Navigation – Plan du site

Des archives aux paysages : milieux, dynamiques, territoires

From archives to landscapes : environments, dynamics, territories
Nicolas Jacob
p. 3-6

Texte intégral

1Dans ce deuxième dossier consacré aux démarches géo-historiques (cf. vol 84(4)), sept auteurs livrent leurs approches des paysages et de leurs dynamiques grâce à une analyse de documents d’archives. Faire l’histoire du paysage ou des milieux au moyen de cartes, de textes ou de statistiques anciennes est une pratique classique en géographie ou en histoire environnementales. Cependant l’émergence de nouvelles perspectives et la mise en œuvre de nouvelles techniques permettent d’extraire d’autres informations de documents sollicités à l’envi depuis plus d’un siècle, notamment les cadastres. L’enjeu est en effet de mieux comprendre des réalités et des évolutions historiques dont les chercheurs mesurent de plus en plus la complexité. En premier lieu, on note une intrication croissante des recherches sur les modes de mise en valeur de l’espace et l’évolution des écosystèmes. Les historiens, les géographes et les écologues se retrouvent ainsi autour des documents d’archives pour tenter de préciser les dynamiques des géosystèmes actuels. Parallèlement, les objectifs de réhabilitation, de conservation, voire de réaffectation des milieux dégradés ou relictuels encouragent la recherche d’états de référence et l’exploitation des informations historiques. Dans ces projets pour une gestion qui se veut durable, il ne s’agit pas seulement de pratiquer une écologie rétrospective. La connaissance des fonctions passées des espaces, la restitution des usages que les sociétés faisaient des ressources permettent certes de mesurer la part de l’anthropisation dans les dynamiques. Mais elle autorise aussi à resserrer, entre les habitants et leur environnement proche, des liens parfois distendus pendant plusieurs décennies en leur donnant à voir d’autres modèles de pratiques des espaces « naturels », en les encourageant à se réapproprier des portions de leur territoire devenues angles morts. Un deuxième aspect des recherches actuelles est l’intégration des données dans des systèmes d’information géographique. La mesure des évolutions est rendue plus aisée : calcul de la vitesse de déplacement d’un chenal, évaluation des atterrissements ou des comblements de zones humides, restitution des informations cadastrales par rapport à la topographie ou à l’éloignement par rapport au « centre », etc. L’utilisation des logiciels ne va cependant pas de soi et certaines contraintes propres aux documents exploités doivent préalablement être résolues : l’hétérogénéité des systèmes de nivellement ou de projection géométrique, l’imprécision de certaines petites échelles, par exemple. Enfin, en dernière analyse, les chercheurs se heurtent aussi à des seuils archivistiques. Si, dans le cadre de l’espace français, il est relativement aisé de reconstituer les systèmes d’occupation du sol à l’aide des différentes générations de cadastres depuis le début du XIXe s., l’exploration de la période moderne se révèle plus délicate si on excepte le cas de l’Etat sarde et de la Corse. Un des enjeux actuels de la connaissance des évolutions paysagères et écologiques est de remonter au-delà de deux siècles et de dépasser ce buttoir que représente souvent la période révolutionnaire. Les tentatives ne manquent pas mais le matériau de travail est d’accès plus difficile, d’interprétation délicate, de portée spatiale plus réduite ou disparate. Les cartes topographiques laissent ainsi subsister des vides graphiques ou présentent des éléments stéréotypés en dehors des principaux faits représentés (cours d’eau et leurs abords, traits de côtes, routes principales par exemple) qui orientent les recherches sur des segments d’espace. Pour le chercheur qui s’écarte de ces axes, les plans terriers ou les documents émanant de l’administration forestière constituent un matériau tentant, mais hétérogène, manquant à l’appel dans certaines régions, non exempt de lacunes temporelles et rendant toujours incontournable une interprétation cartographique et terminologique. Ce constat donne tout leur intérêt aux méthodes qui constituent des relais vers un passé plus lointain généralement connu grâce aux protocoles de la géoarchéologie ou de la paléoécologie.

2Les articles qui suivent abordent à la fois ces questions thématiques et techniques. Les trois premiers offrent des restitutions de paysages de l’eau sur une période allant de deux à trois siècles tout en posant le problème du traitement informatique des données. Deux contributions montrent ensuite l’intérêt des archives pour des recherches paléoécologiques. Enfin, deux auteurs exploitent des documents cadastraux en cherchant à restituer des espaces de l’époque moderne et médiévale.

