Navigation – Plan du site
Articles

Histoire de l’endiguement de l’Isère en Savoie : conséquences sur l’organisation du paysage et la biodiversité actuelle

Diking of the Isère river in Savoie: history and consequences on landscape patterns
Jacky Girel
p. 41-54

Résumés

La vallée de l’Isère, à l’aval d’Albertville, constitue un modèle d’évolution spatio-temporelle ; en moins de 30 ans (1829-1854), l’endiguement-chenalisation a été à l’origine de la transformation du patron paysager et du développement d’une nouvelle économie agricole. Cet aménagement à valeur d’exemple pour les historiens qui ont retracé les grandes étapes de sa conception et de sa réalisation en replaçant celles-ci dans leur contexte social et politique. Dans une démarche fonctionnelle, basée sur une analyse historique, hydraulique et écologique, on revisite des documents d’archives et des travaux scientifiques anciens peu utilisés jusque là. La reconstitution de l’état initial de la vallée est effectuée à partir d’une carte riche d’informations dont on précise l’origine et la date de réalisation. Les emprises et impacts de l’endiguement sont ensuite mis en évidence. Les choix dans les tracés, les techniques de construction des ouvrages et les techniques d’amélioration des sols ont été déterminants ; ils sont à l’origine d’un paysage contemporain à bonne valeur biologique composé d’écosystèmes relictuels et d’écosystèmes nouveaux pour les rivières en tresses. Les impacts de l’endiguement continu en golène utilisé sur d’autres cours d’eau alpins sont évalués. On pense que cette alternative à l’endiguement-chenalisation aurait produit une organisation différente du paysage et probablement favorisé à long terme une anthropisation globalement néfaste aux habitats patrimoniaux. En conclusion, la question de la conservation des écosystèmes générés au cours du XIXe s. est posée.

Haut de page

Texte intégral

1Les aménagements hydrauliques sont des exemples éclatants de l’histoire monumentale des Alpes. Pour l’Isère en Savoie, les écrits descriptifs et les cartes de Guigues (1891), de Balmain (1910) et de Gex (1940) sont les sources principales utilisées pour rappeler cette œuvre colossale commencée sous le régime sarde et terminée par les ingénieurs français des Ponts et Chaussées à la fin du XIXe s.

  • 1  Archives départementales de la Savoie, Chambéry (ADS) et Bibliothèque nationale, Paris (BNP).

2Ces documents ouvrent des perspectives intéressantes pour l’étude écologique des plaines alluviales alpines ; néanmoins, dans le cadre d’une histoire environnementale, la recherche de liens entre le passé et le présent pour reconstituer l’évolution du paysage impose une nouvelle interprétation des archives1 de « première main ».

3Partant des documents originaux, nous avons étudié les changements dans les processus de dispersion des flux (eau, énergie, sédiments et propagules) et expliqué la genèse du paysage alluvial alpin contemporain en relation avec les aménagements d’un cours d’eau tressé (Girel, 1993 ; Girel, 2008 ; Girel & Manneville, 1998 ; Girel & Manneville 2007 ; Girel et al., 1997 ; 2003).

  • 2  Franco-Antonio Garella (endiguement de l’Arve en 1740 et de l’Arly en 1749), père de Francesco-Lui (...)
  • 3  J. Mosca :

4En particulier, nous montrons dans cet article comment les choix des méthodes et des tracés d’endiguement imposés par les impératifs socio-économiques du XIXe s. mettent en place durablement des milieux et des habitats nouveaux dans les vallées alpines. En plus des cartes anciennes, les autres sources documentaires utilisées sont les rapports manuscrits des ingénieurs-architectes : les Garella2 (avant la Révolution), Mongenet (jusqu’en 1815), Barbavara (jusqu’en 1830), Melano (jusqu’en 1843) et Mosca3 (jusqu’en 1860). S’y ajoutent les travaux du service des Ponts et Chaussées chargé après 1860 de la maintenance de l’aménagement et du développement des projets complémentaires visant à rendre cultivables les délaissés alluviaux. Ainsi, Drizard et Choron ont publié (Annales des Ponts et Chaussées)deux mémoires sur les limonages artificiels (Drizard, 1868 ; Choron, 1871).

5Les premiers impacts des endiguements sont décrits par Chiron (1846) qui traite du développement des fièvres paludéennes et par Dausse qui analyse les effets hydro-géomorphologiques de la chenalisation. Sur le terrain de 1858 à 1861, Dausse, hydraulicien réputé étudie l’Arve et l’Isère et apporte des éléments d’information précieux sur les techniques sardes (Dausse, 1858, 1862, 1864, 1872). Nadault de Buffon (1867) quant à lui s’intéresse à l’amélioration des sols par le drainage, l’irrigation et le limonage de l’ancienne plaine inondable.

6Les travaux cités et les fonds d’archives conservés à Chambéry (ADS), sont revisités et interprétés avec une démarche d’écologie fonctionnelle et dans une perspective de gestion durable des paysages alluviaux anthropisés.

Le contexte environnemental

Récurrence des crues et besoins de la population

  • 4  Crues connues: hiver 1641-42, novembre 1651, juillet 1673, février 1711, septembre 1733, novembre (...)
  • 5  Végétation herbacée hygrophile utilisée sèche comme fourrage mais surtout comme litière (fertilisa (...)

7La péjoration climatique du Petit Âge Glaciaire et la dénudation du bassin versant se traduisent par la mise en place d’une plaine alluviale de piedmont instable marquée par des crues nombreuses qui, à la fin du XVIIe s., remodèlent sans cesse le tracé des chenaux et l’ensemble des dépôts alluviaux4. L’hydrosystème tressé occupe la totalité de la plaine dont les productions principales sont alors la « blache »5 pour l’agriculture, les bois tendres pour la construction et les broussailles pour chauffer les fours.

8Au XVIIIe s., l’expansion de la population en Savoie (qui compte 90 % de paysans) ne peut se faire que de deux façons : par le déboisement des versants, ce qui, à terme, conduit à une augmentation de l’érosion des pentes et donc à l’instabilité des bassins de réception ou par la colonisation des plaines alluviales, derniers espaces à valoriser. Dans les deux cas elle nécessite le contrôle de deux facteurs défavorables : l’inondation par les eaux de crues qui érodent les terrains et ensablent les cultures et la malaria qui affecte fortement les populations locales (Sérandour et al., 2007).

Instabilité politique et économique

  • 6  F.L. Garella, Projet pour le diguement de l'Isère, ADS : C- 522.
  • 7  Billet royal, ADS : FS, additions travaux publics n°27.

9Au début du règne de Victor-Amédée III (1772), les conditions économiques et politiques imposent la lutte contre l’émigration et le renforcement des frontières. Cela nécessite de maintenir en Savoie une population et une économie agricole permettant de lever et d’entretenir une armée. On projette d’endiguer l’Isère pour mettre en valeur la vallée ; F.L. Garella effectue alors les premiers relevés cartographiques (1772-1773). Mais malgré les inondations catastrophiques de 1777 et 1778, Garella ne déposera que le 12 février 1787 une demande officielle6 de travaux. Elle est acceptée le 15 mai par le roi qui ordonne qu'un projet soit établi sur les plans levés en 1772-17737.

  • 8  Projets de G. Garella et Mongenet (1794), de Debout et Cie (1809/10), de Noli et Cie, (1811) ; cf. (...)

10La Révolution et le 1er Empire imposent l’autosuffisance et donc le développement d’une agriculture basée sur l’élevage et la production de végétaux. L’abolition du « marécage » (marais, plaines inondables) au nom de la production et de la salubrité publique est prônée par le gouvernement (Haghe, 1998 ; Derex, 2001). Mais les projets8 qui datent de cette période (1792-1815) ne sont pas prioritaires pour le département du Mont-Blanc.

  • 9  Mémoire sur le diguement des torrens et rivières de Savoie, ADS: FS, additions, travaux publics n° (...)

11À la restauration du régime sarde, la crue du 31 juillet/1er août 1816 relance les débats. Le 17 août 1816, l'ingénieur Sollier9 conclut à la nécessité de « diguer » l'Isère et l'Arc au plus vite. Au plan politique, cette idée s’intègre bien dans une politique de consolidation du Royaume de Piémont-Sardaigne qui passe par le contrôle de l’émigration et surtout par la création d’une unité dans un pays compartimenté par des barrières biogéographiques mais également par la langue, la culture et les traditions. Le gouvernement sarde doit faire plus que ce qu’avait fait la France auparavant pour la Savoie. À cette époque, pour les dirigeants de pays voisins (Suisse, jeune Royaume de Piémont-Sardaigne), les grands travaux peuvent rassembler les citoyens autour d'un projet national visant à améliorer les conditions d'existence de tous. Ainsi, à l’instar de la Linth en Suisse (Speich, 2002), l’Isère aménagée pourrait être considérée comme monument symbolisant le pouvoir de l'homme, c'est-à-dire d'un pays uni, organisé et moderne, sur la nature sauvage et hostile.

Diversité du paysage alluvial

  • 10  ADS : C et P n°1 à 13 (1Fi n°1 à 13).
  • 11  ADS : série C (Mappes et registres cadastraux).

12Le paysage avant endiguement est reconstruit à partir d’une carte en 13 feuilles (à l’échelle de 1/2 400e environ). Anonyme et non datée10 elle représente l’Isère et l’emplacement d’un canal en projet. Les chenaux et îles, les marais et landes pâturés, les boisements, les parcelles cultivées attestent d’une importante biodiversité, à l’échelle des communautés, due à une grande variété de milieux et de types d’utilisation des terres (fig. 1). La différence avec la « Mappe » (ADS, cadastre sarde, série C) se situe au niveau des chenaux de l’Isère et de ses affluents ; le levé de la carte utilisée est postérieur à celui du cadastre sarde qui fut réalisé entre 1728 et 1732 pour la vallée11. On peut supposer que ce document majeur est celui qui fut dressé sous la direction de F.L. Garella à la fin du XVIIIe s. ou qu’il en dérive directement.

