Navigation – Plan du site
Articles

Les temporalités de l’interface ville-rivière à travers le cas de Saint-Étienne et du Furan

Justine Ultsch
p. 209-219

Résumés

Cet article propose une mise en perspective géo-historique des relations entretenues entre la ville de Saint-Étienne et la rivière du Furan (XVIIIe-XXIe s.). Les registres d’appropriation successifs des acteurs de la ressource que représente le Furan se déclinent selon trois temporalités. Elles se caractérisent par une artificialisation accrue de la rivière mais aussi par un élargissement des échelles concernées. La période proto-industrielle, marquée par des conflits d’usages locaux, mobilise le Furan comme ressource hydraulique au service de diverses activités. Le développement de la ville industrielle consacre ensuite la maîtrise et le contrôle des eaux par les autorités publiques. Enfin, la période contemporaine fait l’objet de la redéfinition de la relation à la rivière, entre valorisation matérielle et idéelle, au service du projet urbain stéphanois.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La question des rivières urbaines fait, depuis deux décennies, l’objet de travaux qui en renouvellent l’approche et alimentent des débats. Si la géographie physique a longtemps abordé cette question sous l’angle de la perturbation du fonctionnement du milieu naturel par le milieu urbain, les récents travaux combinant écologie, sciences de l’ingénierie, géomorphologie et hydrologie mettent l’accent sur les interactions entre les organisations humaines et l’environnement adjacent. Géoarchéologie et histoire environnementale apportent alors de précieux éclairages sur les modifications d’origine anthropique des cours d’eau.

2Dans ce sens, le concept d’anthroposystème permet de dépasser la dichotomie nature/culture pour appréhender le couple ville-rivière actuel. Il est défini comme « un système interactif entre deux systèmes constitués par un (ou des) sociosystème(s) et un (ou des) écosystème(s) naturel(s) et/ou artificialisé(s) s’inscrivant dans un espace géographique donné et évoluant dans le temps » (Lévêque, Van der Leeuw, 2003, p. 121-122).

3Parallèlement, de nombreuses monographies sont consacrées au processus de « reconquête » des cours d’eau en milieu urbain : mouvement des waterfront nord-américains et européens, suivi du réinvestissement des berges en milieu urbain. Sociologie, ethnologie, anthropologie s’attachent alors à étudier ces processus, à observer les communautés des « gens de rivière » et à interroger la patrimonialisation des fleuves.

4De manière croissante, ces disciplines provenant tant des sciences dites « dures » que des sciences humaines et sociales, sont sollicitées par les acteurs décideurs et les gestionnaires pour définir une nouvelle relation aux cours d’eau.

  • 1  CIFRE – Convention industrielle de formation par la recherche en entreprise.
  • 2  CIRIDD – Centre international de ressources et d’innovation pour le développement durable.

5Dans ce contexte, une thèse de géographie a été mise en œuvre dans le cadre d’une CIFRE1, comme salariée du CIRIDD2 mise à disposition de la Ville de Saint-Étienne, au sein du service Eau et assainissement, sur une durée de trois ans. Ce dispositif a été l’occasion de recueillir des données empiriques de terrain inédites par le biais de l’observation participante.

6Cette thèse porte sur l’étude de l’interface ville-rivière à travers le cas de Saint-Étienne et du Furan. La ville de Saint-Étienne est située au croisement de trois vallées (Gier, Ondaine et Furan) à soixante kilomètres à l’ouest de Lyon. Le Furan, affluent du fleuve Loire, long de trente-six kilomètres, dispose d’un bassin versant relativement réduit de 178 km². Hésitant entre les bassins hydrographiques du Rhône et de la Loire, le Furan prend sa source dans les Monts du Pilat au Bessat (1 160 m) pour rejoindre la Loire à Andrézieux (359 m). Sa pente forte ainsi que les orages violents et localisés lui confèrent un régime torrentiel caractérisé par des débits variables (crues sévères et étiages prononcés). Couvert sur 4,7 kilomètres, l’écosystème du Furan a été, jusqu’à une période récente, très dégradé, et reste largement artificialisé. La rivière et sa trentaine d’affluents drainent un territoire représentant environ 230 000 habitants, répartis sur un territoire administratif de dix-sept communes et quatre structures intercommunales (fig.1).

Figure 1 : Le bassin versant du Furan

Figure 1 : Le bassin versant du Furan

© Ville de Saint-Étienne.

7L’analyse, sur un intervalle de temps volontairement large, de la fin du XVIIIe au XXIs., des discours et des pratiques associés à l’aménagement du Furan, permet d’envisager les sens et les modalités d’une potentielle mise en valeur « matérielle » et « symbolique » de la rivière.

8L’intervalle de temps adopté permet d’appréhender les visions et usages successifs associés à la rivière, et à la place – souvent paradoxale – qui lui est assignée au sein de la fabrique de la ville. En effet, l’évolution des rapports entre une société et ses rivières peut être explorée au travers d’une analyse géo-historique, par une « mise en récit de l’espace ». Cette approche permet de comprendre les configurations spatiales actuelles, en considérant que « tout objet géographique présentant une ou des trajectoires d’évolution temporelles peut donc être étudié par cette démarche. C’est notamment le cas des cours d’eau qui ont une « histoire » (Magny, Bravard, 2002) ou plus exactement des histoires en tant qu’objet hybride (Jollivet, 1992) » (Valette et Carozza, 2010, p. 17).

9Nous souhaitons ainsi mettre en exergue les diverses temporalités d’aménagement de la rivière à Saint-Étienne, en réévaluant la pertinence des découpages spatiaux et historiques pré-existants. Les temporalités correspondent aux rythmes d’évolutions, aux phases de ruptures, que connaissent les villes en tant qu’objet géographique (Tomas, 2003).

10De nombreux travaux définissent des cycles successifs d’apprivoisement, d’imbrication du milieu urbain avec son cours d’eau, puis de saturation, du rejet progressif de celui-ci en raison de l’exacerbation des contraintes associées à sa présence et son utilisation. Différents scenarii contemporains de renouveau de ces relations sont actuellement envisagés (Labasse, 1983 ; Chasseriau Peyon 2003). En outre, certains discours élaborés autour de nouveaux projets urbains abordent les relations ville-fleuve selon le triptyque « âge d’or, répulsion, reconquête ». Les caractéristiques temporelles présentées restent schématiques et sont à nuancer fortement (Gérardot, 2007).

  • 3  Dans le cadre du PIREN SEINE - Programme interdisciplinaire de recherche sur l’environnement de la (...)

11Retrouve-t-on des temporalités similaires pour les interactions entre Saint-Étienne et le Furan ? La majorité des travaux existants ont pour objet les grands fleuves ; les petites rivières urbaines semblent se distinguer par des caractéristiques et des évolutions qui leur sont propres. Dans ce sens, les chercheurs associés au programme PIREN Seine3 ont mis en évidence qu’elles « sont éminemment segmentées, d’un point de vue physique, mais aussi d’un point de vue juridique, politique et social, ne serait-ce que parce qu’elles sont non domaniales (morcellement de la propriété et des droits d’usage). La segmentation physique (des berges, de l’aménagement hydrologique des versants, des aménagements du cours d’eau) et les contraintes locales qui en résultent transforment et modifient l’unité hydrologique du bassin versant, à la fois en ce qui concerne les débits et la qualité de l’eau. Les discontinuités sont aussi le fait d’une très forte hétérogénéité des activités et des pressions sur les cours d’eau et leurs milieux » (PRUNE, 2008).

