Navigation – Plan du site
Comptes-rendus d'ouvrages

François Duchêne (dir.), Cités ouvrières en devenir. Ethnographies d’anciennes enclaves industrielles

Jacques Donze
p. 282
Référence(s) :

DUCHENE F. (dir.) , 2010, Cités ouvrières en devenir. Ethnographies d’anciennes enclaves industrielles, Saint-Etienne, Publications de l’Université de Saint Etienne, coll. « dynamiques métropolitaines », 270 p., 63 photos.

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif, réunissant la contribution de 11 auteurs en 8 chapitres, s’inscrit dans la veine de la géographie sociale lyonnaise des années 1970-1980  relayée par l’institut d’urbanisme de l’Université Lyon 2 et l’atelier d’anthropologie urbaine de l’ENTPE. Il réunit des contributions d’architectes, d’urbanistes, d’anthropologues, d’ethnologues et de géographes qui sont tous passés par ces formations et se sont penchés, à un moment ou à un autre de leur carrière ou de leur formation, sur cette forme d’habitat très spécifique qu’est la cité ouvrière ou minière. La plupart de ces contributions résultent de la valorisation de mémoires de DEA effectués dans ce cadre.

2François Duchêne et Christelle Morel Journel, accompagnés de Julien Langumier, recentrent la problématique et listent les questionnements dans une quinzaine de pages d’introduction et de conclusion. L’intention est claire : il s’agit de dresser une histoire des pratiques ouvrières au travers des modes d’habitat, en remettant les habitants au premier plan par une approche qualitative qui privilégie l’enquête et les témoignages oraux. Comment s’adapte un mode d’habitat et d’organisation de l’espace urbain alors que les conditions d’apparition et leur justification ont disparu ? Le carreau de mine qui isolait la cité du reste de la ville est devenu, au mieux, une zone industrielle ouverte qui élargit l’horizon. Les modes d’appropriation de l’espace constatés sont ils les témoins du maintien ou de la dilution du modèle noyé dans un tissu urbain hétérogène, ayant perdu tout système de repère ? Derrière cette question se pose celle de la mémoire et de la patrimonialisation. Le débat est engagé en conclusion. Mais aussi, plus fondamentalement, la question des rapports qu’une société entretient avec son passé industriel.

3Il s’agit bien d’ethnographies sous forme de récits de vie soigneusement analysés, mais dont il manque les repères spatiaux. L’organisation spatiale des cités, pourtant si importante en tant que projection d’un projet patronal paternaliste et hygiéniste est certes décrite, mais jamais représentée. L’absence de plans et de localisation décontenancera non seulement quelques géographes bougons, mais aussi les non régionaux. Or qu’y a-t-il de commun  entre les petites cités minières de Saint Etienne, très isolées dans un environnement parfois quasi rural, au creux des vallons, et les grandes cités ouvrières comme celle de Rhône Poulenc à Roussillon qui structurent leur agglomération comme le montrerait la moindre carte. Enclaves sociales sans doute, mais pas géographiques. Or, sans tomber dans un déterminisme simpliste, l’isolement géographique ou la centralité sont de nature à modifier les rapports au lieu et les modes d’appropriation de l’espace. Le parti pris photographique (63 photos), dans sa  banalité, apporte peu sur la diversité des lieux et des paysages.

4Ces quelques critiques n’enlèvent rien à la qualité intrinsèque de l’ouvrage car tel n’était pas l’objectif. François Duchêne revient dans un premier chapitre sur la genèse du modèle. Mais il enrichit la vulgate en invoquant l’expérience coloniale qui aurait pu forger ces modèles antérieurement à la formalisation du courant hygiéniste qui n’en serait alors qu’une justification: le plan en damier des villes espagnoles,  le noyau centré sur la maison du maître des « habitations antillaises » par exemple. Si le courant hygiéniste peut paraître à d’aucun utopique et charitable, l’influence coloniale ne révèlerait, pour l’auteur, rien d’autre qu’une hiérarchisation de l’espace sur des critères sociaux ou racial, une symbolique d’une domination socio-spatiale fondée sur la ségrégation. Mais cette filiation n’est rien d’autre qu’une hypothèse, reposant plus sur des analogies que sur des preuves et des démonstrations argumentées. Il n’y a pas d’historiens parmi les auteurs…

