Navigation – Plan du site
Comptes rendus d'ouvrages

Robert Bedon (éd.), Vicinitas aquae. La vie au bord de l’eau en Gaule et dans les régions voisines

André Buisson
p. 74
Référence(s) :

BEDON R. (éd.), 2009, Vicinitas aquae. La vie au bord de l’eau en Gaule et dans les régions voisines, Actes du colloque Caesarodunum XLI-XLII, 2007-2008, Université de Limoges, Centre de recherche A. Piganiol, PULIM, Limoges, 376 p.

Texte intégral

1Les actes du colloque Caesarodunum ont été, en 2009, consacrés à l’étude du lien étroit entre la ville/le village de Gaule romaine et l’eau (rivière, fleuve, lac ou étang). On retrouve les 18 communications regroupées en 4 chapitres : « espaces fluviaux », « villes et villages », « habitat rural et villae » et « la vie au bord de l’eau ».

  • 1 Thèmes de recherches sur les villes antiques d'Occident, actes du Colloque intern. du CNRS, n° 542, (...)
  • 2 Le Rhône dans la genèse et le développement de Vienne dans Thèmes de recherches sur les villes anti (...)
  • 3 Cf. A. Buisson, Compte rendu de : VEYRAC A., Nîmes romaine et l’eau, 2006, Paris, CNRS éd., 57e sup (...)
  • 4 Cf. A. Buisson, « Sur les fleuves, sur Lyon et les Hommes, de l’instantané à la longue durée », com (...)
  • 5 ALLINNE C., 2005, Les villes antiques du Rhône et le risque fluvial. Gestion des inondations dans l (...)
  • 6 Par exemple, 2006, Les inondations du Tibre à Rome : politiques publiques et variations climatiques (...)

2Tout d’abord, notons que la question n’est pas récente, elle a déjà été abordée largement lors du colloque international du CNRS intitulé « Thèmes de recherches sur les villes antiques en Occident »1, par plusieurs communicants, dont M. Leglay2. Des monographies récentes ont également fait le point sur un site particulier et ses relations à l’eau, comme par exemple à Nîmes3 ou à Lyon, pour les récentes fouilles archéologiques du Parc Saint-Georges4. Quant au « risque » fluvial, il a été très bien cerné par C. Alline5 et développé largement, depuis, par Ph. Leveau6.

3Le rapport entre la ville et l’eau est l’objet de plusieurs communications dont la première (E. Hermon) concerne le « corpus des arpenteurs latins ». Ces écrits, très précieux pour les historiens du paysage, ont été rédigés à des époques différentes (principalement durant l’Antiquité tardive) et recensent un certain nombre de cas de « relation » ville/fleuve « théorisées » par ces techniciens, autour des exemples de villes comme par exemple Terracine (Italie centrale), traversées par des cours d’eau. Ces spécialistes de l’aménagement précisaient alors les dangers du voisinage de l’eau, principalement des fleuves, et on note ainsi que la question du risque inhérente à cette proximité était admise, avec ce qu’on appelle le modus flumini, c’est-à-dire le droit du fleuve, autrement dit la notion de lit majeur et le droit de divagation du cours d’eau. Etudiant le cas de la ville espagnole de Merida, J.-G. Gorges démontre, grâce aux prospections archéologiques, que les habitants, suivant en cela les préceptes des agrimensores commentés par E. Hermon, ont au cours du temps réservé au capricieux fleuve Guadiana un long couloir vierge de toute installation dans la campagne locale, libre pour les crues, dans le cadre de la centuriation coloniale.

  • 7 LAFON X, 2001, Villa maritima. Recherches sur les villas littorales de l'Italie romaine (IIIe s av. (...)

