Navigation – Plan du site
Dossier

Le commerce des abonnements aux générateurs électriques au Liban

Des modes de régulation locaux diversifiés
The trade in rental agreements for electric generators in Lebanon. Diversified forms of local regulations
Pauline Gabillet

Résumés

Une déficience structurelle du service public de l’électricité entraîne depuis de nombreuses années des coupures généralisées, réparties de manière inégale sur le territoire libanais. Différentes solutions alternatives ont été développées pour combler ces coupures, aboutissant à la mise en place d’un commerce d’abonnement à des générateurs de quartier, commerce extra-légal assuré par des particuliers. La régulation de ces réseaux locaux a été renvoyée par les pouvoirs publics nationaux aux municipalités. Celles-ci s’impliquent de manière diverse en fonction des configurations locales d’acteurs. Les cas de Bourj Hammoud et de Jbeil permettent de comprendre les mécanismes d’interaction entre acteurs et les modalités de régulation qui se mettent en place en lien avec les rapports de force propres aux configurations locales d’acteurs. Les modalités d’intervention dans le commerce des abonnements aux générateurs sont donc caractérisées par une diversité territoriale et une multiplicité d’arrangements territorialisés. Loin d’une logique institutionnelle de régulation décentralisée de la fourniture d’électricité, ce système pérennise la fragmentation de ce service.

Haut de page

Texte intégral

1La quasi-totalité des usagers libanais est connectée au réseau de l’établissement public Electricité du Liban (EDL) : la Banque mondiale parle d’un taux de 99,9 % (World Bank, 2008). La question de l’électrification est donc largement résolue et les non-branchés ne représentent qu’une part infime de la population. Cependant, EDL n’est pas en mesure de produire suffisamment d’électricité pour satisfaire l’intégralité de la demande et, ce, depuis la guerre civile (1975-1990). Les usagers libanais subissent des coupures d’électricité de plusieurs heures par jour. De ce fait, pour disposer d’un approvisionnement continu, ils ont mis en place différentes solutions alternatives pour combler ce manque. Ces solutions ont abouti à la mise en place progressive de réseaux parallèles de générateurs électriques de quartier, de sorte qu’une grande partie de la population est connectée à deux réseaux électriques.

2L’analyse en termes de continuum entre branchés, mal-branchés et non-branchés, proposée par Sylvy Jaglin, permet de complexifier le regard porté sur l’accès aux services urbains en réseau (Jaglin, 2004). Dans ce cadre, on peut considérer que les usagers libanais sont branchés, mais doublement branchés parce que mal servis. Cette situation de service inconstant peut être mise en parallèle avec les services d’eau que Marie-Hélène Zérah étudie en Inde. Les usagers sont là aussi branchés mais mal servis. Elle définit les solutions qu’ils apportent comme des « stratégies compensatoires des ménages » (Zérah, 1999). Ces stratégies reposent sur des systèmes d’appoint individuels. Dans le cas libanais, la particularité de la réponse par des générateurs de quartier est qu’elle aboutit à la formation de réseaux à part entière, quoique de taille limitée, qui fonctionnent sur un système d’abonnements et qui intègrent une dimension marchande et collective. Cette dimension collective pose la question de leur prise en charge dans le cadre des politiques publiques au niveau national et local.

3Ceci conduit à souligner une autre caractéristique de ces réseaux parallèles : la diversité de leur organisation selon les espaces urbains – où ils sont les plus présents. Ces réseaux, que nous proposons de qualifier d’ « extra-légaux pérennisés », sont régulés à l’échelle locale selon des modalités propres à chaque territoire. Ils ont un impact fort sur la gestion urbaine. Pour comprendre leur organisation, la diversité territoriale (institutionnelle, politique et sociale) est prise en compte, non comme simple élément de contexte mais également comme un produit des relations et des jeux d’acteurs à l’échelle locale et entre l’échelle locale et l’échelle nationale, autour de la question des générateurs (Verdeil, Féré, Scherrer, 2009). Il s’agit de comprendre la multiplicité de ces « arrangements locaux » (Dorier-Apprill, Jaglin, 2002).

  • 1  Article tiré de nos mémoires de M1 et M2 de sciences politiques, recherches qui ont bénéficié d’un (...)

4La déficience du secteur électrique organisé à l’échelle nationale et l’absence de réforme le concernant, a donc abouti au développement d’une seconde strate infrastructurelle au niveau local. En analysant deux exemples de ces arrangements locaux, dans les villes de Borj Hammoud (banlieue de Beyrouth) et de Jbeil, nous montrons que la gestion de cette strate extra-légale est très différenciée. Cela fait ressortir l’implication d’acteurs de natures variées dans l’organisation de ce service, en l’occurrence un parti politique fortement enraciné à Borj Hammoud et une entreprise privée concessionnaire de la distribution électrique à Jbeil1.

Une déficience structurelle du service public de l’électricité

Le développement du service public stoppé par la guerre civile

5Le secteur électrique a fait l’objet d’une intervention importante de l’Etat. Après une première phase de développement, basée sur un système de concessions privées et limitées à certains territoires urbains (Thobie, 2002), il a été intégré dans le giron étatique. Le président de la République Fouad Chéhab, arrivé au pouvoir après des troubles civils en 1958, a mis en place l’Office de l’électricité et du transport commun au Liban, un établissement public qui deviendra EDL en 1964. Cet établissement marque le début d’une politique d’électrification du territoire et d’instauration d’une tarification nationale unique. Le secteur public de l’électricité est alors un « emblème de la construction de l’Etat » (Verdeil, 2009).

  • 2  Le ministre de l’Energie parle de 750 millions de dollars pour l’amélioration des centrales et de (...)

6Un tournant décisif a eu lieu avec la guerre civile. Infrastructures endommagées, non entretenues, instrumentalisées par les parties rivales, non adaptées aux reconfigurations sociales et spatiales, conduisent à une véritable « dislocation du réseau public » (Davie, 1991). A la fin de la guerre, bien qu’une part importante des investissements de la reconstruction concerne l’électricité2, « avec un montant cumulé de 1,1 milliard de dollars entre 1992 et 2004 (18 % des investissements) du Conseil du développement et de la reconstruction » (Verdeil, 2008), les infrastructures de production, de transport et de distribution restent largement déficientes. En juillet 2006, les bombardements israëliens sur ces infrastructures considérées comme des cibles de guerre aggravent la situation. Après avoir été un symbole de l’intervention de l’Etat, l’électricité est donc devenu celui de ses échecs (Verdeil, 2009).

