Navigation – Plan du site
Comptes-rendus d'ouvrages

Laurent Segalat, La science a bout de souffle ?

Michel Mietton
p. 244
Référence(s) :

SEGALAT L., 2009, La science a bout de souffle ? Paris, Seuil, 107 p.

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 20 décembre 2014.

1« La science est-elle à bout de souffle ? », telle est la question posée par Laurent Ségalat dans un court essai de 107 pages, paru en octobre 2009 aux éditions du Seuil.

2A défaut d’une réponse par oui ou par non, le lecteur trouvera un diagnostic propre à le convaincre que la science moderne souffre pour le moins d’un certain nombre de maux inquiétants, relatifs à ses pratiques et même àses résultats.

3Le point de vue peut paraître pessimiste, voire acide, mais il s’agit d’un diagnostic produit par un homme du sérail - l’auteur est généticien et directeur de recherches au CNRS - et l’on aurait tort de ne pas suivre au plus près son examen de nombreux dysfonctionnements. L. Ségalat se défend lui-même de la critique dès l’avant-propos : « On dira que je noircis le tableau et il est vrai que la science continue de progresser. On dira que je crache dans la soupe. C’est exact mais lorsque la soupe devient saumâtre, il faut avoir le courage de le dire ». L’auteur prend soin aussi de cerner son travail en ce qu’il est : un essai sur  l’évolution générale, mondialisée, de la façon de faire de la science, et ce qu’il n’est pas, un élément du débat entre les tutelles politiques et le monde de la recherche français.

4La question de fond de l’essai porte sur les modalités de l’évaluation tant des projets que des articles scientifiques dans un contexte de compétition accrue, admise de fait par la majorité des chercheurs ; les tutelles politiques organisent ainsi la recherche en conduisant progressivement vers des domaines choisis une communauté scientifique dont la productivité est plus élevée. Mais quels sont les meilleurs chercheurs, les meilleures équipes ? La plupart des pays ont établi pour les classer, un système de sélection bureaucratique, coûteux, chronophage, surréaliste même lorsqu’il s’agit par exemple de définir les « résultats attendus » d’un programme de recherche. La science a au contraire besoin de temps, de stabilité, et d’une créativité qui s’apparente à une prise de risque. L. Ségalat dénonce « une  loterie malsaine dans un système où les acteurs sont juge et partie ».  

5De manière joliment imagée, l’auteur évoque les menaces qui pèsent sur la « biodiversité » de la science actuelle du fait de cette sélection forcenée, répétée, à laquelle on doit se plier si l’on veut espérer les financements les plus conséquents, menaces renforcées par le caractère de plus en plus pointu, spécialisé du travail du chercheur.  

6Quant au fonctionnement des revues et à la sélection des articles, au moins pour les plus réputées d’entre elles, l’auteur dit tout haut ce que beaucoup d’entre nous pensent ou évoquent bien souvent. « Le meilleur des articles peut être repoussé pour des dizaines de raisons tout en gardant l’apparence de l’objectivité ».

7La difficulté d’évaluer le travail d’un chercheur n’a pas été résolue par le recours aux  indices bibliométriques - impact factor ou autre - pas plus que par la référence aux citations inscrites dans un article : « rien n’est plus arbitraire en science que le choix des citations », qui peut obéir malheureusement à divers réflexes. La principale source de contrôle de qualité de la chose produite, écrit l’auteur, réside dans la conscience professionnelle des chercheurs. Elle existe mais elle constitue un trop faible rempart dans le système actuel.

8S’il est évident qu’une évaluation du travail des chercheurs doit être maintenue et que le contrôle par les pairs apparaît incontournable, « il faut rechercher les conditions qui le rendent décemment applicable ».   

9Jamais agressif mais plutôt d’une sérénité qui ne l’apparente pas vraiment au pamphlet, tout au plus ironique, l’essai n’en démonte pas moins de manière implacable différentes logiques à l’œuvre dans le domaine de la production scientifique mondiale.

10L’élite des chercheurs ne peut que difficilement critiquer un système dont elle bénéficie. Pourtant, de l’aveu de bon nombre de chercheurs, la part du temps consacré à l’obtention des crédits, aux tâches administratives liées à la mise en place des projets de recherche, dépasse celle dévolue à la recherche elle-même. Une part essentielle de l’écriture des articles est réalisée par de jeunes chercheurs, étudiants et post-doc., pour qui la nécessité de publier est encore plus pressante, mais dont le travail est plus ou moins contrôlé par les seniors.     

11L’essai invite au total à une sérieuse remise en question, à la recherche d’une voie plus satisfaisante entre des excès selon nous contraires : un déficit d’évaluation qui a probablement trop longtemps prévalu et un excès d’évaluation prétendument rigoureuse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Mietton, « Laurent Segalat, La science a bout de souffle ? », Géocarrefour, Vol. 86/3-4 | 2011, 244.

Référence électronique

Michel Mietton, « Laurent Segalat, La science a bout de souffle ? », Géocarrefour [En ligne], Vol. 86/3-4 | 2011, mis en ligne le 20 décembre 2014, consulté le 23 novembre 2014. URL : http://geocarrefour.revues.org/8050

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page