Navigation – Plan du site
Comptes-rendus d'ouvrages

Philippe Gervais-Lambony, L'Afrique du Sud (Idées reçues)

Bernard Bret
p. 291
Référence(s) :

GERVAIS-LAMBONY P., L'Afrique du Sud, 2009, Paris, Le Cavalier Bleu, coll. Idées reçues, 127 p.

Entrées d’index

Mots-clés

Afrique du Sud
Haut de page

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 20 décembre 2014.

1Philippe Gervais-Lambony confirme dans son dernier livre l'excellente connaissance qu'il a de L'Afrique du Sud. Il le fait dans l'esprit de la collection Idées reçues, en donnant des coups de projecteurs très actuels sur quelques thèmes majeurs de la question, que ces idées reçues soient exactes ou fausses, ou encore, ce qui est souvent le cas, approximatives et caricaturales.

2Même composé selon ce principe, l'ouvrage trouve dans l'analyse critique de l'apartheid son fil directeur. Impossible, en effet, de comprendre l'Afrique du Sud sans mettre au centre de la réflexion ce développement séparé des races, c'est-à-dire en fait le racisme d'Etat qui a sévi plusieurs décennies et dont les traces sont encore nombreuses plus de quinze ans après qu'il a été aboli. Philippe Gervais-Lambony en montre clairement les racines dans l'ordre colonial établi par les Britanniques et les Boers bien avant que le Parti National n'arrive au pouvoir en 1948. Il en expose les bases et notamment les constructions identitaires imposées par les Blancs à travers les identifications ethniques et linguistiques. En géographe, il montre la spatialisation du fait social et du fait politique : la séparation des races, c'était d'abord la séparation physique, soit une ségrégation vérifiée à toutes les échelles et dont la création des bantoustans devait être l'inscription territoriale majeure. La carte politico-administrative de l'Afrique du Sud disait en effet mieux que tout l'oppression dont les Noirs étaient victimes puisqu'elle en faisait des étrangers dans leur propre pays. Et, s'il fallait une preuve validant la pertinence de cette approche de géographie politique, on la trouverait dans le fait que le nouveau régime n'a pu se mettre en place qu'avec l'abolition de l'ancienne architecture institutionnelle du territoire et la création de provinces nouvelles, suivie quelques années plus tard de la mise en place de nouvelles municipalités. Ce dénouement est-il un miracle ? Cette idée reçue, comme d'autres, est plutôt  le résultat d'une heureuse conjonction. Le mérite en revient d'abord à Nelson Mandela et au combat conduit par le Congrès National Africain (ANC). Mais, ce n'est pas faire de l'ombre à cette grande figure que de voir le contexte ayant permis d'éviter la guerre civile : d'une part, un De Klerk  qui a eu l'intelligence de comprendre l'inviabilité du système et l'impérieuse nécessité d'en sortir, d'autre part la fin de la guerre froide qui rendait sans objet l'idée d'un rempart contre la menace communiste en Afrique australe. C'est vrai, tout miracle peut s'expliquer rationnellement, mais l'histoire est trop avare de faits heureux pour que l'on s'interdise de saluer un tel évènement  par une image disant son caractère inespéré.  Pour autant, on ne sort pas indemne d'un tel système. Son abolition ne fut d'ailleurs pas indolore, même si le bain de sang n'a, heureusement, pas eu lieu. La commission Vérité et réconciliation, sous l'autorité de Desmond Tutu, a fait beaucoup pour  la paix civile en reconnaissant les torts faits et en libérant la parole de tous, bien que la réparation effective des dommages subis ait rarement pu être réalisée. Les séquelles de l'apartheid sont aujourd'hui multiples, trop inscrites dans le sol et dans les esprits pour être gommées à bref délai. Philippe Gervais-Lambony analyse donc les images contrastées d'une Afrique du Sud post-apartheid tiraillée entre les aspirations des militants et les contraintes de la compétition internationale, quand il faut maintenir la machine économique héritée tout en assurant le rattrapage social des groupes anciennement défavorisés (p. 73). Même si des progrès incontestables ont été obtenus, la vague libérale qui domine depuis 1997 donne la priorité à l'affirmation sur la scène internationale. L'impatience sociale se fait par conséquent de plus en plus sentir, et le problème quasi intact de la réforme agraire en est une illustration, les Noirs ne pouvant pas, sauf rares exceptions, récupérer les terres dont ils avaient été spoliés. Ce pays émergent, tout à la fois du Nord et du Sud, s'impose comme puissance économique. S'est-il réconcilié avec lui-même ? L'avenir le dira, mais Philippe Gervais-Lambony souligne combien l'expression de nation arc-en-ciel convient pour désigner une population où les couleurs cohabitent au lieu de se fondre et où la prégnance du communautarisme dit la fragilité de l'art de vivre ensemble.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Bret, « Philippe Gervais-Lambony, L'Afrique du Sud (Idées reçues) », Géocarrefour, Vol. 86/3-4 | 2011, 291.

Référence électronique

Bernard Bret, « Philippe Gervais-Lambony, L'Afrique du Sud (Idées reçues) », Géocarrefour [En ligne], Vol. 86/3-4 | 2011, mis en ligne le 20 décembre 2014, consulté le 17 avril 2014. URL : http://geocarrefour.revues.org/7755

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page