5Les sept monographies recueillies dans les agglomérations lyonnaise, stéphanoise et roussillonnaise, dans la vallée du Rhône,  regroupées en trois thèmes, témoignent de la diversité des modes de vie et de la multiplicité des pratiques dans ces lieux pourtant normés et hiérarchisés. Les auteurs interprètent d’ailleurs cette diversité comme le signe de l’appropriation des lieux en résistance au projet normalisateur. Le premier thème, sur les traces de la mémoire, montre la persistance de l’imprégnation de l’idéologie paternaliste même après la banalisation ou la disparition du quartier. Il s’appuie sur les cas de la cité TASE (Textiles Artificiels du Sud-Est) et d’une cité à moitié disparue à Saint-Priest en banlieue lyonnaise. Le deuxième thème, plus riche, porte sur les processus de normalisation après la disparition ou le désengagement de l’entreprise. Riche, car il regroupe des cas de figure très différents: deux cités minières de l’agglomération stéphanoise (le quartier de Chavassieux et la cité des Combes) et les grandes cités « Rhône Poulenc » à Roussillon et Salaise-sur-Sanne. Ce dernier exemple illustre le dilemme entre proximité et éloignement qui se pose dans la plupart des cas et auquel il est fait brièvement allusion par ci par là au détour d’un entretien : d’une proximité recherchée dans le cadre d’un système paternaliste (mais aussi, ne l’oublions pas, à un moment où les déplacements se faisaient à pied ou à vélo), on est passé à une proximité dangereuse lorsque la pollution et les risques technologiques ont commencé à être vraiment pris en compte. La mise à distance impliquée par leur inscription dans les documents d’urbanisme ne peut que renforcer ce « détachement » d’une histoire ouvrière. Dans un autre ordre d’idée, l’exemple de la cité de Chavassieux traité par B. Vautrin fait apparaître une autre lacune. En écrivant, p. 102, que : « le logement social s’adresse à ceux qui peuvent en échange servir le système de production, permettant, à travers lui la mise en place de certaines formes d’assujetissement », l’auteur n’imagine pas qu’il en était exactement de même pour le logement « non social », à savoir les villas de cadres entrevues de loin par les interviewés. On pense à Ugine, en Savoie, dont le mini phalanstère a été étudié par Ola Söderstrom en1997, et où il était extrêmement mal vu pour les cadres de vouloir s’affranchir de cette opportunité de logement, au risque de ruiner leur carrière. On peut, de ce point de vue, regretter le parti résolument ouvriériste de ces études et le manque de distanciation qui en résulte. Le troisième thème porte enfin sur les logiques d’exclusion dont certaines fonctionnent désormais à rebours : les cas d’une cité de cheminots à Oullins et de la cité de la « Soie » à Décines montrent comment ces logiques qui pesaient sur les anciens résidents sont retournées désormais sur les nouveaux arrivants. Mais ce contrôle social, aussi pesant soit-il, n’avait pas que des inconvénients, sur les jeunes en particulier, qui étaient « tenus »…

6Tout ceci interroge sur le passé industriel de nos sociétés. En gommer les traces (beaucoup de témoignages insistent sur la violence ressentie par le dynamitage des cheminées ou des chevalements) ? Ou patrimonialiser ce qui reste, maintenant que la période de deuil semble passée ? En tout cas, ces histoires de vie sont tout à fait passionnantes, en particulier pour qui a vécu dans ces villes ou vallées industrielles, voire dans ces cités.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Donze, « François Duchêne (dir.), Cités ouvrières en devenir. Ethnographies d’anciennes enclaves industrielles », Géocarrefour, Vol. 85/4 | 2010, 282.

Référence électronique

Jacques Donze, « François Duchêne (dir.), Cités ouvrières en devenir. Ethnographies d’anciennes enclaves industrielles », Géocarrefour [En ligne], Vol. 85/4 | 2010, mis en ligne le 31 janvier 2011, consulté le 24 juin 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/7900

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page