Navigation – Plan du site
Articles

Reconquête urbaine de la Loire et risque d’inondation : des représentations aux aménagements urbains

Sylvain Rode
p. 221-228

Résumés

Dans les agglomérations d’Orléans et de Tours, les habitants ont dans l’ensemble une représentation positive de la Loire comme paysage. En revanche, le risque d’inondation – connoté bien plus négativement – n’occupe qu’une place marginale dans cette image dominante du fleuve. La représentation d’une Loire sans risque est confortée par la communication de certaines collectivités locales alors que d’autres s’efforcent de transmettre une vision plus équilibrée de la Loire, Janus à deux visages. La vision des bords de Loire apparaît plus ambiguë que celle du fleuve, oscillant entre l’image d’espaces agréables et attractifs ou de territoires marginaux et répulsifs. S’appuyant sur cette image valorisante de la Loire et sur la demande sociale d’aménagement de ses berges, les deux agglomérations s’efforcent de reconquérir leur fleuve. La place faite au risque d’inondation dans ces opérations de reconquête urbaine demeure toutefois contrastée.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1  En particulier la loi Barnier du 2 février 1995 qui institue les Plans de Prévention des Risques n (...)

1L’eau est de plus en plus reconnue comme porteuse de valeurs sociales, qu’André Guillerme nomme « aquosité », notion qu’il définit comme « la forme objectivée de la sensibilité collective au milieu aquatique » (Guillerme, 1991). Cette sensibilité collective s’appuie sur un ensemble de représentations, complexes et parfois en partie contradictoires, qui tend à valoriser l’eau dans les sociétés urbaines contemporaines. Aussi les relations entre les villes et les cours d’eau qui les traversent s’en trouvent-elles bouleversées. Le récit classique de l’histoire des relations villes/cours d’eau met en avant l’idée qu’après une longue période de symbiose, villes et cours d’eau se seraient progressivement éloignés à partir de la révolution industrielle, les liens étroits qui les unissaient jusqu’alors se distendant. S’ouvrirait alors une troisième phase, celle de la réappropriation contemporaine des cours d’eau urbains. De fait, nombre de villes, dont Orléans et Tours dont il sera ici question, reprennent ce récit – pour le moins formaté et dont l’exactitude historique demeure sujette à caution, mais qui légitime puissamment l’action publique – à leur compte et tentent aujourd’hui de reconquérir leurs cours d’eau afin d’en refaire des éléments à part entière de l’organisme urbain. Néanmoins, si le fleuve est porteur de valeurs positives, sa présence au sein de la ville est également synonyme de risque d’inondation, connotant cette fois menace et destructions potentielles. Une telle tension entre deux représentations opposées est en réalité constitutive de l’essence même de tout fleuve, comme le notait Paul Fénelon à propos de la Loire : « tour à tour capable de féconder sa vallée d’un riche limon, puis de la dévaster lors de ses crues, la Loire, comme le dieu Janus, offre à ses riverains un double visage » (Fénelon, 1978). Les Trente Glorieuses et leur idéologie techniciste dominante, mettant en œuvre la volonté exprimée par Descartes de rendre l’homme « comme maître et possesseur de la nature », ont pu un temps laisser penser à une maîtrise des éléments naturels. Mais, alors qu’actuellement les villes opèrent un retour au fleuve et que la prévention des risques naturels s’impose comme une exigence de plus en plus forte – aussi bien en termes de demande sociale que de dispositif législatif1 –, ces deux aspects sont trop rarement mis en regard et pensés simultanément.

2Aussi le présent article souhaite-t-il interroger les relations qui existent entre le processus de reconquête urbaine de la Loire et le risque d’inondation, auquel sont exposées les deux agglomérations d’Orléans et de Tours. La volonté de reconquête du fleuve ne s’appuie-t-elle pas – tout en la renforçant – sur une représentation partielle, idéalisée, de la Loire ? Le risque d’inondation s’en trouve-t-il occulté ou au contraire mieux pris en compte dans les actions et aménagements visant à reconquérir la Loire ?

3Nous nous attacherons tout d’abord à l’étude des images de la Loire et de ses bords, tant chez les habitants que chez les pouvoirs publics des deux agglomérations, afin de déterminer la place qu’y tient le risque. Puis, l’analyse des actions menées à Orléans et à Tours pour reconquérir la Loire révèlera les disparités qui existent entre ces deux agglomérations dans la perception des liens entre opérations de reconquête du fleuve et de ses berges et prise en compte du risque d’inondation.

Entre risques et paysage, des représentations ambivalentes du fleuve et de ses berges

Une image positive de la Loire, où le risque est minoré

  • 2  Enquêtes par questionnaire (comprenant des questions fermées et des questions ouvertes) effectuées (...)