Figure 1 : Carte du diguement de l’Isère (1787-90)

attribuée à F.-L. Garella, feuilles n° 5 (Aiton, Grésy, Montailleur) et 6 ( Aiton, Chamousset, Fréterive, Bourgneuf)

(ADS: C et P ou 1Fi n° 5 et 6 ; clichés R. Coin, 1990)

13Cette présomption est soutenue par trois rapports : 

  • 12  Procès verbal concernant le rapport fait à l’administration du Département du Mont-Blanc sur le pr (...)
  • 13  ADS : FS, additions travaux publics n°27 ; ADS : 1FS n° 2421 et Ls n°7.
  • 14  Carte générale au projet du canal de l'Isère au 1/3000 environ, BNP : N1 Savoie 2, n°2807.

141) Celui de l’Assemblée du Mont-Blanc12 (1795) fait référence à une carte de 1787-1790 de Garella intitulée « Carte générale du cours de l’Isère et des fonds latéraux » qui représente le cours de l'Isère, avec ses nouveaux et anciens lits, tel qu'il était en 1788, au moment de la perfection du cadastre et dontMongenet a copié toutes les pièces en 1793.
2) Celui de l’archiviste du Duché de Savoie Léger (1816) intitulé "Analise de divers projets de diguement de l'Isère13 " indique que Garella a levé (1787 et 1788) et dessiné (1790), sur des extraits de Mappe, une carte en 12 feuilles présentant l'ancien et le nouveau cours de l'Isère de la confluence de l’Arly à la frontière de France.
3) Celui de l’intendant général Pullini (1822, voir note 13), intitulé « Diguement de l'Isère » indique que Garella, aidé par son fils, a repris de 1787 à 1790, un premier travail de cartographie effectué en 1772-1773.On précise quecette carte du diguement de l'Isère en 12 feuilles de Garella aurait été transmise à Paris en l'an III. Elle pourrait correspondre à une carte certifiée conforme à l'original en l'an III existant à la Bibliothèque Nationale14 et dont les limites et dimensions correspondent à celles de la carte de Garella.

  • 15  Garella, Projet pour le diguement de l'Isère, ADS : C- 522.

15Selon Balmain (1910), parmi les nombreux plans résultant des études longues et minutieuses de Garella, on trouve aux Archives de Savoie une carte intitulée « Plan du cours de la rivière d’Isère, des terreins en isles, broussailles et glières qu’elle occupe dès le pont de Montmeillant jusqu’aux anciennes limites de Savoye et de France avant le traité de 1760 lesquelles sont actuellement au torrent de Glandon à 201 trabucs plus bas »15 qui présente assez de similitudes avec la « Carte du diguement » pour étayer notre démonstration : la « Carte du diguement de l’Isère » est soit l'original de Garella soit une copie datée de l'an III ; cette dernière supposition expliquerait l’existence d’une feuille supplémentaire (13 au lieu de 12) par la division d’une planche originale.

De la prise de décision à la réalisation : la relance du projet

  • 16  Îles avec taillis, broussailles et steppes; les chenaux (avec communautés aquatiques et semi-aquat (...)

16Les arguments favorables à l’endiguement exposés par Garella en 1787 (voir note 15) sont repris par l’administration après la restauration du Royaume de Piémont-Sardaigne en 1816 ; il s’agit de :
- protéger les biens privés et communaux ;
- mettre en culture les « Glières »16 et marais peu productifs ;
- fournir du travail pour fixer la population ;
- lutter contre les fièvres paludéennes ;
- produire des denrées agricoles (blé, herbe) autres que la blache ;
- créer sur les digues des voies de communication directes et des ponts ;
- améliorer la navigation (chenal unique) ;
- créer un chenal non guéable dans un but de protection militaire.

  • 17  Présidé par le gouverneur-général (d’Andezeno) et composé du major-inspecteur de génie-civil, (Mel (...)

17Pullini rend son rapport pour le « Diguement général de l’Isère » (20 décembre 1822, voir note 13) et le roi Charles-Félix nomme une commission spéciale17 chargée de superviser le projet (7 Janvier 1823). Melano, au nom de ce groupe d’experts, émet un avis favorable (14 juin 1823) et le 17 Août 1824 la pose de la première pierre officialise la décision royale.

  • 18  Bagetti (1824 , ADS : FS additions travaux publics, n°27) mentionne des "plans topographiques du b (...)
  • 19  Le "ventre de l'Isère" en crue (1778) a été jaugé par Mengotti à Barraux (frontière du Dauphiné) d (...)

18Entre 1823 et 1824, l’ingénieur topographe Bagetti réalise une cartographie18 (nivellements et jaugeages) basée sur des mesures de débit faites à Barraux où le cours d'eau présente un chenal unique19. Le 19 mars 1825, la Commission Royale du Diguement propose les nouveaux tracés de l’Isère et de l’Arc inférieur. Les objectifs des ingénieurs sont de conserver la vitesse de la rivière pour éviter l’encombrement du lit, d’économiser sur la construction et l’entretien des ouvrages et d’empiéter le moins possible sur la zone agricole à conquérir (Mosca, 1860, voir note 3 ; Dausse, 1872)

Les types d’endiguement utilisés dans les Alpes au début du XIXe s.

  • 20  De l’italien « golena » (= espace inondable), d’où l’expression « à l’italienne » (Chianale : rapp (...)

19En Piémont on pratique l’endiguement "en golène"20, à deux paires de digues, réservant ainsi un espace pour l’expansion des crues (fig. 2).

Figure 2 :  Profils de l’Isère dans les projets en golène de Barbavara (17 juin 1828), Chianale (18 octobre 1828) et Brunati (13 mars 1829).

(ADS : FS additions travaux publics, n°27 ; clichés J. Girel, 1990)

20Les digues sont protégées dans leur partie interne par une « armure végétale vivante » soigneusement entretenue au stade buissonnant. La base des digues internes soumises constamment aux flux est protégée par des paniers ou gabions faits de branches de saules tressées et remplis de gravier qui se consolident en piègeant les alluvions fines (Baumgarten, 1847). L’efficacité des golènes est reconnue pour les rivières à cours lent et gros débit charriant des éléments fins. Cette technique adaptée aux hydrosystèmes anastomosés et à méandres nécessite des aménagements particuliers pour les rivières rapides à charge grossière (Dausse, 1858 ; 1864).

  • 21  Melano, Barbavara et Negretti en sont les promoteurs (Dausse, 1862).

21Barbavara (responsable des travaux) propose ainsi un endiguement continu en golène plus adapté aux systèmes tressés (fig. 2a). Il préconise une variante « par couple ou orthogonale »21 qui consiste en un système de digues submersibles sur lesquelles sont raccordées des traverses perpendiculaires destinées à ralentir les flux d’inondation. Ainsi le ravinement est minimisé et la sédimentation est favorisée de chaque côté du lit principal dans les espaces libres limités par les traverses. Le rehaussement du terrain après chaque crue contribue à stabiliser le chenal unique et à fournir ensuite du bois et de l’herbe, objets d’une forte demande. Les ouvrages sont constitués de matériaux trouvés sur place (galets, gravier, pieux et fascines en branches de saules, peupliers, argousiers et aulnes qui en bouturant constituent une structure déformable et résistante). Ce système avait préalablement fait ses preuves en Suisse (Gauckler, 1868) et en Italie (Dausse, 1862, 1864, 1872).

22L’endiguement continu sans golène ou « endiguement-chenalisation » représente une solution plus onéreuse car il consiste à canaliser le cours d'eau dans un lit artificiel, sur tout son cours, à l'aide d'une paire de digues insubmersibles nécessitant une protection en enrochements sur le talus interne. Il présente aussi l’inconvénient de produire des "délaissés" ce qui implique des travaux de bonification et d’assainissement. Ce système a été utilisé au XIXe s. par les sardes sur le Var, sur l’Arve et évidemment sur l'Isère à l’aval d’Albertville (Nadault de Buffon, 1867, p. 175-278 et 303-354). 

 Discussions techniques et réalisation du projet

  • 22  Lettres patentes et Manifeste de la Commission Royale créée pour le diguement de l’Isère, Routin, (...)
  • 23  Brunati a démontré tous les avantages de l'endiguement continu des rivières dans un rapport publié (...)

23Entre 1789/90 (projet Garella) et 1829/30 (début des travaux), la largeur à donner au chenal artificiel de l'Isère est discutée (tabl. 1). Barbavara juge trop large le chenal proposé dans le projet final accepté par la « Commission Royale du Diguement »22 ; il reste cependant partisan d'un système en golène constitué d’une paire de digues externes en terre et d’une paire de digues internes avec enrochements, traverses à déversoirs. Son rapport (« Mémoire sur l'endiguement de l'Isère du 20 octobre 1828 » cité par Dausse, 1872) est examiné par le Congrès Permanent de génie civil du Royaume et en particulier par Brunati (ingénieur en chef du génie civil piémontais, partisan de l’endiguement continu23 pour les cours d'eau à pente forte charriant des matériaux grossiers) qui fixe la largeur du chenal à 120 et 150 m.

24En octobre 1828 les premières tranches d’aménagement sont adjugées aux entreprises. Le 13 mars 1829, après examen d’un second rapport de Barbavara , le Congrès permanent donne son accord (Dausse, 1872).

Tableau 1 : Endiguement de l’Isère en Savoie : projets et dimensions du chenal

Tableau 1 : Endiguement de l’Isère en Savoie : projets et dimensions du chenal

25L’endiguement débute simultanément sur l’Isère (à l’aval de la confluence de l’Arly et à l’aval du pont de Montmélian) et sur l’Arc (à l’aval du pont d’Aiton). A partir de ces points on endigue en suivant le lit principal mais, au centre en remontant de Montmélian vers Grésy, on ouvre un chenal artificiel, « à sec » (fig. 3, tabl. 2). Au total, 84 153 m de digues sont construits entre mars 1829 et octobre 1854 (Mosca, 1845, note 3;Dausse, 1872)

  • 24  Celle de Chiron-Dunoyer, ADS : FS additions, travaux publics n°28 (Dossier de l’entreprise Chiron, (...)

26La crue de 1839 qui affecte les Alpes piémontaises donne une impulsion à tous les projets d’aménagements hydrauliques. En 1840 le Congrès Permanent accepte de remédier aux méfaits des déboisements des versants. Il nomme une commission (11 août 1845) qui reconnaît officiellement (31 mars 1847) la nécessité d’endiguer les cours d’eau (Dausse, 1872). Cette nouvelle politique vient soutenir l’aménagement de l’Isère qui se trouve aussi facilité par l’adjudication en 1840 de tous les travaux restant (soit 41,5 km de digue sur un total de 84 km) à une seule entreprise24. De plus, pour pallier les difficultés financières des riverains, par le décret-loi du 20 mai 1845 (lettres patentes), Charles-Albert décide de terminer les travaux aux frais de l’Etat. L’endiguement est achevé le 1er octobre 1854 à 1,5 km environ de la frontière du Dauphiné, à l’amont du cône de déjection du Bréda (Mosca, 1860, note 3).