12Petite rivière non domaniale, le Furan présente également la particularité d’être largement artificialisé, étant couvert sur toute la traversée urbaine de Saint-Étienne. Il est loin d’être un cas isolé : de nombreux cours d’eau ont également été recouverts et font aujourd’hui l’objet d’un réinvestissement matériel et idéel de la part des acteurs locaux. En outre, le contexte actuel de reconversion que connaît la ville de Saint-Étienne incite également à s’interroger sur le rôle qui peut être assigné au Furan dans la redéfinition du projet urbain stéphanois.

13Trois temporalités de l’interface entre Saint-Étienne et le Furan peuvent être dégagées. Ces étapes ne se définissent pas forcément par une succession chronologique : certaines de leurs caractéristiques connaissent des chevauchements et peuvent faire l’objet de rémanences. Le premier temps est celui d’une relation de proximité des riverains à la rivière. L’exploitation de la force motrice représentée par les eaux du Furan engendre de nombreux conflits d’usages locaux. La juxtaposition des usages, l’évolution des techniques, le changement de référentiel de fabrique de la ville font que la rivière est progressivement contrôlée et artificialisée lors de la seconde période. Enfin, au regard de la « reconquête » écologique des eaux du Furan, la période contemporaine fait l’objet d’un regain d’intérêt pour le Furan dont la valorisation, tant matérielle qu’idéelle, est aujourd’hui envisagée.

Le Furan, une ressource disputée par une multiplicité d’acteurs

14Bien que le bassin versant du Furan soit relativement réduit, il sert de cadre au développement de la ville de Saint-Étienne, dont l’existence attestée dès le XIIe s. se fonde selon toute vraisemblance principalement sur l’utilisation de la ressource hydraulique : « Même à la fin du XVIIIe siècle, la métallurgie stéphanoise est liée à la force motrice des eaux beaucoup plus qu’au charbon » (Fournial, 1976). La rivière et ses affluents sont aménagés par de nombreux biefs, bassins, écluses. Divers ateliers et industries exploitent l’énergie motrice de la rivière et l’utilisent comme milieu réceptacle des eaux usées : moulinages, fenderies, aiguiseries, martinets, teintureries, tanneries, scieries, etc. à leurs côtés, lavandières, bouchers, riverains s’accommodent de cette cohabitation. La cité médiévale et pré-industrielle s’organise autour de l’eau vive, « l’eau court sur le corps urbain » (Guillerme, 1983, p. 121).

15L’étude de l’appropriation, de la réappropriation, de la distribution de la ressource que représente la rivière par différents acteurs nous renseigne sur les temporalités des usages et des représentations du Furan.

Les conflits de proximité autour de la ressource hydraulique

16La juxtaposition des usages et l’évolution des techniques entraînent la multiplication des conflits de proximité et de voisinage. Les conflits, à l’origine localisés, situés au niveau de la parcelle, d’un îlot urbain ou d’un quartier, tendent à concerner l’ensemble du linéaire de la rivière. Ils sont marqués par une intervention croissante de l’intervention publique qui tend à se substituer aux règlements par la négociation et la voie judiciaire.

17La concurrence des usages se traduit dans l’espace autour de conflits de localisation et de modifications du cours d’eau. Les conflits rencontrés relatifs aux conséquences de la gestion et de l’entretien des cours d’eau non domaniaux sont spécifiques à la période de l’Ancien Régime (Le Lay et Permingeat, 2008).

  • 4  Archives municipales de Saint-Étienne, 6 O 3.

18Par ailleurs, d’autres conflits émergent autour de la qualité des eaux du Furan. L’enjeu pour la Ville est alors de maintenir la cohabitation entre les différents usages, telle que la requiert cette pétition des blanchisseuses de linge en 1863 : « Depuis longtemps MM. les teinturiers sont dans l’usage de déverser dans la rivière du Furens, le reste des bains de couleur qui ont servi à teindre les matières premières de la fabrique de rubans (…) Il résulte de cette situation pénible que les buanderies situées sur le cours de Furens sont menacées d’une fermeture générale et leurs propriétaires d’une ruine certaine…»4.

19En moins d’un demi-siècle, la population stéphanoise triple, passant de 44 365 habitants en 1831 à 126 019 habitants en 1876. Dans un contexte de développement économique, urbain et démographique exponentiel, la pénurie d’eau est redoutée et les conflits concernant l’exploitation du Furan s’amplifient.

20De plus, le statut juridique de la rivière, non domaniale, donne lieu à un imbroglio foncier. L’implantation des entreprises (en amont ou en aval de prises d’eau ou de certaines nuisances), ainsi que les droits accordés pour modifier le lit et les berges de la rivière représentent un enjeu.

  • 5  Archives départementales de la Loire, 7 S 260.
  • 6  Archives départementales de la Loire, 7 S 5, Enquêtes 1838-1837 : État des rivières non navigables (...)
  • 7  Le territoire actuel de la ville de Saint-Étienne était alors constitué par un ensemble de quatre (...)

21Divers aménagements, pas toujours légaux, sont entrepris pour s’adapter au régime torrentiel du Furan, qui ne vont pas sans entraîner d’importantes répercussions sur les évènements de crue. à titre d’exemple, le Directeur général des Ponts et Chaussées, dans un courrier du 22 août 1837, demande au Préfet de la Loire de « charger les ingénieurs d’examiner les causes de [l’inondation du 14 août 1837] et d’en chercher par quelques moyens on pourrait en prévenir les retours ou en diminuer les dommages ». En effet, par la loi des 12-20 août 1790, le Préfet est en charge de la police, de l’usage et de l’amélioration des cours d’eau non domaniaux. Le Directeur des Ponts et Chaussées reprend par la suite les causes et remèdes mentionnés dans le rapport et souligne que « M. l’Ingénieur en chef attribue en partie ce désastre aux nombreux barrages, aux usines et aux implantations qui rétrécissent le lit du Furens, malgré l’existence d’un règlement local préservant de laisser à ce ruisseau une longueur d’au moins un mètre »5. Il propose d’établir un plan relevant tous les ouvrages existants, précisant les propriétaires, les époques de construction, les dates des autorisations, avec les cotes des hautes eaux connues pour cette inondation. Dans ce sens, le Département des Travaux Publics dresse en 1837 un état des rivières ni navigables ni flottables de Saint-Étienne6. L’ingénieur des Ponts et Chaussées en charge de cette question conclut que la prise en charge de cette problématique par son service « préviendra les conflits ». Différentes délibérations des conseils municipaux7 interdisent par la suite le rétablissement des usines et autres ouvrages qui existaient dans le lit du Furan avant l’inondation, et imposent de détruire des barrages, de construire des digues, et de curer le lit de la rivière. L’administration locale souligne toutefois que cette mesure devrait être étendue « sur tout le littoral du Furens » mais que cette décision excède ses pouvoirs. Cet exemple illustre bien les ajustements opérés entre législation nationale et usages locaux, entre administrations centrale et locale, afin de résoudre les conflits inhérents à la localisation des différentes activités.

