Navigation – Plan du site
Articles

Les productions de l’environnement riverain au Québec : industrialisation, décontamination et embellissement de la rivière Saint-François au XXe s.

Stéphane Castonguay et Hubert Samson
p. 241-251

Résumés

Cet article examine les transformations de la rivière Saint-François (Québec) au XXe s., depuis la construction des infrastructures de régulation du débit du cours d’eau pour la production d’énergie hydro-électrique, jusqu’aux travaux de décontamination et de restauration pour promouvoir l’industrie récréo-touristique et protéger la biodiversité du milieu riverain. Nous considérons les transformations successives de la rivière Saint-François comme autant de tentatives d’inscrire dans le paysage riverain des relations harmonieuses entre l’homme et l’environnement. Cette approche nous permet de comprendre que les concepteurs de ces projets tendent à prendre pour acquis et à compartimenter le rôle des humains et de la nature dans la mise en forme de relations idéalisées, et que ce sont des contingences résultant de dynamiques écologiques et sociales négligées qui compromettent la réalisation de ces projets. À cet égard, tant pour la recherche historique que pour la pratique aménagiste, il demeure important de prendre en considération les contraintes exercées par les acteurs humains et non-humains dans la mise en forme de l’environnement.

Haut de page

Texte intégral

1Au cours de la deuxième moitié du XXe s., le gouvernement du Québec a lancé une série de mesures visant la décontamination des rivières et le traitement des effluents industriels et municipaux. Parallèlement à ces efforts, divers groupes sociaux ont cherché à se réapproprier les environnements riverains et à rétablir des usages récréatifs qu’un siècle d’industrialisation et d’urbanisation avait effacés du paysage. Mis en œuvre à la fin des années 1940, les efforts gouvernementaux finissent par porter leurs fruits une quarantaine d’années plus tard. L’amélioration de l’environnement riverain cible alors des objectifs différents de ceux envisagés au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Définis par les scientifiques du gouvernement du Québec et par des groupes locaux engagés dans la gestion des bassins versants ou, de manière plus générale, dans la protection de l’environnement, ces objectifs reflètent en partie des nouvelles préoccupations écologiques, telles que la sauvegarde d’habitats de nidification, la protection des frayères et l’entretien de milieux humides, et en partie des finalités économiques comme le développement d’une industrie touristique basée sur l’utilisation des rivières.

2Scientifiques et gestionnaires de la faune, de la forêt et des bassins versants ont élaboré des projets visant à recréer des écosystèmes par la réintroduction d’espèces de poissons, la destruction des vestiges de jetées et ponts, le traitement des eaux usées et le reboisement des berges. Pareil façonnement du paysage visait parallèlement l’inscription de rapports idéalisés entre l’homme et la nature, en définissant les comportements possibles et souhaitables des populations riveraines à l’intérieur d’un environnement modelé pour en faciliter la maîtrise et satisfaire des besoins sociaux et économiques. Comme ces besoins changeaient dans le temps, en fonction des représentations de la nature et du contexte socio-économique, mais aussi en regard de l’état de l’environnement tel qu’exploité et manipulé par l’être humain, les promoteurs des transformations de la rivière devaient régulièrement réviser leurs projets et maintenir des rapports harmonieux entre l’homme et la nature pour éviter des dysfonctionnements qui compromettraient l’atteinte des objectifs. À cet égard, les projets menés dans la seconde moitié du XXe s. pour la décontamination des rivières et l’embellissement des rives se différenciaient peu de ceux instaurés quelques décennies plus tôt pour soutenir le développement industriel par la production hydro-électrique, même si les travaux de réhabilitation des rivières visaient à effacer l’empreinte de l’industrialisation. En modifiant l’environnement riverain pour mieux le maîtriser, les concepteurs de ces projets définissaient ou consolidaient des représentations et des usages de la rivière. Ce faisant, ils mettaient en forme des rapports entre la rivière et la société que l’environnement amélioré devait encadrer et réguler. Toutefois, ils faisaient face constamment à des acteurs humains et non humains qui n’assumaient pas les rôles escomptés, ou les contestaient et les subvertissaient tout simplement. De fait, pareils projets se heurtaient aussi bien à des dynamiques écologiques que sociales échappant à la logique de leurs instigateurs (Bethemont, 2009).

3Cet article analyse les changements de l’environnement et de ses représentations comme le produit et le moteur de projets visant à ordonner la société et la nature par le façonnement des paysages riverains. En revendiquant une mainmise sur la rivière et ses habitants, les concepteurs et les promoteurs de ces projets ont préféré ignorer les transformations endogènes et contingentes de l’environnement riverain, ou simplement subsumer ses composantes sociales et écologiques sous leur présomptueuse maîtrise de l’hydrologie et de l’écologie de la rivière. L’étude des transformations de la rivière Saint-François, sur la rive sud du fleuve Saint-Laurent au Québec, au XXe s. nous permet d’aborder ces enjeux et d’identifier les représentations et les usages de la nature tels qu’ils se matérialisent et se manifestent dans un environnement riverain continuellement modifié et un territoire urbain en construction.

  • 1 Kesteman, Southam et Saint-Pierre (1998) présentent une synthèse historique de la région.

4Le bassin de drainage de la rivière Saint-François est principalement situé dans la région des Appalaches, et sa section supérieure se compose de plusieurs grands lacs, dont le lac Saint-François, où la rivière éponyme prend sa source (fig. 1). En amont, les montagnes, les collines et les vallées sont couvertes de zones boisées, tandis que dans la section inférieure du bassin, les vastes plaines sont dominées par des terres agricoles et des régions urbaines, avant que la rivière ne rejoigne le fleuve Saint-Laurent au niveau du lac Saint-Pierre. Dans la première moitié du XIXe s., une communauté pionnière composée d’émigrants des îles Britanniques et des États-Unis s’est installée dans le Bas-Canada francophone, de part et d’autre de la rivière Saint-François, dans la région des Cantons de l’Est du Québec. Initialement axée sur une économie agro-forestière, la colonisation de la région a fait place à un mode diversifié d’occupation du territoire et un aménagement intensif des rivières du bassin de drainage1. Ainsi, l’industrialisation des Cantons de l’Est a pris appui sur des barrages hydrauliques installés aux abords de la rivière Saint-François et de ses tributaires pour alimenter des moulins à scie. Outre cette exploitation industrielle, une population urbaine, attirée par une faune abondante et diversifiée et une flore riche, a utilisé l’environnement riverain pour la chasse et la pêche sportive et comme lieu de promenade et de détente. L’urbanisation rapide des Cantons de l’Est ainsi que l’intensification de l’exploitation forestière et de la production industrielle ont eu tôt fait de modifier profondément l’hydrologie et l’écologie de la rivière Saint-François. Des acteurs – industriels, ingénieurs, scientifiques, hommes politiques et élites commerciales, pêcheurs sportifs – ont encouragé ces modifications ou tenté de les corriger, en apportant des modifications supplémentaires à l’environnement riverain, que ce soit pour la prévention des inondations, la restauration de l’écologie aquatique ou la protection du couvert végétal des berges. Ces trois objectifs ont donné lieu simultanément à des projets d’aménagement de l’environnement riverain que nous examinerons successivement dans le reste de l’article. Ils sous-tendent des représentations et des usages de la rivière par lesquels les promoteurs tentent d’exhiber leur maîtrise de l’environnement riverain et de démontrer ainsi que la rivière dessert la population urbaine qui l’habite. Ils définissent alors la place de certains groupes ou communautés riveraines le long de la rivière et l’utilisation qu’ils doivent en faire.

