Navigation – Plan du site

Émergence de stratégies patrimoniales dans l'archipel de Chiloe (Chili). Les enjeux autour de l'architecture en bois

The emergence of heritage strategies in the Chiloe (Argentina) archipelago
Roberto Santana
p. 257-264

Résumés

Au nord de la Patagonie chilienne, la société insulaire chilote semble être en passe de réussir, sous l’impulsion des premiers architectes arrivés dans les années 1980, la revitalisation et réinterprétation contemporaine de son patrimoine architectural, bâti traditionnellement en bois. Ce processus conforte l’identité culturelle et fortifie la prise de conscience patrimoniale. Nonobstant, le passage à un stade où la population transforme cette conscience en outil de développement, s’engageant sur des actions collectives en vue de projets patrimoniaux sur le plan local, s’avère être un chemin plus long du fait des pesanteurs d’une tradition marquée par l’isolement géographique et l’individualisme des habitants. L’associativité moderne en vue d’actions stratégiques est aujourd’hui le grand défi des insulaires.

Haut de page

Texte intégral

1Ce texte s'intéresse aux stratégies patrimoniales en tant qu'outil de développement local en zones marginales. Les marges des territoires nationaux sont généralement "zones de tradition" dont la transition à la modernité est rarement le résultat de l’initiative locale, mais très souvent de l’imposition brusque du changement par des facteurs extérieurs. Très fréquemment, les acquis de la modernité sont au prix de la perte des repères culturels ou de la disparition d’éléments constituants des patrimoines historiques. Chiloé, archipel situé au nord de la Patagonie chilienne (fig. 1), est un cas où la modernité, sous la forme d’implantations industrielles liées aux ressources marines, arrive comme une avalanche dans les années 1980, bousculant les sociétés locales. C’est l’élevage du saumon qui fait son entrée en force, s’appuyant sur une cohorte d’infrastructures, de technologie de pointe, de formes nouvelles de travail et sur des personnels d’encadrement venus d’autres points du pays. La densification du réseau routier, des communications modernes, l’ouverture d’un marché de travail salarié jamais vu dans l’archipel, le dynamisme de la construction, sont autant de facteurs qui viennent changer les rythmes de vie, questionnent les valeurs traditionnelles, et mettent en cause la notion même de temporalité chez les Chilotes. Les insulaires ont été pris au dépourvu, et les réactions initiales ont été contradictoires, allant d’un rejet majoritaire de "l’invasion" jusqu’au repli identitaire pour mieux "ne rien savoir". Une interprétation moins viscérale et plus pragmatique du phénomène prendra place dans les esprits petit à petit, au gré des constats des bénéfices que l’on pourrait obtenir de ces nouvelles activités et de leurs effets collatéraux. La question posée est donc de savoir si la société insulaire saura sauvegarder, par sa propre impulsion, les traits marquants de sa forte différence culturelle.

2Chiloé est l’espace géographique où, au long de plus de quatre siècles, s’est constituée une société locale périphérique par rapport à l’entité nationale chilienne, à base d’un métissage indigène/ espagnol, intense et prolongé, suis generis par son mode de vie lié étroitement à la mer et à la terre, et fière de ses coutumes et traditions. Elle est restée jusqu'aux années 1970 largement à l'écart des processus de modernisation qui avaient lieu dans le reste du pays. Les facteurs de cette marginalité sont multiples, mais au delà de l'insularité de ce territoire "du bout du monde", géographiquement difficile comme l’est toute la Patagonie, il convient d’évoquer en premier lieu la politique de désintéressement et la pratique de l’abandon d’un système politique national excessivement centralisé, fondé sur une culture de la "capitalinité", doublé d’un système économique hautement étatique qui privilégiait l’industrie et les services dans les aires métropolitaines du centre du pays méditerranéen. On devrait signaler, au titre de complément d’explication, qu’une ambiguïté constante, voire une méfiance réciproque, semble imprégner les relations historiquement établies entre le gouvernement central et l’archipel, entre les Chilotes et les Santiaguins (habitants de Santiago), entre les insulaires et les continentaux, dont les origines pourraient être puisées dans ce que l’on appelait au XIXe s. le fidélisme des Chilotes, ou leur loyauté envers le roi d’Espagne, dont des manifestations publiques avaient encore lieu à la capitale insulaire, Ancud, en 1928, un siècle après l’indépendance nationale…

3Il est aussi fort probable que l’attachement farouche à l’identité culturelle de la part des habitants ait eu sa part de responsabilité dans la marginalité historiquement persistante des îles, mais cela devrait encore être argumenté. Cette forte identité culturelle tient évidemment à l’insularité mais surtout à l’attachement des Chilotes à leur propre culture, à la diversité de leur patrimoine culturel, "construit" étroitement lié aux caractéristiques du milieu naturel et des ressources locales. Entre autres composants, une véritable "culture du bois" s'y est développée.

  • 1  Pour ce qui est de l'architecture chilote, le lecteur interessé peut lire le n° 78, spécial Región (...)
  • 2  Les églises de Chiloé (on en dénombre encore quelques 70) datent du XVIIe et XVIIIe s. et font par (...)

