lors d’une éventuelle audition ? À quels ressorts et ressources (éventuellement venues de la recherche scientifique18) est-il fait appel pour établir par exemple un « diagnostic », qui, à entendre certains professionnels, se distingue d’un « état des lieux » ?

  • 19  Sur le rôle des études dans la concertation, Lila Combe, 2009. Pour les chercheurs en sciences de (...)

30Sur nos deux terrains, de multiples mots ont fait surface que l’on ne peut passer sous silence au regard de la situation présente. Il en est ainsi pour : « pouvoir des études », « décision », « médiation », « crédits », « politique », « confinement », « forme magique », « étude plaidoyer », « cas fictif »… Cette conclusion ne permet pas d’inviter à réfléchir à chacun d’entre eux. Retenons ceux qui renvoient d’une façon ou d’une autre à la place que tiennent aujourd’hui les études dans le débat public, plus précisément aux représentations qui sont produites et sont soumises à la discussion (images, tableaux, récits …). On prend le terme de « représentation », dans ses divers sens (Becker, 2009), à travers leurs circulations, dans des espaces « confinés » ou ouverts, grâce à des forces qui les font advenir ou non, qui permettent d’agir ou non19. Les fabricants de ces représentations font partie de la même « communauté interprétative » (ibid.) avec tous les intérêts et valeurs qui s’y attachent ; mais leur réception suppose, pour ceux qui n’en font pas partie, un travail d’interprétation. Sans quoi il ne saurait y avoir de « bien-vu » ou de « bien-entendu », ceci au regard du format dialogique classique (soit : émetteur + récepteur + contexte). Y a-t-il aujourd’hui dans le monde des études une « éthique » de la représentation (ibid. chap. VIII) ou des conditions justes et justifiables pour le débat? Il semble que, sauf à s’en remettre aux services de la « communication » des collectivités, les hommes/femmes d’études apparaissent peu préparés à être « sociables » (Sennett, 2010, p. 331-338). Ce que tout observateur des réunions de concertation est conduit à constater. D’où l’importance qu’il y a, à mes yeux, d’approfondir un monde parallèle à celui des études, celui des métiers.

Haut de page

Bibliographie

ACKERMANN W. et alii, (éd.), 1985, Décrire : un impératif ? Description, explication, interprétation en sciences sociales, Paris, EHESS/Centre d’études des mouvements sociaux, 2 tomes.

AMIOT M., 1986, Contre l’État les sociologues. Éléments pour une histoire de la sociologie urbaine en France (1900-1980), Paris, Éditions de l’EHESS.

ANSELME M., 2000, Du bruit à la parole. La scène politique des cités, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube.

Architectes, ingénieurs urbanistes et Cie. Situations d’expertise et projets d’urbanisme, 1986, n°6, Dossiers et Documents, Institut Français d’Architecture, Plan Urbain.

Becker H., 2009, Comment parler de la société. Artistes, écrivains, chercheurs et représentations sociales, Paris, Editions de La Découverte.

Bentayou, G. 2007, Ce qu’ils disent de la ville. Savoirs experts et représentations des acteurs de la rénovation/réhabilitation du IIIème arrondissement de Lyon (1960-2000), Thèse de doctorat ‘Ville et Société’, Université Jean Monnet de Saint-Étienne, 2 tomes.

Bentayou, G., BENBOUZID, B. 2009, L’urbanisme et ses études. Réflexions à partir de deux exemples de politique d’aménagement urbain à Lyon, Histoire et mesure, volume XXIV, n°2, p.71-108

Bigey, M., 1993, Les élus du tramway. Mémoires d’un technocrate, Paris, Lieu commun.

BLUNDO G., OLIVIER DE SARDAN J.-P. (dir.), 2003, Pratiques de la description, Paris, Éditions de l’EHESS

Bonamy J., Brachet O., Offner J.-M., 1982, Études et décisions. La ligne C du métro lyonnais, Les Annales de la recherche urbaine, n°14, p. 28-49.

Bouaziz, A. 1989, Relations entre bureaux d’études et collectivités locales : le cas des transports en commun, mémoire de DEA, Institut d’Urbanisme de Paris.

Bouinot J., Mauriac F., Thoenig J.-C. (dir.), 1979, Les collectivités locales et la recherche, actes du colloque du GRAL/CERVEL à Bordeaux les 8 et 9/12/1978, Paris, CNRS.

Bouinot J., Le Lamer C., (dir.), 1982, Guide pour la gestion des études dans les collectivités locales, Paris, PUF.

CEP, 1970, L’idéologie des études urbaines. Essai d’analyse critique, rapport, Paris.

CERAT, 1971, Aménagement du Territoire et développement régional, tome IV

Chaine, H., 1982, Tout de même les études ont servi le métro !, Annales de la recherche urbaine, n°14, p. 50-55.