Le déficit technique et financier d’Electricité du Liban

  • 3  A l’exception de l’exploitation hydroélectrique du fleuve Litani, par l’Autorité du Litani, et de (...)
  • 4  Un dossier du Commerce du Levant de décembre 2008 parle même de 1 065MW de capacité de production (...)

7EDL, qui dispose d’un monopole3 en termes de production, de transport et de distribution sur le territoire libanais, est aujourd’hui concerné par un double déficit, financier et technique. Le déficit financier d’EDL s’est élevé à 1 milliard de dollars en 2008. Le ministre de l’Énergie, en poste de juillet 2008 à novembre 2009, estimait que sa principale cause était le prix du carburant. L’achat de carburant déséquilibre les budgets de l’établissement public : il représente 83 % des coûts car les infrastructures de production au Liban fonctionnent presque intégralement au fioul (World Bank, 2008). Ce déficit est aussi lié à la tarification fixée par le gouvernement qui ne permet pas le recouvrement des frais de production. Le décalage entre tarification et prix du carburant accentue les pertes d’EDL. Au niveau technique, le défaut de capacité de production est criant : la demande actuelle en électricité peut atteindre 2 200MW alors que la production n’est que de 1 500MW4. La production est donc inférieure aux besoins d’environ 700MW. Cet écart entre demande et production va s’accentuer si aucune nouvelle unité de production n’est construite.

En attente de la réforme

  • 5  L’Orient le jour, Le Liban relié aux réseaux électriques de huit pays arabes, 30 mai 2009.

8En 2002, une loi énonçant le principe de la privatisation d’EDL a été votée, dans la lignée d’une politique de privatisation des entreprises publiques lancée en 2000, destinées à devenir des entités commerciales (Abla, 2003). Ce projet est actuellement au point mort : en parallèle, divers plans envisagent la construction de nouvelles unités de production – génératrices de capacité très importante fonctionnant au mazout, centrale au charbon –, ou le développement de liaisons avec d’autres pays pour l’approvisionnement en électricité5. Ces liaisons sont mises en place, par l’intermédiaire de la Syrie mais, fin 2009, aucune décision n’est prise pour lancer la construction de nouvelles unités de production.

9Le secteur public de l’électricité se trouve dans une situation de non-réforme. Sa déficience est avérée, reconnue par tous les acteurs concernés. De nombreux rapports ont été écrits depuis le début de la reconstruction. Malgré cette mise à l’agenda qui fait consensus, les modalités d’une réforme ne sont toujours pas établies. L’absence de décision politique entraîne une inertie importante. Nombre d’acteurs rencontrés expliquent que le gouvernement cherche à restructurer totalement le système par la privatisation et qu’il ne veut pas s’investir auparavant dans des réformes de moindre envergure.

Les coupures d’électricité : un rationnement généralisé et inégal

10La déficience du service public, qui perdure depuis la guerre civile, a des conséquences directes pour les usagers, qui subissent des coupures quotidiennes d’électricité d’inégale durée selon les régions. Disposant d’un statut privilégié, car attirant investisseurs et touristes, Beyrouth n’a pas été concernée par ces coupures entre 1995 et 2006. L’accentuation du rationnement à partir de juillet 2006 a conduit à la mise en place de trois heures de coupures quotidiennes dans la capitale, mais sa situation reste privilégiée. Les autres régions se partagent l’électricité restante. Ce régime de rationnement inégal a été institutionnalisé, il y a deux ou trois ans, suite à une décision du Conseil des ministres : en septembre 2008, le ministre de l’Énergie a proposé une répartition égalitaire sur l’ensemble du territoire, mais son projet a été mis en minorité. Bien que présenté comme uniforme, mis à part le statut beyrouthin, le nombre d’heures de rationnement n’est, en pratique, pas homogène selon les régions (Verdeil, Faour, Velut, 2007 ; Verdeil, 2009). Les coupures peuvent varier de 3 à 12 h par jour. Les pouvoirs publics nationaux nient cette différence ou la présentent comme simplement technique. Le service public de l’électricité, outre le fait d’être structurellement déficient, s’illustre donc par des inégalités territoriales importantes dans la répartition du rationnement.

La mise en place progressive d’un mode d’approvisionnement alternatif

L’évolution technique des palliatifs

11Face à la déficience du service public de l’électricité au cours de la guerre civile, des solutions alternatives ont abouti au développement d’un réseau parallèle de générateurs de quartier (Awada, 1988 ; Davie, 1991). Dans un premier temps, les solutions mises en place ont été des systèmes d’appoint individuels et à caractère temporaire. Des accumulateurs de voitures, rechargés durant les heures d’alimentation, ont été reliés à des lampes ou à des télévisions de faible voltage. La durée des coupures augmentant, les usagers se sont équipés en groupes électrogènes individuels qui se sont multipliés sur les trottoirs et les balcons. Entre 1988 et 1990, le courant a été interrompu pendant presque six mois. Ce moment a marqué le développement de véritables réseaux alternatifs à partir de générateurs de taille importante, achetés par des particuliers (fig. 1). Un commerce s’est mis en place, avec la vente d’abonnements aux habitants du quartier se raccordant au générateur. Le tarif de ces abonnements n’est pas basé sur la consommation réelle mais sur le nombre d’heures de coupure et le prix du fioul. Les usagers financent eux-mêmes leur raccordement au générateur du quartier. Chaque logement dispose d’un disjoncteur qui permet de passer manuellement d’un type d’approvisionnement à l’autre lors de chaque coupure. Ces circuits parallèles se sont institutionnalisés. Ils ne sont plus l’exception mais la norme (Davie, 1991).

Figure 1 : photo de générateurs dans l’espace urbain à Borj Hammoud

12Bien que la guerre civile soit terminée depuis presque vingt ans, le service public de l’électricité est toujours déficient. Les réseaux parallèles de fourniture d’électricité ont renforcé leur assise, recouvrant la quasi-totalité des régions urbaines. Le rapport de la Banque mondiale indique qu’en 2006 l’électricité totale consommée au Liban est estimée à 13 200 GWh. Sur ce total, environ 61 % a été fourni par EDL, 34 % par les générateurs électriques et la réponse au reste de la demande n’a pas été assurée (World Bank, 2008).

Un système « extra-légal pérennisé »

13Le commerce des abonnements aux générateurs est illégal, EDL étant dans une situation de monopole légal. Il est pourtant toléré car indispensable pour répondre à la demande des usagers. Dans ce cadre, comment caractériser les réseaux des générateurs électriques de quartier qui se sont mis en place ?

