Navigation – Plan du site
Compte rendu d'ouvrages

Marie Redon, Des îles en partage. Haïti & République dominicaine, Saint-Martin, Timor

Jean-Michel Dewailly
p. 260
Référence(s) :

REDON M., 2010, Des îles en partage. Haïti & République dominicaine, Saint-Martin, Timor, Port-au-Prince et Toulouse, Editions de l’Université d’État d’Haïti et Presses Universitaires du Mirail, Collection Villes et Territoires, 324 p.

Texte intégral

1Livre surprenant, au premier abord, que cet ouvrage dont le titre associe quatre espaces dont on se demande ce qu’ils peuvent bien faire ensemble…, d’autant plus que l’auteur expose d’emblée que les deux premiers constituent une île qu’elle désignera sous le nom de « Quisqueya », terme dont on ne peut pas dire qu’il coure les ouvrages de géographie, bien qu’apparemment utilisé sur place !

2Ces surprises initiales font peu à peu place à la découverte d’un livre riche et bien charpenté sur des thèmes toujours féconds chez les géographes, mais sur des espaces que leur rapprochement rend encore plus originaux. Il s’agit de la version révisée d’une thèse soutenue en 2007. L’introduction s’attache à justifier le choix de l’étude et à préciser concepts et problématiques : croisement des objets d’étude que sont l’île et la frontière, toutes deux expressions de discontinuités, discussion des notions d’île, d’insularité et d’îléité, des effets induits sur la création de territoires résultant de frontières d’origine coloniale en îles tropicales. La première partie, « Approcher la frontière », retrace la genèse de ces frontières, qualifiées de « floues » (p. 89), montre leur inscription physique et comment elles structurent les espaces insulaires. La seconde partie, « Aborder l’île », examine comment le caractère limité de l’espace insulaire pèse sur la façon dont les populations doivent y vivre ensemble : flux de population, gestion des ressources économiques et environnementales, questions d’ordre administratif, linguistique, « échanges légaux et illégaux », ces derniers particulièrement florissants. Plusieurs tableaux expriment les connexions intra- et extra-insulaires qui affectent chacune des îles et territoires analysés. Dans la troisième partie, « Îles en partage », l’auteur se penche plus particulièrement sur les aspects liés aux nécessités de la vie commune alors que se forgent des identités différentes sur des espaces limités : conflits, rivalités, crispations (y compris avec les métropoles, France et Pays-Bas pour Saint-Martin)… Les façons de lire l’histoire ne sont pas les mêmes, les projets d’avenir peuvent être plus ou moins convergents. Et le dernier chapitre vient, comme en point d’orgue de la thèse, souligner les enjeux variés et importants liés aux frontières, avant que la conclusion ne présente l’île divisée comme la métaphore du monde, où il est impossible de faire comme si le voisin n’existait pas.

  • 1 Il n’est d’ailleurs même pas sûr que le terme « province » soit ici approprié. L’Ulster comme provi (...)

3Marie Redon a donc produit un ouvrage de qualité. Évacuons tout de suite quelques regrets et critiques, secondaires mais nécessaires. On aurait aimé des cartes plus nombreuses ou plus détaillées pour suivre plus aisément les analyses à grande échelle. Celles qui sont fournies sont sur fond de grisaille et souvent peu lisibles. Curieusement, les parties et sous-chapitres sont numérotés, mais pas les chapitres. Trop souvent, l’auteur utilise « hollandais » pour « néerlandais ». Deux fâcheuses coquilles (p. 125) donnent « plus de 500 hab/km2 pour Haïti » et « 584 hab/km2 pour l’ensemble » de Quisqueya, quand il s’agit respectivement de « 213 » (p. 125) et « plus de 200 » (p. 133). Deux erreurs étonnantes, enfin (note 17, p. 35), à propos de la République d’Irlande, qui ne fait pas « partie du Royaume-Uni », mais des Îles britanniques, et de l’Ulster, qui n’est pas « une province anglaise », mais plutôt « britannique »1.

