Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Cairo Contested. Governance, Urban Space and Global Modernity, D. Singerman ed.

Pierre-Arnaud Barthel
p. 166-168
Référence(s) :

SINGERMAN D. (ed.), 2009, Cairo Contested. Governance, Urban Space and Global Modernity, Cairo-New York, The American University in Cairo Press

Texte intégral

1Second volume collectif dédié à la mégapole égyptienne, après Cairo Cosmopolitan édité également par la politiste Diane Singerman en 2006, Cairo Contested s’inscrit dans une continuité de vues avec le précédent volume qui visait déjà à démasquer les effets de la mondialisation et de la période néolibérale du régime Moubarak sur une capitale placée à bien des égards sous haute surveillance. Mais, d’un volume à l’autre, l’angle d’attaque s’est décalé plus franchement vers les modes complexes de (re)négociation de la capitale dans « l’entre-deux » des politiques urbaines pour la capitale et des dynamiques habitantes (pour reprendre un terme cher à la regrettée Françoise Navez-Bouchanine (2004) des actions top-down imposées par l’Etat égyptien et des mobilisations sociales tous azimuts. Le lecteur découvrira ainsi la vitalité des résistances collectives aux tentatives de contrôle du territoire, de plus en plus fragmenté, de la capitale par un Etat autoritaire soucieux de bien défendre et maintenir ses prérogatives. Après une introduction très stimulante de la coordinatrice, trois grandes sections regroupent les articles. La première met en scène les espaces dont l’aménagement fait l’objet de contestation par les Cairotes contre une imposition autoritaire de principes valorisant la sécurité et un ordre acceptable pour l’Etat. Y sont abordés le territoire d’Al Azhar au Caire islamique aussi bien que le quartier informel d’Imbaba ou encore le parc de Sayyida Zaynab. La seconde section regroupe pour une bonne part des articles traitant des questions de gouvernance dans des territoires rebelles caractérisés par l’informalité (les fameux ‘ashwa’iyât) ou à travers des échelons d’acteurs institutionnels tentant de faire entendre leur voix (districts locaux ou bien syndicats exsangues sous la férule de l’Etat). Enfin la dernière section traite de la négociation des identités collectives en situation de lutte. Sans revenir sur chacun des articles, évoquons quelques traits saillants qui circulent à travers cette somme.

Etat néolibéral, planification et « informalisation » de la production de la ville

2Détournant une expression de Deboulet dans cet ouvrage, la coordinatrice résume la situation cairote par une jolie expression : une mégapole marquée par un profond néolibéralisme « from the sky » que l’on pourrait traduire par « vu d’en haut ». Elle désigne par là un Etat qui est passé du contrat social nassérien à une autorité néolibérale orchestrant une compétition entre et pour certains territoires, sans prendre en compte les spécificités sociales et culturelles, ni les variations historiques et mémorielles d’un quartier à l’autre, ni les identités composites des groupes sociaux constituant la capitale. Aussi la fabrique de la ville semble-t-elle (télé)guidée par « la loi de la négligence » (neglectful rule), pour reprendre l’expression de Dorman dans cet ouvrage : soit un mélange de désengagement, clientélisme, et convoitises sur des terrains constituant une rente foncière à conserver et à redistribuer entre privilégiés du système. Si l’ouvrage manque d’articles sur la planification urbaine décodée dans une perspective d’écologie politique, l’introduction de Singerman retrace bien les décennies de sur-investissement sur les new communities (selon l’appellation officielle pour désigner les « villes nouvelles » et les new settlements), soit quelques 22 % du budget du ministère de l’Habitat et de l’aménagement rien qu’entre 1998 et 2002, espaces qui n’abritaient à l’époque que 2 % de la population cairote ! Inversement, sur la même période, la dépense s’établit à 115 livres égyptiennes par tête pour les 12, 13, voire 15 millions d’habitants vivant dans les quartiers informels.

  • 1  Une stratégie appelée « Grand Caire 2050 » est en cours d’élaboration par le Ministère du logement (...)

3Cause d’un doublement de la superficie métropolitaine en 25 années, la vente des terres du désert a été un moteur puissant de dilapidation de la rente sans réelle « vision » urbaine au niveau de l’organisation territoriale des extensions. Ce déficit de planification stratégique1 a en effet permis toute une informalisation de la production de la ville qui rend incompréhensible pour le touriste la multiplication à perte de vue dans le désert de compounds de villas et autres immeubles souvent vides. L’informel caractérise aussi bien l’obtention des permis de construire, l’approbation des plans de développement que les « partenariats » souvent conclus de gré à gré entre Etat égyptien et investisseurs, qui donnent une entière liberté opérationnelle aux développeurs. Dans un récent article, en écho au Caire, Fawaz et Krijnen soutiennent à propos de Beyrouth que cette informalisation n’est pas un échec dans la planification ou le signe de l’incapacité d’un gouvernement urbain. Au contraire, cet ensemble complexe de pratiques volontairement peu lisibles peut être lu comme une stratégie de planification délibérée qui correspond le mieux aux intérêts des décideurs (en premier lieu ministères, députés, gouverneurs et investisseurs) qui trouvent la marge de manœuvre nécessaire pour réguler et organiser le développement de la ville avec une flexibilité manifeste (Fawaz et Krijnen, 2010).

