Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Philippe Madeline, Jean-Marc Moriceau, Un paysan et son univers, de la guerre au marché commun

Jacques Bethemont
p. 263
Référence(s) :

Madeline P. et Moriceau J-C., 2010, Un paysan et son univers, de la guerre au marché commun, Belin, Paris, 429 p.

Texte intégral

1Il s’appelait Pierre Lebugle, assumait la condition d’agriculteur dans le Pays d’Auge et consignait ses activités journalières dans une suite d’agendas qui court de 1941 à 1971. Lorsqu’ils mirent la main sur cet ensemble jusqu’alors oublié au fond d’un grenier, Philippe Madeline et Jean-Claude Moriceau, l’un géographe et l’autre historien, comprirent qu’il y avait là un témoignage, mieux, un trésor d’une valeur d’autant plus inestimable qu’il pouvait être conforté par plusieurs entretiens avec le rédacteur. De cette rencontre entre deux universitaires et un agriculteur graphomane, résulte un ouvrage érudit tout en restant de lecture facile.

2Une fois établi le fait que si ses agendas détaillent au quotidien les faits et gestes de Pierre Lebugle, ils n’ont rien d’un journal intime, ainsi qu’en témoignent la transcription intégrale de quelques années et l’analyse critique de 1956, les auteurs ont tout d’abord ancré leur recherche en établissant le parcours du scripteur, puis en présentant son cadre de vie limité à un village et un petit pays. La suite de l’ouvrage aurait pu s’affadir dans une suite chronologique courant sur une trentaine d’années mais les auteurs ont fait le choix d’un parcours thématique partant de l’épreuve initiatique que fut la déportation en Allemagne dans le cadre du S.T.O. pour aboutir aux engagements sociaux d’un homme ouvert à son entourage, en passant par le métier d’éleveur laitier, l’analyse des échanges longtemps dominés par la vente du beurre mais étoffés par la production du cidre et quantités de menus services, les loisirs allant des fêtes carillonnés – car l’homme est un catholique fervent – à la chasse et à l’organisation de manifestations festives.

3Cette plongée dans une vie de labeur propose nombre de pistes qui ont toutes été explorées avec la même acuité. Sans doute convient-il de préciser que l’enquête porte sur un petit exploitant dont le capital foncier atteindra tout au plus au terme d’une vie de labeur, 17 hectares d’herbages bordés de haies et complantés de pommiers. Il n’y a d’ailleurs eu que peu de changements fonciers ou techniques entre 1940 et 1971. Non que l’exploitant ait récusé le progrès, mais le fait est qu’il ne l’a adopté que dans la mesure où il allégeait sa peine à l’ouvrage, par l’achat d’un tracteur ou d’une écrémeuse sans que soit jamais remise en cause l’association quasi exclusive de l’herbe et de la pomme. Dans le cadre routinier ainsi défini, la totalité des notations journalières a été compilée et mise en ordre statistique par les auteurs. Cela permet de dresser une image très précise des deux calendriers : celui de l’agriculteur dans sa diversité, depuis les soins donnés aux bêtes jusqu’à la plantation des pommiers, la taille des haies ou la confection des fagots ; celui du bonhomme qui visite ses voisins, va à la messe quand il ne va pas à la chasse, et participe activement à la vie communale. La riche moisson ainsi rassemblée puis mise en courbes et graphiques ne manque certes pas d’intérêt mais pose tout de même la question des limites dans la précision. Certes, la répartition saisonnière des temps dévolus à la messe ou à la chasse permet de dresser un profil, mais la statistique des saillies, vêlages, fagotages ou curage des fossés finit par lasser le mieux intentionné des lecteurs qui craint de voir fleurir dans les années à venir, et avec le même souci d’exhaustivité, une longue cohorte de mémoires de maîtrise si ce n’est de thèses qui nous diront tout sur la fécondité des génisses et le cubage du fumier.

