Navigation – Plan du site
Compte rendu d'ouvrages

Stéphane Gendron, Animaux et noms de lieux

André Buisson
p. 277
Référence(s) :

GENDRON S., 2010, Animaux et noms de lieux, Paris, Errance, 240 p.

Texte intégral

  • 1 Les noms de lieux en France. Essai de toponymie (2003, rééd. 2008) ; La toponymie des voies romaine (...)

1L’ouvrage de Stéphane Gendron est un de ces ouvrages que l’on peut qualifier d’utiles. Utile, parce qu’il vient, avec d’autres, montrer au grand public qui lira ou consultera ce livre, que la toponymie est une science. Comme l’auteur le montre au fil des pages, et notamment de son introduction (p. 17-38), on ne peut pas faire de la toponymie comme Monsieur Jourdain faisait de la prose, sans le savoir ! Les noms de lieux se sont formés au cours du temps, et les références à l’histoire linguistique des régions sont indispensables pour le comprendre. Après avoir publié, chez le même éditeur, un ouvrage sur les noms de lieux en France puis un autre sur la toponymie des voies romaines et médiévales1, l’auteur présente ici un livre sur la zootoponymie.

2L’introduction met les choses en place : l’étude des animaux dans la toponymie est récente, de même que leur importance dans l’Histoire générale. Jusque là, on les a souvent tout bonnement ignorés, voire relégués au niveau d’épiphénomènes.

3Pour autant, où trouve-t-on les animaux dans les noms de lieux ? Partout ! On est frappé de l’omniprésence de la bête dans l’environnement humain… et pas seulement l’animal de compagnie, même si aujourd’hui, les municipalités ont eu une fâcheuse tendance à multiplier, dans les créations de lotissements, les rues des mésanges, des bouvreuils et autres écureuils. Ainsi, à l’occasion d’une promenade, on a tous franchi un « Pas de l’âne », admiré la « Dent du Chat », la « dent de l’ours » ou le « Bec de l’Aigle », quand on n’a pas séjourné à la « Louvesc ». Il faut alors déterminer la part de l’animal réel et celle de l’animal « métaphorique », et enfin celle de l’erreur d’interprétation !

4Le postulat de départ est simple : l’animal nous entoure, d’une part parce que notre pays, avant les dernières grandes mutations liées à l’urbanisation, était occupé par une majorité de zones boisées ou rurales et, d’autre part, parce que l’animal était chez lui aussi bien à la campagne qu’en ville, tout simplement pour l’élimination des déchets ! mais aussi parce que l’animal, fut-il sauvage, errait jusque dans les faubourgs des villes (l’archéo-zoologie, qui a permis d’étudier scientifiquement cette présence, n’a réellement pris sa place dans la recherche historique que dans les années 1970 avec les travaux de P. Méniel et de T. Poulain-Josien, alors qu’elle était déjà très avancée dans les études des préhistoriens).

5L’animal est présent… dans les montagnes, les rivières, les paysages, mais s’agit-il bien de l’animal lui-même, ou d’une comparaison avec les caractères animaliers, dans la perception que l’homme a de la nature : l’agilité de la chèvre ou de l’âne (le « Pas de l’âne »), la fluidité de la truite, la puissance du bœuf ou du cheval, par exemple, ou bien les escarpements ou seuls les oiseaux de proie peuvent accéder. Et puis, là où l’on attend le toponymiste, c’est dans la détection des faux amis : Lion-en-Beauce n’a bien sûr jamais vu de lion, mais est certainement formé sur un Lugdunum, comme Lyon ou Leyde ; plus prosaïquement, les Araignières sont des terroirs sableux (arena) et non des repaires d’araignées, La Baleine est un lieu couvert de genets (dont on fait des balais), la Sardine peut être un lieu défriché, essarté (p. 21-22)...

  • 2 On lira avec intérêt l’étude de Paul Arnould, « « Le loup nouveau est arrivé » », Géocarrefour, Vol (...)

6Comment classer ces animaux dans les études toponymiques ? Voilà une question fondamentale à laquelle l’auteur répond dès les premières pages par la différenciation entre animaux « sauvages » et « domestiques ». La part la plus fascinante revient, bien sûr, aux animaux sauvages, parmi lesquels les « bêtes à poil » sont les mieux représentées. Qui n’a pas vu le loup, l’ours ou le lion, animaux qualifiés de « nobles » ? Ou qui n’en a pas entendu parler dans sa région. Le loup, pour ne citer que de lui, « a joué un rôle considérable dans la littérature… les croyances et proverbes populaires. Il a constitué une menace et un danger dans de nombreuses régions » (p. 47). Il a d’ailleurs fait l’objet de nombreuses études récentes2. Du celtique bleid.- (la Blaise, ou « rivière du loup ») au roman lupus (depuis les très fréquents Louvière, Louvois, loubatière jusqu’aux composés Combloux, Grateloup, Passeloup), sa présence et sa menace ont obsédé nos ancêtres au point que la chasse au loup est devenue une des chasses nobles au Moyen Âge (le titre de lieutenant de louvèterie est encore aujourd’hui décerné à des chasseurs qualifiés dans la régulation des espèces sauvages), et que dire des réactions d’aujourd’hui face à la réinstallation du loup dans les Alpes ! Le loup revenant rôder près des maisons l’hiver venu, qui n’a pas raconté à ses petits enfants l’histoire d’un enfant imprudent et désobéissant dévoré par un loup, dans le « champ du loup », sur la « vie du loup » ou à la « louvée » ?