Sous-traiter et compter sur la débrouillardise habitante (al-majhud al-dhati) : la production d’injustices spatiales

4La volonté de garder précieusement le pouvoir entre les mains des gouverneurs, des ministères et du gouvernement explique aussi la peur de la décentralisation, de la participation, de la co-gestion. Ben Nefissa explique bien à travers ses entretiens auprès des représentants élus des districts locaux combien leur pouvoir est limité par la résistance de l’Etat à partager les compétences. Les tentatives sont vite étouffées, comme l’illustre bien l’essai du concepteur du parc de Sayyada Zainab de faire co-gérer le parc par l’Etat et les habitants. Adham montre bien dans son article comment cette innovation a été rapidement écartée par les autorités.

  • 2  Une thèse est en préparation par Lise Debout (doctorante associée au CEDEJ) sur la Gestion locale (...)

5Ainsi l’Etat égyptien, plutôt que de se déconcentrer et se décentraliser, délègue aux ONG et au secteur privé international ou égyptien des pans entiers de son action tout en maintenant un fort contrôle sur ses « prestataires » de services. Perçues comme apolitiques par le pouvoir central car préoccupées de la gestion des déchets, de la rénovation de rues ou de l’entretien d’espaces verts, les ONG constituent un réseau dense au Caire, remplissant des fonctions de proximité sans guère remettre en question l’Etat (à l’exception de rares collectifs comme une ONG de Zamalek peuplée de femmes de ministres capables de faire « capoter » un projet de parking !). De nombreuses compétences d’aménagement (promotion immobilière) et gestion urbaine (collecte des déchets) ont été privatisées pour compenser les défaillances des administrations. On peut dès lors regretter l’absence d’analyses sur les effets de la décharge sur le privé. Des recherches en cours sur la capitale égyptienne révèlent la fragilisation des réseaux informels (chiffonniers), le bras-de fer entre les compagnies privées et les autorités pour définir leur rôle2, la montée des inégalités d’accès à un grand nombre de services urbains entre les quartiers, la déconnexion ahurissante entre un marché immobilier hyper-spéculatif saturé de gated communities et les besoins de millions d’habitants.

6Pour les habitants des quartiers informels du Caire (soit 62 % de la population pour au moins 53 % de la surface bâtie), l’Etat est passé d’une attitude d’ignorance totale à un laisser-faire et une régularisation a minima, que ne masquent pas les effets d’annonce de programmes de relogement ad-hoc et les inaugurations de résidences pour les relogés par Suzanne Mubarak. L’investissement peut être plus conséquent dans le cas de quartiers informels situés sur des zones à risques (comme, en 2008, l’éboulement de la falaise du Moqattam ou le tremblement de terre de 1992, décrit par Florin dans le livre) ou lorsqu’ils constituent un risque de contestation manifeste comme la « principauté d’Imbaba » notoirement connu pour son islamisme contestataire (articles de Singerman et de Haenni). Ailleurs, les habitants se débrouillent, payent par eux-mêmes leur raccordement à l’électricité, assurent la propreté de leur rue là où les compagnies privées ne passent pas, s’organisent et font jouer leurs réseaux communautaires et familiaux.

Espaces contestés, révélateurs d’un « cosmopolitisme vernaculaire »

7Si l’article de Mehrez montre la réduction des échelles de solidarité, caractéristique du passage du quartier à l’immeuble et même à l’appartement qui retient à présent l’intérêt des écrivains égyptiens, l’ouvrage donne, au contraire, une bonne idée des luttes multiples qui ont lieu au Caire. Singerman propose d’appeler « cosmopolitisme vernaculaire » cet assemblage de mouvements de résistances contre la globalisation néolibérale et plaidant pour la justice spatiale, la participation et l’équité sociale. Les contributions reflètent ainsi un kaléidoscope enchevêtré de contestations incarnées par des leaders (le cheikh d’Imbaba) et des groupes de pression (Kefaya !, signifiant « assez ! » en arabe) en action à travers des « situations » documentées au fil des articles. On y croise ainsi les négociations des conditions de relogement des habitants des quartiers informels (articles de Florin et Deboulet), les protestations des derniers agriculteurs vivant sur les îles nilotiques encore non construites (Bell), la répression des mouvements islamistes (Haenni), les mouvements sociaux de contestation directe du pouvoir central ou de l’action des Etats-Unis (Djerdjerian), les revendications des réfugiés africains (Al-Sharmani et Grabska), les grèves des ouvriers et des employés et leurs manifestations devant l’Assemblée du peuple en centre-ville (Paczynska).

