Navigation – Plan du site
Articles

Une rivière industrielle avant l’industrialisation : la Bièvre et le fardeau de la prédestination, 1670-1830

Thomas Le Roux
p. 193-207

Résumés

Aujourd’hui enterrée à Paris, la Bièvre est un petit affluent de la Seine qui a participé activement à l’industrialisation de la capitale, avant même que cette dernière ne soit considérée comme une ville manufacturière. à l’origine de ce rôle, les propriétés physiques et chimiques de ses eaux ont longtemps été invoquées pour expliquer la présence des teinturiers et des tanneurs sur ses rives, ce qui permit de justifier sa « destinée » artisanale et industrielle. Cet article revisite ce mythe et privilégie une explication plus complexe de l’emprise industrielle sur cette rivière urbaine. Entre 1670 et 1830, des raisons d’ordre règlementaires, techniques et économiques se conjuguent pour concentrer sur la Bièvre des activités polluantes. En suivant les recommandations des hygiénistes et des ingénieurs du début du XIXe s., et après les âpres débats de la décennie révolutionnaire, les pouvoirs publics ne remettent pas en cause cette pollution, mais l’accommodent à un régime artificialisé du cours d’eau qui préfigure sa transformation en égout au XXe s.

Haut de page

Texte intégral

 « On ne peut appliquer à la rivière de Bièvre les principes de la législation commune : elle a toujours été régie par des lois particulières et cela devait être, puisque, par sa nature et sa destination, elle se trouve dans une exception. La rivière de Bièvre n’est point navigable (…) ; son objet est de féconder un grand nombre d’établissements industriels et sous ce point de vue, elle intéresse d’autant plus l’administration de la police qu’un changement dans le cours des eaux ou dans leur qualité, pourrait paralyser tous ces ateliers, et jeter dans l’inaction une multitude d’ouvriers. »

Lettre du préfet de police au ministre de l’Intérieur, 6 juillet 1811 (Archives Nationales (désormais AN), F2 I/947, dossier 36).

  • 1  Je remercie Frédéric Graber et les relecteurs de la revue, pour leurs nombreuses suggestions et re (...)
  • 2  Trois thèses d’histoire (Anckaert, 1999 ; Berthier et Estève, à soutenir 2010) et un mémoire de ma (...)

1Rarement une aussi petite rivière que la Bièvre aura fait l’objet d’autant de travaux historiques universitaires en si peu de temps1. Depuis une dizaine d’années, ce cours d’eau aujourd’hui enterré dans sa section urbaine suscite un regain d’intérêt, à la croisée de préoccupations environnementales et urbaines : à Paris, il fait l’objet d’un culte nostalgique et d’une redécouverte essentiellement iconographique2. Au moment où des communes du Val-de-Marne réalisent des travaux de réouverture et où la Ville de Paris réfléchit à cette éventualité sur quelques tronçons restreints, c’est l’identité d’un lieu au passé artisanal qui est valorisée, à l’image des aménagements urbains réalisés à Gentilly, où des fresques rappellent ce passé laborieux et où Alexandre Chemetoff a conçu d’intéressantes réalisations paysagères qui reprennent et évoquent l’ancien tracé de la Bièvre par des artefacts (Le Roux et Tessier, 2008). Leur inscription dans la ville actuelle montre que cette réappropriation n’est pas qu’une affaire de représentation, mais aussi d’action politique.

  • 3  Il est très révélateur que leurs trois ouvrages aient été réédités respectivement en 1999, 1983 et (...)

2Ce moment patrimonial constitue en fait le second cycle d’un processus sensible qui a commencé à la fin du XIXe s. quand la couverture du cours d’eau, justifiée par des raisons de salubrité publique, était en cours d’achèvement à Paris. Alors, le « vallon calme et sombre » de Victor Hugo est chanté dans une atmosphère romantique qui véhicule la nostalgie d’une rivière bucolique et champêtre, où « l’âme contemple, écoute, adore, aspire » (Hugo, 1831). Voyant disparaître la Bièvre sous ses yeux, Dupain, administrateur du Département de la Seine, ressent la nécessité d’écrire la première véritable histoire de la Bièvre, utilisant des documents qu’il connaissait mais qui avaient brûlé dans l’incendie de l’Hôtel de Ville de 1871, tandis que le poète et essayiste Mithouard parle de « perdition » et que l’écrivain Huysmans s’insurge de la modernité de cette civilisation industrielle qui tue la rivière (Dupain, 1886 ; Huysmans, 1877 ; Mithouard, 1906)3. Les cartes postales exaltent alors le pittoresque de la rivière, assimilée au Vieux Paris qui disparaît avec l’haussmannisation de la ville.

3Mais quel est donc ce pittoresque ? Ce sont des entrepôts, de vieux bâtiments délabrés, des tanneries, mégisseries, teintureries et blanchisseries, ainsi que des ateliers et des usines de produits chimiques, agro-alimentaire ou textiles, des établissements qui mêlent l’artisanat traditionnel à l’industrie plus moderne et qui polluent la rivière de leurs effluents. Depuis 1830, il a été décidé de domestiquer entièrement le cours d’eau pour mieux évacuer cette pollution et la couverture entreprise à la fin du XIXe s. n’est que la suite logique de cette canalisation. Mais rien ne prédestinait la Bièvre à devenir peu à peu un immense égout drainant. Il a fallu deux siècles d’accumulation artisanale et de discours justificateurs pour transformer radicalement le statut et l’écologie de cette rivière. Bien que les grandes lignes de son industrialisation soient connues, après 1673 et l’expulsion des tanneurs et des teinturiers du centre de Paris, et bien que le lien entre la progression de l’emprise manufacturière et la dégradation écologique de la rivière ne fasse pas débat, il est utile de proposer ici une synthèse visant à reformuler sur le long terme la question du régime de la Bièvre. Ainsi, les propriétés physiques et chimiques de ses eaux ont longtemps été invoquées pour expliquer la présence des teinturiers et des tanneurs sur ses rives, ce qui permit de justifier sa « destinée » artisanale et industrielle ; à l’aide d’archives inédites (Châtelet, Conseil de salubrité, Travaux Publics) qui apportent un éclairage qualitatif non négligeable, cet article entend revisiter ce mythe par une explication plus complexe de l’emprise industrielle sur cette rivière urbaine. Entre 1670 et 1830, des raisons d’ordre règlementaires, techniques et économiques se conjuguent pour concentrer sur la Bièvre des activités polluantes. Tout en la restituant dans l’ensemble géographique de Paris-capitale, en interrogeant les aspects juridiques et les opportunités ignorées de la Révolution, enfin en contextualisant la captation industrielle de la rivière au sein du processus de développement économique, il est également pertinent de rapprocher le processus d’industrialisation de la rivière de la transformation des modes de régulation des nuisances qui s’opère en France entre 1750 et 1850 (Le Roux, 2011).

4Trois phases se différencient aisément. Jusqu’en 1789, la consolidation du régime juridique créé dans le premier tiers du siècle aboutit à une gestion de la « conservation des eaux » au bénéfice des artisans. La Révolution française rompt avec cet équilibre et ouvre une période durant laquelle plusieurs alternatives sont débattues. Avec Chaptal et le régime napoléonien, la normalisation juridique et industrielle scelle la prétendue « vocation » industrielle de la Bièvre, abandonnée à la vindicte morale des médecins et remodelée par un aménagement confié aux ingénieurs.

Figure 1 : La Bièvre vers 1910 (Archives départementales du Val-de-Marne).

Figure 1 : La Bièvre vers 1910 (Archives départementales du Val-de-Marne).

Figure 2 : En 2009 au même endroit, on perçoit le design paysager qui marque au sol l’ancien cours de la Bièvre. Cliché Thomas Le Roux

Figure 2 : En 2009 au même endroit, on perçoit le design paysager qui marque au sol l’ancien cours de la Bièvre. Cliché Thomas Le Roux

Figure 3 : Fresque du paysage photographié en 1910, peinte sur une façade deux cents mètres en aval du lieu de la photographie de 1910, 2009. Cliché Thomas Le Roux

Figure 3 : Fresque du paysage photographié en 1910, peinte sur une façade deux cents mètres en aval du lieu de la photographie de 1910, 2009. Cliché Thomas Le Roux

Figure 4: Carte postale, début XXe s., juste avant que la couverture de la Bièvre parisienne ne soit achevée (1912).

On y évoque le Vieux Paris et le pittoresque de la Bièvre (collection particulière).

5

Déroger pour mieux privatiser, 1673-1789

6à la fin du XVIIe s., la Bièvre est le seul véritable affluent parisien de la Seine. Longue d’une quarantaine de kilomètres, elle trouve sa source sous les plateaux de l’Essonne, au sud, passe sous l’aqueduc Médicis d’Arcueil, puis traverse Gentilly, et arrive dans Paris au faubourg Saint-Marcel. Elle longe la Manufacture royale des Gobelins (d’où le nom qui lui est parfois attribué), puis le jardin des Plantes, enfin se jette dans la Seine à la frange de la zone urbanisée (près de l’emplacement actuel de la gare d’Austerlitz). Elle ne touche donc réellement qu’un seul faubourg parisien, très populaire, et elle se jette en amont du centre de Paris. Si à la fin du XVIIe s., elle peut encore être considérée comme « périurbaine », malgré un parcours final intra muros, la rivière devient indéniablement un cours d’eau urbain au cours du XVIIIe s., notamment du fait de la croissance de Paris et du développement continu du faubourg Saint-Marcel (Burstin, 2005).

