Navigation – Plan du site
Comptes rendus d'ouvrages

Frédéric Giraut, Céline Vacchiani-Marcuzzo, 2009, Territories and urbanisation in South Africa. Atlas and geo-historical information system (DYSTURB)

Christian Montès
p. 80
Référence(s) :

GIRAUT F., VACCHIANI-MARCUZZO C., 2009, Territories and urbanisation in South Africa. Atlas and geo-historical information system (DYSTURB), Bilingual French-English edition, Marseille, IRD, Cartes et notices Cédérom, n°117, 80 p. + CDRom

Texte intégral

1Les recherches en géographie historique ou géohistoire (nous n’entrerons pas ici dans les querelles de définition) butent souvent sur l’absence de données précises et sur les grandes difficultés à mettre au point des séries temporelles cohérentes en raison des changements de limites administratives, de définition des catégories ou encore de leur imprécision voire de leur manipulation. Le CDRom proposé avec son livret par deux spécialistes de l’Afrique du Sud dans une vénérable collection de l’IRD1 est donc le bienvenu car il participe de l’innovation dans les sources fournies à la géographie. Complétant les archives, source classique de la géographie historique, il appartient à la « petite famille des bases de données nationales géo-historiques2 » (p. 66) et est destiné à mettre à la disposition des chercheurs une base de données géo-référencées sur l’Afrique du Sud de 1911 (un an après la création du dominion de l’Union de l’Afrique du Sud) à 2001, date du dernier recensement. Ces données démographiques et administratives, qui concernent toutes les mailles territoriales - y compris fonctionnelles - ont été harmonisées et débarrassées de toutes les ingérences politiques, de l’ère coloniale au présent post-colonial en passant par l’apartheid3. Des cartes et commentaires complètent la base, qui est compatible pour la période la plus récente avec les bases statistiques nationales et municipales de la RSA (République d’Afrique du Sud).

2Le but annoncé est de « permettre l’étude de l’archéologie spatiale et territoriale, de la démographie historique et des dynamiques urbaines », de façon à la fois diachronique et synchronique. C’est donc un outil qui permet tant d’étudier les territoires de façon diachronique que de révéler les modalités de découpage liées à la (dé)colonisation, la ségrégation, l’industrialisation et la mondialisation. Il ne s’agit donc pas ici de simple reconstitution chronologique, illusoire car elle repose sur la fiction d’une linéarité du temps (cf. de Certeau), alors que les temporalités sont multiples et que le temps est « feuilleté ».

3Le livret d’accompagnement4 présente la structure du logiciel DYSTURB et l’usage qui peut en être fait, puis revient sur l’histoire de l’ingénierie territoriale du pays avant de conclure sur les dimensions spatiales et territoriales de l’urbanisation, suivies de définitions et d’un glossaire. Ce travail d’explicitation diachronique est très utile, particulièrement dans un pays où les divisions spatiales et les toponymies successives reflètent des idéologies extrêmement contrastées et puissantes. La base de données permet donc largement de s’en affranchir, tout particulièrement dans le domaine urbain, où les agglomérations « géographiques » peuvent être étudiées en faisant abstraction de leur définition légale ou administrative (des magisterial districts jusqu’aux municipalities de 2000).

4L’immensité de la tâche se remarque dans la longueur des explications terminologiques ainsi que dans les approximations assumées par les auteurs (par exemple, note 9 p. 16 sur les limites ou cartes 1921, 1936 et 1951 p. 22). Près de 70 pages sont nécessaires pour expliciter la complexe fabrique territoriale. Des modalités complexes de constitution même du territoire de l’actuelle république (à commencer par les Boers et les anglophones) jusqu’aux logiques des régimes politiques, les ciseaux du législateur sont passés et repassés pour culminer dans le « monstre » (p. 39) créé par la politique d’apartheid. Puis ce furent les tentatives des gouvernements post-apartheid pour rationaliser et rendre plus égalitaire en intégrant les anciennes marges, ce qui n’alla pas sans problèmes (telles les revendications d’autonomie parfois octroyées, p. 40-42).

