Navigation – Plan du site
Articles

Le traitement des terriers médiévaux de Haute-Marche à l’aide de SIG

Des données écrites aux restitutions cartographiques
The analysis of mediaeval terriers in the Haute-Marche region using GISFrom written data to cartographic restitution
David Glomot
p. 67-79

Résumés

La confrontation entre les terriers médiévaux, les plans et cadastres des XVIIIe et XIXe s. et les données géographiques actuelles donne l’opportunité de proposer des essais de reconstitution du paysage des dernières années du Moyen Age.

L’utilisation d’un SIG a permis, pour l’exemple du Limousin, de restituer quelques terroirs et d’obtenir de nouvelles informations sur leur organisation spatiale et leur fonctionnement agraire et socio-économique. Des données comme l’altitude, la pente, l’orientation ou la morphologie parcellaire viennent ainsi compléter les statistiques classiques tirées traditionnellement des terriers. Le paysage et la société sont ainsi mieux compris.

Haut de page

Texte intégral

1La Haute-Marche, comté médiéval correspondant à l’actuel département de la Creuse, en Limousin, n’est pas la plus connue des provinces d’Ancien régime (fig. 1). Petit territoire enclavé, moyenne montagne pauvre, connaissant encore le servage vers 1500, elle est assez peu documentée, tant sur le plan archéologique qu’au niveau des sources écrites. Les historiens ont peu traité son cas, l’assimilant souvent par défaut aux provinces voisines, comme le Bourbonnais de René Germain (1984, 1999), le Poitou de Louis Merle (1958), le Berry de Françoise Michaud-Fréjaville (1997), le Quercy de Jean Lartigaut (1978) et surtout le Limousin étudié par Jean Tricard (1996).

2Vers 1450, le comté se réorganise, socialement, économiquement, politiquement, après les soubresauts de la Guerre de Cent Ans et les aléas démographiques du XIVe s. Les productions agraires changent, la mainmorte fait son retour, les seigneurs lancent des chantiers ambitieux, l’Église reprend en main ses patrimoines, les paysans découvrent l’émigration saisonnière vers le Bassin Parisien. Jusqu’à présent ces phénomènes, connus (Glomot, 2006, 2009), sont passés relativement inaperçus aux yeux des historiens ; il en va de même de leur impact spatial et paysager, qu’aucun géographe n’a pour l’instant étudié, faute de documentation.

3Pourtant, pour les deux derniers siècles du Moyen Age, les chercheurs disposent d’un corpus important de terriers et censiers (cf. annexe). Il s’agit de registres dressés par des notaires où les seigneurs tiennent l’inventaire de leurs biens fonciers, en précisant l’identité des tenanciers, le montant des redevances et la description des parcelles (Brunel et al., 2002). Ce dernier type de données retient l’attention de tous ceux qui cherchent à reconstituer les espaces du passé : les lopins sont nommés, mesurés, localisés, leurs utilisations sont décrites. Sans atteindre le degré de précision du cadastre napoléonien ou des cartes actuelles, ces listes manuscrites de prés, de pièces de labours et de hameaux demeurent le plus ancien témoignage cohérent et presque exhaustif sur les paysages antérieurs à la révolution industrielle.

Figure 1 : La Haute-Marche dans le royaume de France au XVe s.

Figure 1 : La Haute-Marche dans le royaume de France au XVe s.

4Le SIG Mapinfo a été utilisé, dans le cadre d’une thèse d’histoire médiévale, pour tenter de reconstituer cartographiquement l’espace rural à partir d’une trentaine de terriers sélectionnés dans une liste comptant près d’une centaine de références, allant de 1300 à 1600. La période finalement retenue s’étend de 1450 à 1520, le temps de la réorganisation des campagnes après les crises démographiques, économiques et politiques des années 1350-1450. Ces investigations s’inscrivent dans une série de travaux déjà aboutis (Jarry 1998 ; Leturcq, 2007 ; Maneuvrier, 2000 ; Poirier, 2008 ; Portet, 2006), mais traitant plus spécifiquement de la France du nord.

5Après avoir abordé les différentes informations puisées dans les textes et leur exploitation, des explications seront données quant à l’utilisation de l’approche régressive permettant de faire le lien à rebours entre l’espace actuel, celui cartographié aux XVIIIe et XIXe s., et celui entrevu pour les années 1450-1520. Dans une troisième partie on exposera les techniques et les requêtes demandées aux SIG afin d’aller au-delà des enquêtes historiques traditionnelles, narratives ou statistiques. Ainsi, l’ultime étape consistera en une description rapide d’un terroir médiéval, fondée sur les textes et leur traitement cartographique.

Les données géographiques tirées des documents fonciers du XVe s.

6Indéniablement, les registres fonciers médiévaux peuvent apporter beaucoup à la connaissance des paysages du passé (Chouquer 1995, 1996, 2001  ; Verhulst, 1995). La puissance féodale a pour assise la possession du sol et le contrôle des hommes, l’un et l’autre étant indissociables. Par conséquent, les terriers rédigés pour les seigneurs dans la seconde moitié du XVe s. nous renseignent autant sur les structures sociales et l’économie domaniale que sur le paysage et l’organisation foncière. Fruit d’une enquête notariale parfois longue de plusieurs années, les terriers sont des registres manuscrits comptant généralement plusieurs centaines de pages, décrivant les terres, les hommes qui les cultivent et les redevances versées en retour aux seigneurs.

