Navigation – Plan du site
Comptes-rendus d'ouvrages

Cristina Bianchetti, Urbanistica e Sfera Pubblica

Denis Bocquet
p. 34
Référence(s) :

Bianchetti C., 2008, Urbanistica e Sfera Pubblica, Rome, Donzelli, 170p.

Texte intégral

1Cristina Bianchetti qui enseigne l'urbanistica au Politecnico de Turin et a précédemment donné d'importantes études sur la ville de Pescara, dirige avec Mariavaleria Mininni la collection « natura e artefatto », consacrée à la culture du projet urbain contemporain chez l'éditeur romain Donzelli, où est publié cet essai. Elle entend y poser les bases d'une réflexion critique sur la profession d'urbaniste à partir des expériences italiennes des années récentes. Elle part pour cela du sévère constat d'une quasiment pathologique aphasie des urbanistes et intellectuels du champ urbain dans les débats sur la ville contemporaine dans la péninsule, suite à une riche saison où, au contraire, la profession était parvenue à s'ériger en réservoir civique, politique et médiatique d'expertise urbaine et sociale. Pour elle, malgré l'ego surdimensionné des planificateurs et des architectes, qui tend à leur faire surestimer leur propre rôle dans les transformations qui affectent l'espace et la société, c'est toute la capacité de médiation sociale et de façonnement des discours sur la ville et le territoire qui est affectée, ainsi que celle à influencer sensiblement les idées reçues concernant l'espace et le territoire (p.5-6). Pour l'auteur, nous vivons la fin de la période d'intenses discussions ouverte par la (tardive) diffusion des idées de Max Weber d'une part et de Jürgen Habermas d'autre part, si bien que les débats urbains en seraient venus à être expulsés de la sphère publique (elle se réfère ici à la notion d'Öffentlichkeit, telle qu'ancrée dans la sociologie européenne, par opposition à celle d'opinion publique telle que développée par des auteurs américains de l'ère progressiste comme Walter Lippmann ou Charles Wright Mills). A partir aussi d'une lecture d'Hannah Arendt et de Richard Sennet, puis de Gavatri Chakravorty Spivak, C. Bianchetti tente de délimiter les contours de ce qui fait la nature contemporaine du rapport entre questions d'urbanisme et sphère publique. Son objet, de la sorte, est de mettre en relief les conditions contextuelles du projet urbain, avec comme hypothèse que le problème principal réside dans le fait que aux espaces de discussion est substitué un système direct et non ouvert de question-réponse qui en reprend les apparences tout en en pervertissant la nature par excès d'emphase et par le déplacement ou l'effacement de certains éléments nécessaires au débat public (p.13). La sphère publique, dans le gonflement de sa célébration même, mais biaisée, cesserait ainsi de fonctionner. La racine du mal se situerait également dans la démesure des rhétoriques du projet. Le livre est organisé autour de quatre exemples, entre recherche et compte-rendu d'expériences vécues de pratique de la planification, qui illustrent ce diagnostique, avec comme point commun la caractéristique de concerner des espace en cours d'urbanisation à la périphérie des villes, des « campagnes urbaines » selon l'expression de P. Donadieu que C. Bianchetti fait volontiers sienne.

  • 1 Sur l'urbanisation controversée de ces espaces, voir: Delpirou A. et Nessi H., 2009, Les politique (...)

2Le premier exemple est tiré de l'expérience de l'auteur dans la conception d'un schéma directeur pour le bassin du fleuve Pescara en 2003-2004, un territoire aux abords de la ville qui tient de ce que Gilles Clément a théorisé sous le terme de Tiers Paysage : friches, espaces interstitiels marqués par la prégnance des infrastructures, lambeaux d'agriculture. C. Bianchetti élabore à partir de ce qu'elle a vécu dans ce projet une réflexion sur l'imaginaire urbain, sur la construction des discours et des scenarii, et sur les modalités et les résonances des notions d'action et de projet urbain : pour elle, il s'agissait plus de ré-imaginer le territoire, c’est-à-dire de le réinvestir de sens et d’une dimension imaginaire disparue, que de simplement le transformer dans une logique performative. Le second exemple analysé concerne la requalification d'un territoire marqué par les loisirs, mais aussi par sa situation périphérique par rapport à la ville industrielle : la plage adriatique de Sottomarina à Chioggia. Partant d'une réflexion sur les plotlands anglais, ces espaces littoraux et ripariens investis par une forme plus ou moins informelle d'habitat, l'auteur disserte, s'appuyant sur J. Dewey, G. Deleuze et R. Geuss, sur les notions de bien collectif et de bien commun, afin de retracer l'émergence dans sa propre pratique professionnelle des idées relatives à un nouveau mode individuel et social de fréquenter la plage. Vient ensuite une réflexion sur les tentatives de créer des centralités alternatives dans les périphéries romaines, dans un chapitre intitulé « le pathos de l'urbanité », qui concerne le projet dit de la Romanina, à l'Est de Rome, entre Tor Vergata et Ciampino, aux abords extérieurs du Grande Raccordo Anulare, le périphérique romain1. On est là au cœur des enjeux contemporains de la planification urbaine à Rome : l'interaction entre investisseurs privés et planificateurs municipaux autour du nouveau plan régulateur de la ville, source autant d'innovations politiques, bureaucratiques et techniques que de dérives diverses. C. Bianchetti s'intéresse essentiellement à l'articulation entre plan régulateur et concours sur invitation à l'initiative du promoteur Sergio Scarpellini, ainsi qu'aux inflexions subies dans ce contexte par la notion d'espace public. Cela la conduit également à relier ce dossier à l'héritage des borgate abusives de la zone en question, et, en général, aux contradictions d'un projet urbain qui perd le sens aussi bien de l'urbanité que du bien public.

3Le dernier exemple est celui de Turin. Il vient illustrer le constat par l’auteur de l'absence de nos jours d'un discours public capable d'accompagner les transformations urbaines. A partir d'une analyse des cas du village olympique et de la spina (la requalification urbaine des zones autrefois cisaillées par les voies ferrées), qui ont pourtant considérablement transformé la ville, Cristina Bianchetti montre l'inadéquate relation entre marché, pouvoirs et débat public. Elle en vient à émettre le vœu d'un développement de procédures impliquant réellement la société civile, sans que la sphère d'intervention de cette dernière ne soit constamment limitée. D'où son appel final à un changement radical de perspective et de pratiques dans les rapports entre expertise, opinion et décision au sujet du projet urbain.

4Au total, on a ainsi une importante contribution aux débats internes aux professions de l'urbain sur les raisons d'une perte de capacité d'expression de l’expertise critique en relation avec la sphère publique. Mais l’ouvrage constitue en même temps le démenti sonore du constat de départ d'une aphasie généralisée, tant les pistes explorées touchent au cœur des enjeux contemporains aussi bien par leur acuité théorique que par leur pertinente force d'illustration, bien au-delà des cas italiens étudiés.

Haut de page

Notes

1 Sur l'urbanisation controversée de ces espaces, voir: Delpirou A. et Nessi H., 2009, Les politiques de « développement urbain durable » face aux héritages territoriaux. Regards romains sur la coordination transport/urbanisme, Flux, 75-1, p.69-79.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Denis Bocquet, « Cristina Bianchetti, Urbanistica e Sfera Pubblica », Géocarrefour, Vol. 86/1 | 2011, 34.

Référence électronique

Denis Bocquet, « Cristina Bianchetti, Urbanistica e Sfera Pubblica », Géocarrefour [En ligne], Vol. 86/1 | 2011, mis en ligne le 18 juillet 2010, consulté le 29 mai 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/7760

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page