Navigation – Plan du site
Comptes-rendus d'ouvrages

Heiko Schmid, Economy of fascination. Dubai and Las Vegas as Themed Urban Landscapes

Cynthia Ghorra-Gobin
p. 302
Référence(s) :

Schmid H., 2009, Economy of fascination. Dubai and Las Vegas as Themed Urban Landscapes, Gerbrüder Borntraeger, Berlin, 272 pages, ISBN 978 3 443 37014 – 5

Texte intégral

1Cet ouvrage résulte d’une recherche initialement intitulée les « mondes artificiels » à partir d’un travail de terrain mené dans deux villes localisées en zone désertique (Dubai, (D) et Las Vegas (LV)), ce qui a priori justifiait le choix de l’adjectif « artificiel ». L’introduction précise que ces deux villes – ne pouvant être présentées comme de simples « destinations touristiques » – ont toutefois permis d’illustrer la thématique de l’économie de la fascination et de discuter des ressorts d’un aménagement urbain pensé en termes de « parc à thème pour le quotidien » (theming of everyday life ). D et LV sont en effet perçues comme deux sites privilégiés mettant en scène la logique économique du profit ainsi que l’avènement d’un univers urbain essentiellement pensé en termes de consommation. L’étude participe ainsi de ce « tournant » initié par la sociologie urbaine (Sharon Zukin) qui -après avoir centré l’analyse sur les inégalités sociales, la ségrégation spatiale et sociale et l’accès aux équipements publics tout au long de la phase industrielle du capitalisme- a proposé à partir des années 90 de lire la ville à partir de la thématique de la « dysneification ». Ce courant se retrouve également chez les urbanistes et les architectes (Michael Sorkin) qui associent la ville à un « parc à thème » et évoquent la ville « post-moderne ». Un chapitre de l’ouvrage (ch.2) est ainsi consacré à la thématique de l’économie de la fascination qui se situe à la croisée du corpus des études sémiotiques (de Saussure à Umberto Ecco en passant par Jacques Derrida) et de la théorie de l’action (Bruno Werlen et Anthony Giddens). Le schéma de la page 66 synthétise le cadre théorique permettant d’appréhender l’économie de la fascination et la valeur symbolique de la consommation, sans pour autant vraiment convaincre le lecteur.

2La scène urbaine est convoquée dans le troisième chapitre avec un portrait de chacune des deux villes ou plus exactement une description en parallèle de chacune d’entre elle. Le récit de Dubaï qui évoque le village habité par des pêcheurs inclut quelques cartes présentant le paysage naturel (relief et climat), les oasis, les réserves pétrolières des Emirats, la localisation des récents et futurs aménagements urbains (notamment les palmerais artificielles du golfe arabique), ce qui permet de se faire une idée de sa croissance spatiale. Las Vegas est présentée comme un nœud ferroviaire et comme la ville du ‘crime organisé’ dès lors que la région reçoit d’importants investissements publics -à l’initiative de l’Etat fédéral- pour la construction de barrages le long du Colorado, afin d’irriguer les terres (dans un climat désertique) et produire l’électricité. Le jeu –et les casinos- ont ainsi été légalisés à partir de 1931. Les acteurs territoriaux (élus et promoteurs) prennent quelques décennies plus tard (années 70) la décision d’en faire une ville touristique en mesure d’attirer les familles (jeunes enfants et retraités) en implantant et en inventant une série d’activités ludiques, de spectacles (de variétés) et d’ambiances urbaines (Paris, New York, Venise, Rome antique).

3La description de ces deux entités urbaines est suivie d’une analyse sur la « gouvernance » ce qui permet d’insister sur le rôle des entreprises, des entrepreneurs (publics et privés) et dans le cas de Dubaï de la famille royale. Dubaï est pensée comme un pôle d’échange entre le monde européen et le monde asiatique en se dotant d’importantes infrastructures aéroportuaires et en se dotant de parc d’attractions extravagants conçus autour de la neige et de la pratique du ski, outre les spectacles de variétés se déroulant dans les hôtels comme le Burj al Arab.  Aussi les chapitre 4 et 5 explicitent les choix et les stratégies de l’aménagement urbain dans les deux villes.

4L’ouvrage est bien construit et bien documenté mais le lecteur a du mal à se faire une idée précise du point de vue défendu par l’auteur. Le chapitre 6 qui a priori étudie les retombées sociales et écologiques de l’ « urbanisme de la fascination » rassemble tout compte fait peu de données permettant d’en faire une véritable critique. Le problème des travailleurs immigrés vivant dans des conditions infernales n’est pas vraiment évoqué pour Dubaï pas plus que le sort des immigrés clandestins à Las Vegas. Il n’est pas non plus question de risque ou encore de vulnérabilité. Quant au chapitre 7 (la conclusion), il semble favorable à l’économie de la fascination dans la mesure où il défend le principe de l’ « authenticité » des villes qui ont pour unique fonction de placer l’individu dans un monde irréel. La fabrication de « non-lieux » paraît être justifiée.

  • 1  Ruppert Helmut, 1999, Beyrouth, une ville d'Orient marquée par l'Occident, Beyrouth, Cahiers du CE (...)

5L’étude de l’économie de la fascination repose sur un sérieux travail s’inspirant de différentes disciplines même si l’on reconnaît la touche du géographe. L’ouvrage compte 59 figures largement en couleur et le lecteur est sensible aux schémas 19 et 20 qui rendent compte avec précision de l’usage de l’espace le long du Strip (LV). Cette facture graphique est typique des travaux des géographes allemands, et rappelle par exemple étrangement le travail du géographe Helmut Ruppert publié sur les souks de Beyrouth en 19691. L’analyse n’apporte toutefois rien de nouveau à l’ensemble de la réflexion sur la ville post-moderne ou encore sur le partenariat Public-Privé. Il est également regrettable que seul un chapitre ait été accordé à ces deux villes alors que l’on a le sentiment que l’auteur les connaît bien. Il aurait en effet été intéressant d’utiliser le travail empirique pour se lancer dans une démarche comparative construite sur la base de la confrontation pour établir l’articulation entre l’économie de la fascination, la nouvelle étape du capitalisme et l’émergence de territoires glocaux plutôt que de se limiter à une simple restitution d’un travail de recherche antérieur. A aucun moment le choix d’une ville localisé dans un pays émergent et le choix d’une ville relevant de ce qu’il est convenu d’appeler le First World n’est justifié pas plus qu’il n’est fait référence à l’histoire nationale dont relèvent ces deux villes. On ne peut que souhaiter à l’auteur de poursuivre l’étude de l’économie de la fascination en adoptant si possible un regard plus distant et, de ce fait, plus critique et plus convaincant.

Haut de page

Notes

1  Ruppert Helmut, 1999, Beyrouth, une ville d'Orient marquée par l'Occident, Beyrouth, Cahiers du CERMOC, n°20 [version originale 1969, trad. E. Verdeil].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cynthia Ghorra-Gobin, « Heiko Schmid, Economy of fascination. Dubai and Las Vegas as Themed Urban Landscapes », Géocarrefour, Vol. 85/4 | 2010, 302.

Référence électronique

Cynthia Ghorra-Gobin, « Heiko Schmid, Economy of fascination. Dubai and Las Vegas as Themed Urban Landscapes », Géocarrefour [En ligne], Vol. 85/4 | 2010, mis en ligne le 18 juillet 2010, consulté le 29 juin 2016. URL : http://geocarrefour.revues.org/7763

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page