Navigation – Plan du site
Comptes-rendus d'ouvrages

Agnès Berland-Berthon, La démolition des logements sociaux, Histoire urbaine d’une non-politique publique

Vincent Veschambre
Référence(s) :

Berland-Berthon A., 2009, La démolition des logements sociaux, Histoire urbaine d’une non-politique publique, Editions du Certu, Lyon, 487 p.

Texte intégral

  • 1  Centre d'études sur les Réseaux, les Transports, l'Urbanisme et les constructions publiques ; Asso (...)

1Cet ouvrage correspond à une version visiblement très proche du doctorat qui a reçu le « prix de thèse sur la ville », décerné pour la première fois en 2006 et organisé par le CERTU, l’APERAU, le CFDU et le PUCA1. Il inaugure une nouvelle collection aux éditions du CERTU. Architecte et politologue, l’auteure a réalisé ce travail à l’Institut d’aménagement, de tourisme et d’urbanisme de Bordeaux, sous la direction de Jean Dumas, qui en a écrit la préface : « de l’indicible à l’acceptable plus ou moins subi, puis au souhaitable et au prescriptible, c’est une histoire des modalités de l’action publique que l’on suit dans la mise en place minutieuse des acteurs qui participent à la prise de décision et à la mise en œuvre » (p. 5). Cette histoire court de « 1975, année identifiée par la recherche comme correspondant à la première évocation publique de démolitions possibles, à 2001, date de rentrée dans le droit commun » (p. 17).

2C’est une analyse des mécanismes décisionnels et des jeux d’acteurs qui nous est proposée, sous l’angle privilégié (et original selon Jean Dumas) de la « théorie de la non-décision », pour expliquer plus d’une décennie de blocages, de freins, d’atermoiements pour que la démolition finisse par s’imposer comme mode d’intervention dans les grands ensembles. La fonction principale de la « non-décision » étant de maintenir en place le groupe au pouvoir, en le protégeant de décisions qui seraient contraires à son intérêt (p. 22) : selon l’auteure, il s’est agit d’éviter les débats et controverses qui auraient pu conduire à des décisions risquées, tant sur le plan financier que social. En l’occurrence, l’Etat central a freiné par rapport à la demande émanant du local, de crainte de perdre sa position hégémonique dans le domaine du logement social. La problématique adoptée consiste donc à « étudier la place, les manifestations et les effets de l’attitude non-décisionnelle (« la non-politique de démolition ») sur l’aménagement de l’espace (p. 24).

  • 2  A ce propos l’exemple de Grande-Synthe travaillé par Naji Lahmini aurait été éclairant : Lahmini N (...)

3Assumant pleinement la forme universitaire de son travail (avec de nombreuses citations, entretiens, notes de bas de pages…), Agnès Berland nous livre une histoire minutieuse de la démolition dans les débats politiques, institutionnels, et dans le même temps (en décalage) dans les textes réglementaires et les dispositifs opérationnels qui se sont succédés depuis HVS (habitat et vie sociale) jusqu’aux GPU (grands projets urbains). On apprend ainsi que la démolition est invoquée très précocement par certains acteurs, dès le milieu des années 1970, et que de nombreuses expériences locales, grâce à des brèches réglementaires, ont précédé les démolitions médiatiques du début des années 20002.

4Cette question de la démolition apparaît comme un excellent révélateur du positionnement de ces différents acteurs, institutionnels (Union des HLM, ministère (direction de la Construction), politiques (le PCF, les élus locaux, notamment « les maires de la politique de la ville »…), les professionnels (comme les architectes-urbanistes Devillers ou Castro…), vis-à-vis des politiques urbaines.

5L’auteure décrit d’un côté les résistances culturelles de l’administration centrale et de l’autre l’instrumentalisation de l’urgence par des acteurs politiques locaux confrontés directement au terrain. Le passage à la démolition comme catégorie opératoire est devenue possible dans le cadre de la spatialisation et du changement d’échelle (du bâti à l’urbain) de la politique du logement social, devenue « politique de la ville ». Ce processus s’inscrit dans un contexte d’approfondissement de la décentralisation et donc de montée en puissance des pouvoirs locaux, qui ont poussé à la territorialisation et à la « mise en visibilité » de leur action : « L’irruption des municipalités, rendues légitimes par la décentralisation, change les règles du jeu et introduit la dimension spatiale jusque-là absente » (p. 270).

6A ce propos, un plan qui aurait favorisé un va-et-vient systématique entre l’analyse des débats politiques nationaux et la présentation des jeux d’acteurs à l’échelon local aurait été plus satisfaisant que celui adopté, qui juxtapose dans chacune des deux parties approches globales et cas d’études. Dans le même ordre d’idée, la relégation des photos en fin d’ouvrage rend difficile la visualisation des terrains (tel que « l’immeuble majestueux à plan courbe de la Lumineuse », p. 332), alors même que la « visibilité » de l’action publique apparaît comme un enjeu primordial.

