Navigation – Plan du site

La gestion conservatoire des dépressions tourbeuses intra-dunales : l’exemple des dunes du Nord de la France

Conservation policies of peat-lands of the dune fields in the northwest of France
Yves Petit-Berghem
p. 277-284

Résumés

Le littoral du nord-ouest de la France est occupé en grande partie par des dunes d’ampleur variable dont la valeur patrimoniale est aujourd’hui reconnue. Ces dunes offrent aux visiteurs qui les parcourent des paysages variés parmi lesquels émergent des dépressions tourbeuses chargées d’une valeur affective et dignes du plus grand intérêt pour les naturalistes. Ces zones humides représentent des territoires d’exception dans la mesure où elles constituent des sites d’accueil pour des espèces végétales ou animales menacées de disparition. La survie de ces espèces est conditionnée par des pratiques de gestion respectueuses de la qualité de l’environnement. Une gestion conservatoire est appliquée de nos jours et permet grâce à des réglementations et à des outils techniques adaptés de conserver ou restaurer une biodiversité dans les espèces ou dans les paysages.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Succession végétale dont le premier stade est un substrat humide nu. L’antonyme cor-respond à la x (...)

1Le littoral du nord de la France (Nord-Pas-de-Calais, Picardie, Normandie) est occupé par des dunes d’ampleur variable dont la valeur patrimoniale est aujourd’hui reconnue. Lorsque les conditions topographiques s’y prêtent (bas de dune, proximité de la nappe phréatique), des dépressions humides apparaissent et permettent à l’hygrosère dunaire1 de se développer. Une petite couverture de tourbe dans ces dépressions autorise la venue de plantes turficoles dont certaines sont menacées de disparition. Ces plantes répondent à des conditions de pleine lumière et représentent les stades initiaux des séries dynamiques de végétation. La fixation de la dune (qui ne se justifie plus aujourd’hui) a bloqué la dynamique dunaire qui, elle seule, conditionne la genèse, puis le développement des dépressions tourbeuses. Cette fixation a figé les massifs dunaires et a du même coup généré un processus de vieillissement des dépressions existantes. La végétation a répondu à ce processus en se densifiant et en se banalisant (développement de fourrés arbustifs). Dans un contexte de développement durable et de préservation des écosystèmes tourbeux de la dune, les structures gestionnaires ont réagi en mettant en place une stratégie de gestion conservatoire de ces dépressions. Quels sont les principes généraux de cette stratégie ? Quels sont les moyens mis en œuvre ? Quelles sont les difficultés rencontrées sur le terrain ? Nous tenterons de répondre à ces questions après avoir présenté ces dépressions et les enjeux qui leur sont associés.

Des tourbières jeunes et de dimensions variables

2En bord de mer, des petites dépressions fermées peuvent avoir, saisonnièrement ou durablement, un fond humide voire marécageux. Dans le nord-ouest de la France, ces dépressions humides sont plus ou moins allongées et situées à l’arrière des cordons dunaires littoraux. Ces dépressions sont propices à la formation de tourbières thalassogènes qui naissent au contact entre les eaux douces et les eaux marines (Dupieux, 1998). En position basse, des dunes paraboliques développées perpendiculairement aux vents dominants vont être à l’origine de la plupart des dépressions humides. La nappe d’eau douce dans les dépressions est alimentée par l’infiltration des pluies, mais aussi par les suintements souterrains provenant des reliefs environnants (plateau arrière-côtier, ancienne falaise littorale). Mais le niveau d’eau dépend surtout des précipitations et s’avère donc fluctuant d’une saison à l’autre. En été, même si l’eau s’est complètement retirée, les dépressions se signalent par une végétation originale, plus verte, plus dense, mais surtout par la présence d’espèces particulières à tendance hygrophile.

  • 2  Le Symel est le Syndicat mixte des espaces littoraux de la Manche.

3En Basse-Normandie, les dunes du littoral abritent des dépressions de dimensions variées dont certaines se sont transformées en mares permanentes plus ou moins végétalisées (l’exemple de la mare de Vauville classée en réserve naturelle depuis 1976). Les dépressions les plus représentatives se situent dans les deux massifs dunaires les plus imposants du littoral, le massif de Vauville-Biville situé entre deux caps (La Hague et Flamanville) et celui d’Hatainville sis entre la pointe de Rozel et le cap de Carteret (Petit-Berghem, 2002). Ces deux grands édifices dunaires montent à l’assaut de la falaise fossile et en tapissent les flancs. Dans le Cotentin occidental, et plus particulièrement au nord du cap de Carteret, les dépressions humides sont nombreuses à tel point que le Symel2 en a recensées plus de 350 pour une superficie estimée à 145 ha (Galloo et al., 2002). Dans les massifs dunaires picards ou flamands, à l’exception de quelques sites au sud de Boulogne-sur-mer, les dépressions sont plus isolées au sein d’une xérosère fortement embroussaillée. Elles ne représentent qu’une assez faible superficie par rapport à la dimension totale des sites.