4Une fois surmonté le pied de la lettre, la lecture des agendas a heureusement permis aux auteurs de dresser le portrait de l’agriculteur, portrait d’autant plus surprenant – pour ne pas dire émouvant – qu’il introduit à un certain art de vivre qui constitue un heureux contrechamp à la médiocrité des tâches quotidiennes. Bon fils, bon époux et bon père qui n’en finit pas de fêter à table les anniversaires, Pierre Lebugle est un véritable homme orchestre sollicité de toute part, car il sait piéger les taupes, greffer les pommiers et barater le meilleur beurre qui soit. Il pratique de façon généreuse l’entraide avec ses voisins, monte et démonte les décors des fêtes communales, fréquente volontiers les cinémas, photographie ses proches, ses amis et ses vaches, se fait chantre lors des messes d’enterrement, et participe avec enthousiasme aux pèlerinages ou aux réunions d’anciens déportés du travail. Heureuse nature, il conservera même un si bon souvenir de son séjour forcé de deux ans en Brandebourg, qu’il accueillera par la suite les correspondantes allemandes de ses filles.

  • 1  Prévost A., 1966. Granadou, paysan français, Plon. L’ouvrage ne figure pas dans la bibliographie d (...)

5Alors heureux Pierre Lebugle ? C’est selon, car on peut s’étonner du contraste entre son parcours personnel et le faible parti qu’il a tiré sur le plan professionnel et politique de ses années de militantisme à la JAC qui a formé tant de militants. Le fait qu’il n’ait pas suivi en temps opportun l’exemple de ses voisins et amis qui ont su acquérir assez de terres pour moderniser leurs exploitations, constitue un autre sujet d’étonnement. Il y a là une zone de mystère que n’éclaire pas la lecture des agendas. Toujours est-il qu’il a vécu au fil des années la fin du genre de vie hérité de ses parents et qu’il avait lui-même connu dans les premières années de sa vie active, lorsque son exploitation constituait une cellule autonome plus qu’un maillon dans la chaîne complexe du nouveau modèle agricole. Après avoir fabriqué le beurre qu’il vendait sous la halle de Vimoutiers, il a été contraint de livrer son lait à la laiterie et de laisser tomber en ruine son écrémeuse électrique et sa baratte mécanique ; alors qu’il fabriquait son cidre, il a dû vendre ses pommes à une cidrerie et regarder les hommes de la régie démolir son alambic ; le rendement laitier de ses bêtes étant jugé insuffisant, il lui a fallu acheter farines et tourteaux en complément des herbages ; les terres qu’il avait hérité de ses parents n’ont pas été reprises par ses filles. On sent au fil des années poindre le renoncement et le dernier agenda, celui de 1971, plein de laissés en blanc, ne comporte plus guère qu’une notation répétitive : soigné les bêtes. Ainsi va la fin des paysans et la comparaison s’impose à une génération d’intervalle entre Lebugle et Granadou1. Alors que l’un rentré de déportation et bien établi sur son lopin de terre perd progressivement son autonomie jusqu’à liquider son exploitation, Granadou rentré de guerre et parti de rien, emprunte pour acheter sa première coche, puis pour acheter de la terre et du matériel, jusqu’à devenir un exploitant aisé. L’un perd et l’autre conquiert mais tout deux ne se font guère d’illusion sur l’avenir des paysans.

6S’il fallait faire un reproche à l’ouvrage de Madeline et Moriceau, il porterait sans doute sur le fait qu’ils n’ont pas abordé ce qu’on peut appeler le mystère Lebugle. Pourquoi cet homme intelligent, travailleur et ouvert sur le monde s’est-il laissé enfermer dans un système voué à la faillite ? Ses agendas sont muets sur ce point et la rigueur scientifique des auteurs excluait sans doute toute extrapolation. Ils se sont pourtant entretenus avec Pierre Lebugle et la question a peut-être été abordée. Souhaitons qu’il en ressorte dans quelque temps un complément à ce qui demeure un ouvrage de qualité.

Haut de page

Notes

1  Prévost A., 1966. Granadou, paysan français, Plon. L’ouvrage ne figure pas dans la bibliographie de Madeline et Moriceau.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Bethemont, « Philippe Madeline, Jean-Marc Moriceau, Un paysan et son univers, de la guerre au marché commun », Géocarrefour, Vol. 85/3 | 2010, 263.

Référence électronique

Jacques Bethemont, « Philippe Madeline, Jean-Marc Moriceau, Un paysan et son univers, de la guerre au marché commun », Géocarrefour [En ligne], Vol. 85/3 | 2010, mis en ligne le 29 septembre 2010, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/7809

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • Revues.org