14Le terme informel, différenciant ce système d’EDL, semble opérationnel. Son emploi est cependant plus problématique qu’il n’y paraît. Il implique une dichotomie très stricte, non observable empiriquement, présentant les sociétés du « Tiers-monde » comme constituées de deux « secteurs », l’un formel et l’autre informel (Coquey-Vidrovitch, Nedelec, 1991 ; Lautier, De Miras, Morice, 1991). Il est aussi normatif et manichéen, le « secteur informel » étant considéré comme négatif, contre-productif, comme un frein au développement du secteur formel. Enfin, il donne l’illusion que les pratiques informelles sont résiduelles et vouées à disparaître, alors qu’elles peuvent être généralisées et complètement intégrées au fonctionnement de la société. Le vocable de la légalité peut sembler plus pertinent du fait de sa définition plus claire : la loi au sujet de l’électricité donne le monopole à EDL donc ce qui y est extérieur est illégal. On retrouve toutefois les mêmes problèmes de vision normative et de dichotomie trop stricte entre légal et illégal. La multitude de situations observables renvoie à une analyse en termes de continuum que l’emploi des termes informel ou illégal ne permet pas.

15Le réseau parallèle des générateurs de quartier est techniquement complémentaire de celui d’EDL. Ce type de système correspond aux « services marchands », formels ou informels, à l’origine d’une offre très diversifiée lorsque le service public est défaillant. Ils prennent la forme de petits opérateurs locaux privés ou de formes de privatisation communautaire (Jaglin, Zérah, à paraître). Le point essentiel dans cette approche est que ces services marchands sont considérés comme une forme complémentaire de l’offre conventionnelle. Cependant, si le système décrit est pertinent vis-à-vis de notre cas, le terme de « service marchand » n’intègre pas assez l’aspect flou du service des générateurs en ce qu’il est illégal mais toléré.

16Le terme de « grey spaces » illustre la situation ambivalente de certains systèmes, entre « whiteness » du légal, de l’approuvé, du sûr, et « blackness » de l’expulsion, la destruction (Yiftachel, 2009). Ces grey spaces sont temporaires, constamment tolérés et condamnés, attendant toujours d’être corrigés. Cette dénomination par la couleur est certes insuffisamment informative sur les caractéristiques de l’objet étudié : elle renvoie toutefois à un élément essentiel du commerce des abonnements aux générateurs, la question de sa temporalité.

17Les réseaux de générateurs évoluent en réponse à la déficience du service public. La pérennisation de cette déficience conduit à celle de la présence de ce réseau, devenu partie intégrante du système d’approvisionnement en électricité. C’est dans sa complémentarité au service public que réside la particularité du réseau des générateurs. Les réseaux des générateurs ne sont plus menacés d’être démantelés, comme cela avait pu être le cas en 1994-1995 lorsque les coupures s’étaient arrêtées à Beyrouth et que le ministre de l’Energie de l’époque avait décidé de supprimer ces réseaux. Le jour où le pays sera alimenté en continu par EDL semble s’éloigner. L’installation du système dans la durée et sa complémentarité au système légal confortent l’assise des réseaux de générateurs électriques. Le terme d’extra-légal pérennisé (ou prolongé) cherche à rendre compte de ces différentes caractéristiques du commerce des abonnements aux générateurs électriques.

Au niveau national, une régulation inexistante

18Depuis le début de l’année 2008, les tarifs des abonnements ont considérablement augmenté, corrélativement à ceux du carburant, ce qui a entraîné la mise à l’agenda de la question de la régulation de ces tarifs. Cependant, le dossier des générateurs est « perdu » entre trois ministères (Énergie, Économie, Intérieur). Concernant les générateurs de quartier, l’ancien ministre de l’Énergie explique que « on fait comme si on ne les voyait pas ». Un de ses arguments tient au fait que les usagers ne sont pas obligés de s’abonner et qu’ils peuvent utiliser des générateurs individuels ou d’immeubles (intégrés à la copropriété). Cependant, ces deux systèmes ne peuvent constituer de réelles alternatives, le premier parce qu’il représente une maintenance et un coût importants, le second parce qu’il n’est pas à la portée de tous. Cet ancien ministre estime aussi que la légalisation de ce commerce posera problème lorsqu’EDL sera capable de répondre à la demande d’électricité. Les propriétaires de générateurs réclameront alors des dédommagements au regard de leurs investissements. Certains rejettent cet argument et affirment que la reconnaissance du commerce des abonnements aux générateurs permettrait aussi la perception de taxes.

19La commission parlementaire des Travaux publics et de l’énergie, en lien avec la Direction de la protection des consommateurs du ministère de l’Economie a tenté, en janvier 2008, de mettre en place une réglementation des tarifs des abonnements. Les pouvoirs publics ne pouvant pas directement réguler les tarifs des abonnements, du fait du caractère extra-légal du système, une grille tarifaire fournissant une base indicative aux consommateurs a été proposée. Cette initiative n’ayant pas eu les effets escomptés, la commission a demandé aux municipalités d’installer elles-mêmes des générateurs électriques pour exercer une pression sur le marché local. Mais cette préconisation n’a pas été adoptée par les municipalités.

Le niveau municipal comme échelon pertinent d’implication

20Le niveau municipal est considéré comme l’échelon pertinent pour agir sur le commerce des abonnements aux générateurs électriques par le ministère de l’Energie ou encore la commission parlementaire des Travaux publics et de l’Energie. Un mouvement d’implication des municipalités dans la régulation de ce commerce se développe suite à la demande croissante des usagers depuis le début de l’année 2008. Le système étant extra-légal, il n’existe pas de cadre formel à sa régulation à l’échelle nationale et des modèles diversifiés émergent. L’intervention des municipalités est fonction de leur volonté politique, de leurs moyens humains, techniques et financiers et de leur poids dans les configurations locales d’acteurs. Les modes d’implication dans le commerce des abonnements aux générateurs de quartier se territorialisent selon les enjeux locaux et les configurations locales d’acteurs. Cette logique rejoint l’hypothèse d’une différenciation croissante des complexes réformateurs urbains, « d’une hétérogénéité accrue d’arrangements territorialisés », du fait du poids croissant des acteurs locaux dans les systèmes de régulation et des logiques marchandes dans les dispositifs d’offres (Dorier-Apprill, Jaglin, 2002).