Figure 1 : Bassin versant de la rivière Saint-François, Québec.

Figure 1 : Bassin versant de la rivière Saint-François, Québec.

Source : éric Leinberger, Département de géographie, Université de Colombie-Britannique.

Maîtriser le cycle hydrologique : régulation du débit et protection contre les inondations

5Au début du XXe s., l’empreinte de la seconde révolution industrielle se remarque à travers le bassin de drainage de la rivière Saint-François, harnachée pour la production hydroélectrique et l’établissement de grandes entreprises symbolisant le nouveau capitalisme industriel. Les réseaux électriques de compagnies privées d’électricité et de services municipaux tirent leur énergie principalement de la Saint-François, mais aussi de tributaires comme les rivières Magog et Coaticook. Aux confluents de ces rivières, les villes industrielles, qui ont accueilli des scieries depuis le milieu du XIXe s., hébergent désormais d’imposantes centrales hydroélectriques, de même que des usines de pâte et papier qui possèdent leurs propres systèmes de digue et de barrage. En 1920, un ensemble d’aménagements hydroélectriques ponctuent le bassin de drainage de la rivière Saint-François (fig. 2) et représentent la moitié de ceux en exploitation dans la province de Québec. Si cette production énergétique, ainsi que l’industrialisation et l’urbanisation intensives qu’elle soutient, contribuent à modifier l’écologie de la rivière et à compromettre la qualité de l’eau, ce sont surtout des problèmes liés au débit de la Saint-François qui mènent à l’instauration d’un nouveau rapport à l’environnement riverain. À la cohabitation des usages ludiques et industriels de la Saint-François succède une spécialisation des fonctions riveraines qui repose sur la maîtrise de l’hydrologie de la rivière, tandis que la population riveraine délaisse la pratique de loisir pour dorénavant privilégier uniquement les bienfaits d’une croissance économique et technologique axée sur l’industrialisation lourde. Sans interdire aucun usage récréatif, l’industrialisation de la rivière en rend certains impraticables, comme la pêche à l’anguille ou au saumon, car les grands barrages empêchent le frai de ces espèces migratrices. D’autres loisirs, comme la baignade et le canotage, cessent d’être attrayants.

6La mise en forme de ce rapport est l’œuvre des gouvernements locaux et de l’élite économique régionale qui définissent les finalités appropriées de la rivière. Dès le début du XXe s., ceux-ci entreprennent de modifier radicalement la rivière Saint-François et son régime hydrologique pour assurer un approvisionnement constant en énergie et ainsi attirer des usines et des investissements. Face aux risques de sécheresse menaçant occasionnellement la fiabilité de la rivière en tant que source d’énergie, ces acteurs font de la régulation du débit de l’ensemble du bassin de drainage une condition au développement futur de la région. Après une inondation printanière qui touche plusieurs municipalités à travers le bassin en 1913, ils présentent une pétition au gouvernement pour la construction de barrages régulateurs en amont, en soutenant que l’emmagasinement de l’eau, autrement gaspillée lors des inondations, contribuera à maintenir le débit de la rivière suffisamment élevé et à soutenir la production industrielle et énergétique durant toute l’année. À la demande du Ministère des Terres et Forêts, responsable de l’aménagement des rivières, des ingénieurs de la Commission des eaux courantes du Québec (1914) conçoivent deux barrages, à l’embouchure des lacs Saint-François et Aylmer, afin de réguler le débit de la rivière Saint-François toute l’année. Le gouvernement provincial légitime son intervention en affirmant que les barrages constitueront un moyen d’assurer un approvisionnement constant en eau pour la production d’énergie, en plus d’empêcher de façon sûre des dommages coûteux causés par les inondations (Assemblée législative du Québec, 1915).

7Les efforts déployés pour maîtriser l’hydrologie de la rivière Saint-François – soit la construction des deux barrages réservoirs en amont en 1918 et 1927 – n’obtiennent pas les résultats escomptés. Si aucun épisode de sécheresse ne ralentit la production industrielle, et bien que les inondations printanières diminuent en intensité, les populations urbaines font les frais des débordements spontanés de la rivière lors de crues éclair estivales et automnales. En 1927 et en 1936, notamment, des précipitations abondantes, se produisant sur de courtes périodes, excèdent la capacité des infrastructures municipales de capture des surplus d’eau et rappellent combien il est difficile de maintenir la rivière dans son lit. À la suite de chaque inondation, des municipalités des quatre coins du bassin de drainage demandent l’installation d’infrastructures supplémentaires pour se protéger. La population riveraine continue de nourrir des espoirs à l’égard des ouvrages de retenues, mais les événements climatiques viennent régulièrement les compromettre.

  • 2 Archives de la Chambre de commerce de Sherbrooke, Report of the Committee Appointed to Study the Pr (...)

8Les rapports à la rivière se teintent ainsi d’une insécurité sans cesse croissante, avec la formation d’une société riveraine vulnérable et dépendante de l’érection de murs de soutènement pour contenir la rivière dans son lit (Castonguay, 2007). Après des inondations désastreuses en juin 1942 et juin 1943, puis une sécheresse en 1948 qui force les usines à interrompre leur production pendant plusieurs heures, la Chambre de commerce de Sherbrooke et ses industriels exigent du gouvernement provincial la construction de barrages et de réservoirs supplémentaires2. Les communautés locales, qui avaient laissé le gouvernement procéder à la régulation de la Saint-François en 1913 pour soutenir le développement industriel régional, en sont venues à se méfier de toutes modifications susceptibles de perturber plus encore le débit de la rivière et se mobilisent dorénavant contre les projets de régulation du débit. En effet, les inondations qui ont dévasté les Cantons de l’Est dans le deuxième quart du XXe s. ont révélé aux yeux des communautés riveraines le caractère fallacieux des discours sur l’utilité des barrages dans le contrôle du débit. Sans pour autant contester le rôle des barrages de régulation dans le développement industriel de la région, les populations riveraines à travers le bassin demeurent confrontées à des inondations lors de crues éclair, tandis que l’emmagasinement dans les lacs aménagés en réservoirs ne suffit pas à éviter des débordements printaniers dans des secteurs sensibles. Aussi, les propositions visant à transformer davantage la rivière Saint-François et ses tributaires n’obtiennent pas l’appui des populations locales qui s’opposent au fait de transformer de nouveau le débit de la rivière et optent plutôt pour des murets de protection le long de la rivière, autour des quartiers inondables. En outre, d’autres solutions peuvent satisfaire les besoins en énergie d’une population grandissante et d’une urbanisation continue après la construction de barrages sur la rive nord du fleuve Saint-Laurent, où plusieurs rivières offrent un fort potentiel de développement hydroélectrique à un meilleur prix (fig. 2).

Figure 2 : Emplacements des barrages dans le bassin-versant de la rivière Saint-François.