4L'architecture en bois représente, en effet, l'un des points forts de ce "construit historique" chilote1. Elle correspond à une tradition de travail du bois des habitants et à une adaptation créative des spécialistes (maestros) aux matériaux disponibles et à l'environnement naturel. Cette architecture sans architectes, qui ne fait pas la différence entre l’urbain et le rural, peut être définie comme le résultat d’une interprétation populaire des formes cultes allant d'un classicisme primitif à un néoclassicisme dont les traces se discernent à travers le temps. Hors de Chiloé, les expressions les plus connues de cette architecture sont les églises2 éparpillées dans l'archipel (16 d'entre elles classées Patrimoine de l'Humanité par l'UNESCO) et les palafitos (constructions de bord de mer sur pilotis, ouvrant des façades sur la rue et sur la mer). Pour le reste, les maisons traditionnelles ayant de la valeur architecturale existent dans les villes et la plupart des villages…

5Les vraies villes à Chiloé se comptent avec les doigts de la main : Castro, la plus ancienne a été fondée en 1567, au bord centre oriental de la Grande Ile, est la ville capitale de la province, (près de 28 000 habitants) ; Ancud (30 000 habitants), dans le nord, en face du canal de Chacao, fut jusqu’aux années 1970 capitale provinciale ; enfin, Quellón (15 000 habitants) crée au XXe s. dans le sud de la Grande Ile aux traits de ville pionnière. Par ailleurs, aujourd’hui certains villages, autrefois stagnants, sont devenus dynamiques et adoptent des allures de ville, de par l’augmentation de la population d’une part et par l’expansion de l’espace urbain, d’autre part. C’est le cas depuis les années 1980, de Dalcahue, Achao (sur l’île de Quinchao), Chonchi et Quemchi. De petits villages côtiers tels Curaco de Vélez, Chacao, Queilen, Nercón ou Puqueldón sont aussi en train de sortir de la régression démographique et économique. Bien que la croissance démographique récente ne soit pas très rapide, l’expansion de l’aire urbaine et la construction s’accélèrent, deux phénomènes que soulèvent les préoccupations concernant l’avenir de l’architecture traditionnelle chilote.

6Villes et villages, en effet, se sont construits depuis la colonisation avec le seul matériau disponible en abondance : le bois. Construction relativement éphémère car trop exposée aux intempéries, aux incendies, au travail des insectes, ou aux catastrophes naturelles (ras de marée notamment), les immeubles, en règle générale, ne duraient pas trop longtemps et devaient être remplacés de temps en temps, mais toujours suivant les mêmes techniques et en employant une grande diversité d’espèces d’arbres. Beaucoup d’édifices de valeur architecturale, dont parfois on conserve la description, ont disparu au fil du temps. De ce fait, les édifices les plus anciens qui subsistent correspondent à l’architecture religieuse de la deuxième moitié du XVIIIe s., tandis que d’architecture civile, ne conservent à ce jour que quelques demeures de la moitié du XIXe s.

7Jusqu'aux années 1970, cette architecture en bois, dont les dernières adaptations ou réinterprétations datent de la fin du XIXe et début du XXe s., est restée sans innovations importantes. Les formes et les styles d’ailleurs (de Lima, de Santiago, de Concepción ou de la région allemande des Lacs) accessibles à la connaissance locale n’étaient importés et adaptés que très lentement mais avec toujours, comme le dit E. Rojas, la même démarche : "l'effort ininterrompu pour transposer des formes, des structures et des ornements à une version en bois" Cet auteur souligne le résultat d’un tel exercice : "Ceci produit un baroque, un néoclassique ou un neo-gothique de caractéristiques sui generis, qui représente la valeur même de cette architecture, où les traditions et l’artisanat local la marquent d’une empreinte propre et originale" (Rojas, 1996).

  • 3  Voir en http: //www. multimania.com/chiloé, l’article de Roberto Santana concernant la "culture du (...)

8Ceci étant, l’architecture qui arrive à la seconde moitié du XXe s. est entrée dans un processus de dégradation rapide et dangereux à partir de la fin des années 1940, à l’instar même de l'appauvrissement économique qui commence à toucher comme jamais auparavant l'ensemble de l'archipel. Cette crise était due à des facteurs multiples : l’abandon du gouvernement central, les effets négatifs de la politique protectionniste, la minifundisation de la terre agricole de la bande orientale de la Grande et des petites îles, l’émigration de la main-d’œuvre masculine vers la Patagonie et ailleurs... Dans ce contexte de crise, la notion de patrimoine comme objet de préservation et d'innovation et/ou comme ressource de valorisation identitaire et de développement3, était parfaitement absente des esprits et ce d'autant plus que, parallèlement, la construction standard, en béton, venue du centre du pays faisait son entrée, après incendies et catastrophes naturelles.

9Ce n'est qu'à partir des années 1980, frappés par la modernité industrielle envahissante, que les Chilotes commencent à prendre conscience de l'intérêt de préserver leur propre culture et à porter un autre regard sur la destinée de leur architecture traditionnelle. L'arrivée de jeunes architectes venus du nord santiaguin, épris d’envies créatrices, notamment Edwards Rojas, jouera un rôle décisif dans les premières prises de conscience. Celui-ci, avec la collaboration de Renato Vivaldi, créera en 1978 à Castro le premier atelier d'architecture de l'archipel : L'Atelier Puertazul. Rojas était un convaincu de l’indispensable connaissance d’une culture avant de proposer une offre architecturale pertinente. Sous son impulsion, l’atelier va très vite devenir un laboratoire d'idées et de pratiques où aux côtés des architectes participent également des écrivains, quelques spécialistes des sciences sociales, des professionnels et intellectuels de passage.

  • 4  Ville du continent la plus proche, capitale de la Région des Lacs à laquelle appartient la provinc (...)
  • 5  "Apagón culturel" dans le langage des chiliens.

