Navigation – Plan du site
Comptes-rendus d'ouvrages

La ville et l’urbain : des savoirs émergents, coordonné par Antonio Da Cunha et Laurent Matthey

Eric Verdeil
p. 312
Référence(s) :

Da Cunha A., Matthey L. (coords.), 2007, La ville et l’urbain : des savoirs émergents, Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes, 488 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage d’hommage au géographe Jean-Bernard Racine, professeur à l’université de Lausanne, hésite entre plusieurs projets. Les PPUR ayant proposé récemment des livres originaux dans la collection Penseurs d’espace sur Milton Santos et Manuel Castells, on aurait pu s’attendre que l’œuvre d’un géographe marquant comme Racine soit abordée, dans un véritable dialogue scientifique, sous plusieurs angles et de manière critique. Tel n’est pas le cas, même si l’ouvrage contient une section consacrée à son parcours scientifique. Elle se compose d’un entretien recueilli par sa collègue M. Consinschi , d’une bibliographie intégrale et d’un court texte de A. Bailly revenant sur quelques thématiques de recherche partagées avec Racine en lien avec l’évolution de la discipline.  La carrière de Racine est internationale et marquée du sceau de la pluridisciplinarité. Ses recherches constituent des explorations variées et novatrices au sein de la discipline et sur ces marges pionnières : philosophie, géographie quantitative, épistémologie, géographie culturelle. La ville et l'urbain constitue toutefois l'objet privilégié de ce déploiement multi facettes, d'où l'angle retenu par l'ouvrage.

2De fait, ce dernier se veut plus qu'un simple livre d'hommage même si plusieurs contributions se présentent comme des témoignages, des retours sur des points particuliers, voire des divagations plus ou moins illuminées, reflets d'un compagnonnage de longue durée avec J.B. Racine mais qui au fond peinent à dessiner une vue d’ensemble sur son œuvre comme à s’inscrire dans une construction plus englobante. Les coordonnateurs de l’ouvrage l’ont conçu comme une synthèse prospective sur la géographie urbaine aujourd'hui, à travers trois « champs d'émergence » qui articulent interrogation épistémologique et spécificité thématique : la ville systémique, la ville durable, la ville et l'identité. En fait, comme on l'a déjà suggéré, tous les auteurs n'ont pas joué le jeu de la synthèse. Certains ont entendu la dimension prospective comme un exercice spéculatif sur le futur de la ville - notamment dans la partie développement durable. D'autres ont livré des textes au format plus classique basées sur des études de cas qui constituent de fort instructives mises au point sur les tendances de l'urbanisation au Canada (L. Bourne), aux USA (B. Berry), à Londres (P. Petsiméris et S. Ball), ou sur la ville et la fête à Paris (M. Gravari Barbas). Trois textes reviennent sur la question de la religion dans la ville, en écho au maître-livre de Racine La ville entre Dieu et les hommes (J. Lévy, L. Beatie et D. Ley ainsi que A. Germain, L. Liégeois et H. Hoernig). Mais les deux parties sur la durabilité et sur l'identité, en dépit de l'intérêt ponctuel que pourront susciter certains textes, manquent franchement de cohérence.

3Finalement, la double dimension de synthèse prospective sur la recherche en géographie urbaine se trouve surtout dans la première partie. D. Pumain y propose un clair panorama sur les nouveaux objets du paradigme de la complexité, soulignant l'enjeu que constitue l'apport proprement géographique de la prise en compte des interactions d'échelles dans l'analyse systémique. Elle montre également que le développement de la recherche dans ce domaine est conditionné par la question des données disponibles. C. Rozenblat propose une nouvelle grille de lecture des réseaux urbains, à travers la notion de "petit monde", qu'elle applique au cas des entreprises multinationales. P. Claval  pour sa part revient sur sa proposition de définir la ville comme le dispositif spatial qui maximise les interactions sociales. On lui saura gré d'en montrer non seulement la pertinence au regard des nouvelles tendances de l'urbanisation, mais aussi les limites, liées en large partie à son arrière-fond économiciste (qui assimile la ville à un marché) et au fait d'avoir privilégié  la référence aux villes grecques et médiévales pour définir l'urbanité. Ainsi, Claval interroge la diversité croissante des "villes en archipel", l'absence d'unicité du sens pour les citadins et les divisions croissantes au sein de villes et propose qu'on questionne la dimension politique de l’organisation urbaine.

4Ce constat critique sur la notion d’urbanité conduit à une dernière remarque : si le panel des auteurs donne à ce livre une dimension européenne et transatlantique, on ne peut qu'être frappé par son occidentalo-centrisme, à l'exception du texte de D. Retaillé et O. Louiset. Original par son format, un pseudo-dialogue entre les auteurs, ce dernier revient sur leurs travaux dans des villes hors (et sans) carte (off the map, comme dirait la géographe Jenny Robinson) en Afrique sahélienne et en Inde. Il propose des intuitions stimulantes sur l'usage épistémologique du plan et en particulier du plan de ville par les géographes pour comprendre et décrire l'urbanité de villes sans urbanisme et sans plans mais qu'on aimerait justement voir expliciter plus en détail. Cette exception même engage à penser qu’il y a un curieux paradoxe – sinon une dérangeante myopie – dans le fait de traiter des savoirs émergents sur la ville et l’urbain, soit le projet du livre, dans une telle indifférence à ce qui constitue justement une bonne partie des espaces urbains émergents.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Eric Verdeil, « La ville et l’urbain : des savoirs émergents, coordonné par Antonio Da Cunha et Laurent Matthey », Géocarrefour, Vol. 85/4 | 2010, 312.

Référence électronique

Eric Verdeil, « La ville et l’urbain : des savoirs émergents, coordonné par Antonio Da Cunha et Laurent Matthey », Géocarrefour [En ligne], Vol. 85/4 | 2010, mis en ligne le 09 septembre 2010, consulté le 24 mai 2016. URL : http://geocarrefour.revues.org/7771

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page