Navigation – Plan du site
Articles

Le fleuve, porteur d’images urbaines : formes et enjeux

Fanny Romain
p. 253-260

Résumés

Le fleuve est en passe de jouer un rôle d’image urbaine : ses berges sont devenues en deux décennies une pièce essentielle du décor urbain. Les formes et les enjeux de cette construction paysagère en cours font l’objet d’une thèse, dont cet article expose les premiers résultats. Ceux-ci s’appuient sur une approche comparative entre deux villes du Midi français, Perpignan et Montpellier, traversées respectivement par la Têt et le Lez, pour vérifier l’hypothèse du rôle structurant du fleuve dans le projet urbain. Il ressort de cette analyse que le fleuve est convoqué comme argument des politiques publiques de la ville, infléchissant les réorganisations urbaines actuelles, et inaugurant un nouveau caractère d’espace public.

Haut de page

Texte intégral

La nécessité d’un bilan

1Le paysage fluvial est aujourd’hui une thématique urbaine largement diffusée : la systématisation des aménagements de cours d’eau urbains en est l’indicateur principal. De biens de production, servant à alimenter les industries, à supporter diverses infrastructures, ils sont devenus biens de récréation, objets de loisir et symboles de nature. Dans la « course actuelle à l’identité et à l’image de la ville » (Roncayolo, 1990, p. 257), de nombreuses stratégies d’intégration urbaine de ces éléments désormais valorisants ont ainsi été développées. C’est le cas notamment dans plusieurs villes nord méditerranéennes : le régime torrentiel de leurs cours d’eau ayant longtemps imposé une distance physique plus grande avec eux, l’amplitude des changements actuels y est encore plus grande que dans les villes aux fleuves à régime régulier. La physionomie de ces fleuves urbains, mais aussi de certaines parties de ces villes fluviales, est donc encore en construction. Dans la mesure où le paysage se définit par ses caractéristiques formelles, mais aussi par la lecture qui en est faite (Corbin, 1988, p. 323), cette construction se situe effectivement sur un plan matériel, mais aussi sur un plan immatériel. Compte tenu de l’importance des mutations formelles et perceptives en cours, un bilan sur ce nouvel « urbanisme fluvial » s’impose. En quoi consiste précisément cette évolution du rôle du fleuve en ville ? L’objectif est ici de comprendre les formes et les enjeux induits par « la force symbolique de l’eau dans l’image urbaine » (Garnier, 1995, p. 274).

2L’hypothèse de recherche défend l’idée que le paysage fluvial est devenu structurant dans le projet urbain, dans la mesure où ce dernier est défini par les formes et les pratiques urbaines qui le composent (Choay et Merlin, 2000). Les sources étudiées sont relatives aux projets fluviaux dans deux villes du Midi français particulièrement touchées par l’actualité de ces aménagements : Perpignan et Montpellier, traversées respectivement par la Têt et le Lez. Pour comprendre les représentations sociales des acteurs producteurs de ces nouveaux paysages urbains, nous avons ainsi analysé les projets qui se dessinent actuellement autour de la rivière. Ceux-ci sont étudiés à deux échelles (fig. 1) : d’une part, celle de la zone d’influence du fleuve (Valette, 2006) sur la macroforme urbaine, à l’aide de données cartographiques tirées des rapports de présentation des Plans locaux d’urbanismes (PLU), d’autre part à l’échelle du lit mineur de chaque fleuve, au travers des projets d’aménagements paysagers les plus récents, effectués sur ces derniers. Les premiers résultats sont présentés en deux étapes : la première montre comment le fleuve, de frontière, est devenu central dans les stratégies urbaines ; la seconde expose la façon dont il constitue le canevas d’un nouveau type d’espace public, incluant les espaces dits naturels dans les pratiques citadines.

Figure 1 : Deux échelles d’analyse des paysages fluviaux urbains de Perpignan et de Montpellier.

Figure 1 : Deux échelles d’analyse des paysages fluviaux urbains de Perpignan et de Montpellier.

Réalisation : F. Romain, 2010.

Modalités d’insertion du fleuve dans la ville

3Les raisons de la forte présence du fleuve comme image marquante de la scène urbaine doivent tout d’abord être analysées à l’échelle du lit majeur et des macrostructures de la ville. C’est en effet à cette échelle que peut être identifiée la profonde mutation des relations ville-fleuve à Perpignan et Montpellier au cours de leur histoire. Limites communales pendant près de dix siècles, le Lez et la Têt ont été peu à peu inclus dans le cadre bâti au cours de la deuxième moitié du XXe s., pour devenir centraux dans les projets actuels qui structurent le devenir de la forme urbaine.

  • 1 On a vu le débit moyen d’étiage de la Têt, de 11 l/s, atteindre 3 600 m3/s, durant l’aigat de 1940 (...)
  • 2 La Têt et le Lez sont respectivement à près de 600 m et 1200 m des fortifications les plus proches, (...)

4L’établissement du site des villes méditerranéennes est indissociable de l’ambivalence entre la nécessité de la ressource en eau, pour subvenir aux besoins des hommes et des cultures, et la crainte du fleuve torrentiel. En effet, le régime pluviométrique méditerranéen, aggravé par la morphologie d’abord montagneuse des bassins versants, engendre des crues fortes et soudaines, qui transforment ces petits ruisseaux en torrents dévastateurs1. On observe que les premiers regroupements bâtis se sont établis sur la rive la plus haute, la plus à l’abri des éventuelles crues (Wolff, 1985, p. 7) (fig. 2), près des affluents, la Basse à Perpignan et le Verdanson à Montpellier, plus facilement accessibles et moins dangereux. Le fleuve borde en retrait2 ces villes, et en constitue une frontière (Cholvy, 2001, p. 16 ; De Roux, 1996, p. 181). Il est structurellement exclu de ces cités que l’on peut qualifier de villes rivages.