4Les habitants des agglomérations d’Orléans et de Tours ont, dans l’ensemble, une vision assez « paysagère » de la Loire : celle-ci est pour eux un élément agréable et indispensable du paysage, car lui conférant une bonne partie de son charme et de sa beauté. La Loire est essentiellement, pour les habitants de ces deux agglomérations, associée à des images de nature (55 % des termes cités par les personnes enquêtées2). L’expression de « dernier fleuve sauvage d’Europe », résume – de manière caricaturale du fait de la longue anthropisation de la Loire – cette représentation. Mais il est vrai que, relativement à d’autres fleuves français ou européens (comme le Rhin ou le Rhône, « archétype du fleuve aménagé et dompté » (Bravard, 2006), la Loire demeure un fleuve assez peu aménagé, et dont la dynamique naturelle est encore très forte et perceptible à travers le remodelage continuel de ses îles et de ses grèves. Les formes changeantes du lit de la Loire tendent donc à accréditer l’idée d’un fleuve encore sauvage. Et, de fait, la Loire est très largement perçue par les habitants des agglomérations tourangelle et orléanaise comme un élément de nature au sein de l’espace urbain qui, lui, est souvent perçu comme « le milieu artificiel, l’anti-nature » (Arnould, 2006). à ce titre, la Loire est porteuse de nombre d’aménités. La présence de la Loire au cœur de ces deux agglomérations contribue à y introduire un espace ouvert et aux perspectives dégagées, tout en lui offrant un miroir dans lequel elle peut se refléter. La ripisylve qui se développe sur les berges et les îles de la Loire contribue également à cette image positive de nature. Point de nature sans verdure ! De fait, comme le remarque Paul Arnould, « l’arbre dans la ville reste le symbole de la nature pour bon nombre d’urbains » (Arnould, 2006). Loire végétale donc, mais aussi Loire minérale : les grèves et îles sableuses font également partie des images stéréotypées qui composent cette représentation positive de la Loire comme espace naturel par excellence. Loire animale enfin dans la mesure où la faune ligérienne contribue à cette représentation d’un fragment de nature au sein de la ville, d’un milieu naturel vivant. Les différentes espèces d’oiseaux qui nichent sur les îles et les bords de Loire constituent la manifestation la plus flagrante, aux yeux des habitants de ces villes, de la richesse faunistique ligérienne. Celle-ci se manifeste également, de manière moins visible, par la présence de nombreuses espèces d’insectes, de reptiles, d’amphibiens et de mammifères parmi lesquels, dans l’agglomération d’Orléans, au moins deux familles de castors d’Europe (Castor fiber), espèce qui avait disparu du bassin de la Loire à la fin du XIXe s. et qui y a été réintroduite au cours des années 1970 (FRAPNA Loire, 2005).

5L’inscription de la Loire au sein de ces deux agglomérations contribue donc à la présence d’espaces naturels très riches au cœur même de leur tissu urbain, participant ainsi notablement à la biodiversité urbaine, aujourd’hui reconnue, alors que le cliché d’un milieu urbain à la biodiversité inexistante a longtemps eu la vie dure (Boutefeu, 2007). Cette richesse naturelle de la Loire et la qualité des paysages qu’elle offre au regard du citadin participent pleinement de l’image très positive que les habitants des agglomérations de Tours et d’Orléans se font du fleuve.

  • 3  Article 1 de la Convention du Patrimoine mondial.
  • 4  Site internet de la Mission Val de Loire (www.valdeloire.org).

6Si les images de naturalité sont déterminantes dans la représentation globale de la Loire, celle-ci apparaît pourtant composite. En effet, parmi les termes caractérisant le mieux la Loire et derrière ceux renvoyant à ses caractéristiques naturelles, les levées et les châteaux (23 % des réponses) sont fréquemment cités par les personnes interrogées. La Loire évoque donc, dans maints esprits, un espace de nature aménagé par l’homme au fil de l’histoire, et qui a attiré les monarques sur ses bords du fait de ses aménités paysagères. Le constat d’une telle imbrication des éléments naturels et anthropiques dans la représentation dominante de la Loire renvoie au classement du fleuve au Patrimoine Mondial de l’UNESCO en 2000 au titre des paysages culturels vivants, lesquels sont définis comme des « œuvres conjuguées de la nature et des hommes3 » qui conservent « un rôle social actif dans la société contemporaine4 ». Les paysages ligériens symboliseraient ainsi par excellence la nature domestiquée, civilisée car façonnée par et pour l’homme au fil du temps. Mais, si les châteaux et les levées sont très cités par les personnes interrogées, en revanche les centrales nucléaires et les barrages ne le sont que très rarement. Châteaux et levées ont une origine anthropique, mais celle-ci est ancienne et ces éléments semblent « faire partie du paysage » et contribuer à son charme, alors que les centrales nucléaires et les barrages sont perçus par beaucoup comme des symboles d’une modernité destructrice de l’environnement, comme des nuisances paysagères. Il est vrai également que, si les barrages ont beaucoup défrayé la chronique ligérienne au cours des années 1980 et 1990, ils demeurent somme toute peu nombreux à l’échelle du bassin de la Loire, et sont plus rares encore sur le fleuve lui-même (seulement celui de Villerest, en amont de Roanne). Il n’y a donc pas de barrage sur le linéaire de fleuve classé au Patrimoine mondial. Cela peut contribuer à expliquer qu’ils soient peu cités. D’une manière générale, les représentations dominantes des Ligériens rejoignent l’image ayant présidé à l’inscription du Val de Loire au patrimoine de l’UNESCO puisque les centrales nucléaires ont été exclues du périmètre classé. Finalement, la Loire contribue pleinement à l’identité urbaine à travers un ensemble de représentations positives largement partagées.

De la Loire à ses berges : des représentations ambiguës des bords de Loire en ville

7Pourtant, si l’image du fleuve est très positive, celle des bords de Loire est nettement plus ambiguë, dans la mesure où, selon les tronçons concernés et selon les agglomérations, les représentations apparaissent très contrastées.

