Navigation – Plan du site
Comptes rendus

L’eau mondialisée, la gouvernance en question, sous la direction de Graciela Schneier-Madanes

Jacques Bethemont
p. 220
Référence(s) :

Schneier-Madanes G. (dir.), L’eau mondialisée, la gouvernance en question, Paris, la Découverte, coll. Recherches, 492 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage, fort de vingt-sept contributions, présente l’état des travaux coordonnés dans le cadre du Groupe de Recherche « Rés-eau-ville » du CNRS par Graciela Schneier-Madanès. En dépit des trop vastes perspectives suggérées par son titre, le propos en est bien ciblé et la plupart des auteurs traite des difficultés inhérentes à la gestion de l’eau en milieu urbain à partir de deux thèmes, les modèles de gestion et le partage de la ressource. A dire vrai, les études de terrain montrent que ces deux thèmes sont étroitement mêlés, ce qui permet de faire des lectures croisées d’autant plus que des références et renvois en fin de chaque contribution incitent à de multiples parcours.

2Au fil des pages, le champ de la recherche ainsi circonscrit s’avère d’une richesse et d’une complexité déroutantes. Cela tient sans doute au fait que les contributions se répartissent entre pays riches et pauvres, disposant de ressources en eau rares ou abondantes et affichant des spécificités inhérentes à des pratiques, conflits et cultures, répartis entre Asie, Afrique et Amérique du Sud, sans oublier  bien entendu les références françaises et européennes. L’ensemble qui s’avère à la fois riche, divers, cohérent offre un panorama à l’échelle du globe ce qui justifie le titre de l’ouvrage. Mais cette vue d’ensemble s’avère dérangeante au meilleur sens du terme également tant les auteurs relativisent l’intérêt des modèles, mettent en évidence les limites des techniques et insistent sur les difficultés et les conflits inhérents au partage de l’eau. Loin de conforter d’éventuelles certitudes, l’ouvrage remet en cause quelques idées reçues, établit des constats sévères mais, dans le même temps, ouvre des perspectives et incite à une prospective difficile mais nécessaire.

3Bien entendu, s’agissant de modèles, référence est faite dès les premières pages dues à J-P. Haghe, à ce qu’on appelle un peu partout l’école française de l’eau, construction dont la spécificité et la belle ordonnance tiennent à la logique de bassin et à une conception de l’eau qui associe les valeurs d’usage aux valeurs patrimoniales. Mais le regard que jette A. Brun sur les contrats de rivière nés de cette logique, met en évidence les dérives d’un localisme qui n’est pas toujours conforme à la législation et à l’harmonisation des pratiques. Ce modèle français peut-il au demeurant être étendu à toute l’Europe ? Les traditions et les pesanteurs nationales incitent, selon L. Breuil, au doute. L’énoncé des principes et leur mise en œuvre s’avèrent donc peu compatibles.

4Cette remise en cause des acquis se retrouve en bien d’autres lieux hors d’Europe et sur bien d’autres registres. La contestation porte d’abord sur les modèles de gestion partagés entre opérateurs publics, privés ou mixtes. D’une contribution à l’autre, revient comme un leitmotiv, la critique, voire la remise en cause des grands opérateurs dont beaucoup sont Français (C.G.E, Lyonnaise des Eaux, Saur). Certes, leur savoir-faire est incontestable, mais il leur est souvent fait grief, outre le manque de communication avec leurs partenaires, de la priorité donnée à la recherche de profits, et d’être en somme les tenants d’un néocolonialisme tôt jugé insupportable par les usagers des pays techniquement moins avancés. Ceux-ci finissent, comme en Argentine, par leur préférer des opérateurs nationaux, en dépit de la médiocrité de leurs services (Gouvello-Lentini). On peut reprocher à ceux-ci comme en Algérie (M. Amzert), de donner la priorité aux grands travaux, barrages ou transferts qui sont sources de profit pour des opérateurs nationaux privilégiés, au détriment de l’entretien de réseaux de distribution vétustes, de sorte que plus on déverse d’eau dans les tuyaux, plus il s’en perd dans la nature. Mieux vaudrait refondre les réseaux de distribution et lutter contre l’érosion qui réduit la durée de vie des ouvrages de retenue, plutôt que de multiplier ceux-ci. Les disfonctionnements dans les services urbains n’affectent pas uniquement les grandes métropoles. On les retrouve sous des formes insolites jusque dans les communautés rurales de l’Afrique subsaharienne, équipées par des ONG pavées de bonnes intentions, en pompes assorties de modestes réseaux de distribution (S. Jaglin). Démocratie participative oblige, la gestion de ces équipements est souvent confiée à des collectifs d’usagers qui, en dépit de leur incompétence, se substituent aux gestionnaires locaux et aux autorités nationales. Les choses n’en vont pas mieux pour autant.