Figure 2 : Synthèse de l’évolution morphologique de Perpignan et de Montpellier du XVIe au XXIe s.

Figure 2 : Synthèse de l’évolution morphologique de Perpignan et de Montpellier du XVIe au XXIe s.

Réalisation : F. Romain, 2008.

  • 3 La population du Vernet, quartier constituant la partie Nord du fleuve, est majoritairement composé (...)

5Cette position unilatérale du fleuve dans la ville n’a commencé à se modifier réellement qu’à partir de la deuxième moitié du XXe s. (Ferras et Volle, 2002, p. 45). Néanmoins, sa place dans la structure urbaine a évolué différemment, infléchissant les problématiques fluviales actuelles. Perpignan s’est développée selon un modèle en étoile, avec de grandes radiales (Allain, 2005, p. 65), contraintes par l’étendue des zones inondables le long de la Têt. Sur la nouvelle rive, après les travaux de canalisation du cours d’eau, le bâti s’est aggloméré le long d’un axe de communication principal, l’ancienne route d’Espagne, contribuant davantage à isoler le fleuve qu’à le relier au reste de la ville. En outre, la Têt est littéralement enfermée dans la circulation automobile de la ville, sur la zone la plus centrale de l’agglomération. Les rives du fleuve sont en effet investies par des voies de trafic lourd en rive nord (avenue Torcatis, prolongée par l’avenue du parc des expositions, après le carrefour du pont Joffre), mais aussi en rive sud, occupée par une voie sur berge. Celle-ci longe le fleuve sur l’ensemble des limites communales de Perpignan, et sur l’ensemble du cours de la Têt, de sa source à son embouchure, devenant ainsi la route privilégiée d’accès à la montagne comme à la mer. Avec en moyenne plus de 25 000 véhicules par jour en 2005, elle est la voie la plus empruntée à Perpignan. Deux conséquences importantes découlent de cette organisation viaire. D’une part, les usagers non motorisés ne peuvent accéder à la rive sud de la Têt, qui se trouve ainsi privée, sur la moitié de son cours, de son usage potentiel d’espace public, « vert » ou autre. D’autre part, les impacts sonores, visuels et olfactifs de l’infrastructure exercent une influence sur la perception du fleuve, non seulement sur la berge haute (urbanisée) de cette rive sud, mais aussi sur l’ensemble des berges (hautes et basses) de la rive nord. L’impact de cette organisation sur les perceptions de l’espace urbain ne doit pas être sous-estimé (Allain, 2005, p. 82-83). La Têt, niée par le maillage général de la commune (infrastructures routières lourdes le long du fleuve, mais aussi possibilités restreintes de le traverser, et absence de fluidité du trafic), semble prolonger l’ancienne coupure des fortifications. Cette contrainte physique forte est devenue une frontière socio-spatiale3 qui isole les quartiers nord du reste de la ville. À Montpellier, une analyse de l’évolution du bâti (fig. 3) montre que la structure de développement a été de type radio-concentrique (Beaujeu-Garnier, 1997, p. 64). Le choix a été fait d’une intégration du fleuve, et donc de la partie de la ville au-delà du fleuve, notamment sous l’impulsion de Raymond Dugrand, adjoint délégué en charge de l’urbanisme et des grands travaux de 1977 à 2001. La rive est du Lez fut à cette époque progressivement intégrée à l’emprise foncière de Montpellier, au même titre que le reste du territoire communal. Cette extension urbaine, conséquence de l’explosion démographique qu’a connue la ville depuis 1960, a été rendue possible par la réalisation d’ouvrages de lutte contre les crues (Grenier, 1995, p. 62), dont le recalibrage d’un tronçon du Lez. C’est sur ces deux types d’intégration morphologique du cours d’eau que se forment aujourd’hui les projets d’organisation urbaine à Perpignan et à Montpellier.

Figure 3 : Deux modèles opposés d’évolution de l’urbanisation et d’intégration du fleuve dans la structure urbaine.

Figure 3 : Deux modèles opposés d’évolution de l’urbanisation et d’intégration du fleuve dans la structure urbaine.

Réalisation : F. Romain, 2008.

  • 4 In Quartier Parc Marianne, brochure de communication éditée par la SERM (Société Équipement de la R (...)
  • 5 Voir à ce sujet : Harmonie, le magazine d’information de Montpellier Agglomération, n°259, février (...)
  • 6 Leur livraison est prévue, selon les quartiers, entre 2010 et 2015.
  • 7 Il s’agit d’une référence historique aux Consuls de mer, qui étaient chargés, dès le XIIIe s., d’as (...)