Les paysages de zones humides et de vallées alluviales depuis trois siècles

3M. Franchomme et J.-J. Dubois nous proposent de dépasser la simple approche écologique des milieux en analysant l’évolution de trois zones humides du Nord-Pas-de-Calais, fortement aménagées depuis plusieurs siècles. Après avoir résolu les problèmes méthodologiques d’une reconstitution paysagère au moyen de documents hétérogènes, ils présentent les trajectoires des paysages, c’est-à-dire les modalités de leur évolution. Ainsi, les marais à usage agricole et extractif (pour la tourbe), intégrés par ailleurs au dispositif militaire de la zone frontalière, sont-ils tardivement drainés et desséchés, particulièrement sur leurs marges où ils régressent aussi face à l’urbanisation. Dans les dernières décennies, des initiatives de restauration émergent et assignent aux marais des fonctions de protection de la nature ou des ressources hydriques et des fonctions récréatives. En somme ces recherches illustrent à quel point les dynamiques paysagères et écosystémiques sont le fruit d’interactions locales de tous ordres.

4Les difficultés de la paléogéographie à partir de documents cartographiques anciens sont abordées par J. Cavero, dont l’objectif était de préciser l’évolution historique des étangs narbonnais. À partir du corpus retenu, qui peut faire figure de modèle du genre, l’auteur démontre l’intérêt d’une exploitation scrupuleuse de la date et des conditions des levés de chaque document ainsi que du type de projection choisi pour mener un géoréférencement de bonne qualité puis exploiter les informations. Il lui est ainsi possible de mettre à profit la carte topographique, dite d’état-major (modèle 1937), pour établir la continuité entre les cartes du XXe s. et celles du XIXe s. Malgré une précision plus disparate des documents pour la période moderne, l’auteur est en mesure de restituer la dynamique de colmatage des étangs. Il montre que les atterrissements ont progressé rapidement et que la lagune présentait des possibilités de navigation bien meilleures il y a seulement trois siècles.

5Les dynamiques fluviales, désormais bien jalonnées dans les bassins de la Loire et du Rhône, sont encore assez méconnues dans la vallée de la Garonne. P. Valette et J.-M. Carozza s’emploient à retracer les évolutions du cours moyen du fleuve depuis le début du XVIIIe s. à partir de cartes anciennes et des rapports des ingénieurs. Leurs recherches mettent en relief les changements survenus à plusieurs reprises — style méandriforme, apparition de nombreux îlots, puis simplification et réduction de la sinuosité — et permettent d’envisager les facteurs responsables : rectifications et endiguement pour les cinquante dernières années, mais aussi fluctuations hydroclimatiques des XVIIIe et XIXes. Combinés à une meilleure compréhension des modalités d’occupation du fond alluvial, ces éléments encouragent à poursuivre l’investigation et la comparaison avec d’autres organismes fluviaux.

Archives et paléoécologie

6Dans le domaine de l’aménagement fluvial, l’endiguement de l’Isère retient l’attention de J. Girel qui en reconstitue minutieusement les étapes depuis la fin du XVIIIe s. L’auteur montre ainsi le potentiel que recèlent des documents essentiellement textuels, les projets et les mémoires des ingénieurs, pour l’étude paysagère d’un fond de vallée. L’analyse des deux techniques qui s’offraient aux ingénieurs et l’évaluation de leurs effets respectifs sur la dynamique du cours d’eau permet de comprendre la mise en place des différents corps alluviaux. Partant, il est possible d’étudier la répartition des unités écologiques de la plaine de l’Isère et de la comparer à celle d’autres rivières. Ce n’est pas le moindre paradoxe de montrer alors que le choix de la technique réduisant le plus la bande active du cours d’eau, l’endiguement continu sans marge pour l’expansion des crues, a produit un siècle et demi plus tard une biodiversité supérieure à un aménagement maintenant une marge fluviale plus large entre les digues.

7L’histoire des formations végétales peut être approchée par de nombreux documents d’archives mais ils ne permettent guère de remonter au-delà de la fin du XVIIe s. Or certaines fractions de la matière organique du sol sont des marqueurs stables de la formation végétale qui l’a surmonté et rendent possible l’identification de milieux plus anciens grâce à la spectrométrie, pour peu que l’on possède une gamme de références. D. Ertlen et D. Schwartz proposent ainsi une nouvelle méthode, la spectrométrie dans le proche-infrarouge (SPIR), et son étalonnage au moyen d’archives. Le principe est de connaître la nature de la végétation sur les sites de prélèvement de sols, si possible sur une durée de trois siècles. Les auteurs ont ainsi exploité des documents anciens qui permettaient d’évaluer la fiabilité des échantillons de sols. Cette enquête géo-historique permet de valider la distinction entre la signature spectrale des formations ouvertes et celle des boisements où l’on identifie même les feuillus des résineux. Cette contribution illustre l’intérêt d’une valorisation des archives des derniers siècles pour pousser les investigations vers des époques plus lointaines.