Tableau 2 : Endiguement de l’Isère en Savoie : chronologie des travaux

Tableau 2 : Endiguement de l’Isère en Savoie : chronologie des travaux

L’endiguement-chenalisation

Un endiguement continu sans golène

  • 25  Dans le cas d’un lit trop large, des îles élevant le lit se forment et sont ensuite à l'origine de (...)

27Les schémas primitifs étaient de deux types :
- un endiguement simple à digue basse et chenal large (pour contenir les crues) mais qui fut abandonné car il présentait comme inconvénients majeurs une trop grande emprise sur les zones agricoles potentielles et de gros risques de dépôts d'alluvions à l'étiage25.
- un endiguement engolèneou « à l’italienne »ménageant un lit mineur réduit (utilisé à l’étiage) et un lit majeur (ou golène). Pendant les hautes eaux, les flux sont ralentis et les matériaux fins en suspension se déposent dans la golène. Pendant les basses eaux, les plantes herbacées composant l’essentiel de la « blache » (Carex, Typha, Phragmites, Calamagrostis, Phalaris, Agrostis…)et les arbustes (saules, peupliers, aulnes, argousier…) s’y développent spontanément ; l’année suivante, ils agissent par leur élasticité et leur couvert pour amortir le courant (rugosité) et assurer une bonne protection contre l'érosion (Gauckler, 1868 ; Nguyen et al., 2002). Une golène est rapidement productive (blache, herbages, fourrage, bois, de construction et de chauffage) mais ne doit pas occuper trop d'espace dans une plaine qu’on veut surtout mettre entièrement hors inondation pour y développer des cultures vivrières (blé, maïs, légumes) ou industrielles (chanvre, tabac, mûrier) plus rentables.

  • 26  Mosca, 1845, Notes sur l’endiguement de l’Isère et de l’Arc en Savoie, (Dausse, 1872, p. 467).

28En 1829, dans sa tentative d’endiguement « à l’italienne » Barbavara fait élever des cordons d’enrochements submersibles complétés à l’extérieur par des traverses perpendiculaires. En période de hautes eaux, des courants se produisent de chaque côté des constructions ; pour y remédier, Melano (successeur de Barbavara en 1830) opte pour des digues insubmersibles avec chaussée de 3 m de largeur26. Ces ouvrages sont protégés par un revêtement en blocs jointifs qui peuvent glisser sur le talus en cas d’affouillement ; on recharge alors facilement l’enrochement par le haut (Dausse, 1872).

29Le système en golène se révélant mal indiqué pour les premières sections occupant le lit mineur, pour cette raison technique, le système simple sans golène et à digues insubmersibles s’impose finalement sur le terrain (Dausse, 1872). L’hydrosystème complexe en tresses est ainsi remplacé par un système à chenal unique étroit.

Un espace de liberté réduit

  • 27  En novembre 1828, Crozet (ingénieur en chef du département de l'Isère) et Negretti (ingénieur de g (...)
  • 28  Après la crue de 1816, le préfet de l’Isère (Choppin d’Arnouville) autorise la constitution d’un s (...)
  • 29  Rapport du 13 mars 1829, ADS: FS, additions travaux publics, n°27.

30Les avis d’experts27, fondés sur les informations fournies par une section endiguée longue de 4 200 m et large seulement de 112, réalisée en Dauphiné28 et par les premiers aménagements de l’Arly (en 1749 par F.-A. Garella) et de l’Arc (en 1794 par Brunier), vont dans le sens d’une réduction de la largeur du chenal. Après examen du rapport Barbavara du 5 décembre 1828, le Congrès permanent opte finalement pour un chenal large de 120 et 150 m, complété par de petites golènes de 21,50 m et 30 m. On prévoit que la végétation en piégeant les sédiments facilitera le limonage dans les golènes et stabilisera les berges, permettant ainsi d’élever progressivement les digues internes jusqu’à une hauteur de 2,50 m (à l’amont de la confluence) et 3 m (à l’aval) au-dessus du niveau moyen de l'Isère (figure 2b)29 (Mosca, 1860, note 3 ; Dausse, 1872).

31Les problèmes d’érosion qui se produisent dès le début des travaux (voir plus haut) obligent à protéger les digues en construction par des enrochements sur les deux faces (voir 3-2). L’opération à « pierres perdues » réduit la largeur du chenal à 112 m et 132 m (Mosca 1845, note 3 ; Nadault de Buffon, 1867, Dausse, 1872). La hauteur des digues (voir plus haut) recalculée à partir de données de crue recueillies en 1824 à Barraux doit en principe permettre à l'ouvrage de contenir les débits exceptionnels ; cependant, un rehaussement général à 4 m est réalisé à partir de 1848 et la largeur inter-digue passe à 110 et 130 m. (Nadault de Buffon, 1867 ; Dausse, 1872, p. 452).

Le déroulement des travaux

  • 30  Environ 4 000 personnes (hommes, femmes, enfants) sont sur le chantier au plus fort des travaux (M (...)
  • 31  Rapport sur les ruisseaux de la vallée de l’Isère (1824/25), ADS: FS additions, travaux publics, n (...)
  • 32  Carte attribuée à F.L. Garella, (voir 1-3) pour l’état initial avant endiguement et carte réalisée (...)
  • 33  Bagetti, 1824 ; Chianale, 1826 ; Brunati, 1829 (ADS : FS, additions, travaux. publics n°27) ; Mosc (...)

32Un chenal artificiel est creusé dans le plancher alluvial ; les digues sont construites à l’aide des matériaux extraits30. En amont du pont de Grésy, le chenal suit la ligne de plus grande pente et occupe la partie centrale de la plaine d'inondation ; il passe ainsi à la base des cônes de déjection des affluents31. En revanche, à l’aval du pont, jusqu’à la nouvelle confluence Arc-Isère, le nouveau lit coupe transversalement le large cône de l'Arc ; ce choix s’explique par un tracé plus court et donc financièrement plus avantageux. Enfin, toujours dans un souci d'économie, de la jonction de l’Arc jusqu’au Grésivaudan, on coupe les sinuosités (fig. 3). Du confluent de l'Arly à la frontière du Dauphiné, le chenal actif passe ainsi de 42 km environ à 38,592 km (Dausse, 1872). Une superposition du tracé endigué sur le système naturel de tressage (reconstitué avec des documents cartographiques anciens32) montre que le nouveau chenal coupe un ancien lit principal naturel aux droits de Cruet, de St Pierre d’Albigny (Pau), de Chamousset, et de Grésy. Ces quatre points (voir figure 3) sont aux extrémités amont de quatre tronçons construits à sec33 et mis en eau dans l’ordre suivant : Cruet en 1845, Pau en 1849, Chamousset en 1851 et Grésy en 1853 (Mosca, note 3, 1860 ; Dausse, 1872).

  • 34  Pinat,1879- Réclamation contre l’atterrissement des terrains domaniaux formulée par la commune de (...)

33Le nouveau lit endigué a été tracé pour satisfaire deux conditions34 :
- être rectiligne pour des raisons à la fois économiques (tracés plus courts) et techniques (la vitesse accrue sur des sections raccourcies favorise l'évacuation des matériaux solides) ;
- se maintenir au milieu de la vallée pour éviter les saillies des cônes de déjection des affluents.

Les conséquences de l’endiguement continu et impacts environnementaux

Les « filtrations »

  • 35  A l’extrémité amont des digues commencées en 1829/30, Melano mesure en 1833 un abaissement du lit (...)
  • 36  ADS : 88-S-4 ; 34 SPc n°5 et S-746
  • 37  ADS: 1FS n°2412.

34Le resserrement des flux dans un chenal étroit provoque une diminution de la pente d’équilibre (Dausse, 1858). Après la mise en eau, il y a surcreusement à l’amont35 et accumulation de matériaux à l’aval. Il s’établit alors, dans chaque tronçon, un fond de lit ayant une pente moindre et un niveau initial conservé seulement à mi-parcours. Des exhaussements se produisent ainsi à l’aval de toutes les sections, au rythme de l’endiguement ; c'est le cas pour les zones situées sous St Jean de la Porte, Fréterive et Frontenex36 (voir fig. 3) où Choron (1871) note que les eaux de l'Isère en période de crue filtrent à travers les graviers et forment des flaques stagnantes nuisant aux récoltes. A l’aval d’Albertville, dans la section de 13 km endiguée entre 1829 et 1848, la pente est passée de 3,9 0/00à 2,73 0/00. En 1832, les alluvions apportées au débouché du tronçon dominent déjà de 1,50 m le reste de la vallée37. À la suite de ce processus, le relèvement des digues à chaque extrémité aval et l’abaissement de leurs fondations à chaque extrémité amont sont nécessaires. A l’aval du coude de Grésy (resté interrompu entre 1836 et 1853) on a dû relever trois fois la hauteur des digues pour compenser un rehaussement total du fond évalué à 1,50 m. (Dausse, 1872, p. 434, 471 et 479).

Figure 3 : Les grandes étapes de l’endiguement de l’Isère et de l’Arc dans la Combe de Savoie

Figure 3 : Les grandes étapes de l’endiguement de l’Isère et de l’Arc dans la Combe de Savoie
  • 38  En 1806, l’Arc en crue a basculé au bas de son cône de déjection, en rive gauche ; ce nouveau trac (...)
  • 39  Ce dépôt limono-argileux atteint 3 m d’épaisseur et résiste à l’érosion par l’armature de rhizomes (...)
  • 40  La pente n’est plus que de 10/00 sur 2,5 km de la section chenalisée à l’aval du coude de Grésy al (...)