7Rivière non navigable, à cause de sa faible largeur, la Bièvre servit pendant longtemps de ressource en eau pour les jardins d’agrément et les communautés ecclésiastiques. Divisée en deux lits dans Paris, dont l’un était canalisé pour optimiser l’énergie hydraulique, elle était aussi occupée par des moulins, des blanchisseries et des bassins de rouissage du chanvre. à la fin du XVIIe s., l’usage de la rivière bascule. D’une part, avec l’appui de Louis XIV et de Colbert, le Hollandais Gluck reprend vers 1667 l’ancienne teinturerie des Gobelins, vieille de deux siècles, et y introduit un nouveau procédé de teinture en rouge écarlate employant la cochenille. En 1691, la teinturerie, adossée à une manufacture de draps et à celle des tapisseries royales, devient une Manufacture royale privilégiée et se développe considérablement (Belhoste, 1999). D’autre part, en 1672 et 1673, pour la salubrité et l’embellissement de la partie centrale de Paris, trois arrêts du Conseil ordonnent le déplacement des tanneries, mégisseries et teintureries situées au bord de la Seine (Delamare, 1713, t. 1,  p. 554-556 ; Plaise à la cour…, s.d. [fin XVIIe s.]). Le troisième de ces arrêts, le 17 mars 1673, précise qu’il « fut en même temps arrêté de les transférer, aux termes des anciens règlemens, au dessous de la ville, ou sur quelque autre riviere que la Seine ; & celle de Bievre ou des Gobelins au fauxbourg Saint-Marcel, parut fort propre pour ce desseins. » Ainsi, on ne peut comprendre la nouvelle affectation de la Bièvre sans avoir à l’esprit l’objectif de donner à Paris le lustre d’une capitale administrative et monumentale, embellie, débarrassée des artisans les plus voyants, et pour laquelle la qualité de l’eau se devait d’être irréprochable (Backouche, 2000). Il s’agissait aussi de glorifier la puissance royale par le mercantilisme, l’importation des talents et l’encouragement industriel.

Figure 5 : Plan de situation de la Bièvre

Figure 5 : Plan de situation de la Bièvre

Source : Institut d’aménagement et d’urbanisme de la Région parisienne (IAURP), 2003

8C’est en aval (« au-dessous ») de Paris que la jurisprudence aurait dû transférer ces établissements, préservant ainsi la pureté de l’eau du fleuve dans sa traversée de la ville. D’ailleurs, en 1713, le commissaire de police Delamare, dans son Traité de police (1713, t. 1,  p. 554), rappelle ces règles de bonne police :

« on marque [aux artisans] des lieux au dessous de la Ville, afin que l’eau superieure demeure pure pour l’usage des habitans, ou que les immondices de ces mestiers estant emportez sur les bords par son mouvement, qu’ils tombent au fonds par leur propre poids, qu’ils soient attirez par le soleil en exhalaison, ou que ce qui en reste se trouve meslé dans un si grand volume d’eau, qu’il soit dissipé ou sans force avant que d’arriver aux lieux qui sont plus bas. »

  • 4  Sur le terme de « commodité », voir par exemple P. Hurtaut (1779, t. 1,  p. 670-678, t. 3,  p. 523 (...)

9Toutefois, c’est bien en amont, sur la Bièvre, que la majorité des tanneurs et des teinturiers s’installent finalement. Ce choix, qui semble au premier abord absurde, est en fait fort compréhensible au regard de la dynamique réglementaire de cantonnement géographique en œuvre sous l’Ancien Régime (Le Roux, 2011). à proximité immédiate du centre de Paris et traversant un faubourg populaire, la Bièvre n’avait pas en outre l’inconvénient du gigantisme de la Seine, dédiée de plus en plus à la circulation, où il n’existe pas de biefs de dérivation, et où les crues peuvent être un inconvénient. La largeur comme le débit de la Bièvre en faisaient une rivière idéale pour l’implantation d’activités artisanales ou industrielles. Delamare ajoute d’ailleurs que les artisans se placent généralement, avec l’agrément de la police, « sur quelques petits bras de rivières qui ne servent qu’à cet usage ». Autrement dit, c’est la « commodité de la petite rivière de Bièvre ou des Gobelins » (le terme ne cesse d’être repris au cours du XVIIIe s.) qui a fixé sur ses bords les tanneurs, les mégissiers, la fameuse manufacture royale des Gobelins, ainsi que quelques brasseurs4.

  • 5  Selon l’expression de Daniel Roche, « saturer la Bièvre, c’est défendre la Seine » (Roche, 1997,   (...)

10Sacrifier la Bièvre pour préserver la salubrité des bords de Seine, telle avait donc été la décision des autorités en 16735. En 1700 et 1702, à cause de cette situation artisanale en amont, les mesures préventives à l’égard de la pureté de l’eau se renforcent. Désormais, tout nouvel établissement de teinturerie et de tannerie sur la Seine doit faire l’objet d’une autorisation du Bureau de la Ville, qui a compétence sur la police du fleuve. Par ailleurs, les tanneurs, mégissiers et teinturiers du faubourg Saint-Marcel ne peuvent plus laver leurs peaux et tissus dans la Seine, ni y jeter aucun résidu solide, qu’ils doivent au contraire porter dans des tombereaux à l’extérieur de la ville ; enfin ils ne peuvent rejeter leurs vidanges dans la rivière que la nuit (Delamare, 1713, t. 1,  p. 556 ; Des Essarts, 1786-1790, t. 3,  p. 292-293 ; AN, F7 4295, dossier 2.1).

11L’enjeu est de préserver la qualité des eaux séquanaises, ce qui était loin d’être acquis avec ce positionnement des industries en amont. Tout au long du XVIIIe s., le débat sur la pureté de la Seine, principale source en eau potable de Paris, ne cesse de perdurer, avec une apogée entre 1765 et 1785, au moment où se discutent de nouveaux modes d’approvisionnement en eau (Graber, 2008). Il y a bien longtemps que l’eau de la Bièvre n’est plus potable (Menuret de Chambaud, 1785,  p. 50) ; dans L’Art du tanneur, l’académicien de La Lande parle d’une eau de Bièvre « chaude, fade, presque corrompue » (La Lande, 1765,  p. 98) et, en 1774, le Ministre de Paris s’inquiète des conséquences pour la qualité de l’eau de la Seine (Anckaert, 1996). Dans ce débat, l’illustre pharmacien Parmentier, appelé en 1775 pour apporter son soutien au projet des pompes à feu des frères Périer, visant à puiser l’eau dans la Seine pour approvisionner les Parisiens, alors que des projets concurrents proposent de dériver des rivières plus lointaines, certifie la bonne qualité des eaux de la Seine. Ce faisant, il légitime le choix d’une Bièvre industrielle en amont de Paris en affirmant l’innocuité de l’altération de la Bièvre pour les consommateurs parisiens, grâce à la dilution des particules opérée par le débit important du fleuve (Parmentier, 1787,  p. 60-62). L’argumentaire confirme l’idée fondamentale d’une justification d’un usage artisanal intensif du petit cours d’eau, d’une « vocation » industrielle de la Bièvre qui a pris forme depuis plusieurs décennies et qui a été diffusée par les fabricants eux-mêmes et en premier lieu les dirigeants de la teinturerie royale des Gobelins. En effet, les teintures écarlates de la manufacture, devenues célèbres partout en Europe ont par contrecoup fait la renommée des eaux de la Bièvre. Renommée surfaite d’ailleurs, puisque les techniques des teinturiers y étaient sans doute pour l’essentiel. Qu’importe, le mythe était né, transformant une localisation contrainte et contingente en prédestination. L’affirmation des propriétés quasi magiques de ses eaux est ainsi régulièrement défendue avec ardeur par plusieurs générations de teinturiers, voire d’autres professions installées sur ses bords, elles aussi intéressées par la conservation du régime industriel de la rivière.

12S’il n’est pas décidé a priori de la création d’une « zone industrielle » à proprement parler par les décisions de 1672-1673, le cantonnement de ces activités sur les bords de la rivière engendre de facto la première ligne noire de l’insalubrité de la capitale et les divers règlements du XVIIIe s. visent plus à réguler l’usage de l’eau par et pour les industriels qu’à préserver sa pureté. Alors que Paris et ses banlieues sont, du point de vue de la police et de la régulation des nuisances, sous l’autorité du lieutenant général de police, officier principal du Châtelet, ou du Bureau de la Ville pour les questions relatives à la Seine, la Bièvre déroge à ces sphères de compétence et dépend de la juridiction des Eaux et Forêts (Waquier, 1978 ; Cammal, 1994,  p. 37-44). Or, alors que le Châtelet use de méthodes préventives et répressives exigeantes, incluant les enquêtes de commodo et incommodo, le grand-maître des Eaux et Forêts n’intervient pour la Bièvre que comme arbitre dans une gestion largement déléguée aux usagers de la rivière, et les grands règlements sont pris au Conseil du roi.

  • 6  Archives Nationales (dorénavant AN), Z1E 307, arrêt du Conseil, 26 février 1732.

13Après quelques décennies de tergiversations, l’organisation de l’utilisation et de la gestion de la Bièvre est finalement fixée par un arrêt du Conseil en 1732, qui établit les fondements du régime pour « la conservation de ses eaux6 », euphémisme signifiant la perpétuation d’un usage artisanal ou industriel. à partir de cette date, la gestion de la rivière fonctionne comme un syndicat interprofessionnel. Les trois syndics, représentants de chacune des communautés – tanneurs, teinturiers, mégissiers –, sont élus pour deux ans lors de l’Assemblée Générale des « intéressés à la conservation des eaux de la Bièvre ». Ils sont chargés de la surveillance du respect de l’arrêt et peuvent dresser les contraventions. Ils établissent aussi la répartition annuelle des frais d’entretien, essentiellement son curage estival qui assure la fluidité de l’eau nécessaire aux artisans et aux meuniers encore présents. Outre ce curage, les teinturiers, tanneurs et mégissiers doivent pratiquer des trous ne communiquant pas avec le cours d’eau, pour y déposer leurs déchets. Les déchets solides doivent être répandus dans les champs, tandis que les liquides ne peuvent être reversés dans la rivière que le soir. Par ailleurs, la manipulation des peaux et des cuirs dans l’eau est soigneusement encadrée.

  • 7  Bibliothèque Historique de la Ville de Paris (dorénavant BHVP), Ms 26, fol 143-144, délibération d (...)
  • 8  AN, Z1E 307, arrêt du Conseil, 4 mai 1756.
  • 9  Voir aussi BHVP, Ms 26, fol 145-146, rôle des tonneaux pour l’année 1771 ; fol 147-158, état des t (...)