21Nous proposons d’analyser la diversité des modèles de gestion et leur dépendance aux configurations locales d’acteurs à partir de ces deux cas d’étude. Les configurations d’acteurs spécifiques à ces municipalités influencent fortement les interventions sur le commerce des abonnements aux générateurs. La municipalité de Bourj Hammoud, fief historique de la communauté arménienne au Liban, est caractérisée par l’omniprésence du parti Tachnak dans la gestion des affaires municipales. On le retrouve concernant la gestion du commerce des abonnements. La distribution d’électricité de la municipalité de Jbeil est assurée par une société privée qui dispose d’un ancrage territorial important et qui s’est positionnée de manière hégémonique sur le commerce des abonnements aux générateurs.

Bourj Hammoud, la mainmise du parti arménien dominant sur la régulation

  • 6  Estimations de Localiban (www.localiban.org).

22La municipalité de Bourj Hammoud jouxte Beyrouth sur sa frontière nord-est. En 2004, Bourj Hammoud comptait 96 140 habitants et 57 859 électeurs inscrits6. L’hégémonie de Tachnak, parti arménien dominant sur la scène locale d’acteurs, marque fortement la régulation du commerce des abonnements aux générateurs.

Une configuration locale d’acteurs dominée par le Tachnak

23Dans les années 1920, les réfugiés arméniens arrivent au Liban et s’installent sur les rives du fleuve de Beyrouth, au lieu-dit Bourj Hammoud. Les pouvoirs publics cherchent à assurer une représentation en termes de vote à la communauté, synonyme d’insertion dans le jeu politique national, et à initier le développement d’un leadership partisan au sein de la communauté (Joseph, 1975).

24Le Tachnak, parti nationaliste, s’impose dès les années 1950 vis-à-vis des autres partis arméniens, notamment par une mainmise sur les institutions communautaires. Il acquière aussi une influence considérable sur la vie locale, en prenant le contrôle de la municipalité dès sa mise en place en 1952, et devient un wasta, un pourvoyeur de services (Joseph, 1975). Se développe un clientélisme de parti « construit sur un va-et-vient permanent entre les ressources communautaires procurées par cette galaxie et les ressources légales de l’institution municipale » (Khayat, 2001), basé sur une instrumentalisation de la municipalité. Toutefois, comme c’est le cas partout au Liban en raison de l’inscription des citoyens libanais à l’état-civil de leur lieu d’origine et non de leur lieu de résidence (Verdeil, 2005 ; Catusse, Karam, 2009), avec le temps les mouvements de population ont entraîné un décalage entre la population inscrite sur les listes électorales, très majoritairement arménienne, et la population résidente. Le territoire municipal électoralement arménien ne reflète donc plus la réalité démographique.

25Dans le contexte de l’après-guerre, les élections municipales de 1998 et de 2004 ont confirmé la domination du Tachnak sur l’institution municipale : ses présidents successifs sont issus de ce parti. Les bureaux du parti dans chaque quartier n’ont plus de raison d’être du fait de la normalisation de la situation, mais ils restent des interlocuteurs privilégiés de la population. La gestion des générateurs électriques à Borj Hammoud en apporte une claire illustration.

Le poids du Tachnak dans la territorialisation des générateurs électriques

26Le système de générateurs de quartier de Bourj Hammoud, tenu par vingt propriétaires, comprend quarante-cinq générateurs pour une puissance totale de 13 500 KVA. Une régulation s’est mise en place de manière beaucoup plus précoce que dans la plupart des municipalités. Elle reflète la domination du Tachnak, son ancrage territorial et l’absence d’autonomie de la municipalité.

27Les premiers générateurs de quartier ont été installés en 1988. La forme la plus ancienne de régulation porte sur les caractéristiques des entrepreneurs qui exploitent ce service. Leur installation ne semble pas déterminée par l’appartenance communautaire, les propriétaires n’étant pas majoritairement arméniens (bien qu’ils soient tous chrétiens). Comme pour de nombreux commerces, l’installation est conditionnée par un réseau de personnes influentes et de bonnes relations avec le Tachnak. Une présence durable sur le territoire municipal semble nécessaire : les propriétaires de générateurs habitent à Bourj Hammoud depuis de nombreuses années, sept y sont nés, sept se sont installés au cours des années 1970 et peu sont arrivés récemment (Gabillet, 2008). Des services rendus, tels que des enveloppes facilement distribuées, un branchement gratuit ou l’utilisation de contacts pour la résolution d’un problème facilitent aussi une implantation. L’installation des propriétaires est donc liée à des critères communautaires mais surtout sociaux, économiques, politiques et à des services rendus.

28Selon un membre du parti, le commerce des abonnements aux générateurs électriques a dans un premier temps été réglementé par le Tachnak, à partir de la fin des années 1980. Il est difficile d’en connaître les modalités initiales. L’implication de la municipalité et de la gendarmerie municipale dans la régulation est plus récente et a représenté un changement notable. Leur intervention porte en premier lieu sur l’inscription territoriale de ces entreprises, et notamment sur les infrastructures et sur la délimitation des circonscriptions d’exploitation. L’intervention concernant les infrastructures, la moins conflictuelle, inclut le contrôle de l’installation des câbles électriques, la définition de règles quant à la sécurité et la limitation de l’implantation de nouveaux générateurs. La municipalité a également taxé l’utilisation des poteaux électriques et le commerce en place sur son territoire. L’implication dans la délimitation des territoires de desserte, plus conflictuelle, a été élaborée dans les années 1990. En raison de conflits entre propriétaires, la municipalité et le Tachnak leur ont attribué à chacun le monopole sur un territoire défini (fig. 2). Cette sectorisation limite fortement la concurrence. Elle doit être respectée par les propriétaires mais aussi par les usagers qui ne peuvent s’abonner qu’auprès du propriétaire qui dispose du monopole sur leur quartier. Le découpage des territoires semble avoir été élaboré sur des critères tels que le nombre de générateurs possédés par le propriétaire ainsi que leur localisation et la répartition des abonnés. Cependant, on peut penser que d’autres éléments sont entrés en ligne de compte. La carte actuelle montre que les territoires ont des superficies très différentes et qu’ils sont relativement proportionnels au nombre de générateurs. Nous ne savons pas si le nombre de générateurs a défini le territoire ou si c’est l’inverse qui s’est produit. Certains territoires sont moins bien découpés car ils relèvent de partages plus anciens entre propriétaires qui n’ont pas été remis en cause.