Les intérêts particuliers contre l’intérêt général : le conflit entre les « usiniers » et la ville de Saint-Étienne

22En parallèle de ces évènements s’esquissent les prémisses d’un conflit entre intérêts particuliers et intérêt général qui prend toute son ampleur au travers du conflit entre les « usiniers » du Furan et la Ville de Saint-Étienne (1832-1875). Ce conflit entre en résonance avec les enjeux relatifs à l’organisation, à la répartition et au contrôle de l’alimentation en eau de la ville.

  • 8  En 1832, le chroniqueur Alphonse Peyret relève une cinquantaine de propriétés soit 107 artifices é (...)

23Le système de fontaines publiques alimenté par les sources au Sud de la ville ne suffit plus. Afin d’assurer la pérennité et la qualité de l’approvisionnement en eau de la ville, il est complété en 1834 par « l’aqueduc des sources » qui collecte l’eau provenant de huit cents sources du haut bassin versant du Furan. Ce dispositif est complété par une prise d’eau sur la rivière située en amont du Rey, afin de se prémunir des effets des rejets sur les teintureries. Il rencontre l’opposition des « usiniers » établis le long du Furan8.

24Ceux-ci s’estiment lésés par la Ville qui utilise l’eau à son profit. Vingt-sept usiniers, situés dans l’ensemble en amont de la ville, travaillant principalement sur des martinets et des tournants à farine ou à soie, présentent des intérêts identiques et se constituent en « Syndicat des Usiniers du Furens ».

25Selon la prescription du Tribunal de 1842, chaque usinier doit fournir « les actes qui donnent droit à la propriété des eaux », trente ans avant 1790. Au final, le jugement précise que « les prises d’eau dérivées du Furens pour mettre en jeu les usines des demandeurs en forment une partie intégrante et leur appartiennent au même titre que les usines elles-mêmes ». Ce jugement précisant que les usiniers sont propriétaires de leurs biefs et de la prise d’eau associée est confirmé en 1843 par la Cour de Lyon. L’appel et le pourvoi en cassation de la Ville seront rejetés successivement. En 1850, les usiniers assignent la Ville à comparaître devant le Conseil de Préfecture pour fixer les indemnités qui leur sont dues. En 1854 et 1855, Conseil municipal et Conseil de Préfecture réclament les titres d’existence légale des usines. En 1858, le Conseil de Préfecture ordonne une nouvelle expertise.

26Les arguments mobilisés par les protagonistes sont relatifs au droit sur l’eau et à la reconnaissance de l’existence légale des usiniers. En effet, la rivière, cours d’eau ni navigable ni flottable, est considérée de manière incertaine comme domaine public par la Ville.

27En 1860, le conflit prend une nouvelle dimension avec le projet de construction du barrage du Gouffre d’Enfer et rencontre l’opposition renouvelée des « usiniers ». Ils prétextent que le canal d’alimentation de l’aqueduc des sources, au détriment de la rivière, n’a jamais fait l’objet ni de projet public, ni d’enquête, ni d’autorisation. Les délibérations des commissions d’enquête et du conseil municipal étaient contraires à la création d’un canal de dérivation. De plus, le décret du 2 juin 1859 pour la construction du barrage ne l’a jamais mentionné.

  • 9  Archives départementales de la Loire, O 1353.

28Toutefois, un arrangement est finalement négocié par les parties prenantes par le traité de 1874. Le Conseil de Préfecture admet que les usiniers ont droit à des indemnités pour la durée du détournement entre 1834 et 1863 « proportionnellement à la quotité de force motrice dont ils ont été privés (…) sans tenir compte de l’accroissement de la force motrice qui aurait pu être obtenue au moyen d’amélioration non encore réalisées »9. Le traité aboutit également au compromis de la dérivation presque totale de l’eau du Furan au profit de la Ville « sous réserve de laisser écouler 25 litres par seconde à la rivière en aval des barrages ».

29Cet exemple illustre le passage de conflits localisés, exprimant des intérêts individuels, à un conflit mobilisant le « Syndicat des usiniers du Furens », expression d’intérêts communs. S’appuyant sur l’expertise du service des Ponts et Chaussées, l’État règle le conflit au nom de l’intérêt général. Il est en effet éludé en partie par la construction du barrage du Gouffre d’Enfer en amont de la ville.

30Cette première temporalité révèle que les riverains du Furan, porteurs d’intérêts individuels, sont confrontés de manière croissante aux enjeux et intérêts véhiculés par les changements opérés simultanément au développement de la ville (approvisionnement en eau, préoccupations hygiénistes, etc.). L’État et la Ville se saisissent de ces préoccupations émergentes qui font basculer la rivière d’un espace privé à un objet public. Les conflits impliquent un élargissement de la gestion à tout le linéaire de la rivière.

Fonctionnalisation et artificialisation de la rivière

31La seconde temporalité que connaissent les relations entre Saint-Etienne et le Furan peut être mise en parallèle de l’étude de l’interface entre Nantes et la Loire. En effet, différentes phases d’imbrication entre la ville et son fleuve sont mises en exergue (Chasseriau et Peyon, 2003). Si la période pré-industrielle se caractérise par « l’apprivoisement » du fleuve, puis sa totale « imbrication » dans la ville pendant la période industrielle, la juxtaposition des usages rencontrés autour du fleuve engendre de nombreuses contraintes qui commencent à être fortement ressenties par les usagers, contemporaines de la diminution des fonctions des cours d’eau comme source d’énergie et voie de communication. L’équilibre entre atouts et contraintes représentés par la rivière bascule pour aboutir à une saturation de la relation ville-rivière et à un « détournement de la ville envers la rivière ».

32Débutée sous le Second Empire, cette période se caractérise à Saint-Étienne par une politique publique de contrôle et de maîtrise des eaux du Furan marquée par l’affirmation des autorités publiques (État, Ville) et de leurs agents (ingénieurs des Ponts et Chaussées, architecte-voyer). L’artificialisation du Furan se poursuit au travers de la construction de barrages et de sa couverture.

La construction du barrage du Gouffre d’Enfer : l’arrivée de l’État comme acteur de l’aménagement de la rivière

33Le conflit précédemment évoqué, entre les usiniers du Furan et la ville de Saint-Étienne, est éludé en partie par la construction du barrage du Gouffre d’Enfer. Autorisée en 1859, elle est dirigée par les ingénieurs Graëff et Conte-Grandchamp. Le barrage présente une capacité de 1,6 million de mètres cubes et est inauguré en 1866. Complémentaire de l’aqueduc des sources, il renforce la capacité d’approvisionnement en eau de la ville tout en soutenant les débits de la rivière pour les activités des usiniers.

