Navigation – Plan du site
Comptes-rendus d'ouvrages

L’environnement sous le regard de la Société d’écologie humaine

Christina Aschan-Leygonie
p. 212
Référence(s) :

Vernazza-Licht N., Gruénais M-E., Bley D. (dir), Sociétés, environnements, santé, Dunkerque, IRD Editions, 364 p.

Allard P., Fox D., Picon B. (dir), Incertitude et Environnement. La fin des certitudes scientifiques, Aix en Provence, Collection Écologie Humaine, Edisud, 460 p.

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 20 décembre 2014.

1L'ouvrage Société, environnements, santé a été publié sous la direction de trois anthropologues, dont un est également biologiste. Il recueille quinze contributions, issues des 18èmes journées de la Société d’Ecologie Humaine (SEH) et intitulées « Milieu de vie et santé. Quelles pratiques interdisciplinaires ? », qui se sont tenues à l’université de Provence (Marseille) en juillet 2006.

  • 1  http://www.ecologie-humaine.eu/FR/FICHIERS/Pub2FR_1.htm.

2La Société d’Écologie Humaine a été créée en 1987 à l’initiative de chercheurs et enseignants en sciences sociales et biologiques, dans le but de mettre en place un lieu d’échange pluridisciplinaire sur les questions des relations entre les humains et leur milieu de vie. La SEH organise des journées scientifiques annuelles, qui attirent des spécialistes (chercheurs, acteurs) de champs et disciplines différents. Des ouvrages issus de ces journées scientifiques sont fréquemment édités dans la collection Écologie Humaine chez Edisud ou chez IRD Éditions1, comme l’ouvrage « Sociétés, environnements, santé ». D’autres thématiques de ces journées scientifique qui ont édités sont, par exemple, « Énergie et Société - Sciences, gouvernances et usages » en 2008, « Incertitudes et Environnement. Mesures, modèles, gestion » en 2007, « Le retour des paysans ? A l’heure du développement durable » en 2006. D’autres, comme « Jardins, espaces de vie, de connaissance et de biodiversité » ont fait l’objet de ces colloques depuis 2008, mais n’ont pas encore été publiées.

3L’objectif de Société, environnements, santé est double. Tout d’abord il a le souci de mettre en évidence la complexité du lien entre santé et environnement. Cela tient aux nombreux facteurs environnementaux qui influencent l’état de santé des populations et à la nature variable des relations environnement/santé selon les sociétés et cultures. Pour faire ressortir le caractère très complexe de cette problématique des liens entre société, environnement et santé, le choix a été fait de multiplier les angles d’approches des chercheurs de sciences sociales (géographes, anthropologues, sociologues, historiens, linguiste, philosophe) et de sciences biologiques (épidémiologistes, biologistes, entomologistes médicaux, biostatisticiens, vétérinaires). L’ouvrage est enrichi de cas d’étude du milieu urbain et du milieu rural provenant de différents pays du monde (France, Cameroun, Guinée, Bolivie, Mexique, Inde…).

4Le deuxième objectif est de mettre en évidence le rôle primordial des chercheurs en sciences sociales dans la compréhension des processus qui lient la santé à l’environnement. La première des trois parties intitulée « L’apport des sciences sociales dans les programmes interdisciplinaires environnement et santé » aborde, en partie, cette question. Trois des contributions sont, en effet, des réflexions sur les retours d’expériences d’une approche interdisciplinaire sur des problématiques très différentes (« Prévention des risques sanitaires dans l’estuaire de la Loire », « Ruralité et asthme en France », « La transmission de la maladie de Chagas au Mexique »). Les auteurs décrivent les démarches qui ont permis de dépasser les approches différentes des chercheurs associés. Dans l’article « Ruralité et asthme », ce sont, par exemple, des géographes et des épidémiologistes qui s’associent pour la construction commune de leur objet d’étude. Ces travaux mettent en évidence l’intérêt de l’élargissement méthodologique et de la construction d’un langage commun. Ils pointent conjointement les difficultés d’une démarche interdisciplinaire, liées notamment à la variété des méthodes, des techniques de travail et des espaces de publications différents.

