Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Les effets territoriaux des politiques publiques dans les périphéries urbaines au Maghreb

Eric Verdeil
p. 152
Référence(s) :

Iraki A., Cattedra R. Legros O. et Signoles P.(coord.), 2009, « Les effets territoriaux des politiques publiques dans les périphéries urbaines. Exemples au Maghreb », Les Cahiers d’EMAM, n°17, 124 p.

Texte intégral

  • 1  Sur le portail des publications électroniques de l’équipe CITERES-EMAM (ex.-URBAMA) : http://citer (...)

1Les Cahiers d’EMAM, revue à périodicité non définie, reprennent le flambeau des Cahiers d’URBAMA, édités depuis 1988 par le laboratoire tourangeau bien connu pour ses recherches sur l’urbanisation dans le monde arabe. Trois nouveaux numéros, 16, 17 et 18 sont parus depuis 2008, sous forme imprimée et électronique. On ne peut que s’en réjouir, même si l’on souhaiterait que l’édition numérique adopte les standards de la publication électronique en termes de documentation des textes et de référencement, alors que seules les versions PDF sont aujourd’hui disponibles. Ces trois volumes correspondent à des extraits sélectionnés du projet de recherche « Faire la ville en périphérie(s). Territoires et territorialités dans les grandes villes du Maghreb », financé par le Fonds de solidarité prioritaire du ministère des Affaires étrangères « Coopération pour la recherche en sciences humaines et sociales ». L’ensemble de ce travail est d’ailleurs également disponible en ligne1.

2Les textes rassemblés dans le présent volume s’intéressent aux « modes de gouvernements des périphéries » urbaines, à travers « l’articulation des politiques institutionnelles avec les dynamiques sociales ». Les approches sont divisées par les auteurs de l’introduction en deux grands volets. Le premier correspond à la territorialisation de l’Etat par les projets urbains et par la planification. Les auteurs distinguent en particulier les logiques de projet, les logiques de planification, les interventions dans les quartiers mal lotis et l’urbanisme d’opportunité, expression de la participation accrue des acteurs privés. Le deuxième volet de l’analyse aborde la refonte des territoires politico-administratifs et ses effets sur le « gouvernement local ».

3Deux points apparaissent novateurs. La croissance périphérique des villes maghrébines, y compris son importante composante de quartiers non-réglementaires, a souvent été décrite comme une négation ou un contournement de l’urbanisme officiel, l’accent étant alors mis sur les acteurs informels, leurs filières, les stratégies des habitants. L’approche en termes d’action publique ciblant les interactions entre ces éléments et les acteurs officiels, montre une grande diversité de situations et de pratiques ainsi que les négociations auxquels elles donnent lieu, aux résultats fort contrastés d’une localité à l’autre. Parmi les facteurs de variation analysés, les mobilisations locales, qu’elles débouchent ou non sur la formation de nouvelles élites, constituent l’un des résultats les lus originaux de cette série d’études.

4On peut regretter toutefois que cette introduction reste très programmatique et ne revienne guère sur les apports des contributions, qui excèdent parfois les thématiques annoncées. Inversement, l’analyse de la place des périphéries des très grandes villes dans les nouvelles pratiques de planification, y compris l’aménagement du territoire, dans un contexte de métropolisation, n’est pas du tout présente dans le volume. Extrêmement denses, d’une (trop) grande richesse qui nuit parfois à la cohérence d’ensemble, ces chapitres constituent moins des articles que des études de cas très détaillées, qui abordent pour la plupart plusieurs problématiques à la fois qu’il est difficile de présenter simplement.

5Deux des textes traitent d’études de cas tunisiens, pour quatre qui concernent le Maroc. Les deux contributions sur la Tunisie illustrent certains enjeux du tournant libéral des politiques urbaines. Ils présentent, à propos d’opérations d’urbanisme destinées à une clientèle de classe moyenne, les négociations entre différents acteurs publics de l’aménagement urbain et soulignent les contraintes de rentabilité qui pèsent sur eux (notamment l’AFH, l’Agence foncière de l’habitat) dans un contexte de spéculation foncière. Pour Hind Ben Othman, l’évolution de l’action de cet aménageur, dans la durée, témoigne d’une transformation des priorités sociales de l’Etat. Auparavant soucieuse de répondre aux besoins des classes moyennes, l’AFH privilégie aujourd’hui de gros promoteurs immobiliers qui bénéficient d’un accès privilégié au foncier qu’elle produit, au risque de l’accentuation de la ségrégation socio-spatiale. Cette évolution n’est pas propre à la Tunisie, et constitue l’arrière-fond d’une grande opération de lotissement destinée aux classes moyennes à Sidi Abdellah, dans la banlieue de Rabat-Salé. Toutefois, le regard des chercheurs qui s’y intéressent ne se porte pas sur les mêmes thématiques.