7Tous ces recueils sont organisés de la même façon et rédigés dans un ancien français simple et accessible. Un préambule parfois pompeux présente le seigneur commanditaire et décrit son château et l’espace directement exploité par le maître. On découvre ainsi la maison forte, ses jardins et ses vignes, son colombier, son étang, ses granges et métairies, et au-delà ses vastes pâtures et ses bois habilement gérés et méticuleusement surveillés.

8Après ce premier ensemble, appelé « réserve seigneuriale », viennent les terres détenues par les paysans contre des redevances et des services, les tenures. Là commence un inventaire long, répétitif, village par village, chef de famille par chef de famille. Si les plus modestes terriers, lacunaires et mal conservés, ne brossent le portrait que d’une dizaine de tenanciers, dans un ou deux hameaux, les plus copieux registres contiennent les aveux de centaines, voire de milliers de familles, dans plusieurs dizaines de paroisses. Le corpus retenu ici – une trentaine de terriers – rassemble ainsi plus d’un millier de patrimoines familiaux correctement décrits et localisés.

9Le notaire détaille d’abord les plus belles exploitations, celles qu’on appelle alors métairies, en décrivant parcelle par parcelle une portion privilégiée du finage, souvent proche du château ou du centre paroissial. Chaque lopin est désigné par un microtoponyme souvent très ressemblant avec celui enregistré dans le cadastre du XIXe s. On précise l’utilisation du sol (labours, prés de fauche enclos, pâtures, chaumes laissés au repos, landes, chènevières, jardins) et, surtout, on propose une mesure approximative de la superficie de la parcelle. Les unités sont la sétérée (environ un demi-hectare), l’éminée et la quartelée qui font respectivement la moitié et le quart de la sétérée. Enfin, il arrive que les notaires les plus compétents positionnent la parcelle par rapport aux parcelles voisines, en donnant les noms et les orientations cardinales des confronts, ou la situation relative par rapport aux habitats et au réseau vicinal. Dans ce dernier cas de figure, le lecteur peut très facilement repérer chaque parcelle et se l’imaginer dans l’espace actuel, à partir d’un cadastre, d’une carte IGN ou d’une prise de vue aérienne.

10Seules les exploitations d’une certaine ampleur, et assez proches du château seigneurial, jouissent d’une aussi complète présentation. Dès que le rédacteur doit enquêter sur des familles moins richement dotées, ou distantes de plus de cinq à six kilomètres, les aveux perdent nettement en précision. On évalue les exploitations de façon superficielle, en les nommant « héritages », terme qui englobe la maison paysanne, ses jardins et les parcelles cultivées, sans plus de finesse parcellaire ou métrologique. Par conséquent, les biens fonciers des plus modestes et ceux situés en périphérie des finages ou des emprises seigneuriales restent franchement moins bien connus sur le plan géographique et paysager. L’opposition centre / périphérie apparaît nettement, tant sur le fond que sur la forme des descriptions parcellaires.

11Il y a, en revanche, un domaine où aucune perte de précision n’est constatée, même avec l’éloignement ou la faiblesse présumée des paysans, ce sont les aspects économiques et fiscaux. Que l’aveu émane d’un solide laboureur ou de quelques orphelins vivotant sur un lopin isolé, les redevances attendues par le seigneur paraissent toujours clairement enregistrées dans le terrier. Le notaire inscrit le statut de chacun, serf ou franc, paysan individuel ou membre d’une communauté familiale élargie, puis signale d’éventuels droits d’accès dans les champs communaux du village ou, plus rarement, dans les bois du seigneur. Enfin, vient l’effarante liste des cens et tailles, en argent, en seigle, avoine, froment, mais aussi en volailles ou en services dus, comme des corvées de transport ou de fenaison. Terre pauvre, la Haute-Marche est une province où la population encore à moitié servile est lourdement pressurée par les seigneurs.

12On le comprend, le terrier ne cherche pas à donner une vision géographique exacte. Ce n’est pas un document foncier objectif et exhaustif, comme le cadastre, mais un outil de gestion fiscale, juridique et domaniale : ce qui intéresse le seigneur, c’est l’étendue de son contrôle sur les hommes et la somme d’argent et de sacs de grain qu’il engrange chaque année.

13La figure 2, une fiche de saisie d’un terrier, montre les données récurrentes tirées de ce genre de registre. Il est évident que l’information économique et juridique prime, l’espace n’étant qu’entrevu. Les choses qui n’intéressent pas le seigneur n’existent pas pour son scribe, et c’est ainsi que les landes communes et autres communaux sont à peine évoqués, tout comme les champs de raves ou de chanvre et les potagers paysans. Partialité et sélectivité sont de mise, au grand dam du chercheur qui reste frustré de constater que des portions entières du territoire échappent à l’inventaire. Miraculeusement, quand une grande précision parcellaire est au rendez-vous, c’est de façon à clarifier les droits du maître, pour éviter les refus de payer, réaffirmer la servitude paysanne liée à la possession du sol, ou argumenter dans les querelles foncières avec les seigneurs voisins.

14Néanmoins, sans le vouloir, les « commissaires à terriers » des dernières années du XVe s. nous ont laissé des descriptions fragmentaires, certes, mais d’une précision enviable pour des siècles si éloignés. Encore faut-il trouver les bons relais chronologiques pour exploiter habilement ces données anciennes.