Des dépressions réservoirs de biodiversité

Une biodiversité à plusieurs niveaux

4La biodiversité des dépressions est plurielle. Elle est d’abord écologique puisqu’elle repose sur la diversité des habitats. Elle est ensuite biologique puisque associée à des espèces sensibles (diversité spécifique) qui trouvent dans les dépressions les conditions de site (microtopographie, hauteur d’eau, ouverture du milieu) nécessaires à leur survie. Elle est aussi de nature fonctionnelle et illustrée par la coexistence, dans un même habitat, d’espèces qui utilisent, de façon différente mais complémentaire, les ressources du milieu. Cette biodiversité est enfin culturelle, car liée à un passé et à une identité régionale avec des pratiques et des choix sociétaux (protections, atteintes, etc.) qui ont pu avoir des conséquences sur la valeur patrimoniale des dépressions.

  • 3  Ces cinq habitats élémentaires sont : les mares dunaires, les pelouses pionnières des pannes, les (...)

5Les dépressions tourbeuses abritent des communautés végétales caractéristiques des systèmes dunaires tourbeux alcalins nord-atlantiques. L’habitat générique correspond aux dépressions humides intradunales (code 2190 de l’Union européenne). Cet habitat est décliné en cinq habitats élémentaires3 selon des critères biogéographiques et écologiques. Lorsque le substrat est minéral, ou peu enrichi en matière organique, apparaissent des pelouses rases riches en espèces patrimoniales (Sagina nodosa var. monoliformis, Littorella uniflora, Gnaphalium luteo-album). Ces espèces sont caractéristiques des eaux peu profondes, oligotrophes et très légèrement chlorurées. Plus en retrait, nous trouvons des bas-marais tourbeux de bas niveau riches en espèces turficoles comme le choin noirâtre (Schoenus nigricans) et la linaigrette à feuilles étroites (Eriophorum polystachion). On retrouve également des espèces végétales de grande valeur patrimoniale, certaines ayant des affinités boréales ou thermo-atlantiques, comme la parnassie des marais (Parnassia palustris), la pyrole à feuilles rondes (Pyrolus rotundifolia) ou diverses orchidées comme l’épipactis des marais (Epipactis palustris) ou le liparis de Loesel (Liparis loeselii) (Photo 1).

Photo 1 : Liparis loeselii

(cliché Y. Petit-Berghem, massif dunaire d'Hatainville, 2004)

6La plupart de ces espèces sont très sensibles aux variations des hauteurs d’eau et affectionnent les sols avec un horizon tourbeux supérieur. Sur les sols organo-minéraux moins longuement inondables, prend place une végétation herbacée plus haute et moins ouverte dominée physionomiquement par les monocotylédones (graminées, joncacées, cypéracées). Une plus grande fermeture du milieu aboutit à des formations prairiales dominées par les graminées puis à des végétations hautes et fermées de type roselière ou mégaphorbiaie.

7Les dépressions et marais arrière-dunaires sont des sites très attractifs pour certaines espèces d’oiseaux liées aux zones humides à condition que les perturbations y soient limitées. Le chevalier gambette, l’huîtrier pie, le vanneau huppé, la bécassine des marais ou la mouette mélanocéphale sont, entre autres, des espèces amenées à séjourner dans les dépressions et aussi à s’y reproduire. De même, la diversité en insectes aquatiques et en amphibiens (tritons, grenouilles, crapauds) est grande et certaines espèces sont menacées de disparition comme le triton crêté, espèce visée à l'annexe II de la directive Habitats. Une biodiversité étonnante et la présence d’espèces très rares en France, voire en Europe, font de ces écosystèmes des milieux privilégiés et de véritables laboratoires à ciel ouvert.

Une biodiversité menacée

  • 4  Les caoudeyres (terme gascon) désignent des excavations de petite dimension (quelques m2) suscepti (...)

8Les dépressions tourbeuses sont donc reconnues par leur valeur biologique, écologique et paysagère, mais aussi par leur valeur d’usage. Mais aujourd’hui, la pérennité à long terme de ces dépressions humides ne semble pas totalement assurée. La raison de cet état de fait est liée au degré d’ancienneté de ces dépressions et à la dynamique de la végétation qui s’y est développée. En effet, les massifs dunaires sont, de nos jours, bien végétalisés et stabilisés et la dynamique éolienne n’est pas suffisamment active pour engendrer la création de nouvelles dépressions au fond des caoudeyres4. Les dépressions sont donc anciennes et les différentes communautés pionnières qui se différencient normalement en auréoles plus ou moins concentriques, depuis les niveaux aquatiques permanents (herbiers aquatiques, bas-marais) jusqu’aux fourrés bas longuement inondables, ne sont plus toujours apparents. Au contraire, le développement localisé de massifs arbustifs s’est généralisé dans et autour des dépressions. Un autre facteur n’est pas étranger à cette progression des ligneux : la diminution du lapin de garenne sous l’effet de la myxomatose depuis les années 1950-1960. Le lapin ne contrôlant plus la végétation dunaire, d’importants fourrés se sont développés ; l’extension des ligneux s’est accompagnée d’une baisse du niveau de la nappe par augmentation de l’évapotranspiration. Certes, le développement des arbustes sur le rebord des dépressions crée une zone abritée du vent favorable aux oiseaux d’eau. Mais, cette évolution porte atteinte à la valeur du patrimoine naturel et aux milieux aquatiques associés. Avec l’atterrissement et l’assèchement progressif, il y a accélération de la dynamique végétale, par densification de la végétation puis embroussaillement à la faveur d’années de sécheresse. La progression des ligneux devient problématique à partir du moment où la tourbe atteint un stade dit minéralisé. L’assèchement conduit à la disparition des communautés végétales les plus originales, celles qui caractérisent les niveaux moyens et bas les plus longuement inondables dans les vastes dépressions herbacées parfois creusées de mares anciennes toujours en eau. En se fermant, les dépressions disparaissent ou du moins deviennent moins nombreuses, surtout depuis que les gestionnaires ont interrompu le cycle naturel des dunes en les stabilisant et en les fractionnant avec le développement des stations balnéaires au cours du siècle passé. Dans le département de la Manche, l’assèchement peut être aggravé avec l’intensification des pratiques agricoles sur les mielles (cultures maraîchères sur sable) et la multiplication des pompages qui l’accompagne. En Flandre, le drainage des polders ou de l’arrière-dune, associé à l’installation de captages d’eau souterraine, a produit les mêmes effets. Près de la frontière belge, il faut également noter les remblaiements ou décharges liés aux aménagements touristiques ou portuaires mal contrôlés (Provoost et al., 2002). Ces processus conduisent à moyen terme à la disparition des végétations tourbeuses. Ailleurs, la politique d’enrésinement menée jusqu’aux années 1970-1980 dans ou autour des dépressions a pu remplacer les habitats naturels et encourager l’apparition de broussailles. Dans beaucoup de sites, les pins subventionnés par le Fonds forestier national ont réduit la mobilité du sable, baissé la nappe phréatique et acidifié les sols.