10Il est important de souligner que l'arrivée de ces architectes à Chiloé se passe dans un contexte plutôt favorable pour la profession. Tout d'abord, ils vont être attirés par le fait qu'à Chiloé le gouvernement militaire de l'époque subventionnait 25% du coût total de tout projet de construction, privé ou public, à condition d'être signé par un architecte. En fait, en l'absence de professionnels de l'architecture à Chiloé, les constructeurs civils et dessinateurs étaient contraints d'aller chercher à Puerto Montt4 la dite signature. Ensuite, ce sont des années où, l'internationalisation aidant, l'industrie du saumon s'implante à grand renfort de capitaux étrangers et nationaux. Très vite elle va se développer jusqu’à occuper la deuxième place au ranking mondial (et aujourd’hui la première, dit-on), transformant en deux décennies la vie de l'archipel et surtout de la Grande Île, créant un nouveau pouvoir d'achat local, stimulant l'arrivée d’investisseurs dans la sous-traitance, de cadres professionnels et d'entrepreneurs, créant ainsi une demande architecturale d’installations industrielles, d’immeubles privés et publics, d’urbanisations pour cadres et employés). Enfin, non seulement arrivent les architectes mais d’autres professionnels et de jeunes intellectuels découvrent l’archipel à cette époque, ils sont séduits par ces paysages acadiens et par l’harmonie entre cette architecture en bois et l’environnement d’une extraordinaire beauté. Les uns obligés pour des raison politiques, les autres à la recherche d’un climat culturel moins asphyxiant qu'à la capitale, ils s'installent à Ancud et à Castro, promouvant avec des locaux un embryon de mouvement culturel, à la recherche de nouveaux repères, refusant "l'éteignoir culturel"5 imposé au pays par les militaires.

11Ces jeunes architectes, découvrent vite en arrivant à Chiloé, que non seulement il existe bel et bien un marché architectural mais, surtout, ils découvrent une réalité et un environnement favorable à la réflexion architecturale : une tradition de construction en bois, une adaptation harmonieuse de la construction au paysage naturel, les savoir- faire des artisans locaux, une sociabilité chilote accueillante... Le tout va leur plaire et va décider de leur destin professionnel.

  • 6  Edward Rojas expose avec détail sa démarche architecturale et analyse ses œuvres dans El reciclaje (...)

12C’est donc dans un contexte plutôt favorable qu'allait opérer la dynamique de l'Atelier Puertazul, avec comme projet "l'utopie de proposer (aux Chilotes) une architecture contemporaine"6. Cette dynamique peu à peu conduit à une prise de conscience collective de l'intérêt d'une revalorisation du patrimoine architectural. Vivaldi exprime cette démarche dans les termes suivants : "Nous n’avions pas la prétention de 'sauver une culture', mais plutôt de 'dynamiser une culture', ayant conscience de notre statut d’agents du changement à l’intérieur d’un mode de produire que nous respectons et duquel nous apprenons" (Vivaldi, 1994)

Quelques moments forts dans la prise de conscience patrimoniale

La "guerre des palafitos" de Castro

  • 7  Pour le développement urbain de la ville, jusqu’aux années 1960, voir l’article de Pedro Cunill G. (...)
  • 8  De l’incendie de 1937, n’est resté aucun édifice des rues Blanco (qui descend de la place d’Armes (...)

13Même si la fondation de la ville de Castro a obéi à un choix stratégique sur un site d’intérêt portuaire, le centre urbain traditionnel de Castro s’est développé non pas sur l’étroite frange de bord de mer, mais un peu en hauteur, occupant une terrasse marine relativement réduite s’étalant entre 35 et 50 mètres au-dessus du niveau de la mer. Le noyau urbain central se protégeait ainsi des aléas des catastrophes liées aux ras de marée ou aux grandes tempêtes. Longtemps stationnaire dans son expansion, dans la deuxième moitié du XIXe s., ce noyau entourant la place d’armes se développe, occupant la totalité de la terrasse intermédiaire et se lie à la partie basse du port par une véritable rue d’accès, à habitat dense, et qui, avec le temps, deviendra la rue principale à caractère commercial (calle Blanco)7. Les immeubles de cette rue ont tous été construits en béton après le grand incendie de 1937. Soulignons que, si la ville a pu se mettre à l’abri des violences venues de la mer, elle n’a jamais pu se protéger entièrement des incendies, car la construction dominante continue d’être bâtie en bois8.   

14Délaissé le bord de mer, exception faite des espaces pour les modestes infrastructures portuaires, la seule initiative concernant le bord de mer fut le remblayage (avec gravats, sable et déchets divers) d’une bonne portion de la plage de l’estuaire de Castro en direction de l’avenue Pedro Montt. C’est sur ces terrains bordiers, délaissés car trop exposés, que prendront forme dans les années 1930-1940 deux quartiers marginaux de bord de mer, en fait, aux deux extrêmes de la ville (secteur Pedro Montt et secteur de l’embouchure de la rivière Gamboa). Les occupants spontanés de ces terrains étaient des gens qui migraient des campagnes environnantes vers la ville, parfois conservant encore un terrain et une activité agricole, mais souvent occupés exclusivement dans la pêche artisanale complétée par de petits boulots en ville. Population, donc, à faibles revenus, habitations de construction précaire, inexistence de titres de propriété, quartiers sans liens avec la ville formelle, endroits de vente d’alcool clandestine, etc., tous les ingrédients de la naissante marginalité à Chiloé.