Figure 2 : grille simplifiée de saisie d’un terrier [page de tableur Excel]

Figure 2 : grille simplifiée de saisie d’un terrier [page de tableur Excel]

Raconter l’histoire de l’espace rural à rebours

La chaîne documentaire, du Moyen Age à aujourd’hui

15En se plaçant aux deux extrémités de la chaîne chronologie, aujourd’hui et vers 1480, on dispose de deux visions très contrastées du paysage : l’espace actuel, surinformé, mesuré, photographié et géoréférencé, face à l’espace médiéval, connu uniquement à travers des mots. Entre la masse de données contemporaines et l’évanescence des informations anciennes, le gouffre est énorme ; l’objectif va être de renseigner l’espace ancien à partir des bases de données du XXIe s. Pour ce faire, il faut disposer de relais qui feront le lien entre les quelques mentions issues des terriers et la trame spatiale gérée par un SIG comme Mapinfo (Saint-Gérand, 1996  ; Portet, 2006).

16La première étape consiste à collecter le plus grand nombre possible d’images cartographiques, afin de former une succession logique, lisible de façon régressive. À l’échelle d’une province, la chose est aisée puisque dès les années 1500/1550 on dispose de cartes de la France, de ses diocèses, duchés et comtés. On peut donc passer de Google Earth à la carte IGN, puis à la carte d’état-major, puis aux cartes de Cassini du XVIIIe s., pour aboutir aux premières vues élaborées aux XVIe et XVIIe s. En Limousin, ces premières représentations sont dues à Jolivet, Bouguereau et Fayen.

17A l’échelle d’un village, d’une seigneurie ou d’une paroisse, il n’en va pas de même. Les représentations actuelles les plus fines sont les images satellites et les cadastres, d’une parfaite rigueur géographique ; mais dès qu’on s’éloigne dans le temps, on se retrouve confronté à des cadastres « napoléoniens » (à partir de 1808) truffés de déformations et d’approximations, souvent lacunaires et, dans le cas du département de la Creuse, assez mal conservés. Auparavant, seuls quelques seigneurs et quelques communautés religieuses ont eu les moyens de faire dresser des « plans terriers » maladroits, mêlant vue isométrique et vue de dessus. En Limousin, les exemples les plus connus, localisés en périphérie occidentale de la Marche, sont les plans du Collège des Jésuites de Limoges et les Etats des Fonds de la seconde moitié du XVIIIe s.

18Ces coups de projecteur très imparfaits datent d’une époque antérieure à l’adoption du système métrique et ne représentent de l’espace que ce qui intéresse les seigneurs, et ce qui est perçu par l’artiste faisant office d’arpenteur. Ce type de pratique ne remonte pas au-delà des années 1750, on constate donc une rupture handicapante de presque trois siècles entre le temps des terriers manuscrits et celui des premières cartographies foncières. Comme dans certaines autres régions, telle la Beauce étudiée par Samuel Leturcq (2007), on pourrait espérer recourir à des terriers modernes, régulièrement dressés et offrant une lecture à rebours presque parfaite. Un examen méticuleux des terriers modernes de Haute-Marche a révélé qu’ils étaient presque tous des copies, des redites maladroites des listes dressées vers 1500.

19Il ne reste au final que les terriers médiévaux pour nous renseigner  : une centaine de registres sont connus, mais seuls trente cinq sont véritablement exploitables (annexe) parce qu’assez complets, précis et bien conservés.

La méthode régressive et l’identification des parcelles médiévales

20Peut-on donc prétendre lire l’espace médiéval en s’aidant uniquement des plans des Lumières et des feuilles des premiers cadastres ? Est-il réaliste de passer outre un hiatus de 300 à 400 ans ? Plusieurs auteurs se sont déjà posé la question et ont signalé des risques certains (Antoine, 2000 et 2007).

21L’objectif est envisageable, pour peu qu’on dispose d’autres accès à l’espace que la simple confrontation du texte médiéval avec la carte des années 1800. La microtoponymie et la métrologie historique viennent infirmer ou confirmer le faisceau d’hypothèses de localisation élaboré à la lecture des terriers.

22Le mieux est alors de raisonner à partir de deux tableaux, voire de deux bases de données. Le premier fichier recense toutes les parcelles connues d’après le terrier médiéval, avec leurs toponymes (« la Vergne », « la Prade »), leurs vocations (terre, prairie, bois…), leurs superficies (« une sétérée », « un journal »), et leur positionnement relatif quand celui-ci est connu (« derrière la maison », « tenant au chemin »). Le second fichier procède de même, mais à partir des données cadastrales les plus anciennes, c’est-à-dire celles du premier tiers du XIXe s. : toponyme, utilisation du sol, superficie en hectares. Le positionnement relatif n’apparaît pas, à la place on dispose du numéro de la parcelle sur la matrice cadastrale.

23C’est, évidemment, à partir de ce deuxième fichier que le SIG va pouvoir fonctionner, après que les planches du cadastre aient été photographiées, assemblées (avec Photoshop) puis géoréférencées à partir de points invariants repérés sur les photographies aériennes de l’IGN : cours d’eau, sommets, carrefours majeurs, églises…. Sous Mapinfo, chaque parcelle est redessinée et numérotée à partir de l’état des sections du cadastre. Il ne reste plus qu’à effectuer un patient et périlleux travail de rapprochement entre le terrier médiéval et le SIG.

24Dans une province comme la Haute-Marche le stock de microtoponymes est assez restreint : une centaine de termes récurrents représente presque 80% des noms de parcelles connus. On ne compte plus les « gânes », « vergnes », « coutures », « breuils », « garennes », « ouches » et « prades », tous issus du vocabulaire agraire et souvent agrémentés d’adjectifs comme vieux, long ou grand.