35Dans le cas de coupures de sinuosités, la dérivation dans un chenal plus court assure l’entraînement d’un plus gros volume de matériaux accompagné d’une augmentation de la pente et d’une incision du fond. Ceci est vérifié sur les tronçons où l’Isère endiguée court-circuite son ancien cours. Il y a cependant une exception, à l’aval du pont de Grésy où on constate au contraire une accumulation de matériaux dans le chenal artificiel qui traverse l’ancien cône de déjection de l’Arc. Deux causes sont liées à ce mauvais écoulement des flux. La première est l’accumulation d’alluvions (déposées à l’aval par l’Arc endigué) dans la nouvelle confluence située depuis 1806 près de Chamousset38 ; à partir de 1839, ce bouchon fait barrage aux deux cours d’eau. La deuxième est la forte résistance à l’érosion du fond du lit artificiel à l’emplacement d’un amas compact déposé autrefois par l’Arc39 (Dausse, 1872). Cette section chenalisée, certes plus courte, présente, contre toute attente, une pente plus faible40 qui est aussi à l’origine de difficultés pour la mise en eau du tronçon (voir ci-dessus, Le déroulement des travaux). Pendant les hautes eaux d’été, le nouveau lit de l’Isère domine la plaine d’une hauteur allant de 1,64 m à 2,10 m selon les zones ce qui entraîne des « filtrations »par résurgence età travers les digues. De plus, le tracé trop direct laisse subsister tous les anciens lits et chenaux secondaires ; en les court-circuitant, le chenal endigué empêche leur écoulement vers l'aval.

36En juillet/août 1851, mai 1856 et surtout novembre 1859, les crues ont provoqué des brèches et des débordements (Mougin, 1914). La charge solide qui était maximum au moment de ces crues est abandonnée en partie dans le chenal ; le lit reste "engorgé" et quand l'Isère y est ramenée, elle coule alors plus difficilement (par rapport à la situation antérieure) sur un matelas alluvial surélevé qu'elle n’arrive plus à déblayer (Nadault de Buffon, 1867). Les filtrations sous les digues deviennent permanentes entre Grésy et Pau en raison de la faible pente, de la grande quantité d'alluvions apportées par l'Arc et de la présence de ponts dont les piles font barrage à l’aval.

  • 41  Guinard, 1866, ADS : 88-S-4 ; Pinat, 1879, Affaire des filtrations de Frèterive, ADS: 34 SPc n°5.
  • 42  Perceval (voir note 34)

37L’ancienne plaine d'inondation devient marécageuse ; elle est à l’origine d’une expansion des fièvres paludéennes (Sérandour et al. 2007). Les ingénieurs cherchent des solutions pour remédier aux filtrations et à leurs conséquences sur la santé publique41. En 1878 un projet de chasse des graviers au moyen d’éperons destinés à resserrer l’Isère à l’aval du pont de Grésy est présenté. Il n’est pas réalisé car, selon les experts du Conseil Général des Ponts et Chaussées, l’abaissement du niveau du lit produit ne serait pas suffisant et coûterait cher ; on préfère s’en remettre au drainage de la vallée. Un projet du même type est présenté en 1895 mais il n’obtient pas plus de soutien42.

La mauvaise évacuation des apports de versant

  • 43  A partir de 1832, une forte mortalité due aux fièvres est enregistrée dans la vallée ; en 1840, on (...)
  • 44  Carte de l’ancien et du nouveau lit du Gelon à Chamousset , ADS : 1 FS 2441.
  • 45  Paleocapa (président du Congrès Permanent puis ministre des travaux publics de Charles-Albert) déc (...)
  • 46  ADS : L 1544.

38L’apport des versants vient aussi alimenter les anciens lits. Un cas d’étude remarquable est celui du Gelon, petit affluent de l’Arc en rive gauche, à l’aval de Bourgneuf. Dès 1832, on constate que le lit de l’Arc étant trop élevé, l’évacuation du Gelon est impossible au printemps (période de hautes eaux). L’endiguement à la nouvelle confluence Arc-Isère n’étant réalisé qu’en fin d’aménagement (1851-1853), les matériaux accumulés au débouché du tronçon endigué de l’Arc restent en place puisque l’Isère occupant encore ses anciens lits de tressage situés au niveau de Frèterive ne peut les évacuer vers l’aval (Mosca, 1844 ; Dausse, 1872). En conséquence, les plaines de Chamousset et Bourgneuf sont inondées par le refoulement du Gelon en période de hautes eaux de l’Arc ; le 21 mai 1840, par exemple, le niveau de crue dépasse de 25 à 30 cm le seuil de l'église de Bourgneuf (Mosca, note 3, 1860). Le Gelon refluant dans la vallée a transformé la plaine agricole fertile en marais insalubre43. La construction d'un canal de vidange vers l’aval pour le Gelon44 (1842). ne résout pas le problème : en 1845, par exemple, les eaux retenues sous la butte de Chamousset sont à un niveau supérieur de 1 m par rapport au niveau moyen avant endiguement de l’Arc et submergent une grande partie des terres (Replat, 1845). On remédie finalement au dysfonctionnement en 1854 par la mise en service d'un tunnel-aqueduc45 et d'un canal ; ce dernier conduit les eaux du Gelon 3 km à l'aval afin de leur assurer une évacuation efficace par l’Isère endiguée. Ces travaux ont permis d’assainir durablement 1032 ha de zones insalubres46, ce que n’avaient pas réussi à faire les drainages effectués en 1832 par un consortium de propriétaires (Mosca, 1844). Le coûteux ouvrage (10 ans de travaux pour le tunnel-aqueduc) aurait pu être évité car, quelques années après la mise en service du tronçon de la nouvelle confluence, on constate une meilleure évacuation des alluvions vers l’aval et un abaissement significatif du lit de l’Arc (Dausse, 1872, p. 472). En complément, le Syndicat du Gelon (créé le 21 janvier 1869) réalise l’assainissement des terres humides de la vallée (Buchard, 1885, p. 317-318).

Le surcreusement du lit et l’enfoncement de la nappe

39Le surcreusement qui se produit à l’amont des sections endiguées (rééquilibrage de la pente) entraîne l’enfoncement de la nappe dans des secteurs aux sols grossiers et filtrants. À l’amont du premier tronçon de 5 km, endigué entre 1829 et 1834, on mesure à Grignon un enfoncement de 1,50 m. Au même endroit, en 1848, alors que la section endiguée atteint une longueur de 13 km, l’enfoncement est de plus de 2 m (Dausse, 1872, p. 469). Ces incisions et les enfoncements des aquifères qui les accompagnent sont suivis de changements dans la composition des communautés végétales spontanées et dans les potentialités agricoles et forestières des terres environnantes.

  • 47  Lieux-dits Barouchat, le Bouchet et les Verneys (ADS : Eaux et Forêts, 6P n°96 et 6P n°113).
  • 48  La ligne du chemin de fer Chambéry-Turin (construite de 1853 à 1858 sous Victor-Emmanuel) est à l’ (...)
  • 49  Affaires communales, ADS: O-1, Aiton, n°2 ; Bourgneuf n°1, n°2 et n°3; Eaux et Forêts : 6P n°96.
  • 50  Cette zone -qui est d’ailleurs sciemment écartée de tout projet de protection et de bonification s (...)

40On peut illustrer ce phénomène par deux exemples. Le premier concerne l’Arc, à l’amont du pont d’Aiton ; des mesures de niveaux des basses eaux (étiage hivernal de novembre à février) y montrent un abaissement progressif d’environ 1,20 m en 11 ans (1843 à 1854) puis un abaissement de 0,95 m en 9 ans (1854-1863), dû cette fois à la chenalisation du dernier tronçon (à l’aval, au niveau de la nouvelle confluence Arc-Isère) qui crée un appel par érosion régressive (Dausse, 1872, p. 477). Les communaux d’Aiton et Bourgneuf (91 hectares)47 qui étaient occupés avant l’endiguement par une aulnaie à saule attestée par le cadastre sarde et la carte de Garella (fig. 7a) perdent de leur valeur ; à partir de 1830 la forêt périclite et subit plusieurs incendies48. Ces « communaux improductifs » sont colonisés par des pelouses maigres et quelques bosquets à peuplier noir (voir fig. 7b) ; les communes demandent la distraction du régime forestier de ces terrains afin qu’ils soient fertilisés par le pâturage puis mis en culture par les habitants sans terres49. Le deuxième exemple est pris à l’aval, avant la frontière du Dauphiné. Entre 1830 et 1854, à toutes les étapes de l’endiguement, un grand volume de matériaux provenant du bassin versant et du chenal s’y dépose et une plage alluvionnaire de plus de 2 km, débordant largement sur le territoire français, en résulte50. Jusqu’en 1852 on rehausse régulièrement les digues. Après cette date, l’endiguement dans la dernière section de la Combe de Savoie (1854) puis celui effectué dans le Grésivaudan (1860/1880) inversent la situation. Le rééquilibrage de pente provoque un déblaiement partiel des alluvions et un abaissement du niveau du lit par érosion régressive, sensible jusqu’au niveau de Cruet (Nadault de Buffon, 1867).

41Une conséquence à moyen terme est le changement des conditions écologiques dans les délaissés alluviaux à l’aval de Montmélian. Dans cette section, l’abaissement du lit et de la nappe souterraine adjacente conduisent à l’installation de groupements mésoxérophiles de steppe et de pelouses sèches à peuplier noir et argousier dont quelques lambeaux persistent encore (Girel & Manneville, 1998 ; 2000). Dans le chenal, le passage de l’accumulation à l’incision pour ce tronçon explique la présence de deux dépôts latéraux accolés visibles aujourd’hui en rive gauche (fig. 4). Le plus ancien (qui domine le niveau moyen de l’Isère de plus de 2 m) est colonisé par des groupements de bois durs ; le plus récent, en contrebas, héberge des communautés de bois tendres (saulaie à aulne blanc) et la gamme des stades pionniers de colonisation (saussaie à Salix triandra et Salix daphnoides, dépôts sablo-limoneux à Typha minima ; plages sableuses à Calamagrostis epigejos et Epilobium dodonaei, grèves caillouteuses à Myricaria germanica et Hippophae rhamnoides ssp fluviatilis).