15Un peu partout sur les bords côtiers il est possible de trouver à Chiloé le type palafito de construction, mais dans certains centres peuplés d’importance il donne lieu à un habitat fort concentré comme c’est le cas à Castro (fig. 3), Ancud et Chonchi principalement. Sa forme et sa structure correspondent à la solution habitable de tous les peuples localisés dans des zones de forêt humide, maritimes ou lacustres, et il est vain dans le cas de Chiloé d’attribuer la paternité du modèle aux Espagnols ou aux indiens. Les constructions chilotes sont traditionnellement construites sur des pilotis, ce qui les isole du sol humide, et il n’est donc pas étrange que sur le bord côtier la solution de construire sur des pilotis soit allé de soi. Pour sa description, rien de mieux que citer Hernán Montecinos (1978), architecte, quand il dit : "La mer intérieure de Chiloé, habituellement paisible, présente des bords d’accessibilité facile dans les nombreuses baies et estuaires qui y prennent forme. Ces endroits abrités sont régulés dans leur utilisation par le cycle des marée : à marée haute, l’activité de l’embarcadère bat son plein ; quand la mer se retire elle laisse la place à un ample territoire entre le bord terrestre et l’eau (varadero), lieu d’installation du palafito… Les pilotis en bois supportent le plan sur lequel s’installent maisons et entrepôts. Ce site limite, entre terre et mer, était propice au système de travail d’une économie mixte d’agriculture et pêche. La demeure fournissait une double accessibilité : par la mer, lieu de pêche et ramassage, mais également de communication avec les autres îles, et par la terre, lieu de l’urbain ou espace agricole". C’est le profil même des palafitos de Castro à leur origine que Montecinos décrit.

  • 9  Sur la progression des palafitos, voir Boldini G., 1994.

16Fortement touchée par le tremblement de terre de 1960, la population des palafitos n’abandonnera pas les lieux pour autant. Elle reconstruit sur les mêmes sites, et en même temps d’autres habitants arrivent et provoquent une nouvelle expansion des quartiers. Mais, les nouveaux venus auront moins l’ancien profil de paysans/ pêcheurs que de travailleurs urbains, même s’ils ne travaillent que dans les marges du système économique local. Cette nouvelle composition sociale n’est peut-être pas étrangère au fait que ces quartiers palafitiques se soient imposés comme faisant partie de l'ensemble urbain dans les années qui ont suivi le grand tremblement de terre9 de 1960.

17Quelques années plus tard, c’est le coup d’Etat au Chili. A l'arrivée de la dictature militaire, la population des palafitos, vivant depuis le début dans une économie de précarité, était particulièrement appauvrie ; c'étaient des temps "maudits" du fait de l'autoritarisme et de la crise : chômage généralisé, persécution politique, alcoolisme, délinquance et insalubrité y régnaient. Il y avait donc contraste entre beauté du bordemar, aspect folklorique de l'habitat, et délabrement matériel et social des palafitos. Par ailleurs, dans leur grande majorité les habitants de ces quartiers étaient contre la dictature, responsable directe de la crise et des persécutions. Toutes raisons "valables" aux yeux de l'autorité discrétionnaire du maire de la ville (nommé par le gouvernement dictatorial) pour les éradiquer, notamment ceux du quartier Gamboa. Au départ, à la fin des années 1970, la résistance à l'expulsion a été strictement défensive de la part des habitants qui refusaient le délogement (un comité de défense est né), mais cette attitude normale des résidents ne pouvait que devenir politique, dans la mesure où elle venait cristalliser un mécontentement généralisé d’une population qui en avait assez de la dictature. Alors, le mouvement, du fait de l'implication des jeunes architectes, motivés politiquement eux aussi, passe à un stade supérieur : le naturel refus d’expulsion prends l'allure d'un mouvement pour la défense des palafitos en tant que patrimoine culturel de la ville toute entière. Nous y reviendrons.

La "cathédrale" de Castro

  • 10  Cette église fut construite en 1906, selon un projet conçu par l'architecte italien Eduardo Provas (...)

18L'autre moment fort dans l'éveil de la conscience patrimoniale des castreños est en relation avec le conflit déclanché par les travaux de restauration de l'église10 de Castro (fig. 2), monument national datant des débuts du XXe s. Un évènement insolite allait toucher l’un des endroits les plus sensibles du catholicisme traditionnel castreño. La population de la ville est fière de son église, véritable cathédrale de par son allure et dimensions et qui, contrairement à d’autres constructions religieuses éphémères des siècles passés, successivement disparues, semble traverser le temps sous le signe de la durabilité. Par ailleurs, sa seule présence est une sorte de rappel aux habitants d’un passé riche en constructions de prestige : "Jusqu’à 1768, la ville de Castro montrait de manière ostentatoire l’ensemble d’édifices ecclésiastiques de premier ordre en dignité et beauté de la province (de Chiloé). Déjà en 1613 il y avait une église 'major', un couvent de la Merced et un couvent de l’église de Notre-Dame de Loreto, appartenant aux Jésuites" (Urbina, 1992). Tout au long des XVIIIe et XIXe s. la ville a tenu a se doter de temples en bois de grande dimension et de belle allure, et à reconstruire dans le même esprit de grandeur celles détruites par les grands incendies.