5Pour ce qui est de l’urbanisation, devenue aujourd’hui métropolisation, elle est très récente, fut très rapide, et est liée de près aux bouleversements économiques puis politiques (p. 50). Le projet dépasse ainsi les définitions officielles de la ville qui la fragmentent tout aussi statistiquement qu’elle ne l’a fait ethniquement jusqu’en 19965, en se fondant sur trois critères : continuité spatiale, liens fonctionnels et seuil de  5 000 habitants, avec des estimations pour les données manquantes de manière à assurer la cohérence de la base de données. Celle-ci propose finalement 25 agglomérations urbaines de plus de 5 000 habitants en 1911, 89 en 1951 et 307 en 2001.

6Ce CDRom offre un double niveau de lecture. D’une part, les étudiants comme les enseignants du supérieur voire du secondaire peuvent se servir aisément du livret explicatif et plus encore des cartes - disponibles en pdf - présentant les lieux habités, les agglomérations et la population aux différents recensements accompagnés d’explications synthétiques. D’autre part, ceux qui souhaitent utiliser et manipuler les bases de données peuvent se servir des tableaux Excel et des fichiers shape pour SIG. La complexité des tableaux reflète l’ampleur de la tâche de collecte et de vérification, tant dans l’évolution toponymique que dans l’établissement de l’évolution de la population.

7Ce type de réalisation est un utile complément à d’autres collections, telle celle de « Terre de villes » (Belin éd.), entreprise pluridisciplinaire qui allie géographie, architecture, urbanisme et paysage, sous la direction des géographes Jean-François Coulais et Pierre Gentelle, et reconstitue les paysages de villes à partir d’images satellitaires, photo aériennes, documents anciens divers qui fondent des hypothèses de reconstitution paysagère (l’Afrique du Sud en étant absente).

81 Le numéro de cet opus, 117, n’indique en effet pas que 116 CDRom le précèdent - une recherche sur le site de l’IRD ne trouve trace que de deux autres CD, sur des thématiques bien différentes – mais bien qu’il s’inscrit dans une longue tradition de mise à disposition de cartes commentées.

92  Cette petite famille est implantée outre-Atlantique depuis plus d’une décennie, comme le montre le chapitre consacré à la géographie historique dans la somme consacrée à la géographie en Amérique (GAILE G.L., WILMOTT C.J. (eds.), 2003, Geography in America at the Dawn of the 21st Century, Oxford, Oxford University Press, 820 p.) qui distingue 8 domaines, le dernier étant les SIG, liés à la gestion environnementale et culturelle particulièrement, ainsi que l’élaboration de cartes de l’histoire de l’urbanisation de villes. Elle comprend aussi en France les travaux pionniers de François Moriconi-Ebrard, cités et utilisés ici.

103 Le recensement de 1905 n’est ainsi pas retenu, car peu fiable. Celui de 1996 non plus, en raison de difficultés longitudinales.

114 Comme la pochette, il n’est proposé qu’en anglais ; le CD en fournit en revanche une traduction et toutes ses données sont entièrement bilingues.

125 Ce n’est qu’en 2001 que la définition officielle est « adaptée à la réalité » (c’est-à-dire morpho-fonctionnelle), particulièrement dans la prise en compte des anciens bantoustans ou des espaces informels autour des villes, occultés jusque là (p.56-58).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Montès, « Frédéric Giraut, Céline Vacchiani-Marcuzzo, 2009, Territories and urbanisation in South Africa. Atlas and geo-historical information system (DYSTURB) », Géocarrefour, Vol. 85/1 | 2010, 80.

Référence électronique

Christian Montès, « Frédéric Giraut, Céline Vacchiani-Marcuzzo, 2009, Territories and urbanisation in South Africa. Atlas and geo-historical information system (DYSTURB) », Géocarrefour [En ligne], Vol. 85/1 | 2010, mis en ligne le 28 avril 2010, consulté le 18 août 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/7708

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page