14Le règlement de 1732, support de l’abondante jurisprudence du siècle, est très favorable aux industriels, puisque jamais l’odeur ou l’altération de l’eau n’est évoquée. Il organise la possibilité de maintenir l’activité productive sur les bords de la rivière. Il empêche aussi la concurrence d’autres professions en interdisant aux lavandières et aux blanchisseurs de toiles d’exercer en amont de la manufacture royale, ce qui revient à les exclure totalement de la Bièvre, puisque l’aval est déjà saturé de tanneurs et de teinturiers, et que les eaux sont à cet endroit impropres au blanchissage. Le mode de désignation des responsabilités et le fonctionnement expliquent que l’activité des syndics consiste aussi à pérenniser cette exclusion. C’est surtout à l’encontre des amidonniers que les syndics agissent. Ainsi, en 1764, l’Assemblée générale « des intéressés à la conservation des eaux » demande au grand maître des Eaux et Forêts l’expulsion des amidonniers et, en cas de refus, une contravention (exorbitante) de trois mille livres. Cette réaction d’hostilité témoigne à la fois de la progression rapide de la production d’amidon à Paris depuis le début du siècle, de l’échec de son implantation en aval de Paris, enfin de l’importance des rejets d’eaux résiduelles putréfiées résultant de la fermentation des grains. Pour les syndics, en effet, « il est journellement reconnu que les eaux et immondices corrompues et infectées qui proviennent de leur commerce, gâtent, corrompent, tachent et piquent les marchandises des teinturiers, tanneurs et mégissiers7. » L’argument sous-entendait aussi une rivalité en termes d’espace pour l’usage des rives et des eaux de la rivière. Peine perdue, année après année, blanchisseuses et amidonniers renforcent leur présence sur la Bièvre. En effet, tandis que les premières sont poussées hors des bords de la Seine par le Bureau de la Ville, les seconds doivent se soumettre aux procédures contraignantes de commodo et incommodo du Châtelet à partir de 1744. Ces deux professions s’implantent donc le long de la Bièvre, en amont pour les blanchisseuses, et sur un ru de dérivation pour les amidonniers. Deux arrêts du Conseil de 1741 et 1756 régularisent leur présence en les intégrant dans les frais de répartition, mais pas dans la représentativité8. Au début des années 1770, plus de 300 tonneaux de blanchisseuses et trente-trois amidonniers sont recensés sur les berges parisiennes de la Bièvre, et ils côtoient trente-trois tanneurs, deux brasseurs, vingt-et-un mégissiers et trois teinturiers. Enfin, les blanchisseurs de toiles sont tout autant tolérés, en amont, dans le clos Payen (Hurtaut, 1779, t. 2,  p. 357)9.

Figure 6 : L’implantation artisanale et industrielle de la Bièvre, 1757-1775.

Figure 6 : L’implantation artisanale et industrielle de la Bièvre, 1757-1775.

Figure 7 : Les blanchisseuses du clos Payen, XVIIIe s.

Figure 7 : Les blanchisseuses du clos Payen, XVIIIe s.

collection Destailleur, Bibliothèque nationale, www.gallica.bnf.fr

  • 10  AN, Y 9469B, rapport du commissaire Lemaire, 8 août 1766.

15Il est certain que, par ailleurs, hormis les professions dûment recensées, d’autres artisans se sont soustraits à la juridiction du Châtelet et ont profité des eaux de la Bièvre. Par exemple, des fabricants de colle forte, soumis depuis 1751 à la procédure de commodo et incommodo, trouvent au bord de la Bièvre un refuge. En 1766, alerté par une odeur infecte, le commissaire de police Lemaire surprend trois ouvriers en train de battre des nerfs de bœufs dans la cour d’une maison du faubourg Saint-Marcel et découvre dans la boutique et la cour une très grande quantité de nerfs mis à sécher. C’est au prix de leur transfert dans un autre local rue de l’Oursine, au bord de la Bièvre, au milieu d’autres industries insalubres, que les fabricants se mettent à l’abri de plaintes10.

  • 11  AN, Y 9480A, rapport du commissaire Lemaire, 13 juin 1777.
  • 12  AN, Y 9491, rapport du commissaire Des Ormeaux, 15 février 1788.

16Les commissaires de police se montrent régulièrement critiques envers ce régime dérogatoire et le « laxisme » des Eaux et Forêts. Bien que n’ayant pas la compétence sur cette rivière, le commissaire Lemaire témoigne en 1777 de la pollution de la Bièvre, « très fangeuse par elle-même, (…) sujette à se tarir dans les grandes chaleurs » et dont l’eau répand « dans tous les environs la puanteur et la corruption » et souligne que « le sieur De Buffon directeur du jardin des plantes s’en plaint en particulier que l’odeur se porte sur ce jardin à un degré considérable et fort incommode pour ceux qui fréquentent cette école de botanique11. » En 1788, quand un boyaudier tente de s’établir sur les rives de la Bièvre, rue Censier, le commissaire s’en offusque puisque selon un arrêt du Conseil de 1762, les nouvelles boyauderies ne peuvent pas être établies à moins de 300 m. d’une habitation12. Il rappelle que :

« l’établissement de ce particulier dans l’enceinte des fauxbourgs est une contravention formelle à l’arrêt [du Conseil de 1762] (…) le magistrat a été constamment ouvert sur les tentatives de cette nature que plusieurs particuliers ont faites pour établir leurs manufactures dans le même fauxbourg, et (…) il s’y est toujours opposé, (…) Monsieur de Sartine alors Lieutenant général de police a condamné par sentence rendue à l’audience sur les conclusions de Messieurs les gens du Roy un nommé Le Garseur qui comme Bernier avoit tenté d’établir sa fabrique de Boyauderie sur les bords de la Riviere des Gobelins a se retirer dans les lieux indiqués par l’arrêt, et pour ne s’y être pas conformé la condamné a l’amende (…) avec deffense de recidiver sous plus grande peine. »

17Mais la critique n’est jamais portée jusqu’à la dénonciation du partage des rôles : la Bièvre était finalement bien utile à la préservation de la qualité de vie de Paris, jouant le rôle de soupape d’une politique d’exclusion d’artisanats insalubres de Paris de la part du Châtelet. Ainsi, compte tenu du nombre d’artisans, il est certain que dès l’Ancien Régime, la rivière subit une pollution importante que les syndics, représentants des trois communautés principales de métiers, ne peuvent évidemment pas dénoncer. En quelque sorte, nous avons là un exemple d’une instance de régulation juge et partie, toute différente de celle pratiquée par le Châtelet, et donnant lieu à une concentration d’ateliers et de fabriques, au mépris de la situation sanitaire et écologique. Au cours du siècle, la Bièvre est devenue la première zone d’insalubrité industrielle de Paris.

18De fait, au cours du XVIIIe s., la Bièvre est devenue une rivière concédée à des usages privatifs considérés d’utilité publique. En tant que rivière non navigable, elle n’appartient pas au Domaine royal, et bien que l’on ne puisse pas être propriétaire des eaux courantes (Garnier, 1825, t. 1), les industriels en revendiquent la possession. Quand l’ingénieur Defer entreprend, avec le soutien royal, la dérivation des eaux amont de la rivière pour approvisionner Paris en eau potable, il bute sur la résistance des riverains amont mais aussi des industriels qui réussissent à faire échouer le projet (Graber, 2010). Ces derniers tentent de montrer à cette occasion que « la rivière de Bièvre dans l’état où elle se trouve est en majeure partie leur ouvrage. (…) Ils en ont en quelque sorte acquis la propriété » parce qu’ils s’en sont occupés depuis plus d’un siècle, notamment pour en maintenir le débit. Ils en sont donc les « propriétaires incommutables (…) dans tout son cours ». La propriété n’est pas vraiment privée. « L’État en ayant une fois disposé à leur profit, ne peut plus revenir sur ses pas, déroger à une concession qui l’a lié si irrévocablement, et à laquelle il doit tenir d’autant plus, que l’utilité publique l’y force » (Observations pour les propriétaires …, 1789,  p. 13 et 15-16 ; Graber, 2010).

Les remises en cause de la Révolution française

  • 13  Archives de Paris (dorénavant AP), VD* 3, pièce 228, rapport du Bureau des travaux publics, 6 sept (...)

19La Révolution française provoque d’importantes remises en cause des revendications des artisans et des industriels de la Bièvre. Tout d’abord, les changements institutionnels portent atteinte à leurs droits acquis. Jusqu’en 1791, la Bièvre est encore théoriquement administrée par la juridiction des Eaux et Forêts de Paris, qui n’est officiellement supprimée qu’en septembre 1791, mais les échelons municipaux deviennent vite les nouveaux interlocuteurs des syndics, en particulier le district Saint-Marcel et le Bureau des travaux publics de la Municipalité13.

  • 14  Archives de la Préfecture de police (dorénavant APP), AA 200, fol 180-181.

20La première remise en cause est celle de l’autonomie du « syndicat des intéressés ». Sans tutelle, les syndics s’avèrent incapables d’assumer leur fonction de répartition des frais d’entretien, ce qui provoque une altération sans précédent de l’eau de la rivière, et par contrecoup de celle de la Seine, sur la rive gauche notamment, où les immondices s’accumulent aux pieds des quais et infestent l’air dès le début de 1790. Mandatés par la Municipalité et la Société royale de médecine, les médecins Hallé et Descimet examinent en 1790 et 1791 les deux rives du fleuve. C’est à l’embouchure de la Bièvre que la situation est la pire. Incontestablement, la pollution des eaux provient principalement de la rivière, qui n’a été ni nettoyée ni curée depuis le début de la Révolution (Actes de la Commune, 1ère série, t. 3,  p. 502)14. Par ailleurs, Hallé décrit l’irrégularité du cours d’eau, son manque de débit, les retenues nécessaires aux chutes motrices, les bassins latéraux, bref toutes les causes des eaux stagnantes nauséabondes. Fidèle aux conceptions néo-hippocratiques et aéristes des miasmes de son siècle (Dix-huitième siècle, 1977 ; Corbin 1982 ; Barles, 1999), il craint des conséquences néfastes pour la santé publique, et pointe du doigt les cinq moulins existants, accusés de freiner l’écoulement de l’eau et les autres ateliers situés sur son cours d’être à l’origine de son altération (Hallé, 1790) :

« Les blanchisseuses, les teinturiers, les tanneurs, les mégissiers, une boyauderie, une manufacture de bleu de Prusse, plusieurs amidonniers, et les égoûts de Scipion et de la Salpêtrière fournissent la plupart de ces matières qui donnent à la vase une couleur noire et une odeur infecte. Les eaux mêmes de la rivière en sont pénétrées, et lorsque après les avoir retenues pour le service des moulins on vient à les lâcher, il se répand par tout le voisinage une odeur insupportable. »