Figure 2 : Emplacements des barrages dans le bassin-versant de la rivière Saint-François.

Source : Dan ANDERSON, St. Francis River Stream Flow Control, The SCP News [Drummondville], Vol. 9 (septembre 1950), p. 9.

9Mises à mal par les événements climatiques extrêmes des années 1940, les infrastructures de régulation du débit de la rivière Saint-François s’avèrent aussi insuffisantes pour maintenir la prospérité de la région au lendemain de la Seconde Guerre mondiale  ; elles n’arrivent donc ni à garder la population riveraine à l’abri des flots capricieux de la Saint-François, ni à stimuler la croissance des industries régionales par la seule force hydraulique. D’ailleurs, ce ne sont plus les enjeux industriels qui dictent les rapports sociaux à la rivière dans les Cantons de l’Est. Confrontées à la fermeture de certains secteurs manufacturiers, les municipalités et les chambres de commerce cherchent de nouvelles bases pour asseoir le développement régional et promeuvent à cette fin l’essor du tourisme dans les Cantons de l’Est (Philiponneau, 1960). L’absence d’épisodes climatiques extrêmes durant les années 1950 et 1960 aidant, les autorités politiques et la population riveraine cessent d’être obnubilées par la régulation du débit et se consacrent plutôt à la restauration de l’écologie aquatique et à l’embellissement des berges de la rivière Saint-François pour rétablir des usages récréatifs comme la pêche sportive ou la baignade et démarrer une industrie touristique fondée sur les aménités naturelles de la région (voir sections suivantes). L’aménagement de l’environnement riverain vise alors à poursuivre le processus d’industrialisation de la rivière Saint-François entamé avec la construction des barrages hydrauliques et hydroélectriques, en s’appuyant dorénavant sur l’amélioration de la qualité du milieu, et non uniquement sur le contrôle de la quantité du débit.

10Le contrôle de l’hydrologie pour prévenir les inondations apparaît d’autant plus illusoire que l’occupation intensive des plaines inondables, résultant en partie de la promotion des attraits naturels de la rivière et de la croissance de la population urbaine, et les inondations saisonnières rappellent régulièrement la vulnérabilité des communautés riveraines en milieu urbain aux aléas climatiques. La construction résidentielle sur les plaines inondables signale notamment le besoin de nouvelles stratégies pour modeler l’environnement riverain et le protéger de l’empiètement humain pour réduire les conséquences des inondations. Particulièrement fréquent au cours des années 1970, ce phénomène se produit partout ailleurs au Canada et nécessite le versement d’indemnités toujours plus élevées par les compagnies d’assurance et les gouvernements qui voient augmenter les coûts liés aux mesures de secours. Il mène le gouvernement fédéral à instaurer une politique de gestion des bassins versants pour la prévention des inondations en 1975, le Programme de réduction des dommages dus aux inondations. Le programme bannit notamment les mesures structurelles visant à « maîtriser le cycle hydrologique » et décourage la construction sur les plaines inondables ainsi que la destruction du couvert végétal sur les rives (De Loë, 2000). Au Québec, le gouvernement provincial délègue aux municipalités le pouvoir réglementaire relatif à l’usage des plaines inondables pour établir des bandes riveraines interdites de modification et ainsi prévenir les dommages excessifs causés par les inondations (Duplessis et Hétu, 1992).

11Devant leur incapacité à contrôler l’hydrologie des rivières pour éviter les inondations, les gouvernements et les ingénieurs souhaitent diminuer les conséquences en cas d’inondation en limitant l’occupation des berges, source de vulnérabilité et de dommages. Les rapports à la rivière que ces acteurs cherchent à établir, s’ils cessent de viser la prévention des inondations par la régulation du débit, se fondent sur l’acceptabilité du phénomène dont seules les conséquences néfastes doivent être limitées, quitte à restreindre l’action des résidents en leur interdisant de s’installer sur les berges. Ces acteurs sont toutefois confrontés à un mouvement populaire de réappropriation de la rivière, qui a cessé d’être l’outil exclusif d’un développement fondé sur l’industrie lourde, alors que les communautés riveraines cherchent à rétablir des usages récréatifs – loisir, sport et détente – qu’elles avaient cessé de pratiquer face aux modifications hydrologiques et écologiques que la rivière avait subies.

Restaurer l’écologie aquatique : l’empoissonnement et la décontamination

12Interdire la construction d’habitations sur les rives constitue un des nombreux obstacles pour quiconque tente de regagner la maîtrise de l’environnement riverain alors que, malgré la disparition progressive des entreprises polluantes, la rivière Saint-François demeure trop polluée pour satisfaire les exigences sanitaires et écologiques d’une société des loisirs en plein essor. En effet, l’industrialisation de la rivière Saint-François a rendu son débit et son écologie impropres à l’exercice d’activités récréatives longtemps populaires. Pour compenser la perte de cet espace de loisir et de ce milieu de vie, une partie de la population riveraine s’est éloignée du cours d’eau principal, particulièrement durant l’entre-deux-guerres, et s’est tournée vers des tributaires et des lacs à travers le bassin pour exercer des activités récréatives devenues impraticables sur la Saint-François. La plupart acceptait l’inscription de la rivière Saint-François dans un système de production – où elle devenait en quelque sorte une infrastructure soutenant l’urbanisation et l’industrialisation des Cantons de l’Est (Castonguay et Fougères, 2007), même si le prix à payer était la perte de ses attraits naturels.

13La désindustrialisation des Cantons de l’Est fait place toutefois à une perspective différente, non seulement en rendant possible la réappropriation de l’environnement riverain, mais aussi en élargissant la communauté des usagers de la rivière. Autrefois réservée à une élite étrangère et urbaine, la pêche sportive devient un loisir privilégié pour des membres de la classe moyenne locale qui adhèrent massivement à des clubs de chasse et pêche de plus en plus nombreux. Parmi ceux-ci, le Club de chasse et pêche de l’Estrie et l’Association des clubs de chasse et pêche des Cantons de l’Est à Drummondville revendiquent la revitalisation écologique de la Saint-François (Anon., 1955). En outre, l’Association de la province de Québec pour la protection du poisson et du gibier (1951, p. 26) exige, lors de sa quatrième réunion annuelle, que « le gouvernement évalue la possibilité de restaurer la rivière Saint-François […] ». De concert avec l’Office de biologie du ministère du Tourisme, de la Chasse et de la Pêche, ces clubs organisent des parties de pêche sur la Saint-François, exploitent des alevinières et empoissonnent la rivière (Huard, 1951). L’Association du saumon de l’Atlantique, qui cherche à réintroduire ce poisson dans une rivière où il a abondé pendant des siècles, installe des passes pour aider le saumon à surmonter les barrages bloquant l’accès aux frayères (Nobbs, 1949). En appui à ces initiatives, les scientifiques de l’Office de biologie du Québec dressent des inventaires de ressources cynégétiques de la rivière Saint-François, mènent des études sur la qualité de la rivière et prescrivent des réglementations plus strictes contre les effluents industriels et municipaux (Mongeau et Legendre, 1976). Ils dénoncent également le risque écologique, pour la faune riveraine, qu’entraîne l’utilisation de ménés comme appât par des pêcheurs sans scrupules, car ces poissons envahissent l’écosystème aquatique et nuisent aux autres populations de poissons. Quant aux entreprises, aux chambres de commerce et aux autorités municipales de la région, qui pressent le gouvernement provincial de construire des aménagements récréatifs et de faciliter l’arrivée des visiteurs urbains canadiens et américains, elles appuient activement des campagnes de promotion du tourisme et de réhabilitation de l’environnement riverain dans les Cantons de l’Est. La compagnie d’électricité privée la plus importante de la région, la Southern Canada Power Company (1956), y va même de sa propre campagne pour encourager les résidents locaux à améliorer leur comportement à l’égard des visiteurs : grâce à ses aménités, la rivière Saint-François recevra les vacanciers de l’Est de l’Amérique du Nord et deviendra leur destination de choix, si toutefois la population participe à l’embellissement du paysage.