8L’endiguement qui caractérise le cours moyen de la Loire a créé un nouveau territoire, compris entre le bord du cours d’eau et le pied des levées de plusieurs mètres de haut. Aux yeux de maints riverains, celui-ci apparaît comme délaissé et interlope, comme un territoire de marginalité et de danger social – au moins pour certains secteurs. Nombre d’habitants de l’agglomération tourangelle ont souligné que les bords de Loire étaient souvent en mauvais état, peu attractifs car mal entretenus et mal aménagés, cela constituant un frein à leur fréquentation. Un Tourangeau résume bien le sentiment général : « Je ne fréquente plus beaucoup les bords de Loire, entre autres car ils sont vraiment très difficiles d’accès. […] En plus, les bords de Loire sont minables. En pleine ville, c’est nul ! Il faut aller à Saint-Genouph [hors de l’agglomération de Tours, plus en aval] pour avoir des bords potables. […] En plus il y a des détritus. Là, il y a un beau travail d’aménagement du territoire ! ». Les activités louches qui se développent dans ces espaces, souvent à l’abri des regards du fait de la topographie particulière des lieux (espaces parfois broussailleux, cachés au pied de la levée ou sous les ponts...) sont également fréquemment évoquées. Enfin, ces représentations négatives de certains bords de Loire peuvent s’appuyer sur la marginalité de certains quartiers développés entre la digue et le fleuve, souvent sous forme de constructions précaires accueillant des populations modestes ou pauvres. C’est le cas par exemple du quartier des îles Noires à La Riche, perçu négativement par certains habitants de la commune : « les communes ont totalement abandonné les bords de Loire. Elles ont laissé s’installer n’importe qui aux îles Noires, il faut voir comme ça se dégrade ! » ; « Dans le coin il y a encore pas mal de… pas des bidonvilles, mais des endroits où avant il y avait des jardins et qui deviennent des logements pour ceux qui n’ont pas les moyens de se loger. C’est le dépotoir ! ».

9Une majorité de personnes interrogées indique pourtant avoir une bonne image des bords de Loire et les fréquenter régulièrement pour la promenade et la pêche. Certains opposent la Loire et ses berges au reste de la ville : les bords de Loire font figure d’espace naturel et de havre de paix au sein de la ville bruyante et active (« Il y a de jolis espaces verts, c’est sympa. La campagne dans la ville c’est plutôt cool, c’est la tranquillité »). Dans l’agglomération d’Orléans, une plus grande proportion d’habitants juge positivement les bords de Loire que dans l’agglomération de Tours, mais dans les deux beaucoup soulignent une nette amélioration de l’état des bords de Loire, liée à une série d’aménagements entrepris par les communautés d’agglomération ou les communes (« Ils commencent à bien aménager les bords de Loire, donc c’est sympa »).

10Des représentations négatives de certains bords de Loire perçus comme des espaces marginaux découle une demande assez unanime d’aménagement (70 % des personnes interrogées). Pour nombre de riverains, c’est en effet le mauvais état et l’abandon des bords de Loire par les pouvoirs publics qui en feraient des marges urbaines. L’aménagement des bords de Loire serait donc une manière de mieux les intégrer à la ville, de supprimer ces marges urbaines pour en faire des espaces entièrement socialisés. Laisser les bords de Loire en déshérence contribuerait au contraire à permettre que s’y développent de multiples formes de marginalité. Le risque social semble ici bien plus prégnant que le risque naturel, alors même que certains espaces compris entre le lit mineur et la digue sont urbanisés (quartier des îles Noires et de la Grande île Aucard dans l’agglomération de Tours), et donc très vulnérables aux crues de la Loire. Pourtant, nombreux sont les discours qui contribuent à occulter l’idée même de risque d’inondation lié à la Loire.

L’image d’une Loire sans risque renforcée par les collectivités locales ?

11La représentation très positive du fleuve qui semble partagée par bon nombre d’habitants de ces agglomérations a tendance à éclipser largement le risque d’inondation et les images plus négatives qui vont avec – alors même que nombre d’écrivains ont évoqué le régime extrêmement changeant de la Loire. C’est le cas notamment de Maurice Genevoix dans Rémi des Rauches : « Personne, dit-il, ne connaît la Loire [...]. Elle est sauvage, elle est sauvagement libre : elle se garde et brise toute contrainte d’où qu’elle vienne. Malheur aux hommes s’ils ont osé la contraindre ! ». Or, cette dimension ne se retrouve pas dans les représentations dominantes des riverains interrogés. Il est ainsi symptomatique de constater que les crues sont très peu évoquées par les personnes interrogées (6 % seulement des réponses), comme si elles n’étaient pas spontanément associées au fleuve. Cela révèle la prédominance de l’image paysagère attachée à la Loire, de l’image d’une nature belle et apaisante, dans laquelle les excès naturels n’ont que très marginalement leur place.

12Cette image partielle est-elle corrigée ou confortée par les collectivités locales qui ont pour mission de prévenir le risque d’inondation, en particulier en informant les populations exposées ?

