Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Ecologies urbaines, sous la direction de Olivier Coutard et Jean-Pierre Lévy

Laurence Rocher
p. 252
Référence(s) :

Coutard O., Lévy J.-P. (dir.), 2010, Ecologies urbaines, Paris, Economica-Anthropos, 371 p.

Texte intégral

1L’ouvrage coordonné par Olivier Coutard et Jean-Pierre Lévy réunit des contributions de chercheurs membres et associés au groupe de préfiguration du Programme de recherche interdisciplinaire Ville et Environnement (PIRVE), programme du CNRS qui coordonne des recherches sur le thème ville et environnement dans le cadre de trois appels à projets lancés depuis 2008. L’ensemble offre un état de la recherche sur l’écologie –ou plutôt les écologies- urbaines, à partir d’entrées thématiques qui recoupent, mais sans s’y borner, des entrées disciplinaires. C’est donc un état des lieux sinon exhaustif du moins particulièrement large, incluant des approches originales telles que les sensorialités ou l’ambiance urbaine, ou encore des inégalités écologiques, une des questions vives dès lors que l’on s’intéresse au croisement entre enjeux environnementaux et urbains. Mais au-delà de la grande variété des thématiques abordées, l’intérêt principal de l’ouvrage est de proposer une lecture à la fois rétrospective et prospective, chacun des contributeurs s’étant tenu à l’exercice de dresser des pistes de recherches qui lui semblent pertinentes ou nécessaires. Si l’on peut s’interroger sur la logique qui prévaut au regroupement des chapitres en trois sous parties (Métabolismes, Ambiances, Actions) ou regretter l’absence d’espaces conclusifs ou synthétiques faisant le lien entre les 17 contributions, le souci des auteurs de s’attacher à faire le point des connaissances dans leur domaine d’intérêt et de proposer de nouveaux chantiers et réflexions fait en soi cohérence, et laisse à penser que cet ouvrage fera date.

2Une introduction à trois voix fait état de plusieurs partis-pris qui semblent partagés par l’ensemble des contributeurs de l’ouvrage. Nous retiendrons le constat que la représentation de la ville comme une menace pour l’environnement est bien dépassée et que la dimension sociale constitue une composante à part entière de l’environnement urbain (J.P. Lévy), dimension qui se trouve d’ailleurs au cœur d’une conception « technocentrique » de l’environnement actuellement prédominante, selon laquelle systèmes « naturels » et artificiels sont intimement liés (J Theys). Ces acquis de la connaissance dans le champ de l’environnement urbain, pour solides qu’ils soient, n’excluent par un regard sur le long terme, assuré par une histoire de l’environnement urbain dont A. Guillerme rappelle l’intérêt. L’introduction est également l’occasion de se positionner par rapport au développement durable et de ce point de vue, cette publication mérite d’être saluée dans la mesure où, sans l’éluder, elle marque une certaine distance vis-à-vis du développement durable qui s’est imposé à la fois comme un prisme d’analyse et comme une finalité des recherches sur l’urbain et a fortiori sur l’environnement urbain. La notion de développement durable qui selon J.P. Lévy « souffre d’avoir été introduite par la sphère du politique, au détriment d’une réelle réflexion sur les implications scientifiques et opératoires d’un contenu non dénué d’ambigüités », est inévitablement présente dans la plupart des contributions, sans toutefois constituer un passage obligé.

3Si l’appel est unanime à développer des approches pluridisciplinaires, elles ne doivent pas se faire au détriment des approches disciplinaires qui nécessitent des approfondissements, déclinés au fil des chapitres où sont identifiés des points obscurs et délaissés, ainsi que des croisements permettant de saisir les interdépendances. La compréhension des villes en tant que systèmes complexes passe à la fois par la construction d’indicateurs pertinents (.S Barles, G. Faburel), par une connaissance affinée d’aspects qui participent de la « qualité de la vie urbaine », exprimés ici en termes de santé, de sensorialité ou de « l’habiter » (R. Lawrence, N. Blanc, J.P.Thibaud), ainsi que par une attention portée aux habitants dans leurs pratiques quotidiennes mais aussi revendicatives ou militantes (J. Lolive, C. Emelianof). On soulignera que si l’apport des sciences sociales dans un domaine longtemps réservé aux sciences dures fait lui aussi l’unanimité, ces dernières ne doivent pas « être réduites à l’acceptabilité sociale des mesures découlant des résultats de modèles techniques. » (F. Dureau & J.P. Lévy).