4Les mérites du livre l’emportent évidemment de beaucoup. D’abord, il faut rendre hommage à l’auteur d’avoir produit, à une échelle relativement grande, un ouvrage aussi cohérent et documenté sur des espaces qui relèvent de six souverainetés différentes. Quant on sait les difficultés, pour la plupart des pays tropicaux en voie de développement (même si c’est moindre pour les territoires dépendant encore directement de métropoles européennes, comme Saint-Martin) de disposer de sources fiables, on ne peut qu’admirer qu’elle ait réussi à mettre en œuvre de façon aussi crédible autant de données disparates et lacunaires. La démarche comparative privilégiée est obligée de faire une large part à l’aspect qualitatif des choses, au détriment de l’aspect purement statistique, mais les conclusions n’en semblent guère altérées, et le résultat est convaincant. Ensuite, la disparité de taille et d’importance des îles et territoires étudiés, des 90 km2 pour Saint-Martin, divisée en deux tout comme Quisqueya qui en fait 76 000, obligeait évidemment à ne pas tomber, pour la première île, dans des micro-analyses qu’il aurait été difficile de reproduire dans la seconde. On se pose quand même parfois la question de savoir si les comparaisons sont bien pertinentes, et puis on est entraîné par les données et les mises en perspectives fournies par l’auteur, qui recadrent heureusement les questions d’échelle. Sur la base d’une riche bibliographie complétée par une pratique affirmée du terrain, la progression de l’ouvrage et de la démarche géographique se déroulent tranquillement mais sûrement. À un certain scepticisme initial, avouons-le, succède une adhésion qui se construit au rythme proposé par l’auteur. Sa démarche inductive conduit à déboucher sur des questions majeures qui traversent la géographie actuelle : frontières, migrations, souveraineté, identité, affirmation nationale, développement, gestion des ressources naturelles, géopolitique du global au local, vivre ensemble.... Le propos s’élargit peu à peu, et sait aller bien au-delà de monographies plus ou moins juxtaposées, sans préjudice de la richesse des informations apportées sur chacun des territoires étudiés.

  • 2 DION R., 1947, in Les frontières de la France, Brionne (rééd. G. Monfort, 1979), p. 104.

5Le résultat est, en fin de compte, un livre original, plaisant, bien construit, sans charabia, un travail de géographie complète. L’ensemble des faits qu’il souligne et des questions qu’il soulève corrobore ce qu’écrivait Roger Dion à propos de la frontière septentrionale de la France : « Frontière absurde peut-être, frontière créatrice à coup sûr »2. C’est bien le cas des trois frontières insulaires dont Marie Redon nous a proposé la compréhension. Est-ce à dire que si les frontières n’existaient pas, il faudrait les inventer, comme stimulant la réflexion sur nombre de questions essentielles de notre temps ?

Haut de page

Notes

1 Il n’est d’ailleurs même pas sûr que le terme « province » soit ici approprié. L’Ulster comme province comprend 9 comtés dont 6 seulement constituent l’Irlande du Nord, appelée aussi par commodité Ulster, et généralement désignée comme une « région » faisant « partie » du « Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord » depuis le 1er janvier 1923. Cette « région » n’a pas le même statut que l’Écosse et le Pays de Galles, qui sont, eux, incontestablement « britanniques », terme revendiqué en Ulster par les loyalistes, mais contesté par les républicains « irlandais ». Dans une terminologie compliquée, certains préfèrent aussi parler de « British and Irish Isles ».

2 DION R., 1947, in Les frontières de la France, Brionne (rééd. G. Monfort, 1979), p. 104.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Michel Dewailly, « Marie Redon, Des îles en partage. Haïti & République dominicaine, Saint-Martin, Timor », Géocarrefour, Vol. 87/3-4 | 2012, 260.

Référence électronique

Jean-Michel Dewailly, « Marie Redon, Des îles en partage. Haïti & République dominicaine, Saint-Martin, Timor », Géocarrefour [En ligne], Vol. 87/3-4 | 2012, mis en ligne le 06 mai 2013, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/8073

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • Revues.org