Figure 4 : Représentation schématique des atterrissements emboîtés de la rive gauche de l’Isère à l’aval de Montmélian

Figure 4 : Représentation schématique des atterrissements emboîtés de la rive gauche de l’Isère à l’aval de Montmélian

La chenalisation et ses alternatives : conséquences sur le paysage

Les impacts de l’endiguement en golène et de l’endiguement continu sans golène

42L’endiguement en golène permet de réduire la plaine de tressage à deux entités :
- le chenal relativement étroit, limité par une paire de digues ;
- la plaine inondée en période de hautes eaux, organisée en une suite de bassins séparés par des bourrelets de gravier ou « turcies » qui favorisent l‘alluvionnement lors des épisodes de crues et qui relient les digues internes (submersibles) aux levées externes protégeant le reste de la plaine.

43Ce système régule les flux dans les golènes dont le niveau s’élève après chaque crue. La sédimentation y est favorisée dès que la végétation installée piège les sédiments. A terme, cette bande de dépôts sablo-limoneux située entre les digues ne pourra être submergée que par des crues de forte intensité et donc de faible fréquence ; cette relative stabilité y permet le développement de l’agriculture (prairies humides) sans pour autant assurer une protection à long terme. La succession végétale conduisant à la forêt alluviale de bois tendre (saussaies basses, saulaie, aulnaie) puis éventuellement à la frênaie-ormaie à merisier n’y est en principe jamais observée car l’agriculture favorise la prairie alluviale et les cultures (chanvre, céréales, mûrier). Lorsque le lit majeur dépasse 500/600 m de largeur, le système en golène peut s’avérer peu efficace à cause de la complexité du réseau de chenaux secondaires et d’îles.

  • 51  Technique largement utilisée en Italie à partir de la Renaissance ; le terme "colmatage" est dériv (...)
  • 52  Par les syndicats d’assainissement du marais d’Aiton, de Cruet et de St Jean de la Porte créés apr (...)

44On a vu précédemment comment Melano, directeur des travaux de l’Isère en 1830, a été contraint à construire des ouvrages insubmersibles. Ce choix a eu des répercussions déterminantes sur le devenir de la plaine et l’organisation du paysage. Dans le cas de rivières puissantes et à charges grossières abondantes comme l’Isère, on doit réserver un espace assez large pour l’écoulement des flux. Il en résulte certes une rétraction des aires favorables aux espèces alluviales des premiers stades de succession (en particulier les salicacées) mais l’espace de liberté reste suffisamment large pour permettre la mise en place de dépôts latéraux ; les processus de destruction/construction qui s’y déroulent sont favorables aux stades pionniers riches en espèces alluviales montagnardes et déalpines c'est-à-dire en espèces de l’étage subalpin et de l’étage montagnard supérieur pouvant descendre dans la zone de piedmont comme Alnus incana, Salix daphnoides, S. nigricans Calamagrostis pseudophragmites, Gypsophila repens, Epilobium dodonaei ou Linaria alpina. À l’extérieur des digues, de grandes surfaces vont être déconnectées du système. Leur bonification à des fins agricoles est possible par une technique connue sous le nom de « colmatage »51 qui consiste à combler les bas-fonds et surélever les terrains en favorisant la déposition des fines après inondation volontaire. En Savoie, on doit au colmatage, associé dans certains cas au drainage généralisé52, la mise en place de sols limono-sableux à fortes potentialités agricoles et de sols battants à gley plus favorables aux communautés végétales de marais (Girel et Pautou, 1997 ; Girel et al., 2003 ; Girel et Manneville, 2007). Par suite, le paysage de la Combe de Savoie est structuré en deux grands ensembles (Girel et al. 1997, 2003 ; Vautier et al., 2002). Le chenal artificiel, assez large pour contenir la crue centennale, est marqué par la présence d’îlots latéraux instables (200 à 500 m de long sur 20 à 50 m de large) derniers refuges pour les espèces caractéristiques des rivières en tresses. La plaine reliée au cours d’eau par les variations de la nappe alluviale est constituée de bassins plus ou moins bien remblayés par le limonage artificiel. Chaque bassin a des caractéristiques dépendant du colmatage : technique utilisée, durée de fonctionnement et situation du bassin (dans la section et par rapport au chenal) ; la mise en place de gradients granulométriques et de gradients d’élévation par rapport au niveau moyen de la nappe sont à l’origine d’une forte diversité spécifique (Girel & Manneville, 1998). Toutefois, l’agriculture a pris possession de l’essentiel du territoire hors digue en se libérant par le drainage de l’hydromorphie de surface.

Les impacts des différentes techniques de colmatage

  • 53  Le décret-loi du 20 Mai 1845 (Lettres Patentes du roi Charles-Albert) confiait officiellement aux (...)
  • 54  Au XIXe s., les cours d’eau alpins avaient une forte charge en suspension (20 kg/m3 pour l’Isère s (...)

45En 1845, la « bonification par le limonement » se généralise53. Les ingénieurs sardes appliquent la technique des « déversements successifs ». À partir du 15 avril et jusqu’au 15 juillet, chaque prise d’eau fournit 5 m3.s-1 à un premier bassin où le flux abandonne une partie de sa charge54 ; il passe ensuite dans un deuxième, puis un troisième et parfois dans un quatrième bassin avant de rendre des « eaux claires » à la rivière. Le résultat attendu (après 5 à 6 campagnes de colmatage selon les prévisions optimistes de 1850) est le comblement des anciens lits puis l’épandage d’une couche suffisamment épaisse pour permettre le développement de l’agriculture sur toute la surface de délaissés concernée (Chiron, 1846 ; Nadault de Buffon, 1867 ; Drizard, 1868 ; Choron, 1871).

46Mais les déversements successifs (du point de vue de l’aménageur dont l’objectif est de livrer à l’agriculture des terrains productifs ayant en tous points les mêmes potentialités) conduisent à terme à une suite de bassins aux sols très hétérogènes. De l’amont vers l’aval, on observe un gradient allant des sols sableux épais et bien aérés à des sols compacts argilo-limoneux de faible profondeur et à nappe superficielle. Ce gradient explique la présence d’un paysage varié caractérisé par une large gamme de communautés végétales spontanées, allant des landes herbacées et steppes xériques à épineux aux prairies et aulnaies hygrophiles (fig. 5).

Figure 5 : Coupe transversale le long d’une section de colmatage à déversement successif

Figure 5 : Coupe transversale le long d’une section de colmatage à déversement successif
  • 55  Rapports de Conte (24 septembre 1861) et de Choron (1870 : Mémoire sur les colmatages de la vallée (...)

47Les sections de colmatage sont particulièrement touchées par la crue du 1er novembre 1859 (Girel & Marnézy, 2009). Après 1860, les ingénieurs français qui prennent en charge la gestion des ouvrages hydrauliques sardes jugent nécessaire la poursuite du colmatage dans un double objectif hygiénique (lutte contre la malaria) et économique (vente des domaniaux avec plus-value)55 ; en 1862, le colmatage reprend sur 1015 ha domaniaux dont 400 seulement produisent de la « blache » (Nadault de Buffon, 1867). On mesure alors les imperfections du système à déversements successifs et on le remplace dans plusieurs sections par le système à « apport simultané » (Choron, 1871). Dans ce cas, tous les bassins sont alimentés en même temps par un flux à forte charge en suspension ; à terme, on obtient des terrains homogènes en ce qui concerne la granulométrie et l’épaisseur des alluvions déposées. À l’échelle de la vallée, la variété des méthodes utilisées (déversements successifs, apports simultanés et systèmes mixtes) est à l’origine d’un paysage varié dont la genèse ne peut être comprise qu’à travers l’histoire du colmatage (Girel et al., 1997 ; 2003). Le colmatage est en particulier à l’origine de types de sols à granulométries très différentes (fig. 6). En outre, l’opération de colmatage qui s’étale sur une durée variant de 5 à 20 ans livre des sols de valeurs inégales, en particulier dans les sections influencées par l’abaissement des lits endigués. Ainsi, entre 1854 (endiguement de la dernière section à l’aval de Montmélian) et 1864, l’érosion régressive due au rééquilibrage de la pente a produit, jusqu'au niveau de Cruet, une incision de 0,06 m par an. Ce surcreusement a été responsable du mauvais fonctionnement des 20 prises d’eau du tronçon ; le problème a été résolu par la construction de longs canaux d’amenée prélevant l’eau limoneuse plus en amont (Nadault de Buffon, 1867, Choron, 1871).

Figure 6 : Types de colmatages et hétérogénéité spatiale dans une section endiguée

Figure 6 : Types de colmatages et hétérogénéité spatiale dans une section endiguée

Impacts comparés du tracé rectiligne choisi et d’un tracé en fond de talweg

48Un objectif majeur de l’endiguement était la mise à disposition pour l’agriculture de terrains très productifs et protégés des crues. Les impacts négatifs du tracé rectiligne choisi ont été mis en évidence par les ingénieurs des Ponts et Chaussées après 1860. Ils dénoncent en particulier les mauvais choix de leurs prédécesseurs au niveau de la confluence avec l’Arc où s’est créée une situation inédite aux deux extrêmes du gradient hydrique (fig. 7).

Figure 7 : La structure du paysage alluvial au niveau de la confluence Arc-Isère

a-  avant endiguement

b- actuelle (endiguement-chenalisation)

c- hypothétique (endiguement en golène en suivant les anciens lits principaux)

Création de zones marécageuses

49Le remblaiement des bassins par limonage artificiel jusqu‘à un niveau assurant des conditions acceptables pour la mise en culture n’a pas pu être mené à terme dans certaines situations. Ainsi, lorsque le nouveau lit domine l’ancienne plaine inondable de tressage (ce qui est le cas des bassins situés à l’amont de la nouvelle confluence de l’Arc (voir ci-dessus, Les flitrations), on ne peut achever le colmatage qu’au moyen d’un long canal d’amenée captant les eaux limoneuses suffisamment à l’amont pour permettre l’alimentation des bassins et d’un canal de vidange conduisant les eaux claires très en aval pour empêcher le refoulement. Pour des raisons économiques évidentes, ces terrains situés en contrebas du cône de déjection de l’Arc n’ont donc pas été suffisamment rehaussés pour permettre le développement des cultures vivrières ; cependant, ils ont été assez colmatés pour être colonisés par des prairies humides (sols limono-argileux et nappe superficielle alimentée par les infiltrations). On y trouve des roselières à Thelypteris palustris, Cladium mariscus, Juncus subnodulosus, des brousses à Alnus glutinosa, Salix cinerea, Frangula alnus, Viburnum opulus et des prairies à Molinia coerulea et Schoenus nigricans (Girel & Manneville, 2007). Ces zones humides ont fourni régulièrement de la litière, du bois de chauffage et du pâturage ; la perturbation moyenne en intensité et fréquence, entretenue en particulier par le fauchage, a bloqué jusqu’en 1950/60 la succession aux stades intermédiaires herbacés présentant la plus forte biodiversité spécifique (fig. 7b).