21Pour la première fois, dans un document officiel, les industriels sont mis en cause ; mais Hallé ne fait que retranscrire, de façon modérée, les plaintes de voisins, dont le plus éminent, Buffon, venait de demander l’expulsion pour transformer ce « cloaque » en un quartier « le plus riant comme le plus habité » (De Fer, 1789,  p. 7). Dans le court terme, toutefois, par manque de moyens et de clarté dans les attributions de chacun, aucune initiative constructive n’est prise (Burstin, 2005,  p. 154). En 1791, la situation bloquée favorise une deuxième remise en cause du statu quo, bien plus profonde et structurelle celle-là. Confrontée au manque de volonté des syndics et plus précisément des tanneurs, mégissiers, teinturiers et amidonniers qui ne s’entendent plus pour le financement du curage, la Municipalité, par l’intermédiaire de son Bureau des travaux publics, pose la question de leur légitimité sur le cours d’eau. Le Bureau propose de supprimer le règlement de 1732 et conteste le régime industriel de la rivière :

« En effet, quel peut être l’intérêt de la commune à conserver dans l’enceinte de ses murs un foyer d’infection qui, de l’aveu même de ceux qui en font usage, répandrait au loin des germes de maladies mortelles, si l’on négligeait de le purifier. Paris a-t-il donc indispensablement besoin de quelques mégissiers tanneurs ou teinturiers dont le commerce n’est qu’un point dans l’immensité de celui qui fournit à ses consommations ? Si on répondait affirmativement, nous proposerions de les forcer à s’établir au dessous de la ville, donc alors ils ne corrompraient plus les eaux. »

22Sans demander l’expulsion des artisans, il porte néanmoins un véritable réquisitoire contre le pouvoir des industriels et la prétendue prédestination de la qualité des eaux pour la teinture, estimant que cette affirmation avait plutôt valeur de justification, et qu’elle portait préjudice aux riverains :

  • 15  AP, VD* 3, pièce 228, rapport au corps municipal, par le Bureau des travaux publics, 6 septembre 1 (...)

« Vous avez pu voir, messieurs, par l’extrait des obligations imposées aux riverains de la Bièvre combien ils ont du souffrir et murmurer de l’étendue de la protection accordée à la manufacture des Gobelins et aux artisans du faubourg Saint-Marcel. Peut-être les vexations qui tourmentèrent ces malheureux propriétaires (…) eussent-elles trouvé une excuse dans les qualités des eaux de la Bièvre, si réellement ces qualités eussent pu exister. (…) Aucun de ces ruisseaux, aucune de ses sources n’ont été reconnus avoir des propriétés particulières pour la teinture, et dire que c’est à leur mélange que la bièvre doit cette prétendue propriété, ce serait propager une de ces erreurs populaires, fruit de l’ignorance et de la crédulité et ajouter foi trop légèrement aux merveilleux effets du hazard. L’intérêt seul des teinturiers qui se sont établis sur ses rives peut chercher à perpétuer ce préjugé qui leur amène des pratiques, mais le règne du charlatanisme doit faire place à celui des lumières15. »

  • 16  BHVP, Ms 26, fol 199, arrêté du corps municipal, 15 février 1792 ; fol 200-202, rapport au Directo (...)

23Dès lors, le clivage entre la Municipalité et les artisans et industriels de la Bièvre se renforce. Ces derniers ne cessent de se plaindre du défaut de curage et réclament des moyens publics pour le réaliser. Ils trouvent un certain relais auprès du Département de la Seine, à qui la compétence de la rivière est revenue lors de sa création (1791). Le Département ne rénove que superficiellement le règlement de 1732 : il remplace les trois syndics par deux commissaires et un inspecteur, puis confie à l’architecte Poyet le soin d’évaluer les frais de curage ; mais devis après devis, les discussions sur l’assiette de répartition du curage durent, sans que le Département ne parvienne à arbitrer. Durant l’été 1793, le curage n’a toujours pas été réalisé (Dupain, 1886,  p. 121)16. Contrairement à la Municipalité, jamais le Département ne remet en cause la présence des industriels qui trouvent en Salleron, Baltet et Vérité (ce dernier exploitant de la teinturerie des Gobelins) leurs porte-parole après la publication d’un mémoire empli de rhétorique républicaine :

  • 17  Ibidem, fol 213-218, rapport fait à l’assemblée générale de la section du Finistère, par Salleron, (...)

« il faudrait [aux établissements] une eau limpide et détersive, dont le cours rapide, coalisé, pour ainsi dire, avec les besoins de la République, imprimat une activité révolutionnaire aux rouages des moulins, aux ouvriers des fabriques17. »

24L’action du Département confirme en fait le pouvoir des industriels sur la Bièvre, mais ne résout rien. En 1796, aucun curage n’a été réalisé depuis 1789 (Cammal, 1994 ; Anckaert, 1999). L’inertie, les dysfonctionnements de l’administration départementale, enfin les désaccords entre les industriels eux-mêmes entrainent le dépérissement de la Bièvre, alors que dans le même temps l’activité des ateliers a considérablement faibli, notamment depuis la mise en place de la tannerie industrielle de Seguin par le gouvernement révolutionnaire sur l’île de Sèvres, en aval de Paris.

  • 18  Ibidem, fol 205-207, rapport du bureau des travaux publics, 17 novembre 1793.
  • 19  BHVP, Ms 27, fol 252, arrêté de l’administration centrale du Département de la Seine, 18 messidor (...)
  • 20  Ibidem, fol 287, lettre du maire du 12e arrondissement au préfet de Seine, 16 messidor an VIII [18 (...)

25L’inefficacité se double d’incivisme, d’instabilité et de conflits d’intérêts, que dénoncent régulièrement les structures municipales. à la fin de l’année 1793, comme en 1791, le Bureau des travaux publics interpelle le Département sur l’état de la rivière, déplorant la pollution causée par les ateliers : « c’est même par leur fait que tous les citoyens sont exposés. C’est donc un dommage public qu’eux seuls doivent réparer, puisque eux seuls le provoquent et en tirent un avantage réel pour leur fortune18. » Après 1795, les administrateurs du 12e arrondissement de Paris établissent des constats accablants à l’encontre des manufacturiers et des commissaires préposés à l’entretien de la rivière. En 1798, ils établissent de nombreuses contraventions (constructions sur berges rétrécissant le cours, vannes en mauvais état, berges détruites, pompe établie au milieu de la rivière, ordures des ateliers), y compris de la part des commissaires des « intéressés », tel le tanneur Rubigny de Berteval, ou encore de la part de la manufacture nationale des Gobelins19. En juillet 1800, encore, le maire de l’arrondissement invite le nouveau préfet de Seine « à vouloir prendre un parti pour le curage de la Bièvre ». Elle est à sec ; c’est un dépôt d’ordure : « il n’existe plus d’eau dans son bassin, mais seulement des immondices qui jetent [sic] une exhalaison pestilentielle ; les habitants du faubourg Saint Marcel commencent à s’assembler, murmurent, et menacent de se rendre en masse à la Préfecture du Département de la Seine20. »

  • 21  Ibidem, fol 270-273, rapport de Guillaumot et Teissier, 9 vendémiaire an VIII [1799].

26Face à la désorganisation et à ces critiques de fond, le Département commande en septembre 1799 à Tessier, ingénieur des Ponts et Chaussées et à Guillaumot, directeur de la manufacture des Gobelin, un rapport. Les deux experts préconisent des solutions techniques : comblement des bassins, ouvrages de nivellement, ouverture des prises d’eau, démolition des digues, etc. Surtout, ils soulignent que l’administration doit « faveur et protection à tous les établissements majeurs formés » sur la Bièvre qui sont « d’une trop grande importance pour que l’administration puisse voir d’un œil indifférent les dilapidations que l’esprit mercantile se permet contre l’intérêt de tous21. » Il s’agit d’un plaidoyer pour l’industrie, visant à contrer l’action des instances municipales.

  • 22  Ibidem, fol 250-251, lettre du ministre de l’Intérieur, 12 floréal an VI.

27Quant à l’État, appelé à arbitrer ces différends et à ordonner la remise en état de la rivière, sa position n’est ni claire ni définitive. Le 1er mai 1798, le ministre de l’Intérieur, Letourneur, reprend à son compte les conclusions du Bureau des travaux publics, en affirmant que le règlement de 1732 est incompatible avec l’Égalité et la Justice, car il confie « à l’intérêt particulier des fabricants et chefs d’usines une surveillance qui par sa nature et pour empêcher les abus dont son exercice est susceptible, doit appartenir à l’autorité publique22. » Pour le ministre, la rivière est donc un bien public qui ne saurait être privatisé. En conséquence, l’autorité de régulation doit être publique. Quelques mois plus tard, un procès engagé en justice de paix, à propos des frais de curage non engagés, accélère les prises de décisions sur le statut de la rivière. Certains propriétaires, en effet, refusent toujours de payer parce que, selon eux, la loi du 11 frimaire an VII (janvier 1799), qui comprend dans les dépenses communales l’entretien des fossés, aqueducs et ponts, ainsi que l’enlèvement des boues et toute question de salubrité, doit s’appliquer logiquement à la Bièvre. L’argument de la défense permet au ministre de la Justice de préciser le régime juridique de la rivière. Selon lui, les frais d’entretien de la Bièvre sont une affaire purement privée, car elle offre plus d’avantages particuliers que d’utilité commune. Elle ne rentre donc pas dans le cadre de cette loi :

  • 23  Ibidem, fol 279, lettre du ministre de la Justice, 16 pluviôse an VIII.

« Les manufacturiers et autres propriétaires d’usines sur les bords de la rivière de Bièvre non seulement profitent presque seuls des avantages de la propriété des eaux de cette rivière ; mais encore contribuent par l’usage qu’ils en font à en altérer la pureté, à en embarrasser le cours ; et sous ce double rapport, il est de toute justice qu’ils supportent les frais qu’occasionne le curage ; les charges doivent toujours suivre les bénéfices, et ceux là doivent contribuer à réparer, qui ont contribué à endommager23. »

  • 24  Ibidem, fol 293, rapport présenté aux Consuls par le ministre de l’Intérieur, 27 fructidor an VIII
  • 25  Ibidem, fol 310 et 318, arrêté des consuls, 25 vendémiaire an IX ; arrêté du ministre de l’Intérie (...)
  • 26  AN, F2 I/947, dossier 29, Bièvre, ordonnance de police, 19 messidor an IX.
  • 27  AP, VO3 73, tableau et état général des tonneaux des blanchisseuses, 12 prairial an IX.