Figure 2: Territoires des propriétaires de générateurs, localisation et nombre de générateurs à Borj Hammoud

Figure 2: Territoires des propriétaires de générateurs, localisation et nombre de générateurs à Borj Hammoud

Figure 3: Réseaux de câbles de générateurs électriques à Borj Hammoud

Acteurs et modalités de la régulation des tarifs

29Un autre aspect de la réglementation du commerce concerne le tarif des abonnements, décidé mensuellement. Le président de la municipalité est impliqué dans la régulation de ce volet depuis son arrivée en 1999. Des réunions ont lieu à la municipalité pour fixer les tarifs des abonnements. Seul le président de la municipalité est concerné et non les services municipaux. Cette intégration personnalisée, plutôt qu’institutionnelle, du président de la municipalité illustre la prégnance du parti sur l’institution. Le Tachnak et le président de la municipalité ont un rôle de négociation et de décision politique. Le chef de la gendarmerie ainsi que cinq ou six agents, participent également à ces réunions et ont un rôle de négociation ainsi que de contrôle de la mise en œuvre. L’intégration de ces deux acteurs marque une formalisation de la régulation.

30Toutefois, un autre acteur est spécifiquement responsable des interactions avec les propriétaires de générateurs. Né à Bourj Hammoud, ce membre du Tachnak fait partie de la communauté arménienne. Il contrôle l’ensemble du système, si bien qu’il est parfois appelé le « Ministre des générateurs ». Il n’a pas de poste fixe à la municipalité mais des contrats de mission. En parallèle, il est payé « un peu » par les propriétaires de générateurs. Proche du président de la municipalité, à la manière d’un bras droit, ce responsable connaît tous les acteurs et fait un travail « relationnel », rencontrant très fréquemment les propriétaires, de manière informelle, individuellement ou non. Bien que des réunions aient lieu à la municipalité, l’essentiel du travail de régulation du tarif des abonnements est réalisé par le biais de cet intermédiaire. Son ancrage au sein de la municipalité lui permet d’affirmer la normalisation de l’établissement de règles concernant le commerce des abonnements et de se targuer de certaines compétences municipales. Dans le même temps, le rapport de force institué avec les propriétaires de générateurs lui est favorable, dans la mesure où il s’appuie aussi sur les ressources du Tachnak. La position de cet acteur illustre la faible autonomie de la municipalité vis-à-vis du parti. Les caractéristiques du rôle de ce responsable et sa position institutionnelle, sociale et politique sont liées à la forme de la configuration locale d’acteurs dont il est partie prenante.

31La mise en œuvre des décisions tarifaires passe par ailleurs par un outil particulier et original : la chaîne de télévision de la municipalité par câble à laquelle de nombreux foyers sont abonnés pour dix dollars par mois. Cette chaîne diffuse des DVD arméniens entre seize et vingt-trois heures tous les jours. Le choix des DVD est effectué par le responsable de la régulation des générateurs, sans que nous ayons pu savoir s’il effectue ce travail sous la casquette de la municipalité ou du Tachnak. Entre les DVD, un message indique le tarif de l’abonnement issu des négociations entre propriétaires de générateurs, municipalité et Tachnak par le biais du responsable de la régulation. Ce mode de communication illustre le brouillage des frontières entre municipalité et parti et l’ascendant de ce dernier. En effet, c’est moins la municipalité qui se légitime par cette intervention dans la gestion publique que le parti. De fait, la cible par ce média étant arménienne, cette action de communication exclut la partie de la population non arménienne résidant sur le territoire municipal. Si la régulation du tarif des abonnements concerne bien aussi la population non arménienne, l’information ne lui est pas diffusée. La spécificité politique de Borj Hammoud ressort nettement lorsqu’on compare ce mode de régulation aux modes de diffusion d’autres municipalités. A Aley, la diffusion des tarifs se fait par le biais d’un arrêté municipal et à Zahlé, elle se fait dans les cinq journaux régionaux.

32La position centrale du parti Tachnak dans la configuration locale d’acteurs à Borj Hammoud et la valorisation de son rôle de wasta (pourvoyeur de service) jouent un rôle majeur dans les modalités de régulation développées pour le commerce des abonnements aux générateurs électriques. Bien que la municipalité soit impliquée, les négociations sont le fait du responsable lié au parti. L’intégration de la municipalité et de la gendarmerie municipale semble être plus une instrumentalisation, un vernis de formalisation, qu’une implication multipolarisée.

Jbeil, un secteur marqué par l’insertion de la concession de distribution

Une configuration locale marquée par la présence d’Electricité de Jbeil

  • 7  La municipalité de Jbeil se situe sur la côte, à 37 km au nord de Beyrouth. Elle comptait 14 856 h (...)

33La distribution d’électricité dans la municipalité de Jbeil7 est assurée par une concession de distribution : Electricité de Jbeil (EDJ) est un acteur supplémentaire sur le territoire. En interaction avec le ministère de l’Energie, cette société est fortement ancrée dans les réseaux de relations locales.

  • 8  Il reste actuellement quatre concessions de distribution d’électricité (Aley, Bhamdoun, Jbeil et Z (...)

34Ces sociétés privées ne concernent qu’un nombre restreint de municipalités. Ce sont des vestiges des premiers systèmes de fourniture d’électricité, basés sur l’attribution de concessions sur des territoires comprenant plusieurs municipalités, à l’époque du Mandat français. La majorité de ces concessions, une fois arrivée à échéance, est entrée dans le giron d’EDL8. Les concessions de distribution, dont celle de Jbeil, pouvaient initialement produire de l’électricité mais cette possibilité leur a été retirée suite à un contrat signé avec le gouvernement en 1969. Elles se sont engagées à arrêter leur production d’électricité et à acheter celle d’EDL, ce qui limite leurs compétences à l’activité de distribution. Ces entreprises possèdent donc les réseaux, assurent leur entretien, la distribution aux usagers et la collecte des factures. Les concessions sont en interaction avec le ministère de l’Energie, plus particulièrement la Direction du contrôle des concessions. L’échelle nationale est celle de la négociation de différents enjeux, notamment concernant l’attribution de licences de production, la tarification pour l’achat d’électricité à EDL puis sa vente aux usagers. Plus récemment, les projets de privatisation ou de partenariats public-privé pour la production et la vente d’électricité apparaissent aux dirigeants des concessions d’électricité comme de nouveaux marchés sur lesquels prendre position. Ainsi, l’Electricité de Zahlé a un projet de centrale thermique et envisage même une autonomisation par rapport au réseau national d’EDL, tandis que l’Electricité de Aley projette la construction d’éoliennes (Gabillet, 2009). Pour sa part, Electricité de Jbeil se lance dans le commerce des abonnements aux générateurs, ce qui peut apparaître comme une déclinaison d’une anticipation de nature similaire sur une privatisation de production et/ou de distribution. L’élaboration de telles stratégies est indissociable de l’insertion locale de ces concessions.

