Navigation – Plan du site
Comptes-rendus d'ouvrages

Rome médiévale

André Buisson
p. 291-292
Référence(s) :

VAUCHEZ A.(dir.), 2010, Rome au Moyen Age, Paris, éditions Riveneuve, 520 p., cartes, photos et illustrations hors texte.

MAIRE-VIGUEUR J.-C., 2010, L’autre Rome – Une histoire des Romains à l’époque des communes (XIIe-XIVe siècle), Paris, éditions Tallandier, 560 p.

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 20 décembre 2014.

1Celui qui se sera contenté d’un coup d’œil rapide sur la ville de Rome sera passé très certainement à côté de la ville que décrivent André Vauchez et Jean-Claude Maire-Vigueur. En effet, la Rome médiévale n’est plus aujourd’hui présente dans la ville que par touches discrètes, avec seulement deux atouts majeurs, dont les fameuses tour des Milices et tour des Conti proches du forum romain. Mais que dire du reste ! Alors que Pierre Grimal soulignait, dans un très beau recueil posthume, que Rome était une ville médiévale (Le voyage à Rome, 2004, p. 9 ss.), par ses ruelles étroites et tortueuses ou aucune place n’était prévue pour le piéton, ni pour garer une voiture… au promeneur était imposé un grand saut de près de mille ans de la Rome antique à la ville de la Renaissance et de l’époque baroque.

2Et pourtant, cette période mal connue est celle qui a donné le cadre de la Rome moderne et contemporaine. Comment faire comprendre, par exemple, qu’entre l’Antiquité et nos jours, le Moyen Âge a « retourné le Capitole », orienté auparavant vers le sud et le forum romain, vers le nord et le quartier du champ de Mars où il est ouvert sur la place de Venise par la cordonata de Michel Ange. Par cette réorientation, on établissait définitivement la nouvelle ville, au nord, et on abandonnait, au sud, les espaces chers à l’Antiquité.

3Si l’on prend la peine de flâner dans la Ville, on découvre de splendides restes de tours médiévales écrêtées : elle était alors comme « une forêt de tours » (p.61, de 200 à 300 tours ont été bâties), mais on découvre aussi le monte de Cenci construit avec le remploi des restes du cirque Flaminius pour ériger la forteresse de la famille, la paroisse de Saint-Ange de la pêcherie dans l’ancien portique d’Octavie, derrière la grande synagogue, la piazza in piscinula. Plus au nord, autour du Panthéon, la via del Orso… et les autres ruelles du quartier.

4Pour autant, Rome est une ville antique : quand on arrive en train, le premier coup d’œil est pour la porte majeure et la muraille d’Aurélien, une enceinte colossale de 18,88 km de longueur, percée de portes monumentales et accostée de centaines de tours. Construite sous Aurélien, entre 271 et 275, elle reste le cadre urbain dans le plan des travaux de Sixte Quint, et ne fut débordée par l’urbanisation que… sous Mussolini.

  • 1  Paru en 2006 en langue italienne, chez Laterza, sous le titre Roma medievale.

5L’autre Rome, c’est la Rome médiévale, « l’intermédiaire », entre les deux périodes prestigieuses que furent l’Antiquité et la Renaissance. Voilà cette période mal connue, méconnue, sous la lumière de deux livres, l’un collectif, Rome au Moyen Âge1 (sous la direction d’A. Vauchez) et l’autre d’un auteur unique, J.-C. Maire Vigueur, L’autre Rome.

6Antérieur au second de quatre ans, Rome au Moyen Âge est un collectif, réunissant treize auteurs dans douze communications, mais présentant toutes les apparences d’un vrai livre, avec ses index (des noms de lieux et de personnes). Sont abordés et éclairés une grande variété de sujets, des arts à la société et l’économie, à la « commune » (le régime politique de Rome, sujet traité par l’auteur du second ouvrage de notre papier), au monde des clercs, et jusqu’à la culture du rire et de la dérision. A la différence du second, qui ne traite que d’une période du très long Moyen Âge, celui-ci prend le sujet à la chute de l’Empire romain, avec notamment un chapitre très documenté sur le passage de l’Antiquité au Moyen Âge, une longue étude sur la « Renaissance carolingienne » et une autre sur « Aristocratie et société, 6ème – 9ème siècles ». Ces chapitres sont indispensables en effet pour comprendre la « décomposition » du statut politique de la Ville après la fin de l’Empire d’Occident. « L’organisation territoriale et l’urbanisation » revient sur les phases de réorganisation de l’espace urbain dans l’enceinte d’Aurélien, on y voit abordés les cycles économiques, la géographie commerciale et le remodelage de l’espace urbain.

7Et les Romains, dans tout ça : peut-être un million d’habitants (avec réserves sévères) sous Constantin, à nouveau un million en 1931 et, entre les deux, une grande dépression jusqu’à atteindre une vingtaine de mille âmes au XIIIe s., soit 2% seulement. J.-C. Maire-Vigueur a, sur ce fait démographique, des pages très précieuses qui permettent de rectifier les images à l’emporte-pièce données auparavant. Une longue chute démographique, liée à l’abandon de la Ville par les empereurs romains au profit de Milan puis de Ravenne, aux invasions qui se succèdent à partir de 410  (Goths, Sarrazins…), aux épidémies en tout genre… met en scène la rétractation de la zone utile de l’habitat, près du Tibre, dans les zones basses (et inondables !) de l’ancien Champ de Mars, au détriment des collines, abandonnées par manque d’eau notamment (à cause de la destruction des aqueducs) qui ne furent reconquises qu’au XVIe s. par les grandes villas pontificales (villa du Quirinal, villa Médicis, villa Julia).