9Pour contrer ces phénomènes, les structures gestionnaires ont réagi en mettant en place une gestion conservatoire du milieu. La gestion conservatoire des dépressions tourbeuses s’est développée progressivement en France depuis une dizaine d’années. Initiée dans la région Nord-Pas-de-Calais, elle s’est ensuite étendue en Picardie puis en Haute et en Basse-Normandie. L’échange d’expériences et de connaissances permet aujourd’hui d’intervenir au plus juste. Le savoir-faire des techniciens permet de mettre en œuvre différents protocoles d’intervention et de suivi et aussi de mieux comprendre les mécanismes de réponse des milieux tourbeux aux expérimentations et aux modes de gestion appliqués.

La gestion conservatoire des dépressions

10Une bonne gestion passe par une meilleure connaissance du milieu. Le fonctionnement hydropédologique des tourbières, tout comme la localisation précise des espèces remarquables, sont par exemple des données fondamentales qu’il faut acquérir avant d’entreprendre la gestion. De même, un diagnostic écologique des sites d’étude est absolument nécessaire, car il permet d’établir un état des lieux et d’évaluer les enjeux et les potentialités. Quelles sont la faune et la flore existantes ou potentielles ? Existe-t-il des espèces à forte valeur patrimoniale ? Quelle valeur attribuer aux différentes dépressions et comment évoluent-elles actuellement ? Cette phase de diagnostic met souvent en exergue la raréfaction d’habitats pionniers associée à la disparition d’espèces herbacées à intérêt patrimonial. Elle montre aussi que les sites ont souvent été modifiés tant à travers la dynamique de la végétation (disparition des cortèges turficoles typiques) qu’à travers du fonctionnement hydrologique. A partir du diagnostic, il est ensuite possible de définir un certain nombre d’objectifs de gestion et de moyens permettant de les atteindre.

Les objectifs de gestion et les outils techniques employés

11Ces objectifs de gestion peuvent se décliner en plusieurs points :

Assurer le bon fonctionnement hydrologique des sites

12Dans les dépressions dunaires, l’eau est fondamentale, car c’est elle qui conditionne le fonctionnement et la dynamique des communautés végétales et animales. L’hydrologie du site est une préoccupation première et permanente qui passe avant tout traitement appliqué à la végétation. La gestion de l’eau est à la fois qualitative et quantitative. Si la préservation des habitats est étroitement liée à la qualité de la nappe sous-jacente (teneur réduite en nitrates, acidité modérée, etc.), elle est aussi fortement dépendante des variations des niveaux saisonniers. Les périodes de sécheresse sont particulièrement redoutées. Pour faciliter le maintien de l’eau, il est nécessaire de réaliser un rajeunissement périodique de certaines dépressions par curage et/ou faucardage. Il s’avère important d’améliorer les conditions d’habitats en adoucissant la pente des berges, en diversifiant les substrats et les vitesses d’écoulement. De telles opérations permettent d’accroître la diversité des biotopes et de favoriser aussi l’expression des végétations semi-aquatiques.