CLAUDE, V. 1990, Les projets d’aménagement, d’extension et d’embellissement des villes (1919-1940). Sources et questions, Délégation à la Recherche et à l’Innovation, Ministère de l’Équipement.

Claude V., 1994, Les fonctions ‘études’ et l’administration de l’urbanisme. Fonction centrale contre fonction diffuse (1954-1969), Strasbourg, École d’architecture de Strasbourg pour le Ministère de l’Équipement, Plan Construction et Architecture.

Combe L. 2009, La participation en urbanisme à l’échelle métropolitaine : de la diversification des études à l’expression d’une compétence hybride spécifique, Séminaire ‘L’urbanisme et ses études’, Lyon, séminaire ENS-LSH le 23.10.2009

CRESAL, 1985, Situations d’expertise et socialisation des savoirs, Actes de la Table Ronde organisée à Saint-Étienne, 14-15 mars 1985, pour la Délégation à la Recherche et l’Innovation, Ministère de l’Équipement. 

Davidoff, P. 1965, Pluralism and Advocacy Planning, Journal of the American Institute of Planners, vol.31, n°4, pp. 331-338.

Druet P.-P., Kemp P., Thill G., 1980, Technologies et Sociétés, Paris, Galilée.

Enquête, 1998, La description. Autour de Clifford Geertz, n°6.

Ganne, B. 1980, Les avatars des études urbaines, Économie et Humanisme, n°252, p.3-12.

GRETU, 1980, « Une étude économique a montré… ». Mythes et réalités des études de transports, Paris, Cujas.

Laure A. 1964, De l’urbaniste à l’équipe pluridisciplinaire, Prospective, n°11, p.163-169.

MONTIGNY, G., 1992, De la ville à l’urbanisation. Essai sur la genèse des études urbaines françaises en géographie, sociologie et statistique sociale, Paris, L’Harmattan.

Offner J.-M., 1987, L’expertise locale en transports urbains des années soixante dix. L’ère des nouveaux technocrates, Arcueil, INRETS, rapport n°22. 

Regazzola, T., 1988, Recherche autour d’une amnésie. L’action des bureaux d’études au cours de la période 1950-1975, Association Orélie, pour la Délégation à la Recherche et à l’Innovation, Ministère de l’Équipement.

Saunier, P.-Y., 2004, Circulations, connexions et espaces transnationaux, Genèses, n°57, p. 110-126.

SENNETT R., 2010, Ce que sait la main. La culture de l’artisanat, Paris, Albin Michel,

Weill, G., 1965, Le problème des études urbaines au seuil du Vème Plan, Journées de Fontainebleau, DATAR.

Haut de page

Notes

1  Les termes « étude » ou « étudier » sont rares dans le texte de loi de 1919 (complété en 1924). On relève un seul usage, dans l’article 9 en 1919 (repris dans l’article 8 en 1924) pour les projets concernant plusieurs communes, mais le mot « programme » figure dès le 1er article de la loi de 1919, tandis que dans « L’instruction concernant les règles de nature à guider les municipalités dans l’application de la loi du 14 mars 1919 », on compte sept occurrences des mots « étude » et « étudier », ceci sur des thèmes généraux (le plan) ou plus circonscrits (« besoins », « circulation », « répartition des espaces plantés », « emplacements des services publics », etc.) (Claude, 1990).

2  On s’appuiera aussi sur les travaux des deux coordinateurs de ce numéro (Bentayou, Benbouzid, 2009) et sur le séminaire ‘L’urbanisme et ses études’ Lyon, ENS-LSH le 23.10.2009.

3  Le CERAT a été créé en 1963 au sein de l’IEP de Grenoble. Le répertoire distingue les « organismes d’études placés à la disposition des administrations », les « bureaux d’études semi-publics ou privés » et les « organismes de recherche » rattachés à l’Université, au CNRS et les « autres ». Notons que les sept bureaux créés par la SCET (Société Centrale pour l’Équipement du Territoire, filiale de la Caisse des Dépôts et Consignations) ainsi que les productions du CERAT, associé au CNRS et à la Fondation Nationale des Sciences Politiques) font l’objet de fiches distinctes (pp. 725-728)

4  Sur la vertu heuristique des circulations et de leur description, voir P.-Y. Saunier, 2004. 

5  Sous la houlette du GRAL : Groupement de Recherches coordonnées sur l’Administration Locale/Paris ; et du CERVL : Centre d’Étude et de Recherche sur la Vie Locale/IEP de Bordeaux.

6  La Société d’Études de Mathématiques Appliquées a été créée en 1959 par le polytechnicien Jacques Lesourne. Émanation de la banque PARIBAS, cette société développe des méthodes de recherche opérationnelle, qu’elle applique sur divers sujets et divers terrains (France, Europe et dans ce que l’on appelait dans les années 1970 le ‘Tiers-Monde’). Sur la SEMA, voir la revue de son réseau : Métra.