8L’autre Rome aborde « les deux Rome » du Moyen Âge, celle qui se situe intra-muros et l’autre, hors les murs, formée des campagnes romaines. L’auteur aborde les grandes périodes de l’incastellamento, avec les différentes phases de transformation de la propriété rurale et ses regroupements successifs ; on y voit la formation des castra et castelli, villages fortifiés construits au-delà de la couronne des 10 km autour de la Ville, exception faite de celui des Caetani, autour du mausolée-tour de Caecilia Metella. Un peu plus tard, ce fut le tour des casali, grandes exploitations agricoles fortifiées constituées par les membres de la noblesse citadine. Au total, ce furent près de 400 casali qui se partagèrent les 2000 km2 de la campagne romaine avec, hors la ville, autant de tours fortifiées qu’en ville. Ces structures agraires deviennent rapidement les « usines à blé » de la campagne romaine (p.104), produisant d’extraordinaires rendements de 8 pour 1, grâce à l’association à l’élevage ovin qui assure la fumure des terres.

9Le livre de J.-C. Maire Vigueur aborde aussi le découpage local de la Ville : ce qui frappe en premier lieu, ce sont ces centaines de tours lignagères, dont ne subsistent que quelques exemples, mais qui donnaient certainement à Rome l’allure d’une gigantesque San Gimignano. Symboles de pouvoir et refuges pour les possesseurs de tènements, elles participent au partage de la ville en secteurs d’influence : aux Frangipani la zone entre Colisée et Circo massimo, aux Savelli la rive du Tibre entre théâtre de Marcellus et île tibérine… Auparavant (Xème-XIème s.), la ville était sous l’influence de grandes familles aristocratiques comme les Théophilactes ou les Crescenzi, à la fortune d’origine foncière. Au XIIe s., émergent les familles de marchands et d’hommes d’affaires, les Frangipani, les Corsi… et enfin, la noblesse citadine donna au cours du XIIIe s., la base des familles baronnales, Orsini, Annibaldi, Colonna, Conti ou Savelli.

10A l’intérieur des rioni qui structurent la ville, les familles, nobles ou non, d’une génération à l’autre, étoffent leur patrimoine immobilier sans volonté de se disperser. C’est alors toute l’histoire du popolo romano qui se constitue : d’abord les bouchers et poissonniers, qui s’installent dans certains quartiers ; aux bouchers, l’ancien forum de Nerva (où les fouilles récentes ont bien relevé les traces de cette occupation spécialisée, grâce aux nombreux restes de découpes), la pente du Capitole face au Tibre, les environs de Sainte Cécile au Trastévère, et la piazza Giudea où les Juifs se fournissaient en viande casher ; aux poissonniers, le rione sant’Angelo où, autour de l’église sant’Angelo della Peschiera construite dans les restes du portique d’Octavie, les artisans remploient de grandes dalles de pavement romaines pour la découpe des poissons, le long de la berge du Tibre. Ceux-là montrent une certaine aisance. Après eux, les droguistes, aubergistes, meuniers (de nombreux moulins flottants sont installés sur le Tibre et ses affluents, avec tous les risques liés aux violentes crues du fleuve.

11Ainsi naît l’esprit du rione, celui qui conduit les foules du popolo romain aux fêtes et aux jeux toujours plus nombreux, à l’Agone ou au Testaccio, pour les courses de chevaux (identiques à celle du fameux palio siennois, du nom de la pièce de tissu précieux remportée par le vainqueur), au Testaccio encore pour les chasses au taureau.

12Enfin, sous le titre « les couleurs de la Ville », un chapitre nous entraine à la suite des décorateurs d’églises principalement, de ceux qui ont bâti les campaniles suivant la mode du XIIème siècle, des marbriers, des peintres et des sculpteurs, invités comme les Cosmates, Arnolfo di Cambio, Giotto, mais aussi authentiquement Romains, comme Jacopo Torriti, Rusuti et Pietro Cavallini. Le décor de Rome est quelquefois orné d’antiques qui forment l’embryon de futurs musées, comme le très fameux caballus Constantini (en réalité la statue équestre de Marc Aurèle aujourd’hui place du Capitole), d’abord au Latran durant le Moyen Âge (le premier musée du monde, p. 440), aujourd’hui dans les musées du Vatican ou du Capitole ; outre les statues, les modénatures font alors l’objet de remplois (que je préfère à réemplois, terme utilisé fréquemment par l’auteur!), quand elles ne sont pas tout bonnement sacrifiées par les chaufourniers !

13Voilà donc deux ouvrages tout simplement passionnants, précis et clairs sur une période « obscure » de l’histoire de Rome. L’historien y est bien évidemment convié, mais également le promeneur attentif. L’amoureux de Rome que je suis a trouvé dans ces lectures des explications à ses nombreux questionnements, et surtout de nouveaux lieux de promenade. Le géographe, quant à lui, trouvera son intérêt à cette étude qui pourrait être qualifiée de géographie historique : la thématique de géographie sociale largement étudiée dans le livre ouvre la porte à de nombreuses déductions quant aux intérêts stratégiques, aux enjeux topographiques, aux survivances des habitudes antiques en matière de déplacement et aux changements significatifs dans la localisation des habitats.

Haut de page

Notes

1  Paru en 2006 en langue italienne, chez Laterza, sous le titre Roma medievale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

André Buisson, « Rome médiévale », Géocarrefour, Vol. 86/3-4 | 2011, 291-292.

Référence électronique

André Buisson, « Rome médiévale », Géocarrefour [En ligne], Vol. 86/3-4 | 2011, mis en ligne le 20 décembre 2014, consulté le 22 décembre 2014. URL : http://geocarrefour.revues.org/7904

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page