19L’église actuelle, quasiment centenaire, est un édifice entièrement bâti en bois, protégé extérieurement par des plaques de zinc ; elle a les proportions d'une cathédrale gothique et selon le projet originel aurait dû être construite en béton. À l'occasion de réparations en cours, dans les années 1980, l'architecte Rojas propose au comité d'entretien du temple, d'ajouter à l'ancienne couleur orange agressive de l'église de nouvelles couleurs audacieuses. Cherchant à donner du relief à l'architecture du monument, il ajoute une seconde couleur, en l'occurrence le violet, et détache les détails par un ruban blanc. Dans un deuxième temps, il va changer carrément l'ancienne couleur de l'édifice : l'orange (installée depuis longtemps dans la mémoire collective des habitants) devient abricot et le temple "s'adoucit". Rojas lui même est étonné du résultat : "surprenant, dit-il, une nouvelle église surgit dans le paysage, méconnue des propres habitants de la ville, l'édifice jouant de façon sublime avec les volutes blanches et grises du ciel austral". L'étonnement gagne aussi les habitants et les observateurs et les réactions son contradictoires :

  • - interrogations des amis intellectuels : s'agit-il de restauration ou d'architecture spectacle ?

  • - approbation de certains habitants : Castro s'est transformée en une ville incroyable qui concrétise le real-maravilloso ;

    • 11  Quartier bohème de Santiago sur la rive nord de la rivière Mapocho. Proche du centre civique, ce q (...)

    - rejet pour d'autres, comme cette intellectuelle chilote qui écrit le 17/07/92 dans La Epoca : "l'église de Castro a été peinte avec des couleurs qui l’identifient à l'architecte, mais ne l'identifient pas aux Chilotes ; ces couleurs nous rappellent plutôt le fameux quartier Bellavista de Santiago"11.

  • 12  A Chiloé, la tradition catholique est très forte, ce qui explique le rôle important de médiation   (...)

20Seul le curé de l'église parviendra à apaiser les esprits rappelant que "Dieu a créé les couleurs pour qu'elles soient utilisées"12. Les esprits ainsi apaisés, l'église ne va en être que mieux appréciée dans ses tonalités nouvelles et l'identité castreña et chilote que confortée par ce patrimoine collectif revitalisé.

21S'il est vrai que la couleur était traditionnellement utilisée dans les villes et les petites localités, notamment dans la Grande Ile, la palette, elle, ne variait pas outre mesure et restait toujours discrète (blanc, tonalités dégradées de jaune, de bleu-gris et de l'orange). Du degré d'acceptation sociale de cette nouvelle démarche picto-architecturale témoignent aujourd'hui les maisons peintes en rouge, en vert, en bleu, une ville où les couleurs jouent les combinaisons les plus audacieuses dans une esthétique qui s'intègre parfaitement à l'environnement. Aujourd’hui, Castro est une ville agréablement colorée que ses habitants semblent apprécier. L'utilisation libre de la couleur paraît avoir les portes grandes ouvertes du ciel et de la terre...

Deux directions dans la démarche architecturale

22En ce qui concerne la construction architecturale elle-même, la démarche patrimoniale se développe dans deux directions.

23La première tend à inscrire l'architecture en bois de Chiloé dans l’architecture moderne contemporaine. Les formes et l'espace de cette nouvelle expression s'inspirent directement de l'architecture traditionnelle et de son adaptation à un habitat de rivages maritimes ("culture de bordemar"). Rojas et son équipe se livrent à une recherche avec grande liberté sur la spatialité, les systèmes de construction et l’emploi de matériaux anciens et modernes. Le bois se marie à des planches métalliques (zinc, cuivre), l’illumination est faite par des vitrages en toiture (la "cinquième façade", pour la première fois à Chiloé), les formes géométriques prolifèrent, des éléments des palafitos gagnent l'intérieur des terres… Les réalisations marquantes de ce versant sont multiples, aussi bien des maisons particulières que des immeubles publics (hôtel Don Octavio, Internado Campesino San Francisco, Foire Municipale de Dalcahue (fig. 4), copropriété Los Cauquiles à Castro - ensemble de 5 maisons -, Hogar Filipense de Castro, Municipalité d’Achao, etc, etc). Ce chantier ouvert par l'Atelier d'Edward Rojas est aujourd'hui également exploré par d'autres équipes d'architectes à Castro et à Ancud, chacune apportant des réponses différenciées en fonction des lieux et de ses propres recherches et réflexions théoriques.

  • 13  Construction à deux pentes, qui servait (et sert encore) de cuisine et de lieu de la sociabilité f (...)

24La deuxième direction de cette démarche architecturale correspond à ce que l'architecte appelle "le recyclage insulaire". Pour lui, l'architecture en bois de Chiloé est un bien recyclable qui permet de sauvegarder le patrimoine hérité. Le principe de base étant qu'entre l'architecture culte pratiquée par les architectes et l'architecture populaire existe une intense inter relation qui les conduit à se nourrir mutuellement et à réinterpréter les influences exotiques. Dans cette même démarche, d'après Edward Rojas, la ville construite en bois peut être pensée comme "un grand collage tridimensionnel" en permanente transformation de par la ductilité et le caractère éphémère du matériau. De ce point de vue, la rénovation d’un immeuble traditionnel n’est plus la simple préservation du patrimoine bâti mais suppose en même temps une transformation des espaces, des formes et des fonctions, l’incorporation de nouveaux matériaux, ou de matériaux de récupération… Les meilleurs exemples de cette réinterprétation de l’ancien, sont certainement le musée d’Art moderne de Castro (MAM) à partir d’un fogón13 chilote recyclé qui deviendra ensuite l’axe des constructions qui se succèdent, et l’hôtel Unicornio Azul (fig. 5), recyclage d’un bâtiment/entrepôt, marié à des constructions abondamment vitrées grimpant la colline au profit d’une vue sur le bordemar).