14La transformation de la rivière Saint-François en un site récréatif se révèle une entreprise vaine lorsque les échecs répétés d’empoissonnement mettent à jour l’empreinte de son histoire industrielle et urbaine que perpétuent certains usages dominants. Les fibres de bois qui se sont déposées au fond de la rivière au cours de plusieurs décennies de flottage des billes, ainsi que les rejets des usines et des égouts domestiques, ont augmenté les solides en suspension et la demande biochimique en oxygène, au point où le saumon (et tout autre poisson sensible à la pollution) est asphyxié. Les effluents des usines de pâte et papier, entre autres la « liqueur noire », un résidu composé de soude caustique, de chaux, de mercaptans et de sulfures et acides organiques, compromettent les tentatives de restauration de la faune aquatique. De plus, les déversements d’hydrocarbures et d’autres rejets accidentels causent des hécatombes et détériorent suffisamment la qualité de l’eau pour interdire les usages récréatifs projetés. Avec l’aide financière du ministère des Terres et Forêts et de la Fédération des associations de chasse et pêche du Québec, un chimiste de l’Université de Montréal, Claude Allard, conduit une enquête sur la pollution des cours d’eau à travers le Québec. Dans son rapport, le docteur Allard (1955, p. 18) déclare : « la Saint-François est le cours d’eau le plus pollué que l’on ait examiné jusqu’à maintenant dans la province de Québec » et « l’attrait touristique est dorénavant nul entre le lac Weedon et quelques kilomètres avant Drummondville ».

15Face à la perspective de rétablir des activités aquatiques et nautiques et de promouvoir le tourisme dans la région, le degré élevé de contamination de la rivière apparaît fortement problématique aux yeux des usagers de la Saint-François et des planificateurs – gouvernementaux et scientifiques – qui souhaitent rétablir le caractère ludique de la rivière et faire redémarrer l’activité économique dans la région. D’autant plus que le gouvernement provincial tarde à se manifester dans ce dossier et que, lorsqu’il réagit, c’est pour ancrer la pollution de la rivière Saint-François dans une problématique toute autre, quand la qualité de l’eau menace la santé de la population. Plusieurs épidémies de poliomyélite dans les années 1950, alliées aux résultats décevants et récurrents des évaluations annuelles de la qualité de l’eau potable par le ministère de la Santé, obligent les municipalités à interdire la baignade et à améliorer leurs installations d’assainissement et de distribution de l’eau. Procéder à la mise en place de technologies de traitement des eaux et à la décontamination de la rivière implique des coûts élevés que le gouvernement provincial n’ose répartir auprès des principaux pollueurs. De plus, il évite de désigner qui, des rejets domestiques ou industriels, pollue la rivière, et décourage l’identification des pollueurs qui devront modifier leurs installations et contribuer à financer la décontamination de la rivière. En 1956, toutefois, le gouvernement provincial met sur pied le Comité sur la pollution des eaux, dont la première initiative consiste à commander auprès de la division du génie sanitaire du ministère de la Santé une étude sur l’ampleur de la pollution de la rivière Saint-François (Carrier et Gourdeau, 1960). Quatre ans plus tard, le gouvernement transforme le Comité sur la pollution des eaux en Régie d’épuration des eaux et s’engage à verser des millions de dollars dans l’installation d’usines de traitement de l’eau à travers le Québec pour réduire la charge bactériologique des égouts municipaux (Castonguay, 2008).

  • 3 « La cité de Sherbrooke a d’autres priorités que l’assainissement », La Tribune, Sherbrooke, 30 mai (...)
  • 4 Archives de la Ville de Drummondville, procès verbaux du Conseil municipal, 11 juin 1956  ; « La ma (...)

16En dépit de ses moyens, la Régie d’épuration des eaux fait face à un problème de taille – la coordination des acteurs à travers les bassins de drainage – pour procéder à l’épuration des eaux usées d’origine domestique et à la décontamination des rivières (Bibeault, 2003). Dans le cas de la rivière Saint-François, la coordination est d’autant plus difficile à accomplir que plusieurs municipalités ciblent un tributaire, où elles espèrent obtenir des résultats concrets rapidement, au détriment du cours d’eau principal, pour la décontamination duquel elles devraient s’entendre avec une autre municipalité ou une usine qui, située en amont, compromettrait en cas de non-accord les travaux d’épuration. Par exemple, le conseil municipal de la ville de Sherbrooke, le centre urbain le plus important du bassin hydrologique, admet que « l’assainissement de la Saint-François apporterait une certaine amélioration à la vie des citoyens de Sherbrooke mais ces derniers profiteraient davantage de l’assainissement de la rivière Magog, même si l’on ne considère que le point de vue des loisirs »3. Aussi finance-t-il un organisme para-public composé de citoyens et d’employés municipaux pour procéder à la restauration de la rivière Magog. Au contraire de cette municipalité, le deuxième plus grand centre urbain du bassin, la cité de Drummondville, ne compte aucun tributaire pour s’approvisionner en eau potable ou qu’elle pourrait aménager à des fins récréatives. La fermeture de la plage publique en 1956 et les problèmes constants touchant la qualité de l’eau ont pour effet d’inciter les citoyens et le conseil municipal à déposer un recours collectif contre les municipalités et les entreprises industrielles en amont et d’exiger du gouvernement provincial une réglementation sur les rejets non traités dans la rivière Saint-François4.

  • 5 Archives de la Ville de Drummondville, procès verbaux du Conseil municipal, 25 juin 1958.

17Comme les enjeux sanitaires en viennent à dominer les interventions des municipalités et du gouvernement provincial et à encadrer les rapports urbains à la rivière Saint-François – qui s’articulent exclusivement autour de l’approvisionnement en eau de qualité pour les usages domestiques et industriels –, la promotion d’activités récréo-touristiques cesse de concerner la rivière pour vanter plutôt les paysages pittoresques des régions montagneuses, les aménagements des grands lacs des Cantons de l’Est et des éléments aquatiques extraits de leur environnement riverain et transplantés dans un cadre urbain. Les associations locales de pêcheurs, de même que les services municipaux, remplacent la pêche et la baignade en rivière par des concours de « pêche urbaine » et des événements intitulés « baignade en ville », en procédant à la construction de piscines et de bassins piscicoles en bordure de la Saint-François5. Les efforts déployés pour regagner le contrôle de la rivière s’arrêtent aux berges, tandis que la Saint-François maintient un caractère fortement urbain et industriel jusqu’à la fin des années 1980 quand, après trois décennies de programmes et de changements institutionnels dans le gouvernement provincial, les améliorations de la qualité de la rivière Saint-François deviennent enfin appréciables.