25Lorsque l’on dispose d’un nom de parcelle médiéval, on retrouve sur le cadastre napoléonien en moyenne trois ou quatre parcelles homonymes, les microtoponymes singuliers et stables sur trois siècles étant rares, mais pas inexistants. A cela s’ajoutent les éventuelles déformations au fil des siècles qui rendent certains noms de lieux impossibles à identifier.

26Partant de là, plusieurs scénarios sont possibles. Soit la parcelle médiévale est d’une totale stabilité et il est possible de l’identifier sur la trame cadastrale trois à quatre siècles plus tard : même toponyme, même localisation relative avec les mêmes confronts, le long des mêmes chemins, et surtout avec la même superficie. La métrologie ancienne entre en jeu afin de compléter l’enquête toponymique. Ainsi, on compare en valeur relative la surface prétendue dans le terrier (une sétérée mesurant grosso modo la moitié d’un hectare) et celle fournie par le cadastre et généralement confirmée par Mapinfo. Si la « costure de l’estable » de 1450 fait deux sétérées et que la « couture de l’étable » de 1810 fait un hectare, il y a fort à parier que l’on parle du même lieu, inscrit dans un découpage parcellaire inchangé ou à peine ébranlé. Cette situation idéale ne touche que, globalement, 5 à 10% des parcelles identifiées. Tout dépend, encore une fois, de la précision du notaire médiéval et du sérieux du géomètre napoléonien.

27Le deuxième scénario envisageable, majoritaire, se traduit par la cohérence entre un ou deux microtoponymes médiévaux et un ensemble compact de plusieurs parcelles cadastrales homonymes. Les localisations relatives concordent grossièrement, le total des superficies aussi.

28Ce cas très courant révèle qu’à un petit nombre d’assez vastes parcelles médiévales ont succédé des groupes plus étoffés de parcelles modernes et contemporaines, au fil des partages, successions et ventes. Les noms demeurent généralement les mêmes, il ne reste plus qu’à fusionner graphiquement ces pièces pour essayer de retrouver la forme des parcelles originelles. L’opération est risquée et peut se mener à partir de plusieurs logiques : on peut fusionner des parcelles connexes parce que la superficie obtenue correspond à celle évoquée dans le terrier ; on peut aussi les fusionner parce que le puzzle de leurs formes parfaitement jointives laisse deviner une morphologie originelle compacte et cohérente ; on peut aussi procéder à des rapprochements en suivant scrupuleusement les indications de confronts données par le terrier, quand celles-ci sont crédibles. Le plus souvent, le processus retenu mélange ces trois techniques, avec plus ou moins de bonheur et de subjectivité assumée. Voilà qui permet de recréer très approximativement presque une parcelle ancienne sur deux.

29Enfin, il reste le scénario du pire, lorsque les microtoponymes médiévaux ne correspondent que très superficiellement, ou pas du tout, aux indications cadastrales. Il reste alors à envisager une restitution arbitraire et relative des derniers lopins orphelins.

30Tel pré de trois sétérées pourrait être à sa place dans ce « blanc de la carte » faisant un hectare et demi et situé en position basse dans le finage, endroit idéal pour les herbages. Tel jardin resté sans concordance médiévale sur la trame cadastrale pourrait être la chènevière sans nom ni superficie ajoutée en fin d’inventaire par le notaire de 1485… Entre un tiers et la moitié de l’espace rural restitué reposent sur ce genre de raisonnement par défaut. Il est patent que nous sommes loin de l’exhaustivité attendue.

31Les parcelles identifiées de la sorte, c’est-à-dire hypothétiquement et avec subjectivité, ne concernent pas toutes les parties du finage, heureusement.

32Il s’agit surtout des grandes landes périphériques des villages, appelées « champs communs » de façon générique et sans plus de précision métrologique. Les terriers les nomment, les localisent vaguement et proposent des arpentages évasifs, par dizaines, voire centaines de sétérées. L’extérieur de la mire villageoise demeure donc mal connu et restitué de manière très inaboutie. Il en va de même au centre des finages pour les habitats villageois et leurs jardins : les terriers précisent rarement la position des maisons, des jardins et des granges, qui sont tous situés « au village » ou « le long de la rue publique ». Pour peu que l’on ait approximativement le même nombre de chaumières dans le terrier que d’immeubles dans le cadastre, on peut alors attribuer arbitrairement à chaque maison une identité médiévale qui a de fortes chances d’être usurpée. Peu importe, l’essentiel est de conserver une vue d’ensemble crédible, donnant une idée générale du paysage rural.

Figure 3/3bis  : Cadastres et terriers rapprochés grâce au SIG

Figure 3/3bis  : Cadastres et terriers rapprochés grâce au SIG

Dépasser l’histoire quantitative traditionnelle grâce à l’analyse spatiale

Un paysage inattendu, tant pour 1500 que pour 1800

33Peu de prairies et peu d’enclos, de vastes landes, quelques bosquets et beaucoup de parcelles céréalières ouvertes : le paysage qui apparaît progressivement à partir du croisement des données ne ressemble pas du tout à l’actuel semi-bocage, devenu identitaire d’un Limousin voué à l’élevage bovin. Peu à peu naît la certitude que les paysages médiévaux, ou du moins du XVe s., sont singuliers et fonctionnent selon des systèmes et des équilibres qui leur sont propres (Bernard-Allée et Valadas, 1993 ; Watteaux, 2006). Le SIG confirme cette théorie : avec l’exemple du nord-est du Limousin, nous ne sommes ni dans un paysage de bocage, ni dans un paysage d’openfield, catégories géographiques anachroniques. Ici, la concentricité se mêle à l’étagement et la dialectique infield cultivé / outfield pâturé s’interpénètre avec celle de la logique de versant.

