Navigation – Plan du site
Comptes-rendus d'ouvrages

Vincent Veschambre, Traces et mémoires urbaines, enjeux sociaux de la patrimonialisation et de la démolition

Bernard Gauthiez
p. 339
Référence(s) :

Veschambre V., 2008, Traces et mémoires urbaines, enjeux sociaux de la patrimonialisation et de la démolition Presses universitaires de Rennes, 315 pages, 53 photos, 5 schémas, 12 tableaux

Texte intégral

1L’ouvrage est composé d’une longue introduction, comprenant l’introduction générale de 15 pages à laquelle il faut ajouter certainement celle de la 1ère partie et le premier chapitre de cette même partie. S’ensuivent trois parties, la première sur la patrimonialisation, la seconde sur la démolition et la troisième sur la manière de faire mémoire après les démolitions. L’iconographie est efficace, bien réalisée et référencée, les cartes claires et lisibles. Un ouvrage édité avec professionnalisme.

2L’introduction présente le sujet et le cadre épistémologiquement, consacrant notamment de longs passages à l’idée que le patrimoine est un processus social d’appropriation de l’espace au profit de groupes déterminés, fondé sur la conservation de traces et/ou l’apposition d’éléments de remémoration. Elle envisage le sujet principalement sous l’angle d’une géographie sociale et symbolique de l’espace. L’accent est fortement mis sur le signifié, ou plutôt sur le sens donné aux traces, et dans une mesure bien moindre sur leur visibilité. Cette riche introduction aborde des aspects très variés de la question, des sujets qui auraient pu être pour chacun d’entre eux l’objet de travaux approfondis : le rôle des associations, abordé rapidement et de façon alléchante pp. 33-38, l’histoire de la notion de patrimoine, déjà très développée dans de nombreux travaux, mais dont les aspects idéologiques restent sous-investis, les politiques municipales, à peine abordées, complexes car au carrefour d’intérêts divers et souvent divergents.

3La thèse de l’auteur peut être résumée ainsi : la patrimonialisation est un processus d’appropriation culturelle essentiellement bourgeois (dans la perspective développée, quelque peu néo-marxiste, mais non explicitée comme telle), elle conduit en contrepoint à démolir des objets (ce que l’auteur qualifie d’ « effacement de traces ») pour en supprimer la charge symbolique, par exemple une usine, un grand ensemble. Le patrimoine n’est ici que symbole, la trace n’est considérée que comme porteuse d’un sens symbolique (non historique, ni géographique, ni ethnologique, ni scientifique en général, etc.).

  • 1  Voir la définition donnée dans Bernard Gauthiez, 2003, Espace urbain, vocabulaire et morphologie, (...)

4Le positionnement scientifique de l’auteur le situe dans une forme de géographie sociale qui exclut très largement les approches développées dans d’autres disciplines. La bibliographie tend en partie à corriger ce biais, puisqu’elle fait appel à un nombre important de titres relatifs aux institutions du patrimoine en France et aux pratiques des administrations dédiées, mais ces titres ne sont que très peu mobilisés dans le texte. De plus, le nombre de références étrangères, traduites ou non, est extrêmement réduit. L’auteur, de ce fait, se prive d’une compréhension élargie des questions traitées, bien couvertes par notamment les auteurs italiens (citons, en vrac et parmi de nombreux autres, Brandi, Giovannoni, Gurrieri, Marconi, Marino, Marinucci, Riegl, Ranellucci, Rossi, etc.). On peut s’étonner de l’absence d’un Lynch, qui ne traite certes pas de patrimoine, mais qu’on ne saurait omettre en matière de marquage et de sémiotique de l’espace. La discussion sur le sens du mot trace, par exemple, aurait pu être écourtée, d’autant qu’elle aboutit semble-t-il à un contresens. Le mot trace est en effet ici utilisé pour décrire ce qui est en fait une construction plus ou moins entière. Il s’agit certes d’une trace du passé, mais en aucun cas d’une trace au sens d’empreinte. Une usine, au sens de l’auteur, est une trace, ce qui entretient la confusion entre objet physique et signifié donné à l’objet, entre vestige et souvenir1.