  • 10  La Ville de Saint-Étienne connaît alors un important développement démographique. Dans les limites (...)
  • 11  Extraits des discours du Président du Conseil général, Duc de Persigny, et du maire de St-Etienne, (...)

34Les objectifs locaux sont pour l’essentiel à l’origine du projet10 : alimenter les fontaines publiques et soutenir les étiages pour les activités des usiniers. Ces enjeux se dégagent au sein des discours d’inauguration du barrage du Gouffre d’Enfer le 28 octobre 1866 : « Enfin la régularisation du cours du Furens a rendu la vie et le mouvement à nos usines, que des sécheresses prolongées avaient trop souvent condamnés à un repos fatal »11. L’auteur de la note ajoute que « sans [l’]empressement [des habiles ingénieurs] à profiter de l’impression produite par l’inondation de 1856 à Saint-Étienne et par la lettre de l’Empereur pour faire adopter le projet, qui sait s’il aurait pu se réaliser plus tard ? ».

35Toutefois, suite aux conséquences de l’inondation de 1849, le décret impérial de 1859 qui autorise la construction du barrage la légitime au nom de la protection contre les inondations, Cet évènement marque l’arrivée de l’État comme acteur majeur du contrôle de la rivière.

Couverture, « publicisation » et fonctionnalisation de la rivière

36L’intervention des techniciens et ingénieurs se traduit par la construction du barrage et la couverture de la rivière qui contribuent à la « publicisation » des eaux du Furan. Pendant de la notion de « privatisation », la « publicisation » revient à considérer que l’aménagement de la rivière est légitimé de manière croissante par des arguments « d’intérêt général » au détriment de logiques individuelles. La rivière devient un objet d’intervention publique. « La cité qui s’ébauche, la ville industrielle, rejetant le modèle d’Ancien Régime sans pour autant – bien entendu – reprendre à son compte l’agencement médiéval, entend décliner à sa manière le thème des rapports entre l’homme et l’eau. Et sa manière est celle de l’eau enterrée » (Lenclud, 1984, p. 155).

37Ainsi, le Furan est peu à peu couvert pour finalement disparaître du paysage urbain dans la totalité de la traversée de Saint-Étienne sur près de cinq kilomètres.

38Au milieu du XIXe s., dans le contexte de la montée de la pensée hygiéniste, le projet urbain change de référentiel : une ville saine est une ville sèche. à Saint-Étienne, les courants pré-hippocratique puis hygiéniste donnent naissance à une commission de salubrité et au bureau d’hygiène de Saint-Étienne créés respectivement en 1844 et en 1884. Les hygiénistes produisent statistiques et cartes épidémiologiques, notamment sur l’épidémie de typhoïde de 1847. Ils interviennent alors fortement dans la conception de l’aménagement urbain : « Architectes, ingénieurs, chimistes, médecins, pharmaciens, convenaient ensemble qu’il était nécessaire d’agir pour rendre la ville plus salubre et limiter la morbidité et la mortalité urbaines » (Barles, 2007).

39Au centre de la ville, le quartier des Gauds (fig. 2) est caractérisé par des odeurs pestilentielles accentuées par les rejets des boucheries et triperies. Dès 1832, une plainte déposée auprès du maire aboutit à un arrêté municipal qui n’est pas respecté. En 1840, le legs de Jovin Bouchard, notable stéphanois et entrepreneur de la Manufacture d’armes, occasionne le premier débat sur l’aménagement urbain à Saint-Étienne. Ce legs contraint la Ville à faire des grands travaux de construction (édifices institutionnels et élargissement des rues fixés par le plan d’alignement de 1819).

Figure 2 : Photographie du quartier des Gauds, 1856, par Jules Exbrayat

Figure 2 : Photographie du quartier des Gauds, 1856, par Jules Exbrayat

© Archives municipales de Saint-Étienne, 1 O 74.

  • 12  Archives municipales de Saint-Étienne, 1 O 74.

40à cette occasion, l’architecte Jules Exbrayat, auteur d’un rapport sur l’insalubrité du quartier des Gauds, dirige la Compagnie immobilière de Saint-Étienne qui prend en charge l’expropriation des terrains, la démolition des constructions insalubres et l’aménagement du cours des Ursules après la couverture sur 250 mètres du Furan12.

41Cette opération inaugure un dispositif qui sera amplifié par la suite, l’enfouissement de la rivière, et appliqué ensuite sur la totalité de la traversée de Saint-Étienne (fig. 3). La couverture est achevée au nord de la ville en 1980 avec la couverture des rues Lebon et Barrouin, et en 1987 au sud sur le secteur de la Faculté de Lettres à Tréfilerie.

Figure 3 : La couverture du Furan place Carnot, 1946

Figure 3 : La couverture du Furan place Carnot, 1946

© Archives Municipales de Saint-Étienne, fonds Léon Leponce, 5 Fi 2529.

42La couverture du Furan instaure progressivement la rivière dans un rôle essentiel d’exutoire des eaux usées de la ville.

La consécration du Furan comme exutoire des eaux usées de la ville

43L’organisation d’un réseau d’assainissement à Saint-Étienne est laborieuse (Crétin, 2007). Si le principe des égouts à Saint-Étienne est adopté dès 1799, le réseau hydrographique est longtemps utilisé comme exutoire des eaux usées. Dans cette perspective, la couverture du Furan participe d’une fonctionnalisation de la rivière transformée en égout.

44La rivière se présente alors comme un élément de l’organisation technique, déconnecté des contraintes hydrologiques, en écartant la conscience du risque inondation. Elle est de plus en plus domestiquée et artificialisée. Cette conception entraîne la disparition visuelle du Furan en milieu urbain : « Désormais, le Furan devenait pour la plus grande partie de l’agglomération uniquement un égout souterrain. L’abondance de l’eau distribuée et rejetée facilitait son nettoyage tandis que les barrages sur le cours supérieur évitaient les crues violentes. Mais la pratique du lavage du charbon et du rejet des eaux sales à la rivière transforma le Furan en un collecteur de poussière de charbon ; l’accumulation des dépôts noirâtres, englobant d’ailleurs déchets organiques et minéraux, fut encore plus visible dans les parties restées à l’air libre et souilla ainsi toute la vallée du Furan ; la Loire elle-même, jusque Roanne compris, fut aussi polluée par ces vases charbonneuses » (Fournial, 1976, p. 259).

  • 13  Archives municipales de Saint-Etienne 3 O 143, Rapport sur l’assainissement de Saint-Etienne prése (...)

45Si la création d’une station d’épuration est proposée dès 1938 par le directeur des Services techniques de la ville, Le Tellier, les travaux de la station d’épuration du Porchon, aujourd’hui nommée « Furania », ne commencent qu’en 1972. La construction d’un collecteur en parallèle du Furan est entreprise en 197613.

La reconfiguration contemporaine de l’interface ville-rivière

46Les relations ville-rivière connaissent toutefois une saturation, perceptible au travers d’évènements forts notamment dans les années 2000 : les inondations de 2003 et 2008 ainsi que les pollutions successives du fleuve Loire par les eaux du Furan en 2003 et 2005.