4Nombre des contributeurs appellent à un renouvellement et à un affinement des indicateurs qui instruisent l’analyse de manière à ce qu’ils reflètent davantage les multiples interdépendances qui caractérisent le champ de l’environnement urbain, notamment pour ce qui concerne le croisement entre la mesure des impacts physiques, les aspects sociaux et la dynamique urbaine générale. L’approche par les métabolismes gagnerait à intégrer à la mesure des flux – énergétiques notamment – des considérations relatives aux formes urbaines (S. Barles, F. Dureau & J.P. Lévy), de même qu’à prendre en compte les « effets différés dans le temps et dans l’espace » (S. Barles). Les sciences écologiques « dures », telles que la climatologie ou l’hydrologie, partagent l’objectif d’une meilleure prise en compte des rétroactions et interactions, particulièrement fortes en milieu urbain et mouvantes dans la perspective d’un réchauffement global (H. Andrieu, B. Tassin & S. Barreau, V. Masson). Dans le domaine de la santé, la récente mise en évidence des liens entre santé, maladie et urbanisation trouve ses limites dans l’utilisation de critères marqués par une forte sectorialité (R. Lawrence). La biodiversité urbaine mériterait, outre des efforts de caractérisation, des approches disciplinaires diversifiées qui s’y intéressent en tant que « construction sociale », à l’heure où elle donne lieu à des outils d’intervention tels que les corridors verts (Ph. Clergeau).

5Notons l’intérêt porté à la jonction entre systèmes et pratiques, autrement dit entre humains et objets techniques, particulièrement significatif lorsque ces systèmes prennent des configurations nouvelles dites alternatives qui vont dans le sens d’un bouclage localisé des flux, mais aussi d’une mise en visibilité accrue dans la mesure où le fonctionnement de ces systèmes s’accompagne d’une modification des pratiques au titre de la responsabilité environnementale (O. Coutard). Si au fil de l’ouvrage les urbains sont peu convoqués en tant qu’usagers, ils le sont largement en tant qu’habitants, sur lesquels plusieurs auteurs invitent à porter un regard renouvelé davantage attentif aux conditions d’une « habitabilité urbaine » qui dépasse une addition de critères segmentés (N. Blanc), ainsi qu’aux ambiances que J.P. Thibaud invite à considérer comme autant de « guides pour l’attention » nécessaires à l’édification d’une « écologie pragmatiste de la ville sensible ».

6Enfin, les écologies urbaines soulèvent des questionnements d’ordre éthique à travers l’attention récurrente portée aux questions de solidarité qui se déclinent à diverses échelles et à partir d’entrées variées. Il en est question à travers le croisement des notions de pauvreté et de vulnérabilité dans les villes du Sud (P. Metger, D. Couret & collectif Urbi), dans le travail de C. Emélianoff sur des formes de militantisme promouvant des modes de vies qui incluent des « solidarités à long rayon d’action », ainsi que dans celui de G. Faburel qui s’intéresse à œuvrer tant à une « qualification dynamique des inégalités environnementales » qu’aux conditions de leur mise en politique sous les termes de « disparités, d’inégalités ou d’injustices ».

7Au final, reste à saluer la publication d’un ouvrage utile aux chercheurs, enseignants et étudiants, à la fois large dans les champs qu’il couvre et pointu dans la manière dont ils sont abordés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurence Rocher, « Ecologies urbaines, sous la direction de Olivier Coutard et Jean-Pierre Lévy », Géocarrefour, Vol. 85/3 | 2010, 252.

Référence électronique

Laurence Rocher, « Ecologies urbaines, sous la direction de Olivier Coutard et Jean-Pierre Lévy », Géocarrefour [En ligne], Vol. 85/3 | 2010, mis en ligne le 15 mars 2011, consulté le 28 septembre 2016. URL : http://geocarrefour.revues.org/7793

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page