Patrimoine architectural et développement local.

25Bien que la démarche réinterprétative des architectes soit socialement légitimée, comme en témoignent les très nombreuses réalisations exécutées à Castro et ailleurs, en ville et à la campagne (vers la fin des années 1990 pour le seul atelier de Edwards Rojas on dénombre plus de 500 projets exécutés), cela ne veut pas dire pour autant que la conscience patrimoniale des Chilotes soit arrivée au stade où une société locale fait du patrimoine culturel un outil ou un support de développement local, où l'on passe d'un concept de "territoire identitaire" à un autre de "territoire projet". On prendra deux exemples.

Le cas des vieilles maisons de village

  • 14  A propos d'urbanisme et d'architecture de Chiloé, voir l'article de Urbina R., 1986, ainsi que cel (...)

26On sait que pour la plupart des villages chilotes14, la qualité de certaines de leurs maisons construites en bois est une grande attraction. De ce fait, certaines municipalités et propriétaires s’inquiètent de la préservation d’immeubles ayant une valeur historico-architecturale, certains d’entre eux victimes de la dégradation et parfois en danger de disparition. Les propriétaires, généralement des personnes seules et âgées restées dans les villages, n’ont pas les moyens d’assurer l’entretien de ces vastes maisons (souvent de plus de 10 pièces) qui correspondent à une époque révolue où la famille était nombreuse et élargie. Dans le cas qui inspire ces réflexions, Curaco de Vélez, village avec une belle architecture en bois (fig. 6), il existe des maisons de 15 pièces. Les responsables locaux ont raison de s’inquiéter, car ils prennent conscience qu’une partie importante du patrimoine local est en jeu. Ils partent alors à la recherche de financements publics pour la conservation de ces immeubles, tâche difficile s’agissant de biens privés, car ces projets ne sont pas du même ordre que la préservation des églises (patrimoine de l’humanité) ou des palafitos (patrimoine de Castro, capitale provinciale).

27L'on se trouve là face à un problème qui interpelle les acteurs institutionnels mais également l’ensemble des acteurs sociaux. Car, faute de moyens publics, ils devraient modifier le sens de la problématique, et concevoir le thème de la préservation architecturale dans une perspective plus large, de développement local par exemple. On peut imaginer, effectivement, la "mise en scène" des maisons à valeur patrimoniale à l’intérieur d’un projet culturel plus large, stratégique, susceptible même d'intéresser d’autres villages ou d'autres communes. L’intérêt qu’y trouvera la collectivité sera décisif, car la protection de ces maisons au sein d’un projet culturel ne pourra se faire que lorsque il y aura compatibilisation de l'intérêt privé et de l'intérêt public, facilitant, par exemple, la possibilité d’un usage multiple des immeubles (habitation, mais aussi espace public), etc. Dans cette éventualité, l’immeuble, ou les immeubles, non seulement pourront être restaurés dans l’intérêt du propriétaire, mais également transformés dans leurs structures et fonctionnalité, permettant de ce fait une combinaison possible d'un espace résidentiel privé et d’un espace public. Passer d’une conception de la simple restauration de maisons individuelles à la transformation de l’immeuble en fonction d’une complexification fonctionnelle, liant intérêt public et intérêt privé, est un défi que les acteurs locaux ne peuvent négliger plus longtemps, et qui va les obliger à faire un effort pour surmonter la tendance à l’individualisme et rompre l’isolationnisme géographique au profit d’actions intercommunales. Dans ces cas, ce n’est que par l’action collective que l’architecture traditionnelle jouera un rôle important dans le développement local.

Le cas des palafitos comme ressource patrimoniale

28L’évolution de la problématique patrimoniale chez les habitants des palafitos de Castro témoigne aussi d’un stade embryonnaire de perception du patrimoine comme atout de développement local et éventuel moteur d'action collective.

29Après le succès partiel de la défense des palafitos contre la politique de la dictature militaire, l'aide financière de l'organisation espagnole Arquitectos sin Fronteras permit d'envisager un projet d'amélioration de l'habitat du bordemar et d'assainissement de l'environnement (projet Palafitos). Indépendamment du fait que ce projet est né sous le régime démocratique, entre les années 1996 et 1999, le moins que l'on puisse dire est qu'il a été mené sous une forme fort technocratique. En effet, la municipalité de Castro par l'intermédiaire de SECPLAC (Secrétariat de planification communale) assuma la responsabilité de programmer et coordonner les actions et, par appel d'offres, elle attribua la réalisation des travaux à des entreprises privées. La Junta de Vecinos, l'organisation légale des habitants de quartier, n'a fait qu'approuver les décisions des autorités et les modalités des entreprises. Les familles favorisées, au nombre de 145, ont vu leurs maisons améliorées et peintes, certaines élargies d'une pièce, les pilotis renforcés, la rue de la façade terrestre améliorée… sans avoir eu à se mobiliser outre mesure. Les travaux se sont terminés en 1999 avec l'installation d'un collecteur général de tout à l'égout connecté au collecteur central de la ville. La connexion de chaque maison au collecteur principal a été laissé à la responsabilité de chaque propriétaire, mais on attend depuis l'an 2000 que ceux-ci se décident à le concrétiser. La Junta de Vecinos n'ayant rien pu faire, les eaux usées continuent de se déverser directement sur la plage…

30Tout aussi inquiétant est le fait qu'en dépit de l'histoire de lutte racontée plus haut et bien que ces quartiers de bord de mer soient devenus une grande attraction touristique de la ville, dont tout le monde parle, on ne voit pas se développer chez les habitants une conscience collective mettant en avant la valeur potentielle du patrimoine en vue d'un développement local. Hormis quelques petits magasins de vivres et vente de boissons (tiendas), aucune structure d'accueil, ni sur le plan des services ni sur le plan culturel, et l'on doit se conformer à l'aspect paysagiste de la visite du quartier.