18L’assainissement de la Saint-François n’est toutefois pas garant d’une réappropriation de l’environnement riverain, alors que les scientifiques du gouvernement provincial lui découvrent de nouvelles potentialités qu’ils cherchent à intégrer dans le programme de décontamination de la rivière, non sans compromettre les usages récréatifs que les populations riveraines cherchent à rétablir. Dans son programme La rivière Saint-François, une rivière à récupérer, le ministère de l’Environnement (1985b, p. 3) place les usagers actuels et passés au même niveau « afin d’engager la population riveraine dans la décontamination et l’enjolivement de l’environnement riverain ». Cet appel à la population signifie, d’une part, protéger la consommation de l’eau potable et préserver la qualité des lacs et réservoirs en réprimant les sources locales de pollution et, d’autre part, consolider la vocation récréative et rehausser l’attrait du bassin hydrologique, tout en réservant un espace aux industriels afin qu’ils puissent utiliser la rivière de façon responsable. À ce titre, la résilience biologique – soit la capacité de l’écosystème aquatique à surmonter des perturbations – devient la préoccupation principale des biologistes de la faune du ministère de l’Environnement. L’évaluation de la qualité de l’eau cesse d’être axée uniquement sur la demande biochimique en oxygène, les bactéries coliformes et les solides en suspension. Ces critères sont dorénavant remplacés par d’autres servant à déterminer la capacité de la rivière à maintenir les écosystèmes, comme la concentration de substances toxiques précises chez des espèces témoins et l’intégrité biotique, qui fournit une mesure de la biodiversité animale et végétale dans les cours d’eau (Saint-Onge et Richard, 1991  ; Primeau, 1992).

  • 6 Archives de la Ville de Drummondville, procès verbaux du Conseil municipal, 24 mars 1980.

19Les biologistes de la faune redéfinissent ainsi les valeurs et les fonctions de l’écologie de la rivière par des préoccupations spécifiques à la sauvegarde de la biodiversité. Cela, au même moment où la restauration de la Saint-François regagne en popularité auprès des associations riveraines qui réclament leur rivière après plus de deux décennies de débats sur la pollution aquatique essentiellement centrés autour de la problématique sanitaire6. À Drummondville et à Sherbrooke, l’élite économique et politique reconnaît le besoin de rapprocher la rivière et la ville par la valorisation du potentiel écologique et récréatif de la rivière et finance à cet effet une multitude d’associations riveraines. Parmi celles-ci, un organisme para-municipal de Sherbrooke qui se soucie uniquement de la restauration de la rivière Magog revoit son mandat afin d’y inclure la rivière Saint-François. À Drummondville, la Société pour la réintroduction du saumon de l’Atlantique dans le bassin de la rivière Saint-François mène une série d’études historiques et scientifiques sur le potentiel salmonicole de la rivière, en plus d’installer des passes à saumon et de créer un sentier d’interprétation (Laprise, Gosselin, Provencher, 1987). Après avoir été tenus sur les rives dans de petits étangs urbains à « pêcher en ville », les clubs locaux de chasse et pêche qui exploitent des bassins de pisciculture transplantent des espèces « sportives » dans la rivière Saint-François, s’attirant toutefois l’ire des biologistes de la faune qui craignent que l’introduction massive de la truite arc-en-ciel menace les espèces « indigènes », dont l’esturgeon jaune et la très allochtone truite brune (Richard, 1996).

  • 7 Voir le commentaire http://legrandclub.rds.ca/profils/TonyLeSauteur/posts/20818. Son auteur, Tony L (...)

20La décontamination de la rivière change les perspectives sur la protection de l’environnement riverain pour tenir compte non seulement de la qualité de l’eau, mais aussi de la biodiversité du milieu aquatique. Par conséquent, le ministère de l’Environnement continue de financer les activités de « pêche en ville » pour garder les espèces « sportives » loin des frayères des espèces indigènes. Même si de telles mesures alimentent le mécontentement des clubs de chasse et pêche, elles satisfont les attentes des biologistes de la faune œuvrant en faveur de la sauvegarde de la biodiversité7. En revanche, pareilles attentes sont menacées, non seulement par les poissons sportifs que les amateurs de pêche ont transplantés, mais également par le gobie à taches noires (Neogobius melanostomus) et le myriophylle en épi (Myriophyllum spicatum), des espèces envahissantes que les praticiens des activités nautiques introduisent par mégarde à partir du fleuve Saint-Laurent et du lac Saint-Pierre (COGESAF, 2006). Pourtant, ces amateurs de pêche et d’activités nautiques sont précisément ceux que les promoteurs du tourisme et de la restauration de la rivière Saint-François cherchaient à attirer et à maintenir dans un environnement harmonieux propice à faire valoir les aménités naturelles de la région.

Embellir et protéger la Saint-François et ses berges : reboisement et protection du couvert végétal

21De même que l’écologie aquatique de la rivière Saint-François devient la cible de projets de décontamination et de restauration, les berges et leur couvert végétal font l’objet de travaux de réhabilitation au lendemain de la seconde guerre mondiale. En plus d’étendre les représentations de l’environnement riverain au-delà du seul lit de la rivière, les travaux de reboisement cherchent également à ordonner des rapports sociaux à la rivière en visant à modifier le comportement des populations riveraines pour qu’elles protègent les berges de la rivière : ceci à la fois pour améliorer le paysage et stimuler l’attrait touristique de la région, et pour réduire les risques d’inondation. Il faut dire que la région est soumise à une exploitation forestière intensive depuis les débuts de la colonisation, surtout après l’établissement de scieries et d’usines de pâte à papier le long de la rivière Saint-François. Durant l’entre-deux-guerres, toutefois, des industriels commencent à se montrer préoccupés par le déboisement de la région qui compromet l’approvisionnement des usines, d’autant plus que le transport des billes depuis les régions éloignées devient de plus en plus coûteux. De même, certains identifient les pentes dénudées des rives comme cause de la fréquence et de l’intensité des inondations (Morrill, 1917, p. 17). Regroupés au sein de l’Association forestière des Cantons de l’Est pour intéresser les propriétaires de lots boisés à la conservation de la forêt, quelques compagnies et des conservationnistes promeuvent le reboisement comme une solution à ces difficultés économiques et écologiques, et encouragent les populations riveraines à protéger les berges et le couvert végétal des rives de la Saint-François.

  • 8 CARTIER L., 1945, Comments on the Saint-Francis River Flood Problem, Fonds 15, Vol. 3478, 28 mai 19 (...)
  • 9 Chambre de commerce de Sherbrooke, 1950a, Rapport préliminaire du sous-comité reboisement, comité d (...)