6De fait, l’un des traits saillants de ce recueil est la complexité et l’originalité des mutations récentes de l’urbanisme marocain. Si les tendances libérales, introduites et promues par la monarchie de manière quelque peu autoritaire, y présentent des similitudes avec la situation tunisienne, d’autres évolutions sont plus originales. Depuis 2005, le régime chérifien s’est engagé dans une ambitieuse initiative nationale de développement humain (INDH) pour lutter contre la pauvreté. L’article de Julien Le Tellier, consacré aux politiques de relogement des populations vivant dans les bidonvilles dans la périphérie de Rabat-Salé, en décrit la mise en œuvre, qui passe notamment par l’intervention d’acteurs de type nouveau, aux côtés des classiques aménageurs dépourvus de compétences dans le domaine social. Des ONG se voient déléguées une fonction de maîtrise d’ouvrage sociale, qui consiste à accompagner les relogés tout au long de la procédure. L’auteur souligne les limites de cette action car le relogement, qui implique la destruction de la baraque et l’acquisition d’un nouveau bien, entraîne des coûts très lourds pour les ménages et seuls ceux en situation d’ascension sociale tirent leur épingle du jeu. Sur le terrain, les ONG responsables de l’accompagnement social et celles qui sont spécialisées dans le micro-crédit (autre innovation) ne marchent pas d’un même pas. En fin de compte, ces dernières ne touchent guère la clientèle la plus pauvre. L’intérêt de cette approche réside dans la mise en évidence de nouvelles logiques d’intervention et de nouveaux métiers de l’action urbaine.

7Les trois dernières contributions ont en commun d’analyser les réactions des citadins à divers projets d’aménagement. Le texte de Hicham Mouloudi illustre la mobilisation inédite d’habitants de Rabat face au projet d’aménagement de la corniche maritime de la ville, dans un contexte de politiques urbaines traditionnellement marquées par l’autoritarisme et la faiblesse des négociations. S’il s’agit ici de représentants des classes moyennes qui, activant divers réseaux, parviennent à infléchir les choix de l’aménageur, cet exemple rejoint celui analysé brillamment par Mounir Yahyahoui dans le cas déjà mentionné de Sidi Abdellah. Là des habitants d’un quartier non-réglementaire menacés par les projets d’urbanisation nouvelle, avec l’aide de leurs élus municipaux, en obtiennent l’ajournement et la modification, y compris par une action victorieuse en justice. A travers cet exemple et celui des périphéries sud de Casablanca, étudié de manière très fine par Aziz Iraki et Mohamed Tamim apparaît une autre thématique : l’émergence d’initiatives d’aménagement par le bas, non seulement en réaction aux projets d’aménagement publics, mais aussi, plus largement, reflet de la construction de territorialités inédites et mal prises en compte par les pouvoirs publics. Les deux textes mettent l’accent sur l’émergence d’élites locales, à l’échelle du quartier (animation d’associations de quartier) et à celle de la municipalité. Les politiques de décentralisation, menées depuis le débat des années 1990, représentent à cet égard un élément central finement analysé par les deux articles. Leur géométrie administrative changeante, en modifiant les territoires de légitimation de ces nouveaux acteurs et leur articulation à l’espace politique urbain et national, est un paramètre central de l’affirmation et de la sélection de ces acteurs. L’exemple marocain apparaît ainsi comme un remarquable laboratoire qui met en lumière, malgré la prégnance d’une extrême pauvreté, la pluralisation de l’action publique. Ce contexte en mutation permet des recherches novatrices et fécondes. On espère que les questions et les leçons qu’elles révèlent pourront nourrir des travaux portant sur des pays où les évolutions politiques et institutionnelles sont moins rapides et moins spectaculaires, mais où de telles tendances sont également probablement à l’œuvre.

Haut de page

Notes

1  Sur le portail des publications électroniques de l’équipe CITERES-EMAM (ex.-URBAMA) : http://citeres.univ-tours.fr//compo.php?niveau=emam&page=p_emam/emam_online.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Eric Verdeil, « Les effets territoriaux des politiques publiques dans les périphéries urbaines au Maghreb », Géocarrefour, Vol. 85/2 | 2010, 152.

Référence électronique

Eric Verdeil, « Les effets territoriaux des politiques publiques dans les périphéries urbaines au Maghreb », Géocarrefour [En ligne], Vol. 85/2 | 2010, mis en ligne le 28 avril 2010, consulté le 01 mai 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/7709

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page