Comment expliquer cette sorte d'anomie collective face au fait patrimonial ?

31On peut constater la défaillance évidente de l'institutionnel et du politique dans la mobilisation et la participation de la population à son propre développement. Mais il semble que le plus important soit ailleurs, car il n'est pas neutre de constater que l'on est en présence d'un conglomérat social en phase de transition identitaire, du passage d'une appartenance à deux univers, le maritime et le terrestre (pêcheur/ agriculteur/ salarié en ville), à une simple appartenance citadine dont les repères ne sont plus les traditionnels, de même que les nouveaux ne sont pas encore bien définis ni bien assurés. Cela, d'autant plus qu'au regard de la ville "formelle" et des institutions, ces habitants des palafitos "ne sont pas dans la ville" ("no están en la ciudad"), puisqu'ils ne paient ni taxe foncière ni taxe d'habitation, qu'ils ne sont pas titulaires d'une concession de plage et qu'ils utilisent gratuitement les services publics ; en fait, pour les officiels, ils seraient "en marge de toute légalité". Il est d'ailleurs possible que cela agisse au sein de l'administration comme un obstacle à toute initiative économique que les habitants du quartier, au moins quelques uns, pourraient éventuellement décider d'entreprendre. En tout état de cause, il semble que l’action collective locale qui fait aujourd’hui défaut, passe nécessairement par une dynamique de cohésion identitaire de quartier, où le ressort patrimonial, bien entendu, ne peut qu’être au centre de la démarche.

Conclusion

32L'architecture en bois de Chiloé a l'air d'avoir bien engagé le chemin de la réinterprétation ou revitalisation contemporaine (recyclage) grâce aux apports venus de l'extérieur de l'archipel sous forme d'expériences diverses, mais, surtout, grâce à une réflexion approfondie engagée par des professionnels de l'architecture à la fois sur l'évolution historique et sur le contexte environnemental de la construction architecturale héritée. Ce processus, d'ores et déjà légitimé socialement, semble être apte à assurer la continuité d'une tradition culturelle. Mais, si cette évolution est ressentie de plus en plus comme une valeur ajoutée qui vient rassurer, voire renforcer l'identité chilote, en revanche la conversion de ce patrimoine en éventuel support de projets collectifs d'intérêt local, porteurs d'avenir, est un chemin que les chilotes commencent tout juste à entrevoir.

33Cette problématique a à voir avec les acteurs du changement. Si la population chilote affichait une volonté d’affirmer son identité culturelle comme étant un élément central des stratégies de développement, ceci signifierait qu’elle s’oriente vers l’abandon d’un comportement historique paradoxal consistant à attendre tout du centre politique national, tout en sachant que Chiloé n’est pas la "niña de los ojos" des gouvernements et que, à cet égard, historiquement, les déceptions ont été plus fréquentes que les satisfactions reçues (dernière déception en date : l’apparent abandon officiel du projet de pont sur le canal de Chacao). En revanche, ce à quoi les Chilotes sont appelés du fait des impératifs d’aujourd’hui, c’est à devenir de véritables acteurs d’une associativité innovatrice, d’une action collective qui vise l’avenir, qui prenne des initiatives, qui fasse des propositions et qui assume la gestion de projets de modernisation sociale. Face à ce défi, les acteurs chilotes apparaissent encore handicapés du fait de leur propre culture héritée de la société rurale, laquelle ne cesse d’imprégner encore fortement la population citadine. Ils restent en quelque sorte les otages d’un passé de paysans/pêcheurs "indépendants" luttant pour le court terme, de gens habitués à l’isolement par la géographie propre de l’archipel, par la dispersion des îles, habitués à se battre avec leurs propres forces, au jour le jour, ayant développé un individualisme marqué et un désintérêt évident pour toute construction stratégique collective. Le travail sur l’avenir de leur patrimoine architectural peut constituer, espérons-le, un important élément mobilisateur des pesanteurs et des blocages existants sur le plan organisationnel.

Figure 1 : La position de l'archipel de Chiloe

Figure 1 : La position de l'archipel de Chiloe

Figure 2 : Eglise de Castro

Figure 2 : Eglise de Castro

Figure 3 : Palafitos de Castro

Figure 3 : Palafitos de Castro

Figure 4 : Foire de Dalcahue

Figure 4 : Foire de Dalcahue

Figure 5 : Hôtel Unicornio Azur

Figure 5 : Hôtel Unicornio Azur

Figure 6 : Rue de Curaco de Vélez

Figure 6 : Rue de Curaco de Vélez
Haut de page

Bibliographie

ARENAS F., ANDRADE B., QÜENCE J., 2001, La valorización de un espacio periférico : El caso de la costa oriental de la Isla Grande de Chiloé, Revista de Geográfía Norte Grande, n° 28, Santiago, p. 79-90.

BOLDINI G., 1994, Castro y Ancud. Crecimiento e interpretación urbana, ca/Ciudad/Arquitectura, n°78, p. 38-41.

CUNILL P., 1967, Castro : centro urbano de Chiloé Insular, Revista de Antropología, n° 5, Santiago, p. 5-47.