8L’intensification des mobilisations surprend les analystes peu habitués dans cette région du globe à autant de contestations. Elle est liée à la redéfinition de l’action de l’Etat qui est de plus en plus coupée des citadins cairotes. Le gouvernement (al hukuma) est une cible privilégié, mais aussi le Président lui-même et son fils (pressenti pour la succession). L’étranger en est une autre : que ce soit le gouvernement israélien ou bien l’entreprise française Carrefour qui a fait face en janvier 2010 à une violente manifestation des habitants du quartier du Moqattam opposés à l’ouverture d’un nouvel hypermarché à l’entrée du quartier. Elle pose la question de la raison pour laquelle les autorités centrales laissent émerger ces contestations. Si la réponse n’est pas franche, l’impression est celle d’un régime qui finalement permet une certaine liberté d’expression à la fameuse « rue arabe » (Bayat, 2010) qui se radicalise, tout en ne changeant rien au gouvernement métropolitain. L’équilibre est cependant fragile pour l’Etat d’autant que la globalisation induit, à l’inverse d’une homogénéisation des cultures et des espaces, la fragmentation accrue des lieux de la contestation émanant d’une société civile de plus en plus bouillonnante mais complètement éclatée et la déterritorialisation des réseaux à l’instar des mouvements islamiques.

Méta-discours, contre-discours : dire le « chaos » pour produire des espaces aseptisés

9Le difficile contrôle d’une mégapole de cette importance engendre une appétence de l’Etat pour la production d’espaces et d’espaces-temps (les fêtes en particulier) cadrés, normés, aseptisés, « nettoyés ». Plusieurs articles montrent bien que les autorités privilégient des espaces circonscrits, clôturés (Adham) et incisés par des lignes droites (Deboulet) visant à aérer les territoires potentiellement dangereux. D’où un urbanisme de la barrière utilisé par les autorités elles-mêmes pour fermer un parc urbain public, là où le concepteur prévoyait un espace ouvert co-géré avec les habitants du quartier ; ou pour bien canaliser les flux et empêcher les gens de marcher sur des plates-bandes ou de traverser selon des itinéraires non prévus. Les élites font également montre d’une demande d’espaces maîtrisés. D’où un urbanisme de la clôture agité comme argumentaire de vente pour classes aisées en quête d’auto-enfermement résidentiel fondé sur l’irrationalité d’une peur dans une mégapole pourtant peu marquée par l’insécurité.

10En arrière-plan, une guerre discursive est à l’œuvre, à laquelle Singerman donne toute son importance. La coordinatrice montre habilement combien le gouvernement métropolitain du Caire est régi par un faisceau de discours et contre-discours qui s’affrontent dans les médias, les discours techniques et politiques. Parmi les premiers, le récit présentant Le Caire, et particulièrement sa zone centrale, comme chaotique sert à légitimer les délocalisations et autres délogements au nom de la dédensification et du risque sanitaire. La rhétorique du chaos traverse aussi les temps de la ville à l’instar des mawlids (fêtes religieuses vues comme menaçantes) qui a conduit comme le révèle Shielke, à leur interdiction totale en juillet 2009 au nom de la lutte contre le virus H1N1 ! Autre discours dominant, les citadins des quartiers informels sont présentés comme des « citoyens indignes », tandis qu’inversement les articles mobilisent et produisent aussi des contre-discours sur l’épaisseur civilisationnelle de ces quartiers et les fortes compétences des habitants à vivre envers et contre tout (Florin et Dorman). Enfin là où les décideurs ne voient la densité que comme une source de dangers et de dysfonctionnements urbains, plusieurs articles viennent célébrer la vitalité des réseaux et l’urbanité des lieux.

Haut de page

Bibliographie

BAYAT A., 2010, Life as politics. How ordinary people change the Middle East, Stanford-California, Stanford Press.

NAVEZ BOUCHANINE F., dir., 2004, L’entre-deux des politiques institutionnelles et des dynamiques sociales : Liban, Maroc, Algérie, Mauritanie, Rapport de synthèse, Programme de recherche urbaine pour le développement, GEMDEV-ISTED, 178 p., http://www.gemdev.org/prud/rapports/Rapport14.pdf

FAWAZ M., KRIJNEN M., 2010, Exception as the Rule: High-end Developments in Neoliberal Times, Beirut (Lebanon), in BARTHEL P.-A. (dir.), Built Environment, « Prestige projects in Arab metropolises », à paraître.

Haut de page

Notes

1  Une stratégie appelée « Grand Caire 2050 » est en cours d’élaboration par le Ministère du logement et de l’aménagement urbain en collaboration avec les Nations-Unies (2008-2010).

2  Une thèse est en préparation par Lise Debout (doctorante associée au CEDEJ) sur la Gestion locale et collecte des ordures ménagères en Égypte dans les contextes de réformes de privatisation/décentralisation à l’Institut d’urbanisme de Lyon.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre-Arnaud Barthel, « Cairo Contested. Governance, Urban Space and Global Modernity, D. Singerman ed. », Géocarrefour, Vol. 85/2 | 2010, 166-168.

Référence électronique

Pierre-Arnaud Barthel, « Cairo Contested. Governance, Urban Space and Global Modernity, D. Singerman ed. », Géocarrefour [En ligne], Vol. 85/2 | 2010, mis en ligne le 31 mai 2010, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/7727

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • Revues.org