6Ces projets, agissant sur les structures essentiellement bâties et viaires, s’appuient sur le fleuve pour construire l’orientation stratégique du projet urbain. À Montpellier, le Lez est maintenant considéré comme un élément séduisant vers lequel se tourner. En se « tournant vers le fleuve » - expression désormais consacrée - dans cette ville, on se tourne aussi vers la mer, ultime atout. Ainsi, l’essentiel des projets converge vers l’accompagnement de la logique fluviale vers le littoral (Ferras, Volle, 2002, p. 200). Les projets liés au système viaire illustrent de façon frappante le rôle d’armature urbaine aujourd’hui donné au fleuve. C’est avec l’Avenue de la mer et la ligne 3 du tramway que l’idée du rapprochement de Montpellier vers la Méditerranée se concrétise. Projet phare de la communauté d’agglomération, l’Avenue de la mer (rebaptisée Avenue Raymond Dugrand) a pour ambition de constituer un axe structurant majeur de 5 km entre ville et littoral. Pour ce faire, c’est en longeant le Lez que la partie montpelliéraine de l’avenue, et la nouvelle ligne de tramway qui la seconde, conduiront la ville jusqu’à la mer. La volonté des aménageurs est de faire de cette infrastructure « une vitrine en entrée de ville », « un lieu de vie », « une rambla » aux usages mixtes4, et d’éviter l’écueil d’une route qui marquerait une rupture dans le tissu urbain5. Le cours du Lez se trouve doublement au cœur de ce projet : non seulement il oriente la localisation de cette entrée de ville, également qualifiée de nouveau centre, mais il symbolise aussi un lien historique et « géographique » à la mer Méditerranée. Montpellier signifie également sa nouvelle direction au travers d’un dernier projet : celui de rendre le fleuve à nouveau navigable. En attendant que cette intention devienne réalité, que les seuils du fleuve soient remodelés, le bassin Jacques Cœur, futur port de plaisance de la ville, a été aménagé en rive est du Lez, face au nouvel hôtel de ville, dans le secteur au nom anticipateur de Port Marianne. En outre, sont en construction à Montpellier onze quartiers6 dits durables, dont la majorité se situe sur le front d’eau de cette portion de ville. Le fleuve y est présent de plusieurs façons : en amont des réalisations, par exemple dans la conception du quartier dessiné par l’architecte urbaniste Pierre Tourre ; dans la toponymie des espaces créés (quartiers Rive gauche, Consul de Mer7, ou Jardins de la Lironde, du nom d’un affluent du Lez) ; et au sein même des nouvelles réalisations conjointes à l’aménagement de ces quartiers, comme la création d’une « plage urbaine » jouxtant le quartier Rive gauche, ou encore la mise en place d’un parc public de sept hectares au centre du quartier Jardins de la Lironde, servant également de bassin de rétention des eaux de l’affluent.

  • 8 Site de la mairie de Perpignan : http://www.mairie-perpignan.fr/pdf/journal4emepont.pdf, consulté l (...)
  • 9 La ville, son fleuve et la requalification de la RN 9, équipe d’architectes Rosa Barba – Rafaël de (...)
  • 10 Objectifs du PNRU, site Internet de la mairie de Perpignan : http://www.mairie-perpignan.fr, consul (...)

7À Perpignan, le fleuve est aussi au cœur des politiques publiques de la ville, mais pour des raisons différentes. Ici, la ville tend à homogénéiser ses deux rives urbaines, qui, comme nous l’avons vu précédemment, s’opposent structurellement et socialement. Après plusieurs décennies d’obstruction de la traversée fluviale, le maillage général de Perpignan est repensé : l’objectif affiché est de faire perdre à la Têt son statut de coupure. La hiérarchisation des voies est amorcée, avec les projets de rocade nord-est, pour limiter en centre-ville le flot de véhicules en direction des plages, et de rocade ouest, longeant l’autoroute, et incitant les véhicules de transit à ne pas emprunter les circuits aujourd’hui saturés (pont Arago, pont Joffre, voie sur berge, etc.). Sont également prévus un « 4e pont », actuellement en construction, et des traversées piétonnes, afin de relier de manière dite « plus fluide et plus humaine » le Bas-Vernet Est à Perpignan Sud et au centre-ville8 : « Perpignan doit engager un processus de récupération indispensable à la cohésion de la Ville et à sa structure urbaine, notamment en ce qui concerne la circulation. (…) Au-delà du projet routier, l’ambition [de ces] propositions (…) est la reconquête de la Têt par Perpignan en profitant de son énorme potentiel écologique et en transformant l’actuelle barrière en élément d’union entre la ville historique et la « ville au-delà du fleuve »9. Le fleuve est ainsi progressivement pensé comme une infrastructure paysagère capable de redessiner certaines organisations urbaines. La localisation stratégique des nouveaux projets immobiliers renforce ce dispositif d’intégration de la Têt. Le Programme national de rénovation urbaine (PNRU) contractualisé en 2005, et mis en place sur les cités d’habitats sociaux, en constitue le point clé. La plupart des quartiers concernés se situe au nord de la Têt (cités HLM Vernet-Peyrestortes, Vernet-Salanque, et Vernet-Clodion-Torcatis-Roudayre), qui concentre la moitié du parc social de la ville. Les objectifs annoncés sont de « réintégrer les quartiers en voie d’exclusion (…) ; [et de] redonner au centre-ville sa fonction fédérative (…). Au niveau des quartiers du Vernet, le PNRU présente un objectif supplémentaire consistant à relier les différents secteurs du Vernet au centre-ville historique »10. Au total, 531 logements ont été démolis, 742 reconstruits, et environ 2 000 réhabilités dans les quartiers périphériques. Il apparaît ainsi que les quartiers du Vernet sont devenus le cœur des préoccupations de la municipalité en termes d’offre de logements et d’amélioration de la qualité de vie. Ce qui est finalement en jeu au travers de la valorisation de cette rive nord, c’est d’amorcer un cercle vertueux. De nouvelles aménités dans ces quartiers amorcent leur désenclavement. Celui-ci engage une vision transformée de la rive fluviale concernée, produisant une nouvelle dynamique d’appropriation urbaine. Le statut fédérateur du fleuve se lit enfin dans un nouveau rôle qui lui est assigné : il devient support de monuments à fort impact symbolique pour la ville (fig. 4).

Figure 4 : Appropriation des façades fluviales par des équipements publics à forte charge symbolique.

Figure 4 : Appropriation des façades fluviales par des équipements publics à forte charge symbolique.

Réalisation : F. Romain, 2008.

  • 11 De façon pionnière, un hôtel de région avait été dessiné par l’architecte Ricardo Bofill face au Le (...)
  • 12 Perpignan magazine, n°74, dossier « Le Théâtre de l’Archipel, un symbole de modernité, la scène de (...)
  • 13 Ibidem.
  • 14 Source : Harmonie, le magazine d’information de Montpellier Agglomération, n°259, février 2009, 47 (...)
  • 15 Ibidem.