FISHER R., ROJAS E., 1986, Arquitectura culta y naif en Chiloé, Chiloé, n° 2, Castro, p. 12-18.

INTERNET, http://www.multimania.com/chiloé ou www.chiloé-cultura.org

MONTECINOS H, IGLESIAS J., 1978, El Palafito Chilote, ca/Ciudad/Arquitectura, Santiago, n°22, p. 8-9.

ROJAS E., 1996, El reciclaje insular, Bogotá, Colombia, 198 p.

SANTANA R., 2001, Articulación entre cultura de la madera y explotación durable del bosque nativo en Chiloé, Líder, Osorno, Año 6, n° 9, p. 1-21.

URBINA R., 1992, Los pueblos de Chiloé, p. 12-18, in Chiloé a 500 años, Ministère de l’Education, Santiago, 110 p.

URBINA R., 2002, La vida en Chiloé en los tiempos del fogón. 1900-1940, Valparaíso, Editorial de la Universidad de Playa Ancha, 391 p.

VIVALDI, R., 1994, Arquitectura actual en Chiloé. Ni tanto, ni tan poco… sino todo lo contrario, ca/Ciudad/Arquitectura, n° 78, Santiago, spécial Región del Archipiélago, p. 30-33.

Haut de page

Notes

1  Pour ce qui est de l'architecture chilote, le lecteur interessé peut lire le n° 78, spécial Región del Archipiélago, de la revue Ciudad/ Arquitectura, del Colegio de Arquitectos de Chile, oct/nov/ déc/ 1994. Sur d’autres thèmes concernant les patrimoines culturels chilotes et les stratégies de développement, visiter le site Internet http: //www.multimania.com/chiloé, de Roberto Santana.

2  Les églises de Chiloé (on en dénombre encore quelques 70) datent du XVIIe et XVIIIe s. et font partie d'un projet jésuite d'urbanisme territorial (réseau insulaire) devant servir à l'évangélisation de l'archipel dans le cadre de la Misión Circulante de Chiloé.

3  Voir en http: //www. multimania.com/chiloé, l’article de Roberto Santana concernant la "culture du bois" à Chiloé.

4  Ville du continent la plus proche, capitale de la Région des Lacs à laquelle appartient la province de Chiloé, accessible par la route Panaméricaine après traversée en ferry du Canal de Chacao.

5  "Apagón culturel" dans le langage des chiliens.

6  Edward Rojas expose avec détail sa démarche architecturale et analyse ses œuvres dans El reciclaje insular, op.cit.

7  Pour le développement urbain de la ville, jusqu’aux années 1960, voir l’article de Pedro Cunill G., 1967. Pour ce qui concerne l’histoire de Castro, lire l'ouvrage de Urbina  R., 2002.

8  De l’incendie de 1937, n’est resté aucun édifice des rues Blanco (qui descend de la place d’Armes au port) et Lillo. Deux autres incendies ont eu aussi des effets dévastateurs : celui de 1960 qui a suivi le grand ras de marée et tremblement de terre, soldé par la destruction de maisons d’habitation et de commerces, et celui de 1964 qui a détruit plusieurs immeubles commerciaux du centre de la ville.

9  Sur la progression des palafitos, voir Boldini G., 1994.

10  Cette église fut construite en 1906, selon un projet conçu par l'architecte italien Eduardo Provasoli.

11  Quartier bohème de Santiago sur la rive nord de la rivière Mapocho. Proche du centre civique, ce quartier, au pied de la colline San Cristóbal, a été investi et transformé dans les années 1980 par des artistes et intellectuels de gauche.

12  A Chiloé, la tradition catholique est très forte, ce qui explique le rôle important de médiation  que les hommes d'église peuvent être amenés à jouer dans certains cas.

13  Construction à deux pentes, qui servait (et sert encore) de cuisine et de lieu de la sociabilité familiale autour d'un foyer central. Dans sa version moderne, à des fins de sociabilité élargie, le toit est devenu conique.

14  A propos d'urbanisme et d'architecture de Chiloé, voir l'article de Urbina R., 1986, ainsi que celui de Fisher R. et Rojas E., 1986.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : La position de l'archipel de Chiloe
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/772/img-1.png
Fichier image/png, 36k
Titre Figure 2 : Eglise de Castro
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/772/img-2.png
Fichier image/png, 494k
Titre Figure 3 : Palafitos de Castro
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/772/img-3.png
Fichier image/png, 242k
Titre Figure 4 : Foire de Dalcahue
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/772/img-4.png
Fichier image/png, 489k
Titre Figure 5 : Hôtel Unicornio Azur
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/772/img-5.png
Fichier image/png, 1,5M
Titre Figure 6 : Rue de Curaco de Vélez
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/772/img-6.png
Fichier image/png, 467k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Roberto Santana, « Émergence de stratégies patrimoniales dans l'archipel de Chiloe (Chili). Les enjeux autour de l'architecture en bois », Géocarrefour, vol. 79/3 | 2004, 257-264.

Référence électronique

Roberto Santana, « Émergence de stratégies patrimoniales dans l'archipel de Chiloe (Chili). Les enjeux autour de l'architecture en bois », Géocarrefour [En ligne], vol. 79/3 | 2004, mis en ligne le 12 mars 2008, consulté le 23 mai 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/772 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.772

Haut de page

Auteur

Roberto Santana

Chercheur Associé au GRAL/Université de Toulouse-Le Mirail, roberto.santana@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page