Optimiser la biodiversité

13Les habitats herbacés sont les plus diversifiés sur le plan floristique et les plus menacés. Pour favoriser ceux dont les potentialités floristiques sont les plus remarquables, le maintien d’un niveau d’eau optimal doit être associé à la réhabilitation de pratiques de gestion extensives traditionnelles, seules garantes de la conservation de ces habitats. Comme aux Pays-Bas (Van Boxel et al., 1997), des pratiques novatrices, telles que la réactivation de la dynamique dunaire, permettent de voir réapparaître des cortèges végétaux typiques de l’hygrosère dunaire. En effet, depuis quelques années, la tendance est de réinitialiser les processus dynamiques caractéristiques de la dune en mouvement et donc de permettre à des plantes pionnières de réapparaître. Cette tendance d’abord observée aux Pays-Bas puis en Belgique et dans les Iles Britanniques (Owen et al., 2004) s’est étendue dans le nord-ouest de la France principalement dans les sites suffisamment étendus et classés en réserve naturelle ou biologique (dunes flamandes, du Pas-de-calais ou de Picardie). Si la libre expression des processus dynamiques de la dune est essentielle pour rouvrir le milieu et créer de nouvelles formes et donc de nouvelles dépressions, elle ne suffit pas toujours, car beaucoup de dépressions sont parvenues à des stades de maturité trop avancés. Aussi, pour contrer cette évolution dynamique signe d’appauvrissement de la biodiversité, l’intervention humaine est nécessaire et consiste à rajeunir certaines dépressions en utilisant des outils techniques adaptés (voir plus loin). Même si les ligneux sont combattus, toutes les expérimentations n’ont pas pour effet de les supprimer. D’ailleurs, la cohabitation sur une même station de jeunes et de vieux arbres s’avère un dispositif expérimental inestimable pour l’étude des effets de la végétation sur le sol. Les vieux arbustes peuvent être maintenus au titre de la vocation de "laboratoire de nature" affiché par le massif dunaire.

Parvenir à une gestion durable en impliquant efficacement les acteurs, dont les agriculteurs

14Les gestionnaires s’engagent à maintenir en bon état de conservation les terrains acquis et à en assurer la surveillance. Pour gérer des dépressions tourbeuses en proie à une dynamique permanente, le personnel employé par la force publique ne suffit pas, d’autant plus que les tâches des agents deviennent de plus en plus nombreuses (surveillance, entretien et suivi de la végétation, visites guidées, formation, réunions diverses etc.). Pour y parvenir, le Conservatoire du Littoral fait par exemple appel à des partenaires motivés, associations, classes vertes de lycée agricole, agriculteurs. Chaque acteur préalablement formé participe ainsi à la gestion conservatoire des dépressions.

15Dans le département de la Manche, encore à forte connotation rurale, l’investissement des agriculteurs est important. Les exploitants utilisent les dunes en agriculteurs soucieux d’une gestion durable, en respectant scrupuleusement le patrimoine naturel et paysager des biens grâce à des pratiques agricoles adaptées. Les animaux introduits (vaches et chevaux dans le Cotentin) fréquentent les dunes sèches et la périphérie des dépressions. Autour des mares, des travaux d’entretien favorisent des espaces de végétation basse "en mosaïque" avec des effets de lisière en grande quantité. La gestion des parcelles concernées doit permettre le développement de la diversité de la flore et de la faune en favorisant l’existence d’habitats favorables. Certains de ces habitats pourront aussi servir de zones refuges pour les espèces animales (zones de reproduction, nourrissage d’abri). Le Conservatoire du Littoral impose à l’exploitant qui accepte d’intervenir le respect d’un cahier des charges. Il lui est bien sûr interdit de drainer ou de modifier le fonctionnement hydraulique des terrains. Il lui est interdit d’écobuer ou d’affourager les animaux (sauf lors de conditions météorologiques exceptionnelles). Cette pratique ne doit pas être intégrée dans un système de production intensif et les dunes ne doivent pas servir de stabulation de plein air pour des troupeaux de plus en plus nombreux. Le nombre d’animaux par exploitant est contrôlé. Une bonne gestion des dépressions passe par un faible chargement à l’hectare. Au dessous de 0,5 UGB/ha, il est possible de laisser les animaux s’alimenter avec les réserves du milieu. Mais lorsque la charge est trop forte, les fourrages produits par la dune représentent une part faible à négligeable du besoin des animaux, ce qui implique un apport important de l’éleveur et un risque de dégradation fort de la dune. Si les animaux sont trop nombreux, les dépressions tourbeuses ne peuvent plus les accueillir. Il faut alors envisager la création de mares artificielles. Ces mares offrent des points permanents où les animaux en pâture peuvent venir s’abreuver. Ainsi, les dépressions tourbeuses, autres mares, mais souvent temporaires car susceptibles de s’assécher en été, sont préservées.

16Bien que représentés également, les agriculteurs ont tendance à être relayés par d’autres acteurs (milieux associatifs, ONF, bénévoles etc.) dans les départements du Nord ou du Pas-de-Calais. Dans ces départements, les dépressions de petite dimension (quelques dizaines de m2 au plus) caractérisées par une évolution tourbeuse sont appelées pannes (terme d’origine flamande). Ces pannes abritent des végétations ouvertes de gazons herbacés ras, annuelles ou vivaces. C’est, par exemple, le cas de la Réserve biologique domaniale de Merlimont (Pas-de-Calais) où les pannes humides se développent à l’arrière du cordon bordier dans les creux des dunes à tendance parabolique. Dans ces pannes, des travaux de restauration et d’entretien ont été engagés depuis une dizaine d’années par les forestiers aidés par une association intervenant en milieu naturel, "les Blongios". Dans les dunes flamandes, le Conseil général fait appel pour la gestion courante (nettoyage et débroussaillage manuel des dépressions) à des associations ou à des entreprises d’insertion (Ecoflandres), voire à des maisons de quartiers. Des collaborations basées sur le volontariat existent même avec les pays voisins : c’est, par exemple, le cas des dunes du Mont-Saint-Frieux fréquentées chaque année par des Hollandais qui viennent y réaliser des chantiers écologiques depuis 1989. Cela crée ainsi de nouvelles formes de sociabilité puisque des groupes sociaux qui n’étaient pas au départ en contact les uns avec les autres se rencontrent et apprennent en échangeant. Tous œuvrent dans la recherche d’un résultat à produire (restaurer la biodiversité) et dans la manière dont il convient de conduire telle action pour arriver à ce résultat. La participation active de tous ces acteurs engendre un sentiment d’appartenance et de soutien en faveur des structures gestionnaires.