13Les deux agglomérations d’Orléans et Tours sont exposées aux crues de la Loire. Elles ont été touchées par les violentes inondations qui ont ravagé la Loire moyenne au XIXe s. et sont d’autant plus exposées aujourd’hui que, depuis lors, l’extension urbaine s’est largement réalisée en zone inondable (fig. 1). Sur les vingt-deux communes qui composent la communauté d’agglomération d’Orléans, quatorze sont entièrement ou partiellement en zone inondable, et 48 000 personnes vivent en zone inondable. De même, plusieurs communes de l’agglomération de Tours sont entièrement situées en zone inondable et ont vu leur population augmenter dans des proportions importantes au cours de la seconde moitié du XXe s. (la population de Saint-Pierre-des-Corps a été multipliée par 2,1 entre 1946 et 2009, celle de La Riche par 2,3 et celle de La Ville-aux-Dames par 5,7), contribuant ainsi un accroissement conséquent de la vulnérabilité.

Figure 1 : Une extension urbaine qui s’est largement effectuée en zone inondable.

Figure 1 : Une extension urbaine qui s’est largement effectuée en zone inondable.

14Pourtant, malgré cette mise en exposition de populations, d’activités et de biens accrus, malgré les modélisations hydrauliques de la propagation des crues par l’équipe pluridisciplinaire du Plan Loire Grandeur Nature et la mise en place de Plans de prévention des risques d’inondation depuis la fin des années 1990, il semble que le risque d’inondation ne soit pas toujours intégré comme une des composantes de la représentation globale de la Loire véhiculée par les collectivités locales. Les sites internet de bon nombre de collectivités locales véhiculent en effet une représentation uniquement paysagère du fleuve. Seuls les aspects positifs sont évoqués ; aucune allusion n’est faite au risque d’inondation, alors même que les collectivités locales devraient être des acteurs clés de la construction d’une culture du risque – les communes ont ainsi l’obligation d’informer la population des risques qu’elles encourent.

  • 5  www.saint-pryve.com
  • 6  www.ville-orleans.fr
  • 7  Document d’Information Communal sur les Risques Majeurs, devant être réalisé par les communes soum (...)
  • 8  Agenda 21 d’Orléans, rubrique « Habiter autrement », action 50 : « Gérer le risque inondation ».

15Quelques collectivités s’efforcent néanmoins de ne pas occulter totalement le risque d’inondation. Le site internet de Saint-Pryvé-Saint-Mesmin5 (commune de l’agglomération d’Orléans) propose une image plus équilibrée de la Loire. S’il souligne certes la qualité de l’environnement communal, la beauté des promenades au bord de la Loire (et du Loiret), il évoque aussi le risque et les graves inondations qui ont ravagé la commune à plusieurs reprises au XIXe s. et au début du XXe s. De même le site internet d’Orléans6, s’il souligne le classement de la Loire au patrimoine mondial de l’Unesco, n’en évoque pas moins le risque d’inondation (les différents scénarios possibles, dont celui d’une inondation par rupture de levée, sont présentés) et les mesures prises afin de lutter contre (PPR, DICRIM7 et plan de secours). L’agenda 21 élaboré à Orléans rappelle lui aussi l’ambivalence de la Loire (« Orléans a le bonheur d’être située au bord de la Loire. C’est aussi un risque8 »). L’hypothèse d’une inondation par rupture des levées y est également mentionnée, de même que celles qui se sont produites dans le passé. Ces deux communes ont mis leur DICRIM en ligne sur leur site internet. Chaque habitant peut ainsi librement le télécharger afin de s’informer sur les risques. De même, à Saint-Pierre-des-Corps dans l’agglomération de Tours, le risque d’inondation est totalement inclus dans l’image de la Loire transmise par la municipalité (Rode, 2009).

16Les différences marquées dans les représentations du fleuve transmises par les collectivités locales concordent parfaitement avec leur plus ou moins grande implication dans la prévention du risque d’inondation. Les communes – encore nombreuses – réticentes à la limitation des constructions en zone inondable et à toute communication sur le risque d’inondation entretiennent la représentation d’une Loire sans risque. à l’inverse, les communes plus volontaristes en matière de gestion du risque d’inondation diffusent une image plus équilibrée de la Loire, qui n’occulte pas le risque d’inondation. à cet égard, le contraste entre les agglomérations d’Orléans et de Tours est assez net. à Orléans, la communauté d’agglomération et de nombreuses communes s’efforcent de construire l’acceptabilité du risque et de l’intégrer pleinement dans la représentation de la Loire construite et transmise. à l’inverse, à Tours, ni la communauté d’agglomération ni la plupart des communes – à quelques exceptions près comme Saint-Pierre-des-Corps (Garnier et Rode, 2006) – ne font preuve du même volontarisme.

La prévention du risque d’inondation, élément de la reconquête urbaine de la Loire ou simple alibi ?

17à travers ces représentations multiples et parfois contradictoires de la Loire et de ses bords, qui expriment une demande sociale d’aménagement, se trouve donc posée la question de l’intégration du fleuve à la ville. Selon quelles modalités s’effectue-t-elle ? Le risque d’inondation est-il véritablement intégré à ces opérations et assumé par les pouvoirs publics ?

Un intérêt retrouvé pour le fleuve, prémisse à la sensibilisation au risque ?

18La réappropriation des fronts d’eau s’est engagée entre 1960 et 1970 dans les villes nord-américaines ; elle est aujourd’hui à l’œuvre dans de nombreuses villes européennes (Chaline, 2005).

  • 9  Site internet de la Communauté d’agglomération d’Orléans (www.agglo-orleans.fr).