Le temps de la réglementation : entre gestion du risque inondation et politique d’assainissement

Le risque inondation

  • 14  PPRNPI : Plan de prévention du risque naturel prévisible d’inondation.

47Les inondations du Furan se caractérisent par des débordements directs en amont et en aval de la ville, mais aussi par des débordements indirects sur le tracé couvert de la rivière. Dans un contexte de rapprochement et d’intensification des épisodes de crue, le bassin versant du Furan a également connu des épisodes d’inondation récents, d’ampleur variable (1983, 1986, 1993, 1996, etc.). Suite aux premières études et réflexions initiées dans les années 1990, la procédure d’élaboration du PPRNPI14 du bassin versant du Furan et de ses affluents débute en septembre 2001 pour être validée en décembre 2005. Élaboré par les services de l’Etat, le PPRNPI représente une servitude d’utilité publique qui réglemente l’occupation des sols en fonction du risque auxquels ils sont soumis. Les inondations de décembre 2003 et de novembre 2008 ont a priori renforcé la conscience du risque en milieu urbain chez les gestionnaires et les riverains.

48Parallèlement, la communauté d’agglomération de Saint-Étienne Métropole pilote le Programme d’actions de préventions des inondations (PAPI) ainsi que le contrat de rivière (2005-2011) sur le bassin versant du Furan. Le contrat de rivière comporte des actions relatives à la prévention des inondations mais aussi à l’assainissement et à la restauration du milieu.

Les épisodes de pollution du fleuve Loire

  • 15  Des associations de protection de la nature et APPMA (associations de pêche et de protection du mi (...)
  • 16  Article L. 432-2 du Code de l’Environnement : « Quiconque aura jeté, déversé ou laisser écouler da (...)

49Depuis 2003, la pollution des eaux de la Loire en aval de Saint-Étienne fait l’objet d’un conflit opposant le Collectif Loire amont vivante (CLAV)15 à la Ville de Saint-Étienne. Jusqu’aux récents travaux d’assainissement, lors d’épisodes pluvieux intenses, le débit du Furan devenait trop important pour être traité, la station ne recevait donc plus que les effluents de l’émissaire. Ainsi, une partie des eaux usées de l’agglomération, la pollution générée par le lessivage des zones imperméabilisées et la pollution stockée par temps sec dans les zones de décantation étaient donc directement évacuées dans le milieu naturel. Si des épisodes de pollutions sont recensés dès les années 1930, ce sont les mortalités piscicoles successives de 2003 et 2005 qui poussent le CLAV à porter plainte contre la Ville de Saint-Étienne au titre de l’article L. 432-2 du Code de l’Environnement16.

50En mars 2007, la cour d’appel de Lyon annule le non-lieu prononcé par la justice stéphanoise, reconnaissant ainsi la responsabilité de la Ville de Saint-Étienne pour la pollution de la Loire par le Furan. Bien que les travaux d’assainissement soient déjà engagés, la collectivité se retrouve face à l’héritage historique représenté par la création discontinue d’un réseau d’assainissement. En février 2009, le Tribunal correctionnel déboute les parties plaignantes. En octobre 2009, une convention est signée entre la Ville de Saint-Étienne et le CLAV pour ré-empoissoner, « repeupler » le fleuve Loire.

La dépollution des eaux du Furan

  • 17  La directive relative aux Eaux résiduaires urbaines n° 91/271/CEE du 21 mai 1991 a pour objectif d (...)
  • 18  L’Union européenne a adopté en octobre 2000 et publié en décembre 2000 une directive cadre pour la (...)

51Pour répondre aux objectifs de la Directive européenne des eaux résiduaires urbaines17 et de la Directive cadre européenne sur l’eau18, qui impose d’atteindre d’ici 2015 un bon état écologique et chimique des milieux naturels, la Ville de Saint-Étienne a engagé d’importants travaux d’assainissement (2004-2009). La déconnexion de 90 % des eaux usées transitant auparavant par le Furan est effective par la restructuration des réseaux existants, la création de collecteurs interceptant les rejets directs dans le Furan, ainsi que par l’extension et la restructuration de la station d’épuration.

52En parallèle de ces travaux, le mauvais état des voûtes de la Place du Peuple, datant du XVIIe s., contraint la Ville de Saint-Étienne à engager une procédure de « mise en péril » en 2005. Les voûtes sont confortées. Les eaux du Furan sont déviées par l’établissement d’un canal parallèle, accompagné de la restructuration des réseaux d’assainissement. Contemporains des travaux de la seconde ligne de tramway, ces travaux constituent un événement marquant du retour physique temporaire de la rivière en ville, traversant alors l’hyper-centre à ciel ouvert (fig. 4).

Figure 4 : Travaux Place du Peuple - Avenue de la Libération, 2005

Figure 4 : Travaux Place du Peuple - Avenue de la Libération, 2005

© Ville de Saint-Étienne, J. D’Hérouel.

  • 19  La Tribune, le Progrès, édition de Saint-Étienne, 3 juillet 2010, « Furania obtient la certificati (...)

53Ces travaux s’accompagnent d’un discours de revalorisation de la rivière, appuyé par un large éventail d’actions de communication (nombreuses expositions, journées portes ouvertes sur le chantier de la station d’épuration, site Internet, articles dans la presse locale, etc.) où le leitmotiv est « redonner à la rivière sa vraie nature ». De manière croissante, la dépollution des eaux du Furan est associée à la politique municipale en matière de développement durable. En juillet 2010, l’agence d’évaluation « développement durable » du secteur public, Arcet notation, délivre une certification développement durable pour la nouvelle station : « Avec ce label, Furania montre son niveau de performance pour le traitement des eaux, redonnant une nouvelle image du Furan »19.

Vers la restauration du Furan

  • 20  Aronson J., 2008, Protection de la nature – Restauration écologique, in Encyclopédie Universalis, (...)

54La restauration écologique est définie comme « une activité intentionnelle qui initie ou accélère le rétablissement d’un écosystème antérieur (ancien ou récent) par rapport à sa composition spécifique, sa structure communautaire, son fonctionnement écologique, la capacité de l’environnement physique à supporter son biote (ensemble des organismes vivants) et sa connectivité avec le paysage ambiant »20. Mais quel sens prend la notion d’état de référence ou encore de continuité écologique pour un écosystème tant artificialisé ? Comment intégrer les dynamiques de co-évolution ville-rivière dans cette optique ? Cet ensemble est considéré comme un anthroposystème, où écosystème naturel et pratiques sociales sont en constante évolution et ajustements réciproques. Quelles sont aujourd’hui les retombées de l’amélioration des critères physico-chimiques prescrits par la DCE ? Le processus de restauration écologique, et les discours l’accompagnant, soulèvent les questions de « demande sociale » et de « plus-value sociale » (Vincent, 2006).

55Réintégrer la rivière à Saint-Étienne, comme objet de nature en ville, pourrait se décliner selon différentes modalités : restaurer (rétablir un état ancien identifié), recréer (reconstituer ce qui a été détruit sans référence à un état précis d’un milieu potentiel), réhabiliter (la remettre dans un état récent ou nouveau) ou (ré) inventer sa présence telle qu’elle n’a peut-être jamais existé (Donadieu, 2001). L’enjeu est de résister à la tentation de l’ersatz.

