Navigation – Plan du site
Comptes-rendus d'ouvrages

Les mondes de la mobilité, sous la direction de Françoise Dureau et Marie-Antoinette Hily

Olivier Pliez
p. 54
Référence(s) :

Dureau F., Hily M.-A., dir., 2009, Les mondes de la mobilité, coll. Essais, Presses Universitaires de Rennes, 189 p.

Texte intégral

1Dès l’introduction, les objectifs des coordinatrices de l’ouvrage, Françoise Dureau et Marina Hily, sont clairement posés. Il s’agit de questionner les mobilités au regard de la place croissante qu’elles occupent au sein des sciences sociales aujourd’hui. Le débat, déjà ancien nous rappellent-elles, est né au sein de la sociologie. Il renvoie notamment à l’important texte de Georg Simmel, « Digressions sur l’étranger » et plus généralement à ses réflexions sur la mobilité ((SIMMEL, 1984, 1999). Il a récemment été relancé à la suite de plusieurs publications évoquées dans la bibliographie de l’ouvrage.

2L'un des points de départ des « mondes de la mobilité » est en effet le débat suscité par John Urry dont les travaux connaissent de larges échos dans les arènes académiques anglophones et francophones. Il plaide pour un « manifeste d’une reformulation de la sociologie dans sa phase post-sociétale » (URRY, p.15), dont l’objet majeur ne serait plus les sociétés, mais « les diverses mobilités des peuples, des objets, des images, des informations et des déchets ». Alain Bourdin, sociologue de l’urbain, stimule le débat en apportant la contradiction à cet ambitieux programme. Il considère qu’il est nécessaire de « mettre le questionnement transversal sur la mobilité au sens large et en particulier sur l’idée d’une mobilité généralisée en tête du programme de la sociologie (…) mais qu’il ne faut certainement pas développer une sociologie « spécialisée » des mobilités » (BOURDIN 2005).

3C’est autour de ces deux propositions et fortes des compétences des membres du laboratoire Migrinter sur ces questions que les deux directrices de l’ouvrage (ainsi qu’Aurélie Varrel) ont organisé à Poitiers un séminaire durant deux années universitaires intitulé « les mondes de la mobilité : exploration d’un paradigme ». L'exploration de ce paradigme implique celle d’un champ disciplinaire émergent en convoquant un ample panel de disciplines. Les auteurs, sociologues, anthropologues, géographes, psychologues, démographes, se prêtent à ce jeu de la pluridisciplinarité dans les 6 articles réunis ici. On prend plaisir à lire ces textes, dont certains demeurent proches du format de la conférence, leurs auteurs ayant disposé d’une place suffisante pour développer leur propos (de 15 à 39 pages). Ils sont fondés sur des revisites de terrains ou d’enquêtes menées sur un ou plusieurs sites à différentes périodes (Daum, Lévy, Quesnel) mettant tantôt l’accent sur des questions de méthodologie de l’enquête dans des contextes très variés (Daum, Ramadier), tantôt sur la définition de nouvelles entrées sociales et spatiales (les lieux incertains pour M. Agier, l’autonomie pour E. Ma Mung), livrant dans la plupart des cas des états de l’art utiles pour qui s’intéresse à ces questions.

4Le faible nombre d’articles nous conduit à discuter de la pertinence du regroupement des contributions en deux parties (mobilité et projet migratoire d’une part, mobilité dans la ville et production de localité de l’autre). Ce choix est argumenté à la fois dans l’introduction et la conclusion de William Berthomière. Mais d’autres thèmes transversaux sont présents, par exemple celui qui lie mobilité et modernité comme rappelé en conclusion. En géographe, nous retiendrons aussi la question posée en introduction « quels territoires, localités, lieux, les hommes dessinent[-ils] dans leur mouvement ? ». Elle figure au cœur de la plupart des contributions, s’affirmant ainsi comme une vraie problématique fédérant l’ouvrage.