34Reconstituer le puzzle des terroirs médiévaux a été une première étape, exploiter les paysages recréés en est une autre. Une grille de requêtes précises permet de retirer du SIG toute une série de résultats que ni la lecture du terrier, ni son simple traitement avec Excel n’auraient permis d’obtenir. Les fonctions du logiciel Mapinfo utilisées le plus souvent ont été « sélection » et « sélection SQL », afin d’obtenir des sommes (« SUM »), des moyennes (« AVG ») ou encore des superficies (« AREA »). Aux premières tables, construites à partir des données cadastrales et des terriers médiévaux, on a ajouté les informations issues des bases de données purement géographiques : altitudes, pentes, orientations….

35Enfin, chaque interrogation du logiciel peut porter sur deux champs d’investigation distincts : l’espace du cadastre ancien, exhaustivement renseigné ; l’espace des ultimes décennies médiévales, reconstitué avec plus ou moins de précision. Evidemment, obtenir du SIG la taille moyenne des pâtures vers 1820 ne pose pas de problème, et le résultat peut se trouver avec une simple calculatrice… mais acquérir la même information pour un terroir de 1450, reconstitué hypothétiquement et largement lacunaire, n’a pas la même portée.

Des ensembles agraires en perpétuelle évolution

36Le premier type de données « secondaires » obtenues du SIG consiste donc à confirmer la validité de la reconstitution. Il s’agit ici de voir si les sommes, moyennes ou médianes livrées par Mapinfo contredisent ou confirment celles tirées de la saisie sous Excel. On vérifie ainsi la superficie totale du terroir en hectares (comparée aux sétérées avouées dans le terrier), et le nombre total de parcelles, tant pour les années 1800 que pour la fin du XVe s.

37Toujours dans un mouvement de va-et-vient avec les statistiques du terrier et du cadastre, on parvient à définir des ensembles agraires cohérents, avec leurs poids respectifs en nombre de parcelles ou en superficie, pour les deux bouts de la chaîne. Ainsi, quand les prés représentent, dans certains cas, plus de 25% de la superficie des terroirs cadastraux, ils ne couvrent au Moyen Age que 10 à 20% des surfaces connues.

38De même, on peut demander au SIG de nous renseigner sur la superficie moyenne de chaque type de parcelle, toujours dans une recherche de validation des données statistiques brutes. On obtient ainsi confirmation, pour 1500 comme pour 1800, que les landes communes représentent un tout petit nombre de parcelles, mais une énorme superficie totale, ce qui porte la taille moyenne de la pièce de bruyère à plusieurs hectares, quand le lopin céréalier médiéval peine à dépasser le demi hectare.

39Enfin, les patrimoines individuels de chaque personnage cité dans le terrier peuvent être mis en évidence sur la carte, par exemple avec un jeu de couleurs contrastées. Ce qui était ressenti à la lecture, à savoir la suprématie seigneuriale et le grand éparpillement des biens fonciers des paysans, prend ici une dimension cartographique quand Mapinfo livre la carte de ce qui est au seigneur et de ce qui revient à la foule des tenanciers : au maître des blocs, des portions cohérentes constituées de forêts, d’étangs et de bonnes pâtures ; aux manants le manteau d’arlequin des terres arables, des petits prés, des chènevières, des jardins… et l’accès aux immenses communaux pour nourrir les moutons.

40Là où le recours au SIG se justifie pleinement, c’est lorsque les données anciennes entrent en résonance avec des données géographiques ou géométriques brutes et précises, absentes jusque-là des investigations historiques. Ainsi, le terrier et le cadastre ancien ignorent des éléments comme l’altitude, l’orientation, la pente, les distances et les phénomènes de pôles, de flux et de périphéries.

41Pour chaque parcelle, puis pour chaque ensemble agraire, on obtient sans difficulté les altitudes moyennes, maximales et minimales, pour mettre en évidence un éventuel étagement des pratiques agricoles. Par exemple, les « sagnes », de mauvaises petites prairies humides, ont été repérées non pas en fonds de vallons, mais à mi-pente, près des habitats, eux-mêmes fixés près des sources. On en déduit un lien entre sagnes, étables et basses-cours, les sagnes étant généralement entretenues à mi-versant grâce à des drains, des terrassements et toute une série d’aménagements dont le but est de conserver près des animaux une petite réserve d’herbe facilement accessible.

42Les sommets, eux, sont moins boisés que prévus et cèdent souvent la place aux landes à bruyères, l’arbre préférant finalement la pente à l’altitude, comme le révèle le SIG lorsqu’on lui demande une cartographie précise du boisement. La pente, en effet, n’est pas une donnée lisible dans les registres fonciers. On ne peut la mesurer qu’avec un SIG, la carte IGN 1/25000ème étant trop grossière. On découvre que les arbres poussent dans les terroirs les plus accidentés, là où l’élevage et surtout la céréaliculture vivrière sont compromis : c’est le cas à la Celle-Dunoise, le long des rives très encaissées de la Creuse (pente supérieure à 10%), où poussent taillis et genêts, alors que le plateau, 50 mètres plus haut, accueille des cultures et un océan de « landes », « brosses » et « brandes » communes.

43A la pente et à l’altitude s’ajoute l’orientation, essentielle pour comprendre la logique spatiale de certains ensembles agraires. Mapinfo attribue à chaque parcelle son orientation, en degré sur une mire à 360 divisions, où le nord est représenté par les chiffres proches de 0 et 360, et le sud par les chiffres gravitant autour de 180. À altitude, pédologie et pente égales, on trouvera plein sud des pâtures et des cultures, et plein nord des bois et des landes. Les rares vignes de cette portion septentrionale du Limousin poussent le long de la Creuse, uniquement sur les versants regardant au sud, à la Celle-Dunoise, Eguzon-Chantôme ou Crozant.