5La première partie, courte, porte sur la patrimonialisation comme forme d’inscription dans l’espace et dans le temps, facteur de valorisation et de légitimation, reconnaissance de traces, d’héritages, associés à une activité révolue (p. 22). Si cette dernière qualification est discutable (on protège bien des églises où le culte est encore pratiqué et des immeubles d’habitation toujours habités, donc dans une continuité absolue d’usage fonctionnel), les développements sont assez convaincants. Il aurait cependant été intéressant de bien distinguer entre ce qu’on peut effectivement appeler héritage, à savoir tous ce qui subsiste des aménagements et productions de nos prédécesseurs, et patrimoine, ce que nous décidons de conserver (ou du moins, ce que nous souhaitons conserver), sous une forme sociale ou une autre. La conclusion de cette partie décrit la patrimonialisation comme processus d’appropriation de l’espace, mondialisé, outil du néolibéralisme et forme de domination culturelle. L’argumentation, malheureusement, n’est pas développée. Ces idées sont probablement vraies, tout au moins en partie. Car elles sont aussi en partie fausses. Ainsi, dans le cas français, la démolition peut être tout autant une affirmation de la pensée néo-libérale qu’autre chose. Que dire, par exemple, du projet actuel d’inscription au patrimoine mondial de l’UNESCO du bassin minier du Nord de la France, dans lequel la revendication d’identité ouvrière est majeure ? ou du projet UNESCO sur les édifices de Le Corbusier, où c’est plutôt la corporation des architectes qui porte un geste hagiographique ? On est bien là dans des revendications identitaires qui passent par des signes matériels, en l’occurrence des bâtiments.

6La deuxième partie porte sur la démolition et, dans la logique de la première, la voit comme un déni de mémoire et une violence à caractère symbolique. On trouve ici l’apport le plus intéressant de l’ouvrage, dans l’analyse fine des cas de la région d’Angers et de l’ouest de la France, sites industriels, ardoisières de Trélazé, usine sidérurgique de Caen. On sent l’auteur très à l’aise sur ce terrain. Les grands ensembles, objets depuis une vingtaine d’années d’importantes destructions, sont largement évoqués. Il semble cependant que dans ce cas la dimension symbolique de la démolition puisse être considérée comme assez mineure. En effet, les enjeux politiques, financiers, sociaux, administratifs et d’affirmation des acteurs ne sauraient être négligés, et jamais la volonté de détruire des symboles (d’une politique sociale ? de l’insécurité produite par la pauvreté et son regroupement spatial ?) n’est évoquée dans les intentions programmatiques de ces opérations. Ces intentions ne sont que très peu traitées : quelques lignes sur la dimension économique pour l’ANRU (p. 126) ; pas une sur la volonté de casser la logique des « quartiers », ni sur la politique de logement social et d’accession à la propriété sous-jacente... Le coût de la conservation, lourd, n’est pas non plus évoqué. Un parallèle aurait pu être fait, pour l’usine sidérurgique de Caen, avec l’usine allemande de Völklinger Hütte que l’UNESCO a inscrite au Patrimoine Mondial, et qu’on conserve tout en la laissant rouiller et donc en la laissant disparaître.

  • 2  Il fut d’ailleurs effectivement désamianté, mais ensuite fermé. Sa réhabilitation était estimée à (...)