56La prise en charge de la restauration de la rivière comme « patrimoine commun » permet non seulement de rétablir des équilibres écologiques propres au Furan, mais également d’établir des passerelles entre cultures professionnelles diverses autour de la nouvelle définition de la place accordée à ce bien commun dans la fabrique de la ville.

57La résurgence du Furan au sein des projets patrimoniaux et urbains

58De nombreuses villes revalorisent leurs cours d’eau pour satisfaire différents objectifs : renouer le lien avec sa géographie, définir une identité spécifique mobilisant le potentiel imaginaire de l’eau, susciter l’apparition de nouveaux usages concordant avec la volonté d’amélioration du cadre de vie, etc. (Lechner, 2006). Ce nouveau référentiel de l’action urbaine favorise la création d’aménités en redéfinissant les rapports ville-nature.

  • 21  à titre d’exemple, un Établissement Public d’Aménagement a été créé à Saint-Étienne en 2007, avec (...)
  • 22  ZPPAUP – Zone de protection du patrimoine architectural, urbain et paysager / PLU – Plan local d’u (...)

59Dans un contexte de densification des acteurs de l’aménagement à Saint-Étienne21, la considération du Furan se traduit également par son intégration au sein de la programmation urbaine prospective et réglementaire (ZPPAUP, PLU22) et opérationnelle (ZAC, secteurs stratégiques, guide de conception des espaces publics à l’intention des aménageurs publics). Parallèlement, des acteurs culturels tels que les Archives municipales ou Ville d’art et d’histoire XIX-XXe s., structurent une partie croissante de leurs activités autour de l’histoire de la rivière : activités pédagogiques, conférences, exposition, visites souterraines du Furan lors des Journées européennes du patrimoine, etc. La Cité du design s’est également saisie de la question de la présence du Furan en milieu urbain au travers de la candidature de la ville au titre de Capitale européenne de la culture, mais aussi des biennales du Design en 2006 et 2008 (espace d’exposition « Eco city lab »).

60Ce dernier point n’est pas anodin, puisqu’il incite à s’interroger sur les objectifs poursuivis par les acteurs de l’aménagement concernant la valorisation de la rivière.

61L’observation directe participante menée au cours de la thèse a permis de distinguer les arguments relevant de logiques variées, simultanées, parfois contradictoires, en faveur de la valorisation du Furan, mobilisés par les praticiens.

62Le premier objectif revendiqué semble être celui de créer des aménités urbaines, de répondre à une demande sociale d’amélioration du cadre de vie en ville, mais aussi de susciter une nouvelle centralité par la mise en scène de l’eau. Dans ce sens, la rivière fait figure d’élément du décor urbain. C’est le capital symbolique et imaginaire représenté par l’eau qui est convoqué au travers de ces aménagements, et pas forcément la rivière avec ses composantes géographiques et historiques spécifiques. Intégrer la rivière dans l’aménagement des espaces publics permet également de renouveler des pratiques professionnelles dans une perspective « durable » avec, par exemple, la gestion des eaux pluviales ou des îlots de chaleur urbains.

63Un second registre d’action concerne la réintroduction d’un élément de nature en ville. Le rapport ville-nature est déjà fortement invoqué au sein des différents projets urbains, patrimoniaux et artistiques. Cet argument est parfois relié à la volonté de réaffirmer la structure urbaine de la ville, de « renouer avec sa géographie ». Le Furan est alors intégré dans les documents urbanistiques comme un fil conducteur de l’espace, qui permet le maillage du territoire en fond de vallée et qui contraste avec les reliefs environnants des contreforts du massif du Pilat. Retrouver un ancrage spatial entre alors en résonance avec la redéfinition identitaire de la ville, où la rivière constitue un héritage culturel et patrimonial (comme origine de la ville et vecteur de développement économique). On peut dès lors s’interroger sur les conséquences de l’inversion de cette relation ville-rivière à Saint-Étienne. Dans quelle mesure peut elle contribuer en partie à l’attractivité de Saint-Étienne ? à l’heure actuelle, les interventions projetées ou démarrées sont ponctuelles et sectorielles ; l’idée d’une programmation globale, tant géographique que thématique, fait sa place.

64Cette troisième temporalité confirme que les rapports de la ville au Furan restent ambigus, entre symbiose, ignorance, mépris ou tout simplement coexistence. Les représentations de la rivière sont paradoxales, fonctionnant sur la dichotomie attirance – répulsion et donnant lieu à des réactions vives marquées quant à la résurgence du Furan (dégout, rejet, expression d’un manque, fascination...). Après une période d’oubli, la rivière est comme fantasmée, phénomène dont un des indicateurs pourrait être la profusion de travaux consacrés à ce sujet par des étudiants en architecture, paysage, design. Cet engouement présente toutefois des limites poreuses entre présence de l’eau et rappel du Furan. Dans ce sens, il semble opportun de s’interroger sur l’adaptation par le local de modèles de valorisation des cours d’eau nationaux et internationaux (Cottet-Dumoulin, 2004).

Conclusion : Le Furan, une ressource symbolique ?

65En somme, les relations séculaires complexes entretenues entre la ville de Saint-Étienne et la rivière du Furan s’articulent autour de temporalités différentes où la rivière est considérée comme une ressource plurielle. Ces temporalités présentent des caractéristiques communes. Tout d’abord, la modification physique de la rivière, de ses affluents et des espaces adjacents (couverture, déviation, comblement) a abouti à une forte artificialisation qui fait aujourd’hui l’objet d’une redéfinition en vue de la restauration de cet « objet de nature » en milieu urbain. Ces temporalités mettent également en avant les fonctions multiples et parfois contradictoires assignées à la rivière, dont les répercussions sur le milieu se manifestent en décalage spatial et historique. Nous constatons également un élargissement, un emboîtement et une stratification des différentes échelles géographiques concernées. Les processus concurrents d’appropriation des territoires favorisent l’émergence de « territoires disputés » avec le passage d’un espace linéaire (juxtaposition d’intérêts privés) à un espace aréolaire contrôlé par les autorités publiques. La période contemporaine consacre une nouvelle échelle de gestion, à savoir la « masse d’eau » définie par la Directive cadre sur l’eau, à l’échelle du bassin versant de la Loire. Cette échelle réglementaire est toutefois contrebalancée par des logiques territoriales émergentes telle que la métropolisation. Cette dynamique aboutit à la constitution de nouvelles configurations spatiales, notamment avec la répartition et la distribution des entreprises en fonction de la localisation de la ressource et des nuisances engendrées par leurs activités. De nouveaux territoires « immatériels » sont produits par certaines actions de gestion et de revendication. En outre, l’étude de ces temporalités nous renseigne également sur l’évolution des acteurs concernés et des intérêts en jeu. Agissant de manière individuelle puis collective, profanes et experts, à qui l’on confère plus ou moins de légitimité et de moyens, se côtoient au fil des temporalités que connait l’aménagement du Furan. Une fois encore leurs intérêts évoluent, de l’intérêt particulier à l’intérêt général, ce dernier laissant toutefois apparaître en filigrane des intérêts spécifiques. à ce titre, l’autorité publique se présente comme une instance d’arbitrage et de régulation, mais est également animée d’intérêts propres. De nouveaux acteurs apparaissent aujourd’hui autour de la gestion de la qualité des eaux et de la perspective de valorisation du Furan. Pour accompagner ces processus, la nature juridique et administrative de l’espace est modifiée (attribution du droit de rejeter dans le milieu, définition de normes et de seuils, évolution du statut juridique accordé à l’espace (privé/public), etc.). Enfin, à l’instar de nombreux cours d’eau, les référentiels de l’action urbaine basculent, des eaux maîtrisées et contrôlées à la résurgence, matérielle et idéelle du Furan à Saint-Étienne.

