Navigation – Plan du site
Comptes-rendus d'ouvrages

Fabrizio Maccaglia, Palerme, illégalisme et gouvernement urbain d’exception

Paolo Molinari
p. 24
Référence(s) :

MACCAGLIA F., 2009, Palerme, illégalisme et gouvernement urbain d’exception, Lyon, ENS Editions, coll. « Sociétés, espaces, temps », 264 p.

Texte intégral

1Avec l’exacerbation des localismes, la question méridionale est souvent à la une dans le débat politique en Italie ; et même, la stabilité de l’actuel gouvernement se joue, en bonne partie, sur les équilibres entre le PDL de Berlusconi, qui a son principal bassin électoral au Sud, et la Ligue Nord, allié stratégique.

2La question méridionale est indirectement au cœur de l’ouvrage de Fabrizio Maccaglia, très bon connaisseur de l’Italie du Sud. Il y aborde un thème tout à fait difficile et compliqué - la gestion et l’aménagement d’une ville marquée par l’illégalité - , conscient du risque de se confronter avec des idées reçues parfois fausses, approximatives ou caricaturales (« La mafia ? La mafia n’existe pas » déclara un politicien sicilien à un journaliste) et avec des enquêtes critiques et sensibles. Le cas d’étude choisi est Palerme, une ville où l'on constate une gestion particulière des espaces verts et parcs de stationnement, de la construction, de l'espacement entre les bâtiments, ainsi que la présence d'habitat illégal et une gestion incontrôlée des déchets et de l'eau, etc. Il en résulte une fragilisation de l’ensemble de la politique urbaine. Palerme est, en effet, une ville où l’autonomie s’est transformée en illégalité et abus : il s’agit du chef-lieu d’une région à statut autonome où l’argent arrive toujours copieusement (même en cette période de crise économique) mais où l’on n’a pas le droit de savoir quel est son destin ; en même temps, il s’agit du centre de gravité de la criminalité mafieuse sicilienne. Ainsi, à Palerme, l’illégalité se mêle à une régulation territoriale et sociale, quotidienne et à long terme, concurrente de celle de l’Etat ; une illégalité criminelle mais aussi diffuse, qui bénéficie d’une large adhésion sociale et qui perdure à cause de mécanismes tels que l’utilisation répétée des amnisties et un contrôle défaillant du territoire.

3L’auteur utilise une approche pluridisciplinaire, croisant méthodes et concepts de la géographie, des sciences sociales, de l’urbanisme et des sciences politiques, pour chercher à connaître la ville dans la complexité de ses formes matérielles et immatérielles, le cadre temporel de référence du questionnement étant celui du second après guerre. L’ouvrage est consacré à trois études de cas et se compose de trois parties. La première (Le sac de Palerme) est une réflexion sur l’urbanisation contemporaine de Palerme qui, à partir des années d’après-guerre, a trouvé son moteur principal dans la logique prédatrice de la spéculation (foncière et immobilière) et la pratique de l’habitat illégal. La seconde partie (Un territoire, deux systèmes) se compose de deux chapitres dans lesquels l’auteur souligne comment la sédimentation de pratiques illégales et leur diffusion deviennent un moyen légitime pour satisfaire un besoin ou développer une activité économique. Ces pratiques illégales se juxtaposent et se mêlent à la ville légale (p. 98), sans aucune discontinuité spatiale ou sociale, mais avec des effets souvent considérables sur la santé publique et le cadre de vie, et déclenchent un processus de dévalorisation de l’espace public. L’auteur reconstruit aussi l’encadrement historique des rapports entre mafieux, politiciens, fonctionnaires et entrepreneurs, et les remarques sur les stratégies mafieuses sont fort intéressantes (Une évolution à contre-courant de la mondialisation). La troisième partie (Gouverner dans l’urgence) s’organise autour de deux chapitres sur les situations de crise qui sont, dans les faits, « le support d’interventions extraordinaires qui ont pour objectif de faire aboutir des politiques que les pouvoirs publics n’ont pas su ou voulu mettre en œuvre autrement » (p. 162). De plus, les deux études de cas montrent comment les services urbains en réseau mettent en relation plusieurs territoires et créent une solidarité de fait entre eux. Il est donc nécessaire de rechercher les causes des crises dans plusieurs territoires simultanément. L’auteur souligne la manière dont ces situations de crise sont prises en charge par les pouvoirs publics, grâce à un dispositif qui autorise une gestion extraordinaire et dérogatoire du territoire (commissariamento speciale), et qui délégitime et, surtout, déresponsabilise (génération de surcoûts, sans appels d’offres publics) les acteurs publics locaux. Dans les conclusions, on voit que ce travail n’est pas seulement une étude monographique, parce que son ambition est « d’ouvrir un chantier de réflexion sur l’urbanisation méridionale » en Italie (p. 236), en esquissant un parallèle entre Palerme et Naples.