50Un tracé qui aurait suivi le talweg de l’Isère en contournant le cône de déjection de l’Arc aurait certainement facilité le colmatage et donc permis le développement ultérieur de l’agriculture intensive (maïs, pépinières, prairies artificielles) sur la plus grande partie de la plaine (fig. 7c).

Création de milieux alluviaux xériques

51En endiguant l’Arc au pied de son cône de déjection (au contact de la colline de Chamousset) on a asséché les anciens chenaux et drainé l’éventail alluvionnaire. Sur la partie centrale du cône, la plus haute, on a ainsi renforcé la xéricité des sols, créant des conditions favorables à la peupleraie à Populus nigra peu productive (Lambs et al., 2006), aux pelouses sèches à Bromus erectus, Trisetum flavescens et Koeleria cristata et aux steppes à Melica ciliata et Festuca duriuscula (Girel & Manneville, 2000). Le pâturage extensif a entraîné une régression vers des stades dominés par divers épineux communs comme Rosa canina, Crataegus monogyna et Prunus spinosa (Girel & Manneville, 1998). Comme le montrent les rapports des ingénieurs des Eaux et Forêts de la fin du XIXe s. (voir note 51), ces stades de succession ou de dégradation ont persisté dans la partie supérieure non colmatée du cône (fig. 7b) ; en effet, pour limoner ce niveau, il aurait fallu capter l’eau très en amont sur l’Arc, opération peu rentable compte tenu de la faible superficie.

52Un tracé empruntant les anciens lits fonctionnels avant le "saut de l’Arc" (1806) aurait, comme dans le cas précédent, permis un colmatage achevé du cône de déjection et cela au détriment des pelouses sèches et landes alluviales xériques qui ont pu persister dans quelques rares stations (fig. 7c).

Conclusion 

53Les aménagements hydrauliques du XIXe s. ont été justifiés en leur temps par le projet d’utiliser les zones humides à des fins essentiellement productivistes, même si la salubrité publique fut aussi invoquée (Haghe, 1998, Derex, 2001).

54Les espèces des cours d’eau alpins en tresse, adaptées aux perturbations fréquentes des crues (érosion et dépôt de matériaux alluvionnaires) trouvent refuge dans le lit endigué sur des îlots représentant moins de 10 % de la superficie des habitats qui leur étaient favorables avant l’endiguement. Les communautés ligneuses clairsemées de peuplier noir, d’argousier et épineux divers qui caractérisent les dépôts filtrants les plus hauts sont considérablement réduites en surface. Sur les cônes de déjection de l’Arc, d’Aiton à Grésy, et de l’Isère à la frontière du Dauphiné, leur aridité est accentuée par l’abaissement de la nappe sous-jacente ; les phréatophytes alpines (Hippophae rhamnoides subsp fluviatilis, Myricaria germanica, Salix eleagnos…) laissent la place aux collinéennes thermophiles (Quercus pubescens, Berberis vulgaris, Amelanchier ovalis, Laburnum anagyroides, Acer monspessulanum). A l’opposé, les communautés des sols limono-argileux à gley (prairies humides à laiches, marisque et choin, brousses à saule cendré, bourdaine et viorne obier, bois d’aulne glutineux), rares avant l’endiguement, gagnent du terrain parallèlement à l’expansion des bassins de colmatage. Elles persistent dans des situations topographiques particulières où les conditions hydrologiques (nappe superficielle alimentée par les infiltrations et résurgences) empêchent le labour et la mise en culture ; à la suite du drainage, certains bassins évoluent jusqu’à la forêt alluviale de bois dur (frêne élevé, chêne pédonculé, tilleul et merisier), stade de succession absent avant endiguement.

55La comparaison avec l’endiguement en golène montre qu’un aménagement moins « écologique » à court terme (réservant un espace inondable moins large) peut se révéler, à long terme, finalement plus favorable à la biodiversité alors qu’agissent de nouvelles perturbations anthropiques.

  • 56  Réseau de zones humides dans la Combe de Savoie et la basse vallée de l’Isère ; (http://natura2000 (...)

56En ce qui concerne les habitats sensibles, les prairies et ripisylves de la Biale (représentées en quadrillés dense sur la figure 7b) font l’objet de mesures de conservation car elles sont incluses dans un site "Natura 2000"56 ; en revanche, les groupements secs comme les anciens lits de l’Arc (représentés en pointillés sur la figure 7b), sans statut, sont en voie d’extinction à cause du développement de l’urbanisation et des extractions de gravier (Girel & Manneville, 1998 ; 2000). En ce qui concerne les « îles » du chenal, derniers refuges pour les espèces alluviales alpines que sont Typha minima, Calamagrostis pseudophragmites, Myricaria germanica, Salix daphnoides, Alnus incana…, menacées par le boisement dû à l’incision du lit, leur pérennité passe par une gestion adaptée des flux d’eau, d’énergie et de matériaux permettant le déroulement des processus biogéomorphologiques : création de milieux ouverts à substrat varié, dispersion des propagules, germination et développement durable des plantules (Hughes et al. 2003 ; Vautier et al. 2003).

57Le Plan de Prévention des Risques d’Inondation (PPRI) de la Combe de Savoie (2003) a mis en évidence des secteurs susceptibles de submersion. Les aménagements correctifs et préventifs qui sont proposés pour garantir la poursuite d’un développement raisonnable et sécurisé des communes riveraines sont à considérer comme autant de nouvelles « perturbations » s’exerçant en particulier sur le chenal endigué. Néanmoins, il n’y a pas forcément antagonisme entre les aménagements hydrauliques préconisés et les objectifs de protection et de gestion de la biodiversité. En particulier, le groupe de réflexion constitué en juin 2009 à l’initiative du Syndicat Mixte de l’Isère et de l’Arc en Combe de Savoie (SISARC) voit des synergies possibles entre les principes d’action et le renforcement de la biodiversité. À l’extérieur des digues il y a par exemple des garanties de maintien ou même de rehaussement des niveaux de nappes favorables aux espèces hygrophiles (Thelypteris palustris, Schoenus nigricans…) tandis qu’à l’intérieur du chenal, l’opération de décapage des dépôts alluviaux jusqu’au niveau des bancs de galets (préconisée pour assurer le transfert des flux en période de crue) apparaît comme une étape nécessaire pour redynamiser le fonctionnement hydrogéomorphologique assurant le maintien des espèces alluviales montagnardes strictes (Typha minima, espèce protégée et Myricaria germanica en particulier).

58Dans ce contexte de rivière « compromise mais attractive » (Wohl, 2005), la compréhension des impacts anthropiques historiques est à prendre en compte afin de préserver, réhabiliter ou restaurer des habitats favorables aux espèces alluviales alpines.

Haut de page

Bibliographie

BALMAIN J., 1910, Les franchises de la Communauté d'Aiton (Savoie), Grenoble, J.Rey, 212 p.

BAUMGARTEN A., 1847, Notice sur les rivières de Lombardie et principalement sur le Pô, Annales des Ponts et Chaussées, 13, 2e série,1er semestre, p. 129-199.

BUCHARD G., 1885, Du service hydraulique en Savoie considéré du point de vue agricole, Bulletin trimestriel de la Société Centrale d'Agriculture de la Savoie (Chambéry), 7, p. 304-322.

CHIRON A., 1846, Atterrissements artificiels dans la vallée de l'Isère, cause des fièvres endémiques et périodiques de cette vallée et moyens de les prévenir, Turin, Chirio et Mina, 24 p.

CHORON L., 1871, Mémoire sur les colmatages de la vallée de l'Isère entre Albertville et la limite du département de la Savoie, Annales des Ponts et Chaussées, 1, 5e série, p. 311-360.

CONSEIL GENERAL DES PONTS ET CHAUSSEES (CGPC) ; SERVICE D'INSPECTION GENERALE DE L'ENVIRONNEMENT (SIGE) (Durru, B., Quévremont, P., Pierron, P.), 2007, Prévention des risques d’inondation dans la Combe de Savoie, Paris, La Documentation Française, Rapport N° 005122-01, 43 p.

http://portail.documentation.equipement.gouv.fr/cgpc/results.xsp?qid=sdx_q0

DAUSSE M.F.B., 1858, Preuves palpables d’un principe important et nouveau d’hydraulique, Comptes rendus hebdomadaires des séances de l'Académie des Sciences, 46, p. 327-331.

DAUSSE M.F.B., 1862, Question des inondations : de l’endiguement par couples ou orthogonal dans l’ancien royaume sarde, Comptes rendus hebdomadaires des séances de l'Académie des Sciences, 55, p. 822-825.

DAUSSE M.F.B., 1864, Question des inondations et de l’endiguement des rivières. De l’endiguement continu dans l’ancien royaume sarde, Comptes rendus hebdomadaires des séances de l'Académie des Sciences, 58, p. 1082-1085 et p. 1192-1196.

DAUSSE M.F.B., 1872, Etudes relatives aux inondations et à l'endiguement des rivières, Mémoires présentés par divers savants à l'Académie des Sciences de l'Institut de France, 20 (1), p. 287-509.

DEREX J.-M., 2001, Pour une histoire des zones humides en France (XVIIe-XIXe s.s), Histoire et Sociétés Rurales, 15 (1), p. 11-36.

DRIZARD A., 1868, Mémoire sur le colmatage des terrains de la vallée de l'Isère, partie comprise dans la Savoie, entre le pont de Grésy et la limite du département, Annales des Ponts et Chaussées, 16, 4e série, 2e semestre, p. 593-632.

FERRAND F., 1969, Les voies de communication du nord du Haut Grésivaudan, Actes du 91e congrès des sociétés savantes (Rennes, 1966), Ministère de l’Education nationale (Comité des Travaux Historiques et scientifiques), section d’histoire moderne et contemporaine, tome 2, p. 366-387.