7La troisième partie : « Comment faire mémoire après les destructions et les démolitions ? », est la plus importante, et peut-être la moins convaincante. En effet, il y est question de la mémoire des traces détruites. Pour être clair, quelle peut-être la mémoire de l’objet porteur de sens lorsqu’on a détruit sa matérialité et que même plus aucun vestige n’en subsiste ? On a alors recours au monument, à savoir à un objet spécifiquement construit pour porter témoignage, une plaque, par exemple. On n’est plus dès lors dans le domaine du patrimoine, puisque, peut-on penser, rien ne subsiste de l’objet initial. Les camps d’internement des tziganes en France par les nazis et sous leur égide, plus particulièrement ceux qui ont été détruits et ne font l’objet d’aucun monument, sont une parfaite illustration de ce processus. Mais on est ici dans l’idée du lieu de mémoire cher à Pierre Nora, non plus dans celle d’un patrimoine culturel qui ne peut dans le domaine ici traité que s’appuyer sur des vestiges matériels, à l’état de traces ou complets. Le lien avec les deux premières parties de l’ouvrage n’apparaît pas clairement. On aurait pu développer la question du statut patrimonial de l’archéologie, qui n’apparaît que par défaut à propos du camp de concentration de Belzec en Pologne. L’archéologie, en effet, ne produit pas d’abord du patrimoine, mais de l’information, qui peut être ensuite utilisée, instrumentalisée, pour construire un sens et conserver. De même, le rôle de l’histoire comme discipline scientifique est majeur dans la construction patrimoniale, par la révélation d’un héritage, au sens donné ci-dessus. Il n’est pas abordé ici. Ces angles morts conduisent l’auteur à accepter que l’on considère que la mémoire puisse ne pas s’appuyer sur des objets matériels pour le monde ouvrier, sans voir que les objets matériels sont par ailleurs, dans un registre non traité dans le texte, un puissant appui à la mémoire des organisations religieuses et des religions, et des régimes et tenants passés du pouvoir (ceux-là mêmes qui avaient les moyens de laisser des « traces ») ! Il est clair qu’on a souvent détruit, effacé des traces, pour gommer le passé, ce qui est bien dit dans la deuxième partie. L’exemple du Palais de la République (ou Palais du Peuple) à Berlin-Est, qui fut le siège du parlement de la RDA de 1976 à 1990, illustre très bien un tel projet. Si la justification technique de sa démolition est la présence d’amiante et le coût de sa réhabilitation, il est clair – les intenses débats qu’elle a suscités en témoignent - qu’il s’agissait aussi d’effacer le symbole architectural majeur du régime communiste d’Allemagne de l’Est. Qui plus est, on projetait de reconstruire à son emplacement le château des rois de Prusse. On est bien dans ce cas dans une manipulation de symboles, le remplacement de l’un par un autre, et l’argument financier ne résiste pas à l’examen, puisque la reconstruction du château royal aurait coûté bien plus que la réhabilitation2. A contrario, conserver certaines catégories d’édifices, en France, par exemple, des édifices religieux qui sont surreprésentés parmi les édifices protégés, c’est affirmer une présence historique et vouloir cautionner un pouvoir passé, et donc pour partie aussi cautionner un positionnement idéologique actuel. Dans un tel cas, il faut se demander qui agit en ce sens. Le fait que le service des Monuments Historiques naisse en France en pleine Restauration, et protège d’abord les édifices les plus emblématiques de l’Ancien Régime, a pour première justification - mais bien sûr pas seule – une visée idéologique de retour à l’ordre passé.

8Pour conclure, cet ouvrage soulève de nombreuses questions, balaye de nombreuses pistes, parfois d’une façon approfondie et convaincante, parfois en ne faisant que les mentionner, ou même en les évitant. Sa grande richesse tient principalement dans la qualité de l’analyse des cas concrets qui sont évoqués. Ses manques tiennent à un défaut de profondeur dans la réflexion, due notamment à une insuffisante prise en compte de la bibliographie et de ses apports sur le sujet, en particulier lorsqu’il s’agit d’auteurs non géographes, majoritaires dans ce champ, et à une absence totale et à vrai dire étonnante de conceptualisation sur la matérialité des objets concernés (bâtiments, aménagements divers, paysages…), qui posent des questions très concrètes de conservation et de restauration/réhabilitation, des questions qui sont pourtant au cœur de nombreuses décisions de nature patrimoniale, directement ou indirectement. Sachant que la restauration et la réhabilitation sont, comme la démolition, et même la reconstitution !, des choix qui conduisent à une transformation de l’objet et à une perte de substance. On est alors dans une logique de choix multicritères. L’angle d’approche choisi dans ce livre ne traite que de l’un de ces critères.

Haut de page

Notes

1  Voir la définition donnée dans Bernard Gauthiez, 2003, Espace urbain, vocabulaire et morphologie, Editions du Patrimoine, Paris : « Elément physique restant d’un aménagement de l’espace largement effacé », p. 250.

2  Il fut d’ailleurs effectivement désamianté, mais ensuite fermé. Sa réhabilitation était estimée à 60 millions d’euros, à comparer aux 550 millions de la reconstruction du château des rois de Prusse, d’ailleurs récemment remise à plus tard pour précisément son coût.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Gauthiez, « Vincent Veschambre, Traces et mémoires urbaines, enjeux sociaux de la patrimonialisation et de la démolition », Géocarrefour, Vol. 85/4 | 2010, 339.

Référence électronique

Bernard Gauthiez, « Vincent Veschambre, Traces et mémoires urbaines, enjeux sociaux de la patrimonialisation et de la démolition », Géocarrefour [En ligne], Vol. 85/4 | 2010, mis en ligne le 10 octobre 2010, consulté le 23 juin 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/7888

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page