8Les fleuves méditerranéens, jusqu’alors dépourvus de ces objets architecturaux le long de leur traversée urbaine, contrairement à leurs homologues non torrentiels, sont désormais en passe de représenter la ville, d’être le support scénographique de son spectacle urbain. C’est avec un futur théâtre que Perpignan inaugure une « monumentalisation » de sa façade fluviale, et avec un nouvel hôtel de ville que Montpellier poursuit la sienne11. Ces deux équipements publics sont caractérisés par une volumétrie cubique identique, une même inscription dans la ripisylve d’où les deux tiers des bâtiments s’extraient, et une distance similaire à l’eau. Il apparaît, du moins d’une manière formelle, que le Lez et la Têt deviennent le cadre idéal d’expression d’un pouvoir municipal. Cet aspect, classique pour les parcs et jardins qui constituaient autrefois l’essentiel des espaces de représentation politique des villes (Debié, 1992, p. 183), est moins commun pour des éléments de géographie physique, qui ne sont pas de pures créations humaines, mais des éléments antérieurs à l’installation de l’homme. « Depuis un certain nombre d’années, la capitale de l’ancien Royaume de Majorque est sortie de sa torpeur. Aujourd’hui, elle a besoin d’un choc pour redorer encore son image. Le Théâtre de l’Archipel, signé Jean Nouvel, architecte mondialement reconnu, s’impose en catalyseur idéal des nouvelles énergies. Un théâtre tel une œuvre d’art, ouvert à tous et capable d’attirer les visiteurs du monde entier »12. Cet équipement est annoncé comme un symbole du renouveau de la ville au sein de l’arc méditerranéen13. À Montpellier, les documents écrits qui accompagnent le projet de l’hôtel de ville célèbrent de façon quasi-constante le fleuve qui l’accueille. Ce monument, décrit comme « un balcon sur le Lez »14, face au futur port Jacques Coeur, est en rapport fusionnel avec le fleuve : « Ce parallélépipède, haut de 40 m, est posé sur un plan d’eau tourné vers le Lez. Il domine au nord un parvis long de 120 m. Évidé par deux patios, il ménage des vues traversantes sur le parc, le parvis et le Lez. Rafraîchissant le bâtiment, le miroitement de l’eau anime l’espace intérieur. Les façades, réfléchissantes, suivent les variations du soleil. Les ondulations de l’eau engendrent des vibrations lumineuses. Ces jeux d’ombre et de lumière ont le bleu comme base chromatique, couleur de la Ville »15. Non seulement le fleuve situe ce nouvel équipement, emblématique d’une volonté de réorientation de la ville au sud-est, mais il participe également à son architecture, en étant symboliquement figuré à l’intérieur même du bâtiment. En tant qu’objet spatial valorisant l’image de la ville, et principal outil de la rhétorique urbaine, le Lez devient, pour la maîtrise d’ouvrage montpelliéraine, un vecteur de construction identitaire (Lévy et Lussault : « Identité spatiale », Lussault, 2007, p. 480-481).

Le canevas d’un nouveau type d’espace public

  • 16 Projet de l’architecte Philippe Pous, du paysagiste Franch Marty, et du bureau d’étude BE2T, livré (...)
  • 17 Projet de la Direction Paysage et Nature, ville de Montpellier, livré en plusieurs tranches de 2004 (...)
  • 18 Le géographe Yves Luginbühl a défini les modèles paysagers comme des « schèmes culturels structuran (...)

9Si les projets liés au fleuve sont révélateurs de son rôle structurant à l’échelle du lit majeur et de la macroforme urbaine, ils ne le sont pas moins à l’échelle du lit mineur. Le rôle prépondérant du paysage fluvial sur les formes et les usages urbains est en effet notable au travers des derniers projets réalisés sur ses abords. Ces projets d’aménagement des berges de la Têt16 et du « Lez Vert »17 (les berges de Lavalette, de Méric, et du parc Rimbaud, en aval d’Antigone) (fig. 1) font apparaître le fleuve comme un espace d’un caractère inédit, canevas d’un nouveau « modèle paysager » (Luginbühl, 1999, p. 64)18 urbain, et outil visuel majeur d’un discours politique sur la ville.

  • 19 CAUE (Conseil en Architecture, Urbanisme et Environnement) des Pyrénées Orientales, Parcours d’eau  (...)
  • 20 Aménagement du Lez vert, entre les limites nord de la commune et le pont de l’Auberou, BCEOM 1990, (...)
  • 21 Pous P., Franch M., Aménagement des berges de la Têt à Perpignan, dossier d’avant-projet, 2006, p. (...)
  • 22 Plante herbacée ressemblant au roseau.
  • 23 Malgré l’absence de données chiffrées, nos observations de terrain et les témoignages recueillis fo (...)

10En premier lieu, ces espaces publics sont l’expression d’un enjeu nouveau, du fait du contexte dans lequel ils s’inscrivent. Il est en effet important de souligner que les berges de la Têt n’avaient jamais été paysagées, ni celles du Lez sur les sections concernées ici. Bien qu’ayant fait l’objet de projets, de la part du Conseil en Architecture, Urbanisme et Environnement des Pyrénées Orientales19 (1995) et de la Direction Paysage et Nature de la mairie de Montpellier20 (1990), aucune réalisation d’aménagement paysager n’y a en effet été effectuée. Ces espaces étaient communément considérés comme des friches urbaines, suscitant l’inquiétude, ou tout du moins le désintérêt. Or l’image désormais flatteuse que constitue le fleuve, en tant que vitrine urbaine, modifie la prise en compte politique de ces espaces non encore investis par les citadins. Ainsi, une partie des actions paysagères effectuées vise à rendre ces espaces marginalisés acceptables socialement. Premièrement, l’utilisation de codes propres aux espaces verts rend possible l’identification des berges comme espace public. Le Lez vert est investi par du mobilier urbain faisant référence au vocabulaire des parcs et jardins : bancs, poubelles, panneaux d’information, grilles ou marques d’entrée. Deuxièmement, l’accent est porté sur la visibilité des espaces, pour des raisons esthétiques et de lutte contre l’insécurité. À Montpellier, rendre l’accessibilité physique au plus près du fleuve est au cœur du projet. À Perpignan, « l’absence de vues vers l’eau » et les « possibilités de dissimulation derrière la végétation »21 sont relevées par les maîtres d’œuvres, qui préconisent « d’éradiquer » la canne de Provence22, dans la mesure où sa hauteur empêche les ouvertures visuelles souhaitées (fig. 5). Il y a ici mise en conformité du site avec une image propre, soignée, d’une nature totalement artificialisée. Ces stratégies d’aménagement se sont avérées efficaces, au vu de l’accroissement considérable de la fréquentation de ces espaces par les riverains23.