  • 3  Tissot Sylvie, 2007, L’État et les quartiers. Genèse d’une catégorie de l’action publique, Paris, (...)

7Si les mécanismes décisionnels sont finement décrits, il manque une lecture plus politique ou idéologique de cette territorialisation de la politique du logement social, ainsi révélée par la question des démolitions. Cette légitimation de la démolition concrétise l’adoption d’une nouvelle grille de lecture, formulée en termes de « question urbaine » et présentée comme « nouvelle question sociale »3. Des catégories spatiales (« quartier sensible ») proposées par les sociologues les plus en vue ont progressivement supplanté les catégories sociales antérieurement utilisées pour rendre compte des inégalités. La position idéologique des opposants à la démolition consiste d’ailleurs à affirmer que le contexte architectural et urbain n’est pas en soi le problème et qu’il ne servirait à rien de le transformer en profondeur, à un coût élevé, si l’on n’agissait pas d’abord sur les causes profondes des inégalités sociales. Alors que dans le cadre idéologique de la « nouvelle question urbaine », la démolition peut apparaître comme la forme d’action la mieux à même de « casser les ghettos ». Par ailleurs, mieux que la réhabilitation, qui renvoie à l’échelle du bâti, la démolition répond aux logiques de territorialisation de la politique de ville, en étant articulée, pour être légitimée, à la notion de projet urbain

8Par delà ces considérations idéologiques, l’auteure souligne cependant que c’est à partir du moment où les immeubles sont amortis que l’on passe à la vitesse supérieure en matière de démolition. Ce qui rend compte une nouvelle fois de la prégnance des enjeux économiques et financiers, notamment dans une période d’affirmation de la toute puissance du marché.

9Cette question des démolitions dans les grands ensembles nous révèle au final un basculement assez rapide, après une longue phase de non-décision, de la fin des années 1970 au milieu des années 1990, ce mouvement rapide ayant débouché sur le dispositif ANRU (agence nationale de la rénovation urbaine) mis en place par J.L. Borloo à partir de 2003.

10A ce propos, le principal regret à la lecture de cet ouvrage, c’est que l’auteure n’ait pas intégré dans une version complétée de sa thèse, la manière dont la démolition est appréhendée après 2002, alors même qu’elle y fait allusion à de nombreuses reprises, à propos notamment de certains exemples pour lesquels elle est obligée de faire des mises à jour (Meaux en étant l’exemple emblématique). Il y a certes plus de continuités que de ruptures dans l’approche de la démolition avant et après 2002, l’essentiel du chemin idéologique ayant été accompli auparavant : c’est ainsi que la circulaire du 15 novembre 2001 pose la démolition comme un préalable au projet et non pas comme une décision à moduler au plus près des réalités locales (p. 405). Mais il y aussi des sauts quantitatifs, voire qualitatifs, à travers notamment la volonté affirmée d’effacer une forme urbaine jugée responsable des problèmes sociaux et de recréer de la valeur sur le marché immobilier. Une analyse des discours et réglementations postérieurs à 2002 aurait permis d’aller au bout de ce mouvement de bascule vers la posture du « tout démolition », après le « tout réhabilitation » des années 1980/90. Et de montrer les difficultés pour l’action politique, quelle que soit la période, à adopter une grille de lecture moins idéologique, plus pragmatique, pour intervenir sur le logement social et les grands ensembles, en envisageant notamment la démolition comme un outil parmi d’autres. Mais il est vrai qu’en tant que forme d’action paroxystique, la démolition tend inévitablement à s’inscrire dans le registre de l’excès : ce que résume bien l’auteure quand elle parle à ce propos « d’une charge symbolique lourde » (p. 89).

Haut de page

Notes

1  Centre d'études sur les Réseaux, les Transports, l'Urbanisme et les constructions publiques ; Association pour la Promotion de l’Enseignement et de la Recherche en Aménagement et Urbanisme ; Conseil Français des Urbanistes ; Plan, Urbanisme, Construction et Architecture.

2  A ce propos l’exemple de Grande-Synthe travaillé par Naji Lahmini aurait été éclairant : Lahmini Naji, 2004, « La démolition du logement social : l’expérience pionnière de Grande-Synthe », Annales de la recherche urbaine, n° 97, pp. 43-50.

3  Tissot Sylvie, 2007, L’État et les quartiers. Genèse d’une catégorie de l’action publique, Paris, Seuil, Collection Liber, 300 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Veschambre, « Agnès Berland-Berthon, La démolition des logements sociaux, Histoire urbaine d’une non-politique publique », Géocarrefour [En ligne], Vol. 86/2 | 2011, mis en ligne le 19 décembre 2010, consulté le 26 août 2016. URL : http://geocarrefour.revues.org/7897

Haut de page

Auteur

Vincent Veschambre

Professeur de géographie – Ecole nationale d'architecture de Lyon, RIVES-UMR EVS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page