Navigation – Plan du site
Comptes-rendus d'ouvrages

La ville comme événement

Boris Grésillon
Référence(s) :

Harth A., Herlyn U., Scheller G., Tessin W.,2010, Stadt als Erlebnis: Wolfsburg. Zur stadtkulturellen Bedeutung von Grossprojekten, Wiesbaden, Ed. Verlag für Sozialwissenschaften, 252 p.

Texte intégral

1Voici un ouvrage original à plus d’un titre. Tout d’abord, il s’agit d’une monographie urbaine portant sur une ville allemande de taille moyenne et relativement méconnue, y compris outre-Rhin : Wolfsburg, fief du groupe Volkswagen et ville créée ex nihilo par les Nazis en 1938. Ensuite, ce livre est le fruit de la quatrième grande enquête urbaine et sociologique menée depuis l’après-guerre sur l’évolution de cette ville industrielle surnommée « Auto-Stadt ». A ce titre, Wolfsburg constitue un observatoire exceptionnel, puisque son développement a été suivi et documenté de manière très précise depuis 50 ans. Par ailleurs, l’ouvrage, dont le titre est programmatique (« La ville comme événement » - ou « La ville événementielle : Wolfsburg »), retrace fidèlement l’incroyable transformation, en seulement dix ans, de la ville de l’automobile en une ville du divertissement s’appuyant sur une dizaine de grands projets culturels, sportifs ou de loisirs. Certes, Wolfsburg demeure la ville des usines et du siège de Volkswagen, mais elle s’est métamorphosée en une ville où il fait bon se divertir et plus seulement bon travailler. Comment cette métamorphose a-t-elle eu lieu ? Par la grâce d’un partenariat public-privé regroupant, au sein d’une société (« Wolfsburg AG »), le groupe Volkswagen et la ville. Les deux partenaires mettent au point un projet urbain visant à faire de « Wolfsburg-la-triste » une ville attractive. Pour ce faire, une dizaine de nouveaux équipements voient le jour de 2000 à 2010, à commencer par le parc à thèmes appelé « Auto-Stadt », financé par le groupe Volkswagen. Il s’agit d’un programme très ambitieux, portant sur un périmètre de 25 ha et qui a coûté plus de 400 millions d’euros. S’y ajoutent des équipements sportifs (le stade de football « Volkswagen-Arena »), culturels (musée d’art moderne, « Phaeno » - cité des sciences / architecte : Zaha Hadid), commerciaux (« City-Galerie »), de divertissement (Cinemaxx, parc aquatique, palais de la glace) et même universitaires (« Auto-Uni »). Pour les chercheurs, Wolfsburg constitue ainsi un observatoire in vivo d’un vaste projet urbain visant non pas à reconvertir une ville industrielle mais à la requalifier en ville créative. Même si le nombre et l’ampleur des équipements réalisés paraissent disproportionnés pour une ville de 120.000 habitants, les auteurs montrent que le pari des concepteurs est en passe d’être gagné, tant sur le plan du changement d’image de la ville que sur celui de la fréquentation touristique (nettement en hausse). De même, les enquêtes minutieuses menées par les chercheurs auprès de la population montrent que les habitants de Wolfsburg voient d’un bon œil cette métamorphose inattendue de leur ville.

2Enfin, le livre est intéressant pour son approche pluridisciplinaire, croisant étroitement les méthodes de la sociologie voire de la science politique avec les concepts de l’urbanisme et les apports de l’architecture. Les auteurs, visiblement à l’aise dans tous ces domaines, sont d’ailleurs tous les quatre enseignants-chercheurs au département de « sociologie de la planification urbaine » de la faculté d’architecture de l’université de Hanovre. Le plan de l’ouvrage reflète bien leur multi-appartenance scientifique, qui, au demeurant, serait impensable en France où les cloisonnements disciplinaires entre architecture, urbanisme, sociologie urbaine et géographie restent très marqués. Ainsi, après une première partie exposant l’évolution récente de Wolfsburg et les grands projets mis en œuvre, la seconde partie privilégie une approche sociologique en se penchant sur les réactions des habitants, tandis que la troisième partie fait la part belle à l’urbanisme et l’aménagement ; enfin, dans la dernière partie, les auteurs adoptent une démarche de science politique en s’intéressant aux enjeux politiques locaux et au fonctionnement de la « démocratie locale » face à une politique de grands projets. Au total, l’ouvrage se lit bien et il s’appuie sur une riche bibliographie. Chaque partie est introduite par l’exposé de la problématique et se conclut par une synthèse, ce qui donne à cette monographie très documentée des vertus didactiques. On regrettera seulement la médiocre qualité des cartes (dépourvues d’échelle) et des photos.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Boris Grésillon, « La ville comme événement », Géocarrefour [En ligne], Vol. 86/2 | 2011, mis en ligne le 21 juin 2010, consulté le 27 août 2016. URL : http://geocarrefour.revues.org/7746

Haut de page

Auteur

Boris Grésillon

MCF en géographie-aménagement, Univ. de Provence et UMR Telemme

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page