28En d’autres termes, le pollueur doit payer. Mais cette affirmation entraîne de fait une reconnaissance du statut particulier de la Bièvre et de sa destinée industrielle. Quelques mois plus tard, en septembre 1800, le ministre de l’Intérieur, Lucien Bonaparte, donne sa propre interprétation. En accord avec son prédécesseur, il pense nécessaire de retirer la gestion de la rivière aux industriels, notamment parce que la quantité d’ouvriers employés (30 000) nécessite la surveillance directe du Gouvernement. Mais, précise-t-il, la Bièvre doit posséder un statut dérogatoire qui puisse pérenniser sa vocation industrielle. Raisonnement grâce auquel Lucien Bonaparte demande finalement une simple refonte du règlement de 1732, sans créer de nouvelle loi24. Ces préconisations sont suivies par le pouvoir exécutif : par arrêté consulaire, la Bièvre fait dorénavant partie de l’attribution des préfets. L’autorité se partage entre le préfet de police (police) et le préfet de la Seine (travaux)25. Enfin, quelques mois plus tard, l’ordonnance de police du 19 messidor an IX (8 juillet 1801) rénove le règlement de 1732, entérinant l’usage des eaux à des fins productives. Afin de soutenir l’activité des usines, l’ordonnance prévoit un curage annuel, la libération du cours d’eau vis-à-vis de toute entrave (arbres, arbustes ou tout autre objet), la régularisation des prises d’eau, des ouvertures et saignées, et l’entretien des berges. Le système de délégation de gestion par les syndics est en revanche supprimé, l’autorité revenant de plein droit aux préfets, avec la création de la fonction d’inspecteur, nommé par le préfet. L’ordonnance adapte par ailleurs les règles d’hygiène publique aux nouvelles réalités industrielles et, sans changer l’esprit du règlement de 1732, inclut dorénavant à la catégorie d’intéressés les amidonniers, les maroquiniers et les fabricants de bleu de Prusse26. Quant aux blanchisseuses, dont un état de prairial an IX dénombre 581 tonneaux27, elles sont tolérées à la condition d’obtenir une permission préalable annuelle du préfet de police.

  • 28  AN, F13 979, dossier Bièvre, lettre du préfet de police au ministre de l’Intérieur, 30 ventôse an (...)

29à partir de ce moment, le curage annuel est effectif et la vocation industrielle de la Bièvre est confirmée sans ambiguïté (Dupain, 1886,  p. 156). Malgré le rapport de Hallé en 1790, ceux du Bureau des travaux publics en 1791 et 1793, la lettre du Ministre de l’Intérieur en 1798, le rapport de l’administration municipale la même année, les manufacturiers conservent leur droit d’usage de la rivière pour leur industrie, avec l’appui du Gouvernement. Prenons juste un exemple, immédiatement postérieur à l’ordonnance, mineur relativement à la police de la Bièvre, mais majeur dans ses implications symboliques, ne serait-ce que par les acteurs engagés, Chaptal, ministre de l’Intérieur depuis la fin de 1800, et son ami Berthollet, tous deux étant les plus grands chimistes de France, académiciens et grands serviteurs de l’Etat. Au début de 1804, Berthollet demande l’autorisation de construire une extension pour sa blanchisserie au chlore du Petit-Cachan, en amont de Paris. Il souhaite construire un bâtiment à l’aplomb du bord de Bièvre, ce qui n’est pas conforme aux dispositions de l’ordonnance. Le préfet de police Dubois ne l’autorise donc pas. C’est alors que Chaptal intervient en faveur de Berthollet en tant que ministre, et demande au préfet de police de se justifier. Ce dernier invoque le droit commun (« Voilà donc une règle générale établie pour tous les propriétaires riverains de la Bièvre28 ») et ne souhaite pas revenir sur sa décision. Face à cette fermeté, Berthollet appelle de nouveau Chaptal à son secours dans une lettre où l’industriel alterne l’ironie acerbe et la complainte de la victime :

  • 29  Ibidem, lettre de Berthollet à Chaptal, 18 floréal an XII.

« La Bièvre n’est pas navigable, il faudrait pour la rendre telle faire de petits bateaux de carton et détruire les usines qui l’encombrent. Son unique utilité est de servir à ces usines qui la rendent très précieuse : tous les règlemens doivent donc se borner à la rendre propre à cet usage ; (…) exiger quatre pieds d’ouverture libre à l’entrée et à la sortie de la rivière, c’est proscrire toute manufacture qui opère sur des productions précieuses. Si le préfet de police voulait être conséquent, il faudrait qu’il fit abattre la clôture de la première manufacture de l’Europe, celle d’Oberkampf ; il faudrait qu’elle allât confier ses pénates à d’autres nayades. (…) Je suis obligé, en attendant que je puisse relever des murs détruits, de faire faire une barrière en bois pour empêcher la libre intromission des voleurs ; mais des inspecteurs de police pourront bien, pour le bien des manufactures, la faire abattre et voila ce que j’éprouve d’une administration protectrice de l’industrie. En attendant je t’embrasse. Berthollet29. »

  • 30  Ibidem, lettre du ministre de l’Intérieur au préfet de police, 26 floréal an XII.

30En marge d’un rapport du chef de la troisième division de l’Intérieur au ministre, pourtant défavorable à Berthollet et approuvant le préfet de police, Chaptal porte l’apostille suivante : « adresser extrait des bonnes raisons assignées par le Cen Berthollet au préfet de police. L’assurer que j’ai visité les lieux et que j’ai vu que la difficulté était sans fondement » ; puis Chaptal adresse une lettre au préfet de police dans laquelle il affirme être « convaincu que la difficulté [que Berthollet] éprouve est sans fondement », et lui ordonne donc de « rapporter [sa] décision et permettre la construction demandée par le Cen Berthollet30 ».

  • 31  Ibidem, Chef de la 3e division, rapport présenté au ministre de l’Intérieur, 19 floréal an XII.

31Une affaire anecdotique ? Ne la minimisons pas. C’est au même moment (1804) que Chaptal, attaqué en justice de paix pour les pollutions de son usine d’acide sulfurique des Ternes, au nord-ouest de Paris, redéfinit le cadre institutionnel de la régulation des nuisances industrielles et de l’arbitrage entre la propriété foncière et l’initiative industrielle. En l’occurrence, fin 1804, il présente à l’Institut, avec le chimiste Guyton de Morveau, autre grand serviteur de l’Etat et collègue de Berthollet à la Monnaie de Paris, un rapport qui établit l’innocuité des fabriques et manufactures pour la santé publique, balayant ainsi toutes les réserves médicales et policières en usage jusqu’alors, et renvoyant les mesures de prévention à leur archaïsme supposé d’Ancien Régime (Le Roux, 2011). Cette affaire illustre ainsi l’enjeu industriel, placé au cœur du régime napoléonien. Il met également en exergue un autre aspect, celui de la compétence dans la question des constructions sur la Bièvre et des alignements à fixer le long de la rivière. Si le ministre impose ici son autorité sur le préfet de police, ce dernier résiste et tente de conserver son pouvoir de police de la rivière. En dehors même du cas Berthollet, il entre souvent en conflit avec le préfet de la Seine au sujet de l’aménagement de la rivière. Plusieurs plans contradictoires circulent entre leurs services respectifs31. Les enjeux de pouvoir et d’aménagement du cours d’eau renvoient par ailleurs grandement au processus de normalisation de la ville à l’époque napoléonienne (Graber, 2006 ; Moullier, 2007).

Les ingénieurs et l’assainissement d’une rivière fantôme

  • 32  Ibidem, correspondance administrative.
  • 33  AN, F2 I/947, dossier 29, lettre du Conseil des Bâtiments civils au ministre de l’Intérieur, 31 dé (...)
  • 34  Ibidem, lettre du ministre de l’Intérieur au préfet de la Seine, 28 avril 1808.

32Un partage des rôles s’instaure : aux médecins le diagnostic, aux ingénieurs le remède (Barles, 1999). Symbole des encrassements urbains de l’Ancien Régime et de la désorganisation révolutionnaire, la Bièvre devient un terrain privilégié dans l’entreprise d’alignement et de régularisation de la ville. Pour unifier sa pente, aligner ses berges, maîtriser son débit, supprimer les obstacles et les retenues d’eau, la tâche est confiée aux ingénieurs et de plus en plus à la Préfecture de la Seine, quitte à déposséder quelque peu le préfet de police, magistrat tutélaire, de certaines de ses prérogatives. Le conflit entre les deux préfectures, qui avait déjà éclaté au grand jour lors de l’affaire Berthollet, se poursuit encore pendant plusieurs années. En 1805, d’incessants échanges entre leurs services tentent en vain d’harmoniser les plans d’alignement32. Après une visite de Recordère, maire de Gentilly et inspecteur de la Bièvre depuis 1801 (il le sera jusque 1835), et de Bralle, ingénieur des Ponts et Chaussées et inspecteur de la navigation, un long rapport du Conseil des bâtiments civils au ministre de l’Intérieur, le 31 décembre 1807, fait part de l’effet néfaste de ce conflit de juridiction. La pollution de la rivière est telle qu’elle fait « trouver long et inquiétant à ceux qui pénètrent sur cette scène repoussante, le trajet à faire pour en sortir. » Afin d’améliorer la circulation des eaux, le Conseil des bâtiments projette des mesures intangibles de calibrage de la Bièvre : un cours d’eau d’au moins trois mètres dans Paris jusqu’au moulin de la rue Mouffetard et de quatre mètres jusqu’à l’embouchure, un chemin de service de quatre mètres, une distance minimale entre toute installation et le milieu du cours d’eau, etc. Toute saignée, dérivation ou autre ruisseau doivent être supprimés33. Des « alignements et redressements ont été définitivement tracés à l’encre sur les dix plans » et le plan général est approuvé par le ministre de l’Intérieur quelques semaines plus tard, qui tranche : son application revient au préfet de police34.