  • 5  Les recrutements des gardes font généralement l'objet de conventions avec les départements qui les (...)

17Les objectifs de gestion sont budgétisés et clarifiés dans un plan de gestion soumis à l’approbation d’un comité de gestion consultatif. Les budgets annuels de fonctionnement d’un site peuvent varier considérablement. Chaque année, les dépenses inhérentes à la gestion sont réservées pour les équipements d’accueil du public et pour l’animation des sites. Mais il faut garder à l’esprit que la plupart des investissements nécessaires à la gestion, même s’ils sont réalisés par les organismes gestionnaires, entraînent à l’aval des charges d’entretien élevées. Les collectivités territoriales prennent souvent en charge les gardes du Conservatoire5, ainsi qu’une partie des frais des aménagements et des opérations de génie écologique. Afin de réduire les dépenses, les travaux d’entretien sont souvent réalisés par les communes, les associations ou les classes vertes des lycées agricoles.

18Ces travaux font appel à des techniques variées et ont pour but soit de restaurer les habitats dégradés, soit de les entretenir dès qu’ils ont été restaurés.

  • 6  Un entretien régulier par fauche exportatrice entraîne un rajeunissement périodique du milieu et p (...)

19Des pratiques comme le pâturage extensif itinérant ou la fauche exportatrice6, largement employées aussi bien dans certains systèmes dunaires nordiques (îles Hébrides) que dans ceux à caractère cantabro-atlantique (Galice), sont aujourd’hui privilégiées. La pratique du pâturage n’est pas nouvelle, puisque les dunes servaient de terres de parcours et ont été de tout temps parcourues par les bestiaux. Le pâturage exercé par les lapins durant des siècles est aujourd’hui contrôlé, mais il n’est plus suffisant sur tous les sites en cours d’embroussaillement. L’absence de fréquentation ou l’accès limité dans beaucoup de sites à caractère tourbeux a rendu l’établissement du pâturage domestique possible (chevaux, poneys). Le pâturage redonne le sens de la vie sauvage à des animaux de race rustique. En général, les animaux sont contenus sur des petites parcelles puisque les conventions de pâturage écologique établies entre les structures gestionnaires et les agriculteurs s’appliquent sur quelques hectares. Si le bétail est générateur de micro-perturbations favorables à l’apparition des plantes pionnières, la surcharge pastorale doit absolument être évitée (cf. ci-dessus) afin d’empêcher des problèmes de dégradation du milieu (tassement des sols, enrichissement en nitrates) ou d’appauvrissement floristique. Dans les sites fortement embroussaillés, le pâturage n’est pas mis en œuvre pour ouvrir les milieux mais plutôt pour maintenir l’ouverture des milieux restaurés et pérenniser les résultats obtenus.

20La fauche assortie d’un décapage superficiel du sol peut s’avérer intéressante à condition qu’elle soit réalisée à la bonne période et sur des surfaces réduites (quelques mètres carrés). Une fauche estivale annuelle est nécessaire pour limiter l’extension des formations prairiales ou ligneuses (jonchaies, roselières, saulaies). La croissance vigoureuse de certaines graminées (Calamagrostis epigeios) peut également être jugulée par cette pratique. De nombreuses espèces patrimoniales se réveillent à la mise en lumière (Epipactis palustris, Dactylorhiza incarnata, Ophioglossum vulgatum) et redonnent aux dépressions leur caractère juvénile et oligotrophe. Lorsque les dépressions sont de petite taille, une fauche tournante est appliquée de façon différenciée, afin de disposer d’une mosaïque d’habitats, surtout en période de basses eaux (Galloo et al., op. cit.). Dans beaucoup de dunes tourbeuses, la fauche est simplement utilisée pour contrôler la hauteur et la densité des populations de saules. Le matériel de coupe doit être enlevé pour éviter une accumulation de nutriments et un étouffement des banques de semences. Dans certains massifs fréquentés par les touristes, le matériel de coupe enlevé est utilisé pour recouvrir les chemins sableux afin de les consolider.

  • 7  L’argousier est un arbuste épineux doté d’un mode de dissémination par drageons. Le comportement d (...)

21A Merlimont, le gyrobroyage, d’abord réalisé par les chasseurs (présence de mares de chasse sur le site), a permis de rétablir des stades pionniers et de faire face à l’envahissement par le saule des dunes et autres espèces buissonnantes comme l’argousier. Ce dernier a tendance à conquérir rapidement les zones ouvertes des dunes, qu’elles soient sèches ou humides, et son extension doit être contrôlée7, car sinon il risque d’uniformiser la végétation et surtout d’assécher les pannes. Le gyrobroyage a limité l’embroussaillement mais l’éparpillement sur place des débris végétaux a favorisé l’eutrophisation de ces milieux humides et leur restauration complète a ensuite nécessité (à partir de 2000) un étrépage. L’étrépage recrée une situation de départ abiotique favorable aux espèces pionnières. Le fond des pannes, mais aussi les côtés, sont aujourd’hui traités afin de laisser s’exprimer la végétation de bordure conditionnée par la hauteur d’eau. Dans cette réserve, les pannes ne sont pas les seuls écosystèmes humides pour lesquels des actions de conservation sont engagées : d’autres zones à évolution tourbeuse apparaissent dans leur continuité comme les habitats de bas-marais ou les nombreux trous de bombe, vestiges de la dernière guerre.

