Navigation – Plan du site
Comptes-rendus d'ouvrages

Gérard Soutadé, Quand la terre s’est ouverte en Roussillon, l’Aiguat-octobre 1940

Jacques Bethemont
p. 260
Référence(s) :

SOUTADÉ G., 2010, Quand la terre s’est ouverte en Roussillon, l’Aiguat-octobre 1940, Perpignan, l’Olivier, 171 p.

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 20 décembre 2014.

1La crue « monstrueuse » du Tech en octobre 1940, faisait partie des références favorites de Maurice Pardé. C’était pourtant l’une des moins connues (notamment de ses étudiants mais aussi du grand public) du fait de son occurrence lors d’un moment les plus tragiques de l’Histoire de France. On saura donc gré à Gérard Soutadé, géomorphologue distingué, d’avoir revisité cet épisode à partir d’une étude de terrain confortée par l’analyse critique des archives de l’époque. Cette démarche vise de façon pertinente, à pallier un certain déséquilibre, les études précédentes, notamment celle de Pardé ayant fait la part trop belle à l’hydrologie, au dam de la morphologie.

2Place donc, dans une première partie, à une approche reposant sur de multiples données de terrain, nature du substrat géologique, processus érosifs hérités ou actuels, étude des impacts  relevant de multiples pratiques,  celles des agriculteurs mais également celles des électriciens, des ingénieurs de la voirie ou du Service de Restauration des Terrains en Montagne. Abondamment illustré, l’ouvrage s’adresse semble-t-il à un large public et se voudrait de lecture aisée. Las, le commun des lecteurs ne sera sans doute pas au fait des « plans de schistosité », « pendages » «altération des micaschistes », « grézes litées » et autres « mouvements semi-rotationnels ». Le catalan moyen y perdra sans doute son latin (ou son occitan) mais pour le lecteur initié aux charmes du terrain, la leçon reste exemplaire, Gérard Soutadé faisant ressortir l’existence non pas d’un mais de deux glissements de terrain dont le plus ancien datant sans doute du néogène a fourni le matériau du second, fort d’un million de mètres cubes et fait de débris remaniés par des processus périglaciaires. Les restes de ces glissements successifs encombrent toujours le site de la Baillanouse, gorge étroite beurrée de matériaux  instables et difficilement contournable, reliant le Haut-Vallespir à la moyenne vallée du Tech.

3Autant la première partie de l’ouvrage porte la marque du géomorphologue, autant la seconde s’inscrit dans un mythe et une polémique qui perdurent soixante-dix ans après une catastrophe qui ensevelit un hameau sous cinquante mètres de débris, dévasta plusieurs villes et fit un nombre de victimes qui n’a jamais été clairement quantifié. Pour le populaire comme pour les autorités administratives de l’époque, l’origine du drame fut attribuée à la rupture, le 17 octobre, du barrage naturel fait d’éboulis qui coupaient la vallée du Tech. Or, si les relevés pluviométriques et hydrométriques situent bien le pic de crue à cette date, le glissement de terrain ne s’est produit que le 18 et n’est donc pas à l’origine des dommages les plus importants en dépit de son ampleur. S’ouvrit à l’époque  une controverse entre d’un côté les autorités administratives et scientifiques qui firent coïncider la crue, la formation du barrage et le bilan de la catastrophe à la date du 17, de l’autre un témoin qualifié, simple instituteur de campagne qui dénonça vainement au-delà de l’erreur chronologique, l’erreur scientifique, en s’appuyant sur des repères dûment transmis aux autorités sous la forme d’un rapport dont Pardé apprécia la rigueur in litteris, sans pour autant citer l’auteur. Ce cas exemplaire de heurt entre science officielle et science populaire constitue la partie sensible du travail de Gérard Soutadé qui a entrepris de rendre justice à Guillaume Julia, instituteur de la commune rurale de Saint-Laurent-de Cerdans et témoin avisé mais incompris de la catastrophe. Les pages relatives à cette longue controverse et au mythe de la rupture de barrage, à la fois rigoureuses et pleines de verve, relèvent à coup sûr de l’anthologie géographique et méritent qu’on s’y arrête.

4Et  maintenant ? L’ouvrage s’achève sur la pérennité des causes et la persistance d’un risque qui semble sous-évalué depuis la construction de la nouvelle route et des viaducs qui contournent le site et garantissent  la pérennité de la jonction entre Prats-de-Mollo  à l’amont et la vallée du Tech en aval de la Baillanouse. Et l’auteur de conclure, fort de ses compétences, « qu’il y a là aux portes de la haute vallée du Tech une raison supplémentaire pour observer avec plus d’attention encore un espace où le glissement survenu il y a 70 ans ne fut peut-être pas la dernière surprise naturelle ». Si avis est ainsi donné aux édiles du département des Pyrénées-Orientales, on sent poindre  à travers ces lignes le sadisme du géomorphologue en attente d’une éventuelle catastrophe.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Bethemont, « Gérard Soutadé, Quand la terre s’est ouverte en Roussillon, l’Aiguat-octobre 1940 », Géocarrefour, Vol. 86/3-4 | 2011, 260.

Référence électronique

Jacques Bethemont, « Gérard Soutadé, Quand la terre s’est ouverte en Roussillon, l’Aiguat-octobre 1940 », Géocarrefour [En ligne], Vol. 86/3-4 | 2011, mis en ligne le 20 décembre 2014, consulté le 23 août 2014. URL : http://geocarrefour.revues.org/7950

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page