Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Indian Health Landscapes under Globalization, sous la direction d'Alain Vaguet

Christophe Z. Guilmoto
p. 181
Référence(s) :

Vaguet A., 2009, Indian Health Landscapes under Globalization, New Delhi, Manohar et Centre de Sciences Humaines, 386 p.

Texte intégral

1La géographie française a longtemps représenté un lieu d'accueil très naturel pour les travaux consacrés à l'Inde et ce, bien avant l'engouement récent pour l'Inde qui brille. L'université de Rouen a ainsi contribué à former un grand nombre de chercheurs ou d'universitaires et l'ouvrage présenté ici est le produit des recherches récemment conduites par plusieurs de ses jeunes chercheurs et doctorants,  autour d'un programme animé par Alain Vaguet qui y enseigne.  Mais la spécificité du livre va bien au-delà de cette mobilisation d'une école régionale : il ne s'agit nullement d'un pot-pourri d'études géographiques portant sur l'Inde, mais au contraire d'un ouvrage thématique, qui constitue un des premiers recueils de géographie de la santé consacrés à l'Inde. On reconnaît ici la marque du directeur du volume, qui a fait de la santé son thème de prédilection et offre une introduction stimulante, renforcée par le chapitre conclusif due à Sarah Curtis qui procède à une relecture de l'ouvrage à la lumière d'apports théoriques récents.

2La santé n'est pas prioritairement appréhendée dans l'ouvrage par le recours habituel à l'analyse spatiale des différentiels d'état de santé et des mécanismes de propagation. L'ouvrage n'accorde que peu de place à la discussion statistique ou cartographique des indices de santé, et il faut d'ailleurs reconnaître sur ce point que l'Inde ne dispose à une échelle fine que d'un nombre particulièrement réduit de données fiables pour conduire de telles analyses. Les contributions optent au contraire pour un regard beaucoup plus ambitieux sur les phénomènes de santé pris comme des faits de société et replacé à ce titre à de multiples niveaux, s'étalant de l'étude villageoise en Andhra Pradesh à l’échelle globale de l'industrie médicamenteuse dans le monde. La perspective temporelle est également une des clés de l'ouvrage, qui décide de lire les faits de santé en Inde au regard du calendrier nouveau impulsé par la mondialisation. Les études sont ainsi regroupées en plusieurs parties de l'ouvrage de manière très originale selon les rythmes de transformation des systèmes de santé depuis les vingt dernières années, opposant les fers de lance de la transition sanitaire rapide indienne, comme par exemple sa formidable capacité à se repositionner dans l'offre international de soins, et ceux qui ont évolué plus lentement.

3Les chapitres donnent donc un aperçu de la diversité des contextes sanitaires indiens, sans toutefois s'en remettre à la sempiternelle distinction entre tradition (lire "archaïsme") et modernité (lire "progrès"). Un des premiers chapitres (A.C. Hoyez) est d'ailleurs fort à propos consacré au succès du yoga à travers le monde, thérapie qui ne représente d'ailleurs qu'une des facettes de l'extraordinaire offre de soins alternatifs que l'Inde diffuse désormais au monde. On y aperçoit en particulier comment de l'Inde à l'Occident, le yoga s'est entièrement reconditionné et a troqué ses racines fondamentalement religieuses, voire politiques, pour devenir avant tout une technique de bien-être "déculturalisée". L'étude d'Emmanuel Eliot montre pour sa part comment l'Inde s'est rapidement trouvée plongée au cœur des circulations virales à propos de la pénétration, puis de la diffusion du VIH dans le pays.

4Plusieurs chapitres abordent l'offre de services et de produits de santé, domaine dans lesquels l'Inde a progressé de manière formidable durant les vingt dernières années. La question des infrastructures est ainsi explorée en plusieurs chapitres. L'effort technocratique pour aménager la capitale comme une ville saine a impliqué une série d'actions très complexe décrite dans la contribution de Surinder Aggarwal. L'article, plus sociologique, de Stéphanie Tawa-Lama nous dit comment le politique influence cette révolution sanitaire -on y découvre au passage ce qu'est la réelle marge de négociation des populations dans les décisions sanitaires et le rôle de la mobilisation des classes moyennes à travers les associations de résidents. Mais une part du dynamisme du secteur sanitaire relève en grande partie de l'initiative privée et le cas des hôpitaux examiné par Bertrand Lefebvre en est un des exemples les plus saillants depuis les années 1980. La montée en puissance des grands groupes hospitaliers indiens a en effet contribué à redéfinir l'image de l'Inde dans le monde de la santé, en parvenant à drainer une vaste clientèle internationale vers les nouveaux centres de soins modernes. Il va sans dire qu'il ne s'agit là que des formes les plus visibles de cette offre de soins nouvelle, car la multiplication des dispensaires et autres cliniques privés, qui ont désormais progressivement atteint jusqu'aux plus petites bourgades du pays, a radicalement transformé le paysage sanitaire indien. Un bref article dû à Raïs Akhtar présente un autre aspect de l'évolution de l'offre à travers les statistiques de formation de médecins en Inde, soulignant au passage les aspects les plus néfastes d'un système largement ouvert à l'offre et à la demande. Un économiste avait autrefois dit que l'économie de marché en Inde était l’une des plus développées au monde, puisque même les permis de conduire y avaient un prix assez stable sur le marché noir. On pourrait, hélas, penser qu'il en va de même avec certains diplômes de médecine.