5On saisira alors tout l’intérêt de la lecture de cet ouvrage à la fois pour les géographes mais aussi pour l’ensemble des sciences sociales. L’abondance des productions spatiales, réelles, idéelles, symboliques ou matérielles est en effet entrecroisée ici à différentes échelles spatiales et temporelles et selon différentes figures (étudiants, ruraux, populations en marge, mobilités résidentielles…) qui restituent la diversité des mondes de la mobilité contemporaine grâce à des apports relevant des disciplines des contributeurs. Michel Agier évoque les lieux incertains, tant dans leur matérialité que dans leur durée, des réfugiés, déplacés et clandestins. André Quesnel s’appuie sur l’archipel afin de « dépasser les impasses du localisme » lorsqu’il observe les « différentes dimensions […] des déplacements internationaux de travail dans le contexte des transitions économiques et démographiques de régions rurales africaines et mexicaines » (p.70). Jean-Pierre Lévy argumente sur la pertinence d’associer la lecture des mobilités résidentielle et quotidienne afin d’appréhender la complexité des lieux et des échelles urbaines. Emmanuel Ma Mung propose avec le terme de « mondes migratoires » de faire le lien entre des travaux qui restituent les « univers sociaux et territoriaux » produits par les migrants. William Berthomière, pour sa part, présente deux « avant-scènes de la mobilité » questionnées par des recherches récentes sur les mobilités : la rue et le cyberespace.

6L’ouvrage ne s’adresse d’évidence pas au lecteur profane sur les questions de mobilités tant les interrogations, les entrées et les partis pris méthodologiques et conceptuels exposés dans ces pages le rendent foisonnant et éclectique. Il ne va sans doute pas de soi d’associer dans un tout des mouvements humains et des approches aussi dissemblables que ceux qui sont ici réunis. L'introduction suggère, à la suite de John Urry, de se démarquer des mobilités verticales afin de « tenter de construire une autre approche de la mobilité » (p. 14). L’objectif est certes séduisant mais n’est-il pas avant tout programmatique ? On aurait  même pu attendre des coordinatrices un argumentaire plus détaillé à propos de l’intérêt d’associer dans un même ouvrage autant de facettes des mondes de la mobilité, des plus quotidiennes aux plus transnationales, des plus locales aux plus globales et des plus éphémères aux plus durables. Chaque texte, à sa manière, démontre toute la complexité des protocoles d’enquête, des bricolages méthodologique et conceptuel que leurs auteurs mobilisent afin d’avancer, pas-à-pas, dans l’exploration de leurs champs de spécialité, afin de proposer des pistes de réflexions transversales. C’est déjà beaucoup, d’autant que le lecteur pourra s’appuyer sur des références bibliographiques solides qui complèteront utilement des articles souvent dispersés entre de nombreuses revues, afin de découvrir les « mondes de la mobilité » tels qu’ils sont débattus au sein des sciences humaines et sociales aujourd’hui.

Haut de page

Bibliographie

Simmel G., 1984, « Digressions sur l’étranger » [texte original 1908], in L’Ecole de Chicago. Naissance de l’écologie urbaine, anthologie réalisée et présentée par Grafmeyer Y.et Joseph I, Paris, Aubier, pp. 53-59.

Simmel G., 1999, Sociologie. Etudes sur les formes de la socialisation, traduction Lyliane Deroche-Gurcel et Sibylle Muller, PUF, Paris, 776 p.

Urry J., 2005, Sociologie des mobilités. Une nouvelle frontière de la sociologie ?, traduit de l’anglais par Noël Burch, [Sociology Beyond Societies : Mobilities for the Twenty-First Century, London, Routledge, 2000], Paris, Armand Colin, 252 p.

Bourdin A., 2005, « Les mobilités dans le programme de la sociologie », Cahiers internationaux de sociologie, dossier « Mobilité et modernité », CXVIII, janvier-juin, pp. 5-21.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Pliez, « Les mondes de la mobilité, sous la direction de Françoise Dureau et Marie-Antoinette Hily », Géocarrefour, Vol. 86/1 | 2011, 54.

Référence électronique

Olivier Pliez, « Les mondes de la mobilité, sous la direction de Françoise Dureau et Marie-Antoinette Hily », Géocarrefour [En ligne], Vol. 86/1 | 2011, mis en ligne le 11 mars 2010, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/7610

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • Revues.org