35Les concessions, implantées depuis les années 1920, ont en effet un poids important dans les configurations locales d’acteurs. Ces entreprises sont aux mains des mêmes familles depuis leur création. EDJ, créée par les parents du directeur actuel, a été dirigée par son cousin avant de lui revenir. Cette famille est influente sur les scènes sociales, économiques et politiques locales mais aussi, dans une moindre mesure, sur la scène nationale. Implantée depuis de nombreuses années à Jbeil, elle s’est enrichie du fait de sa réussite dans les affaires. L’oncle du directeur actuel, actionnaire important de Byblos Bank et ancien président de l’Association des banques du Liban, a été candidat aux élections législatives de juin 2009 avant de se retirer, quelques jours avant le scrutin. Le directeur d’EDJ a, quant à lui, été candidat en 1998 aux élections municipales de Nahr Ibrahim, une localité du territoire de la concession. Sans parler d’intérêts convergents ni assimiler ses différents membres, on observe que cette famille est étroitement liée aux sphères économique et politique nationale et locale. Le directeur de la concession s’inscrit donc dans des réseaux sociaux fortement implantés et peut s’appuyer sur une notabilité remontant à plusieurs générations.

36La scène locale est structurée par des réseaux très restreints d’acteurs, liés par la parenté et/ou des intérêts économiques formant un système clientéliste, basé sur l’échange de services. Les directeurs de concessions s’inscrivent dans ces négociations mêlant enjeux économiques, sociaux et politiques. De ce fait, ils disposent d’une certaine assise territoriale, leur conférant une légitimité importante.

Une mainmise sur le commerce des abonnements aux générateurs

37L’assise et la légitimité de la concession de Jbeil sur le territoire municipal, ainsi que ses relations avec un groupe restreint d’acteurs, ont permis sa domination hégémonique sur le commerce des abonnements aux générateurs. En 2005, le directeur d’EDJ a installé des générateurs électriques après avoir imposé aux propriétaires de générateurs présents sur le marché le démantèlement de leurs réseaux qui utilisaient les pylônes d’EDJ sans son accord. Son système de générateurs est aujourd’hui géré par une société à responsabilité limitée qu’il dirige lui-même, Byblos Entreprise Electrique. Cette entreprise, qui compte quinze employés, possède trente-cinq générateurs de 250, 375 et 500 KVA de puissance, répartis sur vingt-six terrains. Ce projet a demandé un investissement estimé à quatre millions de dollars depuis 2005.

38Le président de la municipalité de Jbeil de 2004 à 2007 est à l’initiative de ce projet. Son objectif, esthétique, était de supprimer la multitude de fils enlaidissant le centre-ville : « il fallait faire un nettoyage ». Il a fait part au directeur de la concession de sa volonté d’améliorer la situation et lui a demandé d’installer des générateurs. Le conseil municipal a autorisé cette implantation. Après avoir réalisé une étude de marché, le directeur d’EDJ a accepté en posant une condition préalable : que la municipalité règle auparavant la question de la situation des propriétaires de générateurs en place. Le président de la municipalité a tenté de stopper leur commerce en s’appuyant sur ses compétences, dénonçant la sécurité défaillante, l’environnement dégradé, le désordre créé, l’utilisation de l’espace public, le non paiement de taxes, l’argent non déclaré… Ces tentatives ont échoué. Le directeur d’EDJ explique cet échec par l’implication de « politiciens », de députés, qui ont soutenu les propriétaires de générateurs face à l’action de la municipalité. Après avoir ouvert la voie à EDJ en désorganisant le réseau de générateurs, la municipalité s’est donc retirée. Le directeur de la concession a pris la relève en faisant intervenir la police pour couper les câbles des générateurs de quartier sur ses poteaux électriques. Il a ensuite mis en place son réseau de générateurs électriques dans le cadre d’EDJ. Il a demandé l’aval du ministre de l’Energie pour ce projet, mais celui-ci a refusé de le cautionner. La société parallèle Byblos Entreprise Electrique a donc été créée pour se détacher de la tutelle du ministère. Mais EDJ et Byblos Entreprise, si elles sont officiellement dissociées, sont en pratique très fortement imbriquées, occupant par exemple les mêmes locaux.

39Le président de la municipalité affirme que le directeur de la concession a accepté ce projet du fait de leur connaissance mutuelle et leur confiance réciproque. Les deux hommes, originaires de la région de Jbeil, sont amis depuis de nombreuses années. Différentes personnes parlent plutôt d’une complicité voire de l’attribution de dessous-de-table du directeur d’EDJ au président de la municipalité. Plus globalement, le directeur de la concession a pu réaliser ce projet du fait de ses relations avec certaines élites politiques locales.

La régulation de la concurrence sur le territoire

40La déstructuration du réseau de générateurs de quartier n’a pas été le seul fait de l’intervention de la police : un long processus de négociation s’est mis en place en amont et en aval entre les propriétaires de générateurs, la municipalité et le directeur d’EDJ. Les propriétaires de générateurs se sont plaints au président de la municipalité, qui a élaboré des modalités d’indemnisation avec le directeur de la concession. L’équivalent d’une année de profit a été proposé à chaque propriétaire en échange de l’arrêt de leur commerce. Le prix des abonnements étant plus bas chez Byblos Entreprise Electrique et les usagers commençant à se désabonner, les propriétaires ont finalement accepté après avoir tenté de résister. Un propriétaire confirme l’existence de ces indemnités mais explique qu’elles ont été réservées aux propriétaires les plus importants, qui constituaient un risque pour le projet de Byblos Entreprise. Les indemnités ont été définies en fonction de l’importance du commerce de chaque propriétaire. Un propriétaire confirme avoir reçu 12 000 dollars du directeur de la concession pour partir et estime les montants reçus par les autres à 9 000 ou 10 000 dollars. En parallèle, les petits propriétaires sont partis, sans indemnités, car la concurrence était trop forte. Une fois la première année passée, la clientèle attirée, les propriétaires partis et l’indemnité soldée, Byblos Entreprise a subitement augmenté ses prix. Quelques propriétaires ont réussi à conserver leur commerce, s’appuyant sur leurs réseaux de relations, n’installant pas leurs câbles sur les poteaux de la concession ou trouvant des accords avec le directeur de la concession. Ils se sont éloignés du centre-ville de Jbeil, où l’implantation d’EDJ a été écrasante, ne laissant pas de possibilité de concurrence. Ils sont plus nombreux sur les limites de la ville, où la présence des générateurs de Byblos Entreprise est moins massive (fig. 4).