Figure 5 : Vue des berges de la Têt à Perpignan, et photomontage de leur projet d’aménagement, avec l’élimination de la canne de Provence.

Figure 5 : Vue des berges de la Têt à Perpignan, et photomontage de leur projet d’aménagement, avec l’élimination de la canne de Provence.
  • 24 In « Excursion au bord du Lez vert », Harmonie, le magazine d’information de Montpellier Agglomérat (...)
  • 25 La renaturalisation peut être définie comme une « technique d’implantation de plantes herbacées et (...)

11Cette modification d’image, visant à faire correspondre les berges fluviales à certaines conventions des espaces publics, doit être nuancée en second lieu par l’existence simultanée d’une rupture scénographique forte (Mantziaras, 2007). Il est en effet à noter une mutation formelle considérable des projets fluviaux au vu des pratiques antérieures d’aménagement, ne serait-ce que dans les deux villes étudiées. À Perpignan, l’aménagement réalisé sur le lit mineur de la Basse, affluent de la Têt, était en effet de type horticole : pelouse rase et compositions de parterres floraux, non accessibles au public. À Montpellier, la section « Lez urbain », face au quartier Antigone, a été radicalement minéralisée dans les années 1980, avec des objectifs essentiellement hydrauliques. Or les projets actuels ne sont plus fondés sur les mêmes choix de maîtrise. Ils s’appuient désormais sur une volonté de patrimonialisation du cortège végétal de ces lits mineurs, et prennent pour référent un univers qui n’est plus celui de l’urbain. Cette naturalité, ou « interprétation culturelle de la nature » (Joliet, 2004, p. 91), constitue une rupture avec le type d’espaces publics ouverts traditionnellement présents en milieu urbain. L’offre de pratiques de loisir extra-urbaines sur ces fleuves en est une illustration significative : randonnée pédestre, course d’orientation, canoë, voile, etc., sports habituellement pratiqués en « pleine nature ». Les documents de communication de ces projets reprennent également cette idée au travers de la métaphore filée du voyage et de l’ailleurs : on parle d’une « fabuleuse escale au cœur de la nature de Montpellier », d’« accéder à d’autres espaces de découverte », ou de « nature plus qu’enivrante »24. En outre, alors qu’aujourd’hui de nombreuses rivières font l’objet de pratiques de renaturalisation25, ces cours d’eau torrentiels, du moins pour le Lez sur la section concernée, ont pour eux l’avantage de n’avoir pas été dénaturalisés. Les lits mineurs ne sont plus la cible de transformations lourdes, mais au contraire d’interventions minimales. Cette observation confirmerait l’évolution des modèles esthétiques anciens de paysage et de jardin, comme le pittoresque et le sublime, vers d’autres modèles contemporains : la notion de sauvage représenterait aujourd’hui un nouveau modèle paysager, emblématique des aspirations contemporaines à un pittoresque écologique (Luginbühl, 2001, p. 56). Sont ainsi mises au premier plan les notions de protection et d’exposition du patrimoine faunistique et floristique, ainsi que l’utilisation d’un vocabulaire paysager évoquant des ambiances rurales (petit mobilier en bois de type pontons, tables de pique-nique) (fig. 6), protégeant le site des conséquences d’une surfréquentation du public. De ce fait, il y a toujours une certaine volonté de maîtrise de la nature, cette fois-ci pour en conserver un état choisi (Roger, 1997, p. 136), rendant artificielles les spécificités des ripisylves investies (Bartement, 1998, p. 350).

Figure 6 : Constructions en bois présentes sur le parcours du Lez vert : des solutions formelles visant à canaliser les pratiques des usagers.

Figure 6 : Constructions en bois présentes sur le parcours du Lez vert : des solutions formelles visant à canaliser les pratiques des usagers.

Photographies : F. Romain, mai 2008.

  • 26 CAUE des Pyrénées Orientales, op. cit., note 19. EGEA V., Projet d’aménagement de la Têt à Perpigna (...)
  • 27 Rapport de présentation du Plan Local d’Urbanisme de la Ville de Perpignan, approuvé le 20 décembre (...)