66Ces différents temps consacrent ou non la rivière comme une ressource : « C’est la société qui fait les ressources (les forces de la nature). Elle les ignore ou les découvre ; si elle les découvre elle les exploite, ou elle s’en abstient. Elle les abandonne parfois, en les jugeant « non rentables », quitte à les redécouvrir plus tard pour un autre usage » (Brunet, 2006, p. 433).

67La mise en patrimoine du Furan au sein de la fabrique de la ville entre apparemment dans cette perspective. L’ambition peut être de « vérifier comment une société, une culture, à travers le processus urbain et à différents moments de son parcours (…), à la fois héritière du passé et vouée à inventer, retient tel ou tel usage de l’eau et en exclut d’autres possibles, la pourvoit de telle ou telle image symbolique et non de tant d’autres, oubliées, rejetées ou simplement ignorées, comment ces usages et ces significations forment ici puis là, en tel siècle puis en tel autre, des ensembles au moins partiellement cohérents » (Lenclud, 1984, p. 153).

68Considérer la rivière comme un élément structurant de l’espace urbain, comme un indicateur des modes de faire la ville, permet de réévaluer les découpages historiques préexistants. Par la genèse d’un objet géographique spécifique, de nouvelles temporalités peuvent être esquissées (Tomas, 2003). Ces temporalités mettent alors en exergue des logiques générales, telle que la prédominance du courant hygiéniste, mais aussi des rationalités locales comme l’importance accordée à la production armurière à Saint-Étienne. Au sujet des travaux d’André Guillerme, Gérard Lenclud souligne que « chaque époque organise et symbolise à sa façon qui lui est propre le réseau des eaux urbaines. La ville médiévale, la ville dite post-médiévale, la cité industrielle sont des réalisations contrastées d’idées et de représentations différentes. L’étude comparative du traitement réservé à l’eau permet d’isoler un certain nombre de constellations historiques, à la fois globales et singulières, de construire plusieurs types idéaux d’urbanisation » (Lenclud, 1984, p. 153).

69Si l’on peut envisager le Furan comme un sujet qui possèderait une identité narrative au sein de la redéfinition identitaire que connait la ville de Saint-Étienne (Roux, 2007), une perspective de recherche pourrait être celle d’analyser le projet urbain comme un récit où les représentations de la rivière seraient mobilisées et réinjectées par les acteurs de l’aménagement.

Haut de page

Bibliographie

Aronson J., 2008, Protection de la nature – Restauration écologique, in Encyclopédie Universalis, 4 p.

BARLES S., 1999, La ville délétère. Médecins et ingénieurs dans l’espace urbain, XVIIIe-XIXe siècle, Seyssel, Champ Vallon, 373 p.

CHASSERIAU A. et PEYON J.-P., 2003, Le projet Ile de Nantes ou comment la ville se réconcilie avec son fleuve, Actes du Festival international de géographie de Saint-Dié, http://fig-st-die.education.fr/actes_2003/chasseriaupeyon/article.htm

COTTET-DUMOULIN L., 2004, Le renouveau des rapports ville / fleuve. Projet postmoderne ou nouveau fonctionnalisme ? Le cas du Rhône et de la Saône dans l’agglomération lyonnaise, Thèse de doctorat « Villes et sociétés », sous la direction d’André Vant, Université Jean Monnet, Saint-Étienne, 462 p.

CRéTIN C., 2007, Les eaux souterraines à Saint-Étienne : « le Furan urbaniste », La Loire et ses terroirs, n°62, hiver, Combleux, 8 p. 

DONADIEU p., 2001, La production de la nature dans les villes. Une construction matérielle et symbolique, Essai de synthèse bibliographique, in Muséum National d’Histoire Naturelle, Recréer la nature. Réhabilitation, restauration et création d’écosystèmes, Principaux résultats scientifiques et opérationnels, programme national de recherche, p. 165-172.

FOURNIAL E., 1976, Saint-Étienne, histoire de la ville et de ses habitants, Roanne, Horvath, 428 p.

GéRARDOT C., 2007, Fleuves et action urbaine : de l’objet à l’argument géographique. Le Rhône et la Saône à Lyon, retour sur près de trente ans de « reconquête » des fronts d’eau urbains centraux, Thèse de doctorat géographie, aménagement, urbanisme, Université Lumière Lyon II, Lyon, volume 1, 237 p.

GUILLERME A., 1983, Les temps de l’eau. La cité, l’eau et les techniques. Nord de la France, fin IIIe-début XIXe siècle, Seyssel, Champ Vallon, coll. « Milieux », 263 p.

LABASSE A., 1989, Réflexion d’un géographe sur le couple ville-fleuve, p. 9-22, in La ville et le fleuve, Congrès national des sociétés savantes, Paris, CTHS, 446 p. 

LECHNER G., 2006, Le fleuve dans la ville. La valorisation des berges en milieu urbain, Lyon, CERTU, 118 p. 

LE LAY Y.-F. et PERMINGEAT F., 2008, Spécificité territoriale et petits arrangements avec la loi : la place des usages locaux dans l’entretien de la rivière (XIXe-XXe siècles), Géocarrefour, Vol. 83/1, [En ligne] http://geocarrefour.revues.org/index4522.html

LENCLUD G., 1984, L’eau dans la cité. Techniques et milieu symbolique, Études rurales, janv-juin, 93-94, p. 151-161.

LEVEQUE C., VAN DER LEEUW S., 2003, Quelles natures voulons nous ? Pour une approche socio-écologique du champ de l’environnement, Ed. Elsevier, Paris, Coll. Environnement, 324 p. 

PRUNE, Petites rivières urbaines d’Ile-de-France, CARRE C., DEUTSCH J.-C., DEROUBAIX J.-F., DE GOUVELLO B., HAGUE J.-P., BELAIDI N., ROBILLARD S., 2008, Les territoires de l’eau dans les milieux urbains « Les petites rivières urbaines d’Ile-de-France », Programme interdisciplinaire de recherche sur l’environnement de la Seine, 121 p. 

ROUX J., 2007, Sous la ville : la mémoire vive du sol, Programme interministériel de recherche «cultures, villes et dynamiques sociales», Ville en construction : projets, regards d’ailleurs, mémoires, 12 janvier, Saint-Étienne, Université Jean Monnet, p. 68-74.