GASPARIN P. de, 1881, Sur les qualités comparées des eaux de l'Isère et de la Durance, au point de vue de l'irrigation et du colmatage, Comptes rendus hebdomadaires des séances de l'Académie des Sciences, 93 (1), p. 453-455 et p. 680-682

GAUCKLER P., 1868, Mémoire sur la défense du territoire contre les inondations, Annales des Ponts et Chaussées, 4e série, 2e semestre, 16, p. 521- 550.

GEX F., 1940, Le diguement de l'Isère dans la Combe de Savoie, Revue de Géographie Alpine, 28, p. 1-71.

GIREL J., 1993, Endiguements et colmatages sardes dans la vallée de l'Isère à l'aval d'Albertville, in Actes du Colloque international de l'Université de Lyon 3-Jean Moulin (mai 1992), Le Fleuve et ses Métamorphoses, Paris, Didier Erudition, p. 217-232.

GIREL J., 2008, River diking and reclamation in the Alpine Piedmont: The case of the Isère, in CHRISTOF MAUCH & THOMAS ZELLER (eds) Rivers in History. Perspectives on Waterways in Europe and North America, Pittsburgh, The University of Pittsburgh Press, p. 78-88 and p. 192-194.

GIREL J., GARGUET-DUPORT B., PAUTOU G., 1997, Landscape Structure and Historical Processes Along Diked European Valleys: A Case study of the Arc/Isère Confluence (Savoie, France), Environmental Management, 21(6), p. 891-907.

GIREL J., MANNEVILLE O., 1998, Present species richness of plant communities in alpine stream corridors in relation to historical river management, Biological Conservation, 85 (1-2), p. 21-33.

GIREL J., MANNEVILLE O., 2000, Contribution scientifique à l’étude d’impact pour l’extension de la zone d’activité de la Grande Île (Savoie), Propositions de mesures compensatoires, Rapport d’étude à diffusion restreinte, LECA-Grenoble, 11 p.

GIREL J., MANNEVILLE O., 2007, L’origine de la turfigenèse dans la plaine alluviale de l’Isère (Alpes du nord), in CUBIZOLLE H. (éd.) Origine, fonctionnement et conservation des tourbières, Saint-Etienne, Publications de l’Université de Saint-Etienne, p. 183-199.

GIREL J., MARNEZY A., 2009, Les vallées de l’Isère et de l’Arc en 1859 : un paysage inédit marqué par l’endiguement-chenalisation, Communication au colloque « Isère 1859-2009, 150ème anniversaire de la Crue de Référence de l’Isère, Grenoble 5 novembre 2009, Pôle grenoblois des Risques Naturel. URL : http://www.obs.ujf-grenoble.fr/risknat/isere1859-2009/3_GIREL-MARNEZY-Conf-Isere.pdf

GIREL J., PAUTOU G., 1997, The influence of sedimentation on vegetation structure, in HAYCOCK N., BURT T., GOULDING K.W.T. & PINAY G. (eds) Buffer zones: their processes and potential in water protection, Quest Environmental & Environment Agency (Harpenden), Luton, White Crescent Press, p. 93-112.

GIREL J., VAUTIER F., PEIRY J.-L., 2003, Biodiversity and land-use history of the Alpine riparian landscapes (the example of the Isère river, France), in MANDER U. & ANTROP M. (eds), Multifunctional Landscapes, Volume 3: Continuity an Change, (p. 167-200) , Southampton, WIT-Press, International series on Advances in Ecological Sciences.

GUIGUES J., 1891, Mémoire sur le diguement de l'Isère dans la Combe de Savoie, Grenoble, Allier, 178 p.

HAGHE J.-P., 1998, Les eaux courantes et l'État en France 1789-1920. Du contrôle institutionnel à la fétichisation marchande, Thèse Géographie, EHESS (Paris), 686 p.

HUDRY M. 1982, François-Antoine et François-Louis Garella, ingénieurs des Ponts-et-Chaussées en Savoie au XVIIIe s., Actes du Congrès des Sociétés Savantes de Savoie (Thonon-les-Bains, 1978), p. 165-174.

HUGHES F.M.R., RICHARDS K., GIREL J., MOSS T., MULLER E., NILSSON C., ROOD S., 2003, The Flooded Forest: Guidance on restoring floodplain forests for policy makers and river managers in Europe, Cambridge, Ed. Department of Geography, University of Cambridge, 96 p.

LAMBS L., LOUBIAT M., GIREL J., TISSIER J., PELTIER J.-P., MARIGO G., 2006, Survival and acclimatation of Populus nigra to drier conditions after damming of an alpine river, southeast France, Annals of Forest Science, 63, p. 377-385.

MESSIEZ M., 2002, La Combe de Savoie autrefois, Montmélian, La Fontaine de Siloë, 3e ed., 202 p.

MOSCA J., 1844, Travaux d'assainissement en Savoie, Gazette de l'Association Agricole (Turin), 2e année, 44, p. 329-332.

MOUGIN P., 1914, Les torrents de la Savoie, Grenoble, Besson, 1252 p.

NADAULT DE BUFFON B., 1867, Des submersions fertilisantes comprenant les travaux de colmatage, limonage et irrigations d'hiver, Paris, Dunod, 492 p. et Atlas 17 pl.

NGUYEN T.D., BELLEUDY P., PEIRY J.-L., GIREL J., SAUVAGET P., 2002, Hydrodynamique et végétation d'une île de l'Isère (Hydrodynamics and vegetation of an island on Isere River), La Houille Blanche, 2, p. 24-31.

REPLAT A., 1845, Des atterrissements, Gazette de l'Association agricole (Turin), 3e année, 6, p. 45-46.

SERANDOUR J., GIREL J., BOYER S, RAVANEL P., LEMPERIERE G., RAVETON M., 2007, How human practices have affected vector-born diseases in the past: a study of malaria transmission in Alpine Valleys, Malaria Journal, 6 (115).

http://www.malariajournal.com/content/6/1/115

SPEICH D., 2002, Draining the Marshlands, Disciplining the Masses: The Linth Valley Hydro Engineering Scheme (1807-1823) and the Genesis of Swiss National Unity, Environment and History, 8, p. 429-447.

VAUTIER F., PEIRY J.-L., GIREL J., 2002, Développement végétal dans le lit endigué de l'Isère en amont de Grenoble : du diagnostic à l'évaluation des pratiques de gestion, La Terre et la Vie : revue d'Ecologie, suppl. 9, p. 65-79.

WOHL E. E., 2005, Compromised rivers: understanding historical human impacts on rivers in the context of restoration, Ecology and Society, 10(2) [online].

URL : http://www.ecologyandsociety.org/vol10/iss2/art2/.

Haut de page

Notes

1  Archives départementales de la Savoie, Chambéry (ADS) et Bibliothèque nationale, Paris (BNP).

2  Franco-Antonio Garella (endiguement de l’Arve en 1740 et de l’Arly en 1749), père de Francesco-Luigi Garella (1727-1792, projet d’endiguement de l’Isère , 1787) et Giacinto, fils du précédent (1775-1852, collaborateur de Mongenet pour le projet d’endiguement de l’Isère, 1794) ( cf. Hudry M. 1982-François-Antoine et François-Louis Garella, ingénieurs des Ponts-et-Chaussées en Savoie au XVIIIe s.- Actes du Congrès des Sociétés Savantes de Savoie, Thonon-les-Bains 1978).

3  J. Mosca :

1845- Notes sur l’endiguement de l’Isère et de l’Arc en Savoie ; plan du cours de l’Isère entre Chamousset et Montmélian avec le tracé de la nouvelle route royale, 1/5000, ADS: FS, Génie civil , n°78.

1847- Plan du cours actuel de l’Isère depuis les digues de Grésy à Châteauneuf et du cours de l’Arc depuis Aiton au Confluent, 1/10 000, ADS : FS, Génie civil, n°72.

1849- Travaux de diguement de l'Isère et de l'Arc, ADS. : 77F, n°15.

1852- Rapport sur l'état de situation des atterrissements des délaissés de l'Isère et des travaux de canalisation de ses affluents, ADS : 1-FS, 2419.

1860- Mémoire sur l'endiguement de l'Isère et de l'Arc en Savoye, ADS : S-762.

4  Crues connues: hiver 1641-42, novembre 1651, juillet 1673, février 1711, septembre 1733, novembre 1740, juin 1764, 2 juillet 1777, fin octobre 1778, 31 juillet/1er août 1816 et 1er juillet 1824 (Mougin, 1914).

5  Végétation herbacée hygrophile utilisée sèche comme fourrage mais surtout comme litière (fertilisant pour les cultures).

6  F.L. Garella, Projet pour le diguement de l'Isère, ADS : C- 522.

7  Billet royal, ADS : FS, additions travaux publics n°27.

8  Projets de G. Garella et Mongenet (1794), de Debout et Cie (1809/10), de Noli et Cie, (1811) ; cf. Rapports Léger et Pullini, ADS : FS, additions travaux publics n°27 ; ADS : 1FS n° 2421 et Ls n°7.

9  Mémoire sur le diguement des torrens et rivières de Savoie, ADS: FS, additions, travaux publics n°27.

10  ADS : C et P n°1 à 13 (1Fi n°1 à 13).

11  ADS : série C (Mappes et registres cadastraux).

12  Procès verbal concernant le rapport fait à l’administration du Département du Mont-Blanc sur le projet de canal de l’Isère (16 nivôse an III), ADS: L 31; L 1541 et 45F n°42.

13  ADS : FS, additions travaux publics n°27 ; ADS : 1FS n° 2421 et Ls n°7.

14  Carte générale au projet du canal de l'Isère au 1/3000 environ, BNP : N1 Savoie 2, n°2807.

15  Garella, Projet pour le diguement de l'Isère, ADS : C- 522.

16  Îles avec taillis, broussailles et steppes; les chenaux (avec communautés aquatiques et semi-aquatiques), étaient appelés « brassières » (Guigues, 1891).

17  Présidé par le gouverneur-général (d’Andezeno) et composé du major-inspecteur de génie-civil, (Melano) des ingénieurs de génie-civil, (Negretti, Petrino, Barbavara et Brunati) et de l’archiviste du Duché (Léger), ce comité publie le "Manifeste de la Commission Royale du 25 octobre 1827" (ADS : 1FS 3623).

18  Bagetti (1824 , ADS : FS additions travaux publics, n°27) mentionne des "plans topographiques du bassin de l'Isère levés en 1824 et présentés sous la forme de 17 planchettes au 1/5000 regroupées en 2 feuilles et accompagnées de profils " qui ne figurent pas à l'inventaire des ADS.