12Consécutivement à cette évolution formelle, c’est une rupture essentielle en termes de pratiques d’aménagement qui semble voir le jour. L’enjeu de l’action paysagère se situe ainsi au niveau d’une traduction, ou interprétation, du fleuve, pour véhiculer l’idée d’une nature patrimoniale aux futurs usagers. Ce sont des opérations de communication, prenant appui sur des outils pédagogiques et d’animation, qui sont utilisées pour transmettre ce nouveau discours sur la nature en ville. Par exemple, lors des réunions de concertation précédant la finalisation du projet d’aménagement des berges du fleuve perpignanais, un film sur la Têt, reprenant les grandes thématiques protectionnistes de la maîtrise d’ouvrage, était projeté en début de séance. Il a également été question, au cours d’entretiens réalisés auprès de commanditaires et de concepteurs, d’envisager une création de postes de « médiateurs d’espaces de nature », pour informer les usagers sur les caractéristiques paysagères et écologiques du lieu, mais aussi sur leurs droits et devoirs dans ces espaces de berges. Une autre manière de concevoir la place des espaces ouverts dans le tissu urbain caractérise également ces nouvelles pratiques d’aménagement. Contrairement à une tradition de grands parcs urbains autonomes, ces projets paysagers en effet ne sont pas affichés comme étant isolés. Ils sont dits en cohérence avec d’autres espaces ouverts : l’ensemble du cours d’eau, la trame bleue, ordonne les différents projets qui le longent. Sont ainsi élaborées des logiques d’inscription du fleuve dans une syntaxe d’urbanisme paysagiste (Donadieu, 2006). À Perpignan, si la réalisation de l’aménagement des berges de la Têt n’est pour l’instant effective que sur un tronçon seulement du fleuve, c’est sur la totalité de sa traversée urbaine qu’a été conçue la logique du projet. En outre, les notions clés de continuité et d’unité sont un leitmotiv de plusieurs diagnostics26 effectués sur ce cours d’eau. Les aménagements du Lez font quant à eux l’objet d’une progression par séquences : « Lez naturel » en amont d’Agropolis, « Lez vert » jusqu’au pont Chauliac, près du centre ville, puis « Lez urbain » jusqu’aux limites communales sud. À l’intérieur de cette gamme sont déclinées de nombreuses variations, précisant la progression du plus au moins naturel : la séquence « Lez vert » est ainsi composée, du nord au sud, des unités intitulées « naturel écologie », « activités de plein air en milieu naturel », « activités de plein air en milieu urbain », pour terminer par l’unité « Lez vert urbain », avant de retrouver la séquence « Lez urbain ». Cette rhétorique fondée sur une gradation semble élaborée pour justifier un type d’aménagement en fonction de sa localisation urbaine. De cette façon, il n’apparaît pas nécessaire que le Lez minéralisé du quartier Antigone soit remis en question, ainsi légitimé par une argumentation construite a posteriori. Ces aménagements paysagers sont également conçus pour être mis en réseau avec l’ensemble des espaces ouverts de l’agglomération : c’est la trame verte urbaine, qui chapeaute les différents projets paysagers de la ville. Les cours d’eau y occupent une place prépondérante. Le rapport de présentation du Plan local d’urbanisme (2007) de Perpignan fait mention du rôle du réseau hydrographique comme étant le support d’une trame végétale qui forme une armature paysagère de qualité pour la ville, en rythmant le paysage urbain et périurbain d’axes verts27. De la même façon, la « Marathonienne verte » montpelliéraine, constituée pour l’essentiel des espaces publics de plein air longeant le linéaire du Lez et de l’un de ses affluents, la Mosson, qui forme la limite ouest de la ville, ambitionne de donner davantage d’ampleur et de visibilité aux espaces ouverts, en leur permettant d’anticiper la forme des espaces construits. C’est en effet à partir de cette trame non bâtie que l’emprise foncière à venir devrait être dessinée. Il s’agit donc bien dans les deux cas d’une représentation sociale transformée du fleuve, comme possible initiateur de nouvelles organisations et pratiques urbaines.

Conclusion

13Les projets d’aménagement relatifs au fleuve dans deux villes nord-méditerranéennes (Perpignan et Montpellier) sont analysés pour comprendre l’évolution de son statut. L’étude des projets liés au fleuve à l’échelle de son lit majeur et des macrostructures urbaines, mais aussi à l’échelle de son lit mineur, permet d’obtenir une première confirmation de l’hypothèse de recherche, en observant qu’il devient un pivot orientant les différents projets urbains (circulation, développement bâti, équipements, espaces verts, etc.). D’une part, ces projets montrent qu’après avoir été une limite urbaine, celui-ci a acquis en quelques années une fonction centrale dans la ville. L’espace ouvert qu’il constitue est un fondement des réalisations de l’espace construit. D’autre part, ces projets indiquent que ce rôle d’infrastructure paysagère est davantage fondé sur une image que sur une matérialité physique. L’image du fleuve aujourd’hui est bien le fleuve en tant que représentation symbolique de nature perçue et/ou décrite comme authentique, sur les berges récemment aménagées. Car si les représentations sociales du paysage urbain sont réorganisées autour d’une nouvelle image fluviale, on ne constate pas pour autant une plus grande prise en compte des phénomènes naturels dans la ville, phénomènes qui imposeraient notamment une urbanisation en recul du fleuve, et des logiques de développement différentes. Le concept de nature est un argument majeur des discours sur ce « retour au fleuve », mais n’est toujours qu’un symbole convoqué dans la scénographie urbaine. Des démarches alternatives existent, telles celles de dépoldérisation aux Pays-Bas (Van Kote, 2007), mais sont loin de concerner les pratiques observées sur les terrains de la thèse.

Haut de page

Bibliographie

ALLAIN R., 2005, Morphologie urbaine : géographie, aménagement et architecture de la ville, Paris, Armand Colin, 254 p.

BARTEMENT D., 1998, Projet de ville et représentation. Montpellier : Recherche sur les figures emblématiques du patrimoine et de l’écologie dans le projet de ville, thèse de doctorat dirigée par Jean-Paul Volle, Université Paul Valéry, Montpellier III.

BAUMEL J., 1976, Montpellier au cours des XVIe et XVIIe siècles : les guerres de religion (1510-1685), tome 4, Montpellier, éd. Causse, 320 p.

BEAUJEU-GARNIER J., 1997 [1ère éd. 1980], Géographie urbaine, Paris, Armand-Colin, 349 p.

CHOAY F. et MERLIN P., 2000, Dictionnaire de l’urbanisme et de l’aménagement, Paris, PUF, 902 p.

CHOLVY G. (dir.), 2001 [1ère éd. 1984], Histoire de Montpellier, Toulouse, Privat, 438 p.

CORBIN A., 1988, Le territoire du vide : l’Occident et le désir du rivage, 1750-1840, Paris, Flammarion, 400 p.