TOMAS F., 2003, Les temporalités des villes, Saint-Étienne, Publications de l’Université de Saint-Étienne, 219 p. 

VALETTE p. et CAROZZA J.-M., 2010, Mise en œuvre d’une démarche géohistorique pour la connaissance de l’évolution des paysages fluviaux : l’exemple de la moyenne vallée de la Garonne, Géocarrefour, Vol. 85/1, p. 17-27.
[En ligne] http://geocarrefour.revues.org/index7679.html

VINCENT A., 2006, Le milieu humain, condition de la gestion des cours d’eau, in Zone Atelier Bassin du Rhône, L’observation sociale du fleuve : actualités et perspectives, 2 février, Archives municipales de Lyon, Lyon.

Haut de page

Notes

1  CIFRE – Convention industrielle de formation par la recherche en entreprise.

2  CIRIDD – Centre international de ressources et d’innovation pour le développement durable.

3  Dans le cadre du PIREN SEINE - Programme interdisciplinaire de recherche sur l’environnement de la Seine, « Petites rivières urbaines » est un programme interdisciplinaire francilien sur des cours d’eau de faible débit et dont une partie importante de leur bassin versant s’inscrit dans une zone d’urbanisation forte (la Bièvre, l’Orge, l’Essonne, et le Grand Morin).

4  Archives municipales de Saint-Étienne, 6 O 3.

5  Archives départementales de la Loire, 7 S 260.

6  Archives départementales de la Loire, 7 S 5, Enquêtes 1838-1837 : État des rivières non navigables et petits cours d’eau de l’arrondissement de Saint-Étienne en exécution de la circulaire de Monsieur le Ministre de l’Intérieur du 10 décembre 1837.

7  Le territoire actuel de la ville de Saint-Étienne était alors constitué par un ensemble de quatre communes : Saint-Étienne proprement dit ; Montaud au nord-ouest ; Outrefuran au nord-est et Valbenoîte au sud-est.

8  En 1832, le chroniqueur Alphonse Peyret relève une cinquantaine de propriétés soit 107 artifices équipés de 225 roues hydrauliques et manœuvrés par 621 ouvriers.

9  Archives départementales de la Loire, O 1353.

10  La Ville de Saint-Étienne connaît alors un important développement démographique. Dans les limites communales de 1855, la population stéphanoise passe de 16 300 habitants en 1801 à 96 600 habitants en 1866.

11  Extraits des discours du Président du Conseil général, Duc de Persigny, et du maire de St-Etienne, Benoit Charvet, lors de la fête du 28 octobre 1866 à Saint-Étienne in Anonyme, 1866, Inauguration du barrage de Rochetaillée. Note sur le réservoir du Furens, Imp. De Théolier, Saint-Étienne, 52 p.

12  Archives municipales de Saint-Étienne, 1 O 74.

13  Archives municipales de Saint-Etienne 3 O 143, Rapport sur l’assainissement de Saint-Etienne présenté par M. Le Tellier, ingénieur en chef des services techniques de la ville, 16 mars 1938.

14  PPRNPI : Plan de prévention du risque naturel prévisible d’inondation.

15  Des associations de protection de la nature et APPMA (associations de pêche et de protection du milieu aquacole) du département de la Loire ont créé en 1999 à l’initiative de l’AIE et de la FRAPNA le Collectif Loire amont vivante (CLAV) qui travaille principalement sur l’amélioration du fonctionnement de barrage de Grangent et sur la restauration de la qualité des eaux et des milieux naturels de la Loire amont. Le CLAV trouve son origine dans le mouvement « SOS Loire vivante » en réaction au programme d’aménagement du fleuve Loire par l’EPALA – Établissement public d’aménagement de la Loire et de ses affluents, dans les années 1980.

16  Article L. 432-2 du Code de l’Environnement : « Quiconque aura jeté, déversé ou laisser écouler dans les eaux, directement ou indirectement des substances quelconques dont l’action ou les réactions ont détruit le poisson ou nuit à sa nutrition, à sa reproduction ou même sa valeur alimentaire. Il s’agit d’un délit qui peut être sanctionné par des amendes ou même de la prison ». Le chef d’accusation est le « rejet en eau douce de substance nuisible au poisson ou à sa valeur alimentaire, de versement de substance nuisible dans les eaux souterraines, superficielles ou de la mer. »

17  La directive relative aux Eaux résiduaires urbaines n° 91/271/CEE du 21 mai 1991 a pour objectif de faire traiter les eaux de façon à éviter l’altération de l’environnement et en particulier les eaux de surface.

18  L’Union européenne a adopté en octobre 2000 et publié en décembre 2000 une directive cadre pour la protection de l’eau.

19  La Tribune, le Progrès, édition de Saint-Étienne, 3 juillet 2010, « Furania obtient la certification développement durable ».

20  Aronson J., 2008, Protection de la nature – Restauration écologique, in Encyclopédie Universalis, 4 p.

21  à titre d’exemple, un Établissement Public d’Aménagement a été créé à Saint-Étienne en 2007, avec des missions d’aménagement, de développement économique et de renouvellement urbain en vue de contribuer à l’attractivité de la ville ; ou encore la Cité du Design, créée en 2005 par la Ville de Saint-Étienne et Saint-Étienne Métropole, avec pour objectif de développer les usages du design sur le territoire à l’interface des professionnels du secteur, des entreprises et des particuliers.

22  ZPPAUP – Zone de protection du patrimoine architectural, urbain et paysager / PLU – Plan local d’urbanisme / ZAC – Zone d’aménagement concerté.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Le bassin versant du Furan
Crédits © Ville de Saint-Étienne.
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8011/img-1.png
Fichier image/png, 4,2M
Titre Figure 2 : Photographie du quartier des Gauds, 1856, par Jules Exbrayat
Crédits © Archives municipales de Saint-Étienne, 1 O 74.
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8011/img-2.png
Fichier image/png, 608k
Titre Figure 3 : La couverture du Furan place Carnot, 1946
Crédits © Archives Municipales de Saint-Étienne, fonds Léon Leponce, 5 Fi 2529.
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8011/img-3.png
Fichier image/png, 218k
Titre Figure 4 : Travaux Place du Peuple - Avenue de la Libération, 2005
Crédits © Ville de Saint-Étienne, J. D’Hérouel.
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8011/img-4.png
Fichier image/png, 197k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Justine Ultsch, « Les temporalités de l’interface ville-rivière à travers le cas de Saint-Étienne et du Furan », Géocarrefour, Vol. 85/3 | 2010, 209-219.

Référence électronique

Justine Ultsch, « Les temporalités de l’interface ville-rivière à travers le cas de Saint-Étienne et du Furan », Géocarrefour [En ligne], Vol. 85/3 | 2010, mis en ligne le 15 mars 2011, consulté le 30 septembre 2016. URL : http://geocarrefour.revues.org/8011 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.8011

Haut de page

Auteur

Justine Ultsch

CRENAM, UMR 5600, Université Jean Monnet, Saint-étienne 6 rue Basse des Rives 42023 Saint-étienne cedex02 justine.ultsch@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page