19Les villes ligériennes ne font pas exception. Après avoir été progressivement délaissée par les acteurs urbains, la Loire se trouve aujourd’hui à nouveau au centre de tous les intérêts. à Orléans comme à Tours, l’objectif affiché est le même : renouer des liens étroits, organiques, entre la ville et le fleuve, afin que les habitants se réapproprient « leur » fleuve et que les villes constituant ces agglomérations retrouvent leur « identité ligérienne »9.

  • 10  Fonction qui était très ancienne : des traces d’utilisation de la Loire pour le transport de march (...)
  • 11  Jusqu’au milieu du XIXe s., de nombreux corps de métiers (bateliers, passeurs, baliseurs, pêcheurs (...)
  • 12  www.agglo-orleans.fr

20Le récit qui fonde et légitime cette action urbaine de reconquête du fleuve se veut simple : depuis l’arrivée du chemin de fer à Orléans (en 1843) et à Tours (en 1845), la Loire a perdu son importance de lieu d’échange, de communication10, et donc aussi de support d’une vie sociale très riche11. Les deux villes ont peu à peu délaissé le fleuve (« la ville a oublié son fleuve12 »), jusqu’à véritablement lui tourner le dos en se construisant et en fonctionnant de manière largement déconnectée de la Loire. L’évolution actuelle va dans le sens de l’émergence d’un intérêt retrouvé pour le fleuve, d’une prise de conscience de son importance « dans l’identité de la ville et dans son patrimoine » (Chasseriau et Peyon, 2003).

21La Loire et ses berges doivent ainsi redevenir un lieu de sociabilité, un territoire de la ville à part entière, bien que de nature différente du reste de l’espace urbain, en valorisant les atouts particuliers de cet espace. En effet, comme l’a montré C. Gérardot pour Lyon et le Rhône, « une nouvelle valeur, s’appuyant sur des contenus essentiellement culturels (symboliques, perceptifs, récréatifs…), est [...] reconnue à l’eau urbaine. [...] on (re)découvre les caractères de bien collectif du fleuve urbain, c’est-à-dire de bien non susceptible d’appropriation privée et dispensant ses services simultanément de façon indivisible pour tous » (Gérardot, 2004).

22Pour se réapproprier le fleuve et ses berges, les deux agglomérations d’Orléans et de Tours combinent animations ponctuelles et aménagements structurels.

  • 13  Propos du maire d’Orléans dans son édito du programme du Festival de Loire 2007.

23La volonté est manifeste de faire revivre les bords de Loire. On souhaite qu’ils redeviennent des espaces de fête et de sociabilité animés, sur le modèle de villes comme Lyon qui, avec son opération Berges du Rhône, a réussi ce pari. Pour cela, diverses manifestations y sont organisées. Depuis 2005, une nouvelle animation a lieu chaque été sur les bords de Loire en plein cœur de Tours : l’opération « Tours sur Loire ». Il s’agit de recréer une sorte de guinguette sur les bords de Loire, au pied du pont Wilson. De nombreux concerts et spectacles s’y déroulent. à Orléans, le Festival de Loire, dont la première édition s’est déroulée en septembre 2003 et qui a désormais lieu tous les deux ans, a pour objectif de faire qu’« Orléans s’approprie son fleuve retrouvé »13. Les animations autour de la marine de Loire traditionnelle en particulier et de diverses marines du monde en général sont ainsi centrales.

24Pourtant, ce festival ne donne pas seulement lieu à une appropriation sur le mode festif et patrimonial, qui aurait pour effet de promouvoir une image partielle du fleuve. Il est également une excellente occasion de promouvoir une vision plus globale et équilibrée de la Loire en sensibilisant le public à un aspect moins porteur en termes d’image : le risque d’inondation. Plusieurs conférences ont en effet eu lieu sur ce thème durant le festival 2007, et un stand de la mairie d’Orléans et de la Communauté d’agglomération était consacré à cette question. Bénéficiant d’une bonne visibilité, ce stand présentait et distribuait une documentation conséquente sur le risque d’inondation. Et il proposait, grâce à un logiciel adapté, de montrer aux personnes qui le souhaitaient la situation de leur lieu d’habitation en cas de crue centennale. Il s’agissait donc d’un lieu de sensibilisation du grand public au risque d’inondation s’insérant dans la politique volontariste menée en ce domaine par la municipalité et la Communauté d’agglomération d’Orléans (Rode, 2009). L’accent mis sur le risque d’inondation lors des différentes éditions du Festival de Loire, que ce soit par ce stand ou par des conférences et expositions, s’avère conforme à l’image équilibrée que la municipalité d’Orléans s’efforce de transmettre de la Loire dans sa communication ordinaire.

  • 14  Qu’il est possible de rapprocher de l’opération Lyon guinguettes, dont la première édition a eu li (...)

25Toutes ces animations14 sur la Loire et ses berges entendent donc développer une nouvelle convivialité autour de l’eau urbaine. C’est une manière de tenter de recréer du lien social en milieu urbain. Ces animations ponctuelles visant à redonner vie au fleuve et à ses berges sont complétées, dans chacune de ces agglomérations, par des projets communaux et/ou intercommunaux d’ampleur variable qui tentent de mieux intégrer le fleuve et ses berges à la ville. Sans prétention à l’exhaustivité, nous nous focaliserons sur deux cas révélateurs des différentes tendances à l’œuvre.