DEBIE F., 1992, Jardins de capitales. Une géographie des parcs et jardins publics de Paris, Londres, Vienne et Berlin, Paris, CNRS, 295 p.

DE ROUX A., 1996, Perpignan : de la place forte à la ville ouverte (Xe-XXe siècles), Perpignan, éd. des Archives communales, 2 vol, 499 p. et 382 p.

DONADIEU P., 2006, Landscape urbanism in Europe : from brownfields to sustainable urban development, JOLA, n° 2, Autumn 06.

FERRAS R. et VOLLE J.-P., 2002, Montpellier Méditerranée, Paris, Economica, 212 p.

GARNIER C., 1995, L’eau et la valorisation du milieu urbain, L’eau dans la ville, bilan général, Plan Urbain, Presses de l’École Nationale des Ponts et Chaussées, p. 257-288.

GRENIER A., 1995, Le Lez : une contrainte ou un élément d’ambition ?, mémoire de maîtrise de géographie-écologie, Université Paul Valéry, Montpellier III, 155 p.

JOLIET F., 2004, Quelle naturalité du paysage ligérien ? La Loire du Maine-et-Loire, Norois, n°192, p. 89-94.

LEVY J. et LUSSAULT M., 2007, Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin, 1 034 p.

LUGINBÜHL Y., 1999, in BERQUE A. (dir.), Mouvance II. Soixante-dix mots pour le paysage, Paris, Les éditions de la Villette, 1999, p. 64-66.

LUGINBÜHL Y., 2001, Paysage modèle et modèles de paysages, in BOYER M., HERZLICH G., MARESCA B., GUIBERT B., BERLAN-DARQUÉ M., responsables du projet au ministère de l’aménagement du territoire et de l’environnement, L’environnement, question sociale : dix ans de recherches pour le ministère de l’environnement ouvrage collectif, Paris, Odile Jacob, 305 p., p. 49-56.

MANTZIARAS P., 2005, La ville-paysage : recherche sur les vocations contemporaines du territoire, conférence du 05.04.2007, Ecole Nationale Supérieure du Paysage de Versailles.

ROGER A., 1997, Court Traité du paysage, Paris, Gallimard, 199 p.

RONCAYOLO M., 1990, La ville et ses territoires, Paris, Gallimard, 3e éd., 278 p.

VALETTE P., 2006, Les Paysages fluviaux urbains, vidéo de 45 minutes, Université de Toulouse-Le-Mirail/Laboratoire Géode, Canal U.

VAN KOTE G., 2007, Les Pays-Bas font leur révolution de l’eau, Le Monde, 03.04.07.

WOLFF P. (dir.), 1985, Histoire de Perpignan, Toulouse, Privat, 295 p.

Sources primaires citées :

BARBA R., DE CACERES R., POUS P. (Equipe d’architectes), non daté, La ville, son fleuve et la requalification de la RN 9, texte non publié.

CAUE (Conseil en Architecture, Urbanisme et Environnement) des Pyrénées Orientales, 1995, Parcours d’eau : la Têt, et Perpignan, un vaste parc urbain au fil de l’eau, 45 p.

EGEA V., 1995, Projet d’aménagement de la Têt à Perpignan : la reconquête d’un fleuve en milieu urbain, mémoire de DESS d’urbanisme, d’habitat et d’aménagement, 320 p.

MONTPELLIER (Communauté d’agglomération), 2009 (fév.), Harmonie, le magazine d’information de Montpellier Agglomération, n°259. 47 p., et supplément Montpellier notre ville, 11 p.

MONTPELLIER (Communauté d’agglomération), 2006 (sept.), « Excursion au bord du Lez vert », in Harmonie, le magazine d’information de Montpellier Agglomération, n° 232, 48 p., p. 38-39.

MONTPELLIER (ville : Direction Générale des Services Techniques, Direction Aménagement et Programmation), 1990, Aménagement du Lez vert, entre les limites nord de la commune et le pont de l’Auberou, 56 p.

MONTPELLIER (ville et Communauté d’agglomération), non daté, Quartier Parc Marianne, brochure de communication éditée par la SERM (Société Équipement de la Région Montpelliéraine), la ville et la communauté d’agglomération de Montpellier, non paginé.

PERPIGNAN (ville), 2007, Rapport de Présentation du Plan Local d’Urbanisme, approuvé le 20 décembre 2007, 100 p.

PERPIGNAN (ville), 2008 (sept.), Revue Perpignan magazine, n°74, dossier « Le Théâtre de l’Archipel, un symbole de modernité, la scène de tous les élans populaires », 40 p., p. 6-11.

POUS P. et FRANCH M., 2006, Aménagement des berges de la Têt à Perpignan, dossier d’avant projet, 35 p.

http://www.mairie-perpignan.fr, consulté le 20.10.2008 : Site de la mairie de Perpignan.

http://www.mairie-perpignan.fr/pdf/journal4emepont.pdf

http://www.rappel.qc.ca/glossaire.html, consulté le 02.02.2010 : Site du Regroupement des Associations Pour la Protection de l’Environnement des lacs et cours d’eau de l’Estrie et du haut bassin de la Saint-François.

http://www.montpellier.fr/2306-rapport-de-presentation.htm, consulté le 22.10.2008 : Rapport de Présentation du Plan Local d’Urbanisme, sur le site de la mairie de Montpellier.

Haut de page

Notes

1 On a vu le débit moyen d’étiage de la Têt, de 11 l/s, atteindre 3 600 m3/s, durant l’aigat de 1940 (les crues du Lez sont appelées localement « lézades », et celles des fleuves catalans « aigats »).

2 La Têt et le Lez sont respectivement à près de 600 m et 1200 m des fortifications les plus proches, alors que la Basse et le Verdanson les touchent.

3 La population du Vernet, quartier constituant la partie Nord du fleuve, est majoritairement composée d’une classe sociale à faibles revenus.