7Avec le loup, voici l’ours, arto- pour les Celtes, ursus pour les Romains, animal très présent dans les forêts celtiques et médiévales d’Occident, tout comme le sanglier. Inscrit parmi les animaux « nobles » dans les chasses grecques et romaines, il est souvent représenté sur les peintures et mosaïques de Rome. On le retrouvera dans les Orcières, Arcenant, Larceveau, mais aussi à Arsac, Arcey ou Arçon, mais aussi avec le très fameux ours de Berne (Suisse, du germanique Bär-). Associé aux lieux encaissés, vallées ou tanières, on trouvera la « Tute de l’ours », le « Pic de l’ours », mais aussi, en ville « l’auberge de l’ours » (ou peut-être du chasseur de l’ours). Le sanglier, déjà illustré dans la mythologie grecque avec le sanglier de Calydon, puis avec le héros Méléagre tuant le fameux sanglier, est l’un des animaux emblématiques de la forêt occidentale, utilisé comme animal-totem par de nombreux peuples gaulois (statuaire, monnaie), on le retrouve au Moyen Âge dans le fameux sanglier des Ardennes (lieux boisés, sauvages… peuplés de sangliers). Turcos en celte, aper en latin, Eber en germanique, singularis porcus (singularis qui a donné sanglier), mais aussi bauge ou souille (repères de sangliers) sont très nombreux dans notre patrimoine linguistique.

8Mais, parmi les animaux dits sauvages, c’est peut-être la grenouille qui a laissé le plus grand nombre de traces, d’autant qu’elle passe pour être « la figure emblématique des hérétiques et du démon » (p. 118) dans tous les terroirs humides, mares, étangs, hantés par les coassements de la rainette (rana) ou du crapaud, autour des habitats (Chanteraine, Canteranne).

9Reste le cas d’animaux bien réels, mais dont la présence sur nos territoires est exceptionnelle, telle la girafe, dont la présence toponymique est liée à l’itinéraire de la fameuse girafe offerte à Charles X en 1826 (carte p. 179). C’est le cas également de l’éléphant, installé dans notre imaginaire depuis les éléphants d’Hannibal traversant Pyrénées et Alpes, ou fixé dans un usage métaphorique lié à sa masse ou à sa force (rocher de l’éléphant, à retrouver également en Sardaigne sur un bloc de trachite célèbre de la région de Sassari), et de manière anecdotique, statufiés par quatre dans la fameuse fontaine des « quatre sans cul » de Chambéry (photo p. 178), fontaine commémorant la fortune et la gloire du général de Boigne… aux Indes !

  • 3 Cf sur ce sujet, notre compte rendu de : PRIVAT J.-M. (éd.), 2006, Dragons, entre sciences et ficti (...)

10N’oublions pas, bien sûr, les animaux monstrueux nés de l’imaginaire (p. 177 et s.) : la Tarasque (Tarascon) ou la Vouivre, qui happaient les voyageurs et les dévoraient. Ils représentent les peurs des hommes face à la nature hostile et indomptée. Quant au dragon, déjà remis à la mode par l’exposition parisienne de 2006, associé à la victoire éclatante du bien sur le mal, il s’épanouit dans l’héraldique, voire dans quelques noms de lieux comme Saint-Privat-du-Dragon et, peut-être mais avec réserves, à Draguignan ou dans la rivière le Drac3. La toponymie se fait alors le reflet des peurs des hommes, de leur répulsion pour les milieux humides (étangs, bords de rivières, puits) où l’angoisse de la noyade a fait imaginer un peuplement par des créatures hostiles, voire diaboliques ou monstrueuses (la vouivre, la Tarasque), pour dissuader les enfants de fréquenter ces lieux.

11Un court chapitre fait le lien entre animal et nom de personne (l’anthroponymie, p. 36-38), voire des sobriquets collectifs (les habitants du Plessis-Robinson seraient surnommés les Hibous, p. 37)

12La conclusion est un peu brève, mais tout a déjà été clairement explicité dans les pages très stimulantes de ce livre, qu’une bibliographie très documentée vient compléter pour en faire un véritable ouvrage de recherche pourvu de plusieurs indices, non pas seulement pour les spécialistes, mais comme un garde-fou à tous ceux que la toponymie intéresse, c’est-à-dire chacun de nous.

Haut de page

Notes

1 Les noms de lieux en France. Essai de toponymie (2003, rééd. 2008) ; La toponymie des voies romaines et médiévales. Les mots des routes anciennes (2006).

2 On lira avec intérêt l’étude de Paul Arnould, « « Le loup nouveau est arrivé » », Géocarrefour, Vol. 83/3, 2008, [En ligne], mis en ligne le 27 février 2009. URL : http://geocarrefour.revues.org/index6974.html.

3 Cf sur ce sujet, notre compte rendu de : PRIVAT J.-M. (éd.), 2006, Dragons, entre sciences et fictions, Paris, CNRS éditions, 204 p. , Géocarrefour, vol. 81/1, 2006, [En ligne], mis en ligne le 05 février 2008. URL : http://geocarrefour.revues.org/index1823.html.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

André Buisson, « Stéphane Gendron, Animaux et noms de lieux », Géocarrefour, Vol. 87/3-4 | 2012, 277.

Référence électronique

André Buisson, « Stéphane Gendron, Animaux et noms de lieux », Géocarrefour [En ligne], Vol. 87/3-4 | 2012, mis en ligne le 06 mai 2013, consulté le 28 mars 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/7714

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page