Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Les géographes et l’eau

Anne Rivière-Honegger
p. 261-262
Référence(s) :

HELLIER E., CARRE C., DUPONT N., LAURENT F., VAUCELLE S., 2009, La France. Les ressources en eau. Usages, gestions et enjeux territoriaux, Paris, Armand Colin, coll. U, 309 p.

LAGANIER R., ARNAUD-FASSETTA G. (dir.), 2009, Les géographies de l’eau. Processus, dynamique et gestion de l’hydrosystème, Paris, L’Harmattan, 298 p.

Texte intégral

  • 1 Cette évolution est contenue dans l’article 1er de la loi sur l’eau de 1992 : « L’eau fait partie d (...)
  • 2 Directive cadre européenne sur l’eau 2000/60/CE du 23 octobre 2000, transposée en droit interne par (...)

1En quelques décennies, gérer l’eau est devenu indissociable du concept de gestion intégrée et durable par bassin versant. Cela traduit une évolution des rapports entre nature et société1 et induit un renouvellement des modes d’action publique. Grâce à la participation, les usagers ont acquis le statut d’acteurs – la puissance publique souhaitant les responsabiliser. Le processus de territorialisation dans le domaine de l’eau s’est traduit par la mise en place d’institutions « de bassin » comme les agences de l’eau et plus récemment les établissements publics territoriaux de bassin. Cela a eu pour conséquence de coordonner plus efficacement que par le passé les actions à mener en matière d’aménagement et de gestion des eaux, sans toutefois « désectorialiser » complètement la gestion de l’eau. La politique de l’eau, l’une des rares politiques publiques à être financièrement équilibrée (« l’eau paie l’eau »), ne consiste plus seulement à résoudre les conflits d’usage; il est désormais attendu de répondre aux objectifs communautaires tant au plan qualitatif que quantitatif en (re)créant des solidarités locales ou transfrontalières. La Directive cadre européenne sur l’eau2, adoptée en 2000, engage en effet les états membres de l’Union européenne dans une politique de reconquête de la qualité de l’eau et des milieux aquatiques d’ici à 2015. Les enjeux liés à l’eau interrogent cependant prioritairement les choix d’aménagement et de développement territorial. Le rôle accru des collectivités territoriales n’est pas sans incidence. C’est dans ce contexte, où les tentatives de décryptage sont bienvenues face à la complexité des évolutions, mais aussi où l’appui d’une expérience acquise favorise une approche critique, que sont parus récemment deux ouvrages collectifs émanant de géographes. Le premier ouvrage, co-écrit par cinq enseignants-chercheurs en géographie, s’adresse aux étudiants et vient combler un manque, celui d’un manuel. Le second émane d’un collectif de chercheurs rassemblés au sein de la Commission des « Hydrosystèmes continentaux » du Comité national français de géographie. Il retrace, essentiellement à l’intention d’une communauté scientifique élargie, plusieurs décennies de travaux et expose les questions actuelles de la recherche sur les dynamiques des processus naturels et anthropiques de l’eau.

  • 3 Cette sitographie peut être utilement complétée par le portail documentaire sur l’eau et les milieu (...)

2La ressource en eau en France, ouvrage de plus de 300 pages, est structuré en trois parties, chacune comportant trois chapitres au texte parfois un peu dense mais accompagné de nombreux tableaux et illustrations qui constituent un véritable référentiel d’informations. Présenté par ses auteurs « comme un document de synthèse géographique actualisé » (p. 1), cet ouvrage a pour ambition « d’analyser les façons dont la ressource en eau est comprise en France, dont les usages sont pratiqués et dont la gestion de l’eau est organisée dans les territoires ». Les parties s’organisent autour des thèmes essentiels suivants : « Multiplicité des usages de l’eau et unicité de la ressource »; « Des gestions sectorielles puissantes, des territoires sous tension »; « Vers une intégration territoriale des gestions de la ressource en eau? ». « Le propos traite toujours de l’eau dans l’espace géographique et introduit progressivement la problématique de sa gestion » (p. 3). L’ouvrage se termine par une bibliographie et une sitographie substantielles et une table des sigles et abréviations fort utile3.

3Au fil des pages, les auteurs montrent que la ressource en eau en France est la préoccupation de multiples territoires. L’étudier vise à concilier l’aménagement des territoires avec une gestion durable de l’environnement. La multiplicité des usages de l’eau, ressource unique, pose des problèmes complexes. Tous les secteurs d’activité en sont consommateurs, alors qu’elle est inégalement répartie selon les régions, et que sa disponibilité dépend de la maîtrise des écoulements et de la qualité d’eaux toujours plus polluées. La gestion de l’eau relève de différents secteurs. La concurrence entre les usages provoque des tensions territoriales qui conduisent à développer la concertation. Les auteurs posent les principes de la gestion intégrée en décrivant les outils de cette gestion et ces pratiques avec en arrière plan une question : « L’eau, à l’échelle locale, peut-elle constituer un levier du développement durable des territoires? » (p. 3).

