Navigation – Plan du site
Comptes-rendus d'ouvrages

Jérôme Chenal, Yves Pedrazzini, Guéladio Cissé et Vincent Kaufmann (dir.), Quelques rues d'Afrique. Observation et gestion de l’espace public à Abidjan, Dakar et Nouakchott

Myriam Houssay-Holzschuch
p. 26
Référence(s) :

CHENAL J., PEDRAZZINI Y., CISSE G. et KAUFMANN V., 2009. Quelques rues d'Afrique, Observation et gestion de l’espace public à Abidjan, Dakar et Nouakchott, Lausanne, École Polytechnique Fédérale de Lausanne, Les Éditions du LASUR, 256 p.

Texte intégral

1La rue, au Nord comme au Sud, attire les analystes contemporains des villes. De fait, pour reprendre les termes des auteurs de Quelques rues d’Afrique, « [l]a rue a ceci de fascinant qu’elle est à la fois un objet très concret, solide, matériel, fait de pierre, de bitume, de sable ou de ciment, mais qu’elle est en même temps un révélateur social puissant des rapports sociaux, qu’il s’agisse des inégalités sociales ou de l’expression du pouvoir économique ou politique » (p. 7). À la jonction de la forme spatiale et du contenu social, révélatrice des structures, la rue sert tout autant à voir les changements sociétaux. Elle est également le lieu d’articulation des stratégies planificatrices ou du pouvoir politique d’un côté, des tactiques et pratiques quotidiennes des usagers de l’autre. Enfin, sa publicité, sa visibilité et son accessibilité en font un lieu d’observation idéal de la dialectique complexe entre mondialisation (des formes urbaines, des modèles d’aménagement, des comportements) et spécificités locales, dialectique donnant lieu à toutes sortes d’hybridations, de « créolisations » (p. 8), de branchements, permettant comparaisons et réflexions au-delà d’une division Nord/Sud de plus en plus datée.

2À partir de trois villes d’Afrique de l’Ouest, Nouakchott, Dakar et Abidjan, lieux d’un projet de recherche international, les auteurs formulent une série de propositions empiriques, méthodologiques et théoriques. Ces dernières sont construites en s’appuyant sur des lieux urbains précis, des espaces publics de la rue, dans lesquels se déploie l’urbanité – intrinsèque autant que spécifique à chacune des villes considérées. La posture choisie est compréhensive, mettant les usages et les usagers « ordinaires » au centre de l’approche : que font les gens dans la rue, qui y fait quoi, comment, et en quoi est-ce lié à la matérialité des lieux (p. 7) ? Un ouvrage donc aux multiples apports, un peu en mosaïque dans la mesure où ses différents chapitres, hétérogènes, ne sont pas toujours bien reliés et où existe une disjonction relative entre les chapitres théoriques et méthodologiques d’un côté, les chapitres empiriques de l’autre. Objet composite aussi sur le plan matériel et esthétique mais moins réussi : la maquette adoptée ne facilite hélas ni la lisibilité de certaines illustrations, ni l’accessibilité au texte.

3Le volet empirique inclut des contributions introduisant chaque ville, qui sont en même temps de très utiles présentations des enjeux contemporains. Ainsi, à Abidjan, les questions de difficultés de circulation, de pauvreté grandissante et de dégradation de l’environnement sont-elles mises en avant. Des études de cas – de tel espace public, de tel conflit d’usage ou de thèmes transversaux (comment lire la ville et la rue à travers la presse à Abidjan) – complètent l’apport empirique de cet ouvrage collectif.

4À cela s’ajoute une véritable recherche méthodologique : si le collectif de chercheurs à l’origine de cet ouvrage a pratiqué des méthodes hybrides, la photographie et son usage sont particulièrement mis en valeur, expliqués et illustrés. Outre l’inclusion de très beaux portraits d’usagers et de leurs témoignages, directs ou indirects, un chapitre fait fort utilement le point sur la méthodologie de l’anthropologie visuelle, qui permet d’appréhender  les liens entre spatialité et pratiques d’usagers comme d’établir des comparaisons entre villes. Il est donc d’autant plus surprenant et regrettable que les nombreuses et remarquables photos de l’ouvrage ne soient jamais légendées, ni même localisées.

5L’apport conceptuel et théorique de l’ouvrage se situe sur deux plans. Le premier est celui d’une relecture décentrée de la notion d’espace public qui, dans ces villes africaines, « renvoie à une double histoire sociale de la ville, marquée d’une part par la conception occidentale de cet espace public (places, marchés, rues, avenues, gares, ports, etc.) mais redéfinie d’autre part par les usages autochtones » (p. 23). Les espaces publics y sont identifiés comme possédant cinq dimensions : ils sont espaces de sociabilité, d’identité urbaine, de marché (avec le développement des économies informelles), de citoyenneté (reflétant un relatif déficit de société civile) et d’accessibilité. Leur fonctionnement est analysé comme « genré » – des rues qui sont un « monde d’hommes » -, comme lié au climat et à l’ombre et comme présentant un régime spécifique des circulations, non séparé selon les types de flux mais opposant automobilistes d’un côté, piétons et cyclistes majoritaires de l’autre mais pour qui la ville n’a pas été conçue (p. 205-206).

  • 1  Leur réflexion sur ce point a été développée dans Chenal J., Pedrazzini Y. et Kaufmann V., Esquiss (...)

6Le second apport théorique est une réflexion sur la ville africaine. Les auteurs la disent altermoderne1. S’ils ne proposent pas de définition synthétique claire et concise de cette autre modernité, ils mettent indirectement l’accent sur les normes développementalistes strictes et le caractère occidentalo-centré de l’idée de modernité. Ils insistent également pour montrer à quel point la ville africaine est riche d’enseignements généraux, car elle exacerbe les problèmes et les rend ainsi visibles et analysables. Ils plaident ainsi pour abolir la double perspective culturaliste et développementaliste selon laquelle les villes africaines sont souvent comprises : dans cette perspective, elles seraient hors-normes (anormales ?), marginales voire exceptionnelles. À ce titre, leur étude aurait peu d’intérêt pour la compréhension des villes en général. Chenal et al. défendent de manière convaincante la position exactement inverse, rejoignant ainsi de nombreux chercheurs dont Jennifer Robinson, Achille Mbembe ou Abdoumaliq Simone : la ville africaine est un remarquable instrument d’optique pour analyser les processus urbains contemporains. Reste à l’ensemble des études urbaines d’en prendre acte.

Haut de page

Notes

1  Leur réflexion sur ce point a été développée dans Chenal J., Pedrazzini Y. et Kaufmann V., Esquisse d’une théorie « alter-moderne » de la ville africaine, EspacesTemps.net, Textuel, 08.10.2009 http://espacestemps.net/document7912.html.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Myriam Houssay-Holzschuch, « Jérôme Chenal, Yves Pedrazzini, Guéladio Cissé et Vincent Kaufmann (dir.), Quelques rues d'Afrique. Observation et gestion de l’espace public à Abidjan, Dakar et Nouakchott », Géocarrefour, Vol. 87/1 | 2012, 26.

Référence électronique

Myriam Houssay-Holzschuch, « Jérôme Chenal, Yves Pedrazzini, Guéladio Cissé et Vincent Kaufmann (dir.), Quelques rues d'Afrique. Observation et gestion de l’espace public à Abidjan, Dakar et Nouakchott », Géocarrefour [En ligne], Vol. 87/1 | 2012, mis en ligne le 01 mars 2011, consulté le 16 août 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/7942

Haut de page

Auteur

Myriam Houssay-Holzschuch

Université de Lyon, ENS de Lyon & Institut Universitaire de France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page