Navigation – Plan du site
Comptes-rendus d'ouvrages

Self Service City: Istanbul, sous la direction de Orhan Esen et Lang Stephan

Denis Bocquet
p. 332
Référence(s) :

Esen Orhan et Lang Stephan (dir.), 2007, Self Service City: Istanbul, Berlin, b_books, coll. metroZones4, 420p., ISBN: 3-933557-52-6

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Istanbul constitue assurément, pour les études urbaines, l'horizon d'une recherche ouverte sur les thèmes les plus à vif des débats contemporains : de la requalification des aires en voie de patrimonialisation au développement d'un réseau de transports publics capable de desservir les zones de fort peuplement, ou de l'imposition d'un urbanisme plus ou moins inspiré du paradigme Dubai, fait de shopping malls et de tours hors-sol sur une trame forcément inadaptée, à la question de la démocratie municipale métropolitaine et celle de la gestion des flux touristiques ou de la cohérence sociale et spatiale entre aires d'occupation intensive des sols et création de gated communities verdoyantes. Parmi ces thèmes, celui de l'intégration aux réalités urbaines de l'héritage de la longue saison de construction hors norme ou abusive est assurément central. Comme dans de nombreuses métropoles de l'Europe méditerranéenne, de Rome à Athènes, l'abusivismo a ainsi constitué à Istanbul, essentiellement entre les années 1950 et 1990, le terrain  privilégié de la formidable croissance urbaine, non pas forcément en marge du système, mais bien en son cœur, tant on sait désormais que le fait de construire sans permis officiel est inséré dans tout un ensemble de réseaux de détermination sociale. L’ouvrage Self Service City: Istanbul, dirigé par Orhan Esen et Stephan Lang, fruit d'une recherche germano-turque, apporte sur ce point un certain nombre d'impulsions décisives, et permet de dépasser certains des a priori encore parfois en vigueur au sujet de la ville dite spontanée (en fait, bien entendu, et ce livre l'illustre encore, le fruit de phénomènes sociaux très encadrés). Sa publication fait suite à une exposition, tenue à la Volksbühne de Berlin en 2003. Il propose une lecture renouvelée des capacités d'auto-organisation des espaces et des flux dont font preuve les habitants de certaines métropoles, à la fois aux dépens de systèmes normatifs défaillants et parfois au profit, et c'est un des intérêt du livre de l'illustrer, de la construction d'une dimension nouvelle de l'urbanité. L'étude de ces phénomènes permet, qui plus est, d'exposer l'ensemble du système urbain à une analyse critique. Le projet de recherche, aussi bien académique que culturel, a duré plusieurs années à la suite de l'exposition initiale, et a eu pour objet de faire dialoguer Berlin et Istanbul autour d'une idée de départ simple : puisque les deux villes ont été le réceptacle depuis les années 1960 d'une importante migration anatolienne, un échange de perspectives et d'expériences ne peut être que fructueux. Certes,  les différences sont grandes entre le destin des populations turques venues se substituer à partir de 1961 à Berlin Ouest une main d'œuvre de la partie orientale de la ville désormais empêchée par la présence du mur de se rendre dans les usines, et l’Istanbul des années 1970, où se multiplient les lotissements dits informels et l'habitat précaire, . Si le pragmatisme de ce rapprochement peut surprendre, l'ouvrage est la preuve de la pertinence de la démarche. Self Service City, qui se concentre cependant sur le cas stambouliote, est donc largement le résultat d'un échange culturel entre les quartiers de Kreuzberg et ceux de type Gecekondu (les quartiers de « ceux qui sont arrivés dans la nuit ») à Istanbul. Le livre, tout en évitant les clichés inhérents à ce genre de parallèles, parvient à en tirer une grande énergie.