22Après les inondations catastrophiques de 1942 et 1943 et la sécheresse de 1948, le reboisement des berges de la Saint-François s’affirme comme une préoccupation permanente et conduit une série d’acteurs à s’engager dans l’aménagement forestier des abords de la rivière. Les ingénieurs mandatés par la Commission des eaux courantes du Québec et la Chambre de commerce de Sherbrooke pour étudier les problèmes liés au débit de la rivière Saint-François rejettent les propositions de construire des barrages et des réservoirs supplémentaires qui, selon eux, ne feraient qu’accroître les risques d’inondation en encombrant la rivière8. Pour ces ingénieurs, une source majeure des inondations réside plutôt dans l’accélération de l’écoulement de l’eau de pluie et l’accumulation de sédiments dans la rivière, une situation que provoquent l’absence de végétation sur les berges et l’érosion des sols. Le reboisement des rives, affirment les ingénieurs, augmenterait la capacité des berges à absorber les surplus d’eau produits par les pluies torrentielles et empêcherait l’eau de pluie de s’écouler rapidement dans la Saint-François et ses tributaires. Leurs suggestions coïncident avec celles du Comité d’embellissement de la Chambre de commerce de Sherbrooke, qui recommande le reboisement des berges de la rivière Saint-François en s’appuyant sur le fait que « les forêts pourraient jouer un rôle bénéfique dans la régulation du système hydrologique et dans la prévention des débâcles dévastatrices et de l’érosion des sols »9. Les planificateurs et les aménageurs régionaux embrassent également le reboisement comme moyen de rehausser le paysage riverain et de transformer la rivière Saint-François en une destination de choix pour les vacanciers. Aussi, quand les offices du tourisme et les chambres de commerce des Cantons de l’Est considèrent la construction des installations récréo-touristiques, ils encouragent parallèlement l’instauration d’un programme de reboisement accompagnant les mesures de décontamination et de restauration de la rivière. La Southern Canada Power Company, qui exploite une pépinière et une plantation aux abords de la rivière Saint-François en aval de Drummondville, diffuse dans son journal corporatif une chronique prodiguant des conseils sur la gestion des boisés fermiers  ; elle reconnaît le rôle des arbres dans la protection contre les inondations et dans le renforcement du développement économique, soit par le biais de l’approvisionnement aux industries locales, soit par la transformation de la région « en un environnement accueillant » (Wilson, 1950). Enfin, l’Association forestière des Cantons de l’Est publicise la nécessité de reboiser les berges et fournit des conseils techniques à cet effet  ; elle distribue elle-même des plants et seconde le ministère des Terres et Forêts qui exploite deux pépinières dans la région.

  • 10 Les données discutées dans cette section sont tirées de Castonguay et Saint-Laurent (2009, p. 279), (...)

23L’engouement généralisé pour le reboisement de la région, que semble révéler la convergence des discours et des interventions des acteurs, cache toutefois certaines divergences quant aux objectifs visés par ces acteurs. Celles-ci deviennent manifestes à l’examen du travail effectivement accompli sur le terrain. Entre 1950 et 1972, les mesures de reboisement se soldent par la distribution de plus de cinq millions de plants par les deux pépinières gouvernementales  ; le ministère des Terres et Forêts supervise et inspecte plus de mille projets de plantation annuellement10. Par contre, ces plants servent surtout à la production de boisés de ferme, loin des berges. Parmi les principales espèces cultivées et distribuées par le ministère des Terres et des Forêts et l’Association forestière des Cantons de l’Est, l’épinette de Norvège, l’épinette blanche et le pin rouge conviennent particulièrement à l’approvisionnement des usines de pâte à papier de la région. Malgré tout, une restitution du couvert végétal le long des berges de la rivière Saint-François prend forme. Les berges gagnent 2 598 km2 de zone arborée entre 1945 et 1979. Modeste par rapport aux 9 585 km2 reboisés entre 1979 et 2000, ce gain excède les 734 km2 perdus pendant la même période au profit de l’espace urbain et, dans une moindre mesure, de l’agriculture. Plutôt que d’être le produit d’actions délibérées de propriétaires de boisés de ferme, le reboisement des berges est le résultat de dynamiques écologiques, où la régénération naturelle d’érables argentés (Acer saccharinum) sur des terres vacantes a succédé à un mouvement général d’abandon des fermes provoqué par la disparition des petites exploitations fermières et la modernisation de l’agriculture québécoise au lendemain de la seconde guerre mondiale. Quant aux plantations d’arbres, elles ont servi les besoins des industries du bois, sans pour autant modifier les rapports conservationnistes à la forêt et à la rivière que les interventions gouvernementales cherchaient d’abord à inscrire dans le paysage pour prévenir les inondations et améliorer l’environnement récréo-touristique.

24Au cours des années 1950 et 1960, des conditions climatiques favorables et une diminution des inondations, en nombre et en intensité, rendent moins urgente la protection de la végétation sur les berges, tandis que l’embellissement de l’environnement cesse d’être la priorité pour les gouvernements  ; l’épuration de la rivière vise non plus la restauration de l’écologie aquatique de la Saint-François, mais uniquement l’approvisionnement en eau potable des populations urbaines. Néanmoins, le prolongement des aires urbaines, à la même période, a fragilisé encore plus les rives de la Saint-François et de ses tributaires, surtout sur des plaines inondables en proie au développement domiciliaire. L’urbanisation accélérée des Cantons de l’Est, particulièrement autour des villes comme Sherbrooke et Drummondville, de même que la réorientation économique de la région vers la promotion de ses attraits naturels et une hausse de la population durant la saison touristique, a accéléré le dénuement des berges par la déforestation et la destruction du couvert végétal en particulier. Aussi, dans le cadre des mesures mises en place pour réduire l’occurrence et l’intensité des inondations après les événements extrêmes des années 1970, les gouvernements fédéral et provincial ont procédé à la cartographie détaillée des plaines inondables des principaux bassins versants, y compris celui de la rivière Saint-François, pour empêcher par voie réglementaire la construction domiciliaire et la destruction des arbres et de la végétation sur les berges dans les zones fragiles et susceptibles d’être inondées (Saint-Laurent, Couture et McNeil, 2001). Destinés à contraindre le comportement humain et à promouvoir la protection de l’environnement riverain, les règlements apparaissent évidemment insuffisants pour empêcher l’occurrence des inondations et en réduire l’intensité. En fait, les mesures pour interdire la destruction du couvert végétal sur les berges et protéger les plaines inondables près des zones urbaines visent non plus la prévention des inondations, mais bien la réduction des dommages occasionnés par celles-ci.

  • 11 Gosnell et Abrams (2009) discutent les enjeux environnementaux de ce processus d’« embourgeoisement (...)