  • 35  BHVP, Ms 27, fol 323-328.

33Pour réguler la Bièvre, celui-ci ne s’appuie pas sur le Conseil de salubrité créé en 1802, et qui a pour objet de contrôler les établissements artisanaux et industriels de Paris pouvant présenter des risques pour l’incendie ou la santé publique. Il continue de confier cette tâche à Bralle et Recordère (Dupain, 1886,  p. 169)35, et donne la priorité aux aménagements hydrauliques plutôt qu’à la lutte contre la pollution. Cela devient une constante de la politique entreprise après 1801 : plutôt que de limiter l’augmentation de l’emprise industriel, tout est fait pour faire circuler l’eau, ce qui donne aux ingénieurs la prééminence.

Figure 8 : Plan de régularisation des bords de Bièvre, à la hauteur de la rue Saint-Hippolyte, 1804

Figure 8 : Plan de régularisation des bords de Bièvre, à la hauteur de la rue Saint-Hippolyte, 1804

 AN, F13 979, dossier Bièvre

  • 36  AN, F2 I/947, dossier 36, Bièvre.
  • 37  BHVP, Ms 27, fol 333-335, rapport de Bralle au préfet de Seine, 12 décembre 1812 ; fol 339-340, ar (...)

34Le poids des solutions prônées par les ingénieurs finit par donner la prééminence au préfet de la Seine. Le 20 août 1811, le préfet de police est dépossédé par le ministre de la compétence sur les constructions, la direction des eaux de la Bièvre et les alignements36. L’arbitrage ministériel traduisait aussi le désaveu de la politique du préfet de police Dubois, destitué en 1810, et qui s’était montré très rétif vis-à-vis de l’industrialisation (Tulard, 1976). Confirmé dans son rôle prééminent, Bralle réclame et obtient la levée d’un nouveau plan du cours et un état de nivellement de la Bièvre37. La tentative des ingénieurs pour fluidifier le débit de la rivière, régulariser sa pente et ses berges, supprimer les obstacles, ne met pourtant pas un terme à sa pollution, puisque les établissements artisanaux et industriels sont toujours aussi nombreux sur ses rives. Sous la Restauration, les promeneurs et topographes parisiens continuent de décrire un lieu malodorant et misérable (Dutertre, 1822,  p. 4 ; Lachaise, 1822,  p. 197-199).

  • 38  Voir aussi APP, procès-verbaux des séances du Conseil de salubrité, 1816-1820.
  • 39  APP, rapports du Conseil de salubrité, 24 juillet et 28 août 1818, 29 août 1820, 5 mars et 20 août (...)
  • 40  Ibidem, 16 août 1820, 6 avril 1821, 10 décembre 1824.

35Ce n’est qu’à partir de 1816 que le Conseil de salubrité s’occupe de la rivière après plusieurs plaintes, notamment de la part des blanchisseuses. Le préfet de police ordonne une visite générale de la rivière, puis confie à l’un de ses membres, le médecin Pariset, la direction d’une mission d’étude devant aboutir à un rapport complet (Moléon, [1816], t. 1,  p. 95). Mais Pariset tarde et ne présente des conclusions partielles que durant l’été 182038. Pendant ce temps, un autre membre éminent, le chimiste Deyeux, alerte le Conseil de salubrité à plusieurs reprises de l’état préoccupant d’une rivière charriant une « eau bourbeuse et infecte » dont il est « difficile de respirer les exhalations39. » Finalement, dans son rapport général annuel de 1821, le Conseil de salubrité prend acte de la dégradation considérable des eaux, tout en prônant des solutions hydrauliques visant à en augmenter le débit et créer une chasse énergique, en captant l’eau d’autres bassins en amont (Moléon, [1821], t. 1,  p. 185-196). Mais il ne dénonce pas ce regroupement industriel, bien au contraire, car sa doctrine l’amène plus généralement à favoriser le regroupement des industries insalubres dans les mêmes zones, si possibles populaires (Le Roux, 2009). Au tournant des années 1820, la Bièvre est tellement polluée que la Seine retrouve grâce auprès des teinturiers du faubourg Saint-Marcel, qui se réapproprient ses rives sur les îles centrales de Paris, d’où ils avaient été exclus sous l’Ancien Régime40.

36Parallèlement au travail du Conseil de salubrité, l’Académie de médecine a chargé un jeune médecin, Parent-Duchâtelet, de rendre un rapport sur la rivière. Rédigé avec Pavet de Courteille et lu en janvier 1822 à l’Académie de médecine, ce rapport est beaucoup plus détaillé que celui de Pariset ; il marque l’entrée en scène de Parent-Duchâtelet dans le domaine de l’hygiène publique (Corbin, 1981 ; La Berge 1977). Plus de trente ans après le rapport de Hallé (1790), il est frappant de constater à quel point le dédale de biefs, canaux, déversoirs, bassins et vannes, nécessaires aux besoins des usagers et à la régulation du niveau des eaux, est toujours aussi présent. Les moulins à grain se sont transformés en fabriques à broyer les couleurs et à faire mouvoir les soufflets d’une fonderie et les appareils d’une vermicellerie. Dans Paris, note Parent-Duchâtelet, il n’y a ni végétation, ni poisson, écrevisses ou batraciens, mais au contraire beaucoup de rats. Une centaine d’établissements industriels se succèdent sur les rives : tanneries, mégisseries, hongroieries, maroquineries, teintureries, papeteries, foreries, filatures, brasseries, distilleries, féculeries, fabriques de mottes à brûler et de bleu de Prusse, enfin amidonneries. Tout comme le Conseil de salubrité, il ne remet pas en cause l’utile industrie et prône l’augmentation du débit. En quelques mois, le jeune médecin a accompli un travail bien plus documenté que le Conseil de salubrité en cinq années (Parent-Duchâtelet et Pavet de Courteille, 1822).

  • 41  AN, F2 I/947, dossier 64, Bièvre.

37Cette fois, l’État intervient pour résoudre un problème qui dépasse les autorités locales. Durant l’été 1822, le préfet de police confie à demi mots son échec au ministre de l’Intérieur face à la pollution de la rivière. S’il se retranche derrière les dérèglements de la Révolution qu’il rend responsables des vaines tentatives pour assainir le cours d’eau, il énonce aussi l’insuffisance d’un simple règlement de police. Mais le ministre refuse ses propositions de capter les eaux des bassins amont et se tourne vers le préfet de la Seine pour organiser un plan d’aménagement impliquant des frais importants41. Finalement, le 1er février 1826, sous la supervision du Département, la Municipalité achète les moulins, puis adopte les projets de travaux consistant, dans l’intérieur de Paris, à encaisser la rivière par des murs en maçonnerie alignés régulièrement, à pratiquer une pente uniforme, à revoir les biefs et déversoirs et à aménager une réserve d’eau au-dessus de la manufacture des Gobelins. La première pierre est posée le 4 novembre 1828, par le préfet de la Seine qui fait alors un discours solennel :

  • 42  AP, 6AZ 21, dossier 1292, Mémoire sur les modifications apportées à la Bièvre intra et extra muros (...)

« L’insalubrité des eaux de la Bièvre dans Paris menaçait depuis longtemps l’état sanitaire de ce quartier industrieux. De toute part, on réclamait l’assainissement de cette rivière. (…) Les nombreux établissements industriels qui se partagent la jouissance des eaux de la Bièvre ; la variété de leur position, la diversité de leurs intérêts et le respect dû à la propriété, sous l’égide de nos lois protectrices, opposaient de graves obstacles à l’action administrative sur ce cours d’eau, placé hors du domaine public ; il fallait l’assentiment unanime et le concours direct des propriétaires riverains42. »

  • 43  La canalisation n’est pas parachevée immédiatement. Les travaux sont interrompus en 1830 et en 183 (...)

38La décision de canaliser la rivière solde plusieurs décennies de tentatives vaines pour concilier l’industrie et la pureté des eaux de cette rivière urbaine43. Elle concrétise la transformation d’une rivière vivante en un flux théorique aux mains des ingénieurs.

Figure 9 : Carte de l’implantation industrielle sur la Bièvre, 1822, selon Parent-Duchâtelet.

Figure 9 : Carte de l’implantation industrielle sur la Bièvre, 1822, selon Parent-Duchâtelet.

Conclusion

39Malgré ces solutions techniques, la pollution de la rivière s’accroît au fil du siècle avec l’industrialisation qui gagne les territoires en amont, à Gentilly, Arcueil, Cachan, Antony. Après plusieurs décennies et de nouvelles tentatives d’assainissement, la Bièvre est finalement couverte dans Paris, transformée en égout. Finalement, le processus n’a pu être mené que par une modification subreptice du statut juridique de la rivière, légitimé par un discours sur la prédestination du cours d’eau et renforcé par l’industrialisation.

40Si la Bièvre n’est pas la première rivière industrielle de France à connaître ce processus (cf. le Furan à Saint-Etienne, Ultsch, 2009), son exemple sert de modèle à d’autres cours d’eau de la région parisienne, avec un décalage temporel, comme à Saint-Denis, deuxième pôle urbain, à quelques kilomètres au nord de Paris, où convergent les petites rivières de Croult, du Rouillon et du Montfort. Comme sur la Bièvre, mais avec une intensité moindre, quelques tanneries et teintureries occupent leurs rives sous l’Ancien Régime. Puis, à partir de 1817, l’industrialisation de ces rivières commence avec l’installation de blanchisseries au chlore, de féculeries, d’usines textiles, de raffineries. La tolérance des autorités aboutit en 1820 à la rédaction d’un règlement, calqué sur les dispositions de celui de la Bièvre de 1801, tant dans l’esprit qui privilégie l’amélioration du débit que dans les dispositions détaillées imposées aux fabricants. Ici, comme sur la Bièvre, il ne parvient pas à enrayer les pollutions qui suivent le rythme d’une industrialisation rapide avec au moins une dizaine de nouveaux établissements en deux ans. Le débat sur le statut de la rivière est de même aussi vif entre les habitants, le maire, le ministre, les préfets et les industriels et des tentatives de lois achoppent régulièrement. En 1828, le Conseil de salubrité démontre sans conteste que l’eau n’est plus potable et ce n’est qu’en 1832 qu’une loi ordonne une nouvelle répartition des frais d’entretien qui soumet davantage à contribution les industriels. Toutefois, bien que les industries aient été reconnues responsables de la pollution des eaux, leur existence n’est pas menacée, comme sur la Bièvre (Le Roux, 2007,  p. 654-659).