7  De Michel Anselme, cofondateur du CERFISE (Centre d’Études, de Recherches et de Formations Institutionnelles Sud Est) à Marseille, on peut lire un ouvrage publié après sa disparition. Sa contribution à cette table ronde y figure (Anselme 2000, pp.99-110).

8  Cette partie reprend des éléments de ma contribution (Les études : décider, gouverner ou attendre... ?) réalisée dans le cadre de l’appel d’offres « Le projet négocié » du PUCA. V. Claude et P. Hamman (dir.), Un rail pour tisser des liens. Les tramways à l’épreuve de la négociation dans les projets urbains, CRESS, AMUP, Strasbourg, IIème rapport, août 2010

9  Polytechnicien, ingénieur des Ponts et Chaussées (et titulaire d’un Master of Sciences de l’Université de Berkeley) il rejoindra la société ALCATEL en 1996.

10  Dès le début des années 1960, André Laure a été l’un des promoteurs actifs du renouvellement des pratiques de l’urbanisme (Laure, 1964).

11  S. Naessany en est le coordinateur. Un sujet traité par le GRETU a servi de thème au livre de Bruno Latour, Aramis, ou l’amour des techniques, Paris, La Découverte, 1992

12  À la suite, on peut lire ceci (p.47) : « Les hommes d’études ne sont généralement pas informés des positions qu’ils doivent défendre ou combattre. On assiste à la juxtaposition de travaux souvent coûteux sans que les efforts de chaque équipe fassent progresser les méthodes et les réflexions des autres, faute de confrontations portant sur le contenu des travaux » ; et (p. 51) : « Il n’est pas interdit de penser que, si l’on ne prend pas de mesure de sauvegarde à leur endroit, les études économiques de transport urbain risquent de tomber dans le discrédit. Le fait de les utiliser explicitement comme éléments de négociation peut être le moyen de sauver ce qu’elles ont d’utile à offrir ».

13  SETRA : Service d’Études Techniques des Routes et Autoroutes (créé en 1967) ;  CETUR : Centre d’Études des Transports Urbains (créé en 1976) ; CETE : Centre d’Études Techniques de l’Équipement dont les sept antennes régionales ont été constituées progressivement (entre 1966 et 1973) ; IAURP : Institut d’Aménagement et d’Urbanisme de la Région Parisienne (créé en 1960, devenu Institut d’Aménagement  et d’Urbanisme de la Région Ile-de-France, aujourd’hui IAU).

14  OCOTRAM : Office de COordination des TRAnsports de Marseille. Sur cet organisme aux origines singulières, P. Lissarague (Bouinot, Mauriac, Thoenig, 1979, pp. 68-70)

15  IRT : Institut de Recherche des Transports (créé en 1970) devenu en 1985 INRETS : Institut National de Recherches sur les Transports et la Sécurité.

16  Hervé Chaine, ingénieur civil des Ponts et Chaussées – le « civil » est à souligner – et docteur de l’Université de Berkeley, participe lui aussi au Colloque de Bordeaux en 1978 (Bouinot, Mauriac, Thoenig, 1979, pp. 74-79). On soupçonne qu’il a participé aux réunions du GRETU, au moins après 1974-75. Pour la trajectoire professionnelle d’H. Chaine voir l’entretien qu’il a accordé en 2008 au Centre de ressources prospectives du Grand Lyon (Millénaire 3) disponible sur Internet.

17  Dans les années 1980, nombre de chercheurs de tous horizons se sont intéressés au monde des professionnels, tous semblant être alors concernés par les transferts de compétences et la montée de « l’expertise ». (Offner, 1987 ; Bouaziz 1989). Dans un autre monde professionnelle : Architectes, ingénieurs urbanistes et Cie. Situations d’expertise et projets d’urbanisme, 1986. Sur la « machine expertisante » : Druet, Kemp et Thill, 1980.

18  A ce titre, on pourrait s’intéresser à la distance/proximité qu’il y a entre le « diagnostic en marchant » (études fréquentes dans les projets de renouvellement urbain) et le « parcours commenté » (recherches du CRESSON)

19  Sur le rôle des études dans la concertation, Lila Combe, 2009. Pour les chercheurs en sciences de gestion : « Représenter c’est organiser ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Viviane Claude, « Postface : Pour une description du monde des études », Géocarrefour, Vol. 85/4 | 2010, 333-339.

Référence électronique

Viviane Claude, « Postface : Pour une description du monde des études », Géocarrefour [En ligne], Vol. 85/4 | 2010, mis en ligne le 06 septembre 2011, consulté le 25 juin 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/8101 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.8101

Haut de page

Auteur

Viviane Claude

Institut d’Urbanisme de Paris, Université Paris-Est-Créteil 61, avenue du Général de Gaulle 94 010 Créteil Cedex viviane.claude@u-pec.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page