25Non seulement le reboisement est-il invoqué uniquement dans une perspective de protection des plaines inondables – et non plus en fonction des projets de restauration d’un environnement riverain propice au développement touristique –, mais aussi les activités des populations riveraines sont négligées par les autres programmes gouvernementaux d’embellissement des berges. Lorsque le ministère de l’Environnement du Québec (MENVIQ, 1985a) relance le reboisement des berges de la Saint-François en inaugurant la campagne « Berges neuves » en 1982, les transplantations de semis cessent au profit d’une réglementation visant à limiter la coupe du bois et à maintenir des aires boisées. Par cette campagne, le ministère situe le reboisement des berges dans la continuité de sa politique d’assainissement de l’eau et y voit un moyen d’améliorer l’environnement riverain pour le mettre en valeur. Entre autres, le ministère subventionne la protection des plaines inondables ainsi que le nettoyage et le reboisement des berges de la rivière Saint-François. Pourtant, même si les gains des aires boisées entre 1979 et 2000 semblent indiquer le succès de la campagne, celle-ci a occulté certaines pratiques transplantées par les occupants urbains en milieu riverain, telle l’artificialisation des berges. En effet, le retrait de la végétation sur les berges devient un problème critique accompagnant cet embourgeoisement du milieu rural dans les Cantons de l’Est, au fur et à mesure que les valeurs urbaines modèlent le paysage riverain, avec des pavillons de villégiature et des pelouses parfaitement entretenues parsemant le bassin hydrologique de la Saint-François11. Les conséquences de ces pratiques se manifestent progressivement, mais durablement, sous une forme nouvelle et naturelle de pollution de l’eau par la présence des cyanobactéries et des algues bleues, dont la présence compromet l’usage récréatif des plans d’eau dans les Cantons de l’Est. Qu’elles aient été menées pour protéger les berges contre l’érosion, pour prévenir les inondations ou leur intensité, ou pour promouvoir les aménités naturelles de la région, les campagnes de reboisement et d’embellissement des rives de la Saint-François n’ont pu obtenir la pleine collaboration des populations riveraines, si ce n’est celle des érables argentés qui ont repoussé sur les terres agricoles abandonnées.

Conclusion

26En tant que produit de l’action humaine et des processus naturels, l’environnement riverain a composé une multitude de paysages que l’ingéniosité humaine a tenté d’ordonner. Or, l’environnement riverain a ses propres dynamiques, et ses mécanismes sociaux et écologiques ont souvent échappé à ceux qui ont voulu le maîtriser : inondations, constructions résidentielles sur les plaines inondables, intoxication de l’eau, espèces envahissantes – utiles et inutiles –, et artificialisation des berges forment une série d’événements contingents qui ont miné les rapports idéalisés entre les habitants humains et non humains que les promoteurs, industriels, scientifiques gouvernementaux et groupes locaux ont cherché à ancrer de part et d’autre de la rivière Saint-François tout au long du XXe s. L’environnement riverain s’est donc constitué à partir de vues et de compréhensions partielles de ses composantes écologiques et sociales qui, malgré les tentatives de contrôle dont ils ont fait l’objet, ont conservé un caractère imprévisible.

27La reconstitution des transformations de l’environnement riverain et du développement socioéconomique des villes sises sur les berges de la rivière Saint-François au cours du XXe s. nous a permis d’identifier les définitions de problématiques sous-tendant l’articulation des projets successifs pour « l’amélioration » de l’environnement riverain. Dans le cas étudié, il est apparu que les populations locales et les scientifiques mobilisés par les autorités gouvernementales, municipales ou provinciales, et les élites économiques, ont appréhendé et modifié la rivière Saint-François en fonction de leur perception du risque de l’inondation et de leurs compréhensions des enjeux sanitaires et écologiques de la pollution de l’eau. Savoirs experts et savoirs vernaculaires ont mis en œuvre diverses pratiques reflétant des représentations complémentaires, parfois opposées, d’un environnement riverain pluriel. Tout comme les projets, les débats et les controverses autour de ces notions ont participé également au désordre environnemental – entendu ici comme l’instabilité inhérente aux processus écologiques et sociaux imbriqués – qui ont contribué à contrecarrer l’instauration d’un ordre social et naturel idéalisé.

Haut de page

Bibliographie

ALLARD C., 1955, Étude de la pollution des cours d’eaux de la province de Québec, Montréal, Fédération des Associations de chasse et pêche du Québec, 49 p.

Anon., 1955, Les Clubs de Chasse et Pêche de l’Estrie veulent l’épuration des eaux du Saint-François, Chasse et pêche, 5, n° 70 (août), p. 15 -17.

Assemblée législative, Gouvernement du Québec, 1915, Copie de tous documents, correspondance, options et requêtes, échangés entre toutes personnes, le Gouvernement de cette province et les officiers de la Commission des eaux courantes relativement à l’emmagasinement des eaux de la rivière Saint-François et de ses lacs et rivières tributaires. 1er mars 1915, Documents de la session 32 George V, p. 3-4.

Association de la Province de Québec pour la protection du poisson et du gibier, 1951, Rapport annuel.

BÉDARD L., 1947, Aide publique à la sauvegarde de nos forêts, La Tribune, Sherbrooke, 29 janvier, p. 10.

BETHEMONT J., 2009, Les grands projets hydrauliques et leurs dérives, Géocarrefour, Vol. 84, n° 1-2, p. 5-9.

BIBEAULT J.-F., 2003, La gestion intégrée de l’eau : dynamique d’acteurs, de territoires et de techniques, Cahiers de géographie du Québec, Vol. 47, n° 132, p. 389-411.

CARRIER R.-R. et GOURDEAU J.-P., 1960, Étude de la pollution des eaux de la Saint-François [s.l.], Division du génie sanitaire, ministère de la Santé du Québec, 103 p.

CARTIER L., 1945, Comments on the Saint-Francis River Flood Problem, Fonds 15, Vol. 3478, 28 mai 1945, Archives Hydro-Québec, Southern Canada Power Company.

CASTONGUAY S., 2007, The construction of flood as natural catastrophe : extreme events and the construction of vulnerability in the drainage basin of the Saint-François River (Quebec), mid-nineteenth to mid-twentieth century, Environmental history, Vol. 12, n° 4, p. 816-840.

CASTONGUAY S. et FOUGÈRES D., 2007, Les rapports riverains de la ville : Sherbrooke et ses usages des rivières Magog et Saint-François au 19e-20e siècle, Revue d’histoire urbaine/Urban History Review, Vol. 36, n° 1, p. 3-15.

CASTONGUAY S. et SAINT-LAURENT D., 2009, Reconstructing Reforestation : Changing Land-Use Patterns along the Saint-François River in the Eastern Townships, in MACEACHREN A., WILLIAM TURCKEL, W.-J. (dirs.), Methods and Meaning in Canadian Environmental History, p. 271-290.

CASTONGUAY S., 2008, Les territoires de la pollution. L’environnement comme catégorie de l’action publique au Québec, in G. MASSICOTTE (dir.), Les sciences du territoire, Presses de l’Université du Québec, Québec, p. 77-102.

COGESAF [Comité de gestion du bassin versant de la rivière Saint-François], 2006, Analyse du bassin versant de la rivière Saint-François, 255 p.

Commission des eaux courantes du Québec, 1914, Annexe 1.-a. Demande ayant pour objet la Régularisation de la rivière St.-François au moyen de Barrages-Réservoirs d’emmagasinement. Séance tenue le 19 août 1913, Rapport annuel, p. 77-103.

DE LOË R., 2000, Floodplain management in Canada : overview and prospects, Canadian Geographer, Vol. 44, n° 4, p. 355-368.

DUPLESSIS Y. et HÉTU J., 1992, Les pouvoirs des municipalités en matière de protection de l’Environnement, Éditions Yvon Blais, Cowansville, 235 p.