Réinsérer la Loire au cœur de la ville

  • 15  Présentation orale du projet Loire – Trame verte effectuée par la Communauté d’agglomération d’Orl (...)

26à Orléans, le projet Loire-Trame verte se donne pour ambition, à travers une série d’aménagements structurels, de réinsérer la Loire au cœur de l’agglomération. L’inscription du Val de Loire au patrimoine mondial de l’UNESCO en novembre 2000 constitue une opportunité que la Communauté d’agglomération d’Orléans « veut saisir pour accélérer la réappropriation de l’espace ligérien dans les pratiques quotidiennes des Orléanais et valoriser sa position géographique et touristique de porte des châteaux de la Loire15 ». Pour cela a été décidée la réalisation du projet Loire – Trame verte dont l’ambition est de rassembler les 22 communes qui composent l’agglomération autour de l’identité ligérienne.

  • 16  Ce projet « Loire à vélo » s’intègre lui-même dans le cadre du projet européen de liaison cycliste (...)

27L’objectif est de « construire un environnement paysager structuré, renforçant un cadre de vie de qualité, notamment par la création d’une Trame verte », constituée d’un maillage d’itinéraires de découverte à l’échelle de l’agglomération et étroitement articulée avec l’axe de la Loire, central dans ce projet. Il s’agit tout d’abord, dans une perspective affirmée de promotion du développement durable en ville, de multiplier les itinéraires cyclables de loisirs et de tourisme. Il est ainsi prévu d’aménager une boucle en forêt d’Orléans, une coulée verte reliant la Loire au Loiret ainsi que 22 kilomètres de pistes cyclables en bord de Loire dans le cadre du projet « La Loire à vélo16 ». Il s’agit ensuite de développer des itinéraires piétons autour de la Loire, du Loiret et du canal en les reliant les uns aux autres et en valorisant leur patrimoine et leurs paysages. Enfin, l’aménagement des quais à Orléans en rive droite de la Loire (fig. 2) entend favoriser l’émergence de nouveaux usages des quais liés à la vie urbaine, à la promenade et aux loisirs afin de les faire revivre. L’objectif est donc bien pour l’agglomération de renouer avec le fleuve après une période où celui-ci aurait été délaissé, et de lui redonner une place centrale, notamment en incitant les habitants de l’agglomération à fréquenter les bords de Loire à des fins récréatives et de détente. Pour cela, des parkings – symboles par excellence des aménagements et usages développés antérieurement sur les bords de nombreux cours d’eau – ont cédé la place à l’eau et aux piétons à travers la réouverture du canal. Les quais ont été récemment rénovés ; des pontons fixes et flottants ont également été installés, qui permettent l’amarrage de bateaux. Deux bateaux ligériens traditionnels doivent être amarrés en permanence sur les quais et doivent accueillir cafés, restaurants, lieux d’exposition (le premier de ces deux bateaux a été mis en place en septembre 2007 à l’occasion du Festival de Loire : il s’agit d’une réplique de l’Inexplosible, bateau à vapeur qui naviguait sur la Loire au XIXe s.). Il est également prévu, à plus long terme, d’aménager un espace de détente et de loisirs sur le domaine Bois de l’île - île Charlemagne : le « parc de Loire » (fig. 2). Il s’agit là d’un vaste espace naturel (environ 600 hectares) à proximité immédiate du centre-ville, pour l’instant peu ouvert au public, où pourraient être valorisées la qualité et la diversité des paysages de Loire pour en faire à la fois un espace de détente et de découverte.

Figure 2 : Les bords de Loire et leur valorisation dans l’agglomération d’Orléans.

Figure 2 : Les bords de Loire et leur valorisation dans l’agglomération d’Orléans.

28Ce projet Loire-Trame verte est directement connecté, aux yeux des dirigeants de l’agglomération, à la question du risque d’inondation et de sa prévention. Les aménagements mis en œuvre doivent tenir compte de ce risque en ne limitant pas l’écoulement de la Loire en cas de crue. Et, en rendant le fleuve plus attractif pour les activités récréatives des habitants, la Communauté d’agglomération d’Orléans souhaite renforcer la conscience du fleuve, ce qui peut constituer une première étape vers une conscience du risque d’inondation. L’entretien et la fréquentation par le public des espaces aménagés permettent en effet de sensibiliser les élus des communes et le public à la question du risque d’inondation, en développant une familiarité plus grande avec le fleuve, les variations de son niveau et leurs implications (ce qui est aussi le but de l’installation du panneau électronique donnant les cotes de la Loire en temps réel), la nécessité de l’entretien des berges. Orléans se saisit donc de la Loire dans sa globalité, avec les avantages et les inconvénients que cela implique, en valorisant les premiers et assumant les seconds. C’est loin d’être le cas de toutes les collectivités, qui sont souvent réticentes à assumer vis-à-vis du public l’exposition au risque, mais qui n’hésitent pas à l’instrumentaliser au besoin.

Le risque au service de la reconquête des berges du fleuve

29Certaines opérations de reconquête urbaine des berges d’un fleuve peuvent se faire en instrumentalisant le risque d’inondation, de manière à faire partir des populations exposées à l’inondation et ainsi résorber des quartiers d’habitat précaire. Il est alors possible de mettre en valeur ces espaces riverains de la Loire à des fins de loisirs.