4Le thème consacré à la « villégiature » (la vie au bord de l’eau), est centré notamment sur les études menées sur les villae construites en bordure de Gironde, et notamment le cas exceptionnel de celle de Plassac que présente J.-P. Bost, dont l’article propose en illustration des reconstitutions en 3D. A l’exemple des villae décrites par le poète bordelais Ausone, dont R. Bedon donne une lecture attentive dans une communication du même volume, on retrouve dans ces « villas maritimes » que X. Lafon avait très bien caractérisées7, le goût romain pour ces emplacements privilégiés. Tous les critères de sélection d’Ausone y sont présents : lien villa-fleuve, agrément paysager, point de vue, commodité du transport des hommes et des biens par la voie fluvio-maritime… et comparaison possible entre les berges de la Garonne/Gironde et celles de la Moselle (villa de Nennig). L’eau de ruissellement, loin de former un handicap, était même exploitée à Plassac pour l’agrément des propriétaires, grâce à un réseau de captage à destination des canaux et fontaines des jardins. R. Bedon insiste, quant à lui, par le commentaire d’Ausone, sur la qualité de la vie au bord de l’eau, sur l’importance de la pêche fluviale et sur le rôle joué par le fleuve dans les moyens de communication ; le « classement des villes célèbres », très intéressante étude du même poète latin, repose en partie sur l’agrément de l’eau dans la ville, les ports comme celui de Bordeaux ou de Narbonne, les fontaines monumentales. En bord de Saône, V. Brunet-Gaston et alii décrivent un certain nombre de grands établissements résidentiels de type villa urbana, comme celle de Magny (étendue au total sur plus de 14 ha), installés près de gués ou de points de passage de la rivière, comparables, là encore, à ceux de la Moselle. En Limousin, G. Lintz et alii étudient des établissements résidentiels bâtis dans des reliefs « alvéolaires » granitiques ou métamorphiques délimitant des cellules topographiques en forme de cuvette où l’homme a aménagé des étangs en relation de proximité avec de grandes villae, par exemple aux Cars, aux Mazières ou à Cujasseix. Le lien entre villa et étang était choisi et privilégié par les bâtisseurs, afin de profiter de l’esthétique de l’eau (chère au Lyonnais Sidoine Apollinaire), mais aussi de l’étang comme réserve d’eau d’irrigation du domaine agricole, réserve piscicole ou de gibier d’eau, conformément aux préceptes des agronomes Palladius ou Varron.

5A. Bouthier remarque, quant à lui, que les points de confluence de la Loire avec ses rivières secondaires ont été des lieux privilégiés d’implantation d’agglomérations. Une étude est consacrée spécialement au cas des « difficiles relations de Lyon à ses fleuves » (C. Cloppet). L’auteur propose une synthèse des allusions d’auteurs anciens à la ville en rapport avec les découvertes archéologiques récentes. Plusieurs autres cas sont recensés, tant en France qu’en Italie, comme par exemple Parme et les premières implantations celtiques en regard du danger que constitue le Pô voisin.

6Enfin, à nouveau et plus spécifiquement lié au risque inondation, B. Rémy étudie deux inscriptions romaines de Savoie (Gilly et Bourg-Saint-Maurice) qui rappellent les travaux exécutés pour réparer les dégâts d’inondations catastrophiques de l’Isère ou de son affluent le Chiriac. Ces dernières avaient touché tout à la fois des routes, quais, ponts et monuments publics, et dans l’un des cas, on peut penser que les empereurs Marc Aurèle et Lucius Vérus avaient financé les réparations, ce qui fait sans doute de cet événement un cas d’inondation exceptionnelle. De cette étude on peut rapprocher celle d’Y. Liebert qui envisage les travaux conduits à l’époque étrusque pour domestiquer les eaux, à commencer par l’aménagement de la cloaca maxima de Rome (voir notre note 6), mais aussi les travaux de captage de rivières côtières dans le but de drainer le fond de ports comme celui de Gravisca, travaux que l’on peut rapprocher de ceux des Grecs installés à Marseille et captant le petit Lacydon, comme l’ont montré les fouilles du quartier de La Bourse.

7Pour terminer, R. Ciobanu reprend l’étude de l’exil d’Ovide à Tomis sur la Mer Noire pour reconstituer le cadre de vie du poète dans cette cité et si loin de sa Ville et du Palatin d’Auguste. Y. Benferhat, quant à elle, examine les lieux privilégiés de réflexion du philosophe et constate qu’on pense mieux les pieds dans l’eau.