Systèmes d’occupation et d’utilisation du sol

8La connaissance de l’organisation des espaces ruraux anciens est souvent limitée par l’accès à des documents antérieurs au XIXe s. D. Baud nous montre le parti que l’on peut tirer de la Mappe sarde, cadastration établie entre 1728 et 1738, et du cadastre français pour mieux connaître les logiques spatiales et économiques de territoires montagnards. Les documents permettent d’analyser la répartition des cultures, le statut de la propriété foncière et la valeur économique de l’espace dans la commune de Sardière (Savoie), ce qui permet d’approcher les pratiques économiques des habitants. En reconstituant les évolutions aux XVIIIe et XIXe s., l’auteur met aussi en évidence des mutations discrètes et de petites recompositions qui signalent des changements de l’économie montagnarde.

9D. Glomot nous propose de remonter vers un passé plus lointain, le XVe s., en analysant des terriers et censiers de la Haute-Marche. À partir de l’exemple de la commune de Saint-Avit-le-Pauvre (Creuse), l’auteur expose une méthode régressive consistant à s’appuyer sur la microtoponymie pour réinsérer les informations médiévales dans la trame cadastrale contemporaine. Le résultat cartographique éclaire la réalité des paysages agraires limousins de la fin du Moyen-Age, paysages ouverts, faits d’emblavures et de landes marginales, mais aussi des réalités sociales : compacité de la grande propriété, éparpillement spatial des tenures paysannes. Si, de l’avis de l’auteur, la reconstitution n’est que partielle, elle laisse pourtant saisir un état paysager fort différent des bocages actuels et invite à analyser les modalités de la diffusion des enclosures.

10En somme, ces contributions apportent quelques nouveaux éclairages sur la complexité des évolutions paysagères au cours des derniers siècles. En dépit de la spécialisation et de la technicité de certaines approches, il est tentant d’en encourager le rapprochement. Les réflexions paléoécologiques peuvent ainsi adjoindre avec profit la restitution des structures paysagères anciennes à l’analyse des restes végétaux. La connaissance des différents états paysagers permet aussi de mesurer les modalités de la pression anthropique comme ses déplacements dans l’espace au cours du temps. Le corpus des méthodes et des approches actuelles s’étoffe et devient le gage d’une connaissance plus fine des paléoenvironnements récents.

Haut de page

Bibliographie

Baud D., 2010, Dynamiques paysagères d’un finage savoyard : l’apport des archives cadastrales (début XVIIIe-fin XIXe s.), Géocarrefour, Vol 85(1), p. 81-93.

Cavero J., 2010, Paléogéographie des étangs narbonnais d’après les sources cartographiques anciennes, Géocarrefour, Vol 85(1), p. 29-40.

Ertlen D. et Schwartz D., 2010, Utilisation d’archives géohistoriques pour la mise au point d’une nouvelle méthode paléoécologique, Géocarrefour, Vol 85(1), p. 55-66.

Franchomme M. et Dubois J.-J., 2010, Documenter les zones humides : vers une meilleure compréhension des paysages d’eau du XIXe au XXe s., Géocarrefour, Vol 85(1), p. 7-15.

Girel J., 2010, Histoire de l’endiguement de l’Isère en Savoie : conséquences sur l’organisation du paysage et la biodiversité actuelle, Géocarrefour, Vol 85(1), p. 41-54.

Glomot D., 2010, Le traitement des terriers médiévaux de Haute-Marche à l’aide de SIG. Des données écrites aux restitutions cartographiques, Géocarrefour, Vol 85(1), p. 67-79.

Valette P. et Carozza J.-M., 2010, Mise en œuvre d’une démarche géohistorique pour la connaissance de l’évolution des paysages fluviaux : l’exemple de la moyenne vallée de la Garonne, Géocarrefour, Vol 85(1), p. 17-27.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Jacob, « Des archives aux paysages : milieux, dynamiques, territoires », Géocarrefour, Vol. 85/1 | 2010, 3-6.

Référence électronique

Nicolas Jacob, « Des archives aux paysages : milieux, dynamiques, territoires », Géocarrefour [En ligne], Vol. 85/1 | 2010, mis en ligne le 27 avril 2010, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/7619

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • Revues.org