30C’est ce qu’illustre le quartier des îles Noires, à La Riche (dans la partie ouest de l’agglomération de Tours). Ce quartier a été progressivement investi par des populations socialement modestes qui y ont trouvé un lieu d’installation commode car peu contrôlé par les pouvoirs publics. Il compte aujourd’hui une quarantaine d’habitations pour un total de 47 familles, certaines cohabitant dans un même logement, souvent dans des conditions précaires. Ce quartier, séparé du reste du territoire communal par la levée, est assez mal intégré à la commune et à son fonctionnement. Spatialement et socialement en marge, cet espace est exposé au risque d’inondation puisqu’il se situe dans le lit endigué de la Loire (fig. 3).

Figure 3 : Les Iles Noires : des bords de Loire marginaux aux bords de Loire intégrés et valorisés.

Figure 3 : Les Iles Noires : des bords de Loire marginaux aux bords de Loire intégrés et valorisés.

31Aussi les pouvoirs publics, afin de reprendre le contrôle de cet espace et de le mettre en valeur, mettent-ils en avant l’exposition à un fort risque naturel et la précarité sociale des populations. Dans le cadre du Grand projet de ville (signé en 2001), une Zone d’aménagement différé (ZAD) a été créée afin que la Communauté d’agglomération bénéficie d’un droit de préemption des terrains. Cela lui permettra d’acquérir progressivement la maîtrise foncière d’une partie du site de manière à réduire les enjeux humains exposés puis à le réaménager.

32Une série d’aménagements valorisant les atouts naturels de cet espace très vert situé à proximité immédiate de la Loire sont prévus (fig. 3) afin d’en faire un lieu de loisirs intégré dans des parcours urbains de détente à l’échelle de la commune et de l’agglomération.

33La lutte contre le risque d’inondation représente bien un moyen que les pouvoirs publics utilisent pour réinvestir cet espace et une opportunité saisie pour lui conférer une utilité sociale en en faisant un espace de loisirs à l’échelle de l’agglomération. Si la prévention du risque d’inondation est un argument officiel mobilisé pour justifier l’opération de relocalisation des populations, sa priorité semble plutôt être la résorption d’une marge urbaine.

Conclusion

34L’intégration en cours de la Loire et de ses bords au sein de ces deux villes par le biais d’une valorisation revêtant des formes diverses témoigne de la réconciliation entre l’eau et la ville. Pourtant, par delà la volonté commune de renouer avec le fleuve, le rapport à la Loire comme au risque d’inondation demeure fort différent dans les deux agglomérations d’Orléans et de Tours. Les acteurs orléanais pensent en effet leur démarche de valorisation de la Loire en lien étroit avec la question du risque d’inondation, qui a été érigée en enjeu important au sein de l’agglomération et donne lieu à de nombreuses mesures de prévention (Rode, 2009). Sensibilité à la Loire et sensibilité au risque d’inondation sont donc, à Orléans, intimement liées. La représentation du fleuve sur laquelle s’appuie le processus de reconquête, bien que mythifiée et nécessairement partielle, n’exclut pas pour autant le risque. Un relatif équilibre entre images positives et images plus négatives est maintenu, même si on souhaite faire de la Loire un emblème valorisant. Les acteurs tourangeaux ne se situent pas dans la même dynamique globale de traitement simultané de ces deux questions, pourtant étroitement liées. Dans l’agglomération de Tours, le risque est davantage occulté. La reconquête du fleuve n’est jamais pensée comme un instrument pouvant servir à sensibiliser la population au risque d’inondation. En revanche, le risque est instrumentalisé, lorsque cela est jugé utile, au service de la reconquête du fleuve et de certains territoires perçus comme marginaux. Reconquérir la Loire, c’est donc reconquérir des territoires qui n’étaient plus réellement intégrés à la ville. Mais, si l’eau peut faire figure de véritable « outil de développement territorial » (Laganier et Roussel, 2000), il convient de ne pas éclipser pour autant toute évocation du risque d’inondation. Les projets de reconquête du fleuve constituent en effet d’excellentes occasions pour sensibiliser élus locaux comme riverains à la problématique du risque d’inondation. Sans dramatisation, il convient de faire prendre conscience que le fleuve est non seulement dispensateur d’aménités, mais aussi source d’aléas. Ce n’est qu’en acceptant cette image duale de la Loire, en s’efforçant de la diffuser auprès des habitants et de l’intégrer dans les mesures adoptées pour reconquérir le fleuve que la prise en compte du risque pourra progresser.

Haut de page

Bibliographie

ARNOULD P., 2006, Biodiversité : la confusion des chiffres et des territoires, Annales de géographie, n° 651, p. 528-549.

BOUTEFEU E., 2007, La nature en ville : des enjeux paysagers et sociétaux, Géoconfluences, http://geoconfluences.ens-lsh.fr/doc/transv/paysage/PaysageViv.htm

BRAVARD J.-P., 2006, La lône, l’aménageur, l’écologue et le géographe. 40 ans de gestion du Rhône, Bulletin de l’Association des Géographes Français, n° 3, p. 368-380.

CHALINE C., 2005, Aménagements et organisations des environnements urbains, in Wackermann G. (dir.), Ville et environnement, Paris, Ellipses, p. 135-153.

CHASSERIAU A. et PEYON J.-P., 2003, Le projet île de Nantes ou comment la ville se réconcilie avec son fleuve, actes du Festival International de Géographie de Saint-Dié, http://xxi.ac-reims.fr/fg/st-die/actes/actes_2003/

FÉNELON P., 1978, Les pays de la Loire, Paris, Flammarion, 501 p.