19  Le "ventre de l'Isère" en crue (1778) a été jaugé par Mengotti à Barraux (frontière du Dauphiné) dans une section à chenal unique (limitée par la terrasse de Fort-Barraux en rive droite et une digue en rive gauche), longue de 400 m, large de 95 m et profonde de 3,50/4 m (Dausse, 1872 p. 457). La crue du 1er juillet 1824, (inférieure à celle de 1778) a permis aussi de caler les hauteurs de digues à 2,50 m à l'amont de l'Arc et 3 m à l'aval (Dausse, 1872).

20  De l’italien « golena » (= espace inondable), d’où l’expression « à l’italienne » (Chianale : rapport du 18 octobre 1828, ADS: FS additions travaux publics, n°27).

21  Melano, Barbavara et Negretti en sont les promoteurs (Dausse, 1862).

22  Lettres patentes et Manifeste de la Commission Royale créée pour le diguement de l’Isère, Routin, Bottero et Alessio, imprimeurs du Roi, Chambéry,1827, ADS : FS additions travaux publics, n°27.

23  Brunati a démontré tous les avantages de l'endiguement continu des rivières dans un rapport publié en 1841 (Arginamento dei fiumi e torrenti.- Stamperia reale, Torino) cité par Dausse (Dausse, 1872).

24  Celle de Chiron-Dunoyer, ADS : FS additions, travaux publics n°28 (Dossier de l’entreprise Chiron, 1840-1860) et S-762 (Société Chiron).

25  Dans le cas d’un lit trop large, des îles élevant le lit se forment et sont ensuite à l'origine de sinuosités et de courants obliques affouillant les digues (Barbavara, Chianale , 1828, ADS: FS, additions travaux publics, n°27).

26  Mosca, 1845, Notes sur l’endiguement de l’Isère et de l’Arc en Savoie, (Dausse, 1872, p. 467).

27  En novembre 1828, Crozet (ingénieur en chef du département de l'Isère) et Negretti (ingénieur de génie civil piémontais), experts reconnus pour leurs travaux sur l’Isère et le Pô, indiquent qu' un chenal unique, réduit à 100 m de largeur à l'aval de la confluence de l'Arc serait suffisant ; Crozet, défend le principe de digues submersibles qu’on élève au fur et à mesure que les dépôts se font dans la plaine (colmatage naturel) et que la rivière s’encaisse dans un lit unique (Dausse, 1872, p. 455).

28  Après la crue de 1816, le préfet de l’Isère (Choppin d’Arnouville) autorise la constitution d’un syndicat de propriétaires pour la construction de digues ; les premiers travaux réalisés à partir de février 1825 par la S Hall et Charles de Romans concernaient une partie de la rive droite à l’aval de Barraux (Ferrand, 1969).

29  Rapport du 13 mars 1829, ADS: FS, additions travaux publics, n°27.

30  Environ 4 000 personnes (hommes, femmes, enfants) sont sur le chantier au plus fort des travaux (Messiez, 2002). Les blocs d’enrochement proviennent pour l’essentiel du versant calcaire des Bauges (Dausse, 1872).

31  Rapport sur les ruisseaux de la vallée de l’Isère (1824/25), ADS: FS additions, travaux publics, n°33.

32  Carte attribuée à F.L. Garella, (voir 1-3) pour l’état initial avant endiguement et carte réalisée à partir de 1843 par Mosca pour l’état post-endiguement (Plan et profil du cours de l’Isère entre Albertville et le Fort de Barreaux avec le tracé du lit artificiel , ADS : C et P. n°14 ou 1Fi n°14).

33  Bagetti, 1824 ; Chianale, 1826 ; Brunati, 1829 (ADS : FS, additions, travaux. publics n°27) ; Mosca, 1860 (ADS: S-762) ; Mathey, 1868 (ADS: SPc n°3).

34  Pinat,1879- Réclamation contre l’atterrissement des terrains domaniaux formulée par la commune de Fréterive, ADS : 34 SPc n°5, 15 p.

35  A l’extrémité amont des digues commencées en 1829/30, Melano mesure en 1833 un abaissement du lit de l’Isère de 2 à 5 m (ADS : FS-2411).

36  ADS : 88-S-4 ; 34 SPc n°5 et S-746

37  ADS: 1FS n°2412.

38  En 1806, l’Arc en crue a basculé au bas de son cône de déjection, en rive gauche ; ce nouveau tracé naturel fut suivi pour l’endiguement de l’Arc (Dausse, 1872).

39  Ce dépôt limono-argileux atteint 3 m d’épaisseur et résiste à l’érosion par l’armature de rhizomes qui s’y est développée (Dausse, 1872, p. 475 et 483, 484) ; il gêne encore l’écoulement en 1895 (rapport de l’Ingénieur Perceval, note 34).

40  La pente n’est plus que de 10/00 sur 2,5 km de la section chenalisée à l’aval du coude de Grésy alors qu’elle était de 2,4 0/00 sur le 1er km puis de 1,9 0/00 sur le reste du parcours sur la section « naturelle » qui contournait le cône de déjections de l’Arc près de Fréterive (Dausse, 1872).

41  Guinard, 1866, ADS : 88-S-4 ; Pinat, 1879, Affaire des filtrations de Frèterive, ADS: 34 SPc n°5.

42  Perceval (voir note 34)

43  A partir de 1832, une forte mortalité due aux fièvres est enregistrée dans la vallée ; en 1840, on compte 20 décès (effectif de 135 résidents) à l’asile d’aliénés de Betton (Marie-Girod, 1884, p.22 in Serandour et al., 2007).

44  Carte de l’ancien et du nouveau lit du Gelon à Chamousset , ADS : 1 FS 2441.

45  Paleocapa (président du Congrès Permanent puis ministre des travaux publics de Charles-Albert) décide la construction d’un conduit sous la colline de Chamousset ; Mosca, chargé alors des travaux de l’Isère réalise (entre 1844 et 1854) un ouvrage monumental à double arche, long de 125 m (Dausse, 1872).

46  ADS : L 1544.

47  Lieux-dits Barouchat, le Bouchet et les Verneys (ADS : Eaux et Forêts, 6P n°96 et 6P n°113).

48  La ligne du chemin de fer Chambéry-Turin (construite de 1853 à 1858 sous Victor-Emmanuel) est à l’origine de ces incendies récurrents à partir de 1860 (ADS: Affaires communales O-1, Aiton, n°2 ; Bourgneuf n°1, n°2, n°3).

49  Affaires communales, ADS: O-1, Aiton, n°2 ; Bourgneuf n°1, n°2 et n°3; Eaux et Forêts : 6P n°96.

50  Cette zone -qui est d’ailleurs sciemment écartée de tout projet de protection et de bonification sur l’avis de l’ingénieur français S. Gras en 1852 (Ferrand, 1969)- constitue un cône de déjection mis en place à partir de 1841, après l’achèvement du premier tronçon à l’aval de Montmélian (Dausse, 1872, p. 470).

51  Technique largement utilisée en Italie à partir de la Renaissance ; le terme "colmatage" est dérivé du toscan "colmate" qu’on traduit aussi au début du 19ème par "comblées".

52  Par les syndicats d’assainissement du marais d’Aiton, de Cruet et de St Jean de la Porte créés après la loi sur les Associations syndicales (Buchard, 1885).

53  Le décret-loi du 20 Mai 1845 (Lettres Patentes du roi Charles-Albert) confiait officiellement aux ingénieurs la bonification de ces territoires par "atterrissements", ADS: S-762.

54  Au XIXe s., les cours d’eau alpins avaient une forte charge en suspension (20 kg/m3 pour l’Isère selon Nadault de Buffon, 1867, et de Gasparin, 1881) de la mi-avril à la mi-juillet (période de hautes eaux correspondant à la fonte des neiges et à une forte activité agricole et forestière aux étages montagnard et subalpin).

55  Rapports de Conte (24 septembre 1861) et de Choron (1870 : Mémoire sur les colmatages de la vallée de l'Isère entre Albertville et la limite du département de la Savoie), ADS: 34 SPc n°3.

56  Réseau de zones humides dans la Combe de Savoie et la basse vallée de l’Isère ; (http://natura2000.environnement.gouv.fr/sites/FR8201773.html)

Haut de page

Table des illustrations

URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/7672/img-1.png
Fichier image/png, 415k
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/7672/img-2.png
Fichier image/png, 131k
Titre Tableau 1 : Endiguement de l’Isère en Savoie : projets et dimensions du chenal
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/7672/img-3.png
Fichier image/png, 42k
Titre Tableau 2 : Endiguement de l’Isère en Savoie : chronologie des travaux
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/7672/img-4.png
Fichier image/png, 53k
Titre Figure 3 : Les grandes étapes de l’endiguement de l’Isère et de l’Arc dans la Combe de Savoie
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/7672/img-5.png
Fichier image/png, 123k
Titre Figure 4 : Représentation schématique des atterrissements emboîtés de la rive gauche de l’Isère à l’aval de Montmélian
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/7672/img-6.png
Fichier image/png, 75k
Titre Figure 5 : Coupe transversale le long d’une section de colmatage à déversement successif
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/7672/img-7.png
Fichier image/png, 56k
Titre Figure 6 : Types de colmatages et hétérogénéité spatiale dans une section endiguée
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/7672/img-8.png
Fichier image/png, 102k
URL http://geocarrefour.revues.org/docannexe/image/7672/img-9.png
Fichier image/png, 263k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacky Girel, « Histoire de l’endiguement de l’Isère en Savoie : conséquences sur l’organisation du paysage et la biodiversité actuelle », Géocarrefour, Vol. 85/1 | 2010, 41-54.

Référence électronique

Jacky Girel, « Histoire de l’endiguement de l’Isère en Savoie : conséquences sur l’organisation du paysage et la biodiversité actuelle », Géocarrefour [En ligne], Vol. 85/1 | 2010, mis en ligne le 27 mai 2010, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/7672 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.7672

Haut de page

Auteur

Jacky Girel

Université Joseph Fourier, Laboratoire d’Ecologie Alpine CNRS UMR 5553, Université Joseph Fourier Grenoble et Université de Savoie, BP 53, 38041 Grenoble cedexjacky.girel@ujf-grenoble.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • Revues.org