Modéliser le paysage rural médiéval

44Une fois cette seconde série de données purement géographiques exploitée, on peut pousser l’enquête jusque dans le domaine de la géométrie et de la modélisation spatiale.

45Les distances par rapport au centre paroissial ou villageois, ou par rapport aux habitats ou au château sont aisément calculées et révèlent des clivages spatiaux : les biens du seigneur ou de son métayer sont groupés autour de sa résidence castrale, ceux des paysans sont disséminés dans tout le terroir, parfois à près d’un kilomètre des maisons.

46Les terres céréalières, comme les prés de fauche, sont assez peu distants des habitats : il faut rentrer le grain et le foin à la grange avec de mauvaises charrettes et de piètres attelages… alors que les terrains de parcours sont nettement plus éloignés, car une distance de plusieurs kilomètres n’a rien de décourageant pour les bergers ou les vachers.

47L’utilisation de la fonction « Voronoï » de Mapinfo permet de faire apparaître des polygones de Thiessen à partir des pôles de la vie paysanne. Ainsi, l’emprise théorique de chaque hameau peut être définie par rapport aux nombreux hameaux voisins, puis comparée avec le tracé réel et connu des bandes de landes et de bois qui font la jonction entre les différents terroirs villageois : pondérés par les pentes et les ondulations du relief, ces polygones de Thiessen correspondent de façon étonnante avec les véritables territoires villageois.

48Enfin, le dernier exercice qui peut être demandé au SIG consiste en un calcul du nombre moyen de segments qui composent chaque parcelle. Evidemment, il faut que la saisie graphique du parcellaire soit d’une parfaite régularité dans sa précision et que la main du cartographe ne tremble pas, que trois ou quatre segments grossièrement alignés ne remplacent pas une seule droite claire et nette…. Cette dernière requête semble la plus périlleuse ; pourtant, si la base cadastrale n’a pas été trop mal élaborée, on peut obtenir d’intéressantes validations. Ainsi, on obtient mathématiquement et objectivement la confirmation du ressenti visuel : les labours et les prairies ont entre quatre et cinq côtés, où que l’on soit. Il s’agit de parcelles stables, petites, durables. En comparaison, pour des superficies comparables, les prés de fauche ont un nombre de segments sensiblement plus important, ce qui trahit une plus fine adaptation aux pentes ou aux obstacles. Enfin, et ce n’est pas une surprise, les énormes pièces de landes et de bois se composent de formes complexes, serpentant sur les versants ou dans les fonds de vallée, et ayant parfois plusieurs dizaines de segments pour constituer leur pourtour.

Un terroir (presque) recréé et expliqué grâce aux données anciennes

49La Haute-Marche, actuellement pays de bocage remembré et en cours de reboisement, était au Moyen Age une terre de seigle et de bruyère, une lande percée d’auréoles céréalières où se nichaient des villages cernés de jardins et de chènevières. Sur les sommets on trouvait quelques maigres bois, ainsi que sur les fortes pentes mal exposées, et dans les fonds humides se développaient des réseaux de prés clos. Voici ce que nous apprennent les terriers, une fois leurs données cartographiées. L’exemple retenu est celui de Saint-Avit-le-Pauvre, toute petite commune de moins de 500 hectares située à près de 600 mètres d’altitude, qui, par bonheur, a été presque entièrement décrite en 1504 dans le terrier du seigneur Claude de Saint-Avit. Malheureusement, aucun texte ne nous renseigne sur la période comprise entre la rédaction de ce gros registre et l’arrivée des arpenteurs napoléonien. Grosso modo, on a sous les yeux, restitué avec certitude, presque 60% du paysage médiéval, et 99% du paysage de 1812, date du premier cadastre ; mais rien n’est dit quant aux oscillations entre ces deux bornes chronologiques.

50En 1812 (fig. 4) le centre du terroir est presque dénué de bois, les reliques de l’ancienne forêt seigneuriale formant un chapelet percé de landes et de cultures, au nord-est de la commune. Tout autour, comme une large ceinture encerclant les cultures et formant un glacis avec les paroisses voisines, les landes communes maintiennent une emprise considérable sur le terroir. Ces deux ensembles, bois et bruyères, couvrent presque la moitié du finage mais ne représentent qu’un petit nombre de parcelles. L’autre moitié, céréales et herbes, se compose d’une foule de petites pièces qui enserrent les cinq villages de la communes : le seigle vivrier domine encore sous Napoléon Ier, mais les pâtures et chaumes ne manquent pas, tout comme les prés.

51Les espaces de parcours privés, en opposition avec les champs communs, se localisent surtout au contact avec les landes. On peut soupçonner une progressive colonisation des communaux par ces prés et pâturages. Enfin, au plus près des villages, jardins et surtout chènevières prospèrent, profitant d’un intense travail humain et d’une bonne fumure.

52Pour 1504 (fig. 5) la description ne peut être aussi précise, tous les lieux évoqués dans le terrier n’étant pas objectivement identifiés et chaque parcelle du cadastre n’ayant pas retrouvé son éventuel alter ego médiéval. Pourtant, plus de la moitié du terroir a pu être objectivement reconstituée, en fusionnant des parcelles, en rapprochant des toponymes….