22D’une manière générale, en France et dans les pays limitrophes (Adema et al., 2002 ; Petersen, 2000), les méthodes manuelles ont fait leurs preuves, mais restent fastidieuses. Les engins mécaniques sont parfois utilisés pour remodeler le profil des dépressions humides et ainsi retrouver un niveau topographique plus favorable aux espèces hygrophiles. Mais lorsqu’il est fait appel à la mécanisation (utilisation d’engins agricoles), il faut être très prudent car il existe des risques de compaction du sol et de modification de la topographie de la dépression. Comme en Angleterre (utilisation d’herbicides dans les dunes de la côte de Sefton), des erreurs ont été commises au début et cette pratique qui uniformise la surface du sol et la végétation n’est pas toujours adaptée dans les dépressions dunaires à cause de la présence des amphibiens (Rooney, 1997). Aujourd’hui, des règles de bonnes conduites sont établies pour optimiser la biodiversité qu’elle soit végétale ou animale. Lorsque le gestionnaire veut tester l’effet de telle ou telle pratique, les outils de gestion (pâturage, fauche, étrépage et témoins sans intervention) sont testés sur des surfaces écologiquement homogènes où sont placés des blocs expérimentaux de plusieurs quadrats permanents.

23Bref, toutes les opérations mentionnées visent à éclaircir la végétation et à favoriser la reprise spontanée des espèces caractéristiques des premiers stades de la succession écologique. Ces stades pionniers et post-pionniers sont les moins compétitifs, mais les plus riches : l’enjeu écologique est donc important.

Les problèmes de gestion rencontrés

24Bien que la gestion des dépressions tourbeuses soit planifiée dans le plan de gestion établi pour une période de 5 à 10 ans, le déroulement des opérations n’est pas toujours respecté pour des raisons de nature variée. Le personnel peut manquer, comme les moyens financiers, et les aléas climatiques (inondations de 2001) rendent quelquefois les interventions délicates ou impossibles. Un événement catastrophique (submersion marine, débordement des eaux de surface, etc.) peut ruiner plusieurs années de travail et bouleverser durablement le fonctionnement de l’écosystème. Il faudrait apprendre à gérer l’imprévisible, mais cela n’entre pas encore dans les plans et les têtes des gestionnaires qui ont des échéanciers à respecter.

25Les difficultés de gestion sont aussi souvent liées à un manque de connaissance scientifique des sites. De ce fait, un problème qui nécessite une intervention humaine est parfois mal apprécié. Et il arrive que l’on traite les symptômes plutôt que les causes du problème. Par exemple, la véritable cause de l’embroussaillement et de la disparition d’habitats pionniers est liée sans conteste au bilan hydrique (rôle des précipitations, de l’ETP) et au fonctionnement hydro-pédologique des dépressions dunaires. La circulation de l’eau dans les sols est complexe et des études restent à faire pour comprendre les mécanismes d’assèchement ou au contraire d’inondation prolongée (relation entre la nappe d’eau douce des dunes et les autres aquifères, origine des apports d’eau, etc.). Les fluctuations des niveaux d’eau sont essentielles, car elles règlent en grande partie la mobilité des plantes et conditionnent leur survie. C’est, par exemple, le cas du liparis de Loesel, petite orchidée hygrophile dont la faible diversité génétique est un facteur de fragilisation des populations. Déjà fragilisée, l’espèce est très sensible aux modifications hydriques de l’habitat. Pour parvenir à une meilleure connaissance des sites, le rôle des scientifiques est essentiel de concert avec les autres acteurs du littoral. À ce titre, des travaux de recherche ont été engagés en 2004 par le laboratoire Géophen en collaboration avec le Conservatoire du littoral et Syndicat mixte des espaces littoraux de la Manche. Ces travaux ont eu pour principal objectif de mieux comprendre la relation sol-végétation des dépressions dunaires. En effet, la variable édaphique est souvent négligée dans les études naturalistes alors que la texture du sol, sa chimie, et son économie en eau sont des précieux indicateurs de l’état du milieu et de ses potentialités (Le Gouée et al., à paraître). La pédologie dunaire s’avère aussi d’un grand intérêt pour mieux comprendre les différences observées dans la composition et l’évolution de la végétation. Cette étude a permis de montrer que des plantes rares comme l’ache rampante ou la littorelle uniflore étaient strictement inféodées aux dépressions humides enrichies en limon (Photo 2).

Photo 2 : Littollera uniflora

(cliché Y. Petit-Berghem, massif dunaire de Biville, 2004)

26D’un autre côté, le caractère juvénile de tous les sols rencontrés a montré qu’il fallait rester très prudent dans l’utilisation de certaines pratiques. Par exemple, l’étrépage, qui se traduit par un décapage des premiers centimètres du sol, modifie radicalement le contexte édaphique. Les techniques de lutte contre les formations envahissantes peuvent conduire à la disparition complète du matériel édaphique et modifier de manière irréversible le patrimoine écologique. Compte tenu d’une pédogenèse locale récente et d’un contexte naturel limitant le processus de formation des sols, les interventions humaines doivent donc être menées sur la base de connaissances pédologiques solides.