4 In Quartier Parc Marianne, brochure de communication éditée par la SERM (Société Équipement de la Région Montpelliéraine), la ville et la communauté d’agglomération de Montpellier, non daté, sans pages.

5 Voir à ce sujet : Harmonie, le magazine d’information de Montpellier Agglomération, n°259, février 2009, p. 4-5.

6 Leur livraison est prévue, selon les quartiers, entre 2010 et 2015.

7 Il s’agit d’une référence historique aux Consuls de mer, qui étaient chargés, dès le XIIIe s., d’assurer les relations avec le Lez et l’étang de Mauguio (Cholvy, 2001).

8 Site de la mairie de Perpignan : http://www.mairie-perpignan.fr/pdf/journal4emepont.pdf, consulté le 20.10.2008.

9 La ville, son fleuve et la requalification de la RN 9, équipe d’architectes Rosa Barba – Rafaël de Caceres – Philippe Pous, texte non daté, non publié.

10 Objectifs du PNRU, site Internet de la mairie de Perpignan : http://www.mairie-perpignan.fr, consulté le 20.10.2008

11 De façon pionnière, un hôtel de région avait été dessiné par l’architecte Ricardo Bofill face au Lez, dans le prolongement du quartier Antigone, et livré dès1989.

12 Perpignan magazine, n°74, dossier « Le Théâtre de l’Archipel, un symbole de modernité, la scène de tous les élans populaires », septembre 2008, 40 p., p. 6-11.

13 Ibidem.

14 Source : Harmonie, le magazine d’information de Montpellier Agglomération, n°259, février 2009, 47 p.

15 Ibidem.

16 Projet de l’architecte Philippe Pous, du paysagiste Franch Marty, et du bureau d’étude BE2T, livré en 2007.

17 Projet de la Direction Paysage et Nature, ville de Montpellier, livré en plusieurs tranches de 2004 à 2006.

18 Le géographe Yves Luginbühl a défini les modèles paysagers comme des « schèmes culturels structurant les représentations sociales du paysage » (Luginbühl, 1999, p. 64-66).

19 CAUE (Conseil en Architecture, Urbanisme et Environnement) des Pyrénées Orientales, Parcours d’eau : la Têt, et Perpignan, un vaste parc urbain au fil de l’eau, 1995, 45 p.

20 Aménagement du Lez vert, entre les limites nord de la commune et le pont de l’Auberou, BCEOM 1990, Ville de Montpellier, Direction Générale des Services Techniques, Direction Aménagement et Programmation, 56 p.

21 Pous P., Franch M., Aménagement des berges de la Têt à Perpignan, dossier d’avant-projet, 2006, p. 9.

22 Plante herbacée ressemblant au roseau.

23 Malgré l’absence de données chiffrées, nos observations de terrain et les témoignages recueillis font apparaître clairement cette augmentation. Il faut préciser que sur la Têt, la fréquentation était quasi-nulle avant la réalisation du projet.

24 In « Excursion au bord du Lez vert », Harmonie, le magazine d’information de Montpellier Agglomération, n°232, sept. 2006, 48 p., p. 38-39.

25 La renaturalisation peut être définie comme une « technique d’implantation de plantes herbacées et arbustives sur les rives qui est utilisée pour corriger des problèmes d’érosion ou pour redonner un cachet naturel » (http://www.rappel.qc.ca/glossaire.html). En France par exemple, les cinq grands fleuves constitués par la Garonne, la Loire, la Seine, le Rhin et le Rhône, font l’objet de projets de renaturalisation sur certaines parties de leur cours.

26 CAUE des Pyrénées Orientales, op. cit., note 19. EGEA V., Projet d’aménagement de la Têt à Perpignan : la reconquête d’un fleuve en milieu urbain, mémoire de DESS d’urbanisme, d’habitat et d’aménagement, 1995, 320 p.

27 Rapport de présentation du Plan Local d’Urbanisme de la Ville de Perpignan, approuvé le 20 décembre 2007, 100 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Deux échelles d’analyse des paysages fluviaux urbains de Perpignan et de Montpellier.
Légende Réalisation : F. Romain, 2010.
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8001/img-1.png
Fichier image/png, 356k
Titre Figure 2 : Synthèse de l’évolution morphologique de Perpignan et de Montpellier du XVIe au XXIe s.
Légende Réalisation : F. Romain, 2008.
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8001/img-2.png
Fichier image/png, 970k
Titre Figure 3 : Deux modèles opposés d’évolution de l’urbanisation et d’intégration du fleuve dans la structure urbaine.
Légende Réalisation : F. Romain, 2008.
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8001/img-3.png
Fichier image/png, 394k
Titre Figure 4 : Appropriation des façades fluviales par des équipements publics à forte charge symbolique.
Légende Réalisation : F. Romain, 2008.
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8001/img-4.png
Fichier image/png, 203k
Titre Figure 5 : Vue des berges de la Têt à Perpignan, et photomontage de leur projet d’aménagement, avec l’élimination de la canne de Provence.
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8001/img-5.png
Fichier image/png, 181k
Titre Figure 6 : Constructions en bois présentes sur le parcours du Lez vert : des solutions formelles visant à canaliser les pratiques des usagers.
Légende Photographies : F. Romain, mai 2008.
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/8001/img-6.png
Fichier image/png, 600k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fanny Romain, « Le fleuve, porteur d’images urbaines : formes et enjeux », Géocarrefour, Vol. 85/3 | 2010, 253-260.

Référence électronique

Fanny Romain, « Le fleuve, porteur d’images urbaines : formes et enjeux », Géocarrefour [En ligne], Vol. 85/3 | 2010, mis en ligne le 15 mars 2011, consulté le 27 avril 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/8001 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.8001

Haut de page

Auteur

Fanny Romain

Agrocampus Ouest, centre d’Angers, Institut national d’horticulture et de paysage 17 rue Delaâge 49100 Angers fanny.romain@agrocampus-ouest.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page