53On découvre un massif forestier plus vaste, de forme plus compacte, non encore mité par les landes et les cultures. Les champs communs sont, eux aussi, plus massifs, plus cohérents ; ils s’approchent plus près des habitats tout en formant des glacis plus épais, isolant plus les villages de Saint-Avit-le-Pauvre des paroisses voisines. La plupart des parcelles médiévales identifiées et restituées cartographiquement sont des emblavures, les prés de fauche et les pâtures étaient vraiment plus rares en 1504 qu’en 1812. L’économie paysanne est encore, au sortir du Moyen Age, très vivrière et peu orientée vers l’élevage. Enfin, le rapprochement du cadastre et du terrier a permis de reconstituer le tracé de l’étang seigneurial, disparu au XIXe s. mais très important auparavant.

54Ainsi, à la fin du Moyen Age, le quart nord-est de la paroisse est quasiment accaparé par le seigneur et son métayer : des grands bois permettant l’élevage des porcs, des étangs et des herbages forment l’essentiel du patrimoine foncier directement exploité par les habitants et domestiques de la maison forte de Saint-Avit. Le reste du finage échoit aux paysans des villages, sous la forme d’immenses nappes de landes communes et de confettis parcellaires céréaliers.

Figure 4  : Saint-Avit-le-Pauvre en 1812, l’espace cadastral integralement reconstitué

Figure 4  : Saint-Avit-le-Pauvre en 1812, l’espace cadastral integralement reconstitué

Figure 5  : Saint-Avit-le-Pauvre en 1504, des fragments d’espace reconstitués

Figure 5  : Saint-Avit-le-Pauvre en 1504, des fragments d’espace reconstitués

Conclusion : des données toujours lacunaires… et de vraies avancées.

55La géographie du passé ne peut prétendre à la précision de la géographie du présent. Aucun inventaire de lopins paysans, même dressé par un tabellion méticuleux à l’extrême, n’atteint la qualité d’un cadastre actuel ; aucun plan de seigneurie n’a la précision d’une photographie aérienne doublée d’une géolocalisation par GPS.

56Il est néanmoins très stimulant de chercher à importer les outils actuels de la géographie dans le champ de l’histoire médiévale, pour évaluer ce qui est envisageable techniquement, et ce qui n’est qu’aporie (Cursente et Mousnier, 2005). Les résultats sont, dans le cas de la province de Haute-Marche, surprenants. Le paysage restitué diffère largement du bocage très boisé des XXe et XXIe s., fruit de la déprise rurale et de la spécialisation dans l’élevage.

57Après 1900, la haie triomphe quand, avant 1500, tout n’était que seigle et lande, ou presque. Entre les deux se déroule une lente pénétration bocagère, venue du Nord-Ouest (Paillet, 1996, 1997 ; Pichot, 1998, 2002). Si la structure de l’habitat, dispersé, est restée stable, un réseau de haies et de prés a lentement crû en repoussant les vastes landes et les quelques forêts. Dès 1500, les solides métairies et les réserves seigneuriales sont les épicentres de ce changement voulu par l’élite et fondé sur l’élevage. Ce changement ne se propage aux tenures des petits paysans serfs et des communautés familiales que très progressivement, selon des modalités qu’il est pour l’heure impossible d’expliciter.

58Finalement, à la lecture des terriers, on a l’impression qu’un système d’infield outfield très extensif a lentement été attaqué par un système plus herbager, moins collectif, fondé sur le champ clos. La vache parquée a remplacé le mouton errant dans les bruyères, le grain acheté dans les provinces voisines et complété par les châtaignes et le blé noir a supplanté le seigle cultivé près des habitats ou sur des parcelles écobuées après de longues phases de repos. Il reste à écrire et à cartographier le récit de ce basculement, une histoire commencée à la fin du Moyen Age et qui couvre toute l’époque moderne, pour s’accélérer avec la révolution industrielle.

Haut de page

Bibliographie

ANTOINE A., MARGUERIE D. (dir.), 2007, Bocages et sociétés, Rennes, PU-Rennes, 510 p.

ANTOINE A., 2000, Le paysage et l’historien, archéologie des espaces bocagers de la France de l’Ouest à la fin de l’Ancien Régime, Rennes, PU-Rennes, 340 p.

BERNARD-ALLEE P., VALADAS B., 1993, Archéologie agraire en Limousin : l’apport des remblaiements des fonds de vallons et des banquettes de culture, Travaux d’Archéologie Limousine, n° 13, p. 7-18.

BRUNEL G., GUYOTJEANNIN O. et MORICEAU J.-M. (Dir.), 2002, Terriers et plans-terriers du XIIIe au XVIIIe s., colloque AHSR et Ecole des Chartes (23-25 sept. 1998), Bibliothèque d’Histoire Rurale n° 5, Paris, AHSR, 462 p.

CHOUQUER G. (dir.), 1996-1998, Les formes du paysage T.I : Etudes des parcellaires, T.II : Archéologie des parcellaires, T.III : Analyse des systèmes spatiaux, Paris, Errance, « Archéologie d’aujourd’hui », 200 p.

CHOUQUER G., 2001, Le parcellaire dans le temps et dans l’espace. Bref essai d’épistémologie, Etudes rurales n° 153-154, p. 39-57.

CHOUQUER G., 1995, Aux origines antiques et médiévales des parcellaires, Histoire et Sociétés rurales n° 4, p. 11-46.

CURSENTE B., MOUSNIER M. (dir.), 2005, Les territoires du médiéviste, Rennes, PUR, 460 p.

GERMAIN R., 1984, Les campagnes bourbonnaises à la fin du Moyen Age, 1370-1530, Clermont-Ferrand, IEMC, 360 p.