  • 1

27D’autres recherches peuvent consister à étudier plus finement l’écologie des plantes et leur comportement vis-à-vis de certains stress. Le Conservatoire botanique national de Bailleul s’est penché depuis quelques années sur le liparis de Loesel ou la germandrée des marais. Par ailleurs, des ateliers techniques sont nécessaires pour confronter les méthodes, échanger les informations, et donc progresser. Des rencontres organisées par le GET en 1997 (pannes du Nord-Pas-de-Calais) ou chaque année par l’EUCC-France8 permettent de renforcer le nécessaire dialogue entre praticiens et chercheurs. Mais les nécessaires discussions n’aboutissent pas toujours à des consensus, car il peut y avoir accord sur les objectifs et les moyens, mais désaccord sur les échelles d’application. Une approche holistique comme la réactivation de la dynamique dunaire légitimée par le fait qu’elle peut être bénéfique à de nombreuses espèces s’oppose à une approche plus ciblée où l’on s’attache à sauvegarder un élément particulier, une espèce (végétale ou animale) ou un habitat. Certes, l’espèce est un bio-indicateur plus facile à identifier que l’habitat ou le système. À ce titre, elle se voit parfois accorder une plus grande attention par les élus ou les décideurs. Mais on ne comprend pas toujours la façon dont les espèces interagissent avec leur environnement et leurs exigences particulières en matière de qualité de l’habitat. De plus, chaque espèce peut avoir son défenseur comme son détracteur et il n’est pas toujours simple de s’y retrouver. Bien souvent, la gestion consiste à intégrer les stratégies de conservation des espèces dans le cadre d’une stratégie générale de conservation de la nature.

28Dans certaines régions, la question n’est pas toujours tranchée entre une gestion interventionniste ou le choix de laisser évoluer d’elles-mêmes les dunes lorsque la pérennité du système dunaire ne semble pas menacée. En Grande-Bretagne, tout programme de restauration des espèces doit viser en partie au rétablissement des conditions et processus écologiques caractéristiques de la dynamique dunaire, ceci afin d’optimiser la biodiversité et de réduire les interventions humaines à l’avenir. En France, on s’inspire des méthodes britanniques ou néerlandaises (Jungerius et al., 1995 ; Arens et al., 2004) conscient qu’il faut "redynamiser" la dune, mais cela s’avère délicat en raison notamment de la pression touristique. Les documents d’objectifs des sites Natura 2000 ne donnent pas la priorité à la non-intervention. L’enjeu principal de la gestion se situe toujours dans la conciliation des objectifs entre les impératifs d’accueil et de protection du milieu et des espèces. Si la dynamique libre de la dune est intéressante tant d’un point de vue géomorphologique que biogéographique, il arrive qu’elle se révèle dangereuse si le choix des gestionnaires est de conserver un maximum d’espaces ouverts accessibles au public et susceptibles d’abriter des dépressions humides à fort potentiel de biodiversité. La mobilité dunaire est souhaitable à condition qu’elle n’aboutisse pas au démantèlement complet de la dune qui peut aller jusqu’à la disparition totale du cordon dunaire en quelques années selon l’importance des agents dynamiques. Un contrôle souple de la dynamique dunaire est nécessaire conciliant maîtrise des sables mobiles, conservation d’écosystèmes originaux et accueil raisonné du public. Enfin, dans un conteste de pénurie sédimentaire et de vieillissement des massifs dunaires, la végétation ligneuse progresse sans intervention humaine : la finalité peut alors consister à se rapprocher d’une intervention minimaliste dont le contenu est à définir dans les plans de gestion.

Conclusion

29La gestion conservatoire consiste dès le départ à mener des actions de restauration du milieu. En ayant pour objectif de rajeunir l’écosystème, la restauration fait appel à des interventions humaines conduisant à bloquer la dynamique de fermeture du milieu. La gestion conservatoire ne se limite pas à la réinstallation des stades pionniers, elle vise plus généralement à reproduire et à protéger un assemblage de milieux ayant déjà existé à des époques historiques proches. En réinitialisant les potentialités et en maximisant la biodiversité, le choix est fait de réordonnancer la nature et de ne pas conduire à un effacement de la marque de l’homme dans le paysage. Mais dans beaucoup de sites, la gestion interventionniste se limite encore à de l’expérimentation scientifique : il importe donc de continuer les travaux de recherche et de suivre surtout les effets des pratiques préconisées.

308  EUCC-France correspond à la branche française de l’Union Européenne pour la Conservation des Côtes (European Union for Coastal Conservation). Cette association internationale, créée en 1989, a pour but d’aider à une meilleure prise de conscience de l’enjeu représenté par la protection du littoral, tout en tenant compte des nécessaires aménagements dans le cadre d’une gestion intégrée des espaces côtiers. En la matière, elle s’attache à promouvoir la recherche scientifique et à diffuser une information pertinente auprès des décideurs.

Haut de page

Bibliographie

ADEMA E.B., GROOTJANS A.P., PETERSEN J., GRIJPSTRA J., 2002, Alternative stable states in a wet calcareous dune slack in the Netherlands, Journal of Vegetation Science, Vol. 13, p. 107-114.