4Après la lecture de l’ouvrage de Fabrizio Maccaglia, la confusion sur les choix de valeur et sur l’emploi d’instruments appropriés apparaissent évidents à Palerme où le territoire est utilisé pour construire le consensus politique indispensable pour assurer et reproduire le pouvoir. En ce sens, Palerme est le produit d’un fonctionnement atypique et non le résultat d’un aménagement exprimant l’intérêt de la collectivité. Surtout, il y a le risque concret que ces aspects négatifs se propagent dans d’autres zones d’Italie. La mafia ne pose pas uniquement un problème de nature criminelle, mais un véritable défi politique et économique qui intéresse toute la Péninsule, en alimentant aussi une crise culturelle rampante (p. 100). L’ouvrage est bien construit et bien documenté, avec des nombreuses reconstructions judiciaires et enquêtes et il dispose d’un bon appareil de cartes, encarts, tableaux et photographies. Les trois parties sont introduites par l’exposé de la problématique et se concluent par une synthèse, de même que chaque chapitre, ce qui rend cette monographie très utile à la fois pour la recherche et la didactique. On n’y trouve pas une réflexion approfondie sur la littérature géographique et « méridionaliste » (on pense notamment à Francesco Compagna et à ses recherches sur le rôle des villes dans le Mezzogiorno, aux ouvrages de Costantino Caldo, ..) ; toutefois, l’approche élaborée par Maccaglia apporte un autre point de vue, moins impliqué, sur une ville sur laquelle les études sont plutôt rares, même en Italie.  Cette vision permet de mieux interpréter les mécanismes urbains et politiques et les dynamiques économiques illégales sur lesquels se base « l’ordre caché » de la ville. Cela fait bien comprendre que, dans la pratique de gouvernement, la fonction de médiation sociale est exercée plus par la mafia que par l’Etat.

5Une vision critique sur cette monographie implique de souligner que la dimension urbaine est prédominante alors qu’il serait nécessaire aussi de porter une attention particulière à l’échelle régionale (Palerme est le siège du pouvoir régional), qui occupe une place centrale dans les enjeux urbains et territoriaux. Il existe aussi, dans ce panorama complexe, des liens avec certains pouvoirs politiques et économiques nationaux mais, grâce au statut d’autonomie, c’est tout de même le gouvernement régional qui reste le principal acteur politique, économique et social. Toutefois, les consultations électorales donnent la possibilité aux systèmes illégaux, qui contrôlent une grande partie des voix, d’influencer les institutions et l’aménagement du territoire : pour cela l’échelle régionale est la clé du gouvernement de la ville.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paolo Molinari, « Fabrizio Maccaglia, Palerme, illégalisme et gouvernement urbain d’exception », Géocarrefour, Vol. 86/1 | 2011, 24.

Référence électronique

Paolo Molinari, « Fabrizio Maccaglia, Palerme, illégalisme et gouvernement urbain d’exception », Géocarrefour [En ligne], Vol. 86/1 | 2011, mis en ligne le 16 février 2011, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/7906

Haut de page

Auteur

Paolo Molinari

Università Cattolica del Sacro Cuore, Milano, Italia

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • Revues.org