41Serait-ce une fatalité pour les petites rivières, ou seulement l’aspect le plus frappant de la pollution des eaux qui serait moins visible dans les grands fleuves ? Il semble bien, en fait, qu’au cours de ce siècle dégagé des carcans et des préventions de l’Ancien Régime, les cours d’eau, du plus grand au plus petit, supportent la charge importante de l’évacuation des résidus liquides des industries, quand ce n’est pas leurs déchets solides. à ce titre, jeter dans les rivières les déchets, domestiques ou industriels, est devenu courant, en rupture avec la régulation d’Ancien Régime, et ceci aussi bien à Paris qu’à Londres, où les déchets artisanaux peuvent, à partir de années 1820, être jetés dans les cours d’eau (Hardy, 1984 ; Luckin, 1986,  p. 9-66). En 1828, la nécessité de la présence d’un cours d’eau pour les fabriques les plus polluantes est d’ailleurs systématisée par le Conseil de salubrité (Moléon, [1828], t. 2,  p. 68-73). Le déversement dans les cours d’eau est devenu affaire de civilisation. Bien plus tard, en 1875, dans des rapports officiels, on fera le constat, non plus d’une prédestination particulière de la Bièvre, mais d’une fatalité industrielle élevée au rang de civilisation :

  • 44  AP, 6AZ 21, dossier 1292, Poggiale, Rapport à M. le préfet de police sur l’insalubrité des eaux de (...)

« Et d’abord, peut-on interdire aux industriels de laisser couler dans la [Bièvre] des eaux infectes et les matières nuisibles (…) ? L’exécution d’une pareille mesure serait impossible ; partout les eaux industrielles et ménagères s’écoulent dans les rivières, et la législation me semble véritablement impuissante en présence de la nécessité absolue de se débarrasser des eaux provenant des opérations industrielles (…) Pourrait-on éloigner des bords de la Bièvre les industries reconnues insalubres, telles que les tanneries, les mégisseries, les féculeries et les teintureries, comme on le fit sous Louis XIV pour les usines établies sur les rives de Seine ? Il faudrait pour cela une nouvelle loi ; mais nos mœurs, le respect de la propriété, ainsi que nos principes de législation, paraissent peu favorables à une mesure aussi radicale44. »

42En cette fin de XIXe s., tout était prêt pour enterrer la Bièvre, au propre (ou au sale) comme au figuré.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Sources manuscrites

Archives Nationales

F2 I/947, dossiers 29 et 36.

F7 4295, dossier 2.1.

Y 9469B, rapport du commissaire Lemaire, 8 août 1766.

Y 9480A, rapport du commissaire Lemaire, 13 juin 1777.

Y 9491, rapport du commissaire Des Ormeaux, 15 février 1788.

Z1E 307.

Archives de Paris

VD* 3, pièce 228, rapport du Bureau des travaux publics, 6 septembre 1791.

VO3 73, tableau et état général des tonneaux des blanchisseuses, 12 prairial an IX.

6AZ 21, dossier 1292.

Archives de la Préfecture de police

AA 200, fol 180-181.

Procès-verbaux des séances du Conseil de salubrité, 1807-1828 (recueils manuscrits).

Rapports du Conseil de salubrité, 1806-1825 (recueils manuscrits).

Bibliothèque Historique de la Ville de Paris

Ms 26 et 27.

Sources imprimées

Actes de la Commune de Paris (25 juillet 1789 – 10 août 1792), 1ère et 2e séries, 14 tomes, 1894-1909.

Observations pour les propriétaires et intéressés à la conservation des eaux de la rivière de Bièvre, dites des Gobelins, contre le prétendu projet de l’Yvette, Paris, Jorry, 1789.

Plaise à la cour considérer les dangereux accidents et incommodités que le public soufre à cause des teinturiers et tanneurs qui rendent la rivière de Seine malade, Paris, s. d. [fin XVIIe siècle].

De Fer N., 1789, Mémoire sur l’Yvette, lu à l’Académie royale des Sciences le 10 janvier 1789, s. l., 8  p. 

DElamare N., 1713, Traité de police, Paris, t. 1, 1089 p.

Des Essarts T., 1786-1790, Dictionnaire universel de la police, Paris, 8 vol.

DUTERTRE, 1822, Considérations sanitaires sur la ville de Paris, Le Mans, 8 p.

GARNIER F.-X., 1825, Régime ou traité des rivières et cours d’eau de toute espèce, salines et manufactures insalubres, Paris, 2e édition, 2 vol.

HALLÉ J.-N., 1790, « Rapport sur l’état actuel du cours de la rivière de Bièvre » lu le 30 août 1790, Histoire et Mémoires de la Société Royale de Médecine,  p. lxx-lxxxv.

Hugo V., 1831, « Bièvre », Feuilles d’automne, Paris.

HURTAUT p.-T., MAGNY, 1779, Dictionnaire historique de la ville de Paris et de ses environs, Paris, 4 vol.

LA LANDE J. de, 1764, L’art du tanneur, Paris.

LACHAISE C., 1822, Topographie médicale de Paris, Paris, 336 p.

MENURET DE CHAMBAUD, 1786, Essai sur l’histoire médico-topographique de Paris, Paris, 297  p. 

Moléon V. de, 1828-1841, Rapports généraux sur les travaux du Conseil de salubrité de la ville de Paris et du département de Seine, Années 1802-1839, Paris, 2 vol.

PARENT-DUCHATELET A., PAVET de COURTEILLE C., 1822, Recherches et considérations sur la rivière de Bièvre ou des Gobelins, Paris, 88 p.

PARMENTIER A.-A., 1787, Dissertation sur la nature des eaux de la Seine, Paris, 176 p.

Bibliographie

ANCKAERT J., 1999, La Bièvre parisienne : son asservissement, sa capture, sa disparition (1202-1912), thèse d’histoire, École Pratique des Hautes Études, 2 vol.

ANCKAERT J., 1996, Pollution de la Bièvre parisienne, Société historique et archéologique du XIIIe arrondissement, n°27,  p. 25-39. Cet article est un extrait de la thèse précitée.

ANCKAERT J., Gagneux R., Conte G., 2003, Sur les traces de la Bièvre parisienne. Promenades au fil d’une rivière disparue, Parigramme, Paris, 156  p. 

ANTOINE S. et PIZZORNI-ITIé F., 2000, La Bièvre redécouverte, Les Loges-en-Josas, JDG, 104  p. 

BACKOUCHE I., 2000, La trace du fleuve. La Seine et Paris (1750-1850), Paris, éditions de l’EHESS, 430 p.

BARLES S., 1999, La ville délétère : médecins et ingénieurs dans l’espace urbain, XVIIIe-XIXe siècle, Seyssel, Champ Vallon, 373  p. 

BELHOSTE J.-F., 1999, Un patrimoine industriel retrouvé. Teintureries et fabriques de draps du quartier des Gobelins, XVIe – XVIIIe siècles, L’archéologie industrielle en France, 35,  p. 32-46.

BERTHIER K., 2010 (à soutenir), Une rivière fortement humanisée. La Bièvre dans le Val-de-Marne du Moyen Age au début du XXe siècle, thèse d’histoire, EHESS.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

BURSTIN H., 2005, Une révolution à l’œuvre. Le faubourg Saint-Marcel (1789-1794), Seyssel, Champ Vallon, 923 p.
DOI : 10.3406/ahrf.2001.3296

CAMMAL C., 1994, Naissance d’une pollution industrielle : la rivière de Bièvre (1732-1840), mémoire de maîtrise, Université Paris I.

COHEN A., 2000, La rivière des Gobelins, Tours, Farrago, 106 p.

CORBIN A., 1982, Le miasme et la jonquille. L’odorat et l’imaginaire social, XVIIe-XIXe siècles, Paris, Aubier, 335 p.

CORBIN A., 1981, « Présentation », La prostitution à Paris au XIXe siècle, Paris, Le Seuil,  p. 9-55.

Dix-huitième siècle, 1977, numéro spécial « Le sain et le malsain ».

DUPAIN S., 1886, La Bièvre, nouvelles recherches historiques sur cette rivière et ses affluents depuis les temps les plus reculés jusqu’à nos jours, Paris, Champion, 214  p. 

ESTEVES C., 2010 (à soutenir), La vallée de la Bièvre. Économie et hygiène publique, fin XVIIIe – début XIXe siècle, thèse en préparation, EHESS.

FOURNIER p., GAUGE C., GRECH E., 2003, La Bièvre, t. 2, La banlieue de Paris, Paris, éd. Alan Sutton, collection Mémoire en images, 128 p.

GUILLERME A., LEFORT A.-C., JIGAUDON G., 2004, Dangereux, insalubres et incommodes. Paysages industriels en banlieue parisienne, XIXe-XXe siècles, Seyssel, Champ Vallon, 343 p.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

HARDY A., 1984, Water and the search for public health in London in the Eighteenth and Nineteenth centuries, Medical History, 28,  p. 250-282.
DOI : 10.1017/S0025727300035936

HUYSMANS J.-K., s.d. [1877], La Bièvre, sans éditeur, Paris.

Graber F., 2010 (à paraître), Diverting Rivers for Paris (1760-1820) - Needs, Quality, Resistance, in Castonguay S., Evenden M., Urban Waters : Rivers, Cities and the Production of Space in Europe and North America, Pittsburgh, University of Pittsburgh Press.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

GRABER F., 2008, La qualité de l’eau à Paris, 1760-1820, Entreprises et Histoire, n°50,  p. 119-133.
DOI : 10.3917/eh.050.0119

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

GRABER F., 2006, Le nivellement. Une mesure pour l’action autour de 1800, Histoire & Mesure, 21-2,  p. 93-118.
DOI : 10.4000/histoiremesure.1745

JORLAND G., 2010, Une société à soigner. Hygiène et salubrité publique en France au XIXe siècle, Paris, Gallimard, 361 p.