8Comme toute publication d’actes de colloque, celle-ci regroupe des études variées. Saluons le coordonateur (R. Bedon), qui a réussi avec maîtrise à regrouper ces travaux dans des ensembles cohérents, qui donnent à ce volume de la collection Caesarodunum une consistance scientifique très respectable. Le voisinage de l’eau peut en effet être abordé de manières aussi diverses qu’autour du plaisir (villégiature, esthétique) ou de l’utilité (transport, franchissement, commerce). La proximité de l’eau comporte des risques inhérents, que la crue symbolise, avec son cortège de dévastations… que « malheureusement » l’historien ou le géographe ont souvent bien du mal à identifier. On reste toujours sur la question : « s’ils connaissaient le risque encouru, pourquoi sont-ils venus s’implanter là » ?

Haut de page

Notes

1 Thèmes de recherches sur les villes antiques d'Occident, actes du Colloque intern. du CNRS, n° 542, Strasbourg, 1er-4 octobre 1971, P.-M. Duval et Ed. Frézouls (dir.), Paris, 1977, Éditions du CNRS, 430 p.

2 Le Rhône dans la genèse et le développement de Vienne dans Thèmes de recherches sur les villes antiques de l'Occident, Colloque intern. du CNRS, n° 542 (Strasbourg), Paris, 1977, p. 307-317.

3 Cf. A. Buisson, Compte rendu de : VEYRAC A., Nîmes romaine et l’eau, 2006, Paris, CNRS éd., 57e suppl. à Gallia, 424 p., 225 plans, 18 tabl., Géocarrefour, vol. 82/1-2 Risque : de la recherche à la gestion territorialisée, http://geocarrefour.revues.org/index1504.html.

4 Cf. A. Buisson, « Sur les fleuves, sur Lyon et les Hommes, de l’instantané à la longue durée », compte-rendu de BECKC., GUIZARD-DUCHAMP F., HEUDE J. (dir.), 2009, Lit mineur, lit majeur, lit voyageur, mémoires et cours d’eau, Actes des 11e  rencontres de Liessies, Revue du Nord, Hors série coll. Art et archéologie n°14, 232 p. ; AYALA G., 2009, Lyon, les bateaux de Saint-Georges. Une histoire sauvée des eaux, Lyon, Editions lyonnaises d’art et d’histoire, 128 p., 1 DVD ; KRUMENACKER Y. (dir.), 2009, Lyon 1562, capitale protestante. Une histoire religieuse de Lyon à la Renaissance, Lyon, éd. Olivétan, 336 p. Géocarrefour, Vol. 84/4 Géohistoire/géo-histoire : quelles méthodes pour quel récit ?, p. 280-281 http://geocarrefour.revues.org/index7483.html.

5 ALLINNE C., 2005, Les villes antiques du Rhône et le risque fluvial. Gestion des inondations dans les villes romaines. L’exemple de la basse vallée du Rhône, Thèse de doctorat de l’Université de Provence (Aix-Marseille I), Aix-en-Provence, décembre 2005, 3 vol. : 341 p., 141 p., 198 p.

6 Par exemple, 2006, Les inondations du Tibre à Rome : politiques publiques et variations climatiques à l’époque romaine, in Actes du colloque « Gestion intégrée de l’eau dans l’histoire environnementale : savoirs traditionnels et pratiques modernes », Québec, Université Laval, p. 260-267. …

7 LAFON X, 2001, Villa maritima. Recherches sur les villas littorales de l'Italie romaine (IIIe s av.J.C. / IIIe s. ap. J.-C.), Rome, coll. Ecole française de Rome.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

André Buisson, « Robert Bedon (éd.), Vicinitas aquae. La vie au bord de l’eau en Gaule et dans les régions voisines », Géocarrefour, vol. 88/1 | 2013, 74.

Référence électronique

André Buisson, « Robert Bedon (éd.), Vicinitas aquae. La vie au bord de l’eau en Gaule et dans les régions voisines », Géocarrefour [En ligne], vol. 88/1 | 2013, mis en ligne le , consulté le 22 octobre 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/7948

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • Revues.org