Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Simon Edelblutte, Paysages et territoires de l’industrie en Europe. Héritages et renouveaux

Jacques Donze
p. 264
Référence(s) :

EDELBLUTTE S., 2010, Paysages et territoires de l’industrie en Europe. Héritages et renouveaux, Paris, Ellipses, coll. Carrefours, 272 p.

Texte intégral

1Que voilà de la bonne et utile géographie ! En 260 pages, l’auteur, maître de Conférences à l’Université de Nancy, cherche à mesurer l’impact de la mutation des systèmes productifs et de la mondialisation sur les territoires en général et les paysages en particulier. L’ouvrage se distribue en deux parties : l’étude des territoires et des paysages hérités et actuels dans une première partie de 130 pages ; la reconversion des « vieilles régions industrielles » (héritages et renouveaux) en 105 pages ensuite. Le tout richement illustré de 35 photos, 12 planches photographiques, 70 figures constituées de cartes et de photos associées avec un traitement graphique très soigné et parlant, et surtout richement commentées.

2Les territoires et les paysages de la première partie sont classés sur le mode scalaire. Le plus original (par rapport à la géographie économique telle qu’elle est pratiquée actuellement) est l’étude de l’usine et du site à grande échelle. Comme la géographie rurale classique s’attachait à décrire soigneusement la morphologie des bâtiments de l’exploitation agricole, Simon Edelblutte investit le quotidien, l’espace vécu et perçu, le paysage. Il étudie minutieusement les modèles architecturaux et l’organisation spatiale des bâtiments de production et d’habitation, de la protoindustrie aux zones industrielles fonctionnelles. Tout ceci s’appuie sur une grande culture et une longue familiarité avec le fait industriel, devenues plutôt rares dans la géographie actuelle, mais qui se limite un peu trop parfois au Nord est de la France et à la Grande Bretagne. Cette géohistoire à grande échelle permet de comprendre comment se forgent la culture et l’identité d’un territoire en en débusquant les traces laissées dans le paysage.

3Le deuxième chapitre porte sur l’échelle moyenne de la ville ; petites villes monoindustrielles ou plus grandes agglomérations. La ville industrielle forme un système spatial original et cohérent, du moins tant que l’activité fondatrice persiste, assimilé à un géosystème, terme jugé par l’auteur comme très évocateur du phénomène. Il s’inscrit en cela dans les orientations de l’école du paysage de Nancy autour d'André Humbert. Mais, bien qu’il indique que le concept est « né de la géographie physique », l’auteur s’inspire curieusement de la définition de R. Brunet dans « les Mots » de 1993 qui évacue complètement l’homme et la société. Il précise simplement en termes très vagues que « certains chercheurs » y ont inclus très vite (quand ?) des éléments anthropiques. La bibliographie nous apprend qu’il fait référence, curieusement là encore, à un hydrobiologiste spécialiste des écosystèmes aquatiques (Christian Levêque) certes très connu dans son domaine, mais jusqu’à présent peu mobilisé dans la pensée géographique alors que le courant de biogéographie inspiré de G. Bertrand et G. Rougerie est ignoré. Chez ces auteurs, le géosystème se différencie de l’écosystème en ce sens que l’homme est replacé au centre (un écosystème anthropisé). Le géosystème n’étant d’ailleurs qu’un élément du système de pensée GTP (géosystème, territoire et paysage). Le paysage ne peut donc être à lui seul un géosystème. L’assimiler en tant que tel risque d’être une source de confusion. Ne peut-on pas proposer tout simplement le concept de système socio-spatial, certes plus connoté géographie sociale ? La proposition de l’écologie industrielle, brièvement abordée –presque par hasard- avec le schéma de la zone industrielle de Kalundborg au Danemark serait intéressante si on parvenait à y intégrer réellement la dimension territoriale.

4Le troisième chapitre porte sur l’échelle régionale (vallée industrielle, bassin minier…). L’auteur s’interroge d’ailleurs sur la pertinence de la notion de région industrielle dont il souligne l’aspect réducteur d’une réalité diversifiée qui se saisit mieux à des échelles plus fines. A côté de schémas très éclairants, ce développement comporte quelques imprécisions (sur Feyzin au sud de Lyon, par exemple) ou des lacunes. En matière d’ambiance industrielle, on ne relève ainsi aucune allusion aux nuisances et aux pollutions, à défaut de risque, plus insaisissable.

5L’auteur s’inspire principalement de Sylvie Daviet pour toute réflexion critique et épistémologique sur le sujet. Il plaide par ailleurs avec conviction pour la méthode inductive, empirique, telle qu’elle avait été illustrée par J. Bastié et B. Dézert dans « l’espace urbain » en 1980. Une culture importante, une riche expérience de terrain permettent de développer une multitude d’exemples en privilégiant les paysages, au risque de tomber parfois dans une compilation de sources, et au dépens de l’analyse spatiale et de la science régionale, peu goûtée de l’auteur (Georges Benko n’est pas cité, par exemple).

6La deuxième partie porte exclusivement sur la reconversion. Les géographes lorrains sont sans doute les seuls qui maintiennent d’ailleurs un courant de recherche sur cette question. Après avoir analysé les modalités du déclin industriel, l’auteur examine les principes, les processus et les acteurs des politiques de reconversion en France et en Grande Bretagne ; les notions sont débattues, classées, toujours appuyées sur des exemples développés, parfois longuement. On trouvera dans cet ouvrage une utile synthèse, à un moment où la mémoire de ces bouleversements commence à s’estomper, comme si les choses étaient allé de soi. Le dernier chapitre enfin traite de la dimension patrimoniale des bâtiments industriels. Le rappel historique sur la prise en compte de ce paramètre établit le lien avec l’archéologie industrielle, courant de recherche apparu dès 1950, mais qui s’est surtout développé dans les années 1970 et 1980. Là encore, la synthèse est bienvenue. On en regrettera d’autant plus le relatif oubli des écomusées du Creusot et de Lewarde dans le Pas de Calais. L’allusion au principe même de l’écomusée est très sommaire et laisse apparaître une certaine réticence de la part de l’auteur. L’idée d’un musée dans son milieu n’est-elle pas justement la meilleure représentation d’un système socio spatial, voire, pourquoi pas, d’un géosystème ?

7Au total, voici un ouvrage très didactique qui plaira aux étudiants tant il s’attache à donner des grilles de lecture d’un paysage au mieux ignoré, au pire rejeté. Enseignants comme étudiants apprécieront la richesse et la clarté de l’iconographie tout en regrettant sans doute une certaine faiblesse épistémologique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Donze, « Simon Edelblutte, Paysages et territoires de l’industrie en Europe. Héritages et renouveaux », Géocarrefour, Vol. 85/3 | 2010, 264.

Référence électronique

Jacques Donze, « Simon Edelblutte, Paysages et territoires de l’industrie en Europe. Héritages et renouveaux », Géocarrefour [En ligne], Vol. 85/3 | 2010, mis en ligne le 23 juin 2010, consulté le 22 août 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/7756

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page