LA BERGE A., 1977, Parent-Duchâtelet : hygienist of Paris, 1821-1836, Clio Medica, 12,  p. 279-301.

LE ROUX T., 2009, La mise à distance de l’insalubrité et du risque industriel en ville : le décret de 1810 mis en perspectives (1750-1830), Histoire & Mesure, 24-2 « Mesurer la ville »,  p. 31-70.

LE ROUX T. et TESSIER A. dir., 2008, Hors les murs. Regards collégiens sur la ville, Gentilly, Paris, Créaphis, 90 p.

LE ROUX T., 2011 (à paraître), Le laboratoire des pollutions industrielles, Paris, 1770-1830, Paris, Albin Michel.

LUCKIN B., 1986, Pollution and control. A social history of the Thames in the nineteenth century, Adam Hilger, Bristol and Boston, A. Hilder, 198  p. 

MITHOUARD A., 1906, La perdition de la Bièvre, Paris, Bibliothèque de «l’Occident», 35 p.

MOULLIER I., 2007, Police et politique de la ville sous Napoléon, Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, 2,  p. 117-139.

ROCHE D., 1997, Histoire des choses banales. Naissance de la consommation, XVIIe-XIXe siècles, Paris, Fayard, 329 p.

TULARD J., 1976, Paris et son administration (1800-1830), Commission des travaux historiques, 572 p.

ULTSCH J., BRENAS I., SANQUER C., 2009, La rivière Furan. Histoires, mémoires, devenir, Saint-Étienne, Ville de Saint-Étienne, collection Trames urbaines, 73 p.

WAQUET J.-C., 1978, Les grands maîtres des Eaux et Forêts de France, de 1689 à la Révolution, Genève-Paris, Droz, 439 p.

Haut de page

Notes

1  Je remercie Frédéric Graber et les relecteurs de la revue, pour leurs nombreuses suggestions et remarques, ainsi que Mathieu Marraud pour son aide à la réalisation des illustrations 6 et 9.

2  Trois thèses d’histoire (Anckaert, 1999 ; Berthier et Estève, à soutenir 2010) et un mémoire de maîtrise (Cammal, 1994) lui ont été entièrement consacrés. On pourrait même ajouter à cela les pages que lui consacrent G. Jorland, (2010,  p. 72-76) et A. Guillerme (2004,  p. 24-25), ainsi que plusieurs livres illustrés (Cohen, 2000 ; Anckaert, Gagneux, Conte, 2003 ; Antoine et Pizzorni-Itie, 2000 ; Fournier, Gauge, Grech, 2003).

3  Il est très révélateur que leurs trois ouvrages aient été réédités respectivement en 1999, 1983 et 2003.

4  Sur le terme de « commodité », voir par exemple P. Hurtaut (1779, t. 1,  p. 670-678, t. 3,  p. 523).

5  Selon l’expression de Daniel Roche, « saturer la Bièvre, c’est défendre la Seine » (Roche, 1997,  p. 160).

6  Archives Nationales (dorénavant AN), Z1E 307, arrêt du Conseil, 26 février 1732.

7  Bibliothèque Historique de la Ville de Paris (dorénavant BHVP), Ms 26, fol 143-144, délibération des intéressés à la conservation des eaux, 1er mai 1764.

8  AN, Z1E 307, arrêt du Conseil, 4 mai 1756.

9  Voir aussi BHVP, Ms 26, fol 145-146, rôle des tonneaux pour l’année 1771 ; fol 147-158, état des taxes à payer, 9 juin 1775.

10  AN, Y 9469B, rapport du commissaire Lemaire, 8 août 1766.

11  AN, Y 9480A, rapport du commissaire Lemaire, 13 juin 1777.

12  AN, Y 9491, rapport du commissaire Des Ormeaux, 15 février 1788.

13  Archives de Paris (dorénavant AP), VD* 3, pièce 228, rapport du Bureau des travaux publics, 6 septembre 1791.

14  Archives de la Préfecture de police (dorénavant APP), AA 200, fol 180-181.

15  AP, VD* 3, pièce 228, rapport au corps municipal, par le Bureau des travaux publics, 6 septembre 1791.

16  BHVP, Ms 26, fol 199, arrêté du corps municipal, 15 février 1792 ; fol 200-202, rapport au Directoire du Département, 7 septembre 1793.

17  Ibidem, fol 213-218, rapport fait à l’assemblée générale de la section du Finistère, par Salleron, Baltet, Vérité et Terwagne, 30 fructidor an II [1794].

18  Ibidem, fol 205-207, rapport du bureau des travaux publics, 17 novembre 1793.

19  BHVP, Ms 27, fol 252, arrêté de l’administration centrale du Département de la Seine, 18 messidor an VI [1798].

20  Ibidem, fol 287, lettre du maire du 12e arrondissement au préfet de Seine, 16 messidor an VIII [1800].

21  Ibidem, fol 270-273, rapport de Guillaumot et Teissier, 9 vendémiaire an VIII [1799].

22  Ibidem, fol 250-251, lettre du ministre de l’Intérieur, 12 floréal an VI.

23  Ibidem, fol 279, lettre du ministre de la Justice, 16 pluviôse an VIII.

24  Ibidem, fol 293, rapport présenté aux Consuls par le ministre de l’Intérieur, 27 fructidor an VIII.

25  Ibidem, fol 310 et 318, arrêté des consuls, 25 vendémiaire an IX ; arrêté du ministre de l’Intérieur, 12 floréal an IX.

26  AN, F2 I/947, dossier 29, Bièvre, ordonnance de police, 19 messidor an IX.

27  AP, VO3 73, tableau et état général des tonneaux des blanchisseuses, 12 prairial an IX.

28  AN, F13 979, dossier Bièvre, lettre du préfet de police au ministre de l’Intérieur, 30 ventôse an XII.

29  Ibidem, lettre de Berthollet à Chaptal, 18 floréal an XII.

30  Ibidem, lettre du ministre de l’Intérieur au préfet de police, 26 floréal an XII.

31  Ibidem, Chef de la 3e division, rapport présenté au ministre de l’Intérieur, 19 floréal an XII.

32  Ibidem, correspondance administrative.

33  AN, F2 I/947, dossier 29, lettre du Conseil des Bâtiments civils au ministre de l’Intérieur, 31 décembre 1807.

34  Ibidem, lettre du ministre de l’Intérieur au préfet de la Seine, 28 avril 1808.

35  BHVP, Ms 27, fol 323-328.

36  AN, F2 I/947, dossier 36, Bièvre.

37  BHVP, Ms 27, fol 333-335, rapport de Bralle au préfet de Seine, 12 décembre 1812 ; fol 339-340, arrêté du préfet de la Seine, 10 janvier 1814.

38  Voir aussi APP, procès-verbaux des séances du Conseil de salubrité, 1816-1820.

39  APP, rapports du Conseil de salubrité, 24 juillet et 28 août 1818, 29 août 1820, 5 mars et 20 août 1821.

40  Ibidem, 16 août 1820, 6 avril 1821, 10 décembre 1824.

41  AN, F2 I/947, dossier 64, Bièvre.

42  AP, 6AZ 21, dossier 1292, Mémoire sur les modifications apportées à la Bièvre intra et extra muros depuis 1840, Service technique des eaux et de l’assainissement de la préfecture du Département de la Seine, 1902. Et Pose de la première pierre des travaux d’assainissement de la Bièvre, le 4 novembre 1828. Discours de M. le préfet de la Seine.

43  La canalisation n’est pas parachevée immédiatement. Les travaux sont interrompus en 1830 et en 1832 et ne reprennent qu’en 1833 (Cammal, 1994 ; Anckaert, 1999 ; Dupain, 1886 ; AN, F2 I/947, dossier 70, années 1834-1835).

44  AP, 6AZ 21, dossier 1292, Poggiale, Rapport à M. le préfet de police sur l’insalubrité des eaux de la Bièvre, 1875,  p. 21. Poggiale était membre du Conseil d’hygiène publique et de salubrité.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : La Bièvre vers 1910 (Archives départementales du Val-de-Marne).
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/7952/img-1.png
Fichier image/png, 387k
Titre Figure 2 : En 2009 au même endroit, on perçoit le design paysager qui marque au sol l’ancien cours de la Bièvre. Cliché Thomas Le Roux
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/7952/img-2.png
Fichier image/png, 821k
Titre Figure 3 : Fresque du paysage photographié en 1910, peinte sur une façade deux cents mètres en aval du lieu de la photographie de 1910, 2009. Cliché Thomas Le Roux
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/7952/img-3.png
Fichier image/png, 174k
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/7952/img-4.png
Fichier image/png, 605k
Titre Figure 5 : Plan de situation de la Bièvre
Légende Source : Institut d’aménagement et d’urbanisme de la Région parisienne (IAURP), 2003
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/7952/img-5.png
Fichier image/png, 155k
Titre Figure 6 : L’implantation artisanale et industrielle de la Bièvre, 1757-1775.
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/7952/img-6.png
Fichier image/png, 316k
Titre Figure 7 : Les blanchisseuses du clos Payen, XVIIIe s.
Légende collection Destailleur, Bibliothèque nationale, www.gallica.bnf.fr
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/7952/img-7.png
Fichier image/png, 176k
Titre Figure 8 : Plan de régularisation des bords de Bièvre, à la hauteur de la rue Saint-Hippolyte, 1804
Légende  AN, F13 979, dossier Bièvre
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/7952/img-8.png
Fichier image/png, 250k
Titre Figure 9 : Carte de l’implantation industrielle sur la Bièvre, 1822, selon Parent-Duchâtelet.
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/7952/img-9.png
Fichier image/png, 375k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thomas Le Roux, « Une rivière industrielle avant l’industrialisation : la Bièvre et le fardeau de la prédestination, 1670-1830 », Géocarrefour, Vol. 85/3 | 2010, 193-207.

Référence électronique

Thomas Le Roux, « Une rivière industrielle avant l’industrialisation : la Bièvre et le fardeau de la prédestination, 1670-1830 », Géocarrefour [En ligne], Vol. 85/3 | 2010, mis en ligne le 15 mars 2011, consulté le 10 décembre 2016. URL : http://geocarrefour.revues.org/7952 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.7952

Haut de page

Auteur

Thomas Le Roux

Centre de recherches historiques, CRH (CNRS/EHESS) oekoomeo@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page