4Des exemples nombreux et variés, des schémas de synthèse originaux tel celui (p. 24) représentant « les éléments physiques et humains en interactions dans la construction de la ressource en eau » ou p. 105 le « synoptique des principales lois françaises sur l’eau et la protection des milieux naturels » ou encore p. 262 celui montrant, véritable défi réussi, « l’articulation des principaux documents et outils d’aménagements et de gestion de l’eau » sont particulièrement utiles comme support à la compréhension de la gestion de l’eau, de ses acteurs et de ses enjeux.

  • 4  On trouvera le détail du texte de la loi n° 2010-788 du 12 juillet 2010 sur le site de Légifrance (...)
  • 5 Cour des comptes, 2010, Rapport public, « Les instruments de la gestion durable de l’eau », p. 617- (...)
  • 6 Les numéros spéciaux de revue comme par exemple, les deux numéros de la revue économie rurale, SFER (...)

5Cependant, le double processus de déconcentration et de décentralisation à l’œuvre actuellement en France rend l’exercice de synthèse, voulu au travers de cet ouvrage, difficile eu égard aux multiples modifications dans la répartition des fonctions et des compétences. Ainsi, schémas de présentation et analyses n’intègrent pas, par exemple, la Révision générale des politiques publiques (RGPP) intervenue en 2008 et qui prône une nouvelle organisation des services régionaux de l’état. De même, l’inflation juridique suppose des mises à jour constantes : par exemple, la loi Grenelle 2 promulguée le 12 juillet 2010 introduit de nombreux éléments forcément non pris en compte dans le cadre de cet ouvrage4. Plusieurs rapports essentiels sont parus cette année5. Cela pose la question pour l’enseignant, sans que celle-ci ne remette en cause la qualité de cet ouvrage, de la forme que doit prendre son support de cours, celle d’un manuel n’est peut être pas la plus pertinente en cette période de forts changements en matière de gestion de l’eau6

  • 7 Projet IDEAUX, SOGREAH, CNRS, COMGA, programme « Eaux et territoires », MEEDDM, CNRS, CEMAGREF, Ate (...)

6L’ouvrage participe néanmoins indéniablement à la construction d’une grille de lecture de la réalité de la ressource en eau en France. Quatre grandes idées résultent de l’analyse (p. 279) : « l’intégration de la ressource en eau dans les politiques d’aménagement est encore insuffisante; les usages s’avèrent garantis mais sous réserve; la solidarité entre les usages oriente la manière de répondre aux déséquilibres régionaux de répartition et de demandes en eau; la gestion de la ressource est redéfinie en permanence par des politiques environnementales. » Ces idées sont largement partagées par le « monde de l’eau » si l’on se réfère à un récent atelier réunissant aménageurs et chercheurs avec pour ambition de réfléchir à l’articulation entre les politiques d’aménagement du territoire et les politiques de l’eau7.

7Les géographies de l’eau renvoie au fil de ses 298 pages aux travaux d’équipes constituées et regroupant quarante-cinq auteurs. Dès l’introduction, co-écrite par R. Laganier, G. Arnaud-Fasseta et M. Dacharry, il est rappelé qu’en matière de sciences de l’eau « l’enjeu est d’assurer à la fois le développement des connaissances fondamentales tout en renouant plus franchement avec les questionnements sociétaux ». Pluridisciplinarité et partenariat avec les institutions en charge de la gestion de l’eau et des hydrosystèmes sont donc requis. Retracer l’histoire récente de ces cheminements communs est l’un des objectifs. L’autre est de faire le point sur les manières dont la géographie aujourd’hui se saisit de « l’étude des processus hydrologiques, l’analyse des hydrosystèmes passés et actuels, y compris, dans les interactions avec les sociétés tout comme les rapports entre l’eau et les territoires. » La richesse de l’entreprise réside dans le recensement et l’analyse de la production française dans ce domaine faisant ainsi resurgir les thèses (369 depuis 1971 soit 7 % des thèses soutenues en géographie), les rapports de programmes et projets de recherche, les actes de colloques et les articles parus dans les revues de géographie (1920-2000). On apprend ainsi que la Revue de Géographie de Lyon devenue Géocarrefour se situe en deuxième position avec 76 articles publiés, après la Revue de Géographie Alpine qui affiche 142 articles relevant de l’hydrogéographie (carte p. 17) Comme cela est souhaité par les auteurs, « l’apprenti géographe et le non géographe » y puiseront de nombreux éléments de compréhension sur la construction depuis un siècle d’une science – ses dénominations successives, ses grands auteurs, ses temps forts, ses avancées notables – et de réflexion. Deux grandes orientations fondent d’abord la discipline : l’hydroclimatologie (M. Pardé) puis l’étude de l’utilisation de la ressource en eau. Une rupture apparaît dans les années 1970 avec la prise de conscience des enjeux écologiques comme l’épuisement et la dégradation des ressources naturelles ou les risques liés à l’eau. Les demandes sociales expliquent « une extension accélérée des champs d’étude des géographes » (p. 21). L’ouvrage est organisé en trois parties « Hydrologie et gestion des eaux courantes »; « Eaux, milieux et paysages fluviaux » et « Dynamique fluviale ». Chaque partie comprend deux chapitres mettant en valeur l’état d’avancement des réflexions et des résultats de travaux d’équipe de recherche. L’écriture collective est la règle. Les méthodes et outils d’analyse fondamentale ou appliquée sont décrits avec précision dans leur évolution. Il est ainsi montré l’enrichissement de la discipline liée à l’utilisation des techniques informatiques (imagerie, systèmes d’information géographique, modélisation…). L’approche systémique est favorisée à travers la notion d’hydrosystème. Celle-ci autorise des connexions nouvelles entre disciplines et au sein de la géographie. Chaque partie présente de façon détaillée des travaux de recherche récents. Ces exemples mettent en valeur et font connaître les démarches de recherche et les résultats de thèses récemment soutenues ou en cours. Une bibliographie copieuse rassemblant les références citées (p. 263-298) – avec malheureusement quelques oublis – clôture l’ensemble.