Figure 4 : Emplacements des générateurs de Byblos entreprise électrique sur le territoire de la concession de Jbeil

41Une fois la domination de Byblos Entreprise Electrique établie, la situation s’est normalisée. Les propriétaires semblent aujourd’hui pouvoir installer des câbles et utiliser gratuitement les poteaux d’EDJ. Le directeur de la concession peut se permettre de tolérer la présence de quelques propriétaires pour assurer son réseau social. Un ingénieur d’EDJ explique qu’il pourrait couper les câbles mais que le directeur refuse car il tient à rester en bons termes avec ses relations. L’avancée de Byblos Entreprise a été rationnelle, économique, mais les enjeux ne sont pas qu’économiques, ils sont aussi sociaux, certaines bonnes relations devant être entretenues.

42Certaines municipalités ont demandé l’extension du territoire d’intervention de Byblos Entreprise Electrique. Cette extension se fait par étapes, en réalisant des études préalables : des agents interrogent les usagers sur leur intention de s’abonner et, si oui, pour quelle intensité (5, 10 A ou plus). Bien qu’il semble que les municipalités n’aient pas d’autorisation à donner, le directeur de Byblos Entreprise affirme collaborer avec chacune d’elles. Sa société est aujourd’hui implantée sur six des quatorze municipalités composant le territoire d’EDJ : Jbeil, Amchit, Monsef, Halate, Mastita et Kartaboun (fig. 4). Cette extension est la combinaison de la volonté du directeur de la concession, de la collaboration de la municipalité et de l’intérêt exprimé par les usagers. Monsef a été la première municipalité concernée par l’extension. Byblos Entreprise y disposait de nombreux abonnés potentiels et de soutiens locaux, tant politiques qu’économiques. Ainsi, bien qu’une part importante des générateurs soit concentrée dans la municipalité de Jbeil, on voit sur la carte représentant leur répartition sue le territoire de la concession qu’ils dépassent largement ces frontières municipales et s’étendent à une partie des autres municipalités. Le directeur utilise son réseau social, l’expertise technique de son entreprise, son monopole sur l’utilisation des poteaux électriques et ses capacités d’investissement pour s’imposer sur le marché du commerce des abonnements aux générateurs électriques.

43Le commerce des abonnements aux générateurs est marqué, à Jbeil, par la mainmise d’une entreprise privée locale, détentrice de la licence de distribution d’électricité, à travers Byblos Entreprise. Les acteurs à l’initiative de ce projet sont le directeur de la concession et le président de la municipalité. Le succès de cette action a été conditionné par la prise en compte d’un réseau plus large, intégrant des personnes liées notamment aux propriétaires de générateurs, pour assurer sa réussite et ne pas mettre en péril des relations liées à d’autres projets. On entrevoit que l’enjeu des générateurs de quartier est imbriqué avec d’autres questions qui touchent les acteurs impliqués, nécessitant de ce fait des négociations, des compromis au sein d’un groupe restreint.

Conclusion

44Les déficiences de la distribution électrique au Liban font le lit du développement du commerce des abonnements aux générateurs électriques sur l’ensemble du territoire. L’Etat ayant de fait renoncé à réglementer ce secteur, qu’on peut qualifier d’extra-légal pérennisé, ce sont les municipalités qui par leurs interventions diverses, jouent un rôle majeur dans sa stabilisation et sa territorialisation. L’intervention des municipalités dans le commerce des abonnements aux générateurs aurait pu apparaître comme un moyen d’uniformisation de ces systèmes parallèles et un instrument de renforcement de leur rôle dans la gestion locale. Elle pourrait être perçue comme un outil d’enclenchement de la décentralisation, à l’agenda depuis la fin de la guerre civile mais dans les faits, toujours très limitée. Cependant, cette intervention municipale ne constitue pas à proprement parler un élargissement des compétences municipales. En premier lieu, le caractère extra-légal du commerce à réguler limite cette possibilité. De plus, ce n’est pas la municipalité et ses services techniques mais son président qui s’implique, ce qui souligne la dimension essentiellement politique, voire personnelle et clientéliste, de cette implication plus que son institutionnalisation. A ceci s’ajoute le fait que les modalités d’intervention résultent plus des configurations locales d’acteurs que des municipalités seules. La régulation se fait donc au niveau local plus que municipal.

45Les conséquences territoriales de cette situation sont remarquables. En premier lieu, l’importance des facteurs locaux dans l’organisation du commerce des générateurs conduit à souligner la différenciation territoriale qui en résulte nécessairement et qui vient accentuer la diversité des situations existantes. En ce sens, la mise en place et la pérennisation de ce service urbain apparaissent comme des mécanismes de renforcement de la fragmentation territoriale au Liban, en accord avec le schéma proposé des réformes de l’eau et de la distribution électrique (Verdeil, Féré, Scherrer 2009).

46Les enquêtes de terrain, dont les résultats sont présentés ici, permettent également de caractériser de manière plus précise les vecteurs de cette différenciation. L’exemple de Borj Hammoud montre le poids d’une instance partisane en lien avec sa clientèle confessionnelle. L’organisation et la régulation du système des générateurs illustre ici la prépondérance d’une logique de l’ordre de la construction et de la perpétuation d’un territoire confessionnel. L’exemple de Jbeil, sans doute plus original dans le contexte libanais, illustre une alliance entre une partie de l’élite politique locale et une entreprise privée à la recherche d’un élargissement de son activité, par la conquête d’un nouveau marché sur un territoire qu’elle quadrille déjà. Ces deux modalités d’implantation territoriale ne sont pas uniques et d’autres exemples ont par ailleurs pu être identifiés (Gabillet 2009).

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

ABLA Z., 2003, Faire face à la crise fiscale à travers la privatisation, Center for Developmental Studies (MADA), Arab NGO Network for Development (ANND).

AWADA F., 1988, La gestion des services urbains à Beyrouth pendant la guerre, 1975-1985, CNRS-ORSTOM, Tiers monde, Pratiques urbaines, n° 5, Inter URBA, 145 p.

CATUSSE M., KARAM K., 2009, Le développement contre la représentation ? La technicisation du gouvernement local au Liban et au Maroc, in CAMAU M., MASSARDIER G. (dir.), Démocraties et autoritarismes - Fragmentation et hybridation des régimes, Paris, Karthala/CSPC, p. 85-120.