FRAPNA LOIRE (Coord.), 2005, Sites du Bois de l’Ile et de l’Ile Charlemagne (communes de Saint-Jean-le-Blanc et Saint-Denis-en-Val, Loiret). Expertise écologique, Communauté d’Agglomération Orléans – Val de Loire, 122 p.

GARNIER P. et RODE S., 2006, Construire l’acceptabilité du risque, une priorité pour les communes ?, L’Information géographique, vol. 70, n° 1, p. 25-40.

GÉRARDOT C., 2004, Les élus lyonnais et leurs fleuves : une reconquête en question, Géocarrefour, vol. 79, n°1, p. 75-84.

GUILLERME A., 1991, Aquosité urbaine, L’eau dans la ville, actes du Colloque de Nancy, Ministère de l’équipement, Plan Urbain, p. 41-46.

LAGANIER R. et ROUSSEL I., 2000, La gestion de l’écosystème urbain pour une ville durable, Bulletin de l’Association des Géographes Français, n° 2, p. 137-161.

RODE S., 2009, Au risque du fleuve. La territorialisation de la politique de prévention du risque d’inondation en Loire moyenne, thèse de doctorat en géographie, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, 481 p., http://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00444166/fr/

Haut de page

Notes

1  En particulier la loi Barnier du 2 février 1995 qui institue les Plans de Prévention des Risques naturels prévisibles (PPR) – outil majeur de l’action de l’état en matière de prévention des risques naturels à travers la maîtrise de l’usage des sols – , et la loi Bachelot du 30 juillet 2003 qui renforce le dispositif réglementaire en matière d’information sur les risques.

2  Enquêtes par questionnaire (comprenant des questions fermées et des questions ouvertes) effectuées dans le cadre d’une thèse de géographie (Rode, 2009) dans quatre communes inondables des agglomérations d’Orléans et de Tours sur un échantillon de 280 personnes.

3  Article 1 de la Convention du Patrimoine mondial.

4  Site internet de la Mission Val de Loire (www.valdeloire.org).

5  www.saint-pryve.com

6  www.ville-orleans.fr

7  Document d’Information Communal sur les Risques Majeurs, devant être réalisé par les communes soumises à un ou plusieurs risques et ayant pour fonction d’informer les habitants sur les risques auxquels ils sont exposés et sur les conduites à tenir en cas de crise.

8  Agenda 21 d’Orléans, rubrique « Habiter autrement », action 50 : « Gérer le risque inondation ».

9  Site internet de la Communauté d’agglomération d’Orléans (www.agglo-orleans.fr).

10  Fonction qui était très ancienne : des traces d’utilisation de la Loire pour le transport de marchandises datant de l’époque gallo-romaine ont été retrouvées.

11  Jusqu’au milieu du XIXe s., de nombreux corps de métiers (bateliers, passeurs, baliseurs, pêcheurs, aubergistes...) vivaient directement du fleuve et contribuaient à son animation. à ces nombreuses activités, il faut ajouter la baignade, rendue possible par l’existence de nombreuses plages aménagées, et qui a subsisté plus tardivement (nombre de cartes postales des années 1930 en témoignent).

12  www.agglo-orleans.fr

13  Propos du maire d’Orléans dans son édito du programme du Festival de Loire 2007.

14  Qu’il est possible de rapprocher de l’opération Lyon guinguettes, dont la première édition a eu lieu en juillet 2003 sur les berges du Rhône en centre-ville de Lyon.

15  Présentation orale du projet Loire – Trame verte effectuée par la Communauté d’agglomération d’Orléans lors du colloque « Risques et loisirs au bord des grands fleuves d’Europe » qui s’est tenu à Orléans les 22 et 23 septembre 2005. Les citations suivantes de ce paragraphe en sont également extraites.

16  Ce projet « Loire à vélo » s’intègre lui-même dans le cadre du projet européen de liaison cycliste Nantes-Budapest « Euro-véloroute des fleuves ». Il s’agit de développer un itinéraire cyclable s’étendant de Nantes à Budapest en longeant la Loire, le Rhin et le Danube, pour atteindre à terme la Mer Noire.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Une extension urbaine qui s’est largement effectuée en zone inondable.
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/7960/img-1.png
Fichier image/png, 608k
Titre Figure 2 : Les bords de Loire et leur valorisation dans l’agglomération d’Orléans.
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/7960/img-2.png
Fichier image/png, 574k
Titre Figure 3 : Les Iles Noires : des bords de Loire marginaux aux bords de Loire intégrés et valorisés.
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/7960/img-3.png
Fichier image/png, 1,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvain Rode, « Reconquête urbaine de la Loire et risque d’inondation : des représentations aux aménagements urbains », Géocarrefour, Vol. 85/3 | 2010, 221-228.

Référence électronique

Sylvain Rode, « Reconquête urbaine de la Loire et risque d’inondation : des représentations aux aménagements urbains », Géocarrefour [En ligne], Vol. 85/3 | 2010, mis en ligne le 15 mars 2011, consulté le 25 mai 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/7960 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.7960

Haut de page

Auteur

Sylvain Rode

Université de Reims Champagne-Ardenne EA 2076 Habiter UFR Lettres et Sciences Humaines Département de géographie 51096 Reims cedex sylvain.rode@univ-reims.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page