5Deux chapitres tout à fait passionnants sont consacrés à la place de l'Inde dans l'industrie pharmaceutique mondiale, place cruciale notamment illustrée par sa capacité à proposer très tôt des antirétroviraux à de nombreux pays du Sud affectés par le sida. Le premier d'entre eux, dû à Pierre Chapelet, est une analyse proprement géographique de la situation du médicament et de son accès, qu'il s'agisse de l'Inde à l'intérieur de ses frontières ou en comparaison avec l'ensemble des pays du monde. De l'échelle planétaire, l'auteur nous conduit même jusque dans un quartier de Coimbatore et ses pharmacies (qui tendent, dans les villes indiennes, à s'agréger les unes contre les autres) pour analyser la distribution des "medical shops". L'article qui suit (Julien Chaisse et Samira Guennif) replace le développement de l'offre de médicaments dans la géographie juridique propre à l'Inde et à son évolution récente. Il éclaire notamment le paradoxe des succès récents à la fois intérieurs et extérieurs du pays dans ses efforts de production et de distribution et des contraintes grandissantes qu'imposent les normes de l'OMC. Quoique logiquement arrimé à la problématique abordée dans l'étude qui le précède, ce chapitre consacré à une fine discussion de l'évolution des réglementations et négociations en matière de médicaments, s'éloigne peut-être trop de l'ensemble du volume pour participer pleinement à la construction d'une nouvelle géographie de la santé en Inde.

6Deux articles consacrés respectivement au sida (Mathilde Clerc) et à la lèpre (Fabienne Martin) font varier les échelles d'analyse. Les matériaux et l'analyse de terrain dans ces exercices reçoivent toutefois une portion congrue, et le propos se fait plus général en matière de perspective plus globale sur la politique contre la maladie et, notamment, de l'action des organisations non-gouvernementales dans les dispositifs en place. Le chapitre de Sandrine Brisset adopte au contraire une approche très prosaïque, se donnant comme une lecture fine des liens observés depuis les années 1980 entre l'approvisionnement en eau à Chennai (Madras) et les données épidémiologiques disponibles. Nous glissons ensuite à quelques centaines de kilomètres plus au nord, pour une analyse de l'évolution de la santé maternelle nourrie par une perspective empruntée à la géographie du genre. L'article de Virginie Chasles exploite des recherches conduites dans un village d'Andhra Pradesh pour reconstituer à la fois les progrès récents en santé reproductive et la prégnance encore forte des rapports de sexe dans les stratégies des femmes.

7A l'heure des critiques, on observera que la publication souffre parfois d'une qualité d'impression qui ne rend pas hommage aux riches cartographies proposées par les auteurs. De nombreux graphiques souffrent d'un encrage trop avare pour en faire dûment ressortir les grisés. Certains chapitres semblent avoir été préparés il y a quelques années et auraient pu être mis à jour, d'autant que la littérature et les données statistiques ne cessent de s'accumuler. C'est, par exemple, le cas de l'étude des eaux de Chennai ou encore de l'étude de la formation des médecins qui se fonde sur des données vieilles de près de quinze ans. On regrettera également le manque d'index et on observera que, dans certains chapitres, la prolifération à des références bibliographiques "très françaises" ne sera pas d'une grande utilité au lectorat anglophone.  Comme il se doit, on relève l'absence de toutes les études (dont on aurait rêvé) sur tel ou tel aspect de la géographie de la santé ; à mon sens, les mentions du monde rural sont ainsi particulièrement rares alors que la ville de Delhi reçoit un éclairage beaucoup plus riche, et aucune étude ne porte vers les zones les plus reculées où les carences en matière de systèmes de soins sont demeurées criantes. Cela dit aussi, en passant, les attraits changeants de l'Inde pour les jeunes chercheurs. Mais ces tropismes, difficilement évitables au regard du nombre réduit d'enquêtes conduites en Inde, ne doivent pas faire oublier que l'important était de donner des phénomènes sanitaires une lecture nouvelle plutôt que fournir un bilan détaillé de la situation contemporaine. Cet objectif est clairement atteint et le recours au paradigme des paysages de santé s'avère au fil du livre une clé précieuse pour rassembler ces études diverses dans une perspective unifiée.

8En conclusion, il convient de saluer l'effort des co-auteurs pour leur contribution à un renouvellement de la géographie de la santé indienne, discipline qui peut paraître parfois désuète et très faiblement perméable à l'analyse sociale des faits de santé. L'apport de la recherche française pourra ici servir d'éclaireur, en ouvrant de nombreuses perspectives nouvelles pour analyser les grands défis de la santé en Inde et élucider la singularité des bouleversements récents.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christophe Z. Guilmoto, « Indian Health Landscapes under Globalization, sous la direction d'Alain Vaguet », Géocarrefour, Vol. 85/2 | 2010, 181.

Référence électronique

Christophe Z. Guilmoto, « Indian Health Landscapes under Globalization, sous la direction d'Alain Vaguet », Géocarrefour [En ligne], Vol. 85/2 | 2010, mis en ligne le 23 février 2010, consulté le 25 mars 2017. URL : http://geocarrefour.revues.org/7606

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page