COQUERY-VIDROVITCH C., NEDELEC S. (textes rassemblés par), 1991, Tiers-Mondes : L’informel en question ? Paris, L’Harmattan, 285 p.

DAVIE M., 1991, La gestion des services urbains en temps de guerre, circuits parallèles à Beyrouth, in BEYHUM N., Reconstruire Beyrouth, les paris sur l’impossible, Lyon, Maison de l’Orient méditerranéen, 426 p., p. 157-193.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

DORIER-APPRILL E., JAGLIN S., 2002, Introduction Gestions urbaines en mutation : du modèle aux arrangements locaux, Autrepart, 21, p. 5-15.
DOI : 10.3917/autr.021.0005

FAVIER A.(dir), 2001, Municipalités et pouvoirs locaux au Liban, Beyrouth, Les cahiers du CERMOC, n° 24, 438 p.

GABILLET P., 2008, Les pouvoirs publics libanais face aux générateurs électriques privés, entre non-reconnaissance et régulation, cas de Bourj Hammoud, mémoire de Master 1 science politique, Université Lyon 2, 106 p.

GABILLET P., 2009, Le commerce des abonnements aux générateurs électriques au Liban, Régulation et pérennisation progressive d’un système extra-légal, mémoire de Master 2 science politique, Iep de Lyon, 173 p.

JAGLIN S., 2004, Être branché ou pas Les entre-deux des villes du Sud, Flux, n° 56-57, Avril-Septembre, p. 4-12.

JAGLIN S., ZERAH M.-H., (s.d.), Réforme des services urbains en réseaux : où en est-on dans les villes en développement ?, Proposition pour un dossier thématique de la Revue Tiers Monde, 3 p.

JOSEPH S., 1975, The politization of religious sects in Borj Hammoud, Lebanon, New York, Columbia University, 190 p.

KHAYAT T., 2001, La route de la discorde : construction du territoire municipal et aménagement métropolitain à Borj Hammoud, in FAVIER A. (dir), Municipalités et pouvoirs locaux au Liban, Beyrouth, Les cahiers du CERMOC, n° 24, 438 p., p 207-225.

LAUTIER B., DE MIRAS C., MORICE A., 1991, L’Etat et l’informel, Paris, L’Harmattan, 211 p.

THOBIE J., 2002, L’électrification dans l’aire syro-libanaise des origines à la fin du mandat français, Outre mer, n° 334-335, p. 527-554.

VERDEIL E., 2005, Les territoires du vote, M@ppemonde, n° 78, 24 p.

VERDEIL E., FAOUR G., VELUT S., 2007, Atlas du Liban. Territoires et sociétés, Beyrouth, IFPO/CNRS-Liban, 210 p.

VERDEIL E., 2008, Géopolitiques de l’électricité au Machrek, Maghreb-Machrek, n° 195, Printemps, 20 p.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

VERDEIL E., 2009, Electricité et territoires : un regard sur la crise libanaise, Revue Tiers monde, n° 198, avril-juin, p. 421-436.
DOI : 10.3917/rtm.198.0421

VERDEIL E., FERE C., SCHERRER F., 2009, De la rétroaction entre différenciation territoriale et modèle universel des services urbains en réseau : les enseignements du cas libanais, Flux, n° 75, janvier-mars, p. 27-41.

World Bank, 2008, Republic of Lebanon Electricity Sector Public Expenditure Review, Report No. 41421-LB, January 31, 87 p.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

YIFTACHEL O., 2009, Theoretical notes on ‘gray cities’ : the coming of urban apartheid, Planning Theory, 8 (1), p. 88-100.
DOI : 10.1177/1473095208099300

ZERAH M.-H., 1999, L’accès à l’eau dans les villes indiennes, Paris, Editions Economica, 192 p.

Haut de page

Notes

1  Article tiré de nos mémoires de M1 et M2 de sciences politiques, recherches qui ont bénéficié d’une aide de l’Institut français du Proche-Orient.

2  Le ministre de l’Energie parle de 750 millions de dollars pour l’amélioration des centrales et de 650 millions de dollars pour le réseau in L’Hebdo Magazine, « Alain Tabourian, ministre de l’Energie et de l’Eau ‘La production électrique régresse de 3 % par an’« , 17 juillet 2009, p. 18-19.

3  A l’exception de l’exploitation hydroélectrique du fleuve Litani, par l’Autorité du Litani, et de quelques concessions de distribution non parvenues au terme de leur licence.

4  Un dossier du Commerce du Levant de décembre 2008 parle même de 1 065MW de capacité de production réelle, Le Commerce du Levant, « Electricité : la réforme ne peut plus attendre », déc. 2008, p. 40-66.

5  L’Orient le jour, Le Liban relié aux réseaux électriques de huit pays arabes, 30 mai 2009.

6  Estimations de Localiban (www.localiban.org).

7  La municipalité de Jbeil se situe sur la côte, à 37 km au nord de Beyrouth. Elle comptait 14 856 habitants et 12 618 électeurs inscrits en 2004, selon les estimations de Localiban (www.localiban.org).

8  Il reste actuellement quatre concessions de distribution d’électricité (Aley, Bhamdoun, Jbeil et Zahlé) et trois de production (Nahr Ibrahim, Nahr el Jawef et Nahr el Joz).

Haut de page

Table des illustrations

URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/7861/img-1.png
Fichier image/png, 779k
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/7861/img-2.png
Fichier image/png, 1,4M
Titre Figure 2: Territoires des propriétaires de générateurs, localisation et nombre de générateurs à Borj Hammoud
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/7861/img-3.png
Fichier image/png, 716k
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/7861/img-4.png
Fichier image/png, 31k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pauline Gabillet, 2010, « Le commerce des abonnements aux générateurs électriques au Liban. Des modes de régulation locaux diversifiés », Géocarrefour, Vol. 85/2, p. 153-163.

Référence électronique

Pauline Gabillet, « Le commerce des abonnements aux générateurs électriques au Liban », Géocarrefour [En ligne], Vol. 85/2 | 2010, mis en ligne le 10 octobre 2010, consulté le 24 juin 2016. URL : http://geocarrefour.revues.org/7861 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.7861

Haut de page

Auteur

Pauline Gabillet

Université Paris Est, LATTS Latts, Ecole des Ponts ParisTech 6 et 8 avenue Blaise Pascal - Cité Descartes 77455 Marne-la-Vallée cedex 2 pauline.gabillet@enpc.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page