5La deuxième partie de l’ouvrage est consacrée aux différentes représentations des risques sanitaires liés à la pollution (eau, air, sol, bruit…). Les attitudes et pratiques de différents acteurs et citoyens face à ce type de risque sont discutées à partir d’études de cas. Par exemple, dans l’article « Pratiques sociales et risque mercuriel des populations riveraines du Rio Beni en Amazonie bolivienne », différentes méthodes sont mobilisées pour caractériser l’importance de la contamination de l’eau et du sol, la contamination des individus, les comportements et pratiques des habitants (actuels et passés), l’accès différentiel au soin, à l’éducation… Ce travail permet de mieux comprendre les processus qui ont construit des territoires ayant des caractéristiques épidémiogènes spécifiques. Cette partie de l’ouvrage montre aussi combien la représentation et le comportement des acteurs sont des facteurs à prendre en considération dans la mise en place de politiques d’information et de prévention.

6Les contributions de la dernière partie de l’ouvrage s’articulent autour de problématiques sanitaires spécifiquement du Sud (les maladies infectieuses liées à l’eau, la trypanosomiase humaine, le paludisme). Ces travaux recoupent, en partie, les problématiques de la deuxième partie, car ils se concentrent souvent sur le rôle des représentations et des pratiques humaines, liées notamment à la mauvaise gestion de l’eau ou des déchets, dans l’inégale exposition aux risques sanitaires. Certains des auteurs insistent aussi sur les actions nécessaires, la prévention par un dépistage systématique, une meilleure administration des territoires, une définition claire des territoires et des comportements à risque…

7Il s’agit d’un ouvrage intéressant, car la discussion interdisciplinaire ajoute une dimension à la compréhension de la relation santé/environnement – une thématique souvent abordée par des recherches mono-disciplinaires (épidémiologistes, géographes de la santé…).

8Au travers des contributions de cet ouvrage, il apparaît que l’incertitude inhérente à ce champ d’étude rend la complexité des relations entre santé et environnement plus difficile à appréhender. Les relations causales simples étant difficiles, voire impossibles à établir, des controverses apparaissent. Cette question a fait l’objet d’un ouvrage récent, Incertitude & Environnement. La fin des certitudes scientifiques (2008), également issu des journées de la Société d’écologie humaine. Dans les 37 articles de cet ouvrage, les auteurs font l’état des questions que se posent les chercheurs de toutes disciplines travaillant dans l’environnement. Dans ce livre très riche, les contributions sont structurées autour de trois grands domaines : les incertitudes liées à la mesure et aux choix de représentation de l’environnement ; les incertitudes qui dépendent de la modélisation et la validation des modèles ; les incertitudes dans la politique et la gestion de l’environnement. Des approches théoriques associées à des études de cas produisent un ouvrage incontournable pour les chercheurs et acteurs de l’environnement, ceci d’autant plus que l’incertitude doit être reconnue comme une propriété intrinsèque des questions environnementales, et non comme le fait d’une défaillance des chercheurs ou décideurs, ce que souligne l’introduction de l’ouvrage.

Haut de page

Notes

1  http://www.ecologie-humaine.eu/FR/FICHIERS/Pub2FR_1.htm.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christina Aschan-Leygonie, « L’environnement sous le regard de la Société d’écologie humaine », Géocarrefour, Vol. 86/3-4 | 2011, 212.

Référence électronique

Christina Aschan-Leygonie, « L’environnement sous le regard de la Société d’écologie humaine », Géocarrefour [En ligne], Vol. 86/3-4 | 2011, mis en ligne le 20 décembre 2014, consulté le 18 avril 2014. URL : http://geocarrefour.revues.org/7909

Haut de page

Auteur

Christina Aschan-Leygonie

Université Lyon 2, Environnement Ville Société

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page