2Le livre commence ainsi par une très belle histoire photographique, autour de clichés issus des archives du journal Cumhuriyet, de divers lotissements dits spontanés de type Gecekondu des années 1970 à nos jours, dans laquelle frappe l'esprit identitaire qui anime les habitants : revendication d'un nom pour le quartier, célébrations collectives des moments forts de la vie locale, moments de solidarité face aux bulldozers et à la police. De l'autoconstruction à l'arrivée des promoteurs, du rêve d'une colline verte au mitage des parcelles autodécoupées, ces photographies racontent l'histoire d'un quartier vivant et organisé, et contribuent d'emblée à démonter bien des idées reçues sur l'urbanisme dit informel et sur la dimension spontanée du développement de tels ensembles. Ce n'est pas parce qu'elle se situe hors ou aux marges de l'appareil normatif de planification urbaine que la croissance de tels quartiers ne répond pas à une forme d'encadrement social et ne suscite pas des formes très spécifiques d'organisation sociale. On a bien là la forme d'une société urbaine, dont on suit l'évolution en interaction étroite avec la dimension formelle de la vie sociale: médiation avec les autorités politiques, planificatrices et financières, insertion progressive du quartier dans le paysage urbain de la métropole, lui-même en profonde mutation, effet des différentes lois d'amnistie foncière sur un tissu urbain ainsi validé d'un point de vue juridique mais toujours marginal dans les procédures de planification, développement de la propriété privée reconnue et arrivée (tardive et limitée) des services publics et des infrastructures en réseau. Tout au long du livre par ailleurs, entre les chapitres, de très beaux intermèdes photographiques viennent non seulement illustrer le propos, mais également donner accès à une dimension complémentaire et cruciale de la recherche: photographies, vignettes satiriques, captures d'écrans de divers films et documentaires.

3Après une introduction très utile d'Orhan Esen sur la vie des quartiers dit spontanés et les différentes phases de leur développement et les différents mots de la langue turque pour les caractériser, qui tend également, bien que de manière succinte, à mettre les expériences stambouliotes en relation avec les grandes lignes de la recherche internationale et à faire un bilan « postgecekondu » (p.47), les analyses qui suivent, de Stephan Lanz sur la ville comme village, illustrent un caractère fondamental des lotissements dits spontanés : la sociologie de leurs habitants liée à des origines rurales, avec toutes les conséquences morphologiques et fonctionnelles qui peuvent en découler. Dans le chapitre sur la périodisation du développement urbain en Turquie, confié à Tarik Şengül, on peine en revanche à retrouver le souffle qui avait animé les 70 premières pages du livre. Le manque de distance par rapport au lieu commun de l'absence d'identité urbaine dans les villes de l'époque ottomane (p.80, citant Özbudun, 1976, alors que la recherche a considérablement avancé sur ce point depuis) augure mal des développements suivants, en effet marqués par une trop forte prégnance de topoi flagrants.

4L'intérêt est cependant rapidement relancé par une série de courts chapitres proposant chacun une idée: Ihsan Bilgin et les raisons et conséquences de la double structure d'Istanbul, Mustafa Sönmez et ce qu'il nomme l'automne du Patriarcat (et l'attente d'un printemps), Timur Soykan et le rêve américain des habitants des quartiers précaires ou Hüsnü Yegenoglu et le concept d'Apartkondu et d'informalité sans chaos, autour du personnage du müteahhit, sorte de costruttore à la romaine des périphéries de l'abusivismo ou, selon la définition de l'auteur, de « petit entrepreneur sans scrupules, souvent originaire des côtes de la mer Noire, ayant un grand sens des affaires et du mensonge, et sachant parfaitement s'orienter dans le labyrinthe kafkaïen d'un réseau fait de fonctionnaires, de planificateurs, de politiciens, de conseillers municipaux, de policiers et de mafieux » (p.121). On touche avec ce chapitre à ce que la recherche collective a donné de meilleur, et on se familiarise avec le fonctionnement social de la construction des quartiers dits spontanés au travers d'exemples à la fois croustillants et révélateurs, au coeur des réseaux sociaux concernés. La ville dite informelle, par l'entremise du müteahhit, se peuple d'immeubles. On passe de l'autoconstruction au lotissement, et de l'auto-organisation aux arcanes du marché immobilier (et de celui de la légalisation, car c'est bien de cela qu'il s'agit). Le chapitre suivant, d'Önder Erkaslan, est consacré au film « Ceux qui voyagent en bus », de Ertem Görec (1961), dédié à la vie quotidienne des habitants des Gecekondu et présente une analyse détaillée des caractères d'urbanité que le film illustre. Il en va de même pour le chapitre consacré à l'oeuvre artistique de Özge Açikkol, Seçil Yersel et Günes Savaş (Oda Projesi, 8eme Biennale d'Istanbul): il s'agissait de reconstruire un type d'habitat « spontané » devant le palais de Tophane-i Âmire. Faute d'autorisation, l'œuvre fut érigée dans une zone d'entrepôts.