5Aux incertitudes des gestionnaires, répondent les revendications des usagers. Au niveau le plus simple on retrouve dans plusieurs contributions l’inégal partage de l’eau entre quartiers riches et agrégats pauvres, ces derniers ayant un accès moins facile à une eau de moindre qualité que celle des nantis. Certes, il ne manque pas d’efforts pour rétablir un semblant d’équilibre, mais ces efforts vont de pair, que ce soit à Mumbai, Casablanca ou autres lieux, avec des pratiques de clientélisme que la morale tolère faute de pouvoir les éradiquer. Au niveau non plus des villes mais des régions, les conflits entre les diverses catégories d’usagers se doublent de conflits interrégionaux dont le plus remarquable intéresse les eaux de l’Ebre (S. Clarimont) dont les Aragonais refusent d’être dépouillés au bénéfice de la Catalogne urbaine et du Sud-est primeuriste.

6De façon logique, les carences des modèles de gestion usités et les conflits qui s’ensuivent sur de multiples registres appellent à l’émergence de nouveaux modèles qui tendent à substituer des circuits courts aux réseaux conventionnels. Sur le registre des choix volontaires, on peut évoquer le cas de Passarinho, quartier en forte pente à la périphérie de Recife, où les urbanistes collectent les eaux pluviales et les répartissent sur deux circuits respectivement voués aux usages domestiques et au contrôle des eaux usées. Mais précise F. Rocha Diniz on en est encore à espérer l’implication des usagers sans laquelle l’entreprise pourrait s’avérer assez vaine. Sur le registre des contraintes, on constate que les séquelles de la guerre au Liban ou la décroissance urbaine dans les nouveaux Länder allemands (F. Scherrer) aboutissent au même choix : que les réseaux soient détruits ou que leurs gestion devienne impossible dans des villes en décroissance, le plus simple est de leur substituer des circuits courts avec collecte de l’eau sur place.

7Finalement, quelle que soit la lecture faite d’un ouvrage riche de diagnostiques pertinents, le constat d’insatisfaction s’impose et même le modèle français ne sort pas indemne de cette revue. Faut-il désespérer ? Non sans nuances, A. Rivière-Honegger fait état de compromis subtils dans le Languedoc-Roussillon entre les tenants des pratiques et savoir-faire traditionnels et les nouveaux usagers de villes en voie d’expansion à la fois spatiale et démographique. On peut alors évoquer une gestion viable sur le moyen terme. Mais ce type d’expérience, fondé sur une longue pratique de la gestion et du partage de l’eau est-il transposable dans d’autres contextes sociétaux ? Dans sa conclusion/ouverture, Graciela Scneider-Madanès fait appel aux experts travaillant tant avec les techniciens qu’avec les usagers, mais cela aux échelles locales et régionales sans qu’il soit possible de définir des modèles et pratiques à l’échelle mondiale. Rien d’étonnant donc si, au fil des pages, le lecteur gagne en inquiétude, ce qu’il perd en certitudes. Mais l’inquiétude est ici stimulante.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Bethemont, « L’eau mondialisée, la gouvernance en question, sous la direction de Graciela Schneier-Madanes », Géocarrefour, Vol. 85/3 | 2010, 220.

Référence électronique

Jacques Bethemont, « L’eau mondialisée, la gouvernance en question, sous la direction de Graciela Schneier-Madanes », Géocarrefour [En ligne], Vol. 85/3 | 2010, mis en ligne le 15 mars 2011, consulté le 25 mai 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/7894

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page