Navigation – Plan du site
Comptes rendus d'ouvrages

Laurence Costa, Sandrine Robert, Guide de lecture des cartes anciennes, Illustrations dans le Val d'Oise et le Bassin parisien

André Buisson
p. 6
Référence(s) :

Laurence Costa, Sandrine Robert, 2008, Guide de lecture des cartes anciennes, Illustrations dans le Val d'Oise et le Bassin parisien, Paris, Errance, 108 p.

Texte intégral

1La création du SIG départemental du Val d'Oise a rendu accessible tout d'abord aux professionnels, puis à tout public, la cartothèque réunie par le Service d'archéologie départemental. Cet ouvrage a pour ambition de la présenter, en ajoutant une mission pédagogique à cette première dimension, celle de renseigner les lecteurs sur l'intérêt de chacune des cartes et les différences qu'elle présente avec les autres1.

2La méthode générale de l'ouvrage, à lire comme un manuel explicatif, consiste à utiliser le principe de la fiche critique (commune à tous les exemples cités). Cette fiche, de trois à cinq pages dans la présentation imprimée, comprend le titre de la carte - ou son appellation courante - un historique qui révèle les circonstances de son élaboration, la qualité du document (ou plutôt « les » qualités, ce que le document enseigne, ce qu'il met en évidence), la fiche signalétique, le tableau d'assemblage et la situation géographique dans le territoire français et régional, un lexique des différents termes de la légende, un extrait).

3Les cartes sont regroupées en trois ensembles qui distinguent les plans et cartes du XVIIIe s. (ch. 1), avec une introduction très documentée, due à Nicolas Verdier, puis les cartes et plans des XIXe et XXe s. (ch. 2) qui sont présentés par Hervé Blumenfeld et, enfin, les cartes thématiques (géologiques, pédologiques, carte des voies navigables de France) (ch. 3) qui sont introduites par Christian Montenat. Une postface écrite par Gérard Chouquer décrit « un département qui se met en cartes » (p. 101-102).

4Les auteurs ont choisi comme point de départ à ce guide le XVIIIe s., c'est-à-dire le moment ou la carte s'inclut dans la mesure géométrique du territoire, fondée sur la triangulation. Elle devient alors la cartographie scientifique, se démarquant ainsi de l'époque précédente, plus intuitive et figurative. Ce Guide de lecture a été conçu comme un outil de travail au service de cette cartographie scientifique, comme l'a été, pour la période précédente, le Langage des géographes de F. de Dainville (1964).

5À travers le prisme de ce corpus cartographique du Val d'Oise, les auteurs esquissent une histoire de l'évolution de la cartographie, où l'on voit comment évoluent les raisons de l'établissement d'une carte, de Cassini, de l'Etat Major, de l'IGN, du cadastre… et des cartes thématiques, qui évoluent elles aussi, au gré des attentes du spécialiste et de celles, de plus en plus nombreuses, du touriste (aspects culturels, spécialités floristiques, faunistiques…). On découvre également la variété des légendes, qui privilégient chronologiquement en alternance le choix de la couleur, puis du noir et blanc, puis a nouveau de la couleur ; on remarque ainsi la richesse des cartes anciennes, sur lesquelles l’usage de l’aquarelle permettait aux dessinateurs de créer des dégradés de couleurs, et ainsi de souligner les reliefs, d’esquisser les évolutions des terrains et bras d’eau, ce que notre cartographie moderne, en couleurs également, ne fait plus.

6L'intérêt est évident : il fournit une analyse critique de chacun des documents présentés, en identifie les richesses et l'intérêt spécifique. Au détour de son « historique » et de ses "qualités" (paragraphes communs à chaque fiche d’analyse), on entr'aperçoit les finalités du commanditaire et on évalue aussi la différence d’approche et de motivation par rapport à aujourd'hui. On s'interroge alors sur les motivations de ceux qui commanditèrent l'élaboration de ces nouvelles cartes, mesurer le territoire du royaume de France (Brun, 2010), puis utiliser la carte à des fins économiques, politiques… on songe immédiatement à l’essai très polémique d'Yves Lacoste, La géographie, ça sert d'abord à faire la guerre : comme si une volonté « nationale » avait surgi qui, à travers la rédaction de cartes, dépossédait l'Homme de ses terroirs, au profit d'un « intérêt supérieur », qui serait celui de la Nation. On évoquerait alors les nécessités de se déplacer (l'Atlas des routes de Trudaine ferait écho à la Table de Peutinger des Romains), de gérer le patrimoine dans des buts prospectifs (reboiser les forêts royales - p. 7 - pour gérer la construction navale), enfin de rationaliser la perception des impôts (la Mappe sarde, le cadastre napoléonien…).

7Comme le souligne G. Chouquer, « aucune carte ne se ressemble vraiment, malgré des points communs évidents » (p. 101). Il existe effectivement des « temps » différents, qui mènent à la cartographie scientifique… Chacun des présentateurs pose la même question : pour quelles raisons telle carte fut-elle faite ? C’est cette question que tout utilisateur de ce type de document devra se poser au moment de consulter une carte ancienne ou récente.

Haut de page

Bibliographie

Lacoste Y., 1976, La géographie, ça sert d'abord à faire la guerre, Paris, Maspero (réed. La Découverte, 1988), 188 p.

Dainville F. de, 1964, Le langage des Géographes, termes, signes, couleurs des cartes anciennes (1500-1800), Paris, Picard, 384 p.

Brun C., 2010, La mesure de la superficie de la France : construction d'un savoir sous l'Ancien régime, Historiens et Géographes, 409, février, p. 233-252

Haut de page

Notes

1  On retrouve ces données sur le site internet : http://www.valdoise.fr/content/heading7822/content446711.html et sur un site dynamique : capgeo-voh.valdoise.fr

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

André Buisson, « Laurence Costa, Sandrine Robert, Guide de lecture des cartes anciennes, Illustrations dans le Val d'Oise et le Bassin parisien », Géocarrefour, Vol. 85/1 | 2010, 6.

Référence électronique

André Buisson, « Laurence Costa, Sandrine Robert, Guide de lecture des cartes anciennes, Illustrations dans le Val d'Oise et le Bassin parisien », Géocarrefour [En ligne], Vol. 85/1 | 2010, mis en ligne le 27 mai 2010, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/7630

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • Revues.org