GERMAIN R., 1999, La France centrale médiévale, Pouvoirs, Peuplement, Société, Economie, Culture, Saint Etienne, PU Saint Etienne, 322 p.

GLOMOT D., (à paraître), Paysages des serfs, paysages des francs, in Paysage et environnement en Limousin, RHL, Limoges, Pulim.

GLOMOT D., 2006, Les transformation de l'agriculture marchoise à la fin du Moyen Age, in GRANDCOING P. (dir.), L'innovation agricole en pays Limousin du Moyen Age à nos jours, Treignac, Les Monédières, p. 17-31.

GLOMOT D., 2009, « Héritage de serve condition », une société et son espace, la Haute-Marche à la fin du Moyen Age, thèse d’histoire médiévale, Abbé J.-L. et Mousnier M. (dir.), Toulouse II Le Mirail, 837 p.

JARRY T., Le marchement de Rots (1479). Reconstitution et étude d'un parcellaire médiéval : un village de la Plaine de Caen (Calvados), in BRUNEL G., GUYOTJEANNIN O., MORICEAU J.-M. (Ed), Terriers et plans-terriers du XIIIe au XVIIIe s., p. 381-395.

LARTIGAUT J., 1978, Les campagnes du Quercy après la guerre de Cent Ans (v. 1440- v. 1500), Paris, SEVPEN, 606 p.

LETURCQ S., 2007, Un village, la terre et ses hommes : Toury en Beauce (XIIe -XVIIe s.), Paris, CTHS, 565 p.

MANEUVRIER C., 2000, Paysages et sociétés rurales au Moyen Age : le pays d’Auge jusqu’à la fin du XIIIe s., thèse ss.dir. C. Lorren, Caen, 564 p.

MERLE L. (Docteur), 1958, La Métairie et l'Évolution agraire de la Gâtine poitevine de la fin du Moyen Âge à la Révolution, Paris, SEVPEN, 252 p.

MICHAUD-FREJAVILLE F., 1997, Economie et vie rurale en Berry à la fin du Moyen Age, thèse Paris-I Sorbonne, s.p.

PAILLET A., 1997, Pour une archéologie des systèmes bocagers, Enquêtes Rurales n° 5, CMRSH XII, CNRS, Caen, PU-Caen, p. 11-20.

PAILLET A., 1996, Archéologie de l’agriculture en Bourbonnais. Paysages, outillages et travaux agricoles du Moyen Age à l’époque contemporaine, Nonette, Créer, 350 p.

PICHOT D, 2002, Le village éclaté, habitat et société dans les campagnes de l’Ouest au Moyen Age, Rennes, PU-Rennes, 396 p.

PICHOT D., 1998, L’occupation du sol dans les pays de bocage, Enquêtes rurales n° 4, CMSH, CNRS, Caen, PU-Caen, p. 5-28.

POIRIER N., 2007, La construction de l’espace dans la région de Sancergue (18) : une étude diachronique et régressive d’après les sources archéologiques, écrites et planimétriques, thèse Université de Tours, Zadora-Rio E. (dir.).

PORTET P. (dir.), 2006, Les systèmes d’information géographique, Le Médiéviste et l’ordinateur, 44, Orléans, IRHT, http ://lemo.irht.cnrs.fr/44

SAINT-GERAND T., 1996, Pour une cartographie de recherche en histoire rurale, Enquêtes Rurales n° 1, CMSH, Caen, PU-Caen CNRS, 120 p.

TRICARD J., 1996, Les campagnes limousines du XIVe au XVIe s., originalité et limites d’une reconstruction rurale, PU-Sorbonne, 286 p.

VERHULST A., 1995, Le paysage rural : les structures parcellaires de l’Europe du Nord-Ouest, TSMAO n° 73, Turnhout, Brepols, 82 p.

WATTEAUX M., 2006, Sous le bocage, le parcellaire, in CHOUQUER G. (dir.), Nouveaux chapitres d’histoire des paysages, Etudes Rurales n° 175-176, Paris, EHESS, p. 53-80.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : La Haute-Marche dans le royaume de France au XVe s.
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/7680/img-1.png
Fichier image/png, 14k
Titre Figure 2 : grille simplifiée de saisie d’un terrier [page de tableur Excel]
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/7680/img-2.png
Fichier image/png, 34k
Titre Figure 3/3bis  : Cadastres et terriers rapprochés grâce au SIG
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/7680/img-3.png
Fichier image/png, 741k
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/7680/img-4.png
Fichier image/png, 409k
Titre Figure 4  : Saint-Avit-le-Pauvre en 1812, l’espace cadastral integralement reconstitué
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/7680/img-5.png
Fichier image/png, 170k
Titre Figure 5  : Saint-Avit-le-Pauvre en 1504, des fragments d’espace reconstitués
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/7680/img-6.png
Fichier image/png, 110k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

David Glomot, « Le traitement des terriers médiévaux de Haute-Marche à l’aide de SIG », Géocarrefour, Vol. 85/1 | 2010, 67-79.

Référence électronique

David Glomot, « Le traitement des terriers médiévaux de Haute-Marche à l’aide de SIG », Géocarrefour [En ligne], Vol. 85/1 | 2010, mis en ligne le 02 juin 2010, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/7680 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.7680

Haut de page

Auteur

David Glomot

Agrégé d’histoire, docteur en histoire médiévale, Chargé d’enseignement à l’IUFM du Limousin et à la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de Limoges, 29 rue de Metz, 87100 Limoges davidglomot@free.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • Revues.org