5Mais après ces intermèdes artistiques, parfaitement insérés dans la démarche d'ensemble, on revient à des études plus académiques. Şule Özüekren propose  ainsi de nuancer la perception des frontières entre habitat du secteur formel et informel (p.159). Il souligne non seulement la formalité de l'informel, mais aussi la dimension d'informalité que revêt souvent la construction formelle.

6Sema Erder contribue également à renverser les points de vue, avec une analyse du phénomène de « périphérisation du centre ancien » (p.189) dans laquelle sont décrits les lieux d'établissement en ville à la fois des réfugiés et des migrants. De Beyoğlu à Laleli on trouve ainsi toute une nouvelle population, originaire soit de Bosnie ou de Bulgarie, soit des pays de l'ancienne Union soviétique. L'article porte une attention spécifique aux conditions d'établissement dans ces quartiers des femmes, entre insertion sur le marché du travail et prostitution. Un article de Deniz Enhos s'intéresse particulièrement à la condition des femmes moldaves et une interview de Behzad Yaghamanian, par Pelin Tan, présente les conditions de vie à Istanbul des migrants africains en transit vers d'autres horizons de l'économie globalisée. Siren Idemen et Stefan Hibbeler étudient quant à eux le quartier de Zeytinburnu dans lequel se sont établis de nombreux réfugiés afghans, et Didem Daniş et Ebru Kayaalp celui d'Elmadağ, à la sociologie marquée par les racines kurdes et arméniennes. Si on peut regretter dans ce panorama le manque d'éléments concernant les Roms, et les spécificités du rapport à la ville de ces populations, à Istanbul comme partout ailleurs en Europe particulièrement discriminées et vulnérables, le mérite du livre est de faire le lien entre les différentes saisons et les différents horizons sociaux et migratoires de la précarité urbaine. La précarité urbaine est constamment lue sous un jour articulant non seulement les dimensions spatiale et sociale, mais également les parcours humains.

7Enfin, Orhan Esen, avec une lecture d'Istanbul comme creuset babélien, Ömer Laçiner, avec l'image de la ville, sous la menace constante d´un tremblement de terre de forte magnitude dont les effets seraient particulièrement tragiques dans les quartiers analysés dans le livre, lue comme sismographe de la vie politique turque, et Cihan Tuğal, avec une réflexion sur informalité urbaine et islamisme politique, proposent une repolitisation des perspectives qui contribue à clore cet ouvrage d'une manière convaincante. On a ainsi la vision d'ensemble d'un système urbain complexe, dans lequel la dynamique de croissance urbaine est lue sous l'angle non seulement d'une ville vue comme réceptacle de populations s'insérant plus ou moins bien dans un tissu  construit très ductile, le transformant à leur tour, mais aussi d'une lecture qui sait intégrer les enjeux les plus divers: de la régulation sociale de la construction dite informelle aux mutations de la représentation politique, aux luttes sociales ou aux formes d'expression locale d'une forte diversité urbaine. On a ainsi accès à de multiples dimensions de la réalité stambouliote contemporaine, et là n'est pas le moindre des mérites de cet ouvrage. On aurait bien sûr pu souhaiter une confrontation plus grande aux principales tendances de la littérature internationale sur la ville informelle ou sur le splintering urbanism, mais il y a dans Self Service City tant de pistes passionnantes que l'on peut accorder aux auteurs, malgré leur réticence à théoriser en ce sens, le mérite du façonnement d'un paradigme nouveau dont le titre du livre est l'expression la plus saisissante.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Denis Bocquet, « Self Service City: Istanbul, sous la direction de Orhan Esen et Lang Stephan », Géocarrefour, Vol. 85/4 | 2010, 332.

Référence électronique

Denis Bocquet, « Self Service City: Istanbul, sous la direction de Orhan Esen et Lang Stephan », Géocarrefour [En ligne], Vol. 85/4 | 2010, mis en ligne le 09 septembre 2010, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/7768

Haut de page

Auteur

Denis Bocquet

LATTS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • Revues.org