ARENS S.M., SLINGS Q., DE VRIES C.N., 2004, Mobility of a remobilised parabolic dune in Kennemerland, The Netherlands, Geomorphology, Vol. 59, p. 175-188.

DUPIEUX N. (Coord.), 1998, La gestion conservatoire des tourbières de France. Premiers éléments scientifiques et techniques. Programme Life-Nature : "Tourbières de France", Paris, Espaces Naturels de France, 244 p.

GALLOO T., MOUCHEL Y., 2002, Restauration et gestion des dépressions humides dans les dunes du littoral Manche/Mer du Nord. Voyage d’études 26-27-28 juin 2002, Syndicat Mixte Espaces Littoraux de la Manche, 26 p.

JUNGERIUS P.D., KOEHLER H., KOOIJMAN A.M., MÜCHER H.J., GRAEFE U., 1995, Response of vegetation and soil ecosystem to mowing and sod removal in the coastal dunes "Zwanenwater", the Netherlands, Journal of Coastal Conservation, Vol. 1.1, p. 3-16.

LE GOUÉE P., PETIT-BERGHEM Y., FOLLET A., 2005, En quoi les sols dunaires des dépressions humides participent-ils à la biodiversité végétale du massif d’Hatainville ? Norois, à paraître.

OWEN N.W., KENT M., DALE M.P., 2004, Plant species and community responses to sand burial on the machair of the Outer Hebrides, Scotland, Journal of Vegetation Science, Vol. 15.5, p. 669-678.

PETERSEN J., 2000, Dune Slack Vegetation of the Wadden Sea Islands. Ecology, Phytosociology, Nature Conservation and Management, Wadden Sea Newsletter, Vol. 1, p. 12-13.

PETIT-BERGHEM Y., 2002, Les dépressions humides des dunes en France : des paysages sous surveillance, Actes du colloque "Hydrosystèmes, paysages, territoires", Université des Sciences et Technologies de Lille, article sur cd-rom et consultable sur le site http://www.univ-lille1.fr/geographie/labo/gma.htm (résumé p. 47 du livret accompagnant le cd-rom).

PROVOOST S., AMPE C., BONTE D., HOFFMANN M., 2002, Ecology, Management and Monitoring of Dune Grassland in Flanders, Belgium, Littoral 2002. The Changing Coast. EUROCOAST/EUCC, Porto-Portugal, Ed. EUROCOAST-Portugal, p. 11-20.

ROONEY P. (ED.), 1997, Dune habitat management for species recovery, Eurosite and Sefton coast Life Project, 39 p.

VAN BOXEL J.H., JUNGERIUS P.D., KIEFFER N., HAMPELE N., 1997, Ecological effects of reactivation of artificially stabilized blowouts in coastal dunes, Journal of Coastal Conservation, Vol. 3.1, p. 57-62.

Haut de page

Notes

1  Succession végétale dont le premier stade est un substrat humide nu. L’antonyme cor-respond à la xérosère dunaire.

2  Le Symel est le Syndicat mixte des espaces littoraux de la Manche.

3  Ces cinq habitats élémentaires sont : les mares dunaires, les pelouses pionnières des pannes, les bas-marais dunaires, les prairies humides dunaires, les roselières et cariçaies dunaires.

4  Les caoudeyres (terme gascon) désignent des excavations de petite dimension (quelques m2) susceptibles de se développer en largeur et en profondeur si les conditions du milieu s’y prêtent (vent fort, absence de stabilisation par la végétation). Les caoudeyres qui s’élargissent constituent l’amorce des futures dunes paraboliques.

5  Les recrutements des gardes font généralement l'objet de conventions avec les départements qui les financent par la Taxe départementale des espaces naturels sensibles (TEDENS).

6  Un entretien régulier par fauche exportatrice entraîne un rajeunissement périodique du milieu et permet de restaurer les différents habitats caractéristiques des substrats sableux peu organiques, en particulier ceux dont les potentialités floristiques sont les plus remarquables.

7  L’argousier est un arbuste épineux doté d’un mode de dissémination par drageons. Le comportement de l’argousier diffère suivant qu’il est coupé sur terrains secs ou humides : en zone sèche, il dépérit alors qu’en zone humide il rejette très bien. Pour que la gestion conservatoire soit efficace, il importe donc aux gestionnaires d’extraire si possible les souches et d’exporter les rémanents (ramassage, brûlage, puis évacuation des cendres en décharge).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Petit-Berghem, « La gestion conservatoire des dépressions tourbeuses intra-dunales : l’exemple des dunes du Nord de la France », Géocarrefour, Vol. 79/4 | 2004, 277-284.

Référence électronique

Yves Petit-Berghem, « La gestion conservatoire des dépressions tourbeuses intra-dunales : l’exemple des dunes du Nord de la France », Géocarrefour [En ligne], Vol. 79/4 | 2004, mis en ligne le 31 mai 2008, consulté le 23 mai 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/807 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.807

Haut de page

Auteur

Yves Petit-Berghem

Laboratoire Géophen
CNRS LETG UMR 6554 Université de Caen
Esplanade de la Paix
BP 5186 14032 CAEN CEDEX
E.mail : petit-berghem@geo.unicaen.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page