GOSNELL H. et ABRAMS J., 2009, Amenity migration : diverse conceptualizations of drivers, socioeconomic dimensions, and emerging challenges, GeoJournal, 10.1007/s10708-009-9295-4

HUARD J.-B. S., 1951, La pêche dans les Cantons de l’Est, Chasse et pêche 3, n° 22 (Août), p. 5-7.

KESTEMAN J.-P., SOUTHAM P. et SAINT-PIERRE D., 1998, L’histoire des Cantons-de-l’Est, Presses de l’Université Laval, Sainte-Foy. 829 p.

LAPRISE P., GOSSELIN Y., et PROVENCHER M., 1987, Étude d’avant-projet pour la réintroduction du saumon atlantique dans le bassin de la Rivière St-François : volet bio-physique, Drummondville, Société Saumon Saint-François, 102 p.

Ministère de l’Environnement, Gouvernement du Québec, 1985a, Faisons berges neuves, ministère de l’Environnement, Québec, 19 p.

Ministère de l’Environnement, Gouvernement du Québec, 1985b, La Saint-François. Une rivière à récupérer, ministère de l’Environnement, Québec, 64 p.

MONGEAU J.-R. et LEGENDRE V., 1976, Les ressources fauniques du bassin inférieur de la rivière Saint-François. Évolution des populations en dix ans : 1965-1974, Ministère du tourisme, de la chasse et de la pêche, Service de la recherche biologique, 126 p.

MORRILL V.-E., 1917, Men of Today in the Eastern Townships, Sherbrooke Record Company, Sherbrooke, 297 p.

NOBBS P.- E., 1949, The Restoration of St. Francis, Quebec as a Salmon River, [Montréal], Atlantic Salmon Association, 16 p.

PHILIPPONNEAU M., 1960, L’avenir économique et social des Cantons de l’Est : un problème type de planification régionale de la province de Québec, ministère de l’Industrie et du Commerce, Québec, 219 p.

PRIMEAU S., 1992, Qualité des eaux du bassin de la rivière Saint-François, 1976-1991, Ministère de l’Environnement, Direction de la qualité des cours d’eau, Sainte-Foy, 145 p.

RICHARD Y., 1996. Le bassin versant de la rivière Saint-François : les communautés ichtyologiques et l’intégrité biotique du milieu, Ministère de l’Environnement et de la Faune, Direction des écosystèmes aquatiques, Québec, 70 p.

SAINT-LAURENT D., COUTURE C. et McNEIL E., 2001, Spatio-Temporal Analysis of Floods of the Saint-Francois Drainage Basin, Quebec, Canada, Environments, Vol. 29, n° 2, p. 73-89.

SAINT-ONGE J. et RICHARD Y., 1991, Indices d’intégrité biotique pour évaluer l’état de santé des écosystèmes aquatiques de la Rivière St-François et de la Rivière Magog : description du projet et protocole d’échantillonnage des populations piscicoles, Ministère de l’environnement du Québec, Direction de la qualité des cours d’eau, Québec, 27 p.

Southern Canada Power Company, 1956, Il faut les garder propres, Contact, Drummondville, 15 mai.

WILSON E., 1950, Le Coin forestier, Contact, Drummondville, 16 octobre.

Haut de page

Notes

1 Kesteman, Southam et Saint-Pierre (1998) présentent une synthèse historique de la région.

2 Archives de la Chambre de commerce de Sherbrooke, Report of the Committee Appointed to Study the Problem of Floods in the Eastern Townships, Fonds P-1, Vol. 29, dossier 65-01, 18 juin 1945  ; Chambre de commerce de Sherbrooke, Inondations sur la rivière Saint-François 1945, Fonds P-1, Vol. 29, dossier 70-4-50, s. d., Bibliothèque et archives nationales du Québec-Sherbrooke.

3 « La cité de Sherbrooke a d’autres priorités que l’assainissement », La Tribune, Sherbrooke, 30 mai 1973.

4 Archives de la Ville de Drummondville, procès verbaux du Conseil municipal, 11 juin 1956  ; « La mauvaise saveur de l’eau à Drummondville doit disparaître », La Parole, Drummondville, 23 février 1956  ; « Projet de requête contre la pollution de la St-François », La Tribune, Sherbrooke, 27 avril 1956.

5 Archives de la Ville de Drummondville, procès verbaux du Conseil municipal, 25 juin 1958.

6 Archives de la Ville de Drummondville, procès verbaux du Conseil municipal, 24 mars 1980.

7 Voir le commentaire http://legrandclub.rds.ca/profils/TonyLeSauteur/posts/20818. Son auteur, Tony Le Sauteur, a travaillé à l’Office de biologie du Québec, puis à la Régie des eaux du Québec durant les années 1960, avant de publier un des premiers manifestes contre la pollution au Québec (Chaput et Le Sauteur, 1971).

8 CARTIER L., 1945, Comments on the Saint-Francis River Flood Problem, Fonds 15, Vol. 3478, 28 mai 1945, Archives Hydro-Québec, Southern Canada Power Company.

9 Chambre de commerce de Sherbrooke, 1950a, Rapport préliminaire du sous-comité reboisement, comité d’étude du contrôle des inondations de la Rivière St-François et de ses affluents, Fonds P-1, Vol. 29, dossier 70-8-50, 16 mars 1950, Bibliothèque et archives nationales du Québec-Sherbrooke.

10 Les données discutées dans cette section sont tirées de Castonguay et Saint-Laurent (2009, p. 279), où nous présentons également la méthodologie sous-tendant leur production.

11 Gosnell et Abrams (2009) discutent les enjeux environnementaux de ce processus d’« embourgeoisement en milieu rural », aussi appelé « greentrification ».

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Bassin versant de la rivière Saint-François, Québec.
Légende Source : éric Leinberger, Département de géographie, Université de Colombie-Britannique.
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/7990/img-1.png
Fichier image/png, 301k
Titre Figure 2 : Emplacements des barrages dans le bassin-versant de la rivière Saint-François.
Légende Source : Dan ANDERSON, St. Francis River Stream Flow Control, The SCP News [Drummondville], Vol. 9 (septembre 1950), p. 9.
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/7990/img-2.png
Fichier image/png, 628k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Castonguay et Hubert Samson, « Les productions de l’environnement riverain au Québec : industrialisation, décontamination et embellissement de la rivière Saint-François au XXe s. », Géocarrefour, Vol. 85/3 | 2010, 241-251.

Référence électronique

Stéphane Castonguay et Hubert Samson, « Les productions de l’environnement riverain au Québec : industrialisation, décontamination et embellissement de la rivière Saint-François au XXe s. », Géocarrefour [En ligne], Vol. 85/3 | 2010, mis en ligne le 15 mars 2011, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/7990 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.7990

Haut de page

Auteurs

Stéphane Castonguay

Chaire de recherche du Canada en histoire environnementale, Université du Québec à Trois-Rivières, CP 500, Trois-Rivières Québec, Canada G9A5H7 Stephane.Castonguay@uqtr.ca

Hubert Samson

Chaire de recherche du Canada en histoire environnementale, Université du Québec à Trois-Rivières, CP 500, Trois-Rivières Québec, Canada G9A5H7 Hubert.Samson@uqtr.ca

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • Revues.org