8Cet ouvrage offre un bel aperçu du renouvellement des approches géographiques de l’eau et rappelle utilement leurs ancrages. Au-delà du domaine de l’eau, il amène avec profit à réfléchir au renouveau du champ de l’interface Nature-Société.

9Ces lectures stimulantes invitent à poursuivre l’analyse de cette eau tout à la fois « eau - ressource, eau - milieu, eau - patrimoine et eau - territoire », en discutant les grandes lignes de sa gouvernance et à identifier de nouveaux modèles dans un débat large associant chercheurs et opérationnels du domaine de l’eau.

Haut de page

Notes

1 Cette évolution est contenue dans l’article 1er de la loi sur l’eau de 1992 : « L’eau fait partie du patrimoine commun de la nation. Sa protection, sa mise en valeur et le développement de la ressource utilisable, dans le respect des équilibres naturels, sont d’intérêt général. » et dans la DCE où il est affirmée que «  l’eau n’est pas un bien marchand comme les autres, mais un patrimoine qu’il faut protéger, défendre et traiter comme tel ». D’« objet » exploité par l’Homme, puis de sujet à protéger, la nature patrimonialisée devient ainsi un projet à construire (Ost, 1995).

2 Directive cadre européenne sur l’eau 2000/60/CE du 23 octobre 2000, transposée en droit interne par la loi n°2004-338 du 21 avril 2004.

3 Cette sitographie peut être utilement complétée par le portail documentaire sur l’eau et les milieux aquatiques lancé en juin 2009 : www.documentation.eaufrance.fr qui recence les études des six Agences de l’eau, de l’Onema et d’organismes de recherche. Un an après, 43 400 notices de rapports d’études, d’ouvrages et d’articles de revues scientifiques ainsi que 18 000 documents sur l’eau et les milieux aquatiques sont consultables (communiqué de presse, Onema, 3 novembre 2010).

4  On trouvera le détail du texte de la loi n° 2010-788 du 12 juillet 2010 sur le site de Légifrance
http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidtexte=JORFTEXT0000222470434.

La loi dite « Grenelle 2 » est un texte d’application et de territorialisation du Grenelle de l’environnement. Concernant la gestion de l’eau, on retiendra, pour n’en citer que quelques uns, les objectifs en matière de lutte contre la pollution, d’assainissement et de préservation de la ressource en eau et de préservation de la biodiversité à travers la mise en œuvre de la trame verte et de la trame bleue, engagement phare du Grenelle de l’environnement Deux nouveaux outils de planification sont créés : au plan national un document cadre intitulé « orientations nationales pour la préservation et la remise en bon état des continuités écologiques » et au niveau régional un schéma régional de cohérence écologique (SRCE).

5 Cour des comptes, 2010, Rapport public, « Les instruments de la gestion durable de l’eau », p. 617-655. Conseil d’état, 2010, L’eau et son droit, Rapport public, 582 p. On signalera la contribution de Philippe Billet, Professeur en droit de l’environnement, Université Jean Moulin, Lyon « La trame verte et la trame bleue ou les solidarités écologiques saisies par le droit », p. 551-566.

6 Les numéros spéciaux de revue comme par exemple, les deux numéros de la revue économie rurale, SFER, n° 309 et 310 parus en 2009 sous la direction d’Alexandre Brun et en particulier leurs introductions, ont, par exemple, l’avantage d’intégrer cette « actualité galopante ». On peut citer aussi le numéro 139 -4/2009 de la revue Espaces et sociétés coordonné par Bernard Barraqué et Stéphane Nahrath intitulé « Usages et régulations des eaux urbaines ».

7 Projet IDEAUX, SOGREAH, CNRS, COMGA, programme « Eaux et territoires », MEEDDM, CNRS, CEMAGREF, Atelier Aménageurs Chercheurs, Eau – Aménagement, 6-7 avril 2010, Université Paris 1 Sorbonne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Rivière-Honegger, « Les géographes et l’eau », Géocarrefour, Vol. 85/3 | 2010, 261-262.

Référence électronique

Anne Rivière-Honegger, « Les géographes et l’eau », Géocarrefour [En ligne], Vol. 85/3 | 2010, mis en ligne le 15 mars 2011, consulté le 26 avril 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/